La langue française

Flamine

Définitions du mot « flamine »

Trésor de la Langue Française informatisé

FLAMINE, subst. masc.

ANTIQ. ROMAINE. Prêtre attaché au culte d'une divinité et appartenant à un collège constitué de quinze membres dont trois attachés respectivement aux cultes de Jupiter, Mars et Quirinus (flamines majeurs) et douze attachés aux cultes d'autres divinités (flamines mineurs). Nul autre que le patricien ne pouvait remplir les fonctions sacerdotales dans la cité; c'était dans la caste sacrée qu'il fallait choisir exclusivement les vestales, les pontifes, les saliens, les flamines, les augures (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 322).
Rem. La docum. atteste un emploi p. métaph. au sens de « personne qui fait autorité ». Un des flamines de la critique actuelle promulgue : « Les classiques sont les livres qui ne meurent pas » (Benda, Fr. byz., 1945, p. 257). Synon. fam. pontife.
Prononc. et Orth. : [flamin]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1360-70 (Baudouin de Sebourc, XXI, 96 ds T.-L.). Empr. au lat. flamen, -inis « flamine ». Fréq. abs. littér. : 14.

Wiktionnaire

Nom commun

flamine \fla.min\ masculin (pour une femme on dit : flaminique)

  1. (Antiquité) Prêtre romain attaché au service spécial d’une divinité.
    • Chacun des flamines était désigné par le nom du dieu dont il était le ministre.
    • Il n’y eut d’abord que trois flamines, celui de Jupiter, celui de Mars et celui de Romulus.

Nom commun

flamine \Prononciation ?\ masculin

  1. (Antiquité) Flamine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FLAMINE. n. m.
T. d'Antiquité romaine. Tout prêtre attaché au service spécial d'une divinité. Chacun des flamines était désigné par le nom du dieu dont il était le ministre. Il n'y eut d'abord que trois flamines, celui de Jupiter, celui de Mars et celui de Romulus.

Littré (1872-1877)

FLAMINE (fla-mi-n') s. m.
  • Prêtre chez les Romains. Les flamines étaient au nombre de quinze, trois dits flamines majeurs attachés au culte de Jupiter, de Mars et de Romulus, et douze dits flamines mineurs attachés chacun à une divinité particulière.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FLAMINE, s. m. (Littérature.) en latin flamen, prêtre, sacrificateur chez les Romains, chargé du culte de quelque divinité particuliere.

Les flamines n’étoient que trois au commencement de la fondation de Rome ; celui de Jupiter, flamen dialis ; celui de Mars, flamen martialis ; & celui de Quirinus, flamen quirinalis. Plutarque & Denis d’Halycarnasse prétendent que Numa Pompilius créa seulement le troisieme flamine en faveur de Romulus ; mais Tite-Live assûre que Romulus n’avoit institué que le flamen dialis, & que Numa y ajoûta le martial & le quirinal : Varron parle aussi en nombre pluriel des flamines établis par Numa.

Quoi qu’il en soit, les flamines furent dans la suite multipliés jusqu’à quinze. Comme les trois premiers étoient tirés du sénat, ils avoient un rang & une considération supérieure à celle des autres ; c’est pour cela qu’on les appelloit flamines majeurs. Les douze autres nommés flamines mineurs, étoient ordinairement plébéiens.

Le flamine de Jupiter étoit le plus considérable & le plus respectable de tous les flamines, tant à cause du dieu qu’il servoit, que parce qu’il avoit été institué le premier. Nous en ferons un article à part, ainsi voyez Flamine diale. On le distinguoit par son bonnet, qui étoit fait de la peau d’une victime blanche immolée à Jupiter.

Le bonnet des autres flamines, qui n’étoit fait que de la peau de brebis ordinaires, se nommoit galerus, & s’attachoit sous le menton avec des cordons, pour l’empêcher de tomber.

Les flamines avoient tous la dénomination du dieu qu’ils servoient. J’ai déjà parlé des trois flamines majeurs : les douze mineurs étoient le flamen carmentalis, ou le prêtre de la déesse Carmenta, dont Cicéron fait mention dans son Brutus ; le flamen falacer, dont Varron dit que son origine est inconnue ; le flamen floralis étoit le prêtre de la déesse Flore. On ignore l’origine du flamen furinalis, du flamen levinalis, du flamen lucinalis, & du flamen palatualis ; cependant on trouve leurs noms dans quelques inscriptions rapportées par Onuphrius. Le flamen pomonalis étoit le prêtre de Pomone ; le flamen virbialis, celui de Virbius, qu’on prétend être le même qu’Hippolite ; le flamen vulcanalis, celui de Vulcain ; le flamen volturnalis, celui du dieu Vulturne.

Quelques auteurs parlent encore du flamen hadrianalis, c’est-à-dire du prêtre d’Hadrien ; du flamen Julii Cæsaris, du prêtre de Jules-César ; & du flamen augustalis : on trouve dans les marbres ce dernier flamine en l’honneur d’Auguste, & il lui fut donné de son vivant même, lorsque la flaterie lui éleva des temples & des autels. L’empereur Commode n’eut point de honte de créer pour lui un flamine sous le titre de flamen Herculaneus Commodianus ; mais un tel sacerdoce ne subsista point après la mort d’un prince si justement détesté.

Malgré le même nom que portoient les flamines, ils ne faisoient pas corps ensemble ; chaque flamine n’étoit que pour un dieu ; il ne leur étoit pas permis, comme à d’autres prêtres, de tenir plusieurs sacerdoces à la fois. L’élection des uns & des autres se faisoit par le peuple dans les comices des curies, au rapport d’Aulu-Gelle ; mais la consécration ou l’inauguration appartenoit au souverain pontife, auquel ils étoient tous subordonnés. L’inauguration veut dire la cérémonie de certains augures qu’on prenoit, lorsqu’on les mettoit en possession de cette dignité. Leurs filles étoient exemptes d’être prises pour vestales, & leurs femmes portoient le nom de leurs maris.

Leur sacerdoce appellé flaminatus, étoit perpétuel ; ils pouvoient cependant être déposés pour certains sujets, dont nous ne sommes pas bien instruits, & cela s’appelloit flaminio abire, être dégradé du ministere de flamine.

Leurs bonnets pointus, surmontés d’une grosse houpe de fil ou de laine, les firent nommer flamines, à filamine, dit Festus, & la même étymologie se trouve dans Varron. Suivant Denis d’Halycarnasse, ces prêtres furent appellés flamines, du nom de leur chapeau, lequel avec les filets, bandes & rubans, s’appelloit proprement flammeum, parce que le tout étoit couleur de feu. Ce chapeau ressembloit à un capuchon, pointu par le haut, ayant deux côtés qui s’attachoient sous le menton par des agraffes, dites offendices ; mais pendant les grandes chaleurs les flamines se couvroient la tête d’un simple filet de laine, parce qu’il ne leur étoit pas permis de paroître en public la tête nue. Voyez sur les flamines, Rosinus, Pitiscus, Struvius, & autres. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Flamine diale, flamen dialis. (Hist. rom.) Ce prêtre de Jupiter, le premier, le plus considéré, & le plus respecté de tous les flamines, étoit encore soûmis à certaines lois, qui le distinguoient extrèmement des autres prêtres. Aulu-Gelle (liv. X. ch. xv.) a pris soin de nous conserver ces lois, & elles méritent que nous les rapportions ici à cause de leur singularité.

1°. Il étoit défendu au flamine diale d’aller à cheval : 2°. de voir une armée hors de la ville, ou une armée rangée en bataille ; c’est pour cette raison qu’il n’étoit jamais élû consul dans le tems où les consuls commandoient les armées : 3°. il ne lui étoit jamais permis de jurer : 4°. il ne pouvoit se servir que d’une sorte d’anneau, percé d’une certaine maniere : 5°. il n’étoit permis à personne d’emprunter du feu de la maison de ce flamine, hors le feu sacré : 6°. si quelque homme lié ou garoté entroit chez lui, il falloit d’abord lui ôter les liens, le faire monter par la cour intérieure de la maison, jusque sur les tuiles, & le jetter du toît dans la rue : 7°. il ne pouvoit avoir aucun nœud ni à son bonnet sacerdotal, ni à sa ceinture, ni autre part : 8°. si quelqu’un qu’on menoit foüetter, se jettoit à ses piés pour lui demander grace, c’eût été un crime de le foüetter ce jour là : 9°. il n’y avoit qu’un homme libre qui pût couper les cheveux à ce flamine : 10°. il ne lui étoit pas permis de toucher ni chevre, ni chair crue, ni lierre, ni feve, ni même de proférer le nom d’aucune de ces choses : 11°. il lui étoit défendu de tailler les branches de vigne qui s’élevoient trop haut : 12°. il ne pouvoit coucher trois nuits de suite dans un autre lit que le sien, & pour lors il n’étoit permis à aucun autre de coucher dans ce lit, au pié duquel il ne falloit mettre ni coffre, ni fer, ni aucunes hardes : 13°. ce qu’on coupoit de ses ongles ou de ses cheveux, devoit être enterré sous un chêne verd : 14°. tout jour étoit jour de fête pour le flamine diale : 15°. il lui étoit défendu de sortir à l’air sans son bonnet sacerdotal, il pouvoit cependant le quitter dans sa maison pour sa commodité ; mais cette grace lui a été accordée depuis peu, dit Sabinus, par les pontifes qui l’ont encore dispensé de quelques autres cérémonies : 16°. il ne lui étoit pas permis de toucher de la farine levée : 17°. il ne pouvoit ôter sa tunique intérieure qu’en un lieu couvert, de peur qu’il ne parût nud sous le ciel, & comme sous les yeux de Jupiter : 18°. dans les festins, personne n’avoit séance au-dessus du flamine diale, hormis le roi sacrificateur : 19°. si sa femme venoit à mourir, il perdoit sa dignité de flamine : 20°. il ne pouvoit faire divorce avec sa femme ; il n’y avoit que la mort qui les séparât : 21°. il lui étoit défendu d’entrer dans un lieu où il y avoit un bucher destiné à brûler les morts : 22°. il lui étoit pareillement défendu de toucher au morts ; il pouvoit pourtant assister à un convoi.....

Voici les paroles du préteur, qui contiennent un édit perpétuel. « Je n’obligerai jamais le flamine diale à jurer dans ma jurisdiction ». Enfin le flamine diale avoit seul droit de porter l’albogalérus ou le bonnet blanc, terminé en pointe, soit parce que ce bonnet est le plus grand de tous, soit parce qu’il n’appartient qu’à ce prêtre d’immoler à Jupiter une victime blanche, dit Varron, liv. II. des choses divines. Dictionn. de Mythol. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Flamine, (la) s. f. (Littérat.) Les flamines ou flaminiques, en latin flamina, flaminicæ, étoient des prêtresses particulieres de quelque divinité, ou simplement les femmes des flamines ; car ce mot se trouve pris dans ces deux sens différens, sur d’anciens marbres cités par Gruter, pag. 303. n°. 3. & pag. 469. n°. 9.

Les flaminiques qui n’étoient pas prêtresses particulieres, avoient l’ornement de tête & le surnom de leur maris ; cependant la femme du flamine diale, ou du prêtre de Jupiter, étoit la flamine par excellence : elle s’habilloit de couleur de flamme, & portoit sur ses habits l’image de la foudre de même couleur, & dans sa coeffure un rameau de chêne verd ; mais lorsqu’elle alloit aux orgies, elle ne devoit point orner sa tête ni peigner ses cheveux. Il lui étoit défendu d’avoir des souliers de bête morte, qui n’eût pas été tuée : il ne lui étoit pas permis de monter des échelles plus hautes que de trois échelons. Le divorce lui étoit interdit, & son sacerdoce cessoit par la mort de son époux ; enfin elle étoit astreinte, dit Aulu-Gelle, aux mêmes observances que son mari. Voyez donc Flamine diale. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « flamine »

Lat. flamen. Des inscriptions portent filamen, et l'on a dit que les flamines avaient été dits ainsi de filum, fil, parce qu'ils avaient la tête voilée, ceinte de fils. D'autres y voient fla [g] men, celui qui allume le bûcher, le feu de l'autel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin flamen (« prêtre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « flamine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flamine flamin

Évolution historique de l’usage du mot « flamine »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flamine »

  • Pour autant que j'ai pu lire au sujet de César il fut bien avant son entré dans le "cursus honorum", "pistonné" par Marius, le marie de sa tante, pour être "flamine dialis&quo... Lire la suite , Jules César (100 av. J.-C. - 44 av. J.-C.) - Le dandy magnifique - Herodote.net
  • Une inscription dédiée aux empereurs Dioclétien et Maximien mentionne la respublica Cediensium ainsi qu’un personnage de l’ordre équestre, flamine perpétuel, et de l’ordo des duumvirs, ce qui confirme que cette cité avait le statut soit de municipe, soit de colonie entre 286 et 305 (CIL, VIII, 10727 = 17655) . Une autre inscription cependant , clarifie encore plus le statu de la cité : PII CEDIENSIUM CO QUEM DE LIBERALITA TUS PROMISERUNT P /ICTORINO CURATOR […..MUNICI]PII CEDIENSIUM CO[LUMNAS ?]/ […..]QUEM DE LIBERALITA[TE…]/ [……]TUS PROMISERUNT P[……]/ […..](V)ICTORINO CURATOR[e, -i REI PUBLICAE ?]. « ….Du municipe de Cedias……qu’ils avaient promis par leur générosité …..de Victorinus curateur (de la cité) » .Le texte confirme le statut de municipe de la ville au Bas-Empire, si l’on en juge par la mention certaine du curateur. Il est permis de supposer que Caius Iulius Saturninus Cilonianus, citoyen originaire de Sufetula, a suivi son cursus municipal à Cedias [3]. Inumiden, Le mausolée de Cedias à Tazouggaght | Inumiden

Traductions du mot « flamine »

Langue Traduction
Anglais flamine
Espagnol flamígero
Italien flamine
Allemand flamin
Chinois
Arabe فلامين
Portugais flamina
Russe flamine
Japonais フラミン
Basque flamine
Corse flaminata
Source : Google Translate API

Synonymes de « flamine »

Source : synonymes de flamine sur lebonsynonyme.fr

Flamine

Retour au sommaire ➦

Partager