Ébauché : définition de ébauché


Ébauché : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBAUCHE, subst. fém.

I.− Action d'ébaucher*.
A.− Rare. Action de donner la première forme à un objet, à une chose. L'ébauche empirique des grandes lois morales précéda longtemps tout essor décisif des moindres lois physique (Comte, Catéch. positiv.,1852, p. 187).
Emploi abs. Au commencement de tout âge littéraire, on remarque une période d'ébauche (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 325).
CÉRAM., rare. Synon. de ébauchage.L'ébauche [d'une pâte céramique] est [souvent] difficile à bien conduire (Al. Brongniart, Arts céram.,1844, p. 123).
B.− En partic. Action d'ébaucher un geste, une relation, une action, transitoire ou dont le caractère est de rester inachevé. Par une sorte d'intuition subtile, une inflexion de voix, l'ébauche d'un geste, un rien l'avertissait (Gide, Et nunc manet,1951, p. 1127).Créer, au moins dans mon imagination, entre Marino et moi comme une ébauche de complicité (Gracq, Syrtes,1951, p. 36).
Rare. Ébauche de (suivi d'un inf. ou d'un nom). Quand on désire une femme dont on ne sait pas le nom, apprendre ce nom, c'est comme l'ébauche de la posséder (Montherl., J. filles,1936, p. 1023):
1. ... il aurait voulu danser, se prosterner, frapper de son front la terre, et finalement le [le chat mauve] manger : ce dernier mouvement étant celui qui pousse les croyants à manger leur dieu, les amants à baiser et à mordre l'être qu'ils aiment, qui est l'ébauche de l'acte de le manger (« manger de caresses »). Montherlant, Le Démon du bien,1937, 2epart., p. 1328.
II.− Usuel. État de ce qui n'est qu'ébauché.
A.− [En parlant des productions humaines] Première forme, première façon donnée à une chose.
1. PEINT., SCULPT. Dessin, peinture, etc. réalisés pour préparer une œuvre projetée. Ébauches de dessin; des ébauches originales; admirable, impressionnante, magnifiques, sublimes, superbe ébauche(s). Même dans les plus vagues ébauches, il [Goya] a laissé l'empreinte d'un talent vigoureux (Gautier, Tra los montes,1843, p. 116).Je le [Rodin] revois pétrissant dans la glaise de petites ébauches rapides (Rodin, Art,1911, p. 22).
2. [En parlant d'un ouvrage intellectuel, d'une œuvre artistique ou littér.] Ébauche légère, grossière, magistrale, vigoureuse; ouvrage à l'état d'ébauche; concevoir, faire, improviser, tracer une ébauche. (Quasi-)synon. brouillon, canevas, esquisse, essai, jet (premier jet).Bienfaisante illusion de n'avoir donné jusqu'à ce jour que les ébauches du chef-d'œuvre qu'il va maintenant produire (Mauriac, Journal 1,1934, p. 95).On a beaucoup discuté sur des brouillons, des fragments, les premières ébauches de ces trois grands livres (Guéhenno, Jean-Jacques,1950, p. 143):
2. ... c'était moins une pièce qu'une ébauche, une œuvre à peine achevée qu'on aurait moins de scrupule (...) à traiter comme un canevas de la commedia dell'arte. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne, 1941, p. 234.
3. [En parlant de réalisations intellectuelles] L'ébauche d'un programme; l'ébauche d'un roman, d'une scène de comédie (Ac. 1932). Les ébauches de lois et de constitutions, qui furent l'expression des premiers besoins (Proudhon, Propriété,1840, p. 204).Il n'est pas étonnant que l'astronomie ait figuré parmi les premières ébauches de la raison humaine (Boll, Qq. sc. captiv.,1941, p. 185):
3. C'est aussi à Aristote que revient le mérite d'avoir distingué avec une grande netteté le rôle des propositions « universelles » de celui des propositions « particulières », première ébauche des quantificateurs. Bourbaki, Éléments d'hist. des math.,1960, p. 14.
4. Spéc., CÉRAM., TECHNOL. Pièce brute obtenue à partir de l'opération d'ébauchage. À l'exception de la métallurgie... il n'y a pas d'art dont les produits terminés diffèrent plus de leur ébauche que celui de la poterie (Al. Brongniart, Arts céram.,1844, p. 2).Cette opération [de dégrossissage des tôles pour fer blanc] se poursuit tant que la température de l'ébauche est assez élevée (Gasnier, Dépôts métall.,1927, p. 57).L'ébauche ainsi obtenue est (...) examinée, et on enlève à la fraise tous les défauts (Gasnier, Dépôts métall.,1927p. 139).
B.− P. anal. [Dans un processus de formation, d'évolution] Premier indice, premier développement (d'une chose en devenir). (Quasi-)synon. commencement, début, germe, naissance; anton. aboutissement, accomplissement, réalisation.
1. [En parlant des mouvements humains]
a) [Mouvements intérieurs et productions spontanées de l'esprit] L'ébauche d'un projet. Les mots inachevés, les ébauches de phrase qui reviennent tout le temps (Sartre, Nausée,1938, p. 130).Il se formulait dans ma tête des ébauches de pensées singulières (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 203).Cherchons plutôt une idée ou ce qu'en sera l'ébauche, la promesse (Aymé, Mouche,1957, p. 15).
