La langue française

Éventrer

Définitions du mot « éventrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVENTRER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne une pers., un animal]
1. Ouvrir le ventre pour le vider de son contenu. Éventrer un bœuf, un mouton; éventrer une carpe (Ac.). Il [Gilles de Rais] alla même, un jour que sa provision d'enfants était épuisée, jusqu'à éventrer une femme enceinte et à manier le fœtus! (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 15).Je tourne la tête vers la charcuterie aux châteaux de saindoux, aux vessies gonflées, aux porcs éventrés, sans entrailles (Arnoux, Chiffre,1926, p. 190).
2. P. ext. Déchirer, déchiqueter, ouvrir le ventre. Il m'apprenait comment on doit mettre le pouce sur la lame [d'un couteau] pour éventrer convenablement son homme sans se couper les doigts (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 317).Un sanglier surgit et prend la fuite : un lévrier, le gagnant de vitesse, le saisit par l'oreille; mais l'animal furieux l'éventre d'un coup de boutoir (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 36):
1. ... avec leurs défenses, ils les éventraient, les lançaient en l'air, et de longues entrailles pendaient à leurs crocs d'ivoire comme des paquets de cordages à des mâts. Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 170.
Emploi passif. Ce soldat fut éventré d'un coup de baïonnette (Ac.).
Rem. 1. Au part. passé. Bête, cheval éventré(e). Des moutons éventrés avec leurs organes en pagaïe (Céline, Voyage, 1932, p. 28). 2. La docum. atteste un emploi subst. du part. passé. Une bombe a tué sept personnes (...) il [le petit roi d'Espagne] serait rentré en pleurant, sans regarder les éventrés (Bloy, Journal, 1907, p. 304).
Au fig. et p. exagér. Détruire, ruiner financièrement, moralement. Dans ces batailles de l'argent (...) où l'on éventre les faibles, sans bruit, il n'y a plus de liens, plus de parenté, plus d'amitié : c'est l'atroce loi des forts, ceux qui mangent pour ne pas être mangés (Zola, Argent,1891, p. 340).
Emploi pronom.
a) Réfl. [Le suj. désigne une pers.] S'ouvrir le ventre. Le Japonais s'éventre par point d'honneur (Ac.).
b) Réciproque. Se battre, s'entretuer. Quatre cent mille braves gens qui s'éventrent, sans comprendre (Péladan, Vice supr.,1884, p. 181).
Rem. On rencontre ds la docum. un ex. au fig. et p. exagér. Il aut travailler pour Werdet qui s'éventre pour me donner l'argent nécessaire à (...) ma vie (Balzac, Lettre Étr., t. 1, 1850, p. 240).
B.− P. anal. et p. métaph. [Le compl. désigne un inanimé concr., notamment un contenant]
1. [P. anal. avec A 1; avec l'idée d'atteindre, de s'emparer du contenu] Fendre, défoncer, ouvrir brutalement en causant des dommages.
a) [Le compl. désigne un sac, un coffre, etc.] Éventrer un matelas pour y chercher un trésor (Rob.).Derrière une pile de linge, mes doigts se heurtent contre un coffret mystérieux, je le prends, je l'éventre (...) et je trouve trente-deux lettres d'amour (Labiche, Clou aux maris,1858, 8, p. 471).Certains vauriens (...) avaient pour spécialité d'éventrer les marchandises fraîchement débarquées et de dévaliser les marins dans les mauvais lieux (Morand, New-York,1930, p. 76):
2. Pendant huit heures consécutives, ils éventrèrent les paquetages, retournèrent les paillasses et scrutèrent planchers et plafonds (...) au terme de cette fouille géante, pas la moindre victuaille suspecte, pas le moindre objet prohibé... Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 329.
Emploi pronom. passif. S'ouvrir en répandant son contenu. S'il ficelle un paquet, le nœud se défait et tout le paquet s'éventre (Renard, Journal,1906, p. 1043).
b) [Le compl. désigne une nourriture ou qqc. contenant une nourriture, une boisson] Éventrer un pâté, un tonneau. Il éventra une boîte de « corned-beef » (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 276).Le « pie » apparaît, dans sa faïence anglaise. Denise éventre la croûte, et une buée épicée de viande cuite vient jusqu'à André (Martin du G., Devenir,1909, p. 181).
Rem. On rencontre ds la docum. des emplois de éventrer au sens de « entamer, découper brutalement, sans idée d'atteindre ce qui est contenu ». Ils se jetaient sur la viande et l'un après l'autre, à coups féroces, ils l'éventraient (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 184).
2. [P. anal. avec A 2]
a) [L'idée dominante est celle d'entailler, le contenu faisant éventuellement saillie]
α) [Le compl. désigne des tapisseries, des sacs, etc.] Fendre, découper, déchirer. Éventrer un carton, un colis. Ils défoncent les meubles, font voler les vitres en éclats, crèvent les chaises, éventrent les fauteuils (France, Étui nacre,Pt soldat plomb, 1892, p. 313).Les lettres répandues sur le ballast, hors des sacs éventrés (Tharaud, Dingley,1906, p. 75).
Rem. On rencontre ds la docum. des emplois au part. passé au sens de « déchiré, entaillé par l'usure, le vieillissement ». Coussin, édredon, tabouret éventré. Livres de musique, à dos rongés, éventrés (Balzac, Fille Ève, 1839, p. 180). Mademoiselle de Reu (...) fut trouvée morte sur une paillasse éventrée et pourrie (France, Anneau améth., 1899, p. 93).
β) [Le compl. désigne une construction (p. méton. une agglomération), un navire, etc.] Pratiquer des brèches, endommager par de larges ouvertures. La trirème bondit (...) elle refoulait, éventrait les autres navires amarrés à des pieux (Flaub., Salammbô,t. 1, 1863, p. 116).La vision de Varsovie éventrée l'oblige à demeurer un long temps immobile (Mauriac, Journal 2,1937, p. 286).
Fréq. au part. passé. Chaumière, hangar, maison, tour éventré(e); navire éventré par un écueil. Tout l'effort humain réduit à soutenir pour quelques heures, à étayer au-dessus des têtes branlantes, les toits crevés, les plafonds éventrés (L. Febvre, Combats pour hist.,1946, p. 41).
Emploi pronom. passif. La voûte va s'éventrer comme un ventre trop plein et qui crève (Flaub., Smarh,1839, p. 84).
b) [Le compl. désigne un élément naturel élevé, une haie, etc.] Pratiquer une ouverture béante, faire une trouée. Des tempêtes avaient ravagé les côtes, éventré des falaises (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1107).La foule nous a suivies, mais trop serrée dans le chemin, elle a éventré les haies qui le bordent (Colette, Cl. école,1900, p. 290).La bête souple du feu a bondi d'entre les bruyères (...) ici elle éventre une chênaie (Giono, Colline,1929, p. 144).
c) [Le compl. désigne un sol] Creuser profondément. On extrayait du sol le sable, la chaux et les moellons, on éventrait les champs (Arnoux, Juif Errant,1931, p. 130).
Emploi pronom. passif. Se creuser, s'ouvrir, se fendre. Ils [des milliers d'hommes] écoutaient la terre se fendre sous le choc des obus, s'éventrer tout autour d'eux (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 23).
Rem. La docum. atteste a) Éventrable, adj. Il [Marchenoir] avait parfois des colères muettes et blanches de séditieux comprimé, qui eussent donné la colique à un éventrable despote (Bloy, Désesp., 1886, p. 42). b) Éventrage, subst. masc. Les éventrages les plus traîtres, les plus affreuses déchirures, c'était les fois qu'il s'empalait sur un poteau télégraphique (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 455).
Prononc. et Orth. : [evɑ ̃tʀe], (il) éventre [evɑ ̃:tʀ ̥]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [1erquart xiiies. esventré « qui a le ventre vide » (Reclus de Molliens, Charité, 10, 11 ds T.-L. : Covoitise est toute esventree Adès, tant ne set enventrer) ex. isolé]; 1538 « ouvrir le ventre » (Est.). Dér. de ventre*; préf. é-*; suff. *; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 398. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 247, b) 689; xxes. : a) 847, b) 599.

Wiktionnaire

Verbe

éventrer \e.vɑ̃.tʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ouvrir le ventre pour en tirer les intestins.
    • La première scène qui s'offre à nos yeux est une scène de carnage : des hommes roux, aux cheveux incultes, armés de coutelas, les bras nus et rouges de sang, éventrent des morues fraîches et les décapitent. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 32)
    • Les Aztèques éventraient couramment, qu'on raconte, dans leurs temples du soleil, quatre-vingt mille croyants par semaine, les offrant ainsi au Dieu des nuages, afin qu'il leur envoie la pluie. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
  2. Blesser en déchirant ou en fendant le ventre.
    • Ce soldat fut éventré d’un coup de baïonnette.
    • Comme il s'en revenait du champ le 13 septembre 1759, Joseph Nevoret est éventré et mangé par un loup carnassier à Viriat (Ain) : on était « environ le soleil couchant ». — (Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup: 3 000 attaques sur l'homme en France (XVe-XXe siècle), Fayard, 2007)
  3. (Par analogie) Ouvrir de force et en déchirant ; faire une brèche.
    • Une partie du toit a été arrachée sur la façade sud. Les trombes d'eau et le vent saccagent les pièces éventrées. — (J. M. G. Le Clézio, Le Chercheur d'or, Gallimard, 1985)
    • Au XIIIe siècle, on éventra les murs latéraux du chœur, comme à Laffaux (Aisne), pour établir un transept voûté d'ogives. — (Eugène Lefèvre-Pontalis, L'architecture religieuse dans l'ancien diocèse de Soissons au XIe et au XIIe siècle, Plon & Nourrit, 1897, vol.2, p.79)
    • Éventrer un portefeuille.
    • Les voleurs éventrèrent les sacs de dépêches.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVENTRER. v. tr.
Ouvrir le ventre d'un animal pour en tirer les intestins. Éventrer un bœuf, un mouton. Éventrer une carpe, un brochet. Il signifie aussi Blesser en déchirant ou en fendant le ventre. Le sanglier éventra plusieurs de nos chiens. Ce soldat fut éventré d'un coup de baïonnette. Par analogie, Éventrer un pâté, L'ouvrir. Éventrer un portefeuille, L'ouvrir de force et en déchirant. Les voleurs éventrèrent les sacs de dépêches. Éventrer une muraille, Y faire une brèche.

Littré (1872-1877)

ÉVENTRER (é-van-tré) v. a.
  • 1Ouvrir le ventre. Si le tigre a mis à mort quelques gros animaux, il ne les éventre pas sur la place, Buffon, Tigre. Faire des araignées pour éventrer des mouches, Voltaire, Jenni, 8.

    Terme de chasse. Blesser avec le boutoir. Le sanglier éventra plusieurs de nos chiens.

  • 2 Par extension, ouvrir en coupant. Éventrer un pâté.

    Éventrer un portefeuille, un portemanteau, les ouvrir en les fendant et sans se servir de la clef.

    Terme de marine. Percer une voile, dans un danger.

  • 3S'éventrer, v. réfl. S'ouvrir le ventre. Le Japonais s'éventre par point d'honneur.

HISTORIQUE

XVIe s. Après avoir saigné et pellé le pourceau, ils lui couppent la teste et les quatre jambes, pour en faire des jambons : est fendu de long en long par le dos, puis est eventré. les intestins sont emploiés avec le sang… Le lard est divisé en trois parties : le ventre et les deux espis, De Serres, 838.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éventrer »

E pour es- préfixe, et ventre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Mot dérivé de ventre avec le préfixe é- et le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éventrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éventrer evɑ̃tre

Évolution historique de l’usage du mot « éventrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éventrer »

  • Il y a quelques mois, on a vu des techniciens grimper aux poteaux électriques, on les a vus éventrer les routes avec de vrais feux rouges comme en ville, installés en pleine nature pour réguler la circulation. Quelle bonne surprise aux derniers jours du confinement, d’apercevoir une camionnette de la société Scopelec, mandatée par Orange et sa filiale Sosh sillonner le village et les alentours, pour procéder aux premiers branchements de la fibre. Même dans un lieu qui semblait improbable, une ancienne ferme d’un grand âge au milieu des champs sur un terrain accidenté et une connexion internet capricieuse. Le propriétaire sceptique raconte : "En trois coups de baguettes magiques, le technicien après avoir inspecté les lieux, a procédé à un percement entre deux pierres de granit. Puis par façade et voie aérienne, il a relié son câble jusqu’au boîtier de raccordement fibre situé sur le poteau électrique". Et d’ajouter : "Le résultat est fulgurant, les fichiers partent à la vitesse de l’éclair, j’ai l’impression d’être dans un récit de science-fiction". centrepresseaveyron.fr, La fibre arrive en pleine campagne - centrepresseaveyron.fr
  • Certains avanceront comme argument qu’en tant que rédacteurs / journalistes pour jeuxvideo.com, j’aurai accès à ces consoles à leur sortie et ils ont raison. Je n’ai en théorie aucunement besoin d’éventrer un PEL pour découvrir l’une ou l’autre de ces machines. Cependant, à titre personnel, il n’y aura aucune console de neuvième génération chez moi avant le second semestre 2021. Je n'ai jamais acheté de console au lancement et je ne le ferai probablement jamais. Jeuxvideo.com, Billet : "Je n'achèterai ni la PS5 ni la Xbox Series X Day One" - Actualités - jeuxvideo.com
  • Que les statues meurent, la République l’avait su avant 1953. Comme souvent dans l’histoire, on s’était appliqué à soi-même les méthodes que l’on irait parfaire au loin. On avait abattu ses propres totems, vandalisé ses propres mausolées. La République naissante avait démonté nombre de statues royales en 1792, avant d’éventrer, en octobre 1793, le tombeau des monarques. Du passé, on faisait table rase. Prétendant s’enfanter soi-même, on inventait un monde par la dévastation et la puissance performative du langage. Les mois s’appelèrent messidor ou vendémiaire. Les jours d’une semaine, devenue décade car elle en comptait dix, furent nommés primidi ou tridi. On élimina jusqu’aux anciens marqueurs du quotidien. Le Monde.fr, « Ce qui dérange, c’est le profil de ceux qui demandent le déplacement des statues de Colbert »
  • « On peut toujours dire ‘mettons une sourdine là-dessus’, mais il faudra bien qu’un jour, on puisse éventrer le boa afin que nous partions d’un nouveau pied »   Actualite.cd, Podcast. "il faudra bien qu’un jour, on puisse éventrer le boa afin que nous partions d’un nouveau pied" (Isidore Ndaywel) | Actualite.cd

Traductions du mot « éventrer »

Langue Traduction
Anglais disembowel
Espagnol desentrañar
Italien sbudellare
Allemand ausweiden
Chinois 脱模
Arabe نزع الأحشاء
Portugais estripar
Russe потрошить
Japonais disembowel
Basque disembowel
Corse disembowel
Source : Google Translate API

Synonymes de « éventrer »

Source : synonymes de éventrer sur lebonsynonyme.fr

Éventrer

Retour au sommaire ➦

Partager