La langue française

Éventail

Sommaire

  • Définitions du mot éventail
  • Étymologie de « éventail »
  • Phonétique de « éventail »
  • Évolution historique de l’usage du mot « éventail »
  • Citations contenant le mot « éventail »
  • Traductions du mot « éventail »
  • Synonymes de « éventail »

Définitions du mot « éventail »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVENTAIL, subst. masc.

A.− Objet de matière légère (papier, tissu, plume, etc.), souvent de forme semi-circulaire, monté sur des lames mobiles qui se replient les unes sur les autres, servant à éventer quelqu'un, à s'éventer (v. ce mot C). Coups d'œil sous l'éventail, soupirs, minauderies, aveux à mots couverts, vives agaceries (Gautier, Albertus,1833, p. 154).Les éventails battaient plus rapidement, dans la chaleur croissante (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 90).Le président a fait un signe et l'huissier a apporté trois éventails de paille tressée que les trois juges ont utilisés immédiatement (Camus, Étranger,1942, p. 1185):
1. Même celles qui sont à genoux sur les dalles s'éventent du même mouvement bref et gracieux. Elles ne s'arrêtent que pour s'agenouiller ou se rasseoir selon le rituel de l'office; les pauses liturgiques sont marquées par le bruit des éventails qui s'ouvrent ou se referment. T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 71.
SYNT. Éventail pliant; éventail de papier, de plume, de soie; éventail en bois, en ivoire; la feuille, la monture, les branches d'un éventail; jouer de l'éventail; commenter, confier, débiter, raconter (qqc.) sous l'éventail; ce qui se dit derrière l'éventail.
Rem. La plupart des dict. gén. attestent éventoir, subst. masc. Éventail grossier servant à activer le feu. On rencontre également ds la docum. un emploi désignant un objet en forme d'éventail. Des pots (...) dont on frappe l'ouverture (...) avec un petit éventoir en feuilles de palmier (Schaeffner, Orig. instrum. mus., 1936, p. 81).
Loc. pop. Éventail à bourrique. Bâton ou nerf de bœuf servant à frapper homme ou animal. Son gros bâton (ou son éventail à bourrique, comme il disait plaisamment) (Sue, Atar Gull,1831, p. 14).Coupeau avait un gourdin qu'il appelait son éventail à bourrique : et il éventait la bourgeoise, fallait voir! (Zola, Assommoir,1877, p. 751).
B.− P. anal. [P. réf. à l'éventail articulé qui s'ouvre en demi-cercle]
1. [En parlant d'une chose ayant la forme d'un éventail, d'un ensemble de choses disposées en demi-cercle] Rougon, d'un coup de pouce, avait élargi sur la table un éventail de treize cartes (Zola, E. Rougon,1876, p. 140).Elle avait des paupières bleuies, où les cils faisaient éventail (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 355):
2. Ces milliers d'êtres sont là, au bord de l'océan, géhenne puérile, heureux d'exister, attendant la fraîcheur de la nuit, dans l'étuve atlantique, dans la lessive nocturne de juillet, tandis que les éventails des projecteurs de Brooklyn apaisent le ciel. Morand, New-York,1930, p. 73.
2. Loc. adj. et adv. En éventail. En forme d'éventail ouvert; en rayonnant à partir d'un point.
a) [En parlant d'un mouvement] Soudain, sur la rue Boudreau, s'ouvrit une porte d'où se déploya en éventail un troupeau de petites filles fanées (Barrès, Jard. Bérén.,1891, p. 20).Les civières, abandonnant le chemin, se déployèrent à travers l'herbe, les montagnards en éventail (Malraux, Espoir,1937, p. 836).
b) [En parlant d'une chose dont la forme ou la disposition rappelle un éventail] Un arbre taillé en éventail. Le premier était un grand vieillard à barbe blanche en éventail (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 403).Les fenêtres cintrées et leur imposte en éventail (France, Pt Pierre,1918, p. 53).
Fam. Les doigts de pied en éventail. [En parlant d'une pers. au repos, parfaitement détendue] :
3. Un peu plus sages, les femmes attendent qu'ils soient décidés; alors même, tandis qu'elles susurrent, les dents serrées et les doigts de pied en éventail, elles ne laissent pas de surveiller le défilé, et parfois de faire signe qu'elles sont libres. Aymé, Jument,1933, p. 271.
Rem. Certains dict. gén. attestent l'adj. éventaillé, ée. Disposé en éventail, en particulier en ce qui concerne les baleines de corset. Les corsets cuirasses, surtout les corsets de soie blanche, éventaillés de couleur, dont on avait fait ce jour-là un étalage spécial (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 780).
C.− Au fig., notamment dans le domaine écon., soc. ou sc., néol.Ensemble d'éléments plus ou moins variés d'une même catégorie. C'est donc un large éventail de méthodes et de points de vue qu'utilise la géographie des paysages agraires (Meynier, Paysages agraires,1958, p. 11).Le programme civil américain a continué à couvrir un large éventail de projets de caractéristiques différentes (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 138):
4. ... des mutations se produisent. Par influences climatiques et géographiques, des variétés, des races, se dessinent. Somatiquement parlant, l'« éventail » est là, continuellement en formation, parfaitement reconnaissable. Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 268.
Spéc. L'éventail des salaires. Répartition hiérarchisée et ordonnée des salaires. Ainsi, le resserrement de l'éventail des salaires est attribué (...) à une meilleure organisation du prolétariat (Univ. écon. et soc.,1960, p. 4605).
Prononc. et Orth. : [evɑ ̃taj]. Ds Ac. 1694-1932. Au plur. des éventails comme des épouvantails, des frontails, des gouvernails, des mails, des poitrails, des portails, des rails, des sérails. Étymol. et Hist. 1. 1416 « écran que l'on agite pour donner de l'air » (Inv. de N.-D. de Paris, fo6 vods Gay); p. anal. 2. 1721 [des arbres] en éventail « en forme d'éventail » (Trév.); 3. 1723 « écran que l'émailleur place devant sa lampe pour se protéger de la chaleur ». Dér. du rad. de éventer*; suff. -ail*, sur le modèle de ventail. Fréq. abs. littér. : 833. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 812, b) 1 690; xxes. : a) 1 434, b) 1 080. Bbg. De Leenheer (G.). À propos d'un manuel de naturaliste du 18es. R. belge Philol. Hist. 1970, t. 48, p. 785. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. 1973, p. 105 (s.v. éventailler). − Pris ds l'actualité. Amis Lex. fr. Lex. dern. 1975, no3, p. 3; no7, p. 1. − Quem. DDL t. 6, 13.

éventail (de éventer), subst. masc.« instrument portatif qu'on agite d'un mouvement de va-et-vient pour produire de la fraîcheur; spéc., cet instrument, formé d'une feuille de tissu, papier, montée sur des branches articulées, qu'on peut déployer ou refermer; ensemble de choses diverses d'une même catégorie (qui peut être augmenté ou diminué comme on ouvre ou ferme un éventail) »

Wiktionnaire

Nom commun

éventail \e.vɑ̃.taj\ masculin

  1. Petit dispositif demi-circulaire, composé de lames légères d’ivoire, de nacre, de bois, etc., qui se replient les unes sur les autres, dont la partie supérieure est ordinairement recouverte de papier, de taffetas ou de plumes, et dont on se sert pour s’éventer.
    • Manœuvrer l’éventail est un art totalement inconnu en France. Les Espagnoles y excellent ; l’éventail s’ouvre, se ferme, se retourne dans leurs doigts si vivement, si légèrement, qu’un prestidigitateur ne ferait pas mieux. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • De l’autre côté de la corbeille, la comtesse Martin, ayant à ses côtés le général Larivière et M. Schmoll, de l’Académie des inscriptions, caressait des souffles de son éventail ses épaules fines et pures. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 47)
    • Elle prit à la main son éventail de plumes, et sortit nonchalamment. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Et les tablettes de bal à feuillets de nacre, attachées à l’inutile éventail d’une jeune fille qui ne va jamais au bal… — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Le Livre de Poche, 1960, page 68)
    • Pourtant, le combat de pets est un des grands classiques de la culture populaire nippone depuis plus de dix siècles. Tout abbé qu’il soit, c’est à Sôjô Toba qu'est attribué un rouleau du xie siècle dans lequel les pétomanes combattants utilisent de gigantesques éventails pour pousser les gaz toxiques vers le camp adverse. — (Jean-Marie Bouissou, Manga : Histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Arles : Éditions Philippe Picquier, 2010, 2e éd., 2014, chapitre 1)
  2. (Par analogie) Ensemble d'êtres ou de choses disposés comme en demi-cercle.
    • Tenir ses cartes en éventail, en parlant d’un joueur de cartes.
    • Se déplacer en éventail, en parlant d’une troupe.
    • C’était l’océan, l’océan immense, infini, et son odeur fraîche et salée, et ce grand coup d’éventail que la marée montante dégage de chaque vague dans son élan. — (Alphonse Daudet, La moisson au bord de la mer, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, page 213)
    • Elle s’obstine à regarder le rayon de lune, qui tombe en éventail d’argent sur son couvre-lit. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 337)
    • Près d’un carrefour où nous attendaient nos groupes de guides, les compagnies se séparèrent pour progresser en éventail. — (Ernst Jünger, Orages d’acier, 1961 ; traduit de l’allemand par Henri Plard, 1970, page 294)
  3. (En particulier) (Jardinage) Façon de tailler un arbre fruitier pour lui donner la forme d’un éventail ouvert.
    • Allées de tilleuls, de charmilles en éventail.
  4. Gamme, large choix, palette ; par analogie avec le nuancier qui se déplie et replie comme un éventail.
    • Le large éventail parémiologique de cet ouvrage témoigne d'un fait évident : les proverbes coexistent avec d'autres énoncés et formules sentencieuses. — (Julia Sevilla Munoz, Les proverbes et phrases proverbiales français, et leurs équivalences en espagnol, ‎2000, dans Langages, 34e année, n° 139, (2000), La parole proverbiale, page 100)
  5. (Cyclisme) Groupe de coureurs placés en diagonale pour se protéger du vent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVENTAIL. n. m.
Petit dispositif demi-circulaire, composé de lames légères d'ivoire, de nacre, de bois, etc., qui se replient les unes sur les autres, dont la partie supérieure est ordinairement recouverte de papier, de taffetas ou de plumes, et dont on se sert pour agiter l'air afin de se rafraîchir le visage. Les bâtons, les feuilles d'un éventail. Un éventail de papier, de plumes, de soie. Un éventail d'ivoire, d'écaille, de nacre. Tenir un éventail à la main. Un coup d'éventail. Jouer de l'éventail. Le jeu de l'éventail. En termes de Jardinage, Tailler un arbre en éventail, Lui donner la forme d'un éventail ouvert. Allées de tilleuls, de charmilles en éventail. On dit de même d'un Joueur de cartes : Tenir ses cartes en éventail, et d'une Troupe : Se déplacer en éventail.

Littré (1872-1877)

ÉVENTAIL (é-van-tall, ll mouillées) s. m.
  • 1Sorte d'écran portatif avec lequel les dames s'éventent ; il est en papier ou en étoffe, plissé en forme palmée, et s'ouvre et se ferme à volonté dans ses plis. Mon éventail resta hier une grande seconde à terre sans qu'il s'élançât du bout de la chambre comme pour le retirer du feu, Rousseau, Hél. IV, 9.

    Recourir à son éventail, se dit d'une femme qui ouvre son éventail pour se cacher quand il se dit ou se fait quelque chose qu'elle a une certaine honte de voir ou d'entendre. Champfort nous avait lu de ses contes impies et libertins, et les grandes dames avaient écouté sans avoir même recours à l'éventail, La Harpe, Prophétie de Cazotte.

    Fig. Il se dit de ce qui a forme d'éventail. Le magnolia n'a d'autre rival que le palmier, qui balance auprès de lui ses éventails de verdure, Chateaubriand, dans le Dict. de BESCHERELLE.

  • 2Espèce de cadre couvert de toile ou de papier qu'on suspend au plafond, et dont on se sert, dans quelques pays, pour donner du vent et de la fraîcheur en l'agitant. J'ai un éventail qui fait un vent dans ma chambre qui ferait des naufrages en pleine mer, Guez de Balzac, liv. II, lett. 4.
  • 3Peinture exécutée sur un éventail. Toutes vos petites compositions ne sont que de riches écrans, de précieux éventails, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 370, dans POUGENS.
  • 4 Terme de jardinage. Tailler un arbre en éventail, lui donner par la taille la forme d'un éventail.
  • 5 Terme de marine. Voiles à éventail, voiles dont les laizes sont taillées de manière à venir se réunir aux points d'écoute.
  • 6Morceau carré de bois ou de fer-blanc, que l'émailleur place entre la lampe et lui, pour ne point être incommodé de la chaleur.

    Tissu d'osier que les orfévres se mettent devant le visage pour examiner l'état de la soudure.

    Treillis portatif employé dans les serres.

    Terme d'art militaire. Espèce d'ais pour couvrir les tireurs.

  • 7 Terme de construction. Croisée dont la partie supérieure se termine en demi-cercle ou en ovale.
  • 8Un des noms vulgaires de l'agaric comestible des jardins.

    Au plur. Des éventails.

HISTORIQUE

XVIe s. Auprès d'elle de beaux petits enfans, avec des esventaux en leurs mains, dont ilz l'esventoient, Amyot, Anton. 31. … Sans le mol esventail [action d'éventer] De ce doux vent…, Belleau, Berg. t. II, p. 162, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ÉVENTAIL, instrument qui sert à agiter l’air & à le porter contre le visage, pour le rafraîchir dans les tems chauds. La coûtume qui s’est introduite de nos jours parmi les femmes, de porter des éventails, est venue de l’Orient, où la chaleur du climat rend l’usage de cet instrument & des parasols presqu’indispensable. Il n’y a pas long-tems que les femmes européennes portoient des éventails de peau pour se rafraîchir l’été ; mais elles en portent aujourd’hui aussi-bien en hyver qu’en été, mais c’est seulement pour leur servir de contenance.

En Orient on se sert de grands éventails de plumes pour se garantir du chaud & des mouches. En Italie & en Espagne, on a de grands éventails quarrés, suspendus au milieu des appartemens, particulierement au-dessus des tables à manger, qui, par le mouvement qu’on leur donne & qu’ils conservent long-tems à cause de leur suspension perpendiculaire, rafraîchissent l’air en chassant les mouches.

Chez les Grecs on donne un éventail aux diacres dans la cérémonie de leur ordination ; parce que dans l’église greque, c’est une fonction des diacres que de chasser avec un éventail les mouches qui incommodent le prêtre durant la messe.

Vicquefort, dans sa traduction de l’ambassade de Garcias de Figueroa, appelle éventails certaines cheminées que les Persans pratiquent pour donner de l’air & du vent à leurs appartemens, sans quoi les chaleurs ne seroient pas supportables. Voyez-en la description dans cet auteur, pag. 38.

Présentement ce qu’on appelle en France, & presque par toute l’Europe, un éventail, est une peau très-mince, ou un morceau de papier, de taffetas, ou d’autre étoffe legere, taillée en demi-cercle, & montée sur plusieurs petits bâtons & morceaux de diverses matieres, comme de bois, d’ivoire, d’écaille de tortue, de baleine, ou de roseau.

Les éventails se font à double ou à simple papier.

Quand le papier est simple, les fleches de la monture se collent du côté le moins orné de peinture ; lorsqu’il est double, on les coud entre les deux papiers, déjà collés ensemble, par le moyen d’une espece de longue aiguille de laiton, qu’on appelle une sonde. Avant de placer les fleches, ce qu’on appelle monter un éventail, on en plie le papier, ensorte que le pliage s’en fasse alternativement en-de dans & en-dehors.

Ayez pour cet effet une planchette bien unie, faite en demi-cercle, un peu plus grand que le papier d’éventail ; que du centre il en parte vingt rayons égaux, & creusés de la profondeur de demi-ligne ; prenez alors l’éventail, & le posez sur la planchette ; le milieu d’en-bas appliqué sur le centre de la planchette ; fixez-le avec un petit clou puis l’arrêtant de maniere qu’il ne puisse vaciller, soit avec quelque chose de lourd mis par en-haut sur les bords, soit avec une main ; de l’autre pressez avec un liard ou un jetton le papier, dans toute sa longueur, aux endroits où il correspond aux rayes creusées à la planche : quand ces traces seront faites, déclouez & retournez l’éventail la peinture en-dessus ; marquez les plis tracés, & en pratiquez d’autres entre eux, jusqu’à ce qu’il y en ait le nombre qui vous convient : ce pliage fait, déployez le papier, & ouvrez un peu les deux papiers de l’éventail à l’endroit du centre ; ayez une sonde de cuivre plate, arrondie par le bout, & large d’une ligne ou deux ; tatonnez & coulez cette sonde jusqu’en-haut, entre chaque pli formé où vous avez à placer les brins de bois de l’éventail : cela fait, coupez entierement la gorge du papier fait en demi-cercle ; puis étalant les brins de votre bois, présentez en chacun au conduit formé par la sonde entre les deux papiers ; quand ils seront tous distribués, collez le papier de l’éventail sur les deux maîtres brins ; fermez-le ; rognez tout ce qui excede les deux bâtons, & le laissez ainsi fermé jusqu’à ce que ce qui est collé soit sec, après quoi l’éventail se borde.

Les fleches se trouvent prises assez solidement dans chaque pli, qui a environ un demi-pouce de large : ces fleches qu’on nomme assez communément les bâtons de l’éventail, sont toutes réunies par le bout d’en-bas, & enfilées dans une petite broche de métal, que l’on rive des deux côtés : elles sont très-minces, & ont quatre à cinq lignes de largeur jusqu’à l’endroit où elles sont collées au papier ; au-delà, elles ne sont larges au plus que d’une ligne, & presqu’aussi longues que le papier même : les deux fleches des extrémités sont beaucoup plus larges que les deux autres, & sont collées sur le papier qu’elles couvrent entierement, quand l’éventail est fermé : le nombre des fleches ou brides ne va guere au-delà de vingt-deux : les montures des éventails se font par les maîtres Tablettiers, mais ce sont les Eventaillistes qui les plient & qui les montent.

Les éventails médiocres sont ceux dont il se fait la plus grande consommation : on les peint ordinairement sur des fonds argentés avec des feuilles d’argent fin, battu & préparé par les Batteurs d’or : on en fait peu sur des fonds dorés, l’or fin étant trop cher, & le faux trop vilain. Pour appliquer les feuilles d’argent sur le papier, aussi-bien que pour faire des ployés, on se sert de ce que les Eventaillistes appellent simplement la drogue, de la composition de laquelle ils font grand mystere, quoiqu’il semble néanmoins qu’elle ne soit composée que de gomme, de sucre candi & d’un peu de miel, fondus dans de l’eau commune, mêlée d’un peu d’eau-de-vie : on met la drogue avec une petite éponge ; & lorsque les feuilles d’argent sont placées dessus, on les appuie legerement avec le pressoir, qui n’est qu’une pelote de linge fin remplie de coton : si l’on employe des feuilles d’or on les applique de même.

Lorsque la drogue est bien seche, on porte les feuilles aux batteurs, qui sont ou des relieurs ou des papetiers, qui les battent sur la pierre avec le marteau ; ce qui brunit l’or & l’argent, & leur donne autant d’éclat que si le brunissoir y avoit passé. Voyez les figures de l’Eventailliste.

Éventail, en terme d’Orfévre en grosserie, est un tissu d’osier en forme d’écran, qu’on met au-devant du visage, & au milieu duquel on a pratiqué une espece de petite fenêtre, pour pouvoir examiner de près l’état où est la soudure, & le degré de chaleur qui lui est nécessaire.

Éventail, (Jardinage.) est un rideau de charmille qui couvre, qui masque quelqu’objet. On dit, un arbre en éventail. Les arbres fruitiers se mettent aujourd’hui dans les potagers en éventail sur le bord des plates-bandes, pour former des contr’espaliers, ou des espaliers que des treillages entretiennent. Ils ont pris la place des arbres en buissons, qui tenoient beaucoup plus de terrein, & assez inutilement. (K)

Éventail, terme d’Emailleur ; c’est une petite platine de fer-blanc ou de cuivre, de sept ou huit pouces de diametre, qui se termine en pointe par en-bas, où elle est emmanchée dans une espece de queue de bois. Cet éventail empêche l’ouvrier d’être incommodé par le feu de la lampe à laquelle il travaille : il se place entre l’ouvrier & la lampe, dans un trou perce à un pouce ou deux du tuyau de verre, par où le vent du soufflet excite le feu de la lampe. Voyez Email.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « éventail »

(1416) Composé de éventer et -ail.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éventail »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éventail evɑ̃tɛl

Évolution historique de l’usage du mot « éventail »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éventail »

  • S’éventer avec un éventail ne vaudra jamais le vent qui souffle spontanément. De Proverbe chinois
  • On ne peut pas chasser le brouillard avec un éventail. De Proverbe japonais
  • Les paroles de l’homme sont comme la flèche qui va droit au but, celles de la femme ressemblent à l’éventail brisé. De Proverbe chinois
  • Dans la jungle de la solitude, un beau geste d'éventail peut faire croire à un paradis. De André Breton / Arcane 17
  • Il est certain que l’éventail des opinions exprimables s’est considérablement rétréci. De Michel Houellebecq / interview au Figaro Magazine, 9 janvier 2015
  • Le fil, la corde, matériaux chargés d’une mémoire de travaux féminins, sont présents un peu partout dans le parcours, assouplissant de la rigidité minimale. L’étourdissante installation de Kazuko Miyamoto, New-Yorkaise née à Tokyo en 1942 et cofondatrice de Artist in Residence (AIR), premier collectif féminin de New York, en est l’un des plus beaux exemples : il faut se figurer un immense éventail de ficelles de coton s’épanouissant en arc de cercle jusqu’au sol, chaque brin retenu par de minuscules clous, comme sur un métier à tisser artisanal, à intervalles irréguliers (malgré un semblant de dessin géométrique sur le mur), comme s’il s’agissait tout à la fois de rendre hommage et moquer les diktats du minimalisme. L’effet est vaporeux, l’œuvre semble émettre des ondes vibratoires. Ailleurs dans le parcours, on peut voir une photo de Miyamoto posant nue dans l’atelier de Sol Lewitt, dont elle fut l’assistante, et faire le lien avec ce croquis réalisé au mur - comme si elle avait cherché à décoller le tracé de Lewitt et lui donner du volume. Libération.fr, Kazuko Miyamoto, éventail vaporeux - Culture / Next
  • Il retourne dans son village natal, à Langres, en Haute-Marne, et se remet à écrire. Il a trouvé une nouvelle muse, sa demoiselle à l’éventail. Fréquence Terre, La demoiselle à l'éventail de Lyliane Mosca

Traductions du mot « éventail »

Langue Traduction
Anglais fan
Espagnol ventilador
Italien fan
Allemand ventilator
Chinois 风扇
Arabe معجب
Portugais ventilador
Russe поклонник
Japonais ファン
Basque fan
Corse fan
Source : Google Translate API

Synonymes de « éventail »

Source : synonymes de éventail sur lebonsynonyme.fr
Partager