La langue française

Pompon

Sommaire

  • Définitions du mot pompon
  • Étymologie de « pompon »
  • Phonétique de « pompon »
  • Citations contenant le mot « pompon »
  • Images d'illustration du mot « pompon »
  • Traductions du mot « pompon »
  • Synonymes de « pompon »

Définitions du mot « pompon »

Trésor de la Langue Française informatisé

POMPON, subst. masc.

A. −
1. Assemblage de fils (de laine ou de soie notamment) en forme de boule, de touffe plus ou moins sphérique, servant d'ornement, en particulier dans le costume et l'ameublement. Synon. houppe.Pompon de laine, de couleur; chapeau à pompons; béret à pompon rouge des marins; pompons, rubans et dentelles. Des mules en tenue de gala, housse de sparterie bleue et blanche, pompons rouges, grelots d'argent (A. Daudet, Lettres moulin, 1869, p.153).Les rideaux de la salle à manger; feuillages chocolat sur marron clair, bordés de pompons (Mauriac, Destins, 1928, p.26).V. béret ex. 3:
1. De longs raisonnements ne sont pas nécessaires pour faire comprendre la différence qui existe entre la masse des accessoires militaires −tambours, clairons, canne du tambour-major, pompons, épaulettes −et le drapeau. Arts et litt., 1936, p.64-9.
Au fig. Ornement de peu de valeur. La langue poétique intermédiaire dans laquelle Jean Polonius se produisit (...) est noble, saine, pure, dégagée des pompons de la vieille mythologie (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t.3, 1840, p.296).On écrit bien, lorsqu'on exprime une idée ou une sensation par le mot juste. Tout le reste n'est que pompons et falbalas (Zola, Romanc. natur., 1881, p.303).
2. P. anal. Ce qui a la forme d'un pompon. Encore deux ou trois jours et les noisettes auront leurs pompons (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p.58).Un géranium rouge incline ses pompons pour saluer chaque souffle (Estaunié, Vie secrète, 1908, p.55).V. acaule ex. 2.
Rose pompon. Variété de rose à petites fleurs sphériques. Elle avait une robe de safran pâle, relevée par trois bouquets de roses pompon mêlées de verdure (Flaub., MmeBovary, t.1, 1857, p.56).
B. − Loc. fig.
1. Fam. [Gén. avec une valeur iron.]
Qqn a/tient le pompon; le pompon revient/est (ou un verbe équivalent) à qqn. Quelqu'un l'emporte sur les autres. Le pompon demeure décidément à M. Georges Berry: «Que Dreyfus soit innocent ou coupable, je ne veux pas la révision.» Il a dit ce mot formidable qui doit rester comme l'expression d'un temps (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.349):
2. Le manque absolu de tact, c'est la spécialité du normalien, de l'universitaire qui se fait badin et léger, et en cette spécialité de gaffeur pignouf, About avait le pompon! Goncourt, Journal, 1889, p.1084.
À lui (moi, toi, etc., qqn) le pompon! Garibaldi a ici de fortes sympathies: «À Garibaldi le pompon!» est l'opinion du troupeau, exprimée par une de ces dames (Goncourt, Journal, 1860, p.791).Tu es le président de la république des débrouillards; à toi le pompon! (Giono, Baumugnes, 1929, p.182).
C'est le pompon! ,,C'est le comble`` (Carabelli, [Lang. fam.], s.d.).
2. Pop., vieilli. Avoir son pompon. Être un peu ivre. Synon. être pompette.J'avais mon pompon En r'venant d'Suresnes (France1907).
Prononc. et Orth.: [pɔ ̃pɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1556 «houppe de laine, de soie servant d'ornement» (doc., Paris ds B. de la Sté de l'hist. de Paris et de l'Ile-de-France, t.43, 1916, p.52); 1798 «accessoire de l'uniforme militaire» (Pièces de la procédure criminelle tenue contre les accusés de l'affaire d'Orgères [t.3] Seconde division, 1èresection, no283: un ponpon militaire, en laine aux trois couleurs); 2. 1826 à moi le pompon «à moi la gloire de premier» (Carmouche ds Esn.); 1858 avoir le pompon «l'emporter» (Larch., p.658); 1863 pompon «soldat ivrogne» (Fr. de Reiffenberg, La Vie de garnison ds Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p.305); 1888 avoir son pompon «être un peu ivre» (Villatte d'apr. FEW t.9, p.142b); 3. 1836 rose pompon (Gautier, Nouvelles, 224 ds Mat. Louis-Philippe, p.262). Orig. incertaine. Selon Bl.-W.3-5et FEW t.9, p.143a, le mot serait issu d'un rad. onomat. pomp- exprimant la rondeur, var. de pimp- (v. pimpant). Selon J. Orr ds R. Ling. rom. t.29, 1965, pp.1-14, il serait une var. nasalisée de poupon* «tétine», puis «poupée de chiffon», d'où «assemblage de chiffons, pompon», mais cette hyp. est mal fondée historiquement et sémantiquement. Fréq. abs. littér.: 112.

Wiktionnaire

Nom commun

pompon \pɔ̃.pɔ̃\ masculin

  1. Ornement en forme de houppe, de boule et qui sert dans la toilette et dans l’ameublement.
    • […] de longues files d’ânes blanchâtres portant de la paille hachée, ficelée avec des résilles de cordelettes ; et c’est tout : l’âne qui marche en tête, l’âne coronel, a toujours un petit plumet ou un pompon qui marque sa supériorité dans la hiérarchie de la gent à longues oreilles. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Les brides et les bâts des chameaux étaient tout parés de perles brillantes et de pompons multicolores. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans « Trois contes de l'Amour et de la Mort », 1940)
  2. Houppe de laine en forme de boule que les militaires portaient à leur képi de grande tenue et d’un ornement de même genre que les marins de l’État portent encore à leur béret.
  3. Boule de laine en haut d’un bonnet, d’une tuque.
  4. (Figuré) Activité, manière d'être ou de faire, comparée à un ornement agréable mais de peu de fonds.
    • Notre frivole aréopage
      Donne des lois à vos héros,
      Et des pompons du badinage
      Nous semons vos graves bureaux.
      — (“Almanach des Françaises célèbres par leurs vertus, leur talents ou leur beauté – dédié aux dames citoyennes qui les premières ont offert leurs dons patriotiques à l'Assemblée Nationale”, « Épître aux hommes » ; chez Lejay fils libraire, Paris, 1790, page 7)
  5. Houppe de laine suspendue et balancée au-dessus d’un manège forain, donnant droit à un tour gratuit supplémentaire à l’enfant qui parvient à le décrocher (voir expression ci-dessous).
  6. (Péjoratif) Summum ; sommet ; pire.
    • C’est aussi la preuve du déclin de son auteur, le metteur en scène John Guillermin. Auteur de quelques pellicules élégantes et/ou [sic] spectaculaires dans les années 60/70, le réalisateur Britannique s’enfonçait avec les années 80 dans la nanarditude la plus complète… Le pompon étant atteint quelques années après avec le consternant King Kong 2. — (Palplathune, Tanya et les animaux de la jungle : Avis sur Sheena, reine de la jungle, sur le site SensCritique (www.senscritique.com), le 18 novembre 2011)
  7. (Figuré) Ornement ajouté.
    • N’importe ! ce sont là de jolis souvenirs ; un peu grotesques, mais avec un petit pompon d’héroïsme. — (Alphonse Daudet, Mon képi, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 125)

Nom commun

pompon \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de pepon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POMPON (pon-pon) s. m.
  • 1Toute espèce d'ornement de peu de valeur que les femmes ajoutent à leur ajustement. Ne croyez pas qu'il n'y ait que la France où l'on puisse vivre ; c'est un pays fait pour les jeunes femmes et les voluptueux, c'est le pays des madrigaux et des pompons…, Voltaire, Lett. Cideville, 18 fév. 1737. Son esprit [de Mme du Châtelet] est très philosophe ; Et son cœur aime les pompons, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 30. Ses manchettes et son tour de gorge étaient bordées d'un fil de soie garni de pompons couleur de rose ; cela me parut animer fort une belle peau, Rousseau, Conf. VII. Aux productions de l'esprit se joignaient encore celles de l'industrie : des pompons et des modes accompagnaient nos meilleurs livres chez l'étranger, parce qu'on voulait être partout raisonnable et frivole comme en France, Rivarol, Dict. Universalité de la langue franç. p. 17.

    Fig. Ce dangereux et beau talent [des vers] Est pour vous un simple ornement, Un pompon de plus à votre âge, Voltaire, Ép. LXXXIV.

    Avoir le pompon, être au premier rang.

  • 2Ornement de laine que les soldats portent à leur shako.
  • 3Rose pompon, très petite rose.

HISTORIQUE

XIVe s. Coordes [courges] et pompons, Ménagier, t. II, p. 273.

XVIe s. Melons et pompons, Maison rustique, II, 39.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

POMPON. Ajoutez :
4Pompons rouges et pompons blancs, noms donnés, lors de l'insurrection de Saint-Domingue, aux royalistes et aux patriotes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POMPON, s. m. terme de Marchand de modes, ce sont de petits agrémens faits de clinquant & de soie, montés sur des fils de laiton, & qui représentent des fleurs ; cela sert aux femmes pour mettre dans leurs cheveux. Ils ne sont plus guere de mode.

Pompons doubles, en terme de Boutonnier, sont deux ronds de velin découpés à l’emporte-piece, attachés l’un à l’autre, mis en soie & bordés de canetille ou de millerai. Voyez Canetille & Mettre en soie.

Pompons de diamans, (Metteur en œuvre.) ce sont tous les ajustemens de tête des dames en diamans, comme des fleurs, des papillons, des épingles, des cornes, &c. tous ces ajustemens se fourrent dans les cheveux & s’y retiennent au moyen d’une grande queue de laiton très-flexible, que l’on enlace avec les cheveux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pompon »

De pompe (« cérémonial ») avec le suffixe -on.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Il y a lieu d'hésiter entre deux origines : ou bien l'on pensera que le pompon a été ainsi dit par assimilation à quelque courge (pompon en ce sens vient du latin pepo) ; ou bien qu'il est dérivé de pompe 1 : ce qui donne de la pompe, de la magnificence. Et de fait on trouve dans un texte du XVe siècle pompete, ornement d'habit : La pompete de son pourpoint, Du Cange, pompeta.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pompon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pompon pɔ̃pɔ̃

Citations contenant le mot « pompon »

  • Comme les musées, les universités sont des institutions lentes à la détente (1). Lambiner donne sans doute l’impression de profonde réflexion, pour ne pas dire de prodigieuse maturation. Dans ce domaine, la publication des actes d’un colloque remporte en général le pompon. Il faut attendre des années pour assister à une sortie que plus personne… n’attendait. Le public, même professionnel, a passé à autre chose. Je comprends du coup que Frédéric Elsig, à Genève, se fasse un point d’honneur à sortir son livre l’année même des exposés. Vite fait. Bien fait. Pas besoin de jouer aux séances de rattrapage cinq ou dix ans après. Bilan, "Le Corbusier 1930-2020". Un gros livre fait le point sur les polémiques politiques - Bilan
  • Sur le papier, la Russie possède une chance infime de décrocher le pompon. Elle devra se frotter à un concurrent présumé intouchable dans une course à deux, l’Australie, dont le dernier Mondial de rugby organisé à domicile remonte à l’année 2003. Francs Jeux, Francs Jeux La Russie lâche l’athlétisme mais lorgne vers le rugby

Images d'illustration du mot « pompon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pompon »

Langue Traduction
Anglais pompom
Espagnol pompón
Italien pompon
Allemand bommel
Chinois 绒球
Arabe انفجار
Portugais pompom
Russe пом пом
Japonais ポンポン
Basque pompom
Corse pompon
Source : Google Translate API

Synonymes de « pompon »

Source : synonymes de pompon sur lebonsynonyme.fr
Partager