La langue française

Happer

Sommaire

  • Définitions du mot happer
  • Étymologie de « happer »
  • Phonétique de « happer »
  • Citations contenant le mot « happer »
  • Images d'illustration du mot « happer »
  • Traductions du mot « happer »
  • Synonymes de « happer »
  • Antonymes de « happer »

Définitions du mot happer

Trésor de la Langue Française informatisé

HAPPER, verbe

I. − Emploi trans.
A. − [Le suj. désigne un animal] Attraper brusquement quelque chose d'un coup de mâchoires, de bec. Les chevaines, bondissant pour happer les insectes du soir, faisaient à la surface de grands cercles (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 232).À Fiume, une femme élégante, ayant dépassé la limite des cordages, était happée par un avide requin (L. Daudet, Médée,1935, p. 103) :
1. Près de la table, sur sa queue en panache, était assis Mélac, un petit chien-loup (...). Tantôt l'un, tantôt l'autre, lui jetait une bouchée de pain ou une queue de poisson, qu'il happait au vol. Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 156.
P. anal. [Le suj. désigne une pers.] .
Saisir quelque chose (avec la bouche, les lèvres). Elle s'était glissée là, mangeant sans même se servir des mains, happant des lèvres les cerises que l'arbre tendait jusqu'à sa bouche (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1364).Tombouctou (...) mangeant du raisin, ou plutôt happant du raisin comme un chien qui mange sa soupe, à pleine bouche, à la plante même, en arrachant la grappe d'un coup de dent (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Tombouctou, 1883, p. 222).
Happer l'air. Respirer par la bouche à grands coups. Il faisait chaud comme devant un four. On happait, la bouche ouverte, de grands morceaux d'air brûlant qui voulaient pas passer (Giono, Baumugnes,1929, p. 108).Lorsqu'ils [les lutteurs] font le pont, on voit une bouche à l'envers happer l'air, tandis que le visage devient violet (Morand, Londres,1933, p. 149).
B. − P. ext.
1. [Le suj. désigne une pers.] Saisir brusquement, par un mouvement rapide. Happer qqn à la jambe, au collet. Elles [les anguilles] allongent leur tête et puis leur cou hors de leurs trous. D'un coup, comme avec une pince, on les happe des doigts (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 69).Elle tendit le bras vers Jacques, lui happa le poignet, l'attira violemment (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 653) :
2. ... le brigadier, moins prompt fut happé par la main du cafetier et projeté contre le mur au pied duquel il tomba étourdi. Aymé, Uranus,1948, p. 266.
Au fig. Arrêter et retenir quelqu'un. À mon débotté, je me vois happé par le citoyen Pollet, et il ne me lâche que lorsque j'ai signé un traité par lequel il faut que je lui fournisse deux romans d'ici au 1erd'octobre (Balzac, Corresp.,1822, p. 199).Toute personne sortant de chez Rodays était aussitôt happée par Périvier, qui commençait un débinage en règle de son associé (L. Daudet, Entre-deux guerres,1915, p. 167).
2. [Le suj. désigne une chose] Attraper, entraîner soudainement, brusquement. Ils se lancèrent dans les rouleaux. La barque fut happée, traînée obliquement au flot, la coque enfouie dans le tourbillon (Queffélec, Recteur,1944, p. 131).Un camion allemand qui roulait vite, l'a happée [une femme] à un carrefour et broyée (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 257) :
3. La porte d'un hôtel s'ouvrait là, créant un grand remous. Des gens giclaient sur le trottoir par la vaste porte à tambour, je fus happé dans le sens inverse en plein grand vestibule à l'intérieur. Céline, Voyage,1932, p. 246.
C. − Au fig.
1. S'emparer avidement de quelque chose. Le moine demeuré moine pour exprimer le jus de citron appelé le bien-vivre, et devenu séculier pour happer la monnaie publique (Balzac, Paysans,1844, p. 244).Je pars et vais m'occuper de happer les douze millions, continua le baronnet (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 422).Il pillait, autour de ses marais, les fermes et les villages, emmenant bœufs, vaches, foin, paille, tout ce qu'il pouvait happer (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 299).
2. Saisir quelque chose rapidement, au passage. L'étudiant sans argent happe un brin de plaisir comme un chien qui dérobe un os à travers mille périls (Balzac, Goriot,1835, p. 112).MmeMazerelles (...) risque, d'un ton pleurard, trois sujets de conversation qui avortent, puis un quatrième que Bernard happe au vol et réussit à rendre viable (Martin du G., Devenir,1909, p. 20).Pour la troisième fois, il entendit son rire. Si bref, si étouffé qu'il fût, son attention sur ses gardes l'avait saisi d'emblée, happé au passage (Bernanos, Imposture,1927, p. 360).Brusquement, dans une vitrine, à l'encoignure, près de la fenêtre, j'ai aperçu, que dis-je? j'ai happé de l'œil un ivoire dissimulé (Arnoux, Paris,1939, p. 21) :
4. Elle happait au passage tout ce qui, dans la physionomie des gens, leur démarche, ou leur façon de parler, prêtait à la raillerie. Ses victimes ne pouvaient s'y tromper, au coup d'œil malicieux qui cueillait leurs ridicules. Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 473.
3. Attirer, subjuguer. Une mélopée si triste, si déserte, si uniforme qu'on ne pouvait y résister, qu'elle vous happait avec la force du vide et du vertige (Arnoux, Juif Errant,1931, p. 50).Entrer dans les salles de jeu lui était intolérable, et il se tenait dehors, assis sur un banc, le regard happé par l'incessant mouvement de la grande porte à quatre panneaux vitrés (Lacretelle, Hts ponts, t. 4, 1935, p. 27) :
5. Aujourd'hui sitôt qu'un Français approche des territoires d'Alsace et de Lorraine et de leurs peuples enflammés de joie, il est saisi, happé par ce délire formidable, par ce maelstrom moral. Barrès, Cahiers, t. 12, 1919, p. 42.
II. − Emploi intrans. Happer à la langue. Adhérer, s'attacher à la langue. Bol d'Arménie. Espèce d'argile très-fine, de couleur jaune-rougeâtre, grasse au toucher, qui happe à la langue (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 124).Ô guérisseur sans électuaires, ô dédaigneux de tout ce qui − poudres, gouttes, gommes, grumeaux, flocons, ou gemmes ou cristaux, − happe à la langue, perce les voûtes olfactives (Valéry, Eupalinos,1923, p. 34).
Rem. On trouve un emploi trans. avec le sens voisin de « exercer un effet astringent » (cf. Chesn. 1857). Petit piqueton de Mareuil, Plus clairet qu'un vin d'Argenteuil (...) Ton goût suret, mais doux aussi, Happant mon palais épaissi Me rafraîchit quand je m'éveille (Nerval, Chât. Bohême, 1853, p. 22).
REM. 1.
Happ, onomatopée évoquant le bruit de mâchoires qui se referment.Il a fermé ses dents sur ma main, happ! une sacrée gueulée (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1286).
2.
Happée, subst. fém.Geste de happer. Les grosses dents [de la truie] sont là maintenant, contre la jambe de Gustave, prêtes à mordre, prêtes à déchirer cette main pendante, un petit morceau aux os vieux et qui s'arracherait d'une happée (Giono, Gd troupeau,1931, p. 151).P. métaph. Cet emprisonnement dans cette cage de verre [d'un ascenseur] auprès d'Antoine, cette happée silencieuse : le retour de Marseille après la fugue avec Daniel! (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1269).
3.
Happant, ante, part. prés. et adj.Qui happe. Ma chère friponne les attaquait [les mets] pour l'ordinaire à belles dents happantes de louveteau affamé (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 78).Le colibri se sert de sa langue protractile pour butiner, humer les calices les plus profonds, une langue à déclic, claquante, happante, à succion (Cendrars, Lotiss. ciel,1949, p. 187).
4.
Happeur, subst. masc.Celui qui s'empare avidement de quelque chose. Et son audacieux mariage avec Joséphine, la femme entretenue dont lui (...) devint fou, et qui sut lui tenir la dragée assez haute, à ce déjà terrible happeur de toute chose (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mém. veuf, 1886, p. 253).Les éternels happeurs de popularité, les faux grands écrivains, les faux penseurs à l'affût, exploitaient ce magnifique désir impérieux et angoissé (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1530).
5.
Happe-, élém. de compos. tiré de happer :a)
Happe-chair, subst. masc.,vx. Agent qui arrête les voleurs. Ils [les paysans] ne savaient rien, ils n'avaient rien vu, ils ne croyaient pas... d'abord ils n'aimaient guère les gendarmes, les happe-chair, qui poursuivaient les conscrits réfractaires (Pourrat, Gaspard,1922, p. 43).Au fig. Personne avide. Je ne veux pas vous ruiner, je ne suis pas un happe-chair après tout (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 951).
b)
Happe-lopin, subst. masc.,vx. α) Chasse. Chien âpre à la curée (cf. Littré et Lar. 19e-20e, s.v. happe-lapin). β) Gourmand, fripon qui guette les morceaux pour les avaler (Littré et Lar. 19e-20e, s.v. happe-lapin). γ) Au fig. Personne avide. Mais ils [les gens du gouvernement] peuvent empêcher les bénédictins d'être vos locataires. − Tout est possible, avec des happe-lopins de cette espèce (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 113).
Prononc. et Orth. : [ape] init. asp., (il) happe [ap]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1193-97 « s'emparer vivement de quelque chose » (Helinant de Froidmont, Les Vers de la mort, éd. Fr. Wulff et E. Walberg, XXXI, 12); en partic. ca 1200 en parlant d'un animal (Godefroy de Bouillon, 255 ds T.-L.); ca 1245 fig. (P. Mousket, Chron., 2372, ibid.); 2. 1275-80 « (en parlant d'un piège, d'une machine, etc.) saisir brusquement » (G. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 21482); 3. 1785 happer à la langue (Buff., Min., t. 3, p. 141 ds Littré). Dér. d'un rad. onomatopéique happ- marquant un mouvement de saisie brutale et rapide que l'on retrouve dans les lang. germ. voisines : néerl. happen « saisir », b. all. happen « chercher à saisir, gober », flam. happen « parler aigrement », dan. hap. « bouchée », formes attestées plus tardivement que le fr., ce qui exclut une orig. germ. pour ce dernier. Fréq. abs. littér. : 249. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 98, b) 284; xxes. : a) 387, b) 586. Bbg. Quem. DDL t. 7 (s.v. happe-chair). - Sain. Arg. 1972 [1907], p. 124.

Wiktionnaire

Verbe

happer (h aspiré)\a.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Saisir avidement avec la gueule ce qu’on lui jette, en parlant du chien et des animaux en général.
    • Le chameau remplace, au Maroc, le chemin de fer et les voitures. […]; il se nourrit des herbes qu'il parvient à happer le long de la route; à l'étape, on lui donne de la paille ou du fourrage vert et une ration d'orge tous les trois jours. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 330)
    • On lui jeta un morceau, et il le happa.
  2. (Familier) (Figuré) Attraper, saisir, surprendre à l’improviste.
    • Et si vous lui disiez qu'une fois le doigt dans l'engrenage, la main, le bras y passent et que le corps tout entier est happé, broyé, croyez-vous qu'il vous rembarrerait ? — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • … mais Jimmy le faisait méchamment trébucher, en le happant du crochet de sa grosse canne blanche. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Il s’est laissé happer par un importun.
    • Les gendarmes l’ont happé.
    • Il a été happé par une automobile et tué sur le coup.
  3. (Figuré) Passionner, en général à propos d'une œuvre de fiction.

Verbe

happer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Happer, saisir, s'emparer vivement de quelque chose.
    • Qant Renart choisi Chantecler,
      Il le vodra, s’il puet, haper ;
      — (Roman du Renart, édition de Méon, t. 1, page 59.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HAPPER. (H est aspirée.) v. tr.
En parlant du Chien, Saisir avidement avec la gueule ce qu'on lui jette. On lui jeta un morceau, et il le happa. Il signifie au figuré Attraper, saisir, surprendre à l'improviste. Il s'est laissé happer par un importun. Les gendarmes l'ont happé. Il a été happé par une automobile et tué sur le coup. Ce mot est familier.

Littré (1872-1877)

HAPPER (ha-pé) v. a.
  • 1Attraper, saisir, surprendre à l'improviste. Maint estafier accourt : on vous happe notre homme, On vous l'échine, on vous l'assomme, La Fontaine, Fabl. XII, 22. Si je n'avais fait le brave, ils n'auraient pas manqué de me happer, Molière, Mal. imag. 1er interm. 6. Il laisse ma tante, il me happe, Il m'enlève comme un moineau, Et va me vendre à son satrape, Voltaire, Trois manières.

    Absolument. Respectons les gens du roi ou les gens de l'empereur qui happent au nom du roi, Courier, Lettre III.

    Fig. N'avons-nous pas assez des autres accidents Qui nous viennent happer en dépit de nos dents ? Molière, Sgan. XVII.

  • 2 Particulièrement. Prendre avidement, en parlant du chien et d'autres animaux qui saisissent quelque chose. À ces mots, le premier il [le chien] vous happe un morceau, La Fontaine, Fabl. VIII, 7. Mon galant [le loup] ne songeait qu'à bien prendre son temps, Afin de happer son malade, La Fontaine, ib. V, 8.
  • 3 V. n. Happer à la langue, s'y attacher, se dit des substances qui s'y collent quand on les essaye. Elle se présente comme une terre bolaire qui happe à la langue et qui est grasse au toucher, Buffon, Min. t. III, p. 141.

    Se dit aussi de l'adhérence des feuilles d'or sur diverses surfaces.

SYNONYME

HAPPER, ATTRAPER. Happer, c'est saisir à l'improviste ; attraper, c'est prendre comme dans un piége. Un sergent de ville happa le voleur qui fuyait ; la police a attrapé un malfaiteur qui s'était évadé du bagne.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il estoit plaideour moult grant, Sage et gaillart : On l'apeloit Martin Hapart ; Il hapoit de chascune part, M. Hapart, dans JUBINAL, II, 202. Et cil de Moiemer hapoient qu'onques il lor venoit deviers Rains, Chr. de Rains, 186. Quant Renart choisi [vit] chantecler, Il le vodra, s'il puet, haper, Ren. 1544. Or est Renart en male trape, Que li chien durement le hape, ib. 2070. Ele [la vieille caille] a bien autres rois [filets] veüs Dont el s'ert espoir eschapée, Quant ele i dust estre hapée Par entre les herbes petites, la Rose, 21778.

XIVe s. Car quant telx gens se doubtent d'estre sovant mué, Happent, praignent et toillent [ravissent], c'est pillié, c'est tué, Girart de Ross. V. 2911. Comment porroit Bernesque [une ville] estre prise et happée Par la force d'assaut, et sur une journée ? Guesclin. 8383.

XVe s. Philippe, dit Pietre du Bois, qui happa la parole, Froissart, II, II, 102. Chascun qui puet [peut] prent, hape et pique, Pour avoir grant estat et mise, Deschamps, Poésies mss. f° 337. D'autres se mirent aux embusches pour happer quelque prisonnier ou autre butin, Commines, V, 8.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HAPPER. - HIST.

XIVe s. Ajoutez : Parmi cestes paroles furent si enflammez et hapez leurs courages, que tous les jeunes hommes quicunques estoient requis de prendre armes se fesoient escrire, Bercheure, f° 94, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « happer »

De l’ancien français happer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(1193-97) Déverbal de happe (« crochet »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Happer est ou le hollandais happen, mordre, dont le sens convient très bien, ou, simplement, une onomatopée tirée du bruit de la bouche qui saisit, qui happe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « happer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
happer ape

Citations contenant le mot « happer »

  • L’incident s’est produit tôt ce lundi matin. Il était presque 9 h lorsqu’un homme, né en 1983, s’est fait happer le pied par la roue d’un chariot élévateur, un engin de chantier à l’aide duquel des travaux étaient menés à la ferme Bassot à Dommartin-aux-Bois. , Faits-divers - Justice | Un homme renversé par un chariot élévateur à Dommartin-aux-Bois
  • Concrètement, chaque chapitre de ce "Bestofbook" s'ouvre sur une traduction d'une chanson (on démarre sur "Brown sugar" pour conclure sur "You can't always get what you want"). Le lecteur est invité à commencer la lecture de chaque chapitre par l'écoute du titre correspondant des Rolling Stones et à se laisser happer ensuite par les péripéties détonantes qui jalonnent l'intrigue. , "Gérald, le 7e Rolling Stones", le nouveau roman de Jean-Félix Mounier - La Commère 43
  • L'enfer c'est peut-être ça : aller seul au bout de soi-même et se laisser happer par des hélices de plus en plus rapides, au coeur de sa propre misère. De Jacques Attali / Le Premier Jour après moi
  • « Game of Thrones » à l’earl grey ? « The Crown » en archives ? Cette série sur les Windsor, qui débute en 1911 pour s’achever avec le mariage de Meghan et Harry et s’interroge sur la survie de la monarchie après Elisabeth II, est un peu tout ça à la fois. Et même si sa forme (commentaires hachés, redondances, scènes parfois rejouées) peut d’abord inciter à la prudence critique, il n’est pas interdit de se laisser happer par ses documents filmés et ses héros soumis à la violence castratrice des règles dynastiques. L'Obs, « Les Windsor, une dynastie royale », point de vue et images d’un monde
  • 40 épisodes inédits seront diffusés chaque semaine à partir de la fin juillet. Mais Arthur Colignon ne se laisse pas happer à la frénésie du probable futur succès, et revient d’ailleurs se ressourcer deux week-ends par mois à Charleville-Mézières, point de départ de toute cette histoire… animée. Journal L'Ardennais abonné, VIDEO. Le Carolo Arthur Colignon produit la BD du Youtubeur Cyprien en dessin animé
  • Bien filmer la danse, cela veut dire quoi exactement ? Saisir l’ensemble du corps en mouvement jusqu’au bout des orteils, happer l’élan d’un geste, se focaliser sur une partie seulement de l’interprète, tenter de rendre compte de la dramaturgie globale d’un spectacle ou encore s’attacher à sa géométrie dans l’espace ? Une seule question : un puits sans fond. « A mes débuts, il y a douze ans, on m’a souvent dit comment filmer la danse et cela correspondait à une vision en pied très classique du mouvement, se souvient le réalisateur Tommy Pascal. Cela ne me convenait pas et je n’avais pas envie de suivre ces conseils. J’ai commencé à filmer à l’instinct, comme je le sentais, en rentrant dans les corps avec des gros plans. Cela permet de redonner du rythme au montage. » Le Monde.fr, Tommy Pascal saisit les corps en mouvement

Images d'illustration du mot « happer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « happer »

Langue Traduction
Anglais grab
Espagnol agarrar
Italien afferrare
Allemand greifen
Chinois
Arabe إختطاف
Portugais agarrar
Russe грейфер
Japonais つかむ
Basque grab
Corse catturà
Source : Google Translate API

Synonymes de « happer »

Source : synonymes de happer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « happer »

Partager