Essaim : définition de essaim


Essaim : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ESSAIM, subst. masc.

A.− APIC. Groupe d'abeilles qui quittent la ruche mère lorsque celle-ci est surpeuplée pour aller s'établir ailleurs et former une colonie nouvelle. Essaim primaire, secondaire; récolter, recueillir un essaim. L'essaim strident, étourdi de soleil, circonvenait la branche (Gide, Journal,1906, p. 217):
1. Il y a maintenant, sous l'auvent des tuiles un petit essaim qui cherche un abri. On dirait une poignée de balles de blé que le vent porte. Giono, Regain,1930, p. 103.
B.− P. ext.
1. Colonie d'insectes qui vivent en commun et travaillent collectivement. Essaim d'abeilles, de guêpes :
2. Ces ruches, pleines d'essaims, bruissaient sourdement comme une flamme dans le bois vert... Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 418.
2. Groupe nombreux d'insectes quelconques ou, p. ext., d'animaux de petite taille. Essaim de moucherons, de moustiques, de sauterelles, de chauves-souris; être en essaim. Les bengalis charmés, la suivant par essaim, Allaient boire le miel de ses lèvres pourprées (Leconte de Lisle, Poèmes ant.,1852, p. 336).Notre photophore attira un essaim de termites ailés (Gide, Feuillets automne,1949, p. 1117).
C.− P. métaph. ou au fig.
1. Groupe nombreux de personnes qui se déplacent ou s'agitent. Essaim d'écoliers, de gamins, de jeunes filles; accourir, arriver par essaim(s). Le nombreux essaim de jeunes gens qui s'attachent aux femmes qui ont quelque célébrité (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1773).Un essaim de Parisiens groupés, par un temps d'orage, sous le porche humide d'une maison (Balzac, Ferragus,1833, p. 39).
2. Grande quantité de choses abstraites ou concrètes. Essaim d'idées, de préoccupations, de pensées, de souvenirs; essaim de gouttes d'eau, d'îles. C'était l'heure où l'essaim des rêves malfaisants Tord sur leurs oreillers les bruns adolescents (Baudel., Fl. du Mal,1857, p. 179).Dehors, l'essaim blanc des flocons voltigeait dans l'air muet (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 236).
Prononc. et Orth. : [esε ̃]. [εs(s)ε ̃] ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 2 1787, Land. 1834 et Littré (qui transcrit [ss]), à titre de var. ds Warn. 1968. Cf. essai. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Les éd. de 1694-1740 ajoutent : ,,quelques-uns écrivent essain``. m de la forme mod. est étymol., mais les 2 graph. -aim et -ain ont la même valeur. Étymol. et Hist. Ca 1175 essain (B. de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 337). Du lat. class. examen « essaim d'abeilles » de exigere « pousser dehors, expulser » Fréq. abs. littér. : 596. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 642, b) 1 436; xxes. : a) 1 159, b) 519. Bbg. Brinkmann (W.). Bienenstock und Bienenstand in den romanischen Ländern. Hamburg, 1938, 200 p.

Essaim : définition du Wiktionnaire

Nom commun

essaim \e.sɛ̃\ ou \ɛ.sɛ̃\ masculin

  1. (Nom collectif) (Apiculture) Groupe d’abeilles, en particulier lorsqu’il a quitté la ruche et s’agglutine en boule.
    • La marche de la miellée exerce sur l’essaimage une influence considérable, et les apiculteurs disent communément qu’une année riche en miel est pauvre en essaims […]. — (Bulletin de la Société d’apiculture de la Savoie L’Abeille alpine, vol. 6 à 9, p. 54, 1906)
    • Nous tombons sur des mouches-sans-raison. C’est la même chose que lorsqu’on est aux prises avec un essaim d’abeilles. — (Albert Londres, L’Homme qui s’évada, p. 116, Les éditions de France, 1928)
    • Le propriétaire d’un essaim a le droit de le réclamer et de s’en ressaisir, tant qu’il n’a pas cessé de le suivre ; autrement l’essaim appartient au propriétaire du terrain sur lequel il s’est fixé. — (Article L211-9 du Code rural français)
    • L’essaim doit débuter un élevage à partir de zéro : trouver un nouveau nid, bâtir les rayons, élever des ouvrières à partir de l’œuf, ce qui prend vingt en un jours. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)
  2. (Par extension) Grande multitude d’autres insectes.
    • Des essaims de sauterelles ravagèrent la contrée.
  3. (Par extension) Ensemble nombreux qui se déplace.
    • […] et les bandits s’allongeant sur le sol comme un essaim de vipères, ou bien sautant de branche en branche et d’arbre en arbre, s’avancèrent avec toutes les précautions usitées dans les surprises, vers le camp des Mexicains. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Méfiez-vous de cet essaim de charlatans et de faiseurs d’affaires qui viennent et reviennent sans cesse bourdonner autour de la caisse municipale, comme alléchés par l’odeur de la curée. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p. 13)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Essaim : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESSAIM. n. m.
Groupe d'abeilles qui vivent en commun. Il se dit spécialement d'une Volée d'abeilles qui quittent la ruche pour s'établir ailleurs. L'essaim alla se suspendre à une branche d'arbre. Essaim d'abeilles. Il se dit, par extension, d'une Grande multitude d'autres insectes. Des essaims de sauterelles ravagèrent la contrée. Il se dit quelquefois au figuré d'une Grande multitude de personnes qui marchent, qui s'agitent. Un essaim de jeunes filles.

Essaim : définition du Littré (1872-1877)

ESSAIM (è-ssin) s. m.
  • Colonie d'abeilles sortant de la ruche mère pour aller chercher une autre habitation. Le nouvel essaim quitte la ruche et l'ancien reste. Un essaim, quelque nombreux qu'il soit, ne l'est pas ordinairement trop pour une seule mère ; celle-ci peut fort bien pondre dans l'année 40000 œufs, Bonnet, Contempl. nat. XI, 27. Un essaim dont les pieds en mille et mille anneaux, L'un par l'autre attachés à la branche pliante, Montrèrent tout à coup une grappe pendante, Delille, Énéide, VII.

    Par extension, multitude d'autres insectes. Des essaims de sauterelles ravagèrent la contrée.

    Fig. Ciel ! quel nombreux essaim d'innocentes beautés…, Racine, Esth. I, 2. Au bruit du succès des croisés, de nouveaux essaims partirent de l'occident, Voltaire, Mœurs, 54. Dans cette longue suite d'incursions, les peuples barbares, ou plutôt les essaims sortis d'eux, détruisaient ou étaient détruits, Montesquieu, Rom. 20. Mexico, qui put quelque temps douter si les Castillans étaient un essaim de brigands ou un peuple conquérant, se vit presque totalement détruit par les cruelles guerres dont il fut le théâtre, Raynal, Hist. phil. VI, 20.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Les mauvaises femmes, dont] Sunt essains plus grans que de mouches, Qui se recueillent en lor rouches, la Rose, 8761.

XIVe s. Je avoie es [abeilles] qui s'enfouirent de mon essein, Ordonn. des rois de Fr. t. I, p. 242.

XVe s. Les mouches à miel, qui chascune en leur exain gardent leurs offices et leurs ordres, Chartier, Quadrilogue invectif.

XVIe s. La ruche, pour loger l'essoin, sera proprement nettoiée, De Serres, 444. Voicy qui va bien, s'escria Socrate, nous estions en cherche d'une vertu, tu nous en apportes un exain ; nous communiquons une question, on nous en redonne une ruchée, Montaigne, IV, 239.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Essaim : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ESSAIM, s. m. (Hist. nat. Insectolog.) volée d’abeilles qui sortent d’une ruche ou d’un tronc d’arbre pour aller se loger ailleurs ; c’est ce qu’on appelle un essaim ou un jetton. Les essaims quittent la ruche en différens tems, relativement à la température du climat ou de la saison. Dans ce pays-ci c’est au plûtôt à la mi-Mai, & au plus tard après la mi-Juin. On sait qu’une ruche est en état d’essaimer, c’est-à-dire de donner un essaim, lorsqu’on y voit des abeilles mâles que l’on nomme faux-bourdons. S’il y a une très grande quantité d’abeilles dans une ruche, & si on en voit une partie qui se tienne au-dehors contre la ruche ou sur le support, il est à croire qu’il en sortira un essaim ; mais ce signe est équivoque : la plus grande certitude est lorsque les abeilles ne sortent pas de la ruche pour aller dans la campagne en aussi grand nombre qu’à l’ordinaire, alors on peut compter sur un essaim pour le jour même.

Dans les ruches qui doivent bien-tôt essaimer, il se fait pour l’ordinaire un bourdonnement le soir & pendant la nuit ; quelquefois dans la même circonstance on n’entend, même en écoutant de près, que des sons clairs & aigus qui semblent n’être produits que par l’agitation des ailes d’une seule mouche. Ordinairement les essaims ne paroissent pas avant les dix ou onze heures du matin, ni après les trois heures du soir, selon l’exposition de la ruche. La chaleur que les mouches y produisent par leur grand nombre étant augmentée par l’ardeur du soleil, oblige l’essaim à sortir ; quelques heures d’un tems chaud & couvert ne sont pas moins efficaces pour cet effet, qu’un coup de soleil très-chaud : au contraire des jours trop froids pour la saison empêchent la sortie des essaims. Lorsque l’essaim est prêt à prendre l’essor, il se fait un grand bourdonnement dans la ruche, & plusieurs mouches en sortent : mais l’essaim ne subsisteroit pas s’il ne s’y trouvoit une reine, c’est-à-dire une abeille femelle. Dès qu’elle quitte la ruche, elle est suivie d’un grand nombre d’abeilles ouvrieres, & en moins d’une minute toutes celles qui doivent composer l’essaim s’élevent en l’air avec la reine, elles voltigent, & quelques-unes se posent sur une branche d’arbre pour l’ordinaire, d’autres s’y rassemblent ; la reine se tient à quelque distance de ce grouppe, & s’y joint lorsqu’il a grossi à un certain point. Alors toutes les abeilles s’y réunissent bientôt ; & quoiqu’elles soient à découvert, elles y restent en se tenant cramponnées les unes aux autres par les jambes : on ne voit voltiger autour du grouppe, qu’autant de mouches qu’il s’en trouve autour d’une ruche dans un tems chaud : mais lorsqu’il n’y a point d’abeille femelle dans un essaim, il revient bien-tôt à l’ancienne ruche.

S’il ne se trouve pas auprès des ruches quelques arbres nains auxquels les essaims puissent s’attacher, s’il n’y a que des arbres élevés, l’essaim prend son vol si haut & va si loin qu’il est souvent difficile de le suivre. Le meilleur moyen pour l’arrêter, est de jetter en l’air du sable ou de la terre en poudre qui retombe sur les mouches, & les oblige à descendre plus bas & à se fixer. On est aussi dans l’usage de frapper sur des chauderons ou des poëles, sans doute pour effrayer les abeilles par ce bruit comme elles le sont par celui du tonnerre qui les fait retourner à leur ruche lorsqu’elles se trouvent dans la campagne ; mais il ne paroît pas que le bruit des chauderons fasse beaucoup d’impression sur les abeilles, car celles qui sont sur des fleurs ne les quittent pas à ce bruit.

Lorsque le soleil n’est pas trop ardent, on peut mettre l’essaim dans une ruche une demi-heure après qu’il est rassemblé, & que ses plus grands mouvemens ont été calmés ; on peut aussi attendre jusqu’à une heure ou deux avant le coucher du soleil. Mais si l’essaim étoit exposé à ses rayons, il pourroit changer de place, & se mettre dans un lieu où il seroit plus difficile à prendre : dans ce cas il n’y a pas de tems à perdre. Lorsqu’il se trouve fixé sur une branche d’arbre peu élevée, il est aisé de le faire passer dans une ruche. On la renverse, & on la tient de façon que l’ouverture soit sous l’essaim, on secoue la branche qui le soûtient, & il tombe dans la ruche ; il suffit même que la plus grande partie de l’essaim y entre dès qu’on a retourné la ruche & qu’on l’a posée à terre près de l’arbre, le reste y vient bientôt. Mais si plusieurs mouches retournoient sur la branche où étoit l’essaim, il faudroit la frotter avec des feuilles de sureau & de rue dont elles craignent l’odeur ; y attacher des paquets de ces herbes, ou enfin y faire une fumigation avec du linge brûlé, pour faire fuir les mouches & les obliger à aller dans la ruche.

Lorsque l’essaim est sur un arbre si élevé ou dans des branches si touffues qu’on ne puisse pas en approcher la ruche, on le fait tomber sur une nappe, & on l’enveloppe pour le descendre ; en développant la nappe, on pose la ruche sur l’endroit où il se trouve le plus de mouches, & par des fumigations on oblige les autres, s’il est nécessaire, à entrer dans la ruche. On peut aussi emporter l’essaim en coupant la branche à laquelle il tient, les mouches ne se disperseront pas si on attend pour cette opération que le soleil soit couché. Lorsque l’essaim est entré dans le trou d’un arbre ou d’un mur, on peut en retirer les mouches avec une cuillere, & les jetter dans la ruche ; elles y restent, sur-tout si c’est le soir dans un tems frais.

Pour engager les abeilles à demeurer dans la ruche où on veut loger un essaim, on la frote avec des feuilles de mélisse ou des fleurs de feves, &c. ou on enduit ses parois avec du miel ou de la creme, mais toutes ces précautions ne sont pas absolument nécessaires ; il est plus important d’empêcher que la ruche ne soit trop exposée au soleil après que l’essaim y est entré, une trop grande chaleur l’en feroit sortir ; c’est pourquoi si elle ne se trouve pas à l’ombre, il faut la couvrir avec une nappe ou des feuillages jusqu’à ce qu’on la transporte dans l’endroit où elle doit rester sur un support, ce qui se fait dans le tems du coucher du soleil ou quelque tems auparavant.

Une mere abeille est en état de conduire un essaim quatre ou cinq jours après qu’elle est métamorphosée en mouche, lorsqu’elle sort de la ruche elle est prête à pondre, & on croit que ses œufs sont déjà fécondés. Comme il naît chaque année plusieurs abeilles femelles dans une ruche, il s’en rencontre toûjours pour conduire les essaims, & quelquefois il y en a plusieurs dans un seul essaim. S’il s’en trouve deux, il arrive souvent que l’essaim se partage en deux pelotons, dont l’un est beaucoup plus petit que l’autre ; chacun a sa reine, mais les mouches du petit peloton se réunissent peu-à-peu à l’autre, & la reine elle-même les suit & s’y mêle ; mais il ne doit en rester qu’une dans l’essaim, l’autre est bientôt tuée ; s’il y en a plusieurs de surnuméraires elles ont le même sort, & les abeilles ne s’arrangent & ne travaillent dans la ruche qu’après cette exécution. Il s’en fait une semblable dans l’ancienne ruche après que l’essaim est sorti ; s’il s’y trouve plus d’une abeille femelle, il n’en reste qu’une ; ou trouve les autres mortes hors de la ruche.

Il sort quelquefois trois ou quatre essaims d’une même ruche, mais le premier est le meilleur ; les autres sont peu nombreux, & la ruche se trouve dépeuplée ; dans ce cas il convient d’en réunir deux dans une seule ruches Pour empêcher qu’une ruche trop foible ne donne un essaim, ou que plusieurs essaims ne sortent d’une même ruche, on retourne le panier de façon que les parois qui étoient en-arriere se trouvent en-devant : on tâche par ce moyen de les engager à remplir de gâteaux le vuide qui étoit avant ce déplacement contre les parois postérieures de la ruche ; car les mouches commencent toûjours par garnir celles de devant : on exhausse aussi la ruche en l’allongeant par le bas, afin de donner un nouvel espace pour l’emplacement des gâteaux ; mais ces expédiens sont soit incertains.

Quelquefois deux ruches donnent en même tems chacune un essaim, & ces deux essaims se réunissent ensemble : on peut les mettre dans une même ruche s’ils ne sont pas trop gros ; on peut aussi les séparer en faisant tomber partie du grouppe qu’ils forment dans une ruche, & partie dans une autre. S’il y a une mere dans chaque ruche, les essaims réussiront ; mais s’il n’y en a point dans l’une des ruches, il faut nécessairement réunir le tout, & le partager de nouveau jusqu’à ce qu’il se trouve une mere dans chaque essaim ; pour cela on fait entrer toutes les mouches dans une seule ruche, & ensuite on en fait tomber une partie dans une autre : on est sûr qu’il y a une mere dans chacune, lorsque les mouches s’y arrangent & y travaillent.

Il y a des essaims qui ne pesent qu’une livre, ils sont très-foibles ; car le poids des médiocres est de quatre livres, les bons doivent peser cinq livres, & les excellens six livres : on en a vû un qui pesoit jusqu’à huit livres & demie. On sait par expérience que cinq mille mouches pesent environ une livre.

Dès-qu’un essaim est dans une ruche où il se trouve bien, les mouches y font des gâteaux quoiqu’elles y paroissent en repos ; & dès le lendemain, si le tems est favorable, on en voit sortir pour aller dans la campagne ; quelquefois en moins de vingt-quatre heures elles ont formé des gâteaux de plus de vingt pouces de longueur sur sept à huit pouces de largeur. Elles nettoyent aussi la ruche, & en ôtent tout ce qui leur déplaît ; elles bouchent les ouvertures qui ne leur sont pas nécessaires, avec une espece de résine rougeâtre que l’on appelle propolis. Un essaim peut donner un autre essaim dans la même année ; mais cela n’arrive pour l’ordinaire dans les environs de Paris que l’année suivante. Mémoir. pour servir à l’hist. des insect. tom. V. Voyez Abeille, Ruche, Propolis. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « essaim »

Étymologie de essaim - Littré

Berry, assian, essian, ession ; provenç. eissam, aysam, isam ; catal. exam, axam ; espagn. ensambre ; portug. enxame ; ital. sciame ; du latin examen, essaim, pour exagmen, voy. EXAMEN.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de essaim - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin examen (« essaim »), dérivé de exigere (« emmener hors de, pousser dehors »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « essaim »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
essaim ɛsɛ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « essaim »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « essaim »

  • Impressionnant ! C’est le mot qui vient immédiatement à l’esprit en voyant les images de cet essaim d’abeilles qui a envahi une boîte aux lettres dans la commune de Jouy-sous-Thelle, ce mardi 9 juin. , Jouy-sous-Thelle : un essaim d’abeilles impressionnant recouvre une boîte aux lettres | L'Observateur de Beauvais
  • Le hasard a voulu que deux agents d’Enedis aient l’apiculture pour loisir et se portent volontaires pour déménager l’essaim. Ce qui a été fait dans les règles de l’art et avec le matériel adéquat. L’essaim a quitté son enveloppe de plastique pour emménager dans une vraie ruche en bois. www.lejdc.fr, Un essaim d'abeilles découvert dans un coffret électrique à Saint-léger-des-Vignes - Saint-Léger-des-Vignes (58300)
  • "Vous voyez l’abeille avec le point bleu ? C’est la reine". Le personnel de Bellevue était au moins aussi intéressé et curieux que les collégiens, lors de la venue jeudi de l’apiculteur Serge Cassaugrand. Ce retraité producteur de miel est venu installer un essaim d’abeilles dans une ruche en bois, construite par des élèves Segpa du groupe "habitat" et d’une classe du dispositif Ulis (unité localisée d’inclusion scolaire). Sous l’œil intrigué des adultes et des jeunes, Serge Cassaugrand a donné quelques explications sur le fonctionnement d’une ruche et le rôle de chaque ouvrière. ladepeche.fr, Albi. Un rucher créé par des élèves accueille son premier essaim - ladepeche.fr
  • L’équipe des serres municipales de la ville d’Annecy bourdonnait ce vendredi après-midi 12 juin. C’est que le moment revêtait une importance toute particulière ; un essaim d’abeilles allait élire domicile dans la ruche pédagogique installée sur les pelouses devant le bâtiment. , Environnement | Annecy : un essaim d'abeilles aux serres municipales
  • Ce mercredi 10 juin au matin, sur la façade de l’immeuble au coin de la rue Bastiat et de la place Pancaut, à Mont-de-Marsan, des agents municipaux sont intervenus pour déplacer un essaim d’abeilles.  SudOuest.fr, Vidéo. Un essaim d’abeilles ramassé en plein centre-ville de Mont-de-Marsan
  • C’est une visite inhabituelle que la famille Bonneau a eu la surprise d’accueillir le mardi 16 juin dernier. En effet, c’est sur un poteau de la clôture de façade d’un couple de Claibertins qu’un essaim d’abeilles a eu la bonne idée de s’installer.  SudOuest.fr, Claix (16) : un essaim d’abeilles s’invite au domicile d’une famille
  • L’essaim d’abeilles a même perturbé un enterrement, qui se déroulait à ce moment là.  , Insolite. Un essaim de milliers d'abeilles rassemblées devant l'église du Neubourg | Le Courrier de l'Eure
  • C’est lui que la mairie appelle régulièrement pour recueillir les essaims à la recherche d’un abri. , Photos et vidéos : capture d'un essaim d'abeilles au centre-ville de Binic-Etables-sur-Mer | La Presse d'Armor
  • Un essaim d'abeilles a pris possession d'un snack du centre-ville de Valence ce lundi midi. La police municipale demande aux passants de contourner la rue Emile-Augier. Une apicultrice a été appelée pour intervenir. France Bleu, Valence : une apicultrice neutralise un essaim d'abeilles dans le centre-ville
  • L'offrande n'est jamais pour le saint, ni nos épargnes pour les rois, mais pour cet essaim dévorant qui sans cesse bourdonne autour d'eux... De Paul-Louis Courier / Pamphlets
  • La vieillesse serait vraiment trop triste si le rose essaim des pensées polissonnes ne venait parfois la consoler. De Anatole France
  • Ce qui n'est point utile à l'essaim, n'est point utile à l'abeille. De Montesquieu / Cahiers

Images d'illustration du mot « essaim »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « essaim »

Langue Traduction
Corse sciaccia
Basque swarm
Japonais 群れ
Russe рой
Portugais enxame
Arabe سرب
Chinois 一群
Allemand schwarm
Italien sciame
Espagnol enjambre
Anglais swarm
Source : Google Translate API

Synonymes de « essaim »

Source : synonymes de essaim sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « essaim »



mots du mois

Mots similaires