Fiacre : définition de fiacre


Fiacre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FIACRE, subst. masc.

A.− HIST. DES TRANSP. Voiture de louage tirée par un cheval et conduite par un cocher, que l'on utilise à la course ou à l'heure. Le fiacre se trouvait devant la place des fiacres du Jardin-des-Plantes (Balzac, Splend. et mis.,1847, p. 628).J'arrivai modestement en fiacre, selon mes moyens et mes habitudes, et je fis arrêter devant la porte, qui ne s'ouvrait pas pour de si minces équipages (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 123).Trois frères associés exploitaient ensemble une petite compagnie de fiacres (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 35):
1. ... un fiacre arrêté dans un encombrement de voitures, au milieu du pont. Un lamentable fiacre à galerie, traîné par une haridelle efflanquée un de ces maraudeurs qu'on trouve aux gares; sur le véhicule antédiluvien ballotait une malle rustique, au couvercle garni de poil de chèvre. Une lumière brillait à l'intérieur de la roulotte... Vogüé, Morts,1899, p. 307.
En partic. Fiacre électrique. Voiture à traction électrique. Paris, Londres, New-York ont aujourd'hui leurs fiacres électriques (A. Soulier, Gdes applic. l'électr.,1916, p. 175):
2. Grand constructeur de fiacres électriques, Jenatzy avait utilisé le châssis d'une de ses machines, qu'il avait recouvert d'une carcasse en alliage léger, cylindrique et pointue aux deux bouts. C'était la fameuse Jamais-contente, exposée maintenant au Musée de la Voiture de Compiègne. Toutes ces prouesses étaient naturellement faites pour gonfler d'espoir le cœur des partisans de la voiture électrique... Rousseau, Hist. transp.,1961, p. 482.
Loc. verbales fig., fam., vx.
S'atteler à son fiacre. Se fixer à une occupation, travailler. Je travaille jusqu'à 8 heures; à 8 heures, je dors encore une heure et demie; puis (...) je m'attelle à mon fiacre jusqu'à 4 heures (Balzac, Corresp.,1833, p. 262).
Mener son fiacre. Mener tranquillement son affaire, poursuivre son chemin. (Quasi-)synon. mener sa barque.M. Walewski (...) me fait grise mine; mais cela ne m'empêche pas de mener mon fiacre (Mérimée, Lettres à une inconnue,t. 2, 1870, p. 150).
B.− P. méton., vx. Le cocher d'un fiacre. Ce fiacre nous a bien menés, donner pour boire à un fiacre (Ac.1835, 1878).Le fiacre, jurant, nous arrêta devant une maison à trois étages (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 80).Carlos (...) dit au fiacre en le payant : « Palais-Royal, au perron! » (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 210):
3. Montez donc, vous allez être renversé! En effet, les cochers s'impatientaient, poussaient leurs chevaux, au milieu d'un vacarme; et il monta, étourdi; et elle l'emporta (...) dans le petit coupé de satin bleu, assis à moitié sur les dentelles de sa jupe; tandis que les fiacres rigolaient de l'enlèvement, en prenant la queue, pour rétablir la circulation. Zola, Œuvre,1886, p. 272.
Loc. verbales fig., fam., vx. Jouer, parler, chanter comme un fiacre (Ac.1798-1878).Fort mal. Je conviens avec Racine que ce Scarron écrit comme un fiacre (France, Vie littér.,1888, p. 52).
Prononc. et Orth. : [fjakʀ ̥]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1650 (Mén.). Du nom de saint Fiacre, patron des jardiniers, dont l'effigie se trouvait, au xviies., sur l'enseigne d'un hôtel de la rue St-Antoine à Paris, devenu maison de louage de carrosses. Fréq. abs. littér. : 1 261. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 325, b) 3 532; xxes. : a) 2 424, b) 880. Bbg. Letessier (F.). Notes lexicol. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 118. − Migl. 1968 [1927], p. 131.

Fiacre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

fiacre \fjakʁ\ masculin

  1. (Histoire) Voiture hippomobile de louage conduite par un cocher, que l’on utilisait à la course ou à l’heure.
    • Mais il ne passait que des fiacres pleins, et il allait renoncer à trouver une voiture, lorsqu’il vit un cocher arrêter son cheval en face de lui. — (Émile Zola, Son Excellence Eugène Rougon, chap. 8)
    • Quant au père Absinthe, il ressemblait un peu à ces pauvres chevaux de fiacre qui, ayant oublié le repos, ne savent plus ce qu’est la fatigue, et trottent jusqu’à ce qu’ils s’abattent épuisés. — (Émile Gaboriau, Monsieur Lecoq,Partie 1, Chapitre 40)
    • De vieux fiacres ratatinés : ils offrent une place et demie ; antiques joujoux surmontés de cochers paradoxaux dans leur mise et leurs prétentions. — (Henri Barbusse, Russie, ch. I, Ernest Flammarion, Paris, 1930, p. 12)
    • Mon cœur battait la chamade, cependant que le fiacre s'approchait de l'église Notre-Dame à pas de tortue. — (Micheline Lachance, Les Filles tombées, tome 2 : Les Fantômes de mon père, Québec Amérique, 2008, chap. 19)

Nom commun

fiacre \Prononciation ?\

  1. Fiacre (voiture hippomobile à quatre roues).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fiacre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FIACRE. n. m.
Voiture de place. Le mot de fiacre vient de ce que les premiers carrosses de cette espèce étaient remisés à l'image Saint-Fiacre. Une station de fiacres. Le numéro d'un fiacre. Un cocher de fiacre.

Fiacre : définition du Littré (1872-1877)

FIACRE (fia-kr') s. m.
  • 1Carrosse, voiture qui stationne sur les places et que l'on prend pour un prix fixé à la course ou à l'heure. …Carrosses Dont les cuirs tout rapetassés Représentaient le simulacre De l'ancienne voiture à fiacre, Mazarinade de 1652. On les voit [deux chevaux] au timon du doyen des carrosses, Construit sur le patron d'un fiacre décrépit, Furetière, Factums, t. II, p. 296. Philis, qu'est devenu ce temps Où dans un fiacre promenée …, Voltaire, Épît. XXVIII.
  • 2 Par extension, le cocher de fiacre. Hé bien ! qu'est-ce que me vient conter cette chiffonnière ? répliqua l'autre en vrai fiacre : Gare ! prenez garde à elle, elle a son fichu des dimanches ! Marivaux, Marianne, 2e partie. On trouva un honnête fiacre qui déposa qu'il avait mené madame Genep à la porte des jésuites avec des sacs pleins d'or ; c'était apparemment un fiacre janséniste, Voltaire, Polit. et législ. Probabilité en fait de justice, veuve Genep. Je me rappelle les beaux attelages de l'empereur Napoléon, de Charles X et de Louis XVIII, qui, mené avec la plus grande rapidité, disait à son cocher : Germain, tu me conduis comme un fiacre, Alph. Karr. les Guêpes, mai 1840.

    Populairement. Jouer, chanter comme un fiacre, jouer, chanter très mal.

    Jurer, sacrer comme un fiacre, prononcer beaucoup de jurements.

  • 3 Par dénigrement, mauvaise voiture.
  • 4On dit aussi d'un homme qui a fait maladroitement une chose, d'un avocat, d'un écrivain maladroit : Quel fiacre !
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fiacre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FIACRE, s. m. (Police) c’est ainsi qu’on appelle tous les carrosses de place ; ce nom leur vient de l’image de saint Fiacre, enseigne d’un logis de la rue saint Antoine, où on loüa les premieres voitures publiques de cette espece. Elles ont toûjours été si mauvaises & si mal entretenues, qu’on a donné par mépris le nom de fiacre à tout mauvais équipage. Il seroit aisé de remédier à cet inconvénient, qui, à ce qu’on assûre, n’a pas lieu à Londres. En revanche, la police de nos fiacres est très-bien entendue ; il y a au derriere des numeros & des lettres, qui indiquent la voiture dont on s’est servi ; & l’on peut toûjours la retrouver, soit qu’on ait été insulté par le cocher de place, (ce qui n’arrive que trop souvent,) soit qu’on ait oublié quelque chose dans la voiture. Les fiacres sont même obligés de déclarer, sous peine afflictive, ce qu’ils y ont trouvé. On leur doit en course dans la ville, vingt-cinq sous pour la premiere heure, & vingt sous pour les autres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fiacre »

Étymologie de fiacre - Littré

Un nommé Sauvage établit le premier en 1640 les voitures de louage, dites d'abord carrosses à cinq sous (on ne payait que cinq sous par heure), rue Saint-Martin, dans une grande maison nommée l'Hôtel Saint-Fiacre, parce qu'une image de saint Fiacre y était pendue ; de l'hôtel le nom passa aux voitures.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fiacre - Wiktionnaire

(1650) Du nom de l’hôtel Saint-Fiacre, situé rue Saint-Antoine à Paris, qui abritait au XVIIe siècle l’un des premiers loueurs de ces véhicules.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fiacre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fiacre fjakr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « fiacre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fiacre »

  • Les autos ont remplacé les fiacres, et les camions, les charrettes à foin ; mais aucune invention n'a remplacé l'homme lui-même. De André Duval / Le Mercenaire
  • Un sot qui a un moment d'esprit étonne et scandalise, comme des chevaux de fiacre au galop. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Un petit tempérament au service d’un grand amour, c’est un cheval de fiacre attelé à une locomotive. De Anonyme / Académie de l’humour

Images d'illustration du mot « fiacre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fiacre »

Langue Traduction
Corse cabina
Basque taxia
Japonais タクシー
Russe такси
Portugais táxi
Arabe سيارة أجرة
Chinois 出租车
Allemand taxi
Italien taxi
Espagnol taxi
Anglais cab
Source : Google Translate API

Synonymes de « fiacre »

Source : synonymes de fiacre sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires