La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « moineau »

Moineau

Variantes Singulier Pluriel
Masculin moineau moineaux

Définitions de « moineau »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOINEAU, subst. masc.

A. −
1. Petit passereau, au plumage généralement brun strié de noir, très répandu dans les villes et dans les campagnes. Synon. friquet, piaf (fam.), pierrot.Moineau franc ou domestique; moineau des bois; épouvantail à moineaux; pot à moineaux; volée de moineaux. Il y avait beaucoup de moineaux fringants, effrontés et querelleurs que l'on trouve partout à la campagne, à la ville, dans les palais, dans les prisons (Chateaubr.,Mém.,t.4, 1848, p.91).Le piaillement impudent des moineaux perchés dans les arbres du jardin et sur les corniches du château (A. France,Orme,1897, p.167).Des moineaux venaient manger du pain sur ses fenêtres ouvertes du côté de la rue (Guéhenno,Jean-Jacques,1952, p.285).
Loc. fig.
Vx. Brûler, tirer, user la/sa poudre aux moineaux. Se dépenser en vains efforts, se prodiguer en pure perte :
. Tu as tiré la poudre aux moineaux; semblable à ce royal chasseur que l'on voit collé aux boutiques des vitriers, il ne te reste dans les mains qu'une mauviette désarmée de plumes, tandis que tu comptais sur la riche dépouille de l'ours. Mussetds Le Temps,1831, p.97.
Manger comme, moins qu'un moineau. Manger très peu. On peut dire qu'à peine elle faisait oeuvre de nature. Elle mangeait moins qu'un moineau. Elle dormait peu, vers le matin (Michelet,Journal,1861, p.587).
2. P. anal., fam. [Surtout à propos d'un jeune enfant] Pénis. Synon. fam. quéquette, zizi.Lorsqu'un enfant encore en robe relève inconsciemment sa jupe (...) «Veux-tu cacher ton moineau» (Chautard,Vie étrange arg.,1931, p.391).
3. Péj. Individu (peu intéressant). Synon. fam. coco, oiseau, zèbre.Un drôle de moineau. Veux-tu me dire un peu, qu'est-ce qui lui donnera la becquée, à ce moineau-là? (Goncourt,G. Lacerteux,1864, p.105).Pendant que ce moineau-là fait des farces avec les filles (Aymé,Jument,1933, p.80).
[Précédé d'un adj. dépréc. ou par antiphrase laud.] Fameux, sale moineau. Et elle conclut. − Enfin, tout pour ces vilains moineaux [les hommes] et, pour nous, une brosse, si le ventre nous démange (Zola,Pot-Bouille,1882, p.80).Vous êtes de jolis moineaux, tous les deux (Audiberti,Quoat,1946, 1ertabl., p.26).
B. − Emplois spéc.
1. CHARBON. Tête-de-moineau, tête de moineau. V. tête.
2. DÉFENSE. Tourelle basse et crénelée, construite au milieu des fossés d'une fortification. L'hôtel de l'abbé de Saint-Maur, ayant le relief d'un château fort, une grosse tour, des mâchicoulis, des meurtrières, des moineaux de fer (Hugo,N.-D. Paris,1832, p.150).
3. ICHTYOL. Moineau de mer. Synon. de plie. (Dict. xixeet xxes.).
REM. 1.
Moineauter, verbe intrans.,hapax. Chantecler [au merle:] (...) toujours, sans trêve, Moineautant jour et nuit, moineautant même en rêve, Condamné par toi-même à moineauter sans fin, Pour faire le moineau tu feras le serin (Rostand,Chantecler,1910, III, 6, p.192).
2.
Moinelle, subst. fém.,rare. Femelle du moineau. En s'envolant, ce fier moineau digne des plus nobles moinelles (...) s'était (...) heurté par mégarde à certain matou (Cladel,Ompdrailles,1879, p.98).Elles ont fui soudain, au premier mot, comme des moinelles (Suarès,Voy. Condottière,t.3, 1932, p.146).
Prononc. et Orth.: [mwano]. Att. ds Ac. dep. 1694. Au plur. des moineaux. Région. ou pop. Moigneau: Moineau fut articulé moigneau, prononciation de gamin faubourien (Hugo, Travaill. mer, 1866, p.203), (Zola, Terre, 1887, p.137); moigniau (Genevoix, Raboliot, 1925, p.128); mogneau (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p.187); moiniau (Barbusse, Feu, 1916, p.46); moinieau (Leclercq, Prov. dram., Savet. et financ., 1835, 1, p.205). Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 le moinnel; noef moinaus (Renart, éd. E. Martin, XI, 776, 848); xiiie-xives. [mss] moinel, moisnel (Marie de France, Fables, éd. K. Warnke, 83, 3, var. C [xiiies.]: moinniaus, N [id.]: moigniaus, S [xiiie-xives.]: moineax; F [xiiie-xives.]: moisnel; 83, 33, var. C: moniaus; Q [xiiies.]: moisniaus); 2. fig. péj. un joli moineau (Hautel). B. 1. Fin xves. art milit. «ouvrage de défense plat, aménagé au milieu d'une courtine, sorte de guérite roulante, dont le toit rappelle par sa forme le froc de certains moineaux [note de l'éd.]» (Philippe de Commynes, Mém., VI, 6, 3, éd. J. Calmette, t.2, p.291); 2. id. «bastion d'angle» (Id., op. cit., VI, XI, t.2, p.322). Dér. de moine* p. compar. entre le plumage de l'oiseau et le vêtement des moines; cf. l'a. fr. moinet au sens de «moineau» (ca 1280 li moinet nomin. plur. Rigomer, 15622 ds T.-L.), mais il n'y a pas d'attest. sûre au Moy. Âge de moine «moineau» malgré FEW t.6, 3, p.68a et 70b, note 21. La forme a. fr. moisnel (supra) est peut-être due à l'infl. du synon. a. fr. moisson (ca 1140 muissun, Gaimar, Estoire des Engleis, éd. A. Bell, 858; issu du b. lat. muscio, -onis, FEW, loc. cit., p.259b), v. ibid., p.70a. B est issu de A p. métaph. (cf. corbeau), cf. fin xves. le synon. moinet (Jean Molinet, Chron., I, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, t.1, p.39), lui-même issu p. métaph. de l'a. fr. moinet «moineau». Fréq. abs. littér.: 447. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)368, b) 1111; xxes.: a) 940, b) 425. Bbg. Baist (G.). Bosco, gercer, moineau. Rom. Forsch. 1903, t.15, pp.317-320; Etymologien. Rom. Forsch. 1908, t.32, pp.31-49. _ Quem. DDL t.20. _ Sain. Sources t.1 1972 [1925], p.170; t.3 1972 [1930], p.22.

moineau .« Oiseau passereau »

Wiktionnaire

Nom commun - français

moineau \mwa.no\ masculin

  1. (Ornithologie) Espèce de petit oiseau passereau, de la famille des passéridés, trapu au bec court et au plumage brunâtre et clair qui fait son nid dans les trous des murailles ou de tout bâtiment.
    • Les moineaux, ces inévitables parasites de l’homme, ont établi leur quartier-général dans les ruines du vieux château. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
    • Un moineau, à qui manquait une patte, qu’on avait remplacée par un bout d’allumette, sautillait gaiement sur l’épaule et sur la tête du vieillard. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 123)
    • En proie à une étrange surexcitation, il ne cessait de chanter :
      Ils sont dans les vignes, les moineaux !
      Ils sont dans les vignes !
      tournant autour de la table de la salle à manger sans qu’on pût l’arrêter.
      — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 118)
    • Puis, les allées et venues des moineaux au rayon des pâtes, en face de sa caisse, retiennent son attention. Les piafs se faufilent sous les comptoirs et les plus culottés s'attaquent aux paquets de cellophane sous les rayons. — (Catherine Moret-Courtel, La Caissière, Éditions Belfond, 2010)
    1. (Par extension) (Québec) (Familier) Tout oiseau commun de petite taille.
      • Cette idée de contempler, mais aussi de prendre un arrêt forcé, m’avait convaincu de ne considérer que le transit par la terre et la voie maritime, plutôt que de me laisser tenter par un vol de moineau entre les deux grandes villes. — (Jonathan Custeau, « Sous le soleil de Victoria », La Tribune, Sherbrooke, 30 septembre 2020 [lire en ligne])
  2. (Militaire) (Par métonymie) Petit ouvrage militaire construit dans les fossés d’une place forte et qui permettait aux défenseurs de tirer d’un côté, ou des deux côtés, de l’ouvrage sur les assaillants qui s’y trouvaient.
  3. (Figuré) (Péjoratif) Individu, type au comportement singulier.
    • C’est un drôle de moineau ; un vilain, un sale moineau.
    • « À ton aise de lui donner raison, mais pendant que ce moineau-là fait des farces avec les filles, les vaches en profitent pour aller se gonfler dans les luzernes. Quand il y en aura une de crevée, on verra bien si tu riras encore. » — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 67)
  4. (Badminton) (Par analogie) (Québec) (Familier) Volant.
    • Les jeux de raquettes, avec un moineau ou une balle (ou les deux à la fois fournis dans l’ensemble), ont toujours la cote. — (Paul-Robert Raymond, « Jeux extérieurs : les détaillants prêts à faire face à la folie », Le Soleil, Québec, 5 juin 2021 [lire en ligne])
  5. (Par analogie) (Familier) (Langage enfantin) Pénis, zizi.
    • On était aux petits oiseaux, hier matin, [...]. On avait même « le moineau à l'air »! Si on s'est mis carrément à nu, c'est quand même pour la bonne cause. — (« Flambants nus pour une bonne cause », La Tribune, Sherbrooke, 16 mars 2000 [lire en ligne])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOINEAU. n. m.
Passereau de plumage gris, qui est très commun. Moineau franc, à gorge noire. Les moineaux deviennent vite familiers. Fam., Effronté comme un moineau parisien. Fig., Tirer sa poudre aux moineaux, Employer pour des bagatelles son crédit, ses amis, son argent, dont on aurait pu se servir plus utilement. Fam., Un vilain moineau, Un individu méprisable.

Littré (1872-1877)

MOINEAU (moi-no) s. m.
  • 1Petit oiseau de plumage gris, qui aime à faire son nid dans des trous de muraille. Il faut à peu près vingt livres de blé par an pour nourrir une couple de moineaux, Buffon, Ois. t. VI, p. 215. Le curieux Bradley, qui cultivait avec succès la botanique, avait calculé que deux moineaux apportent par semaine à leurs petits 3360 chenilles, Bonnet, Contempl. nat. XI, 2.

    Moineau franc, moineau domestique ou pierrot.

    Fig. Tirer sa poudre aux moineaux, faire de la dépense pour venir à bout d'une chose qui n'en vaut pas la peine, ou dont on ne vient pas à bout. Vous voyez de quel air on reçoit vos joyaux ; Croyez-moi, c'est jeter votre poudre aux moineaux, Molière, École des mar. II, 9. Ma foi, vous tireriez votre poudre aux moineaux ; Il vous supplanterait, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, III, 2.

    Manger comme un moineau, manger très peu. Que je vous plains, vous qui êtes au lait, qui quittez votre ânesse pour Forges, qui mangez comme un moineau, et qui avec cela n'avez point de santé ! Voltaire, Lett. Mme de Fontaine, 23 sept. 1750, p. 117.

    Appelez-vous cela des moineaux ? se dit d'une chose considérable que d'autres veulent avilir.

    On dit dans un sens analogue : ce ne sont pas moineaux. Le gibier du lion, ce ne sont pas moineaux, La Fontaine, Fabl. II, 19.

    Pot à moineau, voy. POT.

    Voilà une belle maison, s'il y avait des pots à moineaux, se dit pour se moquer d'une maison de campagne.

    Fig. C'est un vilain moineau, et, ironiquement, un joli moineau, c'est un homme laid, désagréable, méchant.

  • 2 Par plaisanterie et en jouant sur le mot. Petit moine. Nous sommes ici tous obsédés de moines et moineaux de tout plumage, Patin, Nouv. lett. t. I, p. 50, dans POUGENS.
  • 3Moineau de neige, sorte d'oiseau qui se trouve dans les Alpes.

    Moineau de mer, oiseau qu'on appelle à Terre-Neuve oiseau des glaces.

  • 4 Terme de fortification. Bastion plat bâti au milieu d'une courtine lorsqu'elle est trop longue et que les deux bastions des angles sont trop éloigné pour se défendre l'un l'autre.
  • 5Poisson du genre pleuronecte (le flet).

HISTORIQUE

XIIIe s. Comment dites vous à m'ame [à mon âme] : va en ce mont ausi comme moiniaus ? Psautier, f° 18. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé, Et l'arunde l'a esgardé ; Cum li moinet dehors esteient, Qui au blé adeser n'oseient, L'arundele les apela… Li moinel se sunt desturné… Li vileins dist ceste parole ; Et li arunde, qui fu fole, As moissuns [moineaux] l'ala tost cunter ; Si les fist en la granche entrer. Li vilainz a ses engins faiz, Les moinaus pris et à mort traiz, Marie de France, t. II, p. 349. Le moisnel qui saut et tressaut De branche en branche moult soé [doucement], Ren. 25128.

XVe s. Se moussons y gargonnent ou y font leurs nyds, c'est signe de bon air et de bonne fortune, les Évang. des quenouilles, p. 37.

XVIe s. Les jours suivans se passerent en canonades, pour raser un moineau qu'ils avoient avancé de la courtine, D'Aubigné, Hist. II, 50. Passereaux et moineaux sont de faux oiseaux, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOINEAU, Moineau franc, Passereau, Passe-Paisse, Passerat, Pierrot, Moucet, Moisson, passer domesticus, s. m. (Hist. nat. Ornithologie.) oiseau qui est très-connu ; il pese une once & un huitieme ; il a environ six pouces de longueur, depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue ; son bec est épais & long à peine d’un demi-pouce. La femelle a le bec de couleur brune, il est noir dans le mâle, excepté la racine qui a une couleur jaunâtre près les coins de la bouche ; l’iris des yeux est couleur de noisette ; les pattes sont de couleur de chair mêlée de brun, & les ongles noirs.

La tête est de couleur brune cendrée, & le menton noir ; il y a de chaque côté au-dessus des yeux deux petites taches blanches, & une bande de couleur de châtain derriere les yeux ; les plumes qui couvrent les oreilles sont cendrées ; la gorge est d’un blanc cendre. Il y a de chaque côté au-dessous des oreilles une large tache blanche ; le ventre & la poitrine sont blancs ; les plumes qui séparent le cou d’avec le dos, sont rousses du côté extérieur du tuyau, & noires du côte intérieur. Le reste du dos & le croupion, sont comme dans les grives, d’une couleur verte mêlée de brun & de cendré. La femelle n’a pas de taches blanches au cou, ni au-dessous des yeux comme le mâle ; elle en differe encore par la couleur de la tête & du cou, qui est la même que celle du croupion. En général, les couleurs de la femelle sont moins foncées que celles du mâle : on compte dans chaque aile dix-huit grandes plumes, qui ont une couleur brune, à l’exception des bords qui sont roussâtres. Il y a une bande blanche qui s’étend depuis la fausse aîle jusqu’à l’articulation suivante ; les petites plumes qui sont au-dessus de cette bande blanche, ont une couleur de châtain ; & celles qui sont au-dessous sont noires, à l’exception des bords extérieurs, dont la couleur est rousse. Toutes les plumes de la queue sont d’un brun noirâtre, & ont les bords roussâtres ; la couleur des moineaux varie ; on en voit de blancs, de jaunes, &c. Willughby, Ornith. Voyez Oiseau.

Moineau de haie, oiseau qui est le même que le moineau franc ; il n’en differe qu’en ce qu’il vit & qu’il niche dans les haies & sur les arbres. Voyez Moineau.

Moineau de jonc, passer arundinaceus minor, an cannevarola. Ald. oiseau qui est de la grosseur de la gorge rouge, ou un peu plus petit. Il reste dans les endroits plantés de joncs & de roseaux ; il a un peu plus de cinq pouces de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité de la queue, & sept pouces quatre lignes d’envergure. Le bec paroît un peu large, & il a cinq lignes de longueur depuis la pointe jusqu’aux coins de la bouche ; la piece inférieure est presque blanchâtre, & la supérieure noirâtre. Cet oiseau a l’iris des yeux de couleur de noisette, le dedans de la bouche jaune, & la langue fourchue, & divisée en filamens. Les plumes de la partie postérieure du dos sont d’un brun verdâtre ; celles de la partie antérieure ont une teinte cendrée. Le milieu de la poitrine est blanc, la gorge & le bas-ventre ont une teinte de jaune ; les côtés du corps sont d’un verd jaunâtre ; la plante des piés est de cette même couleur ; le bec & les pattes sont fort gros ; la femelle ressemble au mâle. Willughby, Ornith. Voyez Oiseau.

Moineau à la soucie, voyez Friquet.

Moineau à tête rouge, voyez Friquet.

Moineau au collier jaune, voyez Friquet.

Moineau de montagne, passer montanus, oiseau qui a cinq pouces & demi de longueur depuis la pointe du bec jusqu’à l’extrémité des ongles ; la langue est un peu fourchue ; les plumes du menton sont noires ; l’iris des yeux est de couleur de noisettes ; il y a de chaque côté auprès de l’oreille une tache noire qui est entourée de blanc ; cette couleur blanche s’étend presque jusqu’au milieu du cou, & forme un collier ; la tête est d’un brun rougeâtre ; les petites plumes extérieures du dos sont rousses, & les intérieures noires ; le croupion est brun ou d’un jaune cendré ; le ventre & la poitrine ont une couleur blanche sale ; il y a dix-huit grandes plumes dans chaque aile ; la pointe des petites plumes du second & du troisieme rang de l’aîle est blanche seulement dans celles qui suivent les huit ou dix premieres ; la queue a deux pouces de longueur ; elle est composée de douze plumes, toutes à-peu-près également longues ; le bec a un peu plus d’un demi-pouce de longueur ; il est jaune, a sa racine vers les coins de la bouche ; tout le reste est noir. Willughby, Ornith. Voyez Oiseau.

Moineau des Indes, passer indicus, macrouros rostro miniaceo, Ald. (Pl. XII. fig. 2.) oiseau qui est de la grosseur du moineau ordinaire ; il a le bec court, épais, & d’un très-beau rouge ; la tête est d’une couleur noirâtre, mêlée de verd bleuâtre ; cette couleur s’étend sur le dos. La face supérieure des aîles a aussi cette même couleur ; mais elle est mêlée de noir, de blanc, & de jaune ; les grandes plumes n’ont point de jaune ; elles sont noires, à l’exception des barbes intérieures, qui ont une couleur cendrée : la gorge, la face inférieure du cou, la poitrine & le ventre sont blancs ; la queue est double, comme dans le paon mâle, parce que cet oiseau a quatre plumes longues, étroites, & d’un fort beau noir, qui forment une très-longue queue ; ces plumes ont huit pouces trois lignes de longueur, & sont soutenues par une seconde queue beaucoup plus courte & blanchâtre ; les pattes & les piés ont des taches noires & blanches ; les ongles sont noirs, très-pointus, & crochus comme dans les oiseaux de proie. Willughby, Ornith. Voyez Oiseau.

Moineau, en terme de Fortification, est un bastion beaucoup plus petit que les autres, qu’on place quelquefois au milieu des courtines, lorsque les lignes de défense excedent la portée du fusil, & que le côté du polygone est trop petit pour construire un bastion plat. Voyez Bastion plat.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « moineau »

De moine, en référence à la couleur du plumage de cet oiseau.
(XIIe siècle) ou moisnel, moinel désignant la moisson.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Norm. moisson ; wallon, mohon ; Ardennes, mochon ; Berry, moigneau ; picard, mougneu, moigneau, moinet. L'ancien français disait aussi moine : Chassant aux moines, Du Cange, moinus. Il y a deux formes : l'une, ancien français, moissun, et les patois moisson, mohon, mohon ; l'autre moine, d'où le diminutif moinel, moineau. La première indique sans conteste, comme Diez le dit, un mot bas-latin muscio, de musca, mouche (un petit oiseau ayant été facilement dénommé d'après la mouche). De moisson on fit moissonel, d'où moisnel, qui se trouve en effet ; et c'est de là que Diez tire moineau. Mais à côté de moisson et de moisnel on trouve dans les textes très anciens d'une façon concordante moinet, moinel, moiniau, sans s, de sorte qu'il est difficile de prendre cela pour de simples fautes de copistes. On peut donc croire qu'il y a eu moine et son diminutif moinel, ainsi dit du passage biblique, passer solitarius in tecto, le passereau solitaire, moine dans le toit, Psalm. CI, lequel s'est confondu facilement avec moisnel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « moineau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moineau mwano

Citations contenant le mot « moineau »

  • La mante religieuse attrape la cigale, mais le moineau guette derrière. De Proverbe chinois
  • Un défaut de la vitre, et le moineau est un aigle sur le toit. De Jules Renard / Journal
  • Le moineau dans la main vaut mieux que la grue qui vole. De Proverbe français
  • La parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus. De Proverbe russe
  • Mieux vaut tomber de très haut que de voler comme un moineau. De Dimitri T. Analis / L’Autre Royaume
  • La notoriété est à la gloire ce que le moineau de Paris est à l'oiseau de Paradis. De Edmond Jaloux / Les Profondeurs de la mer
  • Deux moineaux sur le même épi ne sont pas longtemps unis. De Miguel de Cervantès / Les Nouvelles Exemplaires
  • On vous vend au marché cinq moineaux pour deux sous ; et Dieu, pourtant, n’oublie pas un de ces passereaux. De Saint Luc
  • Dieu c'est ce que savent les enfants, pas les adultes. Un adulte n'a pas de temps à perdre à nourrir les moineaux. De Christian Bobin / Le Très-bas
  • Astronautique. Un moineau pour explorer les lunes gelées de Saturne et de Jupiter. Le Sparrow Robot (robot-moineau, en anglais), imaginé en 2018 par le Jet Propulsion Laboratory (Nasa), prend forme. Placé dans une cage sphérique de la taille d’un ballon de football, il devrait pouvoir survoler sans peine les surfaces de glace très accidentées des deux lunes. Mais l’innovation majeure, c’est sa locomotion, assurée par de minuscules tuyères rejetant de la vapeur d’eau. Un carburant non toxique pour l’environnement. Elles pourront se ravitailler régulièrement en eau auprès de l’atterrisseur, q... Le Point, Sciences - Un moineau extraterrestre - Le Point
  • Les moineaux domestique et friquet sont les espèces les plus fréquentes. Tous deux sont petits et ne pèsent pas plus de 40 g. La calotte du moineau friquet est marron alors que celle du domestique est grise. midilibre.fr, Hérault : les moineaux, des oiseaux de moins en moins communs - midilibre.fr
  • Un nouveau chant d’oiseau se répand comme une traînée de poudre parmi les moineaux à gorge blanche du Canada, à une échelle jamais vue auparavant par les scientifiques. Laminute.info, laminute.info, toute l'actualité en France et dans le monde
  • Les choses du dehors : la bande de moineaux. France Bleu, Féroce comme un moineau !
  • J'ai acquis un couple de moineau du Japon, ils ont fait un nid et un canari dort avec eux, or ils viennent de pondre des oeufs, le canari peut-il être dangereux pour eux à ce moment là ?? Binette & Jardin, Le Moineau du Japon : qui est-il ? Comment élever cet oiseau à la maison ?

Images d'illustration du mot « moineau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « moineau »

Langue Traduction
Anglais sparrow
Espagnol gorrión
Italien passero
Allemand spatz
Chinois 麻雀
Arabe عصفور
Portugais pardal
Russe воробей
Japonais すずめ
Basque txolarre
Corse sparghjulu
Source : Google Translate API

Synonymes de « moineau »

Source : synonymes de moineau sur lebonsynonyme.fr

Moineau

Retour au sommaire ➦

Partager