Équipage : définition de équipage


Équipage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉQUIPAGE, subst. masc.

A.− Vx ou vieilli
1. Ensemble des vêtements et accessoires adaptés à une profession ou une activité donnée. Être en complet équipage de guerre. Synon. tenue.Je veux vous apparaître dans mon équipage de pèlerin (Courier, Lettres Fr. et It.,1811, p. 848).Les deux réfugiés sortirent en complet équipage de chasse, portant leurs oiseaux sur le poing (Thierry, Récits mérov.,t. 2, 1840, p. 106).
[Gén. dans un cont. iron.] Vêtement et accessoires constituant un costume. Quasi-synon. tenue, accoutrement.Je couvris mon front chauve d'un chapeau à plumet; et, dans ce burlesque équipage, je me fis conduire au palais de... (Jouy, Hermite,t. 2, 1812, p. 208).Vercingétorix était nu. Il avait pour tout équipage un bouclier, pendu à son dos (Romains, Copains,1913, p. 258):
1. ... une paire de babouches du Levant fleuries et surdorées; des gants lâches et poudreux de cardinal ancien; enfin un mouchoir de soie d'Arménie, tout humide d'éternuements de priseur, complétait le bizarre équipage de mon hôte. Milosz, Amour. initiation,1910, p. 30.
2. Ensemble de ce qui est nécessaire à certaines activités.
a) VÉN. Ensemble englobant le maître, les veneurs, le personnel, les animaux et le matériel, voitures incluses, nécessaires pour une partie de chasse (d'apr. Duchartre, 1973). Ogier, marquis d'Hautecœur (...) pourvu de la charge de capitaine général de la vénerie et de l'équipage du sanglier (Zola, Rêve,1888, p. 151).Les châtelains bourgeois (...) hésitaient à monter de petits équipages à courre le lièvre et regrettaient de n'être point anglais (Nizan, Conspir.,1938, p. 134).L'équipage de la vénerie lance un cerf dans la forêt de Fontainebleau (La Hêtraie, Chasse, vén., fauconn.,1945, p. 139).
b) Dans le domaine milit.,au plur. Ensemble du matériel et des voitures nécessaires à une armée en campagne. Synon. bagages, équipement.Les équipages du siège doivent comprendre des canons longs et des canons courts (Alvin, Artill., Matér.,1908, p. 15).Tout un régiment du train liquidait ses équipages, chevaux, voitures, harnais, farines (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 424).Loc. Train* des équipages.
c) TECHNOLOGIE
Ensembles des machines et outils nécessaires à certaines activités industrielles ou artisanales (d'apr. Chesn., 1857). Synon. équipement, matériel.Dans l'ensemble de l'équipage de sonde, nous distinguerons sous le nom d'engin extérieur, tout ce qui se trouve au dessus du sol (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p. 85).
Pièce ou ensemble de pièces faisant partie d'un dispositif mécanique, d'une machine ou d'un instrument. Dans le dispositif avec engrenage, on interpose entre les deux arbres un équipage tournant autour de l'un d'eux et composé d'une première roue engrenant avec la roue de cet arbre et d'une deuxième engrenant avec la première (Gorgeu, Machines-outils,1928, p. 81).
Équipage mobile. ,,Partie mobile d'un instrument de mesure; partie d'un appareil électrique qui porte les éléments mobiles de contact`` (Siz. 1968). Ce galvanomètre, (...) comporte à la fois l'équipage mobile à miroir et ses aimants (Catal. instrum. lab. [Prolabo], 1932, p. 95).
3. Voiture de maître avec son attelage et le personnel de service. Équipage rapide, brillant, élégant; aller en bel équipage. Un brillant équipage aux chevaux gris pommelés, couverts d'écume(Balzac, Annette,t. 1, 1824, p. 71).Les équipages aux cochers étincelant de chamarrures (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 1).Aux équipages, aux fiacres, aux omnibus patauds, se mêlaient de meuglantes automobiles (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 30).
P. méton.
Attelage d'une voiture de maître. Partez en avant avec l'équipage de mules que je mets à votre disposition (Gautier, Fracasse,1863, p. 196).
Voiture de maître. Au fond de la remise, entre un fouillis d'objets inutilisables, on reconnaissait dans l'obscurité un équipage de forme ancienne, couvert de poussière et aux roues à moitié vermoulues (Lacretelle, Hts ponts, t. 4, 1935, p. 241).
B.− Usuel. Personnel employé à bord d'un navire, d'un avion.
1. MAR. Ensemble du personnel, à l'exception des officiers (l'état-major), nécessaire à la manœuvre et au service d'un navire civil ou militaire. Un équipage de x hommes; l'équipage d'un voilier. Parmi les gens de son équipage je vous ai dit qu'il y avait pour le moment deux bandits corses (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 416).On rappellera, (...) le cas de « La Bourgogne » perdue par abordage en 1898 en engloutissant 104 hommes d'équipage et 424 passagers (Benoist, Pettier, Transp. mar.,1961, p. 98):
2. Le Cydnus (...) était déjà au large. C'est le seul moyen qu'on ait trouvé jusqu'ici pour avoir l'équipage au complet au moment du départ, sans être obligé de faire battre tous les bouges de Saint-Nazaire par les gendarmes. A. Daudet, Jack,t. 2, 1876, p. 108.
Maître d'équipage. ,,Chef immédiat de l'équipage et le premier sous-officier à bord`` (Bach.-Dez. 1882). Le sifflet aigu et cadencé du maître d'équipage qui commande la manœuvre (Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 37).
[Suivi d'un compl. désignant le type de personnel] Équipage de rameurs, de boucaniers, de bandits. Les ports naturels voyaient partir jadis, chaque automne, des équipages de hardis pêcheurs à la poursuite des baleines (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. de Fr.,1908, p. 375).
2. P. anal.
a) Ensemble du personnel nécessaire à la manœuvre et au service d'un avion civil ou militaire. L'équipage de notre avion ne connaissant ni la route, ni les signaux, ce seraient des appareils russes qui devraient nous transporter (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 59).
Chef d'équipage. Officier commandant l'équipage d'un avion militaire. Magnin exposa la mission aux chefs d'équipage qui la transmettraient quand les avions seraient en vol (Malraux, Espoir,1937, p. 813).
b) Ensemble du personnel nécessaire à la manœuvre et au service d'un engin blindé. Chaque équipage est formé d'un chef de char qui n'a jamais tiré le canon et d'un conducteur qui n'a pas fait quatre heures de conduite (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 32).
Prononc. et Orth. : [ekipa:ʒ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1455 ecupage « ensemble de ceux qui assurent la manœuvre et le service sur un navire » (Débat des hérauts de France et d'Angleterre, éd. L. Pannier et P. Meyer, 78); 2. 1540 équipage « ensemble du matériel nécessaire pour certaines activités (guerre, chasse, etc.) » (N. Herberay des Essarts, Premier livre d'Amadis, éd. H. Vaganay, p. 87); 3. 1611 « l'habit et la toilette » (Malherbe, Œuvres, éd. L. Lalanne, t. 2, p. 253). Dér. du rad. de équiper*; suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 1 409. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 940, b) 2 611; xxes. : a) 1 130, b) 1 403. Bbg. Connaissons mieux notre vocab. Vie Lang. 1952, pp. 154-155; 186-188. − Dalbec (L.), Fournier (C.), Rivard (M.). Terminol. des aéroports. Banque Mots. 1973, no5, p. 80. − La Landelle (G. de). Le Lang. Les marins. Paris, 1859, p. 409. − Lew. 1960, p. 102. − Perrot (G.). Vocab. milit. Banque Mots. 1972, no4, p. 209. − Quem. DDL t. 2. − Spitzer (L.). Frz. habiller... Z. fr. Spr. Lit. 1919, t. 45, p. 373.

