Enfuir : définition de enfuir


Enfuir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENFUIR (S'), verbe pronom.

A.− [Le suj. désigne un animé] S'éloigner d'un lieu en fuyant, prendre la fuite d'un mouvement généralement rapide :
1. Au commencement d'avril, M. Le Maistre, s'étant brouillé avec le vénérable chapitre d'Annecy, s'enfuit et Jean-Jacques, pour lui rendre service, l'accompagna dans sa fuite. Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », 1948, préf., p. 56.
Emploi factitif (avec effacement du pron. réfl.) :
2. Lorsque j'y entre, je fais enfuir une bande de moineaux francs qui piaillaient en sautillant. Du Camp, Le Nil,1854, p. 218.
S'enfuir + loc. adv. exprimant la rapidité.S'enfuir au galop, au plus vite, en courant :
3. À l'entrée de la seconde pâture, l'enfant ralentit le pas, hésita, puis prenant brusquement son parti s'enfuit à toutes jambes, disparut. Bernanos, Un Crime,1935, p. 811.
Constr. prépositives
S'enfuir de.[Le compl. prép. indique le lieu que l'on quitte] :
4. Lassé de servir des ingrats, De réussir toujours sans en être plus gras, Il s'enfuit de la cour; dans un bois solitaire Il s'en va trouver son grand-père, (...). Florian, Fables,1792, p. 127.
S'enfuir dans.[Le compl. indique le lieu où l'on va] S'enfuir dans les bois :
5. ... mais il quitta brusquement la chambre, et s'enfuit dans une autre, avec autant de vitesse que si on eût lâché contre lui une bête féroce. Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France, t. 3, 1921, p. 521.
Rem. Les grammairiens jugent la phrase « ils s'en sont enfuis » au sens de « s'enfuir d'un lieu », comme peu élégante mais non incorrecte. Littré condamnait cet usage : ,,d'aucune façon on ne dira « ils s'en sont enfuis »; c'est une grosse faute``.
B.− P. anal.
1. [Le suj. désigne une chose concr. avec parfois effacement de la notion de rapidité] S'éloigner, disparaître rapidement. Le sifflet d'une locomotive s'enfuyant à travers la nuit (Barrès, Cahiers,t. 6, 1907-08, p. 120).La giboulée avait, en s'enfuyant au loin, balayé et verni les aveuglants jardins (Jammes, Géorg.,Chant 4, 1911, p. 35).
En partic.
[Le suj. désigne un fluide] S'échapper :
6. Toutes ces chaumières sont construites sur le même plan, (...) : quatre murs et un toit, une porte basse où nous manquions rarement de nous heurter la tête, et deux étroites fenêtres fermées par des volets. De cheminée, point. La fumée s'enfuit par où elle peut. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 183.
[Le suj. désigne le sol] Se dérober :
7. Elle me caressait les cheveux, la nuque, tendrement. Je ne bougeais pas. J'avais la même impression que lorsque le sable s'enfuyait sous moi, au départ d'une vague : ... Sagan, Bonjour tristesse,1956, p. 113.
Spéc., B.-A. Paraître s'éloigner par l'effet de perspective. Des terrasses chargées d'orangers s'enfuyant sans tenir à rien (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 94):
8. ... au delà de la ville, une immense plaine de velours vert frangée de haies vives, sur laquelle le soleil fait reluire les vitres des chaumières comme des sequins d'or, des arbres, des vignes, des routes qui s'enfuient; ... Hugo, Le Rhin,1842, p. 369.
2. [Le suj. désigne une chose abstr.]
a) [Une fraction du temps, ou une chose qui a une durée] Passer, s'écouler rapidement. Année, jeunesse qui s'enfuit. Voici bientôt un mois que je n'ai point travaillé à mon pauvre ouvrage. Ma vie s'enfuit comme de l'eau (Constant, Journaux,1804, p. 177).Les heures, les journées, les semaines, s'enfuyaient ainsi pleines de félicités renaissantes (Balzac, Lys,1836, p. 124).
b) Littér. [La notion de rapidité est parfois estompée] S'éloigner, disparaître. La mort s'enfuit lentement, et murmure de ce que l'on trouble son repos (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 369).[Dante] leva vers les grands cieux et roula dans l'azur Ses yeux, d'où s'enfuyait lentement l'espérance (Banville, Exilés,1874, p. 14).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. enfui, ie. Qui s'est enfui. Elle avait gardé de l'amour une expression suppliante, et un sourire qu'on aurait aimé effacer du doigt, (...), tant il survivait à des pensées enfuies (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 377). Et s'il [Don Juan] regarde quelque chose, ce ne sont pas les fantômes des amours enfuies (Camus, Sisyphe, 1942, p. 105).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃fɥi:ʀ], (je m')enfuis [ɑ ̃fɥi]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. cf. fuir. Étymol. et Hist. 1050 (La Vie de St Alexis, éd. C. Storey, 189 : Ensur[e] nuit s'en fuit de la ciptét). Dér. de fuir*; préf. en-*. Fréq. abs. littér. : 2 445. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 312, b) 4 452; xxes. : a) 3 885, b) 2 844. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 42, 53, 54, 228, 444.

Enfuir : définition du Wiktionnaire

Verbe

enfuir \ɑ̃.fɥiʁ\ pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enfuir)

  1. (Transitif) Échapper rapidement quelque part.
    • Cela n'eut d'autre effet que d'effrayer la troupe, et de la faire enfuir cinq milles plus loin dans la prairie. — (Voyage au Nouveau-Mexique, à la suite d'une expédition ordonnée par le gouvernement des États-Unis, pour reconnoître les sources des rivières Arkansas, Kansès, La Plate, et Pierre-Jaune, dans l'intérieur de la Louisiane occidentale, Zebulon-Montgomery Pike, Breton de La Martinière, Société de Géographie de Lyon, D'Hautel, 1812)
  2. (Pronominal) Fuir, s’échapper de quelque part.
    • […]; mais, quand il vit s’enfuir devant lui, en boitant, l’homme courbé et enveloppé de bandages sanglants, sa pitié l’emporta. […]. Il ne revit pas l’éclopé et il n’en aperçut même aucune trace. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 369 de l’éd. de 1921)
    • Confusion : le kaiser s'est enfui en Hollande, mais le militarisme demeure et les chefs sociaux-démocrates du nouveau régime, républicain, font alliance avec les généraux monarchistes et les corps francs à croix gammée contre les spartakistes. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, page 12)
  3. (Pronominal) (Figuré) S’écouler d’un pot, d’un vase, en parlant d’une liqueur.
    • Prenez garde, votre vin s’enfuit.
  4. (Pronominal) (Figuré) Passer, disparaître, se dissiper.
    • […], Rinaldi expliquait si gaiement comme quoi, son père le destinant à la moinaille, on l'avait enfermé en un couvent d'où il s'était enfui, un beau jour, avec la caisse de l’économe, la nièce de l’abbé et une douzaine de mots latins dans la cervelle pour tout bagage, […]. — (Adrien Paul, Les Malvivants, ou le Brigandage moderne en Italie, Paris : Librairie centrale, 1866, p. 131)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Enfuir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFUIR (S'). (Il se conjugue comme FUIR.) v. pron.
Fuir de quelque lieu. S'enfuir de la prison. Il voulait s'enfuir, on l'a arrêté. Si vous me parlez encore de cela, je m'enfuis. Il se dit figurément d'une Liqueur qui sort, qui s'écoule d'un pot, d'un vase. Prenez garde, votre vin s'enfuit.

S'ENFUIR se dit figurément de Certaines choses qui passent, disparaissent, se dissipent, etc. Le temps s'enfuit. Mon bonheur s'est enfui pour jamais. Il regrette sans cesse sa jeunesse enfuie.

Enfuir : définition du Littré (1872-1877)

ENFUIR (an-fuir), je m'enfuis, nous nous enfuyons, vous vous enfuyez, ils s'enfuient ; je m'enfuyais, nous nous enfuyions, vous vous enfuyiez ; je m'enfuis, nous nous enfuîmes ; je m'enfuiral ; je m'enfuirais ; enfuis-toi ; que je m'enfuie, que nous nous enfuyions, que vous vous enfuyiez ; que je m'enfuisse ; s'enfuyant ; enfui v. réfl.
  • 1Se retirer en toute hâte, en prenant la fuite. S'enfuir au moment du danger. S'enfuir de prison. C'est, me dit-il, notre grand et incomparable Molina, qui, par sa prudence inimitable, l'a estimée [une somme volée] à six ou sept ducats, pour lesquels il assure qu'il est permis de tuer, encore que celui qui les emporte s'enfuie, Pascal, Prov. 7. Si tôt qu'elle me voit, elle s'enfuit de moi, Racan, Bergeries, II, 4, le Satyre. Ceux qui me voyaient s'enfuyaient, Sacy, Bible, psaume XXX, 12. Et son âme en courroux s'enfuit dans les enfers, Racine, Théb. v, 3. J'ai vu des citoyens s'enfuir avec horreur, Voltaire, M. de Cés. II, 4. Et quand la nuit revient en cet affreux château, De Saphire éplorée on revoit l'ombre errante ; Elle tient dans ses mains une tête sanglante, La presse sur son sein, et l'embrasse et s'enfuit, Masson, Helv. v. Un maître fou qui, dit-on, Fit jadis mainte fredaine, Des loges de Charenton S'est enfui l'autre semaine, Béranger, Juge de Char.

    Avec ellipse du pronom personnel. Comment l'avez-vous laissé enfuir ?

    Par extension. Les rivages s'enfuyaient loin de nous, Fénelon, Tél. III.

  • 2S'évanouir, disparaître. Le temps s'enfuit. Pour toute récompense il n'obtient qu'un vain bruit, Qu'un triomphe frivole, un éclat qui s'enfuit, Voltaire, Brutus, I, 4. La coupe de mes jours s'est brisée encor pleine ; Ma vie en longs soupirs s'enfuit à chaque haleine ; Ni larmes ni regrets ne peuvent l'arrêter, Lamartine, Médit. II, 5. Qu'est-ce donc que des jours pour valoir qu'on les pleure ? Un soleil, un soleil, une heure et puis une heure ; Celle qui vient ressemble à celle qui s'enfuit, Lamartine, ib.
  • 3S'échapper d'un vase, en parlant d'une liqueur. Votre vin s'enfuit. Le lait s'enfuira bientôt.

    Par métonymie. On dit qu'un vase s'enfuit, lorsqu'il laisse échapper la liqueur qu'il contient. Ce tonneau s'enfuit. Aujourd'hui on se sert plus ordinairement de fuir.

    Fig. Ce n'est pas par là que le pot s'enfuit, ce n'est pas par là que l'affaire peut manquer.

REMARQUE

Autrefois et jusque dans le XVIIe siècle, on a considéré, dans s'enfuir, la préposition comme mobile. Vite, fuis-t'en, La Fontaine, Lunet. Ils s'en sont fuis, Bossuet, Excus. 2. Aujourd'hui cet archaïsme est hors d'usage et considéré comme une faute ; il faudrait dire : enfuis-toi ; ils se sont enfuis ; mais d'aucune façon on ne dira : ils s'en sont enfuis ; c'est une grosse faute.

HISTORIQUE

XIe s. Si est aucuns qui blamet seit et si il s'en fuist…, Lois de Guill. 48. Dient Franceis : Dehait [mal] ait qui s'enfuit, Ch. de Rol. LXXX. Fuïr s'en [il] velt, mais ne lui valt nient, ib. CXXIII. De ce cui chaut ? Fuït s'en est Marsiles, ib. CXLI.

XIIe s. Que est à tei, mer, que tu t'enfuis ? e tu, Jordain, que tu ies convertiz ariere ? Liber psalm. p. 176. Fuit s'en fel Guenes, grant paor a de soi, Ronc. p. 183. Absalon s'enfuid à Tholomai le fiz Amiur le rei de Jessur, e là demeurad treis ans, Rois, p. 167.

XIIIe s. Belle, fuiez vous en, n'y soit plus delaié [tardé], Berte, XX. Je m'en foï sans plus atendre, la Rose, 7314. S'il s'enfuit, il a perdu honnor et tout ce qu'il tient en fief, Beaumanoir, 56.

XIVe s. C'est en cest siecle ung grant deluge ; N'est celuy qui d'elle [de la mort] s'enfuge, Liv. du bon Jehan, 25.

XVIe s. Si estonné et si transi qu'il ne pouvoit prendre party de s'enfuyr, Montaigne, I, 62.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enfuir »

Étymologie de enfuir - Wiktionnaire

Verbe dérivé de fuir avec le préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de enfuir - Littré

En 2, et fuir ; provenç. enfugir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « enfuir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enfuir ɑ̃fµir play_arrow

Conjugaison du verbe « enfuir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe enfuir

Évolution historique de l’usage du mot « enfuir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enfuir »

  • Le 5 mai à 6 heures du matin, l’homme débarque, hagard, à la boulangerie du quartier. Il fond en larmes, expliquant qu’il vient de s’enfuir de chez lui, que des squatteurs se servent de lui comme esclave, qu’il dort par... La Voix du Nord, Condamnation de deux tortionnaires d’un locataire dans une «tour de la mort» à Lille
  • La maman de Sawban en appelle à la solidarité pour tenter de retrouver le dossier médical de son garçon Sawban atteint d'une maladie rare. Dans la nuit du 3 au 4 juillet, un ou des voleurs ont pénétré à son domicile, à Reims. Ils ont volé deux sacs dans l'entrée avant de s'enfuir avec sa voiture. France 3 Grand Est, Marne : elle organise une battue à Reims après le vol du dossier médical de son fils atteint d'une maladie rare
  • Le conducteur, 16 ans, ainsi que son passager, 19 ans, ont ensuite tenté de s’enfuir à pied SudOuest.fr, Mérignac (33): sans permis, il refuse de stopper et fonce sur la police municipale
  • Mener la vache au château et elle s'enfuira vers l'étable. De Proverbe irlandais
  • Celui qui lit possède des ailes qui lui permettent de s'enfuir dans des pays merveilleux... Ne pas lire, c'est ramper sur le sol comme un ver. De Michel Tournier /
  • Quand on croit s'enfuir, on ne fait toujours que courir après ce dont on veut se sauver. Est bien pris qui croyait se dépendre. De Monique Larue / Les Faux Fuyants
  • Le scénario était fantastique, mais je passais mon temps à m'enfuir, à hurler, à crier et à me battre. De Cillian Murphy
  • Une femme commence à résister aux avances d'un homme, puis elle l'empêche de s'enfuir. De Oscar Wilde
  • Donnez un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir. De Proverbe persan
  • Donne un cheval à celui qui dit la vérité... il en aura besoin pour s’enfuir. De Proverbe afghan
  • S'enfuir dans un village pour en faire le centre du monde. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • L’opportunité est prompte à s’enfuir, mais longue à revenir. De Hazrat Ali
  • [La bergère Galatée] s'enfuit vers les saules, mais veut auparavant se faire voir. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, Les Bucoliques, III, 65

Traductions du mot « enfuir »

Langue Traduction
Corse scappà
Basque ihes
Japonais 逃れる
Russe побег
Portugais escapar
Arabe هرب
Chinois 逃逸
Allemand flucht
Italien fuga
Espagnol escapar
Anglais escape
Source : Google Translate API

Synonymes de « enfuir »

Source : synonymes de enfuir sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires