Embryon : définition de embryon


Embryon : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMBRYON, subst. masc.

A.− BIOL. ,,L'œuf à partir du moment où commence sa segmentation jusqu'au moment où il se libère des enveloppes vitellines. Dans l'espèce humaine, conventionnellement, l'embryon existe depuis la segmentation jusqu'à la huitième semaine du développement intra-utérin`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Le développement, la formation de l'embryon; embryon fécondé; à l'état d'embryon.
1. [Dans l'espèce humaine] Vous êtes un être humain femelle, mademoiselle, une des deux formes du développement de l'embryon humain. Et fort réussie... (Giraudoux, Intermezzo,1933, III, 5, p. 198).Ce qui se passe dans l'embryon se poursuit tout le long de la vie (Mounier, Traité caract.,1946, p. 206):
1. Enceinte. À peine visible. Trois mois et demi, quatre au plus. (...) Cet embryon, si loin encore de la vie, et qui aura toute sa vie inconnue à vivre! Cette naissance, que ma mort n'empêchera pas... Martin du Gard, Les Thibault,Épilogue, 1940, p. 928.
2. [Dans l'espèce animale] L'embryon des Batraciens. Les colonies provenant d'un fragment de cœur extirpé à un embryon de poulet au mois de janvier 1912, s'accroissent aussi activement aujourd'hui qu'il y a vingt-trois ans (Carrel, L'Homme,1935, p. 206).Chez le triton, il n'est pas toujours possible de tirer deux embryons d'un seul œuf : (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 39).
B.− BOT. Jeune plante renfermée dans la graine. Sous [l'enveloppe de la graine] se trouvent les cotylédons, qui à leur tour renferment l'embryon, ce rudiment d'une nouvelle plante (Baudrillart, Nouv. manuel forest.,t. 1, 1808, p. 63).La germination du Maïs amène l'embryon en saillie, hors de la masse du grain dont il utilise les réserves (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 1, 1931, p. 189).Les graines des espèces fruitières (...) doivent subir une période de post-maturation obligatoire, destinée à supprimer la dormance de l'embryon (Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 54):
2. ... l'embryon ou le bourgeon, si petit et si simple qu'on le suppose, (...) ordonne (...) le prodigieux travail de la nutrition et de l'élimination, la bataille des cellules amies et des cellules ennemies, ... Alain, Propos,1909, p. 47.
C.− Au fig. Germe, point de départ, origine.
1. [En parlant d'un groupe d'hommes, ou d'une de leurs créations] Aussi voyons-nous avec étonnement (...) poindre de nouvelles pépinières urbaines (...) là où jadis végétaient avec peine des embryons d'agglomérations humaines (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 166).
− Dans un cont. milit.Insinuer (...) que Lord Kitchener voulait par là créer l'embryon d'une nouvelle armée anglaise (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 461).Le plus urgent était d'installer en territoire national un embryon d'organisation (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 129):
3. Ils ont bien fondé ce Bureau international. Mais qu'est-ce que c'est? Guère plus qu'un organe d'information. Même pas l'embryon de ce pouvoir central prolétarien, sans lequel jamais aucune action simultanée et décisive ne sera possible! ... Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 65.
2. [En parlant d'un obj. concr.] Je regardais (...), songeant au fou rire qui prit une de nos sociétés savantes lorsqu'on lui présenta le premier embryon du phonographe (Bremond, Poésie pure,1926, p. 98).
3. Dans un cont. artistique ou intellectuel
a) Dans le domaine littér.Commencé à paperasser dans nos notes de Rome, à remuer l'embryon de notre roman, « Madame Gervaisais » (Goncourt, Journal,1868, p. 408).J'imaginai pour toi quelques phrases, et même j'en notai − fragments, embryons d'épîtres − que cette informe donc supprime (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1894, p. 213).
b) Plus abstr. dans le domaine des arts plastiques.Rien n'est plus faux que de parler, comme fait James, de la « voluminosité » des sons, des saveurs ou des odeurs, et surtout de voir dans cette voluminosité, un embryon d'espace (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 137).À l'embryon du réalisme se juxtapose (...) l'embryon de la plastique (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 113).
c) Dans le domaine des connaissances intellectuelles.Un embryon de conversation. L'idée première, le croquis, qui est en quelque sorte l'œuf ou l'embryon de l'idée, est loin ordinairement d'être complet (Delacroix, Journal,1854, p. 169).Il allait se dresser un plan d'études soigneux et il arriverait peut-être d'ici un an ou deux à avoir au moins un embryon de culture politique (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 226).
4. Loc. À l'état d'embryon. Les amis de l'ABC étaient peu nombreux. C'était une société secrète à l'état d'embryon (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 772).Pour le Wagnérien, la musique n'existait pas avant les ouvrages de Wagner, ou plutôt elle n'existait qu'à l'état d'embryon. Wagner l'a élevée à la hauteur d'un art (Saint-Saëns, Harm. et mélod.,1885, p. 41).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃bʀijɔ ̃]. Ds Ac. 1694, s.v. embrion. Cf. aussi Fér. 1768. Ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. 1370-72 embrions (Oresme, Ethique, 21d, éd. Menut, p. 142); 2. 1654 fig. l'embryon de tes espérances (Cyrano de Bergerac, Le Pédant joué, éd. F. Lachèvre, p. 252). Empr. au gr. ε ́ μ β ρ υ ο ν « embryon ». Fréq. abs. littér. : 280. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 284, b) 349; xxes. : a) 254, b) 608.

Embryon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

embryon \ɑ̃.bʁi.jɔ̃\ masculin

  1. (Embryologie) Germe en train de se développer à la suite de la conception chez les vivipares. L’organisme est à ce stade depuis la première division de l’œuf ou zygote jusqu’au stade de fœtus, où les principaux organes sont formés, 12e semaine de grossesse chez l’humain.
    • La déclaration effectuée aurait pour effet d’attribuer la personnalité juridique à l’enfant conçu, qui disposerait alors de droits subjectifs. La détermination du représentant légal de l’embryon pourrait alors être aisée. — (Xavier Labbée, La condition juridique du corps humain avant la naissance et après la mort, Presses Universitaires du Septentrion, 2012)
    • Elle avait bien encore des nuits de larmes, de regrets, de cœur déchiré, mais vite elle songeait au « fils du rêve », et toute sa tendresse refoulée se reportait avec violence sur l’embryon qui, dans quelques mois, serait un nouveau-né. — (Lucie Delarue-Mardrus, Comme tout le monde, J. Tallandier, pages 141 et 142)
  2. (Par analogie) (Botanique) Plante qui n’est pas encore développée, qui est en germe ou en bouton.
    • Il faut que la gelée ou la sécheresse craquellent la paroi pour que l’embryon puisse sortir. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 17)
  3. (Figuré) Ce qui n’est pas achevé.
    • Chez d’autres, on a saisi les premiers linéaments de la civilisation qui apparaît plus développée chez les Mexicains : par exemple, le commencement d’un système idéographique qui est comme l’embryon des hiéroglyphes nahuatles. — (Louis Ferdinand et Alfred Maury, La terre et l’homme ; ou, Aperçu historique de géologie, de géographie et d’ethnologie générales, Paris : L. Hachette, 1857, page 391)
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s’imposait sincèrement et définitivement, sans arrière-pensée, à tous les esprits européens, alors nous n’aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Embryon : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMBRYON. n. m.
T. de Physiologie. Germe en train de se développer à la suite de la conception chez les vivipares. Il se dit par analogie, en termes de Botanique, des Plantes qui ne sont pas encore développées, qui sont en germe ou en bouton. Au figuré, il se dit de Ce qui n'est pas achevé. Un embryon de discours, d'idée.

Embryon : définition du Littré (1872-1877)

EMBRYON (an-bri-on) s. m.
  • 1 Terme d'histoire naturelle. Germe fécondé et dans son premier état de développement au sein de la mère. Puis d'une femme morte avec son embryon, Il faut chez du Vernet voir la dissection, Boileau, Sat. X. La duchesse de Beauvilliers et la maréchale de Châtillon eurent la corvée de porter l'embryon [de la duchesse de Berry] à Saint-Denis, Saint-Simon, 310, 59.

    Terme de botanique. Germe de la plante renfermé dans la graine et qui se développe par la germination.

  • 2 Fig. C'est un embryon, se dit d'un tout petit homme.

    Homme sans valeur. Il me paraît ridicule que, dans les occasions où Petit se trouverait à côté d'un malade avec un P… ou quelque autre embryon de la faculté…, Diderot, Lettres.

