Macération : définition de macération


Macération : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MACÉRATION, subst. fém.

I.
A. − Opération qui consiste à laisser séjourner un corps solide dans un liquide ou dans un milieu humide, pour extraire certains principes actifs ou nutritifs de ce corps ou pour obtenir une modification de celui-ci; état d'un corps soumis à cette action. Il est certain que la macération et la coction détachent nettement les muscles des parties dures, ce qui ne peut avoir lieu que par la dissolution de leur moyen d'union (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 134).La macération est un des procédés permettant d'améliorer la qualité des jus de fruits. On peut distinguer la macération enzymatique, la macération sulfureuse et la macération à chaud (Clém.Alim.1978):
1. On a soin de les arroser [des glands] de loin en loin. Ils attendront là le printemps, dans une sorte de macération continue, s'amollissant, s'attendrissant dans cette stratification maintenue humide... Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 30.
P. méton. La solution ainsi obtenue. Synon. macéré (cf. ce mot II).Sa qualité [du cuir] dépend surtout du tannage, séjour très prolongé des peaux dans une macération d'écorces de chêne et dans un lit de tan (Macaigne,Précis hyg., 1911, p. 178).
B. − Fait de séjourner longuement dans un liquide ou dans un milieu humide. La plus grande partie des tissus (...) ayant été détruite, soit par une longue macération dans l'eau ou dans un sol humide, soit par l'action du liquide qui a déterminé la silicification de ces organes (Ad. Brongniart, Graines foss., 1878, p. 16).
P. méton., PATHOL. Gonflement et altération de tissus à la suite d'un séjour prolongé dans un liquide ou à l'humidité. Macérations épidermiques; macération d'une plaie. Ces suppurations locales peuvent être l'origine d'accidents divers. En certaines régions, l'abcédation [transformation en abcès] aboutit à la macération et à la nécrose des tissus (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux, 1896, p. 441).On évitera les conséquences de l'incontinence d'urine, la macération de la peau (Quillet Méd.1965, p. 308).
En partic. Macération du foetus. ,,Décomposition des tissus du foetus mort, in utero, à la suite de son imbibition par le liquide amniotique`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
II. − RELIG., souvent au plur. Pratique d'ascétisme, privations, mortifications que l'on inflige à son corps, par esprit de pénitence, pour soumettre la chair à l'esprit. S'imposer des macérations; se livrer à des macérations. Il ne parle que des tourmens de l'autre vie, et il pense que, pour s'y soustraire, il doit imiter les abstinences et les macérations des anciens anachorètes; il s'interdit dès-lors toute nourriture (Pinel,Traité alién. ment., 1801, p. 59).Il faut le renoncement, la macération, la soumission complète du coeur, et ce ne sont pas des mérites qui s'obtiennent sans peine et sans travail (Gobineau,Nouv. asiat., 1876, p. 93):
2. ... il se jetait, pour calmer ce désarroi, dans des exercices religieux, des macérations, des pénitences, dont la brutalité le terrassait pour quelques heures, s'obligeant à coucher nu sur le carrelage de sa chambre, se déchirant le dos à coups de règle. Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 14.
Prononc. et Orth.: [maseʀasj ]. Ac. 1694, 1718 maceration, dep. 1740 -cé-. Étymol. et Hist. 1. Fin xiiies. [ms.] «pratique d'austérités pieuses qui épuisent le corps» (Vie et mir. de plus. s. confess., Maz. 1716, fo71a ds Gdf. Compl.); 2. 1555 «opération par laquelle on fait macérer une substance» (Tresor de Evonime, XII, ibid.); 3. 1765 terme de métall. (Encyclop. t. 9); 4. 1845 «liquide chargé des matières dissoutes pendant la macération» (Besch.). Empr. au lat. maceratio «macération», en lat. chrét. «mortification». Fréq. abs. littér.: 78.

Macération : définition du Wiktionnaire

Nom commun

macération \ma.se.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Chimie) Opération chimique qui consiste à laisser séjourner dans un liquide, à la température ambiante, une substance dont on veut extraire les principes solubles.
    • On préparera, par exemple, par macération au bain-marie, une huile benzoïnée en fondant dans 10 kilos d’huile végétale 0k.500 à 1 kilo de benjoin ou d’acide benzoïque. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924, p. 138)
    • Cette plante est en macération.
    • Mettre en macération de l’écorce de quinquina.
  2. (Par extension) Liquide obtenu par cette opération.
    • Le cryptocoque est cultivable à 38°, en ensemençant, avec du pus aseptique d’abcès, de la gélose au crottin de cheval recouverte d’une macération de ganglions du même animal. — (G. Marotel, Parasitologie vétérinaire, J.-B. Baillière & fils, 1927, p. 520)
  3. (Figuré) (Religion) Mortification par jeûnes, disciplines et autres austérités.
    • Par-delà toute macération, toute tristesse, j’imaginais, je pressentais une autre joie pure, mystique, séraphique et dont mon âme déjà s’assoiffait. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 22)
    • Puis, de temps en temps, elle disparaît pendant des mois ; on raconte qu’elle se retire dans un couvent, pour vivre dans la pénitence et les macérations. — (Italo Calvino, Le Baron perché, 1957. Traduit de l’italien par Juliette Bertrand, 1959, page 251)
    • La macération de la chair.
    • Ses grandes macérations ont abrégé ses jours.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Macération : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MACÉRATION. n. f.
Opération chimique qui consiste à laisser séjourner dans un liquide, à la température de l'atmosphère, une substance dont on veut extraire les principes solubles. Cette plante est en macération. Mettre en macération de l'écorce de quinquina. Il signifie au figuré, dans le langage ascétique, Mortification par jeûnes, disciplines et autres austérités. La macération de la chair. Ses grandes macérations ont abrégé ses jours.

Macération : définition du Littré (1872-1877)

MACÉRATION (ma-sé-ra-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1 Terme de pharmacie. Opération qui consiste à laisser séjourner, à froid, c'est-à-dire à la température atmosphérique, un corps solide quelconque dans un liquide qui se charge des principes solubles de ce corps.

    Ce liquide même.

  • 2 Terme de métallurgie. Fusion et épuration de la fonte par le repos de la masse.
  • 3 Fig. Mortification par jeûnes, disciplines et autres austérités. Où sont ceux qui expient leurs crimes par des larmes et des macérations ? où sont ceux qui, après avoir commencé comme des pécheurs, finissent comme des pénitents ? Massillon, Carême, P. nomb. élus. Les trappistes ont été continuer leurs macérations dans les bruyères de l'Angleterre, Chateaubriand, Génie, IV, III, 3.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MACÉRATION. Ajoutez : - HIST. XVIe s. Austerité, maceration de corps, penitence et vie contemplative, Paradin, Chron. de Savoye, p. 327.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Macération : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MACÉRATION, (Morale. Gramm.) C’est une douleur corporelle qu’on se procure dans l’intention de plaire à la divinité. Les hommes ont par-tout des peines, & ils ont très-naturellement conclu que les douleurs des êtres sensibles donnoient un spectacle agréable à Dieu. Cette triste superstition a été répandue & l’est encore dans beaucoup de pays du monde.

Si l’esprit de macération est presque toûjours un effet de la crainte & de l’ignorance des vrais attributs de la divinité, il a d’autres causes, sur-tout dans ceux qui cherchent à le répandre. La plûpart sont des charlatans qui veulent en imposer au peuple par de l’extraordinaire.

Le bonze, le talopin, le marabou, le derviche, le faquir, pour la plûpart se livrent à différentes sortes de supplices par vanité & par ambition. Ils ont encore d’autres motifs. Le jeune faquir se tient de-bout, les bras en croix, se poudre de fiente de vache, & va tout nud ; mais les femmes vont lui faire dévotement des caresses indécentes. Plus d’une femme à Rome, en voyant la procession du jubilé monter à genoux la scala santa, a remarqué que certain flagellant étoit bien fait, & avoit la peau belle.

Les moyens de se macérer les plus ordinaires dans quelques religions, sont le jeûne, les étrivieres, & la mal propreté.

Le caractere de la macération est par-tout cruel, petit, pusillanime.

La mortification consiste plus dans la privation des plaisirs ; la macération s’impose des peines. On mortifie ses sens, parce qu’on leur refuse ; on macere son corps, parce qu’on le déchire ; on mortifie son esprit, on macere son corps ; il y a cependant la macération de l’ame ; elle consiste à se détacher des affections qu’inspirent la nature & l’état de l’homme dans la société.

Macération, (Chimie.) C’est ainsi qu’on appelle en Chimie la digestion & l’infusion à froid. La macération ne differe de ces dernieres opérations, que pour le degré de chaleur qui anime le menstrue employé ; car l’état des menstrues désigné dans le langage ordinaire de l’art, par le nom de froid, est une chaleur très-réelle, quoique communément cachée aux sens. Voyez Froid & Feu (Chimie.), Infusion, Digestion, & Menstrue. (b)

Macération des mines, (Métallurg.) quelques auteurs ont regardé comme avantageux de mettre les mines en macération, c’est-à-dire de les faire séjourner dans des eaux chargées d’alcali fixe, de chaux vive, de matieres absorbantes, de fer, de cuivre, & même d’urine & de fiente d’animaux, avant que de les faire fondre. On prétend que cette méthode est sur-tout profitable pour les mines des métaux précieux, quand elles sont chargées de parties arsenicales, sulfureuses, & antimoniales, qui peuvent contribuer à les volatiliser, & à les dissiper dans un grillage trop violent.

Orschall a fait un traité de la macération des mines, dans le quel il prouve par un grand nombre d’exemples & de calculs, que les mines de cuivre qu’il a ainsi traitées, lui ont donné des produits beaucoup plus considérables que celles qu’il n’avoit point mises en macération. Voyez l’article de la fonderie d’Orschall.

Beccher approuve cette pratique ; il en donne plusieurs procédés dans sa concordance chimique, part. XII. Il dit qu’il est avantageux de se servir de la macération pour les mines d’or qui sont mêlées avec des pyrites sulfureuses & arsenicales ; il conseille de commencer par les griller, de les pulvériser ensuite, & d’en mêler une partie contre quinze parties de chaux vive & de terre fusible ou d’argille, arrosée de vingt-cinq parties de lessive tirée de cendres, & d’y joindre quatre parties de vitriol, & autant de sel marin : pour les mines d’argent on mettra de l’alun au lieu du vitriol, & du nitre au lieu de sel marin : on mêlera bien toutes ces matieres, & on les laissera quelque tems en digestion ; après quoi on mettra le tout dans un fourneau, l’on donnera pendant vingt quatre heures un feu de charbons très violent, au point de faire rougir parfaitement le mélange. Beccher pense que par cette opération la mine est fixée, maturée, & même améliorée. Voy. Concordance chimique.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « macération »

Étymologie de macération - Littré

Lat. macerationem, de macerare, macérer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de macération - Wiktionnaire

Du latin maceratio (« macération, trempage »), de macero (« macérer, tremper »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « macération »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
macération maserasjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « macération »

  • Du bon beaujolais ! Ça met toujours le sourire aux lèvres. Ici, on a une expression tout ce qui il y a de plus naturel du gamay en macération carbonique : du fruit à revendre, une bouche gourmande, juteuse, tonique, et ce caractère salivant, appétissant qui donne envie d’improviser un apéro. À peine le nez dans le verre, on a envie d’en boire. Tout plein de fruits rouges, un peu d’herbes et de fleurs, de la fraîcheur, et juste assez de structure pour trancher dans le gras d’un saucisson, de toasts aux rillettes, de la peau croustillante d’un poulet rôti. Il fera aussi merveille avec une salade de betteraves au chèvre frais, un sandwich aux légumes grillés, un bon gros hamburger maison. Et plein d’autres choses ! La Presse, Vins de la semaine : on ne juge pas un vin à sa robe
  • Au fil des mois, il perfectionne son éventail de produits et peaufine ses combinaisons d’épices. Celles-ci sont infinies, autant au niveau du mélange des plantes, de leur quantité que de la macération. Après plus d’une centaine d’essais, il présélectionne une quinzaine d’assemblages pour n’en garder qu’un au final. «Ce sont toutes ces petites technicités qui rendent cet alcool unique en son genre. J’aime le gin rond en bouche et floral, mais malgré tout épicé, qui a du retour et qui, de par sa complexité, peut être bu pur. Au final, ma recette me ressemble.» Le Temps, Quentin Verne, faiseur de gin - Le Temps
  • Tout droit arrivé de la Vénétie en Italie, Nicola Brunetti (Domaine Calalta), nous présente sa cuvée Davvero. On parle ici d’un vin blanc de macération communément appelé « vin orange » pour les habitués! Qu’entend-on par vin orange? Il s’agit en fait d’un vin produit à 100% avec un cépage blanc, mais conçu comme un vin rouge. Il doit y avoir une macération des peaux du raisin sur le jus en fermentation afin d’aller chercher cette couleur orangée et cette structure tannique. Le résultat : la cuvée Davvero nous transporte complètement ailleurs avec un riesling aux arômes de fruits mûrs et d’épices. Pour les amateurs de vins naturels, vous serez comblés! Bientôt disponible en SAQ. Accès Laurentides, Chronique de vin - Accès Laurentides
  • Excepté quelques variétés teinturières (à jus rouge), et contrairement à ce que l'on peut croire (chacun peut en faire l'expérience en écrasant un grain entre ses doigts), les cépages rouges donnent du jus… blanc. Pour que ce jus prenne sa teinte rosée, il faut laisser macérer la pulpe, incolore, avec la peau du raisin, dont les pigments colorent le moût, les anthocyanes. Plus la macération pelliculaire se prolonge, plus la couleur s'intensifie. Jadis, une fois la vendange de raisins noirs dans les cuves, les quelques heures qui séparaient la récolte du pressurage suffisaient à ce que la peau colore le jus. Comme la vinification en rouge implique une macération de plusieurs jours, faute de pouvoir les refroidir, les fermentations montaient à plus de 40° pour finir... Marianne, Quand le rosé montre sa vraie grandeur
  • Le macérât huileux est très facile et très gratifiant à réaliser, il permet d’extraire les propriétés liposolubles des plantes et fleurs grâce à la macération dans l’huile. On préférera des huiles végétales stables telles que l’huile d’olive ou de tournesol. On fera aussi sécher les plantes, fleurs et légumes, si possible, pour éviter le risque de rancissement. Si on souhaite incorporer du frais, on pensera à laisser le bocal ouvert tout le temps de la macération, en rajoutant une compresse, un bas de collant par exemple. Le Telegramme, À Lannion, les bons plans zéro déchet avec Laëtitia - Lannion - Le Télégramme
  • Belvedere Ginger Zest est le résultat de la macération du gingembre mêlé aux citrons Espagnols et pamplemousses Sud-Africains dans la vodka Belvedere, fabriquée à partir de seigle de Pologne et d’eau purifiée, distillée au feu. Le produit final offre une saveur ronde et savoureuse, de qualité irréprochable et de caractère complexe. Kiss My Chef, Vodka Belvedere Ginger Zest, macérée au gingembre - Kiss My Chef
  • Lire aussi Un été de gastronome avec un verre de bandol roséUn vin de macération Le vin orange provient de la fermentation de raisin blanc grappes entières. Le jus macère de quelques jours à quelques mois avec les parties solides, peaux, pépins et rafles, dans des contenants inspirés des kvevris, en amphores enterrées et scellées, voire en barriques. Les polyphénols contenus dans la peau lui donnent sa couleur orange. À la croisée du vin blanc et du vin rouge, la macération pelliculaire longue amène des arômes particuliers, détonant mélange d'une structure tannique, d'une tension et d'une fraîcheur propre aux vins blancs. De cette complexité résulte une intensité aromatique.Une plongée dans les origines du vin Impossible de parler de vin orange sans s'attarder sur la Géorgie. Cette technique de vinification et de conservation des vins s'y perd dans la nuit des temps. La plus ancienne trace, un résidu sans résine ni miel [1], sans intrant en somme, conservé dans deux jarres découvertes près de la capitale Tbilissi, remonte à plus de 6 000 ans. Dans les sociétés néolithiques caucasiennes, boire et offrir du vin faisait partie quasiment de tous les aspects de la vie. Le tamada, chef de banquet, y guidait – et guide toujours – le cérémonial et les toasts portés. « Les caves à vin sont encore un lieu sacré en Géorgie », observe l'Unesco. L'engouement actuel tient-il au fantasme de boire le premier vin, le vin originel, même si on ne sait pas s'il était vinifié ainsi ? Un pan du patrimoine mondial se dévoile, immémorial et porteur d'une nouvelle vie. Indissociable de son contenant de terre cuite en forme d'œuf, la méthode provoque un regain d'intérêt plus large pour l'élevage en amphores de toutes sortes. Le Point, Le vin passe à l'orange - Le Point

Traductions du mot « macération »

Langue Traduction
Corse macerazione
Basque beratze
Japonais 浸軟
Russe вымачивание
Portugais maceração
Arabe النقع
Chinois 浸渍
Allemand mazeration
Italien macerazione
Espagnol maceración
Anglais maceration
Source : Google Translate API

Synonymes de « macération »

Source : synonymes de macération sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires