La langue française

Escalade

Sommaire

  • Définitions du mot escalade
  • Étymologie de « escalade »
  • Phonétique de « escalade »
  • Évolution historique de l’usage du mot « escalade »
  • Citations contenant le mot « escalade »
  • Images d'illustration du mot « escalade »
  • Traductions du mot « escalade »
  • Synonymes de « escalade »
  • Antonymes de « escalade »

Définitions du mot « escalade »

Trésor de la Langue Française informatisé

ESCALADE, subst. fém.

A.− Domaine concr.
1. [L'agent est une pers.]
a) [En cherchant à pénétrer dans un lieu enclos]
Vx. Action de monter à l'assaut (d'une position) à l'aide d'échelles. Ils emportèrent la place par escalade (Ac.).Ils s'emparèrent par escalade d'une des maîtresses tours et à l'aube la ville elle-même fut prise (Grousset, Croisades,1939, p. 299).
P. ext., DR., usuel. Action de pénétrer dans un lieu enclos en passant par-dessus un obstacle, de s'introduire par une ouverture élevée, non prévue à cet effet. Elle était très émue de notre escalade par la fenêtre (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 70).Le vol à main armée, avec escalade (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 153):
1. ... il aperçut par sa fenêtre une femme inconnue et très belle qui lui envoyait des baisers. Il laisse là le nœud coulant, refait sa cravate, se met en campagne, et, d'escalade en effraction, parvient jusqu'à son inconnue. Alain, Propos,1907, p. 11.
P. métaph. :
2. Pour arrêter le Président, il fallait un ordre de l'Assemblée; nous remplacions l'ordre de l'Assemblée par une voie de fait de la gauche. Escalade et effraction; escalade du pouvoir, effraction de la loi. Hugo, Hist. crime,1877, p. 160.
b) [En cherchant à atteindre un sommet]
ALPINISME. Action de grimper le long de parois rocheuses en s'aidant des quatre membres et en utilisant au mieux les points d'appui. Une rude escalade; tenter une escalade. Elle n'avait jamais fait d'escalade, pas un sommet d'une valeur de référence (Peyré, Matterhorn,1939, p. 67).Nous décidons de franchir la vallée de sable, et de faire l'escalade du dôme le plus élevé afin d'observer l'horizon (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 221).
Action de monter, de grimper le long de (pentes escarpées). J'écris ceci, assis au bord d'une route, au-dessus de Vence, au retour d'une escalade hasardeuse, fatigante parce que en dehors de tout sentier (Gide, Journal,1940, p. 23).
P. métaph. Demain c'est à quatre membres l'escalade dans l'effort et dans l'extase (Claudel, Visages radieux,1947, p. 799).
2. [En parlant de choses] Disposition d'éléments plus ou moins superposés en forme d'échelle. Un fouillis de toits, de maisons en escalade (A. Daudet, Rois en exil,1879, p. 50).C'étaient deux beaux bras nus (...) tout entourés sous la peau d'une escalade de muscles (Giono, Chant monde,1934, p. 29).Une fille du nord, toujours en cheveux, triple chignon en escalade et les longues épingles « papillon » (Céline, Mort à crédit,1936, p. 470).
B.− Au fig. Augmentation progressive, comme par paliers successifs, des moyens utilisés dans un conflit, une compétition, ou une action donnée. Risque, menace d'escalade. « La mécanique de l'escalade », c'est-à-dire l'engrenage qui oblige chacune des deux parties à renchérir sur les initiatives de l'autre (Le Figaro,28 sept. 1966ds Gilb. 1971).Le seul moyen d'arrêter l'escalade des taux d'intérêt est de mettre un terme à l'inflation (Le Monde,27 mars 1969,ds Gilb. 1971).
Rem. Ds cet emploi, escalade a été récemment repris, pour traduire l'angl. escalation, comme terme de stratégie militaire et s'est introduit ensuite ds le domaine social (escalade commerciale; escalade des prix, de la violence, de la répression; son anton. est alors désescalade).
Prononc. et Orth. : [εskalad]. Enq. : /eskalad/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1456 « assaut d'une place forte au moyen d'échelles » (Chron. de la pucelle, éd. Vallet de Viriville, 241 d'apr. A. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 139); 2. 1707 « action de pénétrer indûment dans un lieu clos en passant par la fenêtre, le toit, en franchissant un mur, etc. » (Le Sage, Le Diable boiteux, III, p. 38 ds Rob.); 3. 1816 terme d'alpinisme (Maine de Biran, Journal, p. 202). Empr. au prov. escalada « id. » qui, bien que n'étant attesté qu'au xviies. (escalado en 1678, J. Doujat, dict. publié en annexe aux Œuvres de P. Goudelin), est prob. plus anc. (le verbe escalar « escalader » [dér. de escala, échelle*] dont escalada est dér., étant attesté dep. le xiiies., Crois. Albig. ds Bartsch Prov., p. 205, 3); un empr. à l'ital. scalata « id. », attesté à peine plus tôt que le prov. (1614 ds Tomm.-Bell) est moins probable; cf. FEW t. 11, p. 269b, note 14 et Gebhardt, Das Okzitanische Lehngut im Französischen, Bern-Frankfurt, 1974, p. 128, 131, 349. Fréq. abs. littér. : 186. Bbg. Hope 1971, pp. 37-38; p. 149. − Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. de Philol. fr. et de Litt. 1915/16, t. 29, p. 65. − Tracc. 1907, p. 137. − Vidos 1939, p. 45, 372.

escalade, -

Wiktionnaire

Nom commun

escalade \ɛs.ka.lad\ féminin

  1. (Histoire militaire) Assaut d’une position au moyen d’échelles.
    • Il y avait trois cents hommes d’élite équipés pour l’escalade, couverts de fer de la tête aux pieds, le coutelas au poing et les pistolets à la ceinture. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, tome 2, 1833, première partie)
    • L’ennemi entrait dans la ville par escalade ou par une brèche, sans que pour cela la garnison se rendît. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  2. (Par extension) Action de grimper.
    • Gillonne tira l’échelle à elle, l’assujettit solidement ; et le prince, […], commença l’escalade, qu’il acheva sans accident. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
  3. (Alpinisme) Action d’escalader, de monter sur une montagne ou grimper un rocher ou une falaise en utilisant des outils de sécurité.
    • — Il y a l’alpiniste qui, sans guide, s'élance à l’escalade d'un pic inaccessible, roide dans une crevasse et ne retrouve plus le chemin du retour, se perd dans les neiges et meurt de froid. — (Franc-Nohain, Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Il œuvre dans le domaine du plein air (randonnée pédestre, escalade, vélo, ski de fond, etc.) depuis une quinzaine d'années et a été recherchiste pour l'émission de télévision Oxygène (1992-1993). — (Yves Seguin, Randonnée pédestre à Laval, Ulysse, 2014, à propos de l'auteur)
  4. (En particulier) (Droit) Circonstance qui aggrave le délit.
    • Vol avec escalade.
  5. (Figuré) (Par extension) Augmentation ou aggravation progressive par une suite de réactions mutuelles de plus en plus importantes.
    • Savait-on au préalable qu'il faudrait utiliser la force pour avoir ne fût-ce qu'une quote-part dans le commerce épicier ? Mais alors, pourquoi ces tâtonnements, cette escalade de violence, rapide mais graduelle, qui s'étale sur toute une décennie pour n'atteindre son zénith que sous le gouvernement d’Albuquerque ? — (Luis Filipe F. R. Thomaz, « L'idée impériale manuéline », dans La Découverte, le Portugal et l'Europe, actes du Colloque, Paris, les 26, 27 et 28 mai 1988, publiés sous la direction de Jean Aubin, Paris : Fondation Calouste Gulbenkian, Centre culturel portugais, 1990, p. 36)
    • Dans la salle d’enchères de Christie’s à New York, jeudi 26 octobre, après une folle escalade ayant atteint une somme à six chiffres, le marteau a bien fini par tomber. — (Nicolas Six, Un tableau conçu par un programme d’intelligence artificielle adjugé 432 500 dollars, Le Monde. Mis en ligne le 26 octobre 2018)
  6. (Histoire) (Suisse) Fête genevoise, en commémoration de la nuit du 11 au 12 décembre 1602, durant laquelle le duc de Savoie tenta, en vain, d'escalader Genève.
    • - Mon ami, je pense que les affaires ne vous ont pas fait oublier qu’aujourd’hui nous fêtons l’escalade ?
      - L’escalade ! ah ! vraiment, oui, nous sommes au 12 décembre ! c’est un grand jour pour nous autres Genevois ; ce jour-là, nous ne faisons rien autre chose que chanter de vieilles chansons sur des airs baroques, et nous conter les uns aux autres, en grand détail, une histoire que nous savons tous.
      — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, tome 2, 1833, première partie)

Forme de verbe

escalade \ɛs.ka.lad\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de escalader.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de escalader.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de escalader.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de escalader.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de escalader.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ESCALADE. n. f.
T. d'Ancienne stratégie. Assaut d'une position au moyen d'échelles. Aller, monter à l'escalade. Donner, tenter l'escalade. Ils emportèrent la place par escalade. La muraille est trop haute, elle est hors d'escalade. Il désigne aussi, par extension, l'Action de s'introduire en un lieu quelconque par une échelle ou par tout autre moyen. Tenter l'escalade d'un mur, d'une grille. Dans la langue judiciaire, il s'applique à une Circonstance qui aggrave le délit. Vol avec escalade.

Littré (1872-1877)

ESCALADE (è-ska-la-d') s. f.
  • 1Attaque, assaut à l'aide d'échelles. Monter à l'escalade. Il va donner au château l'escalade, La Fontaine, Fiancée. Prague emportée d'assaut le 28 novembre 1631 par Jean George, électeur de Saxe, et par escalade le même jour 28 novembre 1741 par son arrière-petitfils, Marmontel, Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 365, dans POUGENS.
  • 2Action d'un voleur qui s'introduit quelque part en franchissant un obstacle, mur ou haie. Est qualifiée escalade, toute entrée dans les bâtiments, cours, basses-cours, édifices quelconques, jardins, parcs et enclos, exécutée par-dessus les murs, portes, toitures ou toute autre clôture, Code pénal, art. 397. Vol à l'escalade.

HISTORIQUE

XVIe s. Et seroyent ordonnez six mille hommes pour presenter et donner des escalades, tant pour amuser que pour estonner les ennemis, Lanoue, 452. Ils emporterent d'escalade la ville de Garnache, D'Aubigné, Hist. II, 374. Ils retournerent à l'eschalade, trouvans plus seur (si la hauteur des eschelles leur eust permis) de…, D'Aubigné, II, 264.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ESCALADE, s. f. c’est dans l’art militaire l’attaque d’un lieu ou d’un ouvrage par surprise, en franchissant les murs ou les remparts avec des échelles.

La méthode de s’emparer des villes par l’escalade étoit bien plus commune avant l’invention de la poudre qu’aujourd’hui : aussi les anciens, pour s’en garantir, prenoient-ils les plus grandes précautions. Ils ne terrassoient point leurs murailles, & ils les élevoient beaucoup, ensorte que non-seulement il étoit besoin d’échelles pour monter dessus, mais encore pour en descendre dans la ville. Les tours dont la muraille étoit flanquée étoient encore plus élevées que la muraille, & l’espece de petit chemin qu’il y avoit du côté intérieur de cette muraille, & sur lequel étoient placés les soldats qui défendoient la ville, étoit coupé vis-à-vis de ces tours, ensorte que l’ennemi, pour être parvenu au haut de la muraille, n’étoit pour ainsi dire encore maître de rien. Cependant, malgré ces difficultés, les escalades s’entreprennoient souvent. Il y a apparence que la longueur du tems qu’il falloit employer pour faire breche au mur de la ville, faisoit prendre ce parti, & que le canon pouvant faire une ouverture au mur assez promptement, on a insensiblement, pour ainsi dire, perdu l’usage de s’emparer des villes par l’escalade.

Il se peut bien aussi que la disposition de nos fortifications modernes y ait contribué : les anciens n’ayant point de dehors, on pouvoit s’approcher tout d’un coup du bord de leur fossé, descendre dedans, & appliquer des échelles le long du mur. Nos dehors ne permettent pas un si facile accès au corps de la place : cependant lorsque le fossé est sec, comme il faut communément qu’il le soit dans les escalades, il ne seroit pas impossible, si la place n’avoit pour tout dehors que des demi-lunes & son chemin couvert, de parvenir à l’escalader, sur-tout si la garnison en étoit foible ; car ces sortes d’entreprises ne peuvent guere réussir contre une garnison nombreuse, en état de bien garnir ses postes & de les bien défendre : mais quand on supposeroit trop de difficultés pour y réussir dans nos villes fortifiées à la moderne, il se trouve souvent dans les pays où l’on fait la guerre, des villes qui ne sont entourées que de murailles terrassées, & devant lesquelles il n’y a qu’un simple fossé. Contre ces sortes de villes l’escalade pourroit s’employer & réussir heureusement, comme elle a réussi à Prague au mois de Décembre 1741.

Pour bien réussir dans l’escalade d’une ville, il faut d’abord une connoissance parfaite de la place & de ses fortifications, afin de se déterminer sur le côté le plus facile à escalader & le plus négligé par l’ennemi.

Il faut avoir provision d’un grand nombre d’échelles, afin de pouvoir faire monter un plus grand nombre de gens en même tems ; être munis de pétards, pour s’en servir pour rompre les portes & donner entrée aux troupes commandées pour soûtenir l’entreprise.

Pour trouver moins d’obstacle de la part de l’ennemi, il faut le surprendre : un ennemi qui seroit sur ses gardes à cet égard seroit bien plus difficile à être forcé, parce qu’il est aisé de se défendre contre l’escalade lorsqu’on est prévenu.

Mais dans le trouble que cause d’abord son exécution inattendue, l’ennemi ne pense pas à tout, ou du moins il ne peut parer à tout. On l’attaque de tout côtés afin qu’il partage ses forces : il ne lui est pas facile de démêler parmi les attaques quelles font les fausses & quelles sont les véritables ; il est donc obligé de soûtenir également tous ses postes, & pendant qu’il est occupé d’un côté, on entre dans la place par un autre.

Il est donc essentiel de cacher à l’ennemi le dessein de l’entreprise que l’on médite contre lui : pour cela il faut qu’il ne soit pas instruit de la construction des échelles nécessaires en pareil cas ; & s’il ne s’en trouve pas un nombre suffisant dans les magasins, il faut en faire construire secretement.

On peut faire des échelles qui se démontent, c’est-à-dire composées de plusieurs parties ; elles se transportent beaucoup plus facilement : on s’en servit de cette espece pour l’escalade de Geneve en 1602.

Lorsque tout est préparé pour l’entreprise, & qu’il ne s’agit plus que d’aller l’exécuter, on prend la quantité de monde dont on juge avoir besoin, tant en infanterie qu’en cavalerie. La cavalerie peut servir à charger l’ennemi assemblé dans les différentes places de la ville, lorsqu’on lui en a donné l’entrée, à le dissiper promptement, & à favoriser la retraite, si l’on est dans l’obligation de se retirer, & s’il y a des plaines à passer dans la retraite. On mene aussi des serruriers & des charpentiers avec soi, pour s’en servir suivant le besoin & l’occasion.

On dirige la marche de maniere qu’on arrive devant la ville une ou deux heures avant le jour, & l’on ne néglige aucune attention pour que l’ennemi n’en puisse être informé de personne. S’il se rencontre quelqu’un en chemin il faut l’arrêter, & arriver devant la place avec le plus grand silence. Comme on doit être informé des chemins que l’on a à tenir, des défilés qu’il faut passer, on est en état de juger du tems que pourra durer la marche : il est important d’en faire le calcul exact ; car il pourroit arriver que l’armée étant trop long-tems en marche, arriveroit trop-tard devant la place pour commencer l’attaque avant le jour ; auquel cas, à moins d’une grande supériorité, il faudroit prendre le parti de s’en retourner. Il arrive quelquefois, suivant la situation des lieux, qu’on fait arriver les troupes devant la place par différens chemins ; en ce cas la marche est moins longue & moins embarrassante : mais les officiers qui conduisent chaque corps ne doivent pour aucune circonstance particuliere retarder leur marche, afin d’arriver devant la place à l’heure qui leur aura été indiquée, & que les différentes attaques commencent toutes en même tems, ou aux heures dont on sera convenu ; car il est quelquefois à propos, sur-tout lorsque la ville est fort grande, de les commencer successivement. La premiere attaque attire d’abord toute l’attention de l’ennemi, qui s’y porte promptement ; la seconde l’oblige de partager son attention ; & lorsque les premieres attaques, qui ordinairement sont fausses, ont attiré la plus grande partie de la garnison, on commence la véritable, dans laquelle on doit trouver moins de résistance.

On voiture les échelles sur des chariots devant la place ; ces chariots sont précédés de la plus grande partie des troupes destinées à cette expédition, lesquelles sont aussi précédées de quelques compagnies de grenadiers qui font leur avant-garde.

Etant arrivé auprès de la ville on s’y met en bataille, toûjours dans un grand silence ; on distribue les échelles aux premiers soldats qui doivent commencer l’escalade, & qui doivent être les plus braves & les plus vigoureux de la troupe.

On partage les troupes de l’attaque en plusieurs petits corps, comme de 100 ou 120 hommes commandés par leurs officiers, & l’on s’avance auprès de la place. S’il y a un chemin couvert, on se sert des serruriers pour en faire sauter les barrieres avec le moins de bruit qu’il soit possible. Les troupes, après y être entrées, cherchent à descendre dans le fossé ; les soldats qui ont des échelles s’en servent, supposé qu’il soit profond & revêtu, & qu’on ne puisse pas se glisser le long de son talud, ce qui est d’une bien plus prompte expédition, & les autres y descendent par les degrés ou escaliers que l’on pratique ordinairement aux arrondissemens de la contrescarpe & à ses angles rentrans.

Dès que l’on est descendu dans le fossé, on applique avec la plus grande diligence les échelles contre le rempart ou son revêtement, & on se hâte de monter promptement sur le rempart, sans confusion & sans trop charger les échelles : lorsqu’il y a un corps de 100 ou 150 hommes de montés, on fait venir les serruriers & les charpentiers pour rompre la porte la plus prochaine. A mesure que les troupes montent sur le rempart on les range en bataille ; & si l’ennemi se présente, on le charge vigoureusement la bayonnette au bout du fusil, sans tirer, pour ne point donner une trop forte allarme aux corps-de-garde voisins : quand on est en assez grand nombre sur le rempart, & que l’on a fait ouvrir une porte pour faire entrer dans la ville les troupes du dehors, on s’étend tout le long du rempart pour s’en rendre solidement le maître, & ensuite on se joint avec le corps qui est entré par la porte, pour charger l’ennemi dans tous les lieux de la ville où il peut se retirer. Si lorsqu’il n’y a encore qu’un petit nombre d’hommes de montés sur le rempart, l’ennemi venoit pour les charger, ils se défendroient du mieux qu’ils pourroient contre lui, en se faisant un rempart des différentes choses qu’on peut trouver sur le rempart, comme des branches des arbres qui sont communément dessus ; & s’en faisant une espece de retranchement, derriere lequel on se tient jusqu’à ce qu’il soit monté sur le rempart un nombre d’hommes suffisant pour charger l’ennemi & le dissiper.

Si l’ennemi est exact à faire ses rondes, qu’il s’apperçoive que les troupes sont dans le fossé & prêtes à monter, qu’il fasse tirer les sentinelles pour donner l’allarme à la ville, on ne laissera pas de monter promptement. Comme il faut toûjours quelque espace de tems pour qu’il vienne du secours, on peut en profiter pour monter sur le rempart, en assez grand nombre pour s’y soûtenir contre les troupes de garde, qui sont les premieres qui peuvent se présenter sur le rempart pour en défendre l’accès.

S’il y a un château ou une citadelle dans la ville qui soit, comme il est d’usage, partie dans la ville & partie dans la campagne, il faudra y donner l’escalade en même tems qu’à la ville, afin que l’ennemi n’y trouve point de retraite, & que pressé de tous côtés, il soit dans la nécessité de se rendre.

Le tems le plus favorable pour surprendre les villes dont le fossé est plein d’eau, est l’hyver pendant une forte gelée : on peut franchir aisément le fossé en passant sur la glace, & monter sur le rempart, le pié des échelles étant posé sur la glace du fossé. Un gouverneur attentif a soin, dans les gelées, de faire rompre tous les jours la glace de ses fossés : mais il peut s’en trouver qui négligent cette attention ; & d’ailleurs ceux qui sont chargés de l’exécution peuvent la faire avec tant de négligence, qu’il soit encore possible de se servir de la glace pour planter les échelles au pié du rempart, & pour franchir le fossé. C’est à ceux qui se chargent de ces sortes d’entreprises de bien faire observer la conduite du gouverneur & celle de ceux qu’il charge de l’exécution de ses ordres, pour voir la maniere dont ils l’exécutent, & pour prendre leur parti en conséquence. Elémens de la guerre des siéges, II. vol.

