La langue française

Hideur

Définitions du mot « hideur »

Trésor de la Langue Française informatisé

HIDEUR, subst. fém.

Littéraire
A. − Caractère de ce qui est hideux à voir; p. méton., laideur repoussante. Synon. horreur, monstruosité.Hideur d'un visage. Je fus violemment saisi par la hideur de cet homme! (...) Comme cette épouvante m'avait glacé (cré nom de d... qu'il est laid!...) (Flaub., Corresp.,1874, p. 114).De grosses dames impudiques se plient dans la pâleur des tangos (...). Un carnaval de hideurs, de défaites physiques (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 192).La lèpre se manifestait dans toute sa hideur (Grousset, Croisades,1939, p. 219).
P. ext. Caractère de ce qui choque le bon goût; de ce qui est particulièrement inesthétique et/ou disgracieux. Hideur d'un décor, d'un tableau. Claudel, qui fut élève-consul à New-York, m'en a dit bien souvent la hideur et le vilain coloris (Morand, New-York,1930, p. 38).
B. − Au fig. Caractère de ce qui est moralement hideux; p. méton., laideur morale. Synon. abjection, ignominie, infamie.Hideur morale; hideur d'un crime, du mensonge, du monde, du péché. La hideur de ma lâcheté du matin aurait dû m'être une obsession (Bourget, Actes suivent,1926, p. 20).C'est la vie, avec toutes ses hideurs, ses tristesses, avec ses luttes, ses meurtres et ses écroulements (Duhamel, Maîtres,1937, p. 190) :
Pendant cette conversation sur les différentes morts, senti à nouveau, avec une vivacité que je n'avais pas retrouvée depuis le champ de bataille, l'horreur, la pitié que c'est de mourir. Je me suis retrouvé face à face avec la hideur de la guerre. Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1905-14, p. 385.
Rem. Ac. 1935 atteste l'usage de hideur considéré comme vieilli par DG et Littré.
Prononc. et Orth. : [idœ:ʀ] init. asp. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. hisdur « effroi, horreur » (Psautier Cambridge, 65, 9 ds T.-L.); 2. ca 1210 hidor « laideur extrême » (R. de Houdenc, Méraugis, 227, ibid.); 3. ca 1393 hideur « chose horrible, chose hideuse » (J. d'Arras, Mélusine, éd. L. Stouff, 224). Dér. en -eur1* de l'a. fr. hisde « horreur, frayeur » (1174-77, Renart, éd. M. Roques, 5750b), d'orig. très discutée. D'apr. Diez5, 615 ce mot viendrait de hysdos (v. hideux), lequel représenterait le lat. hispidosus (attesté chez Catulle), dér. de hispidus « hérissé ». Parmi les différentes propositions qui tendent à démontrer une orig. germ., celle de V. Günther reprise ds Bl.-W.5, s.v. hideur est peut-être la plus convaincante : hisde serait empr. de l'a. h. all. *egisida « horreur » (devenu eiisde lors de son introd. en gallo-rom.), dér. du verbe egisôn « effrayer ». Dans ces 2 hyp. (lat. ou germ.), le h- initial aurait une valeur expressive. Fréq. abs. littér. : 80.

Wiktionnaire

Nom commun

hideur (h aspiré) \hi.dœʁ\ féminin

  1. Qualité, état, fait d’être hideux.
    • Marseille, quand elle est belle, est extrêmement belle, mais, dans ses hideurs, elle va au paroxysme. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Figuré) …il allait se venger, sans assumer sur lui la responsabilité d’une action dont il avait compris toute la hideur, mais à laquelle il avait eu le talent d’associer les chefs de sa nation sous une apparence de justice. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Je dois avouer que j'éprouve une certaine gêne à exercer la fonction professionnelle de verbicruciste, mot fort laid qui a l'on ne sait quoi du petit crustacé des mers australes. Il est vrai que cruciverbiste ne vaut pas mieux ; nous voilà donc, lui et moi, réconciliés (provisoirement) dans une même hideur terminologique. — (Jacques Drillon, Théorie des mots croisés. Un nouveau mystère dans les lettres, Éditions Gallimard, 2015)
  2. (Par extension) Chose hideuse.
    • La plupart du temps, notre cour n’offrait que des hideurs sans relief, surtout l’été. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HIDEUR. (H est aspirée.) n. f.
Qualité, état, fait d'être hideux. Rien n'égalait la hideur de ce spectacle. Fig., Hideur morale. La hideur de cette action.

Littré (1872-1877)

HIDEUR (hi-deur) s. f.
  • Ancien mot fort nécessaire. État de ce qui est hideux. La mort dissimulait sa face, Aux trous profonds, au nez camard, Dont la hideur railleuse efface Les chimères du cauchemar, Th. Gautier, Émaux et camés, bûchers et tombeaux. p. 222.

HISTORIQUE

XIIe s. Quand il esguardeit si le hanap tout entur, E vit le vin si trouble qu'il en out grand hisdur…, Th. le mart. 105.

XIIIe s. Par grant hideur fut soutilliée, Et elle estoit entortillée Hideusement d'une toaille, la Rose, 149.

XVe s. Un si grant effroi et telle peur et hideur les prit generalement que…, Froissart, I, I, 142.

XVIe s. La langue s'enfle, en sorte qu'elle ne peut demeurer en la bouche, ains sort dehors avec une grande hideur, Paré, XXIII, 44.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HIDEUR. Ajoutez : Un lion… qui… n'a pour ornement que cette hideur effroyable avec laquelle la nature l'a fait naître dans les déserts, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hideur »

De l’ancien français hidor → voir hideux et -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le primitif est l'ancien hide, qui signifiait frayeur : Moult est li clers en grant freour, Moult a grant hide et grant peour, Du Cange, hida. Diez conjecture que ce mot vient de l'ancien haut allemand egidî, horreur ; de la sorte l'h serait adventice, ainsi que l's quand elle se rencontre ; car l'orthographe hisde et hisdeur se trouve. D'autres ont pensé que hideux venait du latin hispidosus, hérissé, d'où se serait dégagé un substantif hisde ou hide ; cela est possible et conforme aux analogies ; ce qui appuie cette opinion, c'est l's qu'on trouve dans un texte du XIIe siècle : hisdur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hideur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hideur idœr

Citations contenant le mot « hideur »

  • Bien sûr, on va crier à l’impiété du chroniqueur parce qu’il parle de hideur des mosquées, de leur surnombre comparé aux entreprises, usines et fabriques, de l’insouciance face à l’écologie mais de l’obsession face au rite. AlianceFR.com, l’Algerie : Une nation qui veut mourir pour mieux vivre dans l’au-delà | Alliance le premier magazine de la communauté juive, actualité juive, israel, antisémitisme info
  • Dans certaines sociétés, on mettait des individus en cage pour les déformer et les exposer ensuite ; on a organisé des visites dans certains départements hospitaliers pour montrer des gens difformes ; il était convenable à la bonne société de faire voir dans des spectacles forains ceux qu’on considérait comme des monstres humains. Mais de quoi s’agit-il ? Besoin morbide proche de ces attroupements sur les lieux d’accidents violents, bouc émissaire de la hideur en nous, projection de notre tératologie profonde ; faut-il, au nom de la liberté d’expression, continuer dans ce zoo humain sur cette voie où se pervertit le lien de sociabilité ? Le Devoir, Critique de l’humour bilieux | Le Devoir
  • La différence, pour Julien Baer, c’est l’inspiration. Lui-même a été « fasciné par le mélange de hideur et de beauté du tapir. Tapir, le nom lui-même est une invitation au délire. » Le livre propose de valider ou invalider de prétendus cliché sur les tapirs. « Je me suis documenté. Il existe deux livres de références sur les tapirs, j’ai les deux. Pour autant, mes questions sont dénuées de toute réalité, c’est de l’invention pure pour coller aux dessins de Philippe Katerine et aux photos que je trouvais amusantes. » , Salon du livre de Montreuil: Les animaux bizarres dopent l'imagination des enfants
  • Attaque par la jubilation. Une opération policière menée crescendo au paroxysme du genre et de sa parodie. Pas un crâne de malfrat qui n’explose sous l’intrépidité du flic en chef qui déjoue à coups de flingues feintes des affreux et des veuleries des collègues. C’est le récit fabuleux des hauts faits de l’inspecteur Santi (Vincent Elbaz) qu’élabore sa jeune veuve Yvonne (Adèle Haenel) à l’intention de leur petit garçon. Son père, ce héros, est l’objet de révérence de toute la communauté de cette ville portuaire du sud de la France. Sa légende vient même de se voir statufiée sur les quais sous forme d’une représentation de bronze monumentale érigée à hideur mythique. Le dévoilement de l’œuvre en précède un autre, bien pire contre toute attente. L’inspecteur Santi était un ripou de belle facture, de celles dont d’autres s’acquittent. Yvonne, qui exerce le même métier, tombe de haut. L'Humanité, Cinéma. Les marges se rebiffent à la dynamite | L'Humanité
  • La syphilis, avec son cortège de pustules, de chancre, de hideur physique et morale, avait déjà frappé l’imaginaire populaire quand la licence et le laxisme n’avaient pas encore ouvertement droit de cité. Et que la religion maniait avec dextérité le spectre de la punition divine pour une concupiscence sans frein. Albrecht Dürer, dans une de ses gravures réalisée en 1490, s’est emparé de cette imagerie tourmentée. Jérôme Bosch et Breughel – son tableau Triomphe de la mort apparaît comme une puissante allégorie aux allures de grandiose apocalypse – ont évoqué, certes, la joyeuse et paillarde ronde de l’aventure humaine mais sans omettre, telle une constante épée de Damoclès, la menace d’un mal inconnu. Les jardins des délices sur cette terre, depuis l’Antiquité et la Renaissance, sont bien des utopies… Malgré toutes les sophistications des diverses civilisations, le symbole de la tour de Babel demeure une évidente métaphore de tout ce que l’être ne peut déchiffrer, y compris les maladies qui l’assaillent… L'Orient-Le Jour, Ce mal qui répand la terreur dans la palette du peintre... - L'Orient-Le Jour
  • Si le film est captivant, c’est de le voir s’ériger en objet nouveau, pris dans la vieille tradition du «film de journalisme» (de gauche), mais renouvelé à partir d’un changement de point de vue : non plus celui du cinéaste-démiurge, mais celui de la comédienne principale aux commandes déclinée en trois assaillantes (Theron, Kidman, Robbie), trois portraits de blondes, de droite - le blond laqué Fox News -, liguées à distance, dont la curieuse hideur de l’affiche du film rend bien l’aspect cloné, ce mimétisme du faux entre elles, du cliché bimbo, assez étrange. Scandale suit une autre variable que les attendus du jugement cinéphile de conformité, selon un principe esthétique né de ce féminisme revendiqué - le principe de l’actrice-auteure. Libération.fr, «Scandale», blondes sans filtre - Culture / Next
  • Les décors se résument à des murs composés de bidons d'eau (qui évidemment s'effondreront à la fin du spectacle) et de projections non identifiées, lugubres et opressantes. Le comble de la hideur est cependant atteint avec les costumes qui font tour à tour penser à des combinaisons en Lycra de jongleurs ou de catcheurs. Certains esprits chagrins suggèrent que Lita Cabellut (responsable également des projections et de toiles qui elles non plus ne semblent pas avoir de lien avec le livret) pourrait s’être fournie auprès d'une chaîne de distribution de vêtements espagnole bien connue pour ses vêtements bariolés. Les ballets (création à l'Opéra de Paris oblige) se réduisent, eux, à une bataille pour des bidons d'eau. , Le Siège de Corinthe - Pesaro - Critique | Forum Opéra
  • A dire vrai, vous n'étiez plus au monde, dans ces métropoles de la séparation. Votre monde n'était plus vivable en aucun de ses points qu'à la condition de fuir sans cesse. Il fallait s'étourdir de mouvement et de distractions tant la hideur avait gagné Club de Mediapart, Le virus nous parle | Le Club de Mediapart
  • «  Plus de 40 jours plus tard, je suis toujours frappé par ce virus dans des vagues de hideur '', explique la conseillère en ressources humaines, qui pense que son mari James et ses filles, Tilly, 11 ans, et Olive, 14 ans, avaient également le virus, mais avec effets. News 24, Les survivants de Covid-19 feront-ils face à une vie de maladie comme ceux qui ont combattu la polio? - News 24
  • L’ancien international congolais qui porte actuellement les couleurs de Merit Alsancak Yeşilova (Club Chypriote), a témoigné sans hideur son envie de continuer à jouer au football en ironisant sur quelques légendes du sport roi. Foot RDC, Échos +243 : L'obsession de Tresor Lualua Lomana - Foot RDC
  • Combien sont-ils ces africains morts aux sur le Sol américain et aux Antilles que vous vendiez aux enchères comme des objets d’expositions? Pouvez-vous nous dire à quoi répond cette guerre froide des armes nucléaires entre la Russie, la France, la Corée du Nord, les États-Unis, L’Iran, la Chine, le Japon et Israël? Vos bombes nucléaires vont-elles servir à développer l’agriculture mondiale? Mais diantre que vous êtes inconscients! Votre course sans conscience à l’industrialisation d’une hideur qui soulève le dégoût, détruit notre écosystème, pollue nos océans et tue les animaux. YECLO.com, Coronavirus : Patcheko s'attaque aux grandes puissances - YECLO.com
  • Cette vérité gêne votre militance devenue résiduelle, après avoir ruiné votre ambition. Ce n’est pas au deuil de celle-ci que vous devez le plus pour vous acquitter du moindre devoir moral, en vous perdant en fioritures, mais bien à la vérité elle-même. Vous y êtes rétif. Jamais elle ne démasqua tant la hideur du communisme qu’au moment de la Grande Terreur, quand Iejov dirigeait le NKVD. J’avais cité le nom d’Aleksandra Tchoubar, que son statut d’épouse d’apparatchik ne protégea pas de la furie. Et aussi celui de Boris Rozenfeld, qui n’était ni un apparatchik ni un milliardaire. Quelques autres noms donnés ici vous signifieront que si vous-même avez effacé de votre esprit l’imputation de ces crimes, parmi vos concitoyens il en est qui refusent l’oubli et le mensonge. Ils témoigneront. Vous ne cesserez pas d’être ce que vous êtes, mais eux ne cesseront pas de témoigner, comme ici en vous rappelant Nikolaï Alekseïevitch Tiajelkov (1895-1937). Arrêté le 20 août 1936, condamné à mort le 15 juillet 1937, exécuté le même jour. Réhabilité en 1962. regards.fr, Lucien Sève : mort d'un grand philosophe marxiste - regards.fr
  • La journée de la femme a été l’occasion pour notre Amina nationale de se rappeler au souvenir des Tunisiennes et des Tunisiens par un nouveau coup d’éclat à Paris avec des copines. Nos Amazones postmodernes ont fêté Ève de la meilleure façon, déambulant dans la rue dans le plus simple appareil, ainsi que Dieu créa l’humain. Cette nudité ne doit faire horreur qu’aux pudibonds et tous ceux qui n’y voient que la hideur qui est en eux. Nawaat, Nawaat – La nudité n’est pas un péché en Islam
  • Héritier des gnomes de pierre qui hantaient les fastueux jardins de la Renaissance italienne, devenu l'emblème standardisé du placide et modeste bonheur des laborieux, le nain de jardin a accédé au rang de diva kitsch, susceptible de tous les investissement symboliques : emblème de la hideur paysagère ou de l'activisme poétique, de l'auto-satisfaction ou de la révolte ouverte, figure de l'enracinement ou incarnation du prêt-à-jardiner petit-bourgeois, kidnappé, encensé ou conspué. Le sociologue Bertrand Mary reconstitue sa geste séculaire, de l'Allemagne Biedermeier à la la France contemporaine, de la Villa Valmarana à la villa "mon rêve". (éditions Imago) France Culture, Au ras des pâquerettes : grandeur et souffrance du nain de jardin
  • Elle fait d'ailleurs si bien entendre les brèves baveuses de comptoir, les insultes antisémites et antiarabes, les saillies de viandards, qu'on en éprouve, à la longue, une forme de malaise. Preuve du talent féroce de cette femme indignée, qui ne s'accommode pas de la hideur du monde. Pas pleurer, mais toujours vigiler. Bibliobs, Lydie Salvayre règle ses comptes avec la maladie et la haine
  • Ainsi nos chemins de vignes sont devenus des routes balisées de garages et de colonnes d’essence. L’infantile tigre Esso fait le matamore sur les places pavées des vieux bourgs. Les trains sont beaux. Une longue colonne de vagons perforant un paysage est un fier spectacle: vigueur et grâce. Mais l’auto nous vaut ces odieuses bâtisses, ces fanions, ces panneaux criards, ces parkings où s’encaquent les machines (ah! ce n’est pas à elles que j’en ai, c’est à leur tyrannie sur nos existences). Il y a des villages qui sont devenus horribles en cinq ans. Une usine mal plantée, une villa tapageuse, un bureau de poste en préconstruit et c’est foutu. Qu’un garage ajoute sa puanteur et sa hideur à ces sottises, enterrez ce village, vite, vite, rayez-le de la carte Dufour, rebaptisez-le Urbana ou Jacksonhill… Mobilité tous azimuts, «Lettre à Messieurs les ingénieurs et les architectes sur l’empoisonnement du pays» – Mobilité tous azimuts
  • Jeff Koons interroge de façon cruelle notre regard en plaçant Beau et décoratif sur un même plan dans ses sculptures géantes. La hideur et la vacuité dénoncées par certains trouvent un sens grâce à cette rétrospective. Jeff Koons y apparaît presque humble, serviteur du dessein de l’art. , Jeff Koons ou l’œuvre gonflée au Centre Pompidou
  • «Il y a quelque chose à purger. Il ne peut résider dans un même esprit la beauté et la profondeur d’une telle littérature et la hideur de telles pensées. Il faut purger, curer, cureter» Slate.fr, L'impossible vérité de Mehdi Meklat | Slate.fr
  • La vitrine est d'une hideur remarquable. Trônant au milieu d'une salle à laquelle on accède après avoir traversé des kilomètres de surfaces d'exposition consacrées à feu nos amis les dinosaures, ce meuble tournant, au pied en contreplaqué façon merisier et aux vitres blindées, tient lieu d'écrin - ou plus justement de catafalque - au diamant Hope. Depuis que la plus célèbre gemme bleue de la planète a été donnée en 1958 par le joaillier new-yorkais Harry Winston au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution à Washington, elle fait salle comble. Le Figaro.fr, Le Hope, en voie de démystification ?
  • Car si l’ancien fiancé respirait l’ennui, le nouveau soupirant, un trader appartient à un monde où les choses et l’argent ont déjà pris possession des esprits. La découverte de cette hideur cachée chez un garçon magnifique (Alain Delon) et enjoué, voilà qui met fin pour toujours à la possibilité de l’amour. La Bourse, loterie violente, est désormais le seul lieu où l’on pleure de vraies larmes. Le désert de l’existence s’étend à perte de vue, et L’Eclipse peut alors donner l’assaut final : ce rendez-vous où ni elle ni lui ne viennent, et où seul le regard d’Antonioni enregistre l’absence. D’autres cinéastes se seraient contentés pour cela d’un plan furtif. Lui s’éternise en un cortège grandiose d’images urbaines désolées. Derrière sa sophistication ­altière, le film est plus romantique qu’on ne le dit, pour montrer ainsi, comme une ­catastrophe absolue, l’éclipse des sentiments. Télérama, A voir sur CanalPlay: “L’Eclipse” et “Armaguedon” avec Alain Delon dans la peau d’un trader et d’un psy
  • Le beau gosse ultra sportif, militariste et, pour tout dire, crypto-fasciste (Guillaume Gouix), fait partie de cette galerie de socio-styles bien repérables. Mais comme il devient l'amant de Pauline, il apporte une note plus romanesque : sa beauté si saine cache de la hideur morale, que l'héroïne, amoureuse, s'acharne à ne pas voir... Dans ce film irrégulier, il y a toujours une scène inattendue pour relancer l'intérêt : quand Pauline, investie tête de liste, entend, seule dans sa voiture, un journaliste local décrire son attitude de potiche, instrumentalisée par le parti, c'est un regard aigu de cinéaste qui scrute le personnage, dans le secret de son orgueil et de sa honte. — Louis Guichard Télérama.fr, “Chez nous”, de Lucas Belvaux : inégal mais salutaire - Cinéma - Télérama.fr
  • La haute finance, nouvel autorité de l'Art et de ses artistes élus n'hésitent pas à faire un "cadeau" à la mairie de Paris en hommage aux victimes des attentats (?) pour que le public accepte d'héberger une fois de plus une de leur hideur monumentale....La nausée.... L'Obs, Paris : le "Bouquets of tulips" de Koons sera finalement installé au Petit Palais
  • « La mort rouge avait pendant longtemps dépeuplé la contrée. Jamais peste ne fut si fatale, si horrible. Son avatar, c'était le sang, la rougeur, la hideur du sang. C'était des douleurs aiguës, un vertige soudain et puis un suintement abondant par les pores et la dissolution de l'être. » Les Echos, Le florilège de l'effroi | Les Echos
  • La vérité de "l'ennemi" c'est la caricature et il ne va connaître rien d'autre. Ah, quelle horreur j'ai de cette pratique qui, chez mon pire ennemi,dégrade le visage humain ! Encore une de ces vérités pour le peuple, auquel il faut, dans ses ténèbres que le roi d'en face ait la hideur des traits et le grotesque de l'âme ! ...qui ... Avis de la population et non métro Nation, n'a rien vis ... Le Figaro.fr, Décès du journaliste israélien Uri Avnery, figure du camp de la paix
  • Le 3 mai au soir, comme quinze millions de Français, j’ai assisté au déferlement de haine qu’a dû subir et supporter notre futur président de la République, m’interrogeant sur ce que j’aurais fait si je m’étais trouvé face à une goule qui, sans relâche, mentait, éructait, insultait un homme qui, courageusement, tentait d’expliquer sa démarche sans avoir recours à des fiches, avec sérieux et lucidité. Et le lendemain après-midi, dans mon journal, ça recommence. Ça repart avec autant de rage et de hideur. Le Monde.fr, Jean-Pierre Le Dantec : « Vous me faites honte, monsieur Ruffin »
  • Nombreux sont ceux qui nous enjoignent aujourd’hui au strict et simple rappel des faits afin que nous entrions dans l’ère de la Vérité (ce qu’on pourrait appeler l’ère aléthique) qui remplacerait avantageusement celle de la post-vérité qui nous gangrène. Soyons subtils. La post-vérité, telle qu’ici définie, est évidemment une abjection dont il faut s’extraire, là n’est pas la question. Si son visage est celui de Trump, sa hideur est plus évidente encore. Mais ne la remplaçons pas par une « sur-vérité » parfois tout aussi nuisible. J’appelle sur-vérité une vision qui refuserait la réflexion sur la vérité elle-même et qui opposerait au nihilisme post-vérité un impérialisme n’autorisant plus la pensée du multiple et la prise en compte des différences culturelles, des évolutions historiques et des plurivocités conceptuelles. DIACRITIK, Entre post-vérité et sur-vérité
  • Les auteurs ne cèdent pas à des raccourcis qui les amèneraient, par exemple, à soutenir qu’Octobre débouchait inéluctablement sur les camps. Ils ne traitent pas, ce n’est pas leur objet, des similitudes et différences entre camps nazis et staliniens. Pour qui se refuse à assimiler socialisme et stalinisme, examiner la hideur des camps, en faire un bilan sans concession14 est une nécessité. Dans cet esprit, on peut, en hésitant toutefois devant le risque de solliciter une déclaration ancienne (1976), citer Primo Levi (qui, lui, avait vécu Auschwitz) : « il est possible, facile même, d’imaginer un socialisme sans camps (…) Un nazisme sans Lager n’est pas concevable ».15 , Les diverses faces du Goulag | NPA
  • Voici la conclusion : « Peut-être est-ce l’origine de la mélancolie qui pèse sur les plus belles figures de l’homme [je pense à Michel-Ange, A.B.] : le pressentiment d’une hideur propre au visage humain, d’une montée de la bêtise, d’une déformation dans le mal, d’une réflexion dans la folie. » (198) Club de Mediapart, Le Fond (par André Bernold) | Le Club de Mediapart
  • Auteur d’une vingtaine de courts-métrages tous plus bizarres les uns que les autres, Mandico a un réel talent pour mettre en forme, en d’intenses et loufoques tableaux maniéristes, l’obsession, le fantasme, le désir, le rêve. Pour ce faire, il navigue le plus souvent en compagnie de l’actrice Elina Löwensohn (vous souvenez-vous du réalisateur Hal Hartley ?) On va, chez lui, de la beauté vénéneuse à la hideur viscérale, de l’humour macabre à la dévorante jouissance. Les plus mordus des spectateurs se souviendront peut-être d’avoir découvert récemment au cinéma, du même auteur, Boro in the Box, bien bel hommage au cinéaste érotomane Walerian Borowczyk. Le Monde.fr, « Hormona » : l’enfer de Bertrand Mandico

Traductions du mot « hideur »

Langue Traduction
Anglais hideousness
Espagnol horror
Italien mostruosità
Allemand scheußlichkeit
Chinois 丑陋
Arabe بشاعة
Portugais hediondez
Russe безобразие
Japonais 凶悪
Basque itsustasunak
Corse perversità
Source : Google Translate API

Synonymes de « hideur »

Source : synonymes de hideur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hideur »

Hideur

Retour au sommaire ➦

Partager