Équipage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

équipage \e.ki.paʒ\ masculin

  1. (Marine) Réunion de ceux qui montent un navire pour en faire le service et la manœuvre.
    • Jean Donnard allait répondre, quand les sept marins et le mousse, qui formaient le reste de son équipage, apparurent sur la cale, portant leurs capotes de toile cirée et leurs paniers d’osier. — (Octave Mirbeau, Les Eaux muettes dans Lettres de ma chaumière, A. Laurent, 1886)
    • Le temps était calme et le navire dériva vers l’Équateur, sans que l’équipage se souciât de son sort. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 419 de l’éd. de 1921)
    • Le sacro-saint règlement et l’esprit de corps furent ainsi respectés, mais Blosseville et son équipage ne revinrent jamais. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • À la fin du XIXe siècle, c'est toute une population qui vit du hareng à Boulogne-sur-Mer : outre les équipages de la centaine de harenguiers, il y a les saleurs, les fileuses, les tonneliers qui concourent à cet âge d’or. — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, p. 30-31)
  2. Personnel à bord d’un aéronef, ou d’un engin spatial, chargé de son fonctionnement et, le cas échéant, de la sécurité et du confort des passagers.
  3. Toutes les choses nécessaires pour certaines entreprises ou opérations, pour divers exercices.
    • Ceux des montagnards qui obéirent à l’appel du chef austrasien vinrent au rendez-vous, les uns à pied, les autres à cheval, avec leur armement habituel, c’est-à-dire, en équipage de chasse, l’épieu à la main et la trompe ou le cornet en bandoulière. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • La Perse ne manque pas d’habiles ouvriers pour les armes, et particulièrement pour les arcs, les flèches, et autres choses semblables qui servent en ces pays-là à l’équipage de guerre. — (Jean-Baptiste Tavernier, Voyages en Perse (1679), Club des Libraires de France, 1964, p. 255)
    • (Par analogie)La disposition à engrenages planétaires comporte un pignon central monté directement sur l'arbre du moteur, un équipage de satellites et une couronne fixe dans laquelle les satellites engrènent en tournant sur eux-mêmes. — (La Technique moderne, H. Dunod & E. Pinat, 1936, vol.28, p.481)
  4. (Vieilli) Voiture hippomobile ou plus rarement automobile, de luxe ou de commodité d’un particulier.
    • Le trot des équipages, dont les ténèbres éteignaient les couleurs vives, s’élevait, semblable à des voix lointaines de feuilles et d’eaux courantes.' — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Quand il remontait tous les soirs l’avenue des Champs-Élysées, il considérait la foule houleuse des promeneurs et le flot roulant des équipages à la façon d’un voyageur dépaysé qui traverserait des contrées lointaines. — (Guy de Maupassant , En famille, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 128.)
    • L’hôtel resplendissait et une très longue file d’équipages stationnait devant la porte où des valets de pied indiquaient le vestiaire […]. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  5. (Vieilli) Train, suite, chevaux, mulets, carrosses, valets, etc., d’un riche personnage.
    • Mais qui nous arrive ici ? Par la croix ! c’est de Bracy lui-même, et il vient à nous dans un étrange équipage. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • C’était en effet le digne juge que nous avons vu sortir d’Hermosillo en si brillant équipage. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  6. (Familier) (Ironique) Manière dont une personne est vêtue, aspect général qu’elle présente.
    • Vous voilà dans un bel équipage.
    • Un marchand passa, il la lui vendit à vil prix , et prit du marchand une robe et un bonnet long. Dans cet équipage, il côtoyait l'Euphrate, rempli de désespoir et accusant en secret la Providence, qui le persécutait toujours. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XVII. Les combats, 1748)
  7. (Construction) Les grues, gruaux, chèvres, vindas, charriots et autres machines, que des échelles, baliveaux, dosses, cordages et tout ce qui sert pour la construction et pour le transport des matériaux. Ces instruments étaient ordinairement fournis par l'entrepreneur, le maçon n'ayant à s'occuper que de menu outillage.
  8. (Chasse) L'ensemble des ressources (hommes et bêtes) organisées pour la chasse. Il est lié à un territoire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Équipage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉQUIPAGE. n. m.
T. de Marine. Réunion de ceux qui montent un bâtiment pour en faire le service et la manœuvre. L'équipage d'un navire marchand, d'un navire de guerre. Le vaisseau a péri, mais on a sauvé l'équipage. Ce vaisseau a six cents hommes d'équipage. Renforcer les équipages. Les hommes, les gens de l'équipage. Il se dit aussi de Toutes les choses nécessaires pour certaines entreprises ou opérations, pour divers exercices. Équipage de guerre. Les équipages de l'armée. Équipage de siège. Équipage de chasse. Il se dit souvent, dans un sens plus restreint, de la Voiture de luxe ou de commodité d'un particulier. Il se disait autrefois du Train, de la suite, chevaux, mulets, carrosses, valets, etc., d'un riche personnage. Les équipages du prince. Un nombreux équipage. Son équipage est parti, est arrivé. Il se dit quelquefois, familièrement et ironiquement, de la Manière dont une personne est vêtue, de l'aspect général qu'elle présente. Vous voilà dans un bel équipage.

Équipage : définition du Littré (1872-1877)

ÉQUIPAGE (é-ki-pa-j') s. m.
  • 1 Terme de marine. Ce qui sert à équiper un navire, mais réduit par l'usage à signifier uniquement le personnel de bord pour la manœuvre et le service du vaisseau. Le bâtiment a péri, mais on a sauvé l'équipage.

    Rôle où sont inscrits tous les hommes embarqués.

  • 2 Par extension, toutes les choses nécessaires pour certaines entreprises ou opérations. Équipage de chasse. Ce seigneur était grand chasseur et avait fait venir au Mans son équipage, Scarron, Rom. com. II, 17.

    En bon équipage, bien disposé, bien préparé. Tant à nous voir marcher en si bon équipage, Les plus épouvantés reprenaient de courage, Corneille, Cid, IV, 3.

    Équipage de construction, les chariots, chèvres, grues, échafauds, échelles, etc. nécessaires pour construire un édifice.

    Équipage de roulier, de conducteur, etc. l'ensemble des objets qui servent au roulier pour le transport, d'un lieu à un autre, des marchandises dont il se charge.

  • 3 Terme de mécanique. Équipage de pompe, toutes les pièces qui servent au mouvement d'une pompe.
  • 4Ensemble des machines et des outils servant à la construction des divers ouvrages qu'on fabrique dans un atelier.

    Ensemble de toutes les lames de lisses qui servent au tissage d'une étoffe.

  • 5Train, suite de chevaux, de voitures, de valets, etc. Il marche sans suite et sans équipage, Fléchier, Tur. Le vénérable pontife, Innocent XI, chassé de son siége et errant comme l'arche d'Israël de contrée en contrée dans un équipage peu convenable à sa dignité, Massillon, Panégyr. St Bernard.

    Faire l'équipage de quelqu'un, préparer ce qui est nécessaire à un militaire qui va faire campagne. Je fais présentement l'équipage de mon fils, Sévigné, 127. En attendant qu'on fît mon petit équipage, Hamilton, Gramm. 3.

    L'équipage de Jean de Paris, un équipage magnifique. Un équipage de bohême, équipage délabré.

  • 6Équipage de guerre, les fourgons, chevaux, harnais, tentes et autres appareils. Équipage de l'artillerie. Équipage des vivres. On ne concevait pas comment la tête de cette colonne [l'armée française sortant de Moscou] pourrait traîner et soutenir dans une si longue route une aussi lourde masse d'équipages, Ségur, Hist. de Napol. IX, 1.

    Équipage de pont, le matériel nécessaire pour jeter un pont militaire. L'armée avait deux équipages de pont.

  • 7Voiture de maître et ce qui en dépend. Un équipage modeste, il est vrai, mais propre et surtout fort commode, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 347. Quel est l'égarement de certains particuliers qui, riches du négoce de leur père, se moulent sur les princes pour leur garde-robe et leurs équipages ! La Bruyère, VII. Quand il vint s'établir dans son gouvernement, Il avait pour cortége un valet seulement, Et pour tout équipage une méchante rosse ; Maintenant six chevaux font rouler son carrosse, Boursault, Fables d'Ésope, II, 5. On m'assure, mais d'assez mauvaise part, qu'on vend les équipages de M. le duc de la Feuillade, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, t. I, p. 171, dans POUGENS. D'où vient que vous êtes sans équipage, vous qui faites une si grande dépense ? Hamilton, Gramm. 7.

    Avoir équipage, avoir voiture et chevaux. Mais, par exemple, n'est-ce pas une chose honteuse que vous n'ayez pas encore songé à lui faire présent d'un équipage ? Lesage, Turcaret, III, 12. La plupart des femmes sont plus sensibles à la vanité d'avoir un équipage qu'au plaisir même de s'en servir, Lesage, ib. III, 2. Deux fois elle eut équipage, Dentelles et diamants, Béranger, Frétillon. N'ayant pas encor d'équipage, Je pars à pied modestement, Béranger, Habit de cour.

    Équipage au lieu de voiture, langage révolutionnaire, dit Mme de Genlis, Mém. t. v, p. 91. Équipage implique toujours voiture et chevaux, et l'on ne dira pas : Montez dans mon équipage.

  • 8Tout ce qu'il faut pour mettre une personne en état de s'acquitter d'un certain office. Tout ce que la grandeur a de vains équipages, Malherbe, VI, 25. Elle est prête à partir sans plus grand équipage, Corneille, Nicom. II, 2. Je rirai alors tout mon soûl, quand je [Caron] les verrai dans ma nacelle, sans tout cet équipage de grandeur, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Caron. Elle n'a pas eu plus de peine que vous à faire son équipage, Sévigné, 579. En Suisse, tout particulier qui se marie est obligé d'être fourni d'un uniforme qui devient son habit de fête, d'un fusil de calibre et de tout l'équipage d'un fantassin, Rousseau, Pologne, 12.
  • 9 Familièrement. Manière dont une personne est vêtue. Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement, La Fontaine, Fabl. IV, 6. Qu'est-ce que c'est donc, mon mari, que cet équipage-là ? Molière, Bourg. gentilh. III, 3. Elle est folle de n'avoir point changé d'habit, et de venir en ce lieu-ci, avec son équipage de campagne, Molière, le Festin, I, 2. Mais vous ne dites rien de tout mon équipage [déguisement], Racine, Plaid. II, 1. J'aperçus le grand Orion encore en équipage de chasseur, Fénelon, t. XXI, p. 435. Il fut question de me présenter à la cour en équipage d'abbé, Hamilton, Gramm. 3. Dans l'équipage d'un homme qui a pris médecine, La Bruyère, XIV. Si je reste dans un équipage à faire peur, personne ne me reconnaîtra plus, Rousseau, Hél. VI, 11.

    Fig. J'ai maintenant affaire à des caprices, à des fantaisies : équipages d'esprit que toute femme apporte en naissant, Marivaux, Surpr. de l'amour, II, 5.

    Mettre en piteux équipage, gâter de toute façon. Le pis fut que l'on mit en piteux équipage Le jardin…, La Fontaine, Fabl. IV, 4.

HISTORIQUE

XVIe s. Ilz luy aiderent à mettre sus son esquipage pour faire voile, Amyot, Timol. 10. Il s'en alla en telle equippage dansant jusques au beau milieu de l'assemblée du peuple, Amyot, Pyrrh. 27. J'ay veu qu'ayans mangé à la suitte de ce chef la moitié de nos equipages, la promesse d'une bataille nous faisoit encores partager le reste, D'Aubigné, Préf. VIII. Il fallut r'envoyer querir equipage nouveau pour faire une seconde batterie, D'Aubigné, Hist. I, 298. Chaires à demis baings avec tout leur equipage, Paré, III, P. 640.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉQUIPAGE. Ajoutez :
10 Terme d'astronomie. Sorte d'oculaire. Les astronomes ne font point usage de cet oculaire, qu'on appelle équipage terrestre ; ils ne se servent que de l'équipage céleste, qui renverse les objets, et n'est composé que d'un oculaire à un ou quelquefois à deux verres, parce que le simple verre, quand il est d'un court foyer, rend les objets un peu courbes, Delambre, Abrégé d'astr. p. 19, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Équipage : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ÉQUIPAGE, s. m. (Gramm.) il se dit en plusieurs occasions de toutes les choses nécessaires pour commencer, continuer, & finir avec facilité & succès, certaines opérations, ou agréables, ou utiles, ou périlleuses, &c. Ainsi on dit, équipage de guerre. Voy. l’article suiv. Equipage de Chasse, Equipage de Pêche, &c.

Équipage de Guerre, se dit en France des différentes choses utiles à la guerre, c’est-à-dire des chevaux, des harnois, des tentes, & autres ustensiles que les officiers, tant généraux que particuliers, font porter avec eux. L’artillerie & ce qui concerne les vivres forment aussi des parties essentielles des équipages de l’armée. Les équipages de l’artillerie sont composés du canon, des mortiers, & de toutes les especes d’armes & de munitions nécessaires à leur service. Pour les vivres, ses équipages consistent en caissons ou chariots couverts pour voiturer le pain des troupes, les farines, &c.

Les équipages de guerre des officiers doivent être le moins nombreux, & le plus simple qu’il est possible. Nous avons sur ce sujet de très-bonnes ordonnances pour limiter & fixer le nombre des équipages, mais qui ne sont pas toûjours observées rigoureusement. Une trop grande quantité d’équipages est fort incommode & embarrassante dans les marches ; le nombre des chevaux & mulets augmente aussi la consommation du fourrage dans les camps ; ce qui oblige le général d’envoyer promptement fourrager au loin, au grand préjudice de sa cavalerie, & ce qui l’oblige aussi souvent à quitter un camp avantageux, parce que la disette & l’éloignement des fourrages ne lui permettent plus d’y subsister.

Les équipages de guerre se divisent en gros & en petits. Les gros comprennent les chariots & les charrettes ; & les petits, les chevaux de bât & les mulets. Lorsque le général a dessein de combattre, il débarrasse son armée des gros équipages. On les envoye avec une escorte sous le canon de quelque ville des environs ou de quelque poste fortifié. On s’en débarrasse encore dans les détachemens & dans les courses qu’on veut faire dans le pays ennemi, parce qu’ils retarderoient la marche, & qu’ils ne pourroient pas passer dans tous les chemins. On n’a donc dans ces sortes d’expéditions que les menus équipages, c’est-à-dire des mulets & des chevaux de bât. Les gros équipages, comme chariots & charrettes, sont plus commodes que les petits pour transporter beaucoup de bagages avec moins de chevaux, mais ils ont l’inconvénient de ne pas pouvoir aller dans toutes sortes de chemins. C’est pourquoi les Romains ne se servoient guere que de bêtes de charge pour porter les équipages de l’armée ; encore étoient-elles en petit nombre, parce qu’il n’y avoit que les personnes d’un rang distingué qui eussent des valets.

Dans nos armées, le général peut avoir, selon l’ordonnance du 20 Juillet 1741, tel nombre de gros équipages qu’il juge à-propos ; un lieutenant-général ne doit avoir que trente chevaux ou mulets, y compris ceux qui sont employés aux attelages de trois voitures à roues ; un maréchal de camp, vingt chevaux, y compris les attelages de deux voitures à roues ; & un brigadier, colonel ou mestre-de-camp, seize chevaux, y compris une voiture à roues seulement.

Il est défendu aux lieutenans-colonels, capitaines, & autres officiers subalternes, d’avoir aucune voiture à roues, & un plus grand nombre de chevaux de monture ou de bât, que celui pour lequel ils reçoivent du fourrage.

Les officiers, qui, à cause de leurs infirmités, ne peuvent se tenir à cheval ou en supporter la fatigue, obtiennent une permission du général pour avoir une chaise roulante. Chaque bataillon peut avoir un chariot ou une charrette pour un vivandier, qui campe avec le bataillon. Il en est de même pour un régiment de cavalerie de deux ou trois escadrons.

Les régimens de cavalerie, dragons, & infanterie, peuvent aussi avoir une charrette pour un boulanger. Il est défendu aux colonels d’avoir ces charrettes à la place des vivandiers & des boulangers, auxquels elles sont permises pour les besoins du régiment ; elles doivent être attélées de quatre bons chevaux. Voyez sur ce sujet le code militaire de Briquet, ou l’abregé qu’en a donné M. d’Hericourt dans le livre intitulé élémens de l’art militaire.

Il est du devoir du général de veiller à la conservation des équipages de son armée, parce que leur enlevement met les officiers qui les ont perdus dans de grands embarras, & qu’il leur ôte d’ailleurs la confiance qu’ils peuvent avoir au général ; attendu que cet inconvénient ne peut arriver, selon M. de Feuquiere, que par la faute du commandant, au moins les enlevemens généraux ; car il en arrive tous les jours de particuliers par la faute des valets qui s’écartent de la colonne des équipages, & dont le général ne peut être responsable.

Les équipages de guerre de Charles XII. roi de Suede, ne devoient point être fort considérables : « son lit, dit M. de Folard, qui l’avoit vû en Scanie, consistoit en deux bottes de paille, & une peau d’ours par-dessus. Il couchoit tout habillé comme le moindre de ses soldats. Le comte de la Marck ambassadeur de France, que ce prince estimoit infiniment, lui persuada de coucher dans un lit pour la premiere fois depuis la guerre ; mais quel étoit ce lit ! un seul matelas, des draps, & une couverture, sans rideaux.... Toute sa vaisselle étoit de fer battu, jusqu’à son gobelet ». Note sur Polybe, tome V. p. 484.

L’usage de la vaisselle d’argent pour les généraux n’est pas ancien dans nos armées. On prétend que le comte d’Harcourt (Henri de Lorraine mort le 25 Juillet 1666), qui commandoit les armées du tems de Louis XIII. & dans la minorité de Louis XIV. est le premier qui s’en soit servi. Suivant l’ordonnance du 8 Avril 1735, les colonels, capitaines, officiers subalternes ou volontaires, ne peuvent avoir dans leur équipage d’autre vaisselle d’argent que des cuilleres, des fourchettes, & des gobelets. M. le marquis de Sancta-Crux ayant prouvé dans ses réflexions militaires, tom. I. p. 417. & suiv. les inconvéniens des équipages trop nombreux, observe que leur excès vient de la diversité des mets, que de cette diversité naît l’intempérance, & que de l’intempérance viennent les maladies. « Les trop grands équipages, dit ce savant & illustre officier, sont des suites des soins honteux qu’on se donne pour contenter sa bouche. Peut-on sans indignation, ajoûte-t-il, entendre des généraux de certaines nations, qui ne parlent jamais que de sausses & de ragoûts, & font de leurs entretiens une conversation de cuisiniers ? Combien de fois arrive-t-il qu’un général occupe son imagination des plats qu’on doit servir sur sa table, quand il ne devroit penser qu’aux devoirs importans du service de son prince » ? (Q)

Equipage d’un Vaisseau, (Marine.) On entend par ce mot le nombre des officiers, soldats & matelots qui sont embarqués sur un vaisseau, pour son service & sa manœuvre pendant le cours de la campagne. Les vaisseaux de guerre ont un équipage bien plus fort & plus nombreux que les vaisseaux marchands : un vaisseau de 80 pieces de canon en a davantage qu’un vaisseau de 50.

L’ordonnance de la Marine, de 1689, regle le nombre d’hommes qui composent l’équipage d’un vaisseau, selon son rang. Ceux du premier rang, premier, second & troisieme ordre, ont 800, 700 & 600 hommes d’équipage.

Ceux du second rang, premier, second & troisieme ordre, ont 500, 450 & 400 hommes.

Ceux du troisieme & quatrieme rang ont 350 & 300 hommes.

Aujourd’hui les équipages sont plus forts que dans ces tems-là ; cependant en 1704, au combat de Malaga, le vaisseau le Foudroyant, de 104 canons, avoit 950 hommes d’équipage. Le vaisseau du Roi, l’Espérance, de 78 pieces de canon, armé en 1740, avoit 660 hommes d’équipage. On comprend dans l’équipage l’état-major, les officiers-mariniers, les matelots, les soldats, & les mousses.

Dans un vaisseau où il y a 8 à 900 hommes d’équipage, l’état-major est à-peu-près de 15 à 20 personnes. Les officiers-mariniers montent au moins à 100, canonniers environ 50, matelots 450, soldats 250 ; mais ceci est susceptible de beaucoup de variétés, suivant les circonstances & la destination de l’armement. (Z)

Equipage d’Attelier, (Marine.) se dit dans le port, de toutes les machines & outils qui servent pour la construction. (Z)

Equipage de Pompe, (Mar). Il se dit de toutes les pieces & garnitures qui sont nécessaires pour la mettre en état de servir. (Z)

Equipage, (Hydraul.) On dit l’équipage d’une pompe, ce qui renferme seulement les corps, les pistons, les fourches, les tringles, & les moises qui les attachent à des chassis qui sont à coulisses, & qui se peuvent glisser dans les rainures des dormans ou bâtis de charpente scellés dans les puits & citernes où on construit des pompes. (K)

Equipage : on nomme ainsi, dans le Commerce de terre, tout ce qui sert à conduire les charrettes, chariots & autres voitures par terre ; ce qui comprend les chevaux, leurs selles, traits & attelages : on le dit aussi des chevaux, mulets & autres animaux de charge des messagers & voituriers.

Les chevaux & équipages des voituriers & autres personnes qui veulent faire entrer ou sortir des marchandises en fraude des droits du roi, ou celles qui sont censées de contrebande, sont sujets à confiscation par les ordonnances du roi pour les cinq grosses fermes, aides & gabelles. Dictionn. de Commerce, de Trévoux, & Chambers.

Equipage, (Architecture.) se dit dans un attelier, tant des grues, grüans, chevres, vindas, chariots & autres machines, que des échelles, baliveaux, dosses, cordages, & tout ce qui sert pour la construction & pour le transport des matériaux. (P)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « équipage »

Étymologie de équipage - Littré

Équiper (voy. à ÉQUIPER la série des sens).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de équipage - Wiktionnaire

(1540) Composé de équiper et -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « équipage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
équipage ekipaʒ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « équipage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « équipage »

  • De l’accueil à l’entretien des installations en passant par la surveillance et la sécurité des baigneurs et des bassins avec les maîtres nageurs sauveteurs, un équipage de jeunes gens et jeunes filles affectés à des postes et missions spécialisés ; à la barre de l’équipage de l’établissement nautique, Patrick Marot, qui depuis 2006 et l’excellence du bilan estival d’alors renouvèle le même objectif à chaque saison sous la bannière Challenge Dream Team. nrpyrenees.fr, Nouveau challenge Dream Team - nrpyrenees.fr
  • Pour lutter contre cette catastrophe écologique, l'équipage de l'Ocean Voyages Institute est parti en expédition pendant 48 jours pour ramasser des déchets plastiques. Demotivateur, Un équipage a battu le record du plus grand nettoyage en mer en récupérant 103 tonnes de déchets plastiques
  • Vendredi 3 juillet, une sélection particulière s'est déroulée au Circuit International de Karting du Mans. Une vingtaine d'infirmiers, médecins urgentistes, réanimateurs... du Centre Hospitalier du Mans, tous mobilisés pendant la pandémie de Covid-19, avaient troqué leurs blouses contre une combinaison de karting, afin de décrocher une des six places au sein de l'équipage spécial engagé les 1er et 2 août à la Fun Racing Cars, au volant d'une Coccinelle. lemans.org, Fun Racing Cars: l'équipage médical de la Coccinelle Centre Hospitalie
  • Un marin seul bataillant pour battre un record établi en équipage : le défi n’est pas commun et Ian Lipinski est toujours dans le match pour le relever. Parti jeudi autour des îles britanniques, le skipper du Class40 Crédit Mutuel a viré les îles Shetland, au Nord de l’Écosse, avec une légère avance sur le temps de référence. Pour battre le record établi par Phil Sharp et ses trois équipiers, Lipinski doit boucler le parcours avant le 10 juillet à 10h35. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Class40. Tour des Iles Britanniques : Ian Lipinski, un marin solitaire plus rapide qu’un équipage ?
  • Le navire humanitaire a été le théâtre de plusieurs tentatives de suicide en Méditerranée, des bagarres ont éclaté et l’équipage a dû faire face à des menaces de violences physiques.  Valeurs actuelles, 180 migrants vont débarquer en Sicile après avoir menacé l'équipage de l'Ocean Viking | Valeurs actuelles
  • Vers 23 heures ce mardi soir, un équipage de la police municipale de Dijon est intervenu au niveau du quartier du port du Canal à Dijon. Un automobiliste, qui roulait à très vive allure, notamment au milieu de la chaussée, aurait refusé de s’arrêter et failli percuter les policiers. Après avoir abandonné son véhicule en pleine voie, avenue Jean-Jaurès, il a pris la fuite à pied, avant de se faire rattraper. Ce Dijonnais âgé de 31 ans a été interpellé rue de l’Ile, et placé en garde à vue. Ivre, il avait un taux d’alcoolémie de 1,62 gramme par litre de sang. En récidive pour une conduite sous l’emprise de l’alcool, il roulait malgré l’annulation de son permis de conduire. Placé en retenue judiciaire, car il devait effectuer une peine de dix-huit mois de prison, il a été déféré devant le parquet de Dijon, probablement en vue d’une mise à l’écrou. , Faits-divers - Justice | Ivre au volant de son véhicule, il manque de percuter un équipage de police
  • Un climat de forte tension règne à bord du bateau de l’ONG SOS Méditerranée qui porte assistance aux migrants en Méditerranée centrale. Les appels à l’aide de l’équipage restent sans réponse. La Croix, Méditerranée, l’équipage de l’Ocean Viking menacé par des rescapés
  • Pourquoi nous haïr ? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire. De Antoine de Saint-Exupéry / Terre des hommes
  • Dans une équipe de rugby, il n’y a pas de passagers, il n’y a qu’un équipage. De Pierre Villepreux

Traductions du mot « équipage »

Langue Traduction
Corse l'equipaggiu
Basque tripulazioa
Japonais クルー
Russe экипаж
Portugais equipe técnica
Arabe طاقم
Chinois 船员
Allemand besatzung
Italien equipaggio
Espagnol tripulación
Anglais crew
Source : Google Translate API

Synonymes de « équipage »

Source : synonymes de équipage sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires