La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « joufflu »

Joufflu

Définitions de « joufflu »

Trésor de la Langue Française informatisé

JOUFFLU, -UE, adj.

A. − [En parlant d'un être hum. et, en partic., d'un être très jeune] Qui a des joues rondes, rebondies. Bébé, chérubin joufflu; visage joufflu; figure joufflue. Le portrait d'une femme grasse et rebondie, souriant à un gros enfant joufflu (Sue, Atar-Gull,1831, p. 2).La pendule (...), avec sa ronde d'amours joufflus, qui descendaient, se penchaient autour du cadran, comme une bande de gamins tout nus se moquant de la marche rapide des heures (Zola, Curée,1872, p. 478).Un jeune paysan de vingt-cinq ans, joufflu comme une pomme et rouge comme un coquelicot (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Tribunaux, 1884, p. 172).
P. anal. [En parlant d'une partie du corps hum.] Qui a une forme rebondie. Derrière joufflu. Et le buste droit sans honte de ses deux seins si peu joufflus qu'elle pourrait les cacher sous des soucoupes (Laforgue, Moral. légend.,1887, p. 124).
Péj. [Surtout en parlant d'un adulte] Un gros homme joufflu. La physionomie de ce capitaine (...) respirait un contentement de lui-même qui faisait resplendir son teint rougeaud et sa figure passablement joufflue (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 1).Ce qui m'a surtout indisposé (...), c'est la sottise avec laquelle cinq ou six farceurs (...) se sont institués les prêtres de ce gros garçon rouge et joufflu comme un fils de boucher, qu'ils appellent Éros (Mallarmé, Corresp.,1865, p. 156).
Emploi subst., fam. Une grosse joufflue. Peut-être que ces deux gros joufflus (...) empêcheront le grand maigre de me mettre au feu! (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 149).Ohé! ohé! v'là papa! cria en ouvrant la porte un gros joufflu de cinq à six ans, qui entra au salon la tête entre les jambes de son père (Balzac, Œuvres div., t. 2, 1831, p. 371).Bourbaki, notre troisième ou quatrième colonel, était un esprit brouillon, un ronchonneux, un ventru, un joufflu (Cendrars, Main coupée,1946, p. 227).
B. − P. anal.
1. [En parlant d'une chose concr.] Qui a des formes rebondies. Nuage joufflu. La voile pleine de vent fait courir sur le dos des vagues la coque joufflue des barques (Maupass., Une Vie,1883, pp. 22-33).Bénin avait un réveille-matin en cuivre rouge, joufflu comme un ange, et pourvu de trois pieds comme une marmite (Romains, Copains,1913, p. 66).Des chaînes de saucisses rouges suspendues à tous les crocs de la boutique écrasée de lumières et des jambons joufflus empilés en pyramides luisantes jusqu'à hauteur du plafond (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 251):
À Mayence et à Francfort, (...) le contour joufflu, pansu, opulent, ayant plus de santé encore que de beauté; (...) toute la sculpture païenne charnue et robuste, l'ornementation énorme, hyperbolique et exorbitante, le mauvais goût magnifique, ont envahi la ville depuis le commencement du dix-septième siècle... Hugo, Rhin,1842, p. 241.
MAR. [En parlant de l'avant d'un navire] Qui est renflé, dont les joues sont prononcées (d'apr. Bonn.-Paris 1859).
2. Rare. [En parlant d'une chose abstr.] Qui se développe largement, avec enflure. M. de Lally-Tolendal, qui était, je crois, ministre de l'instruction publique, prononçait des discours plus amples, plus joufflus encore que sa personne (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 571).
REM.
Joufflure, subst. fém.Aspect que présente un visage joufflu. Son amant (...) la quitta (...) : elle choisit alors pour maître Gabriel Michon, un gringalet chauve qui avait une joufflure d'ange et des regards noyés d'ivrogne (Huysmans, Sœur Vatard,1879, p. 48).
Prononc. et Orth. : [ʒufly]. Att. ds Ac. dep. 1694; Ac. 1694 : jouflu, üe. Étymol. et Hist. 1530 (R. Est. ds Gdf. Compl.); 1549 (Est. ds DG). Altération du m. fr. giflu « joufflu » (1531 R. Estienne, Thes. ds Gdf. Compl., s.v. joufflu; dér. de gifle* au sens de « joue ») d'apr. joue*. Fréq. abs. littér. : 126.

Wiktionnaire

Adjectif - français

joufflu \ʒu.fly\

  1. (Familier) Qui a de grosses joues.
    • Petit-Pierre paraissait plus avisé que ses frères ; mais autant ceux-ci étaient gros, joufflus et vermeils, autant il avait l’air maigre, chétif et pâlot. — (Charles Deulin, Manneken-Pis)
    • Une colossale figure du « Temps », soulève Terre et cadran sur ses vigoureuses épaules, tandis que des anges joufflus, des Amours pour mieux dire, se jouent tout autour, voletant et dégringolant jusque sur le fronton. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895, 1923)
    • Et voici que des guirlandes de jeunes filles, fleurs rieuses dans leurs corolles couleur de ciel, couleur d'eau, couleur de feuille, essaient la cadence des rondes dont le cornemusiste joufflu guidera aigrement les temps. — (Marcel Brion, La reine Jeanne, Éditions Robert Laffont, 1944, chap. 1)

Nom commun - français

joufflue \ʒu.fly\ féminin (pour un homme, on dit : joufflu)

  1. Personne qui a de grosses joues.
    • Une cornette maigre, une avec un long nez, une cornette qui louche, une joufflue qui porte des grosses lunettes de myope. — (Jean-Michel Dagory, La Muette, 1997)

Nom commun - français

joufflu \ʒu.fly\ masculin (pour une femme, on dit : joufflue)

  1. Personne qui a de grosses joues.
    • Un joufflu à qui on a envie de filer des claques. — (Marie-Aude Murail, Ma vie a changé, 1997)
    • Si j'ai trahi les gros, les joufflus, les obèses,
      C'est que je baise, que je baise, que je baise
      Comme un bouc, un bélier, une bête, une brute.
      — (Georges Brassens, Le Bulletin de santé, in Supplique pour être enterré à la plage de Sète, 1966)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JOUFFLU, UE. adj.
Qui a de grosses joues. Cette femme est trop joufflue. Substantivement, Gros joufflu. Grosse joufflue. Ce mot est familier.

Littré (1872-1877)

JOUFFLU (jou-flu, flue) adj.
  • 1Qui a de grosses joues. En sortant de mon cachot, n'ayant que la peau sur les os, je rencontrai un homme joufflu et vermeil dans un carrosse à six chevaux, Voltaire, l'H. aux 40 écus, Désastre. Si les rois sont les images des dieux et les ambassadeurs les images des rois, il s'ensuit, sire, par le quatrième théorème de Wolf que les dieux sont joufflus et ont une physionomie très agréable, Voltaire, Lett. Roi de Pr. juin 1740. Il est un petit homme… Joufflu comme une pomme, Béranger, Pet. h. gris.
  • 2 Substantivement. Gros joufflu. Grosse joufflue. Vous devez, mon cher philosophe, avoir reçu une lettre satisfaisante de ce joufflu de Gabriel Cramer, Voltaire, Lett. d'Alembert, 25 janv. 1765. Ce petit joufflu-là montre avoir de l'esprit, Regnard, le Distrait, III, 13.
  • 3 Terme de marine. On dit quelquefois que l'avant d'un navire est joufflu, quand il est renflé ou que les joues en sont prononcées.

HISTORIQUE

XVIe s. Jouflu, R. Estienne, Gramm. franç. p. 111, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « joufflu »

Mot qui semble à la vérité formé de joue, mais dont on ne connaît pas la dérivation. Scheler demande si c'est un composé anomal de joue et enfler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

En moyen français giflu, dérivé de gifle (« joue »), avec le suffixe -u avec l’influence de joue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « joufflu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
joufflu ʒufly
joufflue ʒufly

Citations contenant le mot « joufflu »

  • Oedipeux : individu nourri au sein maternel jusqu'à l'âge de sa majorité, et qui garde de ce régime une saine corpulence et un visage joufflu. De Alain Finkielkraut / Petit Fictionnaire illustré
  • C'est pas demain la veille que je poserai mon joufflu sur le siège d'un zavion. Clicanoo.re, [Société] Un avion d'Air-France obligé de faire demi-tour | Clicanoo.re
  • L’homme restera dans les mémoires comme un Coluche des campagnes : un pantalon à carreaux colorés solidement amarré à ses bretelles, un ventre gargantuesque à peine caché derrière une cravate multicolore, le tout chapeauté par un visage joufflu rieur et un béret traditionnel, et le personnage était complet. , Sarthe. L’humoriste Auguste Berdancier nous a quittés - Le Mans.maville.com
  • Ces derniers ont en revanche marqué l'occasion sur les réseaux sociaux, à commencer par son fils aîné, le prince Charles, qui a tweeté une série de photos. Sur la plus ancienne d'entre elles, l'héritier de la couronne apparaît en bébé joufflu derrière les barreau de bois de son parc, sous le regard enveloppant de sa mère. , Un anniversaire confiné et discret pour Elizabeth II - Le Matin
  • L’évolution du design de Mickey Mouse est caractéristique de cette morphologie, passant de l’adulte espiègle  à l’enfant joufflu et innocent.  France Culture, Pourquoi les vidéos de chats rendent "gaga"
  • Le cadre spacieux de la librairie de Jean-Marc Bélard le permet. Étoile scintillante, sous les arcades du Griffoul, accueille à échéances régulières des expositions d’artistes, à l’image de celle présentée jusqu’au 16 juillet par Dominique Blanc. Ses instruments se limitent à des feutres à pigments, de l’encre de Chine, des crayons et graphites. Ses dessins ouvrent une fenêtre sur l’imaginaire, l’hybridation entre l’animal et le végétal. "Coquillage" déplie des circonvolutions gracieuses, des écailles, des branches ténues. La figure marine s’estompe et prend des envies aériennes. Idem pour l’escargot de mer : le rampant, verticalisé sur sa pointe, devient un vase d’où s’échappent des tiges légères et de petits boutons de fleurs ou de fruits. Le cerf est tatoué de fleurs en rosace, le lion, sûr de sa force tranquille, se permet une crinière pigmentée de flammes et feuillages. Le lapin, joufflu et débonnaire, arbore un diadème précieux et des oreilles cornues. Les créatures de Dominique Blanc transgressent les frontières du vivant. Elle est superbe, sa danseuse au mouvement juste esquissé. Son corps se perd dans un caraco de mailles serrées et un jupon-cloche en treillage. Ailleurs, l’artiste s’évade des formes, dans "Noir et Doré" et ses compositions minimalistes. Oscillations autour d’un axe, fractures d’une terre desséchée, ébauche d’un paysage marin : la réalité voisine avec l’invisible. Qui peut en traduire les messages subliminaux ? Peu importe, l’esthétique est première. ladepeche.fr, Gaillac. Dominique Blanc expose à l’Etoile scintillante - ladepeche.fr
  • Trois expressions de fruit complètement différentes. Le vin espagnol affiche tout le caractère joufflu et fruité du grenache bien sucré (le cépage est plein de sucre, pas le vin ! D’où les taux d’alcool plus élevés des vins de grenache). Le dolcetto exhibe plutôt un fruit aigrelet, rehaussé de notes d’herbes et d’une légère amertume, qui contribuent à son caractère digeste. Des saveurs qui penchent plus du côté « salé » que sucré. Et l’américain offre le fruit le plus dense, le plus mûr, le plus exubérant. La Presse, Vins de la semaine : le fruit dans tous ses états
  • « C'est donc vrai, pensai-je, on va plus vite en pédalant qu'en courant ! » Le soir venu, harassé, je m'endormis comme un joufflu, souriant dans mon sommeil à des déhanchements de sprinteur et des échappées en danseuse. L'Équipe, En net progrès - Humeur - L'Équipe

Traductions du mot « joufflu »

Langue Traduction
Anglais chubby
Espagnol gordito
Italien paffuto
Allemand mollig
Chinois 胖乎乎的
Arabe بدين
Portugais gordo
Russe круглолицый
Japonais ぽっちゃり
Basque potoloa
Corse paffuto
Source : Google Translate API

Synonymes de « joufflu »

Source : synonymes de joufflu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « joufflu »

Joufflu

Retour au sommaire ➦

Partager