La langue française

Gifler

Définitions du mot « gifler »

Trésor de la Langue Française informatisé

GIFLER, verbe trans.

A. − Frapper (quelqu'un) sur la joue avec le plat ou le dos de la main. Synon. fam. ou pop. calotter, claquer, talocher, taper; littér. souffleter.Il devint fou, et s'élançant, il la saisit au cou de la main gauche, tandis qu'il la giflait furieusement de la droite (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 508).
Emploi pronom. réciproque. Après s'être chamaillé sur le boulevard, le couple, trouvant le public gênant, était monté en fiacre pour se gifler à l'aise (Goncourt, Journal,1892, p. 194).
P. anal. Fouetter brusquement. Synon. cingler.La pluie (...) giflait les basaltes bleus et les granits polis des grands caveaux (Malègue, Augustin, t. 2, 1933p. 375).
B. − Au fig. Blesser l'amour-propre de quelqu'un. Synon. humilier, insulter, offenser, outrager, vexer.Jacques, dites-moi des mots que je puisse lui jeter à la figure, des mots malpropres qui la giflent (Aymé, Tête autres,1952, p. 78).
REM. 1.
Giflable, adj.Que l'on aimerait gifler. Au milieu de ce tohu-bohu de figures vagues et de masques giflables (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 33).
2.
Gifleur,-euse, subst.Personne qui en gifle une autre. Je reçus sur la joue un épouvantable soufflet. L'étonnement qu'il me causa ne me permit point de voir ce que devenait mon gifleur (Gide, Prométhée,1899, p. 311).P. anal., emploi adj. Des chemins perdus où les cahots vous jetaient vers les branches gifleuses (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 64).
Prononc. et Orth. : [ʒifle], (il) gifle [ʒifl̥]. Ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1808 (Hautel). Dér. de gifle* (sens 2); dés. -er. Fréq. abs. littér. : 371. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) néant, b) 142; xxes. : a) 1 101, b) 837. Bbg. Weil (A.). En marge d'un nouv. dict. R. Philol. fr., 1932, t. 45, p. 22.

Wiktionnaire

Verbe

gifler \ʒi.fle\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Frapper quelqu’un avec la main sur la joue.
    • Elle avait un amant qui s’appelait Maurice, qui était mauvais et qui la giflait à pleines mains.
      — Je ne sais pas si je l’aime : il m’a tellement battue que je ne me le suis jamais demandé.
      — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 157)
    • La douzaine d'otages est prête : il y en a même treize. Rien que des domestiques stylés de la guerre et tout enfant qui crie quand le canon tonne est giflé. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Et sans autre préambule, avant qu’elle s’y attendît, il la gifla si largement qu’il l’envoya culbuter contre le lit d’un seul revers de main. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Gustave fut giflé, et les femmes poussèrent tous les cris qu’il fallait, mais le vétérinaire était si courroucé qu’il ne se tint pas de le faire voir. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, pages 134-135.)
    • Des ses énormes battoirs, il me giflait à toute volée. Je tombais à genoux, mais j'étais incapable de me maintenir droit. J'oscillais tantôt à gauche, tantôt à droite: […]. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • (Figuré)
      Sans souci des brindilles qui le giflent, des ronces qui l'agriffent, il court, il court, pareil au solitaire qui charge l'ennemi. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GIFLER. v. tr.
Frapper quelqu'un avec la main sur la joue. Il est familier.

Littré (1872-1877)

GIFLER (ji-flé) v. a.
  • Terme populaire. Donner une gifle.

    Se gifler, v. réfl. Se donner des giffles l'un à l'autre.

    Se donner une gifle à soi-même. J'étais si en colère de ma bévue, que je me serais volontiers giflé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gifler »

Composé de gifle avec le suffixe verbalisant -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gifler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gifler ʒifle

Évolution historique de l’usage du mot « gifler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gifler »

  • Il ne faut jamais gifler un sourd. Il perd la moitié du plaisir. Il sent la gifle mais il ne l'entend pas. De Georges Courteline
  • Une vidéo amateur tourne sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours. On y voit une femme à peine majeure se faire gifler violemment par un jeune homme qu'elle semble connaître. La victime et l'auteur des coups ont été identifiés, ils sont de la région de Dinan. La jeune majeure a été entendue. France 3 Bretagne, Des violences filmées sur une jeune femme déclenchent des appels à la vengeance
  • Les faits se sont déroulés à Lannemezan, au sein d’une famille recomposée, un couple et 5 enfants, deux à elle, deux à lui, et un en commun. Et c’est justement de la mésentente entre deux adolescents, une fille et un garçon que les relations vont se dégrader jusqu’à ce 30 septembre 2019, date à laquelle, le père de famille, un policier, va gifler la fille de son épouse et s’en prendre aussi à elle comme l’a expliqué la présidente tribunal, Elisabeth Gadoullet : "Il y a cinq enfants qui ne s’entendent pas forcément très bien, il y a un litige conjugal et familial. Vous vous rendez compte, pour une histoire de porte mal fermée et une dispute entre votre fils et la fille de votre femme ! Vous avez pris parti pour votre fils alors qu’il racontait des histoires et que la jeune fille disait la vérité, vous vous êtes énervé et vous l’avez giflée et c’est là que sa mère est intervenue, elle s’est interposée et vous l’avez poussée à deux reprises. C’est là qu’elle appelé la gendarmerie. Elle dira plus tard que vous avez déjà été violent par le passé. Votre femme ne demande rien d’autre que le remboursement des objets cassés et un euro de préjudice moral pour elle-même et sa fille". À la barre le prévenu ne nie rien : "Je n’ai aucune excuse concernant les violences. Dans cette histoire, j’ai tout perdu, je ne vois plus mes enfants. J’étais devenu quelqu’un d’autre, psychorigide, j’aurais dû prendre le problème en amont mais j’étais dans le déni. Aujourd’hui, je vois un psychologue". nrpyrenees.fr, Le policier gifle sa belle fille : six mois avec sursis - nrpyrenees.fr
  • Il s’en est pris à sa compagne. Il a tenté de la gifler mais c’est son bébé qui a reçu le coup. Bénin 24 TV, Ivre, un homme tente de gifler sa femme mais c'est son bébé qui prend le coup

Images d'illustration du mot « gifler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gifler »

Langue Traduction
Anglais slap
Espagnol bofetada
Italien schiaffo
Allemand schlagen
Chinois 拍击
Arabe صفعة
Portugais tapa
Russe пощечина
Japonais 平手打ち
Basque slap
Corse soffia
Source : Google Translate API

Synonymes de « gifler »

Source : synonymes de gifler sur lebonsynonyme.fr

Gifler

Retour au sommaire ➦

Partager