Dégorger : définition de dégorger


Dégorger : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉGORGER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Lang. cour.
1. [Le suj. désigne une pers. ou un animal] Rendre par la gorge, vomir. Ils [des oiseaux] apportaient de la nourriture qu'ils dégorgeaient de leurs jabots (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 154).Ses joues se gonflèrent (...). Il dégorgea à plusieurs reprises un beau sang vermeil (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 376).
P. ext. Elle [l'abeille] se rend à la ruche, y dégorge son butin (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 114).
Au fig. Dégorger des injures. À défaut d'interlocuteur, elle se parlait à elle-même, dégorgeant et réavalant son ordure pour la revomir avec fracas, aussi longtemps que sa victime pouvait l'entendre (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 252):
1. Il [Jacques] s'efforce de se tarir, de se désencombrer, de s'évider. Il dégorge son trop-plein de moi, concombre tartiné du sel de la misère. Il se soutire des pintes de bon sang, et sans rire. Il s'épuise, la gueule ouverte. Queneau, Loin de Rueil,1944, p. 160.
En partic. Lâcher son argent, payer. (Quasi-)synon. rendre gorge. Synon. pop. cracher.Ils dégorgeaient un, deux, trois, quatre millions, plutôt que de laisser poursuivre (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 388):
2. Cordoue dégorgeait ses richesses, vomissait d'un coup tout ce que, depuis les Almohades, elle avait accumulé grâce à la vente de ses huiles, de son blé, de ses vins... Morand, Le Flagellant de Séville,1951, p. 118.
Arg. Avouer. Synon. pop. cracher (cf. Carabelli, [Lang. pop.]).
2. [Le suj. désigne un égout, une canalisation, un récipient] Déverser son contenu. Le Coenus dégorge son bourbier dans les eaux vives de l'étang (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 125).La bonbonne (...) se mit à dégorger un liquide glacé (Gracq, Beau tén.,1945, p. 55).
Emploi pronom. Se déverser. Vomir ainsi tes paroles par saccades comme une carafe qui se dégorge (Claudel, Endormie,1883, p. 10):
3. Les lacs [de la Finlande] y sont rangés, du nord au midi, en forme de Cordilières; ils se dégorgent les uns dans les autres, en descendant la plupart vers la Baltique; quelques-uns se déchargent dans la mer glaciale... Bernardin de Saint-Pierre, Harm. nat.,1814, p. 228.
P. ext. [Le suj. désigne une voie de communication, une foule] Trois rues se dégorgeaient dans le parvis (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 142).La foule arrivait (...). Il s'en dégorgeait des ruelles, des allées, des maisons (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 152).
Au fig. S'épancher, s'abandonner. C'est par moi [la Charité] (...) que l'on éclate en sanglots et que se dégorge la tendresse (Flaub., Tentation,1849, p. 335).
Emploi factitif. Déboucher un conduit obstrué. Dégorger les conduites d'eau des abreuvoirs (Courteline, Train 8 h 47,1888, p. 236).
MÉD. Une saignée locale, qui dégorge les vaisseaux (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 141).
Rem. On rencontre dans la docum. qq. ex. de dégorgé, ée, employé comme adj., en parlant d'inanimés concr. a) Vidé de son contenu. De vieux tubes [de couleurs] vides et dégorgés (Goncourt, M. Salomon, 1867, p. 132). b) Décharné, maigre. Anton. rond. Les chevilles trop en relief (...) les mollets dégorgés (Renard, Lanterne sourde, 1893, p. 89).
B.− Spécialement
1. ART CULIN. Débarrasser un aliment du sang ou des impuretés qui l'engorgent, en le trempant dans l'eau froide. Après avoir dégorgé et blanchi un petit foie gras de Strasbourg (Gdes heures cuis. fr., Carême, 1833, p. 135).
Rem. Dégorger est surtout utilisé, en ce sens, en emploi factitif (cf. infra II B 1).
2. ŒNOLOGIE. Débarrasser un vin mousseux de ses impuretés. Mille [bouteilles] dégorgées en un jour par chaque ouvrier (Hamp, Champagne,1909, p. 172).
3. TECHN. DIVERSES, notamment en . et TEINTURERIE. Nettoyer certaines matières à l'aide d'un solvant, pour les débarrasser de leurs impuretés. Dégorger du cuir (Ac.1835-1932).
II.− Emploi intrans.
A.− S'écouler, se déverser. (Quasi-)synon. déboucher.L'arche du petit pont, où le torrent dégorge (Lamart., Jocelyn,1836, p. 776).La Tamise (...) cet égout énorme, ce cloaque maxime où dégorgent les docks (Morand, Londres,1933, p. 321).
P. anal. Dégorger de. Déborder :
4. Les femmes attendaient les arrivages de Montpellier. Robes, manteaux, chapeaux, dentelles, souliers fins et dessous dégorgeaient de malles, de cartons, de boîtes sans nombre... Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 109.
Au fig. et p. métaph. La fureur d'Hérodias dégorgea en un torrent d'injures (Flaub., Trois contes,Hérodias, 1877, p. 200).Dégorger dans le journal m'avait fait quelque bien (Du Bos, Journal,1928, p. 19):
5. ... le général de Gaulle a le style de son destin, un style accordé à l'Histoire. Ne croyons pas que cela soit commun : il n'est que de lire les autres. Le général de Gaulle les a laissés se vider de leur encre (...). Il les a laissés dégorger... Mauriac, Le Nouveau Bloc-Notes,1961, p. 130.
Arg. Éjaculer (cf. Carabelli [Lang. pègre]).
Rem. On rencontre dans la docum. dégorgeant, ante, employé comme adj. Aux issues dégorgeantes, des traînées de blocs (Taine, Notes Paris, 1867, p. 251).
B.− Spécialement
1. ART CULIN. Faire dégorger des cervelles, des ris de veau (Ac.1932).Les tremper dans l'eau froide pour les débarrasser du sang. Faire dégorger du poisson (Ac.1932).Le mettre dans l'eau claire pour lui ôter le goût de vase ou de marée. Faire dégorger des concombres. Les mettre dans du sel pour enlever leur excès d'eau.
2. TECHN. DIVERSES. Abandonner ses impuretés dans un bain. Faire dégorger des laines (Ac.1835-1932).
Rem. On rencontre, de même, en emploi pronom. On la [l'épreuve] laisse se dégorger de son hyposulfite dans une grande bassine d'eau (Le Gray, Phot. sur papier et verre, 1850, p. 14).
Prononc. et Orth. : [degɔ ʀ ʒe], (je) dégorge [degɔ ʀ ʒ]. Le 2eg est suivi de e devant a ou o : dégorgeai(s), dégorgeons. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1299 pronom. « se déverser (d'un courant d'eau) » (Cart. du mont S. Mart., B.N. 1. 5478, fo59eds Gdf. Compl.); 2. 1501 « rendre par la gorge, vomir » (Le Livre de conduite du Régisseur, éd. G. Cohen, p. 50a); 1575 faire dégorger [des sangsues] (Paré, XV, 69 ds Littré); 1580 fig. « déverser un trop plein, rendre ce dont on s'est gorgé » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, I, XXV, p. 167); 1688 « se vider de ses occupants en parlant d'un lieu » (La Bruyère, IX ds Littré); 3. 1611 « vider, déboucher » (Cotgr.); 4. id. « débarrasser quelque chose des matières étrangères qu'elle contient (ici de la graisse) » (ibid.). Anton. de engorger*; préf. dé(s)-* (lat. dis-). Fréq. abs. littér. : 151. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 311.

Dégorger : définition du Wiktionnaire

Verbe

dégorger \de.ɡɔʁ.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre son trop-plein.
    • Sur la pente des toits exposés au soleil, la neige commença à mollir, puis elle fondit presque aussitôt et un bruit d'eau dégorgeant des chanlates ou ruisselant des tuiles sur la chaussée, annonça le dégel. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 157)
    • Si cet égout vient à se dégorger, il infectera le voisinage. - Les ravines ont fait dégorger cet étang. - Ce tuyau va se dégorger dans ce bassin.
    • (Figuré)Front-de-Bœuf, répliqua Jean, est plutôt homme à avaler trois manoirs comme celui d’Ivanhoé que d’en dégorger un seul. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • (Figuré) (Pronominal) La calle de Alcala, qui est l’artère où viennent se dégorger les rues populeuses de la ville, est pleine de piétons, de cavaliers et de voitures. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  2. (Spécialement) Faire rendre, aux sangsues, le sang qu’elles ont sucé.
    • Des sangsues dégorgées.
  3. Débarrasser un passage de ce qui l’obstrue.
    • L’escalier dégorgea son monde, et le silence fut rétabli dans la tour. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, réédition Le Livre de Poche, page 95)
    • Il faudrait dégorger cet évier, cet égout.
    • Un tuyau qui se dégorge, après avoir été longtemps bouché.
  4. Débarrasser des matières superflues ou étrangères.
    1. (En particulier) (Maroquinerie) Plonger du cuir dans l’eau courante pour en ôter les malpropretés.
    2. (En particulier) Fouler des laines, à l’eau claire pour les débarrasser du savon, de la terre, etc.
    3. (En particulier) (Cuisine) Plonger des abats dans l’eau pour les débarrasser du sang, ou des goûts naturels.
      • Faire dégorger des cervelles, des ris de veau.
      • Faire dégorger du poisson.
      • Deux jours durant, les fourneaux de la cuisine ne dérougirent pas. La ménagère et son assistante, Suzon, firent cuire, rôtir, bouillir, griller, farcir; elles lardèrent, dégorgèrent, braisèrent; on glaça, pana, habilla; bref, qui l’eût cru? le presbytère de Saint-Ildefonse semblait converti en une auberge où l’on allait donner à manger à tout un régiment. — (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, chapitre XX)
    4. (En particulier) (Cuisine) Enlever l’eau présente dans un légume.
      • Faire dégorger de la rhubarbe, une courgette, une aubergine, …
    5. (En particulier) (Œnologie) Décapsuler les bouteilles de champagne pour éliminer le dépôt de levures mortes.
  5. (Lorraine) Aiguayer, en parlant du linge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dégorger : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉGORGER. v. tr.
Rendre son trop-plein. Si cet égout vient à se dégorger, ou, elliptiquement, à dégorger, il infectera le voisinage. Les ravines ont fait dégorger cet étang. Ce tuyau va se dégorger dans ce bassin. Spécialement, Faire dégorger des sangsues, Leur faire rendre le sang qu'elles ont sucé. Des sangsues dégorgées. Il signifie aussi Débarrasser un passage de ce qui l'obstrue. Il faudrait dégorger cet évier, cet égout. Un tuyau qui se dégorge, après avoir été longtemps bouché. Il signifie, en termes d'Arts, Débarrasser des matières superflues ou étrangères. Dégorger du cuir, Le plonger dans l'eau courante pour en ôter les malpropretés. Faire dégorger des laines, Les fouler à l'eau claire pour les débarrasser du savon, de la terre, etc. Faire dégorger des cervelles, des ris de veau, Les plonger dans l'eau pour les débarrasser du sang. Faire dégorger du poisson, Le plonger dans l'eau claire pour qu'il perde le goût de la marée ou de la bourbe.

Dégorger : définition du Littré (1872-1877)

DÉGORGER (dé-gor-jé. Le g prend un e quand il est suivi d'un a ou d'un o : nous dégorgeons ; je dégorgeais) v. a.
  • 1Dégorger, rendre gorge, revomir. Polyphème dégorgeait en dormant les débris des malheureux qu'il avait dévorés. Il ne lui fut plus possible [à une femelle d'oiseau] d'aller prendre sa nourriture comme auparavant ; mais le mâle, toujours officieux et toujours empressé, allait la prendre pour elle et la lui dégorger dans le bec, Bonnet, Contempl. nat. XIe part. ch. 3, note 2.
  • 2 Terme de couture. Dégorger une chemise de femme, couper l'étoffe d'une chemise pour laisser passer la tête et dégager le cou.
  • 3Déboucher un canal, débarrasser un passage obstrué. Dégorger un tuyau, une gouttière, un égout.
  • 4 Terme d'arts. Dépouiller, nettoyer une chose des substances étrangères qu'elle contient. Dégorger du cuir. Dégorger de la laine ou de la soie, les laver dans l'eau de rivière, après les avoir fait cuire dans divers ingrédients.

    Dégorger du poisson, le mettre dans de l'eau pure pour lui faire perdre le mauvais goût qu'il a contracté dans de l'eau fangeuse

    Fig. et familièrement, se débarrasser comme par dégorgement. Il faut laisser les Velches dégorger leur Roméo et leur Juliette, Voltaire, Lett. d'Argental, 21 sept. 1772. J'élève un acteur de province qui a de la figure, de la noblesse et de l'âme ; quand je lui aurai fait dégorger le ton provincial, je vous l'enverrai, Voltaire, Lett. d'Argental, 20 juin 1767.

  • 5 Terme de vétérinaire. Dégorger un cheval, le promener pour lui faire dissiper quelque engorgement.
  • 6 V. n. Se répandre, déborder. Si l'égout vient à dégorger, il infectera le voisinage.
  • 7Se dégorger, v. réfl. Se désobstruer, se déboucher.
  • 8Épancher ses eaux. Des rivières qui, cherchant à se dégorger dans l'Océan, trouvent leur embouchure fermée par des sables que le mouvement de la mer y a poussés durant la saison sèche, Raynal, Hist. phil. IV, 4. Des torrents larges et profonds comme des mers se dégorgent des détroits de Baffin, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. liv. I, Tabl. général.

    Avec ellipse du pronom se. Les ravines d'eau ont fait dégorger cet étang. Quand le Tigre, effrayé, de ses grottes profondes Jusqu'aux monts d'alentour fit dégorger ses ondes, Rotrou, Bélis. V, 5.

    Épancher ce qui est comparé à de l'eau, à un liquide. J'évite d'être repoussé à une porte par la foule innombrable de clients et de courtisans dont la maison d'un ministre se dégorge, La Bruyère, IX. Ne troublez pas le Dieu qui me met en fureur ; Je sens qu'en tons heureux ma verve se dégorge, Regnard, Folies amour. II, 7.

  • 9Se débarrasser de substances étrangères, de la bourbe. La laine se dégorge dans l'eau de rivière. Donnez à ces poissons le temps de se dégorger.

    Avec ellipse du pronom se. Faire dégorger des sangsues, leur faire rendre le sang qu'elles ont pris. Faire dégorger du poisson, le mettre dans l'eau claire pour qu'il perde le goût de marée ou de bourbe.

  • 10Cesser d'être engorgé, enflé. Les jambes de ce malade commencent à se dégorger.

HISTORIQUE

XVe s. Le duc avoit aucun murmurement en cueur qui point ne degorgeoit, Chastelain, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Elle se fasche et se desgorge contre Dieu et son mari, à cause qu'elle est contrainte d'espandre le sang de son fils, Calvin, Instit. 1064. Ceux qui desgorgent des resveries si monstrueuses, Calvin, ib. 1108. Nos pedantes vont pillotant la science dans les livres et ne la logent qu'au bout de leurs levres pour la degorger seulement et mettre au vent, Montaigne, I, 143. Ayant desgorgé une bottelée de paragraphes, Montaigne, IV, 174. Il faut garder les sangsues environ un mois et plus, à fin qu'elles se desgorgent de leur boue et ordure… et qui les appliqueroit sans estre desgorgées, elles, etc… il les convient faire desgorger et vomir leur ordure auparavant que les appliquer, Paré, XV, 69. Les rossignols gringottent et desgorgent ainsi que peut faire le plus parfait chantre du monde, Paré, Animaux, 19. Que dirai plus ? grandes tours submergées, Cachées sont sous les eaux desgorgées, Marot, IV, 27. Et [Io] s'efforçant lamenter, de sa gorge Un cri de vache et mugissant desgorge, Marot, IV, 47. Mais cependant Venus, de deuil attainte, Desgorge ainsi à Neptune sa plainte, Du Bellay, J. IV, 37, verso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉGORGER. Ajoutez :
11 Terme d'artillerie. Percer à l'aide du dégorgeoir le sachet qui renferme la charge de poudre d'un canon.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dégorger »

Étymologie de dégorger - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dérivé de gorger avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de dégorger - Littré

Dé… préfixe, et gorge.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dégorger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dégorger degɔrʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « dégorger »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe dégorger

Évolution historique de l’usage du mot « dégorger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dégorger »

  • Salez et laissez-le dégorger 15 min dans une passoire. Rincez-le et essuyez-le avec un torchon propre. NotreTemps.com, Diététique: tartinez maison, c’est meilleur!
  • Plus loin, l’institution Étatique de protection des droits de l’homme exhorte l’État de travailler en vue de dégorger les prisons car au niveau des centres carcéraux du pays, ils existent des détenus qui méritent d’être libérés tels que: les prisonniers malades, ceux n’ayant pas de dossier, les prisonniers qui ont déjà purgé leurs peines et qui sont toujours à l’intérieur des peines. Constant Haïti, Grâce présidentielle : Joseph Jouthe demande au MJSP de surseoir à la libération des graciés
  • 7 . Après les avoir bien fait dégorger, passez les aubergines à la poêle à feu fort pour les faire griller de chaque côté ! Puis mettez-les de côté. Le Tribunal Du Net, Dégustez cette véritable moussaka grecque !
  • Les policiers découvrent des bouteilles d’alcool à moitié vides, des somnifères et encore du linge tâché de sang. Le compagnon de la victime était transféré dans les locaux de la police judiciaire et examiné  par un médecin car  il avait tenté de taillader les veines après avoir tenté dégorger Djemila T. L’autopsie a révélé une douzaine de coups de couteau  portés sur la malheureuse.  Le coup fatal serait celui donné dans l’abdomen aurait sectionné une artère et provoqué la mort de  cette Alésienne qui partageait la vie du  suspect. Leurs relations s’étaient tendues au point qu’elle voulait apparement se séparer de lui et le mettre dehors de l’appartement. En garde à vue, il niait les faits puis finissait par reconnaitre les coups de couteau et avoir frappé  la victime avec une jardinière en béton. Le mobile ? Il n’aurait pas supporté la séparation qui s’annonçait mais surtout sa compagne lui aurait révélé qu’elle le trompait se  prostituait parfois. Il expliquait qu’il avait bel et bien voulu se suicider après avoir l’homicide. midilibre.fr, Gard : égorgée et poignardée à 12 reprises à Alès, un accusé jugé à Nîmes pour féminicide - midilibre.fr
  • Commencez par préchauffer votre four à 180°C (chaleur tournante). Épluchez les tiges de rhubarbe, découpez-les en tronçons et faites-les dégorger dans un plat en les recouvrant de sucre pendant 30 min (minimum) au réfrigérateur. Déposez les filets de poisson au four côté peau, arrosez d’un filet d’huile, salez, poivrez. Comptez 15 min de cuisson environ (vérifier avec la pointe du couteau).  Europe 1, La recette de Guillaume de Tonquédec : le filet de saumon grillé, pommes et rhubarbe
  • Les concombres sont de véritables alliés car ils contiennent beaucoup d’eau (96%), alors pourquoi vouloir les faire dégorger à tout prix ? Ne serait-il pas plus judicieux d’adapter nos sauces et/ou nos recettes au fait que dès que coupés, ils vont rendre de l’eau ?  France Bleu, Concombres farcis
  • *Beaucoup de personnes ne digèrent pas les aubergines, il faut alors les faire dégorgerFrance Bleu, Aubergine à la régine
  • Par toute son éducation, par tout ce qu'il voit et entend autour de lui, l'enfant absorbe une telle somme de sottises, mélangés à des vérités essentielles, que le premier devoir de l'adolescent qui veut être un homme sain est de tout dégorger. De Romain Rolland / Jean-Christophe

Traductions du mot « dégorger »

Langue Traduction
Corse disgorgante
Basque disgorging
Japonais むくむ
Russe дегоржаж
Portugais vomitando
Arabe مزعج
Chinois 散布
Allemand degorgieren
Italien sboccatura
Espagnol degüelle
Anglais disgorging
Source : Google Translate API

Synonymes de « dégorger »

Source : synonymes de dégorger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dégorger »



mots du mois

Mots similaires