Joute : définition de joute


Joute : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JOUTE, subst. fém.

A. − Combat, affrontement.
1. HIST. (Moyen Age, xviesiècle). Combat de parade où deux cavaliers armés de la lance essaient de se désarçonner en s'élançant l'un vers l'autre. Être tenant d'une joute; joute à tout venant; prix de la joute. Henri II mourut d'une blessure à l'œil qu'il reçut de Montgomery dans une joute (Chateaubr., Ét. ou Disc. hist., t. 4, 1831, p. 276).Dès le xiiesiècle, Étienne de Fougères reproche aux chevaliers de ne penser qu'à danser, s'amuser, courir les joutes et les tournois (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 32):
1. L'école permanente de ces deux vertus [vaillance et loyauté] fut, dans l'intervalle des opérations militaires, le tournoi, simulacre de combat, dont la vogue au xiiesiècle emplit la Chrétienté et qui, d'abord affrontement sauvage et meurtrier de bandes adverses, se ritualisa peu à peu et devint, à la fin du Moyen Âge, un sport mondain, succession de joutes singulières, strictement réglées comme un ballet. Encyclop. univ.t. 41969, p. 217.
2. P. anal.
a) Joute sur l'eau, joute lyonnaise, sétoise. Divertissement où deux hommes, chacun debout, sur une plate-forme à l'arrière d'une barque manœuvrée par plusieurs rameurs, essaient de se faire tomber à l'eau à l'aide d'une longue perche. Avant-hier, nous avons eu des joutes sur l'eau (Sand, Corresp., t. 1, 1831, p. 198).Il perd sa rame... Il s'affole... Il rebiffe... Il bascule... Il tombe au sirop exact comme « les joutes lyonnaises » en arrière « plat cul »!... Heureusement qu'il sait nager!... (Céline, Mort à crédit,1936, p. 135).
b) Combat entre deux animaux. Joute des coqs, des cailles (Ac.). Et le coq de Gomar fut sur lui. Il y eut (...) le choc de deux fureurs, une volée de plumes et de gouttelettes rouges, le bruit sonore des armes frappant les planches. Un cri : − Une joute de tête! Une joute de tête! (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 122).
B. − P. ext. Lutte, rivalité où chaque adversaire essaie de supplanter les autres en se montrant le meilleur (dans un certain domaine). Comme il fallait à ses nerfs une distraction, un soulagement, elle tourna sa colère, ses joutes taquines, contre Élysée (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 130).Une courte joute entre Labori et le général de Pellieux, relative à la publication de l'acte d'accusation de 1894 (Martin du G., J. Barois,1913, p. 390):
2. Il savait bien, surtout, que les gens étaient avec lui dans cette joute qu'il menait contre la loi et les gendarmes. Genevoix, Raboliot,1925, p. 145.
Joute + déterm. indiquant le domaine, le plan où l'on rivalise, ou les qualités qu'on veut faire briller.Joute d'arguments, de paroles, de plaisanteries, de répliques, de regards; joutes spirituelles, corporelles. Dans une de ces joutes d'adresse, j'ai vu un petit Landais exécuter une chose étonnante : (...) il s'engageait à ne pas sortir de ce cercle étroit, quoi que le taureau pût faire pour l'en déloger (A. Daudet, Crit. dram.,1897, p. 170).Dans certaines îles de l'Archipel polynésien, hommes et femmes, par groupes, se livrent à des joutes poétiques où les strophes se répondent d'un camp à l'autre (Jeux et sports,1967, p. 749):
3. Une sorte de fatuité bizarre, moliéresque, le poussait [Brunetière] à considérer toute réunion mondaine comme un tournoi, une joute oratoire, où il s'agissait d'épater les hommes et de fasciner les dames en les bousculant. L. Daudet, Entre-deux-guerres,1915, p. 206.
En partic., absol. Affrontement oratoire où chacun fait assaut d'esprit, d'éloquence. Celui-ci ne répondit pas et en se dérobant fit manquer la brillante joute que MmeVerdurin se réjouissait d'offrir à Forcheville (Proust, Swann,1913, p. 261).Wandrille, témoin et auditeur neutre de cette joute, où s'entrechoquaient les répliques mordantes, Wandrille jugea bon de la couper sec (Arnoux, Double chance,1958, p. 90):
4. Ç'a été très vif, très aigu, très batailleur, si batailleur, à ce qu'il paraît, que pendant la joute, MmeZola ne cessait de répéter presque tout haut : « Si ça continue, je vais pleurer... Si ça continue, je vais m'en aller. » Goncourt, Journal,1886, p. 560.
Prononc. et Orth. : [ʒut]. Ac. 1694 et 1718 : jouste; Ac. 1740 : joûte; dep. 1762 : joute. Étymol. et Hist. 1. Ca 1130 « combat singulier [à cheval, avec la lance] » (Gormont et Isambert, éd. A. Bayot, 367); 2. fig. 1178 « entreprise guerrière » (Renart, éd. M. Roques, 3324); 1683 les joustes du Barreau (Boileau, Lutrin ds Œuvres, éd. F. Escal, p. 222); 3. p. anal. joute de coqs (Monet); 4. 1671 (Pomey : Il y a des joutes qui sont des courses sur l'eau). Déverbal de jouter*. Fréq. abs. littér. : 116.

Joute : définition du Wiktionnaire

Nom commun

joute \ʒut\ féminin

  1. Combat à cheval d'homme à homme avec la lance.
    • Une joute à lances brisées, à fer émoulu.
    • Les joutes étaient des combats d'occasion qui se faisaient le plus souvent sans dresser des lices, en étendant des cordes qu'on nommait estachettes. — (Le P. Ménestrier, De la chevalerie, page 233, dans Lacurne.)
    • Il emporta le prix de la joute.
    • Joute sur l’eau ou joute nautique, Espèce de divertissement dans lequel deux hommes, placés chacun sur l’avant ou sur une plate- forme élevée à l’arrière d’un batelet, tâchent de se faire tomber à l’eau, en se poussant l’un l’autre avec de longues perches au moment où les bateaux s’approchent.
    • (Figuré),
    • Une joute d’éloquence.
    • Une joute de courtoisie.
  2. (Par extension) Toute espèce de combat entre deux personnes.
    • La joute d'Arlequin et de Scapin, qui se menacent avec grand bruit, se donnent quelques coups de bâton, et s'enfuient chacun de leur côté. — (Jean le Rond D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 16 juin 1769.)
  3. (Figuré) Toute espèce de lutte ou de rivalité.
    • D'autres fois Psyché se divertissait à entendre un défi de rossignols, ou à voir un combat naval de cygnes, des tournois et des joutes de poissons. — (Jean de la Fontaine, Psyché, I, p. 55.)
    • Quand, la première fois, un athlète nouveau
      Vient combattre en champ clos aux joutes du barreau.
      — (Nicolas Boileau-Despréaux, Lutr. VI. — cité par Littré)
    • Je crois vraiment que Madeleine et moi nous nous regardâmes avec colère tant cette joute extravagante mêlait d’excitations et de défis à d’autres sentiments intraduisibles. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 223)
  4. Se dit de certains animaux qu'on fait combattre les uns contre les autres.
    • La joute des coqs.
    • La joute des cailles.
  5. (Arts) Compétition de chant, de danse, de slam ou d’art oratoire arbitrée par un jury.

Forme de verbe

joute \ʒut\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de jouter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de jouter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de jouter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de jouter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de jouter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Joute : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JOUTE. n. f.
Ancien combat à cheval d'homme à homme avec la lance. Il emporta le prix de la joute. Joute sur l'eau ou Joute nautique, Espèce de divertissement dans lequel deux hommes, placés chacun sur l'avant ou sur une plate-forme élevée à l'arrière d'un batelet, tâchent de se faire tomber à l'eau, en se poussant l'un l'autre avec de longues perches au moment où les bateaux s'approchent. Fig., Une joute d'éloquence. Une joute de courtoisie. Par analogie, il se dit aussi en parlant de Certains animaux qu'on fait combattre les uns contre les autres. Une joute de coqs.

Joute : définition du Littré (1872-1877)

JOUTE (jou-t') s. f.
  • 1Combat à cheval d'homme à homme avec la lance. Une joute à lances brisées, à fer émoulu. Les joutes étaient des combats d'occasion qui se faisaient le plus souvent sans dresser des lices, en étendant des cordes qu'on nommait estachettes, Le P. Ménestrier, De la chevalerie, p. 233, dans LACURNE.
  • 2Joute sur l'eau, espèce de divertissement dans lequel deux hommes, placés chacun sur l'avant d'un batelet, tâchent de se faire tomber dans l'eau, en se poussant l'un l'autre avec de longues lances, au moment où les bateaux courent l'un contre l'autre.
  • 3 Par extension, toute espèce de combat entre deux hommes. La joute d'Arlequin et de Scapin, qui se menacent avec grand bruit, se donnent quelques coups de bâton, et s'enfuient chacun de leur côté, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 16 juin 1769.
  • 4 Fig. Toute espèce de lutte ou de rivalité. D'autres fois Psyché se divertissait à entendre un défi de rossignols, ou à voir un combat naval de cygnes, des tournois et des joutes de poissons, La Fontaine, Psyché, I, p. 55. Quand, la première fois, un athlète nouveau Vient combattre en champ clos aux joutes du barreau, Boileau, Lutr. VI.
  • 5Il se dit de certains animaux qu'on fait combattre les uns contre les autres. La joute des coqs. La joute des cailles.

HISTORIQUE

XIIe s. Quand li lances froissent e faillent, O [avec] li espées s'entreassaillent, Ne vunt pas jostes demandant, Maiz à chapleis se vunt ferant [frappant], Rou, V. 9114. Diex, dist Geris, n'est pas joste d'enfant : Garis [protége] Gauthier mon neveu le vailant. Raoul de C. 173.

XIIIe s. Dunc li tourneimens [le tournoi] s'asembla ; Qui juste quist [chercha] tost la trova, Marie de France, Milon.

XVe s. Et messire Gille de Mauny le vit venant vers lui, qui ne desiroit autre chose que la joute, Froissart, I, I, 99. Beau sire, voulez-vous venger vostre compaignon à la jouste ou à l'espée ? Perceforest, t. I, f° 32.

XVIe s. Tout ainsi que nous nous accoustumons aux joustes et tournois et contrefaisons la guerre en plaine paix, Montaigne, I, 281.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « joute »

Étymologie de joute - Littré

Berry, joûte, limite, séparation des propriétés ; provenç. josta, justa ; espagn. et portug. justa ; ital. giostra. Ménage le fait venir de justus : justa pugna, combat régulier. Mais, quand on étudie l'historique du verbe jouter, on voit que le sens d'être voisin est perpétuellement confondu avec celui de jouter. Joute, jouter viennent donc de la préposition latine juxta (voy. JOUXTE) : jouter, se joindre, et, comme disaient nos anciens, s'assembler. La signification de joûte dans le Berry y concourt. Palsgrave, p. 38, écrit jouxte, prononcé jouz-te.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de joute - Wiktionnaire

Déverbal sans suffixe de jouter [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « joute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
joute ʒut play_arrow

Citations contenant le mot « joute »

  • Le PVP ne résume pas qu’à ces joutes spatiales et Novaquark planche déjà sur d’autres formes comme des combats terrestres notamment. ActuGaming.net, Dual Universe : nous avons assisté à une joute spatiale en PVP façon Star Trek
  • Du 20 au 25 aôut 2020, Sète fêtera son saint patron Louis avec la même ambiance que d'habitude, et, à peu de choses près, les mêmes animations, joutes languedociennes comprises. Sauf si le préfet de l'Hérault s'y oppose pour raisons sanitaires notamment. France 3 Occitanie, Sète : la Saint-Louis 2020 aura bien lieu, avec ses tournois de joutes et ses animations habituelles
  • Ce mercredi 24 juin, au Musée de la mer de Sète, la municipalité a organisé sa traditionnelle remise de dotations de matériel aux jouteurs. midilibre.fr, Sète : les sociétés de joute ont reçu leur dotation de matériel - midilibre.fr
  • A Santa-Lucia, les jouteurs ne restent plus à quai. Photo Philippe Arnassan Var-Matin, Ils retrouvent les joies de la joute nautique pour la première fois depuis le confinement - Var-Matin
  • Les circonstances qui conduisent à la pratique de l'amour, sont plus intéressantes que la joute amoureuse elle-même. De Charlie Chaplin / Ma vie

Traductions du mot « joute »

Langue Traduction
Corse giusto
Basque joust
Japonais 冗談
Russe рыцарский турнир
Portugais justa
Arabe ناظر
Chinois 争吵
Allemand turnieren
Italien giostra
Espagnol justar
Anglais joust
Source : Google Translate API

Synonymes de « joute »

Source : synonymes de joute sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires