Garce : définition de garce


Garce : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GARCE, subst. fém. et adj.

I. − Subst. fém.
A. − [Les subst. masc. corresp. sont garçon (cf. ce mot I A 2) et gars (cf. ce mot A)] Synon. (jeune) fille (cf. ce mot II A).
1. Vx. Adolescente. Elle (...) retrouva des jambes de jeune garce, s'occupa des papiers de sa nièce (Zola, Terre,1887, p. 384).De son temps encore, les petits gars et les petites garces du village venaient faire, en manière de jeu, le diable et la belle Orberose (A. France, Île ping.,1908, p. 178).
2. Mod. et région. [Souvent avec une nuance d'admiration pour son aspect physique] Jeune fille ou femme. Honoré avait ri en regardant sa fille : une belle grande garce, il était d'accord, mais jeunette quand même (Aymé, Jument,1933, p. 174).Le vieux général et moi, nous étions ravis tant cette garce [une fille de vingt ans] était belle à voir avec ses dents, (...) son appétit de jeune animal, (...) sa fougue, son ardeur (Cendrars, Lotiss. ciel,1949, p. 36).
B. − Vieilli et pop. [Avec un adj. poss.] Compagne (hors mariage). Synon. amante, (petite) amie (cf. ce mot I A 2 b), maîtresse.Il était à présent trop âgé, trop usé pour prendre garce (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 147).Le Dr B..., un terrible viking (...) bien connu à Montparnasse, ainsi que sa garce, Gabrielle, une repasseuse de fin (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 193) :
... le grand Volat y vivait comme un loup, avec sa garce, la Flora, et la fille de Flora, la Delphine, une drôline de dix ans qu'elle avait eue d'un braconnier... Genevoix, Raboliot,1925, p. 72.
C. − Péj. Femme de mauvaise vie. Synon. fille (cf. ce mot II C 2), prostituée, putain (pop.), pute (pop.).Ah! ce bougre de farceur qui découche! Il est peut-être allé voir les garces... C'est donc ça qui vous a creusé, hein? (Zola, Terre,1887, p. 426).Qu'ils n'aillent pas se figurer qu'un affront pareil se paie sur une petite roulure comme celle-là (...). Une garce si garce que sa famille en a honte (Aymé, Jument,1933, p. 261).
En exclam., pop. [Terme d'injure] Ah! garce! Ah! salope! C'est avec ce gueux que tu couches (Zola, Terre,1887, p. 249).T'as une langue de garce (Hamp, Champagne,1909, p. 121).Garce! Fille des rues! (Queffélec, Recteur,1944, p. 60).[Expr. injurieuse] Fils de garce. L'écume lui coule! Tais-toi, fi de garce! (Claudel, Ville,1894, III, p. 384).[Juron] Bon Dieu de garce! (Carabelli, [Lang. pop.]).
D. − Fam. Fille ou femme méchante ou désagréable. Synon. pop. chameau (cf. ce mot B 2), chipie.Les garces démoliraient le plancher de ma maison pour cuire des œufs à ce garçon-là (Balzac, E. Grandet,1834, p. 120).L'homme, la femme (...) gueulaient, dans le désespoir sauvage de n'être pas les plus forts, d'avoir été joués par cette garce de gamine (Zola, Terre,1887, p. 393).Chez quelles dindes, chez quelles garces sans éducation, chez quels goujats m'as-tu fourvoyée? (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 784).
P. anal. [En parlant de choses abstr. considérées comme des pers. de sexe fém. avec les traits énoncés ci-dessus] Oh! cette bonne civilisation, cette bonne pâte de garce qui a inventé les chemins de fer, les prisons, (...) les tartes à la crème (Flaub., Corresp.,1837, p. 26).La victoire au fond n'est qu'une garce (Hugo, Légende, t. 5, 1877, p. 985).Je suis furieux que l'armée te tienne, et que cette garce t'embrasse de force (Valéry, Corresp. [avec Gide], 1892, p. 155).
II. − Emploi adj.
A. − [En parlant de pers.] Qui a l'apparence d'une femme de mauvaise vie (cf. supra I C). Synon. fam. chienne (cf. ce mot II A 2).Les femmes sortent nu-tête en voiture, avec des fleurs dans les cheveux, et elles ont toutes l'air très garces (Flaub., Corresp.,1851, p. 301).
B. − Pop. [En parlant d'une chose désagréable ou pénible] Garce de + subst.Synon. fam. chienne (de) (cf. ce mot II B 1 b).Quéq'tu veux qu'nous fichions dehors d'un temps pareil? Ah! garce de pluie! Voleur de temps! (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epart. II, p. 107).Ne vous endormez pas trop vite parce que notre garce de musique va passer sous vos fenêtres; mais aussitôt après, je pense que vous aurez la paix (Proust, Guermantes 1,1920, p. 90).
Rem. Emploi adj. de ce mot antéposé à un subst., avec le sens fam. « sacré », « fameux ». Je balance toutes les couvertures... Je me retrouve une garce vigueur (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 3). Malgré des ruses infinies, ma grande ingéniosité, je désespérais fort souvent sur cette garce enveloppe (Id., ibid., p. 456).
REM. 1.
Garçailler, verbe intrans.[En parlant des garçons] . Fréquenter les garces. Il garçaillait quelque peu. Ces façons de roulier, peut-être les prenait-il pour marquer des distances (Pourrat, Gaspard,1925, p. 171).P. ext. [En parlant des filles] Fréquenter les garçons. La bague au doigt, fini, dame! Fini, ma jolie, on ne garçaille plus! (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 65).(Ds Boiste 1834).
2.
Garçaill(i)er,(Garçailler, Garçaillier) subst. masc.Synon. garçon (débauché).[Henri, suivi de 5200 hommes] marcha vers les pommiers de Caux et les garçailliers de Rouen pour se faire des camarades en Normandie (D'Esparbès, Roi,1901, p. 249).
3.
Garcerie, subst. fém.[En parlant d'une fille ou d'un garçon] . Caractère de la garce (cf. supra I D), effronterie désinvolte et cruelle. Quelle joie il aurait eue à humilier en elle toute la garcerie féminine (Magnane, Bête à concours,1941, p. 334).Hippo a pour lui son admirable museau et cette garcerie même qui sent sa graine de chouan et fait soupirer la rude compassion des commères (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 233).P. ext. [En parlant de choses abstr.] . La garcerie de ma putaine existence! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 48).
4.
Garcinette, subst. fém.Dimin. de garce (cf. supra I D). À moins que cette garcinette de Marguerite ne veuille me faire payer par trop ses émotions (La Varende, Dern. fête,1953, p. 239).
5.
Gerce, subst. fém.,arg. Femme, maîtresse. Synon. garce (pop. et vx).[Au Château-Rouge] Les gerces, en cheveux, dépenaillées circulent (Méténier, Lutte pour amour,1891, p. 154).La Guillaumette qui, avec un copain, ne voyait plus de motif à se gêner, aborda le point délicat : − C'est pas tout ça : où q'sont les gerces dans ce pays-ci? (Courteline, Train 8 h 47,1888, 2epartie, 4, p. 136).Pop. Femme méchante. Mais elles savent se défendre, les autres filles, et les malins l'apprennent vite. Les serpes, les gerces, les guêpes, pas question de les tenir! Pucelles ou pas, c'est comme les alouettes, pour les attraper faudrait être le vent (J. Chessex, Portrait des Vaudois, Lausanne, Bertil Galland, 19724, p. 90).
Prononc. et Orth. : [gaʀs]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 « fille ou femme débauchée, putain » (G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 1127); 2. xiiies. « jeune fille » (Pastourelles, éd. J. Cl. Rivière, III, 68, 22); 3. 1865 garce de (suivi d'un subst.) en parlant d'une chose désagréable, pénible (Littré). Fém. de gars*. Fréq. abs. littér. : 270. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 14, b) 246; xxes. : a) 466, b) 723. Bbg. Migl. 1968 [1927], p. 161.

Garce : définition du Wiktionnaire

Nom commun

garce \ɡaʁs\ féminin

  1. (Anciennement) Fille ou femme.
    • C’est une fameuse garce, est un éloge peu compris que recueillit Mme de Stael dans un petit canton du Vendomois, où elle passa quelques jours d’exil. — (Honoré de Balzac, les Chouans, 1829)
    • C’est un affineur de Lyon, fort débauché, qui emmena d’ici Lyon quand et soi une belle garce qui lui a bien mangé du bien. — (Gui Patin, Lettres, t. II, p. 467)
  2. (Populaire) (Injurieux) Fille ou femme débauchée.
    • Un jour leur père surprit Blanche dans la rue de la Gaîté, au bras d’un souteneur. Il rentra chez lui, s’accouda sur la table et dit : « J’avais trois filles, il a bien fallu que ce soient trois garces. » Et ses grosses larmes d’homme tombaient dans sa barbe. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 179)
    • Pourquoi d’autres amenaient-ils là des Européennes, d’affreuses garces sorties des mauvais lieux d’Alger ou de Constantine, […]. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Je n’ai fait que réaliser le rêve de toute une génération de garces bien élevées : épouser Jérôme Martinaud, docteur en droit, héritier de l’étude Martinaud. — (Garde à vue, 1981, dialogues de Michel Audiard, réplique dite par Romy Schneider)
  3. (Populaire) Fille ou femme méchante ou désagréable.
    • Tu n’as pas oublié que le quatrième soir, la garce t’a proposé d’acheter en viager une cabane qu’elle avait à Maisons-Laffitte. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Et pourquoi la vieille avait-elle dit « garce » en parlant de sa gendresse ? Des histoires de sous probablement. — (Charles Exbrayat, Jules Matrat, Éditions Gallimard, 1942, Éditions Albin Michel, 1974)
    • Le pire dans tout ça c'est que Coco a posté la vidéo sur le net, la garce, pleins de gens l'ont vue et commentée, il n'y avait que des « lol, mdr, xptdr, lmao... ». Le pire du pire, c'est que ça n'avait même pas gêné mon danseur latino, c'est moi qui ai dû la payer pour qu'elle retire cette vidéo une semaine plus tard parce qu'on me voyait dessus. — (Carol L. Bing, Madi, un conte de faits : Une comédie romantique déjantée, traduit de l'anglais (Inde), éd. Publishroom, 2016, chap. 7)
  4. (Populaire) En apposition (Suivi de de), donne une forte charge négative au substantif auquel il s’appose.
    • Ne changera-t-il jamais sa garce de vie ?… sa chienne de vie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Garce : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GARCE. n. f.
Femme ou fille de mauvaise vie. Il est bas.

Garce : définition du Littré (1872-1877)

GARCE (gar-s') s. f.
  • 1Anciennement, fille ou femme. C'est un affineur de Lyon, fort débauché, qui emmena d'ici Lyon quand et soi une belle garce qui lui a bien mangé du bien, Patin, Lettres, t. II, p. 467.
  • 2Aujourd'hui, terme injurieux et très grossier. Se dit d'une fille ou femme débauchée. Quelle garce ! Cette garce de femme.

    Avec de, sorte de juron très grossier. Ne changera-t-il jamais sa garce de vie ?

HISTORIQUE

XIIIe s. Si leur soit tost la garce [la jeune fille] et errant delivrée, Berte, XVI.

XIVe s. Partis est de ma terre li ors garçons truans ; Si emmene ma soer, qui tant ert souffisans ; Jamais honour n'ara la garce en son vivans, Baud. de Seb. VI, 840.

XVIe s. Amour de garce et saut de chien ne dure si l'on ne dit rien, Cotgrave Le masle est gars à quatorze ans, et la femelle est garce à douze, Loysel, dans le Glossaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « garce »

Étymologie de garce - Littré

Voy. GARÇON. Autrefois garce n'avait aucun sens déshonnête ; c'était simplement le féminin de garçon, et ce mot signifiait jeune fille. Le sens ancien s'est conservé dans quelques localités : C'est une fameuse garce, est un éloge peu compris que recueillit Mme de Stael dans un petit canton du Vendomois, où elle passa quelques jours d'exil, Honoré de Balzac, les Chouans. Cette tendance à prendre les mots en mauvaise part produit de fâcheux effets. Garce avait un sens très bon, on l'a rendu déshonnête ; il a fallu prendre fille. Aujourd'hui fille est devenu déshonnête à son tour en certains cas ; on ne peut plus dire une pension de filles ; il faut dire : de jeunes filles ou de jeunes personnes ; où s'arrétera-t-on ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de garce - Wiktionnaire

(c. 1165) Féminin de gars [1]. (Dans cette acception, garce n’a aucun sens péjoratif et signifie simplement fille au sens de Jeune personne féminine.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « garce »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
garce gars play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « garce »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « garce »

  • Sara Martins : Oui, elle sait qu'elle joue les petites princesses dans le royaume de son père. Mais en même temps, elle a du cœur. Elle encourage son mari à renouer avec ce frère qu'il ne connaît pas. J'adore mon personnage : je joue une adorable garce qu'on aime détester, un peu à la Eva Longoria dans Desperate Housewives, toutes proportions gardées ! (Elle sourit). Telestar.fr, Sara Martins (Réunions) : "Je joue une adorable garce qu'on aime détester" - Télé Star
  • Pas du tout, parce qu'il y a des rôles de mères, de grands-mères. J'ai conscience que je ne joue pas les jeunes premières, mais il y a des rôles fabuleux à tous les âges et de plus en plus. Par exemple, je voudrais bien jouer une méchante, une garce (rires). Ça révélerait encore autre chose de moi en tant qu'actrice. , Sandrine Quétier (Meurtres dans le Jura) : "Je voudrais bien jouer une garce"
  • Maeva en amitié elle est fidèle on la vu avec Alix mais en amour c’est une vrai garce pauvre Greg elle ne le mérite pas, faut qu’elle arrête de le faire souffrir pour rien #LMAC https://t.co/1cXIgGb32F Blasting News, LMAC : Après sa rupture avec Greg, Maeva est qualifiée de 'garce' par les internautes
  • Avant d’expliquer que cette relance « a été possible, garce à un partenariat avec une société émiratie, qui est en association avec l’Etat guinéen. Il a été créé la société Guinée-émiratie, qui va reprendre en main les actifs de l’ex SALGUIDIA et créer une unité industrielle des plus performantes, dans notre sous-région et qui va venir combler un énorme vide dans ce secteur dans notre pays. Une usine qui était à l’arrêt depuis de longues années, pour le plus grand sentiment de détresse des travailleurs ». Guinee7.com, Relance de SALGUIDIA/ La Guinée ‘‘exportera dans les cinq prochaines années, 70 mille tonnes d’ananas’’ (ministre) - Guinee7.com
  • « Je ne me sentirais pas bien de donner des coups de pied à quelqu’un quand il est à terre parce qu’il est si facile d’attaquer lorsque vous êtes dans un coin, je comprends. Les gens vous font du mal et la plupart du temps cela n’a rien à voir avec vous, « son message a continué. « Je ne peux pas faire monter mon karma inquiet pour mon ego, bien que je sois humain et j’en ai un. Sache juste que je suis cette garce malgré ce que mon humilité peut faire croire. » News 24, Keke Palmer a la réponse la plus classe après août, Alsina la claque sur Twitter - News 24
  • Mon colocataire est une garce 2020-09-24 – 2020-09-26 Aix-en-Provence Bouches-du-Rhône Aix-en-Provence Unidivers, Mon colocataire est une garce Aix-en-Provence jeudi 24 septembre 2020
  • Théâtre: Ma colocataire est une garce 2020-06-25 – 2020-06-27 Café Théâtre des Ballons Rouges 6 Rue Charles Cartel Lamballe-Armor Côtes d’Armor Unidivers, Théâtre: Ma colocataire est une garce Lamballe-Armor jeudi 25 juin 2020
  • Le pessimiste pense que toutes les femmes sont des garces. L'optimiste l'espère bien. De Chauncey Depew
  • Entre une grâce et une garce, il n’y a qu’une lettre de déplacée. Le plus souvent une lettre de rupture. De Claude Frisoni / Frisoni soit qui mal y pense
  • Y'a pas plus garce que la mémoire. Ca te prive, mais tu sais pas de quoi. De Daniel Picouly / L'Enfant léopard
  • Garçon a deux féminins : fille et garce. De Gilbert Cesbron / Journal sans date

Images d'illustration du mot « garce »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « garce »

Langue Traduction
Corse cagna
Basque puta
Japonais 雌犬
Russe сука
Portugais cadela
Arabe الكلبة
Chinois ch子
Allemand hündin
Italien cagna
Espagnol perra
Anglais bitch
Source : Google Translate API

Synonymes de « garce »

Source : synonymes de garce sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires