Imbu : définition de imbu


Imbu : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMBU, -UE, adj.

A. − Vx ou littér. [Correspond à imboire A] Synon. de embu (part. passé adj.)Ailleurs, imbu de soufre, imprégné de bitume, Des débris des forêts un noir amas s'allume (Delille, Trois règnes nature,1808, p. 185).Pour éviter la mort, son père, accusé de magie, s'était enfui de cette cité imbue de sang humain (Borel, Champavert,1833, p. 141).Cette pâte molle et imbue, cette éponge à picolo [Guilio] eut une détente imprévue et brutale (Arnoux, Rossignol napol.,1937, p. 94).
B. − Au fig. [Correspond à imboire B; toujours avec déterm.] Qui est imprégné, pénétré (de quelque chose).
1. [Imbu qualifie une pers. ou un attribut de la pers.] Le médecin (...) était imbu de tous les préjugés d'un homme du monde (Huysmans, À rebours,1884, p. 282).M. Dubois, imbu de Winckelmann, me prêta les œuvres de cet illustre antiquaire (A. France, Vie fleur, 1922, p. 411) :
Si l'esprit trop rationaliste de nos pères a méconnu l'inconscient et ses droits à l'expression, le nôtre, encore trop imbu d'une civilisation positive, conçoit malaisément que le spirituel ne se confonde pas avec l'intellectuel et y soit même parfois irréductible tant il lui est supérieur. Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 237.
SYNT. Être imbu du droit, d'un devoir; être imbu d'une croyance, d'une doctrine, d'une idée, d'un principe, d'une théorie, d'une tradition, d'un usage; être imbu d'une erreur, d'une nécessité, d'une prévention, d'un sentiment, d'une vérité; être imbu de sagesse, de libéralisme, de philosophie, de racisme; être imbu d'un langage.
En partic. Être imbu de soi-même, de son personnage, de sa dignité, de sa supériorité. Être convaincu, être exagérément conscient de sa valeur, de son pouvoir. Sans être plus qu'une autre très imbue de mon autorité, j'ai dû, pour faire un exemple, renvoyer mon Vatel (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 597).Le Bourgeois important et si intolérablement imbu de soi (Arnoux, Roi,1956, p. 350).
2. [Imbu qualifie une manifestation de l'activité humaine] Il se fera ainsi sur tous les points des études, des observations qui seront imbues de l'esprit d'observation scientifique (C. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 185).La philosophie de Kant est imbue, elle aussi, de la croyance à une science une et intégrale, embrassant la totalité du réel (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 355).Malgré l'accroissement de ses moyens et le progrès de ses méthodes, la diplomatie de la Renaissance restait profondément imbue de traditions primitives (Chazelle, Diplom.,1962, p. 17).
REM.
Imbue, subst. fém.bât. ,,Première couche de peinture, plus ou moins absorbée par une maçonnerie ou un bois`` (Barb.-Cad. 1971). Masc. selon Littré, Lar. 19e-Nouv. Lar. ill.
Prononc. et Orth. : [ε ̃by]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. xves. « imprégné de » (Ovide moralisé, Commentaire de Copenhague, éd. C. de Boer, t. 5, p. 399 : Imbeü de la Sainte trinité); 1438 imbeu de vin (Arch. Nord, B 1682, fol. 20 ds IGLF); 1507 de vertues imbut (N. de La Chesn., Condamn. de Bancquet, 352 ds DG). Réfection d'apr. le lat. class. imbutus « imbibé, imprégné » part. passé de imbuere, de embu*, part. passé de emboire*, de imbibere, (FEW, t. 4, 568b-569a). Fréq. abs. littér. : 132.

Imbu : définition du Wiktionnaire

Adjectif

imbu \ɛ̃.by\ masculin

  1. Qui est pénétré d’une idée, d’un sentiment.
    • Chacun d'eux doit en être imbu dès l'enfance, et il n'y a peut-être pas un autre exemple d'une morale qui soit à la fois l'objet constant de la science et la base officielle de la politique. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • […]; vous voyez dans toutes les œuvres qui l'ont remplie le sentiment de la force et de la grandeur héroïque. L'artiste est imbu : il ne songe pas à autre chose. — (Hippolyte Taine, Philosophie de l’art, Germer Baillière, Paris, 1865, page 26-27)
    • Le cens, qui accordait à deux cent mille privilégiés le droit de vote, irritait le peuple, qui, imbu des théories socialistes, demandait que l'État lui fournît du travail. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Je parie qu'il est imbu d'idées humanitaires, sociales et autres... du même genre. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • C'est alors que l'on commence à boire d'une façon plus suivie; à l’œnolisme aigu, succède peu à peu l’œnolisme chronique que nous constatons le plus souvent aujourd'hui, du moins chez l'ouvrier qui, imbu du préjugé que le vin donne des forces, arrive à boire, en moyenne, de 2 à 3 litres de vin par jour. — (Paul Carnot & Etienne Lancereaux, Intoxications, J.-B. Baillière et fils, 1907, p. 209)

Forme de verbe

imbu \ɛ̃.by\

  1. Participe passé masculin singulier de imboire.

Nom commun

imbu \Prononciation ?\

  1. (Anatomie) Hanche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Imbu : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMBU, UE. participe passé
de l'ancien verbe Imboire qui s'emploie surtout comme adjectif. Qui est pénétré d'une idée, d'un sentiment. Imbu de bons principes. il est tout imbu de lui-même.

Imbu : définition du Littré (1872-1877)

IMBU (in-bu, bue) part. passé d'imboire
  • 1Pénétré d'un liquide. Du papier imbu d'huile.
  • 2 Fig. Dont l'esprit ou le cœur est pénétré de. Les faux principes dont ils sont imbus, Bossuet, Var. XIV, § 90. Les Français, toujours imbus de cet esprit de chevalerie, qui a été si longtemps la brillante folie de toute l'Europe, Raynal, Hist. phil. X, 13.

    Il se dit, en un sens analogue, de ce qu'on sait. Il est imbu de cette affaire. Assez imbu de belles-lettres, parlant bien, écrivant d'un style pur, aisé, naturel et du meilleur goût, Marmontel, Mém. V.

  • 3 S. m. Terme de peinture en bâtiment. Nom de la première couche à l'huile dont les substances sont entrées en partie dans les plâtres neufs ou dans les pores d'un bois spongieux, Morisot. (comp. EMBU).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « imbu »

Étymologie de imbu - Wiktionnaire

Du latin imbutus, participe passé de imbuere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « imbu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
imbu ɛ̃by play_arrow

Citations contenant le mot « imbu »

  • Alors à qui ça profite à part à cet homme imbu de lui-même? C’est comme donner les meilleures munitions au plus grand narcissique que la Terre ait connu. Il se permet grassement d’alimenter sa bêtise et sa soif de grandeur. On lui sert à ce vautour, tout cru dans le bec, mille et une raisons de croire en ses idées de méga-mégalomane. Y a-t-il moyen qu’on arrête de placarder la télé d’images de lui? Enfin, qu’on ne permettre plus à cet hurluberlu de contaminer nos existences. J’en appelle au civisme et à la RAISON en majuscules, rationnelle et pragmatique. Le Nouvelliste, Trump omniprésent, omniscient et... «omnichiant»! | Carrefour des lecteurs | Opinions | Le Nouvelliste - Trois-Rivières
  • Les agissements de Trump sont vus par plusieurs comme étant le fait d’un être narcissique imbu de lui-même, d’une ignorance crasse, qui ne se fie qu’à son instinct et qui ne croit que dans la loi du plus fort. La Presse, Trump et la montée du fascisme

Traductions du mot « imbu »

Langue Traduction
Corse imbuffatu
Basque barneratu
Japonais 染み込んだ
Russe проникаясь
Portugais imbuído
Arabe مشرب
Chinois 灌输
Allemand durchdrungen
Italien imbevuti
Espagnol imbuido
Anglais imbued
Source : Google Translate API

Synonymes de « imbu »

Source : synonymes de imbu sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires