La langue française

Assaut

Sommaire

  • Définitions du mot assaut
  • Étymologie de « assaut »
  • Phonétique de « assaut »
  • Évolution historique de l’usage du mot « assaut »
  • Citations contenant le mot « assaut »
  • Images d'illustration du mot « assaut »
  • Traductions du mot « assaut »
  • Synonymes de « assaut »
  • Antonymes de « assaut »

Définitions du mot assaut

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSAUT, subst. masc.

A.− Attaque vive et soudaine, coup de main offensif.
1. MILIT. [L'obj. désigne une place de guerre, une ville fortifiée, tout lieu dans lequel l'ennemi est assiégé] Opération finale d'un siège, qui consiste à entrer de vive force dans la position ennemie :
1. Une caserne des suisses était à deux pas; la compagnie avait reçu ordre de se tenir sous les armes dès le matin; investissement, escalade, assaut, tout se fit dans les règles. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2,1842, p. 342.
SYNT. a) Assaut final, général, manqué, victorieux; les assauts allemands; effroyable, furieux, rude, suprême assaut; l'assaut de la barricade, du fort, du palais, du village; char, avion d'assaut; colonne, compagnies, troupes d'assaut; jour, signal de l'assaut. b) Prendre d'assaut; donner l'assaut général; faire sonner l'assaut; lancer assaut sur assaut; marcher, monter, s'élancer, se précipiter, revenir, succomber à l'assaut; résister aux assauts; briser, repousser les assauts de l'ennemi.
P. ext., ESCR. Assaut d'armes. Combat au fleuret moucheté; p. ext. assaut de boxe, de lutte. Pistolet d'assaut. ,,Pistolet muni d'un bouclier et servant dans les salles d'armes`` (Leloir 1961). Jeu de l'assaut. Jeu dérivé du jeu de dames.
P. métaph. L'assaut des créanciers, des huissiers, des importuns.
2. [En parlant des éléments naturels, cosmiques] L'assaut de la mer, de la tempête, des vents; le dernier assaut de l'hiver.
Rare. [En parlant d'animaux redoutables] :
2. ... les groins fouillaient furieusement au milieu des racines, mordaient au cœur de la plante et la tranchaient. Les têtes feuillues s'agitaient un instant puis s'abattaient à droite, à gauche, et un énorme trou se creusait dans le champ avec une rapidité extraordinaire. L'assaut massif renversait tout. J'avais suivi les bêtes à distance, mais je demeurais impuissant. Je n'avais pas d'arme. Même armé, devant ce troupeau de monstres qu'aurais-je pesé? Je me tenais à cinquante pas en arrière, prêt à fuir. Malgré le vent qui portait de leur côté, les sangliers avaient l'air d'ignorer ma présence. Pourtant, plus ils s'enfonçaient dans le champ, plus leur agitation devenait sensible. Une mystérieuse frénésie animale les avait peu à peu saisis, et ils s'ébattaient au cœur de la dévastation. Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 154.
3. P. hyperb. Irruption soudaine. L'assaut de l'herbe, du lierre, de la végétation; l'assaut du printemps, du sommeil.
P. métaph. :
3. L'obscurité se formait dans le village et montait vivement à l'assaut des forêts jusqu'au Zugsberg lui-même, et bientôt il n'y eut plus rien que les étoiles perchées sur les arbres immenses. Jouve, La Scène capitale,1935, p. 12.
[En parlant de pers.] L'assaut de la clientèle.
Loc. adv. D'assaut. Promptement :
4. Madame de Beaupréau est déjà pour vous, grâce à mes éloquentes insinuations, et vous êtes assez beau, assez spirituel, assez roué pour emporter d'assaut le cœur d'Hermine. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 1, L'Héritage mystérieux,1859, p. 416.
B.− Au fig.
1. [En parlant de difficultés, de maux] Agression. L'assaut du destin, du doute, de la douleur, du mal, de la maladie, de la mort, de la tentation; les assauts de l'agonie, de l'adversité.
2. Sollicitation vive et pressante :
5. Il sentait indistinctement que le pardon de ce prêtre était le plus grand assaut et la plus formidable attaque dont il eût encore été ébranlé; que son endurcissement serait définitif s'il résistait à cette clémence; que, s'il cédait, il faudrait renoncer à cette haine dont les actions des autres hommes avaient rempli son âme pendant tant d'années, et qui lui plaisait;... Hugo, Les Misérables,t. 1,1862, p. 139.
Rem. Le compl. introd. par de marque l'obj. de l'assaut : l'assaut d'une personne, d'un cœur, d'une âme; ou bien le suj. : l'assaut des prétendants.
C.− Loc. fig. Faire assaut de. Lutter à qui sera le meilleur, à qui ira le plus loin. Synon. surenchère, escalade :
6. ... je doute qu'il pensât à établir un cours d'histoire sur des théâtres où l'on voit Charles XII et Pierre-Le-Grand faire assaut de politesse et de générosité le jour de la bataille de Pultawa, et se sauver mutuellement la vie comme deux frères d'armes de l'armée du roi Artus; ... Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 5,1814, p. 276.
Littér. Un homme d'assaut. Qui est plein de vivacité d'esprit :
7. Il y aurait, si on le voulait, à considérer en M. Veuillot, non pas seulement le journaliste de verve et d'assaut (...) mais l'homme des longues tactiques, le stratégiste qui a pu se tromper à son point de vue (...) mais qui avait un plan suivi. Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 1,1863-69, p. 65.
SYNT. Faire assaut d'astuce, d'élégance, d'éloquence, de galanterie, d'impertinence; faire assaut de compliments; faire des assauts d'esprit.
PRONONC. − 1. Forme phon. : [aso]. Les dict. hist. précisent que la 2esyllabe est longue. Littré et DG signalent que ,,le t se lie au sing., l's au plur.``. Enq. : /aso/. 2. Homon. : asseau (cf. s.v. asse), asso (plur. assos).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1100 « action d'assaillir, d'attaquer brusquement » (Roland, 2142 ds Gdf. Compl. : Encui rendrunt a paiens cest asalt); 2. 1262-68 au fig. (Brunet Latin, Trésor, éd. Chabaille, 308 ds T.-L. : ele [chasteé] ne redoute ja mais aucun assaut de temptation); ca 1462 amoureulx assaulx (Cent Nouvelles Nouvelles, XVII ds Dict. hist. Ac. fr. : Monseigneur qui ne jeusnoit pour de l'amoureux mestier [...] luy va faire ung grant prologue des amoureulx assaulx qui incessament amours pour elle lui envoye); 3. 1680 escr. (Rich. : Assaut. Terme de maître d'armes. Combat de deux personnes à coup de fleuret). Du lat. pop. *assaltus, réfection du lat. class. assultus « assaut attaque » d'apr. saltus (saut*) (Virgile, Énéide, 5, 442 ds TLL s.v., 913, 61).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 433. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 380, b) 2 135; xxes. : a) 2 360, b) 2 352.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bél. 1957. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Canada 1930. − Dul. 1968. − Dupin-Lab. 1846. − Esn. 1966. − Gautrat 1970. − Lacr. 1963. − Leloir 1961. − Noter-Léc. 1912. − Piéron 1963. − Pierreh. Suppl. 1926. − Sandry-Carr. Cycl. 1963.

Wiktionnaire

Nom commun

assaut \a.so\ masculin

  1. Attaque, action d’assaillir.
    • Quant à la ville […], elle garde encore les traces du terrible assaut de Skobeleff en 1880, murailles démantelées, bastions en ruines… — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VIII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • A Clervaux, les Allemands relancèrent l’assaut contre le château. Finalement les obus à charge creuse eurent raison des épaisses murailles, et des incendies éclatèrent. — (Peter Elstob, Bastogne : la bataille des Ardennes, traduit par André Comhaire, Verviers : Gérard & cie (collecion Marabout), 1970, page 50)
    1. Irruption soudaine, attaque.
      • Les assauts de la tempête.
      • Ce malade éprouvera encore quelques assauts de son mal.
      • Sa fortune a essuyé un rude assaut.
  2. Sollicitation vive et pressante.
    • Tous les passants que je rencontrais portaient la main à leur chapeau de feutre et m'honoraient d'un salut respectueux; ceux que je croisais pour la dixième fois me saluaient une dixième fois, et j'avais fort à faire pour tenir tête à un pareil assaut de politesses. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 49)
    • Des bataillons de VRP lancés dans tout le pays à l’assaut des bars-tabacs, des tabacs-presse, des civettes repérables de loin grâce à leur célèbre carotte rouge. — (Marc Lomazzi, Comment la mafia du tabac nous manipule: Des cadres repentis brisent l'omerta, éd. Flammarion, 2015, chap. 10)
    • J’ai soutenu plusieurs assauts pour cette affaire.
    • On m’a livré plusieurs assauts pour m’obliger à cela.
    • Résister aux assauts des passions, de la tentation.
  3. (Escrime) Simulacre de duel où l’on ne se bat qu’avec des armes (fleurets ou épées) mouchetées.
    • Il y aura un assaut public dans la salle de ce maître d’armes.
    • Faire assaut avec le prévôt d’une salle d’armes.
    • Un assaut d’armes. On dit aussi
    • Assaut de sabre, de boxe, etc.
  4. (Figuré) Faire assaut de : lutter à qui l’emportera.
    • Faire assaut de luxe, de toilette, d’éloquence, de savoir, d’esprit, de flatteries, etc.
  5. (Savate) Simulacre de combat, particulièrement pratiqué dans les catégories jeunes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSAUT (a-sô ; le t se lie ; un assaut impétueux, dites : un a-sô-t impétueux ; au plur. l's se lie : des a-sô-z impétueux) s. m.
  • 1Attaque de vive force sur une ville, un poste, etc. Monter à l'assaut. Donner l'assaut à une ville. Livrer à une place un assaut furieux. Un assaut général. Emporter d'assaut. Repousser les assauts. Condé fut pris d'assaut la nuit de samedi à dimanche, Sévigné, 269. Les glorieux assauts de plus de cent murailles, Corneille, Nicom. III, 6.
  • 2 Fig. Les assauts de la tempête. Être en butte aux assauts de l'adversité. Ce n'est qu'en ces assauts qu'éclate la vertu, Corneille, Poly. I, 3. Tous les assauts que sa rigueur me livre, Corneille, Pomp. III, 5. Saint Jérôme soutient des assauts terribles, il combat corps à corps avec ses passions, Chateaubriand, Génie, II, III, 8. Leurs complots… Ont, d'un commun assaut, mon repos offensé, Malherbe, I, 2.

    Emporter la place d'assaut, réussir promptement ou brusquement, grâce à l'adresse ou à l'insistance qu'on met.

  • 3Sollicitation vive et pressante. Il sera difficile que le ministre résiste à tant d'assauts. Quel courage endurci Soutiendrait les assauts qu'on lui prépare ici ? Racine, Iphig. IV, 1. Mille assauts qu'on livre à son innocence, Massillon, Thom.
  • 4 Terme d'escrime. Exercice au fleuret. Après trois mois de leçons, je tirais encore à la muraille, hors d'état de faire assaut, Rousseau, Conf. v.

    Fig. Faire assaut, lutter à qui fera le plus ou le mieux une chose. Ils semblaient faire assaut de lamentations. Faire assaut de bassesses. Les citoyens faisaient assaut de zèle. Dans cet assaut de passions avides. Les beautés faisaient assaut de grâces et d'attraits, Hamilton, Gramm. 7. S'il vous plaît derechef que je rentre en l'assaut, Régnier, Élég. IV. On connaît les assauts du rossignol contre la voix humaine, Buffon, de l'Ouïe.

HISTORIQUE

XIe s. Ancui [nous] rendrons à paiens cest asalt, Ch. de Rol. CLVII.

XIIe s. Qu'il ait al tierz asalt le triumphe plenier, Th. le Mart. 86.

XIIIe s. Einsi dura li assaus par cinc jors, Villehardouin, XLIX. Cil nous assaut et nuit et jor ; Li siens assaus est sanz sejor, Rutebeuf, II, 26.

XIVe s. … S'elle [la ville] est de bonne gent garnie, D'engiens et d'autre artillerie ; Car se de ce avoit deffaut, On la porroit penre d'assaut, Machaut, p. 114.

XVe s. Et envoya grans garnisons en Cambresis ; car il pensoit bien que de ce costé il auroit premierement assaut, Froissart, I, I, 80.

XVIe s. Anciennement on disoit qu'il falloit fuir un assaut de cent lieues et cercher une bataille de cent, Lanoue, 253. Il lui envoia Frontenac sçavoir s'il estoit assez bien gueri pour faire un assaut, veu qu'il aimoit tant les duels, D'Aubigné, Vie, LVI. L'assaut general fut donné par quatre endroits et emporté, D'Aubigné, Hist. I, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ASSAUT, s. m. dans l’Art de la guerre, c’est l’attaque d’un camp, d’une place forte, d’un poste, dans le dessein de l’emporter ou d’en devenir le maître. V. Attaque, Forteresse, &c.

Un assaut est proprement une attaque générale & furieuse, dans laquelle les assaillans ne se couvrent d’aucun ouvrage. On dit donner, ordonner, soûtenir, repousser un assaut, emporter d’assaut, &c.

Le feu des batteries cesse pendant l’assaut ; & lorsque les deux partis sont dans la mêlée, on ne fait point usage du canon de part ni d’autre ; on s’exposeroit par-là à détruire ses propres troupes.

Un gouverneur est obligé de soûtenir trois assauts avant que de rendre une place. Il est difficile d’empêcher le pillage des villes que l’on emporte d’assaut. Les enfans perdus montent les premiers à l’assaut. Voyez Enfans perdus.

Il y a peu de places à présent qui soûtiennent un assaut ; M. de Feuquieres n’en compte que trois de son tems. Le premier a été celui de Neuhausel en 1683, soûtenu par un bacha Turc : cette ville fut emportée, ainsi que la plûpart des autres doivent l’être, parce que la colonne d’infanterie qui attaquoit, marchoit à la breche sur plus de rangs que celle de l’infanterie qui défendoit la place. La seconde place emportée d’assaut est Bude, & le bacha qui commandoit fut tué dans l’attaque : il y avoit encore quelques ouvrages flanquans, dont les feux n’avoient pas été entierement détruits par l’artillerie des assiégeans. Le troisieme assaut a été au château de Namur, défendu par M. de Boufflers, qui ne fut pas emporté, par la raison que la colonne d’infanterie qui attaqua la breche partoit de trop loin & à découvert. Ajoûtez qu’il est presqu’impossible d’emporter une place d’assaut, quand la breche peut être défendue par le feu des ouvrages qui ne sont pas encore détruits. En effet, pour être forcée, elle ne devroit être défendue par d’autres feux que ceux qu’elle peut opposer de front, ou par la breche même. Feuq. Mém.

Cette grande opiniâtreté dans la défense des places, jusqu’à la derniere extrémité, ne se trouve plus que chez les Turcs, auxquels un article essentiel de leur religion défend de rendre par capitulation aux Chrétiens une place où ils ont eu une mosquée, quoique dans ces derniers tems ils ayent en quelques occasions manqué à ce point de leur loi. Voyez le même endroit cité. En 1747 les François ont pris d’assaut la célebre place de Berg-op-zoom. (Q)

Assaut, s. m. (Escrime.) est un exercice qui s’exécute avec des fleurets, & qui représente un véritable combat.

Il y a deux façons de faire assaut, qu’on appelle jeun ; & ces jeuns ont des noms différens, suivant la position des épées de ceux qui s’escriment. V. Jeun.

Avant de commencer un assaut, on fait le salut. Voyez Salut ; & aussi-tôt que les escrimeurs ont mis le chapeau sur la tête, le signal du combat est donné, & ils peuvent s’attaquer réciproquement.

L’adresse d’un escrimeur consiste à savoir prendre le défaut des mouvemens de son ennemi. Voyez Défaut. Ces mouvemens se terminent toûjours à parer & à pousser. Il n’y a absolument que cinq façons de les terminer tous ; car toutes les estocades qui se peuvent porter sont nécessairement, ou dans les armes, ou hors les armes, sur les armes, sous les armes, ou en flanconnade ; d’où il suit qu’il ne peut y avoir que cinq façons de parer, qui sont la quarte, la tierce, la quarte-basse, la seconde, & la flanconnade.

On n’est pas toûjours prêt à prendre le défaut du premier mouvement que fait l’ennemi, parce qu’on ne sait pas ce qu’il va faire : mais ce premier mouvement vous avertit de la nature du second, qui sera nécessairement le contraire du premier.

Exemple. Lorsqu’un escrimeur a levé le bras pour frapper l’épée de son ennemi ou pour tout autre dessein, le mouvement qui suit est de le baisser, non seulement parce que ce mouvement de baisser est naturel, mais parce qu’il est à présumer qu’il se pressera de venir au secours de la partie du corps qui se trouve alors découverte. De cet exemple, on peut tirer cette maxime générale, que toutes les fois qu’un escrimeur fait un mouvement, il lui en fera sur le champ succéder un contraire ; d’où il suit que le premier mouvement vous avertit pour prendre le défaut du second. Voyez Défaut.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « assaut »

(XIe siècle)[1] Du latin assultus (« assaut ») devenu *assaltus en latin populaire ; voir saut, sursaut, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. aissau ; provenç. assalh, assaut ; catal. assalt ; espagn. asalto ; ital. assalto ; du bas-lat. assalire, assaillir (voy. ce mot). Dans l'ancien français, au nominatif singulier, asals, asaus ; au régime, asalt, asaut.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « assaut »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assaut aso

Évolution historique de l’usage du mot « assaut »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assaut »

  • Toute littérature est assaut contre la frontière. De Franz Kafka / Journal
  • On trouve des mots quand on monte à l’assaut ! De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • C’est avant l’aube partir à l’assaut de l’insomnie du monde. De André Velter
  • Le soldat doit avoir assaut de lévrier, fuite de loup, défense de sanglier. De Adrien de Montluc / Les Illustres proverbes historiques
  • Une tombe est toujours la plus sûre forteresse contre les assauts du destin. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Où que nous portions le regard, les enfants sont des proies, exposées aux pires assauts. De Hillary Clinton / Campagne électorale 2000
  • Seul l'arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c'est dans cette lutte que ses racines, mises à l'épreuve, se fortifient. De Sénèque
  • 18 armes, parmi lesquelles 11 pistolets automatiques, sept fusils, dont six fusils d'assaut, de type Kalachnikov notamment… Les enquêteurs n'étaient pas exactement à la recherche d'un tel inventaire d'armes, au cours de leur enquête. Leurs investigations portaient sur un règlement de comptes déjoué à Marseille et ont abouti à la découverte d'un véritable arsenal de guerre et à la mise en examen de cinq personnes, dont un « acteur éminent du narco-banditisme marseillais », a-t-on appris ce vendredi de source judiciaire et policière. leparisien.fr, Marseille : pistolets, fusils d’assaut… un arsenal découvert lors d’une enquête sur un règlement de comptes - Le Parisien
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/lor-a-lassaut-de-son-record-historique-le-conseil-bourse-du-jour-1373827 Capital.fr, L’or à l’assaut de son record historique ? Le conseil Bourse du jour - Capital.fr

Images d'illustration du mot « assaut »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assaut »

Langue Traduction
Anglais assault
Espagnol asalto
Italien assalto
Allemand angriff
Chinois 突击
Arabe الاعتداءات
Portugais assalto
Russe нападение
Japonais 暴行
Basque eraso
Corse assaltu
Source : Google Translate API

Synonymes de « assaut »

Source : synonymes de assaut sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assaut »

Partager