A l’égard des précautions à prendre contre les escalades, elles consistent à avoir continuellement aussi de petits partis dans les environs de la place, pour être par eux instruit des demarches de l’ennemi, & faire des rondes continuelles pendant la nuit, pour que personne n’entre dans le fossé de la place sans qu’on en soit informé. On peut aussi pratiquer une cuvette dans le fossé, planter des palissades à quelque distance du mur pour empêcher l’ennemi d’y appliquer ses échelles, garnir les flancs des bastions de pieces de canon chargées à cartouche avec des balles d’un quarteron, ou de la ferraille, pour tirer sur ceux qui voudroient escalader la place vis-à-vis les courtines ; mettre dans les corps-de-garde à portée du rempart, des hallebardes, des faulx emmanchées de revers, & toutes autres sortes d’armes propres à donner sur l’ennemi lorsqu’il paroît au haut de l’échelle, & à le pousser dans le fossé ; garnir le rempart d’une grande quantité de poutres cylindriques, pour les faire rouler sur les échelles & sur ceux qui sont dessus : & si la garnison ne se trouve pas en assez grand nombre pour pouvoir occuper tout le rempart, on doit attacher sur la partie supérieure du parapet des chevaux de frise, ou autre chose qui puisse empêcher l’ennemi de passer par-dessus pour sauter sur le rempart. Le rempart doit aussi être garni de bombes & de grenades toutes chargées, pour faire rouler dans le fossé sur l’ennemi. On doit aussi avoir des artifices préparés pour jetter sur lui, comme fascines gaudronnées, barrils foudroyans, pots à feu, &c. & jetter aussi dans le fossé une grande quantité de balles à feu pour l’éclairer, & que le canon de la place puisse faire un grand effet sur les troupes qui sont dedans. On peut encore garnir aussi le fossé de chausses-trapes, de petits fossés couverts de claies & de terre, pour que l’ennemi ne s’en apperçoive point, & qu’il tombe dedans : il peut y avoir au milieu de ces petits fossés une palissade, ou plûtôt quelques longues pointes de fer disposées de maniere à enferrer ceux qui y tomberont, &c. (Q)

Escalade des Titans, grande & belle machine du prologue de Naïs, dont on trouvera la figure & la description dans un des volumes des Planches gravées. (B)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « escalade »

De l’occitan escalada (« escalade »), participe passé féminin du verbe escalar (« grimper, escalader »), signifiant littéralement « monter à une échelle ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. scalata, de scalare, écheler, du latin scala, échelle (voy. ÉCHELLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « escalade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
escalade eskalad

Évolution historique de l’usage du mot « escalade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « escalade »

  • Ah ! La volupté d'abattre du travail comme on abat des arbres, de s'attaquer à une montagne de papier comme on escalade le Mont Blanc pour donner, peu à peu, au bureau l'aspect du Sahara. De Philippe Bouvard / Journal 1992-1996
  • Nous pouvons jeter des pierres, nous plaindre d’elles, trébucher dessus, les escalader, ou les utiliser pour construire. De William Arthur Ward
  • Les défauts sont semblables à une colline, vous escaladez la vôtre et vous ne voyez que ceux des autres. De Proverbe africain
  • Si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez un moyen de l’escalader, le traverser, ou travaillez autour. De Michael Jordan / I Can't Accept Not Trying
  • Les parents sont des montagnes que l’on passe sa vie à essayer d’escalader, en ignorant qu’un jour c’est nous qui tiendront leur rôle. De Marc Levy / Et si c’était vrai...
  • Le mur d'escalade, qui habille 85 m de la façade du bâtiment, sera réservé aux personnes expérimentées. D'une surface de 1 20  m2, il a été construit avec 55 tonnes d'acier inoxydable combiné à un mélange de 24 tonnes de fibre de verre et de plexiglas pour ne pas obstruer l'éclairage naturel du bâtiment. Son ouverture devrait avoir lieu d'ici la fin de l'année. L'Équipe, Le mur d'escalade le plus haut du monde construit au Danemark - Escalade - L'Équipe
  • Un grave accident d’escalade s’est produit cette après-midi au Cirques-des-Baumes où un homme a fait une chute d’escalade. Il vient d’être hélitreuillé par l’écureuil 34 de la gendarmerie et les sapeurs-pompiers du GRIMP. , Accident grave d’escalade dans les Gorges du Tarn : la victime a chuté de plus de 4 m - 48info
  • Rewind. On déclippe, on relove la corde, on part à reculons sur le sentier et on remonte dans la voiture qui démarre en marche arrière. Rembobinage rapide jusqu’à la case départ. Nous revoilà au même endroit, vierge de tout équipement, quelques années auparavant. C’est là que commence l’histoire, celle d’une falaise qui se retrouve un jour dans le champ de vision d’un équipeur. Soit parce qu’il est du coin et a toujours rêvé d’y équiper des voies d’escalade, soit parce qu’il arpente inlassablement des régions entières pour dénicher de nouvelles trouvailles. Première rencontre donc, sous la forme d’un coup d’œil, parfois un coup de foudre, et des rêves de belles lignes qui germent aussitôt. L’équipeur va alors voir plus près pour évaluer si ses spéculations peuvent tenir leurs promesses. skipass.com, Escalade outdoor : une histoire derrière chaque spit
  • “La conception du mur était un défi car nous nous efforcions de trouver le bon équilibre entre l’apparence et la fonctionnalité - l’objectif était de créer une apparence qui corresponde à l’architecture impressionnante du bâtiment tout en concevant une topologie de mur qui offre une expérience d’escalade unique a expliqué à Designboom Vasil Sharlanov, actuel directeur des ventes de Walltopia. Le mur d’escalade est ensuite divisé en quatre longueurs, environ tous les 20 m. Chaque longueur correspond à un niveau d’escalade différent, plus le grimpeur monte, plus il est difficile de grimper.” Le HuffPost, À Copenhague, le plus haut mur d'escalade au monde se dévoile | Le HuffPost
  • Le rapport avec l’escalade ? En se déplaçant vers les sites naturels, mais aussi en consommant du matériel dont la fabrication demande de l’énergie, les grimpeurs émettent, et contribuent donc à leur mesure au réchauffement climatique. À ce niveau, les modalités d’action premières pour rectifier le tir sont donc simples mais contraignantes. Elles consistent à faire moins de trajets ou à utiliser des moyens de transports non émetteurs (vélo, train…) et à diminuer la consommation de matériel. On peut aussi imaginer, et c’est source d’espoir, que de telles actions seraient pour ainsi dire contagieuses, ce qui aiderait à faire évoluer la norme sociale. Une sorte de propagation de l’effort environnemental de proche en proche jusqu’à se généraliser dans la population ; nous y reviendrons dans un prochain Lundi Vert. Grimper.com : l'actualité de l'escalade, tests matériel d'escalade, salles d'escalade, Lundi Vert #11 – Crise environnementale: l’escalade au cœur du problème
  • A partir de ce lundi 6 juillet, la ville de Mont-de-Marsan installera un rocher mobile d’escalade place Saint-Roch et ce jusqu’au 18 juillet. La première activité d’une série d’animations qui devrait durer jusqu’à Noël. SudOuest.fr, Mont-de-Marsan : un mur d’escalade mobile en ville, dès lundi 6 juillet
  • Le département l'a annoncé ce jeudi, Troyes sera doté en 2023 d'un complexe international multisport et d'escalade (CIME) de 5000m2, le plus important de France. Le projet s'inscrit dans le cadre de la campagne de candidature du département pour la préparation des jeux olympiques 2024.    France 3 Grand Est, Troyes : un complexe d'escalade de niveau mondial en 2023

Images d'illustration du mot « escalade »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « escalade »

Langue Traduction
Anglais climbing
Espagnol alpinismo
Italien arrampicata
Allemand klettern
Chinois 攀登
Arabe التسلق
Portugais escalada
Russe альпинизм
Japonais クライミング
Basque eskalada
Corse arrampicata
Source : Google Translate API

Synonymes de « escalade »

Source : synonymes de escalade sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « escalade »

Partager