La langue française

Épervier

Sommaire

  • Définitions du mot épervier
  • Étymologie de « épervier »
  • Phonétique de « épervier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « épervier »
  • Citations contenant le mot « épervier »
  • Images d'illustration du mot « épervier »
  • Traductions du mot « épervier »
  • Synonymes de « épervier »

Définitions du mot épervier

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPERVIER1, subst. masc.

Oiseau rapace diurne de petite taille au vol très rapide, qu'on peut dresser pour la chasse. Synon. tiercelet, émouchet, mouchet.Le symbolisme universel qui fait planer les éperviers dans la formidable lumière (Faure, Espr. formes,1927, p. 230).La chasse au faucon ou à l'épervier (Grousset, Croisades,1939, p. 192):
L'hyène rit, le chacal miaule, Et, traçant des cercles dans l'air, L'épervier affamé piaule, Noire virgule du ciel clair. Gautier, Émaux et camées,1852, p. 44.
P. compar. Regard, yeux d'épervier. La lumière très forte (...) détachait le profil d'épervier bonasse de Tchen (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 308).
[P. anal. de fonction] Jeu de l'épervier. Jeu collectif de plein air pour enfants. Par exemple, dans le jeu de l'épervier pratiqué dans le sud-ouest de la France, les enfants doivent passer d'une extrémité de la cour à l'autre sans se faire prendre par celui qui « fait » l'épervier et qui évolue au centre de la cour (Jeux et sp.,1968, p. 85).
Prononc. et Orth. : [epε ʀvje]. Ds Ac. 1694-1932. Les éd. de 1694-1740 indiquent la var. par métathèse : éprevier (cf. en outre éparvin). Étymol. et Hist. Cf. épervier2. Bbg. Giraud (J.), Pamart (P.), Riverain (J.). Mots ds le vent. Vie Lang. 1969, p. 589. − Hehn (V.). Kulturpflanzen und Haustiere. Berlin, 1902, p. 375. − Walt. 1885, p. 102.

ÉPERVIER2, subst. masc.

Filet de pêche conique manœuvré à la main. Pêcher à l'épervier; jeter l'épervier. M. Simpson (...) avait à la main une longue écharpe rose; il l'élevait, avec le geste d'un pêcheur qui va jeter un coup d'épervier (Zola, Curée,1872, p. 562).
Prononc. et Orth. : [epε ʀvje]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 esprever (Roland, éd. J. Bédier, 1535); ca 1135 espervier (Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 1080); 2. 1328 esprevier pêche (Ordonnance des rois de France de la 3erace, t. 2, p. 12). De l'a. b. frq. *sparwari, au sens 1, cf. l'a. h. all. sparwari (Graff t. 6, col. 363), m. néerl. sperware « id. » (Verdam); on trouve en b. lat., au vies., sparvarius (Pactus legis Salicae, éd. K. A. Eckhardt, II, 1, p. 136).
STAT. − Épervier1 et 2. Fréq. abs. littér. : 298. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 423, b) 587; xxes. : a) 445, b) 323.
BBG. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 159, 165, 181, 194.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPERVIER1, subst. masc.

Oiseau rapace diurne de petite taille au vol très rapide, qu'on peut dresser pour la chasse. Synon. tiercelet, émouchet, mouchet.Le symbolisme universel qui fait planer les éperviers dans la formidable lumière (Faure, Espr. formes,1927, p. 230).La chasse au faucon ou à l'épervier (Grousset, Croisades,1939, p. 192):
L'hyène rit, le chacal miaule, Et, traçant des cercles dans l'air, L'épervier affamé piaule, Noire virgule du ciel clair. Gautier, Émaux et camées,1852, p. 44.
P. compar. Regard, yeux d'épervier. La lumière très forte (...) détachait le profil d'épervier bonasse de Tchen (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 308).
[P. anal. de fonction] Jeu de l'épervier. Jeu collectif de plein air pour enfants. Par exemple, dans le jeu de l'épervier pratiqué dans le sud-ouest de la France, les enfants doivent passer d'une extrémité de la cour à l'autre sans se faire prendre par celui qui « fait » l'épervier et qui évolue au centre de la cour (Jeux et sp.,1968, p. 85).
Prononc. et Orth. : [epε ʀvje]. Ds Ac. 1694-1932. Les éd. de 1694-1740 indiquent la var. par métathèse : éprevier (cf. en outre éparvin). Étymol. et Hist. Cf. épervier2. Bbg. Giraud (J.), Pamart (P.), Riverain (J.). Mots ds le vent. Vie Lang. 1969, p. 589. − Hehn (V.). Kulturpflanzen und Haustiere. Berlin, 1902, p. 375. − Walt. 1885, p. 102.

ÉPERVIER2, subst. masc.

Filet de pêche conique manœuvré à la main. Pêcher à l'épervier; jeter l'épervier. M. Simpson (...) avait à la main une longue écharpe rose; il l'élevait, avec le geste d'un pêcheur qui va jeter un coup d'épervier (Zola, Curée,1872, p. 562).
Prononc. et Orth. : [epε ʀvje]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 esprever (Roland, éd. J. Bédier, 1535); ca 1135 espervier (Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 1080); 2. 1328 esprevier pêche (Ordonnance des rois de France de la 3erace, t. 2, p. 12). De l'a. b. frq. *sparwari, au sens 1, cf. l'a. h. all. sparwari (Graff t. 6, col. 363), m. néerl. sperware « id. » (Verdam); on trouve en b. lat., au vies., sparvarius (Pactus legis Salicae, éd. K. A. Eckhardt, II, 1, p. 136).
STAT. − Épervier1 et 2. Fréq. abs. littér. : 298. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 423, b) 587; xxes. : a) 445, b) 323.
BBG. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 159, 165, 181, 194.

Wiktionnaire

Nom commun 1

épervier \e.pɛʁ.vje\ masculin

  1. (Ornithologie) Espèce d’oiseau de proie, petit rapace diurne (falconiforme) de la famille des accipitridés, des régions boisées que l’on dresse pour la chasse au vol.
    • Un peu plus loin ils aperçurent un épervier immobile à la pointe d’un rocher, et la même proposition fut faite au jeune homme. Mais, cette fois, il répondit que l’épervier était un oiseau de race, dont les hommes de race avaient seuls le droit de disposer […] — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
  2. (Par extension) Oiseau de proie, d’espèce diverse.
    • Lâcher l’épervier.
  3. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Se blasonne comme le faucon. À rapprocher de aiglat, aigle, aiglette, aiglettes, aiglons, émerillon, faucon, gerfaut et vautour.
    • D’azur à la fleur de lys d’or supportant deux éperviers affrontés d’argent perchés sur chacune de ses branches, qui est de Nouaillé-Maupertuis → voir illustration « armoiries avec 2 éperviers »

Nom commun 2

épervier \e.pɛʁ.vje\ masculin

  1. Sorte de grand filet à prendre du poisson, en forme de cône évasé, lesté à sa périphérie et retenu par une ligne amarrée en son centre, et qui lancé du rivage ou d’une embarcation, capture les poissons en retombant et en se refermant sur eux.
    • Louise et Valentine s’élançant avec enfantillage sur l’épervier tout ruisselant, et s’emparant du butin avec des cris de joie. — (George Sand [Amantine Aurore Lucile Dupin, baronne Dudevant], Valentine, 1832)
    • Le rameur qui conduit un jeteur d’épervier doit, avant tout, prendre attentivement le soin d’entretenir son bateau dans un scrupuleux état de propreté […] — (Th. Deyeux, Le Vieux Pêcheur, Houdaille, 1837, page 47)
    • En filant le long des clôtures, j’aperçus le père Jacquot dans la cour en train d’étendre ses éperviers. — (Alphonse Daudet, Le Prussien de Bélisaire, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 70.)
    • Les parties de pêche au bord de la Cuisance lui plaisaient; il admirait les coups d’épervier lancés d'une main vigoureuse par Jules Vercel. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 12)
  2. (Jura) Nom vernaculaire du champignon appelé hydne imbriqué [1].
  3. (Chirurgie)(Désuet) Bandage destiné à maintenir un pansement ou un appareil appliqué sur le nez.

Adjectif

épervier \e.pɛʁ.vje\

  1. (Géographie) Relatif à La Prévière, commune française située dans le département du Maine-et-Loire ou à ses habitants.
  2. (Ornithologie) Relatif à l’épervier.
  3. (Ornithologie) Qui ressemble à l’épervier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPERVIER. n. m.
Oiseau de proie que l'on dresse pour la chasse au vol. Lâcher l'épervier. Prov. et fig., On ne saurait faire d'une buse un épervier. D'un esprit lourd, on ne peut faire un esprit vif. Il désigne en général Divers oiseaux de proie. Il se dit aussi d'une Sorte de grand filet à prendre du poisson. Pêcher à l'épervier. Jeter l'épervier. Coup d'épervier.

Littré (1872-1877)

ÉPERVIER (é-pèr-vié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des é-pèr-vié-z avides) s. m.
  • 1Oiseau de proie dont on se sert dans la fauconnerie (accipiter nisus). Lâcher l'épervier. Les personnes distinguées par leur naissance, hommes et femmes, portaient toujours un épervier sur le poing, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 238, dans POUGENS.
  • 2 Terme de pêche. Filet à prendre du poisson, ainsi dit parce qu'il prend le poisson comme l'épervier prend les oiseaux. Jeter l'épervier. Coup d'épervier.

    Nerfs de l'épervier, cordes qui servent à retenir ce filet en le lançant et à le serrer quand le poisson est pris.

  • 3 Terme de chirurgie. Bandage destiné à maintenir un appareil appliqué sur le nez.
  • 4 Fig. Usurier, homme âpre au profit, à la curée.

PROVERBES

C'est un mariage d'épervier où la femelle vaut mieux que le mâle, se dit d'un mariage où la femme est plus habile, plus agissante que le mari ; parce que, dans les éperviers, les faucons, et, en général, les oiseaux de proie, la femelle est plus grosse et plus forte que le mâle.

On ne saurait faire d'une buse un épervier, c'est-à-dire on ne saurait faire d'un sot un habile homme.

REMARQUE

On disait encore très communément, au XVIIe siècle, éprevier : L'éprevier se couvre de plumes, étendant ses ailes vers le midi, Sacy, Bible, Job, XXXIX, 26.

HISTORIQUE

XIe s. Plus est isnels qu'esprever ne aronde [hirondelle], Ch. de Rol. CXV.

XIIe s. E Richarz d'Ivecestre fu l'un des mesagiers, Qui al rei Henris ert [était] ses privez conseilliers… E al rei Loewis porta dous [deux] espreviers, Th. le mart. 53.

XIIIe s. Là veïssiez les troi si fierement aidier, Aussi come l'aloe fuit devant l'esprevier, Vont li Ture après aus [eus], nes [ne les] osent aprochier, Ch. d'Ant. VII, 83.

XIVe s. Les plus fors espreviers font leurs aires sur bas arbres, Ménagier, III, 5. Au lier et au deslier te tien saisy de l'esprevier, ib. III, 2.

XVIe s. Que l'heur des armes estoit journalier, qu'ils ne vouloient se condamner à une pareille mort, comme ils meriteroient en se rendant esparviers de bourreau, ou valets de gens en robe longue, D'Aubigné, Hist. II, 275.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épervier »

(1080, Chanson de Roland) esprevier, en ancien français esparvier, du francique *sparwāri, de sparo, moineau, et ari, aigle, probablement en raison de la prédilection de ce rapace pour la chasse aux petits oiseaux (comparer avec l’allemand Sperber et l’anglais sparrow hawk).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. esparvier ; espagn. esparabel ; ital. sparviere, sparaviere ; du germanique : ancien haut-allem. sparvari, épervier ; allem. Sperber ; rattaché au goth. sparva, moineau ; allem. Sperling ; angl. sparrow, même sens, les noms d'animaux permutant souvent de l'un à l'autre. Les étymologistes y admettent un radical spar, lancer, sanscr. sphar, se mouvoir, en grec σπαίρειν, s'agiter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « épervier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épervier epɛrvie

Évolution historique de l’usage du mot « épervier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épervier »

  • On ne saurait faire d'une buse un épervier. De Proverbe français
  • Il n’y a que le ciel qui voie le dos d’un épervier. De Proverbe mongol
  • Ne dis pas tes peines à autrui ; l'épervier et le vautour s'abattent sur le blessé qui gémit. De Proverbe arabe
  • Un épervier était coincé derrière un filet retenant la roche en bord de route, le long de la D26 entre Mégevette et Onnion. , Faits-divers - Justice | Haute-Savoie : la route fermée le temps de sauver un épervier
  • Après 7 jours et 7 nuits de transe, elle s'écria dans une curieuse expression qui attestait du déclin des croyances celtes : « Bon Dieu, mais c'est bien sûr ! » Les témoins furent d’ailleurs choqués de sa formulation. Morgane prit la parole d'une voix redevenue douce : «  Que le plus habile de vos charpentiers me construise un bateau en tout point parfait. Je le veux fait du bois d'un noyer. Que le plus adroit de vos « tresseurs » de lin me tisse un magnifique épervier dont chaque maille ait la forme d’un quartier de Lune. Que le plus expérimenté de vos capitaines me fasse don de sa personne ! » Club de Mediapart, La dame à l'épervier | Le Club de Mediapart
  • Sous les yeux effarés des baigneurs, un impressionnant rapace était en train d’emporter au loin un gros poisson, bien impuissant entre les serres de l’oiseau. Sur les réseaux sociaux, les théories vont bon train quant aux espèces auxquelles appartiennent les protagonistes. Un épervier et un thon? Un aigle et un bébé dauphin? «C’est quoi cet oiseau? Il tient un requin?», s’est notamment demandé un twitto. L-FRII, La vidéo d’un oiseau volant avec un requin dans ses griffes fait le tour du web - L-FRII
  • L'ex capitaine des éperviers, en bon africain est allé présenter les condoléances à la famille Koudagba après les obsèques. , L’Epervier Koudagba inhumé, Adebayor fait parler son cœur - Togo Breaking News

Images d'illustration du mot « épervier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « épervier »

Langue Traduction
Anglais hawk
Espagnol halcón
Italien falco
Allemand falke
Chinois
Arabe الصقر
Portugais falcão
Russe ястреб
Japonais
Basque hawk
Corse falcu
Source : Google Translate API

Synonymes de « épervier »

Source : synonymes de épervier sur lebonsynonyme.fr
Partager