  • 3Il se dit aussi de quelque chose qui est à l'état naissant. Son livre n'est encore qu'en embryon. Quelque important qu'il soit, pour bien juger de l'état naturel de l'homme, de le considérer dès son origine, et de l'examiner pour ainsi dire dans le premier embryon de l'espèce, Rousseau, Orig. I.

SYNONYME

EMBRYON, FŒTUS. Étymologiquement, l'embryon est ce qui se développe dans le sein de la mère, le fœtus est ce qui est produit, engendré. Les médecins ont établi cette distinction-ci : l'embryon est l'être vivant, considéré au début de son développement ; le fœtus, ce même être considéré dans un état plus avancé, mais toujours dans le sein de la mère, et plus particulièrement, dans l'espèce humaine, cet être depuis le second mois de la grossesse jusqu'à la mise au monde. Au figuré, il y a synonymie entre embryon et rudiment.

HISTORIQUE

XIVe s. Embrion est une masse qui est ou ventre de la mere, Oresme, Thèse de MEUNIER. Une de celles puissances ou vertu… est en toutes choses qui ont nourrissement, et es embrions et bestes imparfettes, Oresme, Eth. 30.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Embryon : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMBRYON, s. m. (Phys.) Ce mot vient de ἐν, dans, & de βρύειν, croître, pulluler ; c’est le nom que les medecins grecs ont donné au fétus, parce qu’il est renfermé & prend accroissement dans la matrice : on n’est pas d’accord sur le tems pendant lequel on peut le désigner de ce nom. Quelques-uns tels que Marcellus, lib. de fœturâ hominis, prétendent qu’il lui convient pendant tout le tems qu’il est contenu dans ce viscere : d’autres tels que Drelincourt, périoch. 35, n’employent le terme d’embryon que pour exprimer les rudimens du corps d’un animal renfermés dans un œuf dont le placenta n’a pas encore jetté des racines, pour l’implanter dans la matrice ; & dès que le placenta y est attaché, ils donnent à l’animalcule le nom de fétus : Boerhaave Inst. med. physiolog. & M. Fizes, professeur de Montpellier, (de hominis generatione exercitatio), n’employent aussi le terme d’embryon, que pour l’animalcule dont l’accroissement commence dans la matrice ; dès qu’il est bien développé, ils l’appellent constamment fétus, & ne se servent plus du mot embryon, quoiqu’ils employent celui de fétus comme synonyme d’embryon, & appellent également fétus l’animalcule dès les premiers tems après la conception.

Ruysch, cur. renov. dit avoir vû dans une femme qui avoit tout récemment conçû, un embryon qui n’étoit pas plus gros que la tête d’une épingle ordinaire : Hartman, eph. nat. cur. rapporte en avoir vû un de la grosseur d’une graine de pavot. Mattmugham, comp. obst. assûre qu’un embryon de six jours est du volume d’un grain d’orge : Dodart, histoire de l’Académie des sciences 1701, fait mention d’un embryon de la longueur de sept lignes, dont on commençoit à distinguer les membres. Moriceau, dans ses observations, dit en avoir vû un dans les eaux de l’œuf, de trois ou quatre semaines, qui étoit à-peu-près gros comme une féve. On trouve dans les auteurs un grand nombre d’observations de cette espece qui ne s’accordent point entr’elles, & qui prouvent une grande variété dans les dimensions de l’embryon, pendant les premiers tems de son accroissement, puisque Moriceau rapporte une observation d’un fétus qui n’étoit pas plus gros qu’un grain d’orge, au bout de deux mois de grossesse bien avérée ; on ne peut donc avoir rien de sûr à cet égard, parce que l’accroissement de l’embryon ne se fait pas toûjours en proportion du nombre de jours qui se sont écoulés depuis la conception ; ces progrès dépendent plus vraissemblablement de la nature de la matiere alimentaire qui lui est fournie, & de la force avec laquelle elle parvient jusqu’à lui. Voyez Fétus ; voyez aussi la savante note premiere d’Haller sur le § 675. Instit. med. Boerhaave.

Aristote donne souvent aux fétus des animaux, & Théophraste aux semences des plantes, le nom d’embryon : en quoi ils ont été suivis par la plûpart des auteurs modernes. (d)

Embryon, (Jardinage.) C’est le haut du pistile où est le fruit de la graine. Voyez Etamines.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « embryon »

Étymologie de embryon - Littré

Provenç. embrio ; espagn. embrion ; ital. embrione ; de ἔμϐρυον, de ἐν, en, et βρύειν, germer, croître.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de embryon - Wiktionnaire

Du grec ancien ἔμβρυον, émbruon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « embryon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
embryon ɑ̃brijɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « embryon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « embryon »

  • Selon des scientifiques de l’hôpital universitaire de Copenhague au Danemark, moins de jumeaux sont conçus à l’aide de la méthode, car les médecins réduisent la pratique d’implantation d’embryons multiples dans l’utérus de la femme. News 24, Selon une étude, le risque de naissance de bébés atteints de FIV avec une moitié de paralysie cérébrale en raison du déclin des jumeaux - News 24
  • En moins d’une journée, les députés ont examiné les articles du projet relatifs à la gestation par autrui, aux tests génétiques, à la recherche sur l’embryon et au diagnostic préimplantatoire. Comme chaque fois, ils n’ont pas manqué de pointer les conditions inacceptables dans lesquelles ces débats se déroulent. Alors que les discussions sur des enjeux cruciaux s’enchainent, des sous-amendements sont déposés à la dernière minute et les députés, limités à une seule prise de parole, sont privés de la possibilité de répondre à leur contradicteur. , Loi de bioéthique : no limit | Gènéthique
  • Trois ministres sont en charge de « défendre » le projet de loi de bioéthique : le ministre de la Santé, le ministre de la Justice qui doit s’atteler au droit de la filiation dans le cadre de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes, et le ministre en charge de la Recherche pour toute la partie ayant trait aux autorisations, le régime dérogatoire ayant été enterré en 2013, de recherche sur l’embryon humain et sur les cellules souches embryonnaires humaines, création de chimères animal-homme (cf. Révision de la loi de Bioéthique : « Nous sommes en train de laisser passer des choses gravissimes » )... , Quels ministres pour la loi de bioéthique ? | Gènéthique
  • Le faible taux de réussite est le problème principal de la PMA, et les recherches visant à déterminer le potentiel de développement des embryons doivent être autorisées afin d’éviter cette situation, souligne René Frydman, pionnier de la médecine procréative. Le Monde.fr, « Il faut dépasser les diktats idéologiques et religieux d’un groupe qui veut imposer ses croyances à tous »
  • Quatre procédures faisant partie de la procédure globale de PMA ont été étudiées avec un modèle souris : la stimulation hormonale, la fécondation in vitro (FIV), la culture d'embryons et le transfert d'embryons. Avec pour objectif d’évaluer « comment elles contribuent individuellement » au développement placentaire et à la croissance fœtale. , PMA : la culture d'embryons responsable d’anomalies du développement placentaire et de la croissance fœtale | Gènéthique
  • Cette tribune est proposée un collectif d’associations* qui nous interpellent à propos de la question des embryons chimériques hommes/animaux. La Croix, « Création de chimères “homme/animal” : quels risques ? quelles alternatives ? »
  • Lors des premiers jours du développement embryonnaire, la santé de chaque cellule est « vitale » pour la santé de l'ensemble de l'embryon. Une période au cours de laquelle « souvent, ces jeunes cellules présentent des aneuploïdies chromosomiques, c'est-à-dire qu'il y a trop ou trop peu de copies de chromosomes dans la cellule ». Les aneuploïdies peuvent conduire à des fausses couches ou au développement de trisomies. , Des chercheurs observent l' "auto-réparation" des embryons de souris | Gènéthique
  • Des scientifiques ont développé un modèle humain d'embryon à partir de cellules souches embryonnaires humaines, qui reproduit en laboratoire les premiers stades de son développement, une avancée en trois dimensions qui pourrait s'avérer utile pour étudier les malformations congénitales ou d'autres anomalies, selon une étude.   LExpress.fr, Un modèle humain d'embryon développé à partir de cellules souches - L'Express

Traductions du mot « embryon »

Langue Traduction
Corse embrio
Basque enbrioia
Japonais
Russe эмбрион
Portugais embrião
Arabe الجنين
Chinois
Allemand embryo
Italien embrione
Espagnol embrión
Anglais embryo
Source : Google Translate API

Synonymes de « embryon »

Source : synonymes de embryon sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires