La langue française

Matrone

Définitions du mot « matrone »

Trésor de la Langue Française informatisé

MATRONE, subst. fém.

Vieilli
A. − ANTIQ. ROMAINE. À Rome, dame, femme mariée. L'on ne trouvait plus au septième siècle de la république de ces matrones sabines qui passaient leur vie renfermées dans leur appartement (Mérimée, Conjur. Catilina, 1844, p.248).Une matrone romaine eût pu lui être tout au plus comparée pour la solennité puérile du labeur domestique (Sand, Péché de M. Antoine, t.1, 1845, p.171).Que ton épouse reste économe et pudique; Que le fruit de son sein soit ton portrait flatté Sans retouche; − et, pareille à la matrone antique, Qu'elle marque le linge et fasse bien le thé! (Murger, Nuits hiver, 1861, p.1).
B. − P. ext.
1. [P. réf. aux vertus prêtées aux dames romaines] Femme d'âge mur, expérimentée, sage, d'aspect digne et respectable, généralement mère de famille. Digne, respectable, savante matrone; sage comme une matrone; avoir l'âge d'une matrone. Femme-chef de la cabane profonde, dit l'indienne, tu es une matrone; tu dois être la lumière du conseil des guerriers blancs, si j'en juge par ton hospitalité. À toi appartient la natte; moi je ne suis encore qu'une jeune mère (Chateaubr., Natchez, 1826, p.363).C'était un prudent récit, mi-vérité, mi-mensonge comme les sagesses des matrones campagnardes savent les combiner et les doser (Bourget, Monique, 1902, p.101).Les jeunes filles indiennes étaient sous la surveillance des matrones indiennes [dans les Missions]; on leur apprenait à tisser des étoffes de laine, de lin ou de coton (Cendrars, Or, 1925, p.82).
Emploi adj. Marie, agenouillée devant l'enfant et tournant le dos à l'étable, avère le type habituel de ses Notre Dame, mais elle est plus bourgeoise, plus matrone, moins raffinée que les Vierges de Bruxelles et d'Aix (Huysmans,Oblat,t.1, 1903, p.306).
En partic. Parfaite épouse, mère et femme d'intérieur. La renommée de notre popote gagne vers la crête; et nous en sommes fiers, comme le seraient des matrones bourgeoises (Genevoix, Boue, 1921, p.108).Sa discrète élégance, le charme de son intérieur, ses deux enfants éblouissants de santé témoignaient qu'elle était une jeune matrone accomplie (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.449).
2. Péjoratif
a) [P. réf. à l'embonpoint qui caractérise souvent les femmes d'âge mûr] Femme d'un certain âge, grosse, souvent laide et d'allure vulgaire. Épaisse, énorme, opulente matrone. Ces traits communs de grosse matrone, me remémorent une sculpture du quinzième siècle (HuysmansOblat,145, 1903, p.306).Matrone quinquagénaire au menton râpeux, à la lèvre moustachue, elle poussait devant elle deux promontoires tremblants de mamelles (Arnoux, Seigneur, 1955, p.25):
. Était-il possible que nous fussions du même âge, cette grosse matrone gauchement endimanchée, et moi? Instinctivement je regardai ma silhouette dans la glace du salon et j'admirai l'image mince. Daniel-Rops, Mort, 1934, p.294.
b) [P. réf. à leur aspect physique] Entremetteuse, tenancière de maison close. Fez est donc rempli d'épouses divorcées (...). Les unes habitent isolément (...). D'autres, descendues plus bas, se groupent sous le patronage de quelque vieille matrone (Loti, Maroc, 1889, p.211).Je ne sais que trop d'où elles viennent [les lettres]: entremetteurs (...) matrones et rabatteurs (Lorrain, Phocas, 1901, p.325).
C. − Vieilli. Sage femme; p. ext. femme qui exerce illégalement le métier de sage femme ou qui pratique des avortements. Certes, il est d'honnêtes matrones dans la corporation des accoucheuses, j'en ai connu, et vous en êtes, vous, madame Jenny d'H., un fier exemple (Proudhon, Pornocratie, 1865, p.81).Des êtres qui font rire les sages-femmes quand ils viennent au monde avec les deux sexes ou désespèrent les matrones parce qu'ils se présentent mal, les pieds en avant et sortent tortus (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.161).
P. métaph. Constitution d'un gouvernement, cela signifiait pour Sirius [du Monde], et pour nous tous, accouchement laborieux auquel présidaient toutes les matrones du régime, avec consultation des sommités et des augures (Mauriac, Nouv. Bloc-notes, 1961, p.365).
REM. 1.
Matronal, -ale, -aux, adj.Digne d'une matrone. Elle jugeait avec finesse que le meilleur moyen pour elle de dissiper toute ombre de soupçon dans l'esprit de son mari, était de se montrer digne et sereine, de prendre une attitude matronale (Thierry, Récits mérov., t.1, 1840, p.232).Elles veulent et obtiennent un effet de surprise dans «le genre Tanagra». Celles de mon temps avaient un idéal «matronal», ou «matronien», qui se notait même chez les très jeunes filles (Larbaud, Journal, 1932, p.266).
2.
Matronales, subst. fém. plur.,antiq. romaine. Fête célébrée par les femmes, le 1ermars. Nous nous familiarisons avec les saturnales et les calendes de janvier, avec les matronales et les brumes (A. France, Contes Tournebroche, 1908, p.146).
3.
Matronien, -ienne, adj.Synon. de matronal.Voir Larbaud, Journal, 1932, p. 266.
Prononc. et Orth.: [matʀ ɔn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1223 «femme d'âge mur et de caractère grave» (Gautier de Coinci, Miracles de Nostre Dame, II mir. 16, 172, éd. V. F. Koenig, IV, p.90); 2. 1340 «sage-femme» (Miracles de Nostre Dame, éd. G. Paris et U. Robert, I, 92); 3. 1352-56 antiq. romaine «mère de famille» (Bersuire, Tite-Live,, B.N.20312 ter, fo66 ds Gdf. Compl.); 4. 1718 ``(Le Roux, p.325: on se sert de ce mot satyriquement, pour dire maquerelle, Dame d'honneur de bordel, gouvernante qui élève des jeunes filles à la débauche); 5.1835 (Ac.: Il se dit quelquefois, par plaisanterie, d'une femme d'un certain âge, d'une certaine gravité). Empr. au lat. matrona «femme mariée, dame; mère de famille» (de mater «mère»). Fréq. abs. littér.: 183. Bbg. Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1933, t.45, p.153. _ Sain. Arg. 1972 [1907], p.156. _ Saint-Jacques (B.). Sex, dependency and language. Linguistique. Paris. 1973, t.9, p.95.

Wiktionnaire

Nom commun

matrone \ma.tʁɔn\ féminin

  1. Nom donné autrefois par les tribunaux aux sages-femmes qu’ils désignaient, dans certains procès, pour visiter des femmes.
    • Quant à moi, […], je souhaiterais que des châtiments vraiment effrayants frappassent ceux qui, médecins ou matrones, pour de l'argent, se font les instruments de tels crimes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. Nom donné aux accoucheuses traditionnelles, notamment dans les pays où il n'existe pas de formation de sage-femme.
  3. Dames romaines.
    • Les vierges et les matrones.
    • La solennité de l’antique me séduit et aussi son côté salle de bains. Je pense au genre Messaline, aux matrones dévergondées. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 55.)
    • (Par analogie)Lorsqu’ils furent entrés, ils se trouvèrent en présence d’une vingtaine de matrones et de jeunes filles de nobles familles saxonnes. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  4. Femme corpulente d’un certain âge, d’une certaine gravité.
    • Il y a des engueulades qui rougissent les yeux, bleuissent les joues, crispent les poings, arrachent les cheveux, cassent les œufs, renversent les éventaires, dépoitraillent les matrones, et me remplissent d'une joie pure. — (Jules Vallès, L'Enfant, chap. 8, Le Siècle, 1878 & Éditions Charpentier, 1879)
    • Une plantureuse matrone se coiffe avec majesté d’un tarbouche à glands d’or, orné sur le devant d’un croissant de cuivre. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
    • […], mais la brave matrone ne se tient point rigueur d'avoir laissé ses propres enfants pousser comme du chiendent, dès lors qu'elle est restée fidèle à son époux. — (Adolph von Knigge, Du commerce avec les hommes, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1993, page 87)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MATRONE. n. f.
Nom donné autrefois par les tribunaux aux sages-femmes qu'ils désignaient, dans certains procès, pour visiter des femmes. On jugea sur le rapport de la matrone. Les matrones furent appelées. Il se dit aussi des Dames romaines. Les vierges et les matrones. Il se dit quelquefois, par plaisanterie, d'une Femme corpulente d'un certain âge, d'une certaine gravité. C'est une respectable matrone.

Littré (1872-1877)

MATRONE (ma-tro-n') s. f.
  • 1Dame romaine.
  • 2 Par extension, femme âgée et respectable. Je ne veux pas faire comme toi la matrone à vingt-huit ans ; je me trouve une petite veuve assez piquante, Rousseau, Hél. IV, 2. Le seigneur, le curé et le juge du village s'asseyaient avec les fortunés époux, les laboureurs et les matrones, Chateaubriand, Génie, I, I, 10. Au hasard alors ces matrones [les Parques] Faisant deux lots de notre temps, Béranger, Contemp.
  • 3Femme qui pratique les accouchements. Après cette leçon de matrone, je vous ferai mille compliments de la part de Chesières, Sévigné, Lett. 6 sept. 1671.

    Sage-femme nommée par les tribunaux, dans certains procès, pour visiter les femmes. Y a-t-il un médecin, une matrone experte, qui puisse assurer qu'un jeune homme…, Voltaire, Dict. phil. Impuissance.

  • 4Dans le langage libre, femme qui tient une maison de prostitution.

HISTORIQUE

XIIIe s. Honurez la, cum à si bone Apent e si haute matrone, Édouard le Conf. V. 3885.

XIVe s. En la compaignie de plusieurs matrones, Bercheure, f° 66. Le marquis commanda que par les dames et matrones la pucelle fust revestue de riches draps et paremenz de nopces, Ménagier, I, 6.

XVe s. Et sces tu qu'il faut aux matrones Nobles palais et riches trones ? Deschamps, Miroir de mariage, p. 20. Lors regarde en l'air et voit que c'estoient toutes vieilles matrosnes barbues et eschevelées qui menoient le plus lait deduyt qu'on ne pourroit ouïr, et tenoient en leurs mains scelettes et bourdons, Perceforest, t. II, f° 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MATRONE. - HIST.

XIVe s. Ajoutez : Tout maintenant et sans delay, Par Dieu qui siet lassus ou thronne [ciel], Alez me querre la mathronne [sage-femme] De ceste ville, Miracles de Nostre Dame par personnages, publiés par G. Paris et A. Robert, t. I, p. 92.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MATRONE, s. f. (Hist. anc.) signifioit parmi les Romains une femme, & quelquefois aussi une mere de famille.

Il y avoit cependant quelque différence entre matrone & mere de famille. Servius dit que quelques auteurs la font consister en ce que matrona étoit une femme qui n’avoit qu’un enfant, & mater-familias, une femme qui en avoit plusieurs ; mais d’autres, & en particulier Aulugelle, pretendent que le nom de matrona appartenoit à toute femme mariée, soit qu’elle eût des enfans, soit qu’elle n’en eût point, l’espérance & l’attente d’en avoir suffisant pour faire accorder à une femme le titre de mere, matrona ; c’est pour cela que le mariage s’appelloit matrimonium. Cette opinion a été aussi soutenue par Nonius.

Matrone, (Jurisprud.) qu’on appelle vulgairement sage-femme, est celle qui est reçue & approuvée pour aider les femmes enceintes dans leur accouchement. On ordonne en justice qu’une femme ou fille sera vûe & visitée par des matrones pour constater son état. Voyez Sage Femme. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « matrone »

Du latin matrona (« dame », « épouse »), qui dérive de mater (« mère »). Il est le pendant étymologique de « patron ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. espag. et ital. matrona ; du lat. matrona, dérivé augmentatif de mater, mère.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « matrone »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
matrone matrɔn

Citations contenant le mot « matrone »

  • Griselda Blanco apparaît quant à elle dans tous les tops des plus grand·es baron·nes de la drogue. Surnommée la Reine de la coca, la Madrina ou encore la Veuve Noire, elle est considérée comme la mentor de Pablo Escobar, et décrite comme une pionnière du trafic de cocaïne de la Colombie vers les États-Unis. Sa fortune personnelle est estimée à plus de deux milliards de dollars. Cette matrone redoutable et bisexuelle meurt assassinée à Medellin, en septembre 2012, à l'âge de 69 ans. Slate.fr, Dans le monde de la drogue, les daronnes sont légion | Slate.fr
  • Les temps ont changé rappelle-t-elle. Pour la militante, il faut mettre fin à cette pratique, mais sans donner de leçons aux matrones, ces femmes de pouvoir qui occupent une place importante dans la société. Au contraire, c’est en avançant main dans la main avec elles que les choses changeront, Martha Diomandé en est sûre. POSITIVR, Excision : « Je ne souhaite pas le même sort à ma fille »
  • Au Kanem, impossible pour une femme enceinte de ne pas se faire suivre par la matrone de son quartier. Ces accoucheuses traditionnelles, qui ont appris la gynécologie avec le temps et l’expérience, suivent les grossesses, détectant l’anémie, les oedèmes allant jusqu’à procéder elles-mêmes à l’accouchement à domicile. Résultat, dans les centres de santé de Kékédina ou Mondo par exemple, peu de femmes donnent naissance. Tchadinfos.com, Tchad : au Kanem, les matrones plus sollicitées que les sages-femmes – Tchadinfos.com
  • Le panel était composé de Dr Aché Haroun, génycologue et coordinatrice au centre national de prise en charge de fistules obstétricales; de Lelemane Ada, ex-matrone au centre de santé d’Habena; Ngarimbert Caroline, transformatrice des produits locaux; et enfin de Mariam Ramadane Zaïd, conseillère à Alam-Ndja. Tchadinfos.com, Senafet 2020 : ” Sans clitoris, la femme ne ressent aucun plaisir sexuel” confie une matrone – Tchadinfos.com

Traductions du mot « matrone »

Langue Traduction
Anglais matron
Espagnol matrona
Italien matrona
Allemand matrone
Chinois 护士长
Arabe مربية
Portugais matrona
Russe матрона
Japonais マトロン
Basque matron
Corse matrona
Source : Google Translate API

Synonymes de « matrone »

Source : synonymes de matrone sur lebonsynonyme.fr

Matrone

Retour au sommaire ➦

Partager