La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « gueulard »

Gueulard

Définitions de « gueulard »

Trésor de la Langue Française informatisé

GUEULARD, subst. masc.

TECHNOLOGIE
A. − Ouverture supérieure d'un haut-fourneau par laquelle s'effectuent le chargement de celui-ci et l'évacuation des gaz. Un haut-fourneau est une construction en briques réfractaires, cerclée de fer, dont la forme est celle de deux troncs de cône réunis par leur grande base (...). Son ouverture supérieure est nommée gueulard (Ch. Durand, Industr. minér. Lorr.,1893, p. 45) :
La partie supérieure forme le gueulard qui reçoit les matières premières en couches alternées du lit de fusion (minerai et fondant) et de coke et qui permet de recueillir les gaz, lesquels riches en oxyde de carbone seront utilisés, comme nous l'indiquerons. Guillet, Techn. métall.,1944, p. 48.
B. − ,,Orifice par lequel on charge la grille d'un calorifère`` (Chabat t. 2 1876). [Le] gueulard (...) [est une] ouverture rectangulaire sur laquelle s'applique la porte de chargement [du calorifère] (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 5, 1928, p. 52).
C. − ,,Buire en faïence en forme de casque renversé`` (Adeline, Lex. termes art, 1884). On nomme gueulards (...) [les] pots à l'eau à large ouverture et à large bec renversé (Al. Brongniart, Arts céram., t. 2, 1844, p. 145).
Prononc. et Orth. : [gœla:ʀ]. Att. ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. a) 1395 subst. m. pic. gheular « grosse cruche de laitier » (Valenc., ap. La Fons, Gloss. ms., Bibl. Amiens ds Gdf. Compl.) − 1491 gueullard (ibid); b) mil. xviiies. gueulard « ouverture du fourneau » (Buffon, Hist. nat., éd. Lanessan, t. 2, p. 369). Dér. de gueule*; suff. -ard*.

GUEULARD, -ARDE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − [En parlant d'un être vivant]
1. Pop. Qui gueule, qui a pour habitude de parler haut et fort :
1. Depuis son mariage, il avait assez peu vu Joseph et se le représentait volontiers, à travers les propos de Cécile ou de Laurent et les articulets des gazettes, comme le type du publicain, cynique, intelligent, gueulard et dont il était prudent de se méfier quelque peu. Duhamel, Cécile,1938, p. 176.
Rem. Dans ce sens, peut par dérision s'appliquer à une chose. Un canon boche (...) est partout à la fois, insaisissable, facétieux et gueulard (Genevoix, Boue, 1921, p. 160).
Emploi subst. Pont-Arlès est toujours le gueulard des premières répétitions (Goncourt, Journal,1893, p. 348).
2. Pop. Gourmand, goinfre :
2. Hier, les Charpentier m'ont montré un Zola que je ne connaissais pas, un Zola gueulard, gourmand, gourmet, un Zola dépensant tout son argent à des choses de la gueule, courant les marchands de comestibles et les épiciers à la grande renommée, se nourrissant de primeurs. Goncourt, Journal,1876, p. 1149.
Emploi subst. Je suis gourmand, fils de gueulards, comme nous disions dans le temps jadis (Murger, Scène vie jeun.,1851, p. 125).
3. [En parlant d'un cheval] Qui obéit difficilement à la bride et ouvre fréquemment la bouche :
3. ... Je ne le garderai pas ce cheval! − C'est dommage!... il a un beau dessus!... − Oui, mais trop d'air sous le ventre!... et gueulard, avec ça!... j'en ai mal aux reins après chaque chasse!... Gyp, Gde vie,1891, p. 7.
B. − [En parlant d'une couleur] Éclatant, criard. En peinture, on dit qu'il y a des tons qui jurent, des « tons gueulards » (Koechlin, Harm., t. 2, 1930, p. 104).
II. − Subst. masc.
A. − MAR. ,,Grand porte-voix`` (Soé-Dup. 1906).
B. − ARG. MILIT. Canon. Cf. Dauzat, Arg. guerre, 1918, p. 265.
Prononc. et Orth. : [gœla:ʀ], fém. [-laʀd]. Att. ds Ac. 1798-1878. Étymol. et Hist. 1. a) 1660 « qui crie fort » (Oudin Fr.-Esp.); b) 1904 « porte-voix » (E. von Hoyer, F. Kreuter, Dict. technol. fr.-all.-angl. ds Quem. DDL t. 20); 2. 1808 « gourmand » (Hautel). 1 dér. de gueuler*; 2 dér. de gueule*; suff. -ard*; au sens 2, v. aussi goliard. Fréq. abs. littér. : 31.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

gueulard \ɡœ.laʁ\ masculin

  1. (Métallurgie) Ouverture d’un haut fourneau par laquelle on entonne le charbon et le minerai.
  2. (Urbanisme) Bouche d’un égout.
  3. (Boulangerie) Four à bois, pièce en métal par laquelle passe la flamme de chauffe.
  4. (Art) Buire en forme de casque renversé.
    • Un gueulard en porcelaine.
  5. (Armement) Arme à feu à canon évasé.
    • « A quoi sert ce tuyau que vous avez là ?…
      — Ce tuyau n’est pas un tuyau.
      — Est-ce donc un gueulard ? »
      Et le berger entendait par là une sorte de vieux pistolet à canon évasé.
      « Non, dit le juif, c’est une lunette. »
      — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, pages 1-16)

Nom commun 1 - français

gueulard \ɡœ.laʁ\ masculin (pour une femme, on dit : gueularde)

  1. (Populaire) Personne qui pousse la gourmandise à l’excès.
  2. (Populaire) Personne qui gueule.
    • D’ailleurs, les dissidences s’effacent devant la gravité des événements, et ceux mêmes qu’on a traités de gueulards sont recherchés, à cette heure, par les doctrinaires en quête d’hommes d’action.
      C’est bon, les gueulards, devant les régiments muets et hésitants. Ce sont les indisciplinés qui font plier la discipline.
      — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
  3. (Marine) Porte-voix dont le tube était extensible à volonté, et qui servait à communiquer d'un bateau à un autre.
    • À une trentaine de mètres du galion, le capitaine du port se tenait près des feux de proue. — Identifiez-vous ! cria-t-il dans un gueulard — Le Bénéfice doré, de Tal Verrar ! répondit quelqu’un au milieu du pont. — — (Scott Lynch, Des horizons rouge sang, tome 2, Éd. Bragelonne, Paris 2014)

Adjectif - français

gueulard \ɡœ.laʁ\ masculin

  1. (Manège) Cheval qui tient la bouche ouverte pour ne pas recevoir le mors.
    • Cheval gueulard.
  2. (Populaire) Qui donne souvent et facilement de la voix.
    • En rentrant, il allait raconter ça à Courtebaisse, son compagnon de chaîne, un gros rougeaud gueulard, avec qui il s’attrapait pendant leurs sept heures de vie commune. — (Marcel Martinet, La maison à l’abri, 1919)
    • Tandis que je continuais à crier, il dit à Ja..... : « Bon Dieu, qu’il est gueulard ! Foutez-lui un bâillon ! » Roulant ma chemise en boule, Ja..... me l’enfonça dans la bouche et le supplice recommença. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • En ouvrant la fenêtre, il se réappropria en une inspiration la France tout entière : celle de son enfance, accueillante et gueularde, crasseuse et distinguée, fille aînée de l’Église le dimanche, et bouffeuse de curés le lundi. Laïque au lit et religieuse dans ses pâtisseries. — (Olivier Michel, À Dieu la France, NIL éditions, 2010, chapitre 3)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GUEULARD, ARDE. n.
Celui, celle qui pousse la gourmandise à l'excès. Il se dit aussi de Celui, de celle qui a l'habitude de parler beaucoup haut et fort. Il est populaire dans les deux sens. Par analogie,

GUEULARD se dit, en termes de Métallurgie, de l'Ouverture d'un haut fourneau par laquelle on entonne le charbon et le minerai; en termes de Ponts et Chaussées, de la Bouche d'un égout et aussi, en termes de Marine, d'un Porte-voix puissant. Il s'emploie comme adjectif en termes de Manège. Cheval gueulard, Qui tient la gueule ouverte pour ne pas recevoir le mors.

Littré (1872-1877)

GUEULARD (gheu-lar, lar-d') s. m.
  • 1 Terme populaire. Celui, celle qui a l'habitude de crier, de parler fort haut et beaucoup.
  • 2Celui, celle qui aime à manger. C'est un gueulard.
  • 3 S. m. Terme de métallurgie. Ouverture supérieure du haut fourneau, par laquelle on projette la charge. L'ouverture du gueulard ne doit être que de la moitié du diamètre de la largeur de la cage du fourneau, Buffon, Hist. minér. introd. t. V III, p. 90.
  • 4Gueulard, nom donné à une espèce de pistolets dont la gueule est évasée.
  • 5 Adj. Terme de manége. Cheval gueulard, cheval qui obéit difficilement à la bride et qui a l'habitude d'ouvrir souvent la bouche.

HISTORIQUE

XVIe s. Gueullard, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GUEULARD. Ajoutez :
6Il se dit de l'ouverture des égouts sur la voie publique. Un des énormes tuyaux qui distribuent l'eau du Rhône dans le centre de la ville [Lyon] a fait explosion…, et l'immense jet qui s'en échappait ne pouvant s'échapper par les gueulards des égouts…, le Bien public, 1er oct. 1875, 3e page, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gueulard »

Gueule.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de gueule, avec le suffixe -ard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gueulard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gueulard gœlar

Citations contenant le mot « gueulard »

  • Le programme complet est à retrouver sur le site du Gueulard Plus : legueulardplus.fr , Culture - Loisirs | Concerts : le Gueulard Plus remonte le son

Images d'illustration du mot « gueulard »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gueulard »

Langue Traduction
Anglais loudspeaker
Espagnol altoparlante
Italien altoparlante
Allemand lautsprecher
Chinois 喇叭
Arabe مكبر الصوت
Portugais alto-falante
Russe громкоговоритель
Japonais スピーカー
Basque bozgorailua
Corse altoparlante
Source : Google Translate API

Synonymes de « gueulard »

Source : synonymes de gueulard sur lebonsynonyme.fr

Gueulard

Retour au sommaire ➦

Partager