b) [Courant de pensée, mouvement, action collective] Mais pourquoi insister sur ces ébauches doctrinales, puisqu'une synthèse complète va nous être offerte par saint Augustin (Gilson, Espr. philos. médiév.,t. 1, 1931, p. 159).Les premières ébauches de la vie démocratique ont fait s'épanouir l'esprit de compétition (Jeux et sp.,1967, p. 764):
4. ... rien ne m'autorisait à supposer la moindre ébauche de résistance. Plus chimérique encore me paraissait une organisation de celle-ci. Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1233.
2. [En parlant des productions de la nature] (Quasi-) synon. amorce, embryon, germe.
a) [En parlant des premiers stades dans la genèse d'un organe, d'une fonction] L'activité de la conscience chez un fœtus ou, tout au moins (...) l'ébauche d'une conscience prénatale (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 215):
5. Il faudrait donc chercher les premières ébauches du langage dans la gesticulation émotionnelle par laquelle l'homme superpose au monde donné le monde selon l'homme. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception,1945, p. 219.
Spéc., BIOL. Partie d'un embryon contenant les matériaux dont dérivera un organe (d'apr. Méd. Flamm. 1975). Ébauche fondamentale, présomptive, primitive, primordiale, secondaire; ébauches dentaires, florales; l'ébauche cardiaque, rétinienne, du mésoderme, du système nerveux central; différenciation, formation des ébauches. La subdivision de l'ébauche embryonnaire à un stade voisin de la gastrulation (Caullery, Embryol.,1942, p. 115).Les ébauches qui deviendront l'appareil circulatoire, par exemple, apparaissent de place en place, avant le flux de la circulation, et fusionnent ensuite pour former le réseau vasculaire (Ruyer, Cybernétique,1954, p. 184).Une ébauche présomptive est d'abord chimiquement organisée (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 635).
b) [En parlant d'une forme antérieure à une autre dans la chaîne d'une évolution] Ébauche fruste, rudimentaire. Les lithocardites sont des coquilles de cœur, les ébauches d'un cœur qui battra (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 112):
6. Les fossiles sont, pour Robinet, des morceaux de vie, des ébauches d'organes qui trouveront leur vie cohérente au sommet d'une évolution qui prépare l'homme. Bachelard, Poét. espace,1957p. 111.
C.− P. ext. État de ce qui est terminé, mais imparfait.
1. [En parlant d'un obj. fabriqué] On les vit s'enfoncer dans une ébauche de sape, puis s'éloigner en rampant (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 270).L'atmosphère glaciale, aggravée par cette ébauche d'alcôve frileuse amarrée au flanc de la chambre comme un canot de sauvetage (Gracq, Beau tén.,1945, p. 119):
7. Le tout ressemblait à une de ces ébauches de fortification de campagne, comme sur un champ de manœuvres il arrive à une compagnie d'en tracer (...) à titre d'exercice. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1932, p. 150.
P. anal. Dans les autres villes de la province, on ne trouve que des ébauches de municipalité sans caractère (Thierry, Tiers État,1853, p. 307).
2. P. métaph. ou au fig. Anne était un échantillon à peine dégrossi de l'Ève universelle. À cette ébauche avait échu ce hasard, le trône (Hugo, Homme qui rit,t. 2, 1869, p. 8).Hors les murs, on rencontrait de vagues ébauches qui s'approchaient plus ou moins des archétypes sans atteindre à leur perfection (Sartre, Mots,1964, p. 38):
8. Et puis la terre est sortie des flots, et la nature a oublié cette ébauche marine. Elle l'avait laissée là, imparfaite, se dégradant même, dans la suite des siècles : et les sirènes ont le sentiment amer de leur grandeur ruineuse et de leur déchéance. Mille, Barnavaux et quelques femmes,1908, p. 125.
Prononc. et Orth. : [ebo:ʃ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1619 esbauche « première forme d'une œuvre d'art » (Inventaire de G. Pitan, maître peintre, 23 sept. ds J. Guiffrey, Artistes parisiens du XVIeet du XVIIes., p. 103 ds IGLF : Item, unze petits cuivres, dont troys d'esbauches). Déverbal de ébaucher*. Fréq. abs. littér. : 540. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 607, b) 912; xxes. : a) 798, b) 808.
DÉR.
Ébauchon, subst. masc.Pièce de racine de bruyère grossièrement ébauchée*, destinée à la confection d'une pipe. Le modèle et l'ébauchon tournent parallèlement (Genevoix, Marcheloup,1934, p. 84). [eboʃ ɔ ̃]. 1reattest. 1932 (Lar. 20e); de ébaucher*, suff. -on*.
BBG. − Quem. Fichier. − Rog. 1965, p. 91.

ÉBAUCHER, verbe trans.

I.− [Le compl. d'obj. désigne une chose concr. ou abstr.]
A.− [Le compl. désigne des productions humaines]
1. [Le compl. désigne une chose concr.] Donner à un objet en cours d'exécution une première façon, une première forme. (Quasi-)synon. commencer, préparer; anton. achever, finir, terminer.
a) Dans les domaines intellectuels, littér. et artistiques.Indiquer la forme générale et les parties principales d'un ouvrage. Ébaucher un article. Il consent à ébaucher à ses heures perdues un cours d'histoire philosophique, fantastique et pittoresque (Musset, Lettres Dupuis Cotonet,1837, p. 524).Il retrouva, à demi ébauché sur sa planche, le dessin de machine à vapeur qu'il avait commencé (Verne, 500 millions,1879, p. 221).
Spéc., PEINT., SCULPT. Exécuter à grands traits une composition, modeler ou dégrossir sommairement un matériau de sculpture. Ébaucher une statue, un tableau, une médaille (Ac. 1932). Le monsieur en veston de velours était ébauché entièrement (Zola, Œuvre,1886, p. 47).Elle serait un modèle rêvé pour la Charité à l'éventail qu'il se projetait d'ébaucher le lendemain (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 44).
Ébaucher à la détrempe. On a vu (...) les artistes de la Renaissance ébaucher à la détrempe (Moreau-Vauthier, Peint.,1933, p. 130).Ébaucher en frottis, en grisaille. Couvrir une toile (...), c'est ébaucher en frottis, c'est disposer des masses en tons légers et transparents (Baudel., Art romant.,1867, p. 388).Un portrait qu'il avait entièrement ébauché en grisaille à la terre verte (Moreau-Vauthier, Peint.,1933p. 206).
b) TECHNOLOGIE
Exécuter l'opération initiale par laquelle on obtient une pièce brute destinée à être travaillée et finie. Tour à ébaucher; outils à ébaucher; machines employées pour ébaucher. (Quasi-)synon. dégrossir, épanneler, équarrir, tailler; anton. achever, fignoler, finir, rachever.On creusa les fondements, on éleva les murailles, on ébaucha la charpente (Hugo, Rhin,1842, p. 67).La pièce est ensuite ébauchée et creusée (...) sur un mandrin creux (Rousset, Trav. pts matér.,1928, p. 112).Sa couturière (...) lui essayait une robe à peine ébauchée, un fourreau noir très décolleté (L. de Vilmorin, Lettre ds taxi,1958, p. 44).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. ébauché. [Rachever, c'est] finir (...) une pièce (...) ébauchée ou préparée (Al. Brongniart, Arts céram., 1844, p. 158). Il y avait seulement au fond [de la carrière] un petit monceau de pierres grises nouvellement détachées des parois et deux ou trois dalles ébauchées sur le bord (Lamart., Tailleur pierre, 1851, p. 406). Dans la taille à la main, on débite les blocs ébauchés provenant de la carrière, à l'aide de coins en fer (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p. 65).
Exécuter les phases préparatoires d'un travail. Gervaise acheva enfin la coiffe du bonnet de Madame Boche. Elle en avait ébauché les dentelles, les détirant à la main, les redressant d'un léger coup de fer (Zola, Assommoir,1877, p. 510).
Emploi abs. Mais pour vous, je ferai celle [la tête] de monsieur tout entière. Les élèves ébauchent, car je n'y tiendrais pas (...) Je ne puis donner que le fini (Balzac, Comédiens,1846, p. 337).
2. [Le compl. désigne une réalisation intellectuelle] Ébaucher une classification, une définition, une démonstration, une théorie, des conceptions nouvelles. Les Grecs, si avancés en géométrie, ne purent ébaucher la mécanique qu'envers quelques cas d'équilibre, sans jamais entrevoir les lois élémentaires du mouvement (Comte, Catéch. posit.,1852, p. 114).
Emploi pronom. à sens passif. Je te parlerai des travaux vagues que j'ai entrepris cette année finie, et qui malgré tant de grèves, de menées continues, se sont ébauchés (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1894, p. 227).
B.− P. anal.
1. [Axe temporel; dans un processus de formation, d'évolution]
a) Commencer, donner naissance à une chose. Toutes les statues possibles étaient ébauchées en lui (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 272).C'est une loi naturelle que toute chose ébauchée tend à accomplir sa destinée possible (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 164).
Emploi pronom. Apparaître, se former.
[En parlant des productions de l'esprit] Des mots, sans lien, s'entrechoquent dans sa tête. Des phrases, même, s'ébauchent, avec des sonorités de meetings (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 687).Et je me sens l'esprit vaguement pressentir tout le trésor infus des réponses qui s'ébauchent en moi devant une chose qui m'arrête et qui m'interroge (Valéry, Variété V,1944, p. 12).
[En parlant des mouvements de l'âme] Des mouvements de colère s'ébauchaient au plus noir de moi-même; mais je pouvais encore les contenir (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 9).L'audacieux projet d'enlèvement qui commençait à s'ébaucher en mon cœur (Gide, Thésée,1949, p. 1441).
b) [En parlant d'un mouvement, d'une institution] Commencer à établir, constituer, une chose. Les échanges d'information technique et scientifique, la spécialisation des fabrications, la standardisation des armements sont à peine ébauchés par l'OTAN (Billotte, Considér. strat.,1957, p. 4210):
1. ... toute une série de mesures introduisant graduellement la classe ouvrière dans la puissance économique et ébauchant un demi-communisme dans la production paysanne. Jaurès, Ét. socialistes,1901, p. 65.
Emploi pronom. à sens passif. Se dessiner, naître. Déjà s'ébauche à l'intérieur de la religion paulinienne elle-même le conflit qui déchirera plus tard l'église et la divisera en protestants et catholiques, en jansénistes et jésuites (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 204).En 1941, la résistance s'ébauchait à peine (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 238).
c) [En parlant de phénomènes naturels]
[En parlant d'un phénomène génétique] Commencer à se réaliser. Toute la première division de la vie animale, celle qui a rapport à l'action des corps extérieurs sur le nôtre, est à peine ébauchée dans le fœtus (Bichat, Rech. physiol. vie et mort,1822, p. 198).Les allantoïdiens ébauchent, (...) dans l'œuf (...), les organes qui servent à la respiration aquatique des vertébrés anallantoïdiens (E. Perrier, Zool.,t. 3, 1899-1925, p. 2359).
Emploi pronom. à sens passif [Dans l'ordre évolutif ou dans l'ordre génétique, en parlant d'un être vivant] Naître, prendre forme. La larve intelligente qui palpite et s'ébauche dans le limon primitif (Faure, Hist. art,1921, p. 207):
2. Sortis de la confusion originelle, on les [les organismes] voit s'ébaucher en masses informes, sans organes différenciés, puis essayer un ordre embryonnaire où les organes modèlent une forme fruste, non déliée, dont les membres semblent encore engagés dans la matrice obscure, ... Faure, L'Esprit des formes,1927, p. 58.
Rem. On trouve aussi en ce sens ds la docum. un emploi adj. du part. passé. Les corps animés renfermaient « quelque puissance naturelle et une matière déjà ensemencée, et, en quelque façon, les commencements ébauchés des êtres à venir, qui devaient sortir de leur corruption » (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 14).
[Dans la vie physique] Commencer à se développer. Il ébauchait une calvitie dont il disait lui-même sans tristesse : « crâne à trente ans, genou à quarante » (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 157).
Emploi pronom. à sens passif. À mesure que l'enfant grandissait, de lointaines ressemblances, s'ébauchant sur son visage, émouvaient doucement l'aïeule (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 67).Avec soudain dans leurs faces ébauchées [de deux élèves] des yeux d'hommes (Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 92).
2. Au fig., littér. [P. anal. avec la naissance d'une œuvre en cours d'exécution; dans un processus de perception, en parlant d'êtres imaginaires ou existants] Faire apparaître les contours, la forme générale d'une chose, d'un être. (Quasi-)synon. dessiner, esquisser.
a) [Le suj. désigne l'être lui-même] De grands arbres ébauchaient dans le noir leurs formes menaçantes (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 271).En haut, l'homme ne bougeait plus. À peine ébauché des ténèbres il s'était refondu dans les ténèbres (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 192).
Emploi pronom. Apparaître. Quasi-synon. (se) dessiner, (s')esquisser, paraître, percer, poindre, sortir, surgir.En des reculs de brume s'ébauchait le cône vaporeux des sapins (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 22).Quelques maquignonnages s'ébauchèrent au dessert qui me mirent les nerfs à vif (Gracq, Syrtes,1951, p. 72):
3. ... les deux colosses qui trônent avec une pose d'éternelle impassibilité, montagne de granit à forme humaine, devant l'entrée de l'Aménophium, s'ébauchaient dans une demi-teinte bleuâtre, ... Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 211.
S'ébaucher dans (+ nom de matière).Et, quant à moi, je vois des serpentes, des stryges, Tout un fourmillement de monstres, s'ébaucher Dans la brume qui sort des fentes du plancher (Hugo, Légende,1859, p. 368):
4. Et, dans le brouillard, déjà s'ébauchait cette image familière qui hante mes instants de demi-conscience et de demi-sommeil, ma propre-image, comme un masque sur le fond de la nuit. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 346.
b) [Le suj. désigne la source de lumière] Les compositions de Goya sont des nuits profondes où quelque brusque rayon de lumière ébauche de pâles silhouettes et d'étranges fantômes (Gautier, Tra los Montes,1843, p. 118).La fumée d'une flambée ébauchant dans ses méandres des monstres errants (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 97).
C.− P. ext. [Plan qualitatif, en parlant d'une chose terminée, mais imparfaite] Réaliser un ouvrage imparfait, grossier, non fini. Il enlève le râteau et reste saisi devant une caricature du prince ébauchée au charbon sur le pilastre (Sardou, Rabagas,1872, I, 3, p. 3).Les nids sont souvent à peine ébauchés, parfois bâclés (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 94):
5. Les peintures réelles sont à peine ébauchées et n'offrent rien de ces délicatesses de modelé et de ces mouvements expressifs que nous admirons dans les traductions − ces belles infidèles! − que nous propose ledit professeur. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1963, p. 208.
Emploi pronom. Dans le roc, un tronçon de route parfois s'ébauche avec des repentirs, dessine une grecque (Morand, Air indien,1932, p. 112).
Rem. On rencontre en ce sens ds la docum. des emplois adj. du part. passé. Le grand pas qui sépare l'art définitif de l'art ébauché est cette invention des formes accomplies que découvrent les yeux de l'âme (Taine, Philos. de l'art, t. 1, 1865, p. 115).
P. anal. [En parlant de productions naturelles] Cette pauvre dame romaine, ébauchée à demi (A. Daudet, Femmes d'artistes,1874, p. 175).Son corps énorme et mal ébauché (Zola, Le Capitaine Burle,1883, p. 144).
II.− Au fig. Action d'engager une action transitoire ou dont le caractère est de rester inachevée. (Quasi-) synon. dessiner, esquisser, tracer; anton. achever, accomplir.
A.− Exprimer quelque chose au moyen d'un demi-geste. Ébaucher un sourire, une moue. L'abbé Volland se leva en ébauchant élégamment un de ces saluts ecclésiastiques qui ressemblent à une révérence (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 30).Il se contenta d'ébaucher un geste énergique de protestation (Martin du G., Thib.,1940, p. 806).Il quitta la pièce, s'arrêta hésitant sur le seuil, ébauchant de la main un signe qui ne s'acheva pas (Gracq, Syrtes,1951, p. 131).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. Ses gestes ébauchés et qui s'arrêtaient net (Cendrars, Main coupée, 1946, p. 277).
Emploi pronom. Peut-être un sourire contenu (...) mais déchiffrable pour son copain (...) s'ébaucherait-il sur les lèvres du Vidame (Arnoux, Solde,1958, p. 75).
B.− Dessiner un mouvement dans une intention particulière. Il pensait à ce faible mouvement qu'elles [ces mains] ébaucheraient pour se joindre (Saint-Exup., Vol nuit,1931, p. 105).Donnez-moi d'ébaucher un geste dont la pleine efficacité m'apparaîtra en face des puissances de diminution et de mort (Teilhard de Ch., Milieu divin,1955, p. 79):
6. Il [le sujet] ébauche plusieurs mouvements selon la ligne droite et selon différentes courbes, et si l'un de ces mouvements se trouve être circulaire, il l'achève promptement. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception,1945, p. 127.
C.− Engager une relation non-durable. Ébaucher des amitiés, des amours, des idylles. (Quasi-)synon. amorcer, entamer, entreprendre.Tous les jours elle faisait son tour du lac, ébauchant là des connaissances qui se dénouaient ailleurs (Zola, Nana,1880, p. 1450).J'essayai en manière de préambule d'ébaucher une sorte de conversation anodine (Céline, Voyage,1932, p. 263).
Emploi pronom. Que d'aventures s'ébauchent et se défont dans cet endroit de Paris si accueillant (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 118):
7. Des amours s'ébauchaient entre jeunes gens de l'île, arrangées le plus souvent ou approuvées par les familles, et qui vêtaient, sur l'étroit récif, un caractère instant. Queffélec, Le Recteur de l'île de Sein,1944, p. 152.
Prononc. et Orth. : [eboʃe]. Demi-longueur de [o] ds Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930. Enq. : /eboʃ, D/ (il) ébauche. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1369 a. pic. esbosquier « dégrossir (des poutres) » (Arch. Nord, B 15275, fol. 52 ds IGLF); 2. 1380 esbochier « réaliser l'ébauche d'un objet » (doc. 12 déc. ds Ch. Dehaisnes, Doc. et extraits divers concernant l'hist. de l'art dans la Flandre, l'Artois et le Hainaut avant le XVes., t. 2, p. 568); 1549 esbaucher (doc. 4 février ds M. Roy, Artistes et monuments de la Renaissance en France, t. 1, p. 172). Dér., à l'aide du préf. es- (é-*), dés. -er, de l'a. fr. bauch (bau*), proprement « poutre » (v. FEW t. 15, 1, p. 39a); les formes en -o témoignent dès l'orig. d'un croisement avec esbochier « tailler la vigne » (xives. ds Gdf.), dér. de l'a. b. frq. *bosk (bois*). Fréq. abs. littér. : 757. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 751, b) 1 586; xxes. : a) 989, b) 1 130. Bbg. Archit. 1972, p. 45. − Cohen 1946, p. 14 (s.v. ébauché).Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 135. − Rog. 1965, p. 91. − Sain. Sources t. 3 1972 [1930] p. 12.

Ébauché : définition du Wiktionnaire

Forme de verbe

ébauché \e.bo.ʃe\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe ébaucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ébauché : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBAUCHER. v. tr.
T. de Peinture et de Sculpture. Donner à un ouvrage les premiers traits en indiquant les parties principales. Ébaucher une statue, un tableau, une médaille. Il se dit également, en termes d'Arts, pour Dégrossir. Il se dit, figurément, en parlant des Productions de l'esprit. Cet auteur n'a fait encore qu'ébaucher son ouvrage.

Ébauché : définition du Littré (1872-1877)

ÉBAUCHÉ (é-bô-ché, chée) part. passé.
  • Qui est en ébauche. Tirer une Diane ou une Minerve hors d'un bloc de marbre qui n'est point encore ébauché, Descartes, Méth. II, 6. On s'attendait à une bataille ; le terrain s'y prêtait ; des ouvrages étaient ébauchés, mais tout avait été abandonné et l'on n'éprouvait pas la plus légère résistance, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 4.

    Fig. Les anciens les ont trouvées [les sciences] ébauchées par ceux qui les ont précédés, Pascal, Préf. Vide. Plus malheureux, je meurs, à ma gloire arraché, Et mon plus digne ouvrage est à peine ébauché, Millevoye, Élég. liv. II, Virgile. Du jour où la nature, au néant arrachée, S'échappa de tes mains comme une œuvre ébauchée…, Lamartine, Médit. I, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ébauché »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébauché eboʃe play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « ébauché »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « ébauché »

Langue Traduction
Corse disegno
Basque zirriborro
Japonais ドラフト
Russe черновой вариант
Portugais esboço, projeto
Arabe مشروع
Chinois 草案
Allemand entwurf
Italien bozza
Espagnol sequía
Anglais draft
Source : Google Translate API

Synonymes de « ébauché »

Source : synonymes de ébauché sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ébauché »



mots du mois

Mots similaires