Étriper : définition de étriper


Étriper : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTRIPER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne un animal] Vider un animal de ses tripes ou de ses viscères. Étriper un veau, un cochon (Ac.1798-1932).Synon. déboyauter, éviscérer.Elle regarde étriper un agneau, dont l'aubergiste suspend au plafond bas les viscères (Gide, Journal,1910, p. 317).
Emploi abs. Il [le cuisinier] prend l'oiseau puis il le plume Il vide étripe et puis parfume (Queneau, Si tu t'imagines,1952, p. 324).
Part. passé en emploi adj. Une volaille étripée (Sand, Corresp.,t. 4, 1857, p. 100).Les chevaux étripés des corridas (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 267).
Loc. adv. fig. À étripe(-)cheval. À toute allure, au risque d'éventrer le cheval. Synon. ventre à terre, à bride abattue.Randonnées à étripe-cheval (Morand, Flagell. Séville,1951, p. 216).
Rem. On peut rencontrer la loc. au plur. à étripe-chevaux. Des charges furieuses, à étripe-chevaux (Esparbès, Vent du boulet, 1909, p. 270).
B.− P. ext., fam. [Le compl. désigne une pers.]
1. Blesser ou tuer une personne en lui perçant le ventre de manière à en faire sortir les entrailles. Synon. éventrer.Il avait un deuxième coutelas à la main (...) et il m'eût étripé si j'avais fait un pas en avant (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 175):
1. Juan pousse un cri et tombe sur un genou, saisissant à la cuisse Barraou qui lui arrache les cheveux, et le frappe, à coups redoublés, dans les reins; d'un coup de revers, il lui étripe le ventre. Terrassés tous deux, ils roulent dans la poussière ... Borel, Champavert,1833, p. 57.
Part. passé en emploi adj. Vidé de ses entrailles. Yeux arrachés, ventres étripés (Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 717).
P. anal. On l'entendit qui étripait le fourrage (Giono, Chant monde,1934, p. 279).Village étripé et qui perd ses boyaux dans les champs (Giono, Gd troupeau,1931, p. 242).
Emploi pronom. à valeur réciproque. [Souvent dans un sens atténué] Se battre au corps à corps, échanger des coups violents. On ne songeait plus qu'à s'étriper, les coups donnés et reçus ayant tourné tous ces hommes en bêtes fauves (Pourrat, Gaspard,1925, p. 276).On ne parle que de s'étriper, de « se bouffer », de donner des « calottes » (Morand, 1900,1931, p. 40).
Part. passé en emploi subst. Nous avons dix-huit étripés, dans ce petit pavillon là-bas. Tenez, c'est de la bouillie humaine (Goncourt, Journal,1871, p. 763).Tous les gazés, tous les déchirés (...), les étripés, les exsangues et les autres (Vialar, Risques et périls,1948, p. 18).
2. Au fig. Critiquer violemment, faire du tort à quelqu'un par des paroles ou des actes malveillants. Synon. éreinter.Ce sera bien le diable si je ne réussis pas à étriper quelqu'un (Bloy, Journal,1900, p. 379).Cf. aussi aiguiser ex. 5.
Emploi pronom.
à valeur réciproque. Même sens.
à valeur réfl. Se fatiguer excessivement dans l'accomplissement d'une tâche. Synon. pop. se crever, se tuer :
2. Si Mottl veut, il peut déjà en monter le premier acte [de Briséis] que j'ai fini d'orchestrer avant-hier; 1 h 25 m de musique, mon petit coco! Je me suis étripé; et je m'esbats dans le second. [Lettre de Chabrier à Van Dyck]. Desaymard, Chabrier,1934, p. 299.
Prononc. et Orth. : [etʀipe], (il)étripe [etʀip]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1. 1534 estriper « ouvrir le ventre à quelqu'un d'un coup d'épée » (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder et M. A. Screech, p. 242); 2. 1566 « ôter les tripes d'un animal » (Agrippa d'Aubigné, Œuvres complètes, éd. E. Réaume et F. de Caussade, t. 3, p. 208). Dér. de tripe*; préf. é-1*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 33.
DÉR. 1.
Étripade, subst. fém.Action d'étriper une personne ou un animal; échange de coups entre deux ou plusieurs adversaires. Un ramassis impitoyable des pires carnassiers fous féroces (...) horriblement agressifs (...) ils se ruaient à l'étripade... il restait rien du malheureux (Céline, Mort à crédit,1936, p. 542). 1reattest. 1932 (Id., Voyage, p. 150); du rad. de étriper, suff. -ade*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Étripage, étripement, subst. masc.a) Action d'étriper et plus particulièrement d'étriper les poissons. L'étripage des sardines (Lar. 19eSuppl.). Attesté ds la plupart des dict. gén., s.v. étripage.b) Fam. Action de donner ou de se donner des coups; résultat de cette action. Au fig. Désaccord, incompatibilité profonde entre deux personnes ou deux idées. Marchenoir demandait le divorce du Hasard et de la Liberté, absurdement unis sous le régime de l'étripement réciproque (Bloy, Désesp.,1886, p. 135).La var. étripement n'est pas attestée ds les dict., hormis ds Rob. Suppl. qui cite l'ex. supra. [etʀipa:ʒ], [-mɑ ̃]. 1resattest. 1877 étripage ,,action de vider les poissons, en particulier les sardines`` (Littré Suppl.); 1886 étripement « action d'étriper » id.; du rad. de étriper, suff. -age*, -(e)ment1*.

Étriper : définition du Wiktionnaire

Verbe

étriper \e.tʁi.pe\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’étriper)

  1. (Transitif) Ôter les tripes d’un animal.
    • Étriper un veau, un cochon.
  2. (Transitif) ou (Pronominal) (réciproque) (Figuré) Battre, rosser.
    • Je vais t’étriper !
  3. (Transitif) ou (Pronominal) (réciproque) (Vieilli) Lacérer, dilacérer.
    • M. de Coulombe écrivit à M. le Comté de Maurepas qu’il étoit content des manœuvres dormantes, mais que les manœuvres courantes avoient été commises trop peu, qu’elles s’étripoient, qu’au reste il avoit fait mettre ces manœuvres dans un Magasin, pour qu’on leur fît souffrir telle épreuve qu’on jugeroit convenable. — (Henri Louis Duhamel du Monceau, Traité de la Fabrique des Manoeuvres pour les Vaisseaux, 1769, chap. 12, page 406)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étriper : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTRIPER. v. tr.
Ôter les tripes d'un animal. Étriper un veau, un cochon.

Étriper : définition du Littré (1872-1877)

ÉTRIPER (é-tri-pé) v. a.
  • Ôter les tripes d'un animal. Çà qu'on l'attrape, qu'on le grippe, Çà qu'on le châtre, qu'on l'étripe, Scarron, Virg. IV.

    Populairement et par une exagération plaisante. Aller à étripe-cheval, presser excessivement un cheval. Bon ! c'est Pédrille ; es-tu tout seul ? - Arrivant de Séville à étripe-cheval, Beaumarchais, Mariage, v, 11.

  • 1S'étriper, v. réfl. Se dit d'une corde dont les filaments s'échappent par quelque effort violent.

HISTORIQUE

XVIe s. Estriper, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étriper »

Étymologie de étriper - Littré

É- pour es- préfixe, et tripes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étriper - Wiktionnaire

 Dérivé de tripe avec le préfixe é- et le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étriper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étriper etripe play_arrow

Conjugaison du verbe « étriper »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe étriper

Évolution historique de l’usage du mot « étriper »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étriper »

  • J’ai le cœur en écharpe et elle n’a pas besoin d’être tricolore. Comment respecter ceux qui se sont ainsi abaissés à ce combat de pancrace ? Comment considérer leurs futures décisions à l’aulne du seul intérêt général ? Si tout ceci n’était que pour nous, je doute qu’ils aient eu besoin de s’étriper de la sorte. Club de Mediapart, Et maintenant ? | Le Club de Mediapart
  • L’ancien gardien des lions indomptables Josep Antoine Bell et l’artiste musicien Richard Bona continuent de s’étriper par médias interposés. Le Bled Parle : Actualité Cameroun info - journal Cameroun en ligne, Antoine Bell tacle Richard Bona : « Un Camerounais qui se présente à la frontière du Cameroun avec un passeport étranger est un idiot »
  • Elle entraîne de grandes nations à s’étriper, telle dans une foire, pour se prévaloir de l’invention ou de la découverte du vaccin tant attendu. Le sentiment du retour à la course aux armements ayant marqué le 20è siècle après les deux déflagrations mondiales, nous vient à l’esprit. SenePlus, L’EGO ET LES METAUX | SenePlus
  • Il est des événements qui, journalistiquement, produisent le pire. Il en va ainsi des remaniements. Avec son cortège d’images idiotes de confrères de la télé faisant le pied de grue devant les portes de Matignon et comblant le vide… avec du vide. Et puis il y a ces phrases obligées, caricaturales à l’excès, prononcées d’un ton docte sur tous les antennes, qui nous donnerait presque envie d’envahir la Pologne, comme disait l’autre. Ou d’étriper des chatons, au choix. Marianne, "Dernière ligne droite du quinquennat", "acte III", "gouvernement resserré" : jouez au bingo du remaniement

Traductions du mot « étriper »

Langue Traduction
Corse gut
Basque gut
Japonais
Russe потрошить
Portugais intestino
Arabe القناة الهضمية
Chinois 肠子
Allemand darm
Italien intestino
Espagnol intestino
Anglais gut
Source : Google Translate API

Synonymes de « étriper »

Source : synonymes de étriper sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires