La langue française

Dauphin

Définitions du mot « dauphin »

Trésor de la Langue Française informatisé

DAUPHIN1, subst. masc.

A.− Cétacé carnivore au museau allongé, à la bouche garnie de dents. Ces gais dauphins aux geysers de mercure (Laforgue, Poés. complètes,1887, p. 18).Le dauphin symbolisait l'Apollon delphique (Déchelette, Archéol. préhist., celt. et gallo-romaine,t. 2, 1914, p. 422):
1. Les dauphins, dit-il, sont tout bonnement de petits cachalots que les marins appellent des oies de mer, à cause d'une certaine ressemblance dans la forme de la tête. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 363.
B.− Emplois spéc.
1. ASTRON. ,,Constellation de l'hémisphère septentrional`` (Ac. 1835, 1878).
2. TECHNOL. Tuyau d'écoulement d'une fontaine, représentant la tête d'un dauphin. Ces dauphins moussus et tortillés bizarrement qui crachent l'eau à gros bouillons dans la vasque sonore des fontaines (Arène, Veine arg.,1896, p. 157):
2. Ton dauphin [d'une source] verdi par le lierre Ne lance plus de ses naseaux, En jets ondoyants de lumière, L'orgueilleuse écume des eaux. Lamartine, Harmonies,La Source dans les bois, 1830, p. 352.
Prononc. et Orth. : [dofε ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Mil. xiies. daufin (Roman d'Alexandre, ms. Arsenal, 720 ds Elliott Monographs, t. 1, p. 38). Du lat. pop. *dalphinus (710 ds H. Schuchardt, Der Vokalismus des Vulgärlateins, t. 1, 214), lat. class. delphinus, gr. δ ε λ φ ι ́ ς, ι ̃ ν ο ς de même sens. L'hyp. d'un empr. à l'a. prov. dalfi : xiiie-xives. ds Rayn. (J. Brüch ds Z. fr. Spr. Lit., t. 50, 1927, p. 327; Bl. W.1-5) ne semble pas nécessaire, cf. aumône. Bbg. Goug. Mots t. 3 1975, p. 75. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 114, 284. − Sain. Lang. par. 1920, p. 264.

DAUPHIN2, subst. masc.

A.− HIST. MÉDIÉV. Titre porté par les seigneurs du Dauphiné. Les Sarrasins du Fraxinet, par bandes, Infestent la Provence et le bas Dauphiné; Humbert, dauphin de Vienne, est chez lui confiné (Hugo, Légende,t. 6, 1883, p. 142).
B.− [À partir de 1349] Titre de l'héritier présomptif de la couronne de France. Monseigneur le Dauphin :
... il [Philippe VI] trouvera le moyen d'acquérir Montpellier et le Dauphiné, d'où les fils aînés des rois de France prendront le titre de dauphins. Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 92.
P. ext.
1. Successeur présumé d'un personnage important. Si Pierre Laval a été éliminé du gouvernement, s'il a cessé provisoirement d'être « dauphin », c'est qu'on avait la preuve de sa grande trahison (L'Œuvre,20 janv. 1941).
2. P. anal. MmeSarrasin, depuis le retour de l'enfant prodigue, son dauphin, le fils aîné de ses espérances, (...) était aussi complètement heureuse qu'on peut l'être ici-bas (Verne, 500 millions,1879, p. 171).
Prononc. et Orth. Cf. dauphin1. Étymol. et Hist. 1. Ca 1245 titre du seigneur de Dauphiné dalfin de Vïenois (Ph. Mousket, Chron., 30067 ds T.-L.); 2. 1360 Dalphin de Viennois titre du fils aîné des rois de France (Ranç. de Jean, p. 132 ds Gdf. Compl.); 1410 doffin (Mém. de P. de Fénin, ibid.); 1420 dauphin (Archives du Nord, B 4025, fo2 ds IGLF); 1654 « fils et successeur du roi » (Cyrano de Bergerac, Pédant joué, 190, ibid.); 1690 (Fur. : On appelle figurément chez les bourgeois un Dauphin, le fils unique de la maison, ou celuy de la personne duquel on a grand soin); 1941 « successeur de quelqu'un » (L'Œuvre, 20 janv.). Cognomen des seigneurs du Dauphiné (dep. 1110-40 ds Bibliothèque de l'École des Chartes, t. 54, 1893, pp. 434-435) et d'Auvergne (dep. 1167, ibid., p. 449) devenu nom patronymique, puis titre (1281 en Auvergne, ibid., p. 450; 1282 en Dauphiné, ibid., p. 442) qui fut attribué au fils aîné du roi de France dep. la cession du Dauphiné à la France en 1349; du prénom b. lat. dalphinus (Ves. ds TLL onomasticon, s.v. Delphinus2, 93, 24), delphinus (IVes., ibid., 93, 26) porté en particulier par un évêque de Bordeaux de la fin du IVes. L'apparition du dauphin sur les écus des comtes de Vienne et d'Auvergne est due à leur nom.
STAT. − Dauphin1 et 2. Fréq. abs. littér. : 801. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 039, b) 476; xxes. : a) 310, b) 370.
BBG. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 390.

Wiktionnaire

Nom commun 1

dauphin \do.fɛ̃\ masculin

  1. (Mammalogie) Mammifère marin ou fluvial, odontocète, de l’ordre des cétacés, de moins de cinq mètres, généralement dotés d'un rostre long.
    • Le marsouin est une espèce de dauphin.
    • Dans les attributs, les armoiries, etc., on représente ordinairement les dauphins sous la figure de poissons à tête grosse et ronde.
    • — Les dauphins, dit-il, sont tout bonnement de petits cachalots que les marins appellent des oies de mer, à cause d’une certaine ressemblance dans la forme de la tête.
      Mais Miss Bell ne voulait pas croire que le monstre qui porta le poète Arion au promontoire de Ténare eût une tête d’oie.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, pages 352-353)
  2. (Architecture) Robinet d'une fontaine, représentant la tête d'un dauphin.
    • Ces dauphins moussus et tortillés bizarrement qui crachent l'eau à gros bouillons dans la vasque sonore des fontaines. — (Arène, Veine arg., 1896)
    • Ton dauphin verdi par le lierre
      Ne lance plus de ses naseaux,
      En jets ondoyants de lumière,
      L'orgueilleuse écume des eaux.
      — (Alphonse de Lamartine, La Source dans les bois, 1830)
  3. (Papeterie) Papier dont le filigrane est un dauphin.
  4. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Comme tous les cétacés, l’héraldique le considère comme un poisson mais sa posture est singulière. Il est représenté de profil et posé en pal, la queue et la tête orientées à dextre.
    • De sinople à deux cotices ondées d’argent, accompagnées en chef d’un épi de maïs d’or et en pointe d’un épi de blé du même, au dauphin d’azur barbé, crêté, lorré, peautré et oreillé de gueules, brochant sur le tout, qui est de Sardieu → voir illustration « armoiries avec un dauphin »
  5. (Yoga) Position de yoga.
  6. (Cuisine) Fromage au lait de vache du nord de la France.
    • Le fromage dauphin est un fromage de Maroilles très fin ; il a la forme de l’animal marin qui lui donne son nom.

Nom commun 2

dauphin \do.fɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : dauphine)

  1. Titre que portaient les princes du Viennois ou Dauphiné.
    • Les Sarrasins du Fraxinet, par bandes,
      Infestent la Provence et le bas Dauphiné
      Humbert, dauphin de Vienne, est chez lui confiné.
      — (Victor Hugo, La Légende des siècles, 1883)
  2. (Par extension) Titre du futur roi de France.
    • Or dans le château de Genappe demeurait alors le 'dauphin Louis, fils de Charles VII, méditant son prochain règne au milieu d'une société de gens d'esprit qui n'étaient pas renommés pour professer les opinions de tout le monde. — (« Bulletin bibliographique » dans la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, volume 4, Paris : chez Firmin Didot, 1842-1843, page 584)
    1. Livre fait par l'ordre de Louis XIV pour l'éducation de son fils, élève de Bossuet.
      • Je ne dois pas oublier ici le service qu'il rendit aux lettres, en nous procurant cette suite de commentaires qui se nomment communément les dauphins, quoique la première idée en fût venue à M. de Montausier ; on est redevable à M. Fenet d'en avoir tracé le plan et dirigé l'exécution. — (D’Olivet)
  3. (Par extension) Héritier d’un personnage important.
    • X. a désigné son dauphin.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DAUPHIN. n. m.
T. de Zoologie. Genre de mammifères de la famille des Cétacés, qui ont la forme extérieure d'un poisson. Le marsouin est une espèce de dauphin. Dans les attributs, les armoiries, etc., on représente ordinairement les dauphins sous la figure de poissons à tête grosse et ronde. Il est aussi le Titre que portaient les princes du Viennois ou Dauphiné, et qui avait passé aux fils aînés des rois de France, depuis la réunion de cette province au royaume. Monseigneur le Dauphin. Les Dauphins de France. On appelait Dauphine la Femme du Dauphin. Madame la Dauphine.

Littré (1872-1877)

DAUPHIN (dô-fin) s. m.
  • 1 Terme d'histoire naturelle. Gros poisson de mer de la famille des cétacés, carnivore, et dont la graisse fournit une huile (delphinus delphis). Les récits de l'antiquité faisaient de ce poisson un ami de l'homme, et l'on racontait qu'Arion, jeté à la mer, fut sauvé par un dauphin. Un navire en cet équipage Non loin d'Athènes fit naufrage ; Sans les dauphins tout eût péri ; Cet animal est fort ami De notre espèce ; en son histoire Pline le dit ; il le faut croire, La Fontaine, Fabl. IV, 7. Le dauphin appartient au genre des baleines ; mais sa taille est bien inférieure à celle des grandes baleines ; il n'a que six à sept pieds de long sur une grosseur proportionnée, Bonnet, Contempl. nat. 10e part. ch. 25. Les dauphins émigrent par troupes d'une mer dans une autre, Bonnet, ib.
  • 2Constellation de l'hémisphère septentrional.
  • 3 Terme de blason. Dauphin vif, celui qui a la gueule close. Dauphin pâmé, celui qui a la gueule béante. Dauphins couchés, ceux qui ont la tête et la queue tournées vers la pointe de l'écu.
  • 4 Terme de commerce. Espèce de papier.

    Sorte d'étoffe de laine.

  • 5 Terme de construction. Pierre creusée d'un trou recourbé pour le passage de l'eau. Extrémité coudée et inférieure d'un tuyau de descente.

    Terme de marine. Pièces de bois courbes qui servent à lier l'éperon et la guibre d'un bâtiment, avec l'étrave, les aiguilles et le corps.

  • 6Machine qui sert à plonger.

    Sorte de pièce d'artifice qui entre dans l'eau et en sort.

  • 7 Terme de guerre navale dans l'antiquité. Masse de plomb suspendue aux antennes des vaisseaux qu'on laissait tomber sur le vaisseau ennemi pour l'enfoncer.
  • 8Nom du cormoran.

    Nom d'une coquille univalve.

  • 9Titre attaché à certaines seigneuries. Dauphin d'Auvergne. Dauphin du Viennois.

    Titre qui fut donné, à partir de Philippe de Valois, au fils aîné des rois de France, après la réunion du Dauphiné à la couronne, le dernier seigneur du Dauphiné, Humbert III, en 1343, ayant mis pour condition de la cession de sa seigneurie que le fils aîné serait ainsi nommé. M. le dauphin [le fils de Louis XIV] entre dans tous les conseils ; n'approuvez-vous pas encore cette conduite ? c'est proprement l'associer à l'empire, Sévigné, 14 avril 1691.

    Grand dauphin, titre donné quelquefois au dauphin fils de Louis XIV, et père du duc de Bourgogne. Le petit dauphin, le duc de Bourgogne.

    On nommait, dans les familles, dauphin le fils unique de la maison ou celui de qui on avait grand soin. Vous me parlez de votre dauphin, je vous plains de l'aimer si tendrement, Sévigné, dans le Dict. de DOCHEZ.

    On appela dauphins tous les livres faits par l'ordre de Louis XIV pour l'éducation du dauphin, son fils et élève de Bossuet. Je ne dois pas oublier ici le service qu'il rendit aux lettres, en nous procurant cette suite de commentaires qui se nomment communément les dauphins, quoique la première idée en fût venue à M. de Montausier ; on est redevable à M. Fenet d'en avoir tracé le plan et dirigé l'exécution, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 394, dans POUGENS.

    Adjectivement. Édition dauphine, édition de ces auteurs. Critique dauphine, les commentaires dont on a accompagné l'édition de ces auteurs.

HISTORIQUE

XVe s. Quant le duc Jehan fut venu à Paris, le roy Charles et le doffin luy firent grant joie, Fenin, 1411.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DAUPHIN. Ajoutez :
10Nom d'un fromage. Le fromage dauphin est un fromage de Maroilles très fin ; il a la forme de l'animal marin qui lui donne son nom, Heuzé, la France agricole, carte n° 44.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DAUPHIN, delphinus, s. m. (Hist. nat. Ichthiol.) poisson cétacée ; on l’a aussi appellé bec d’oie, parce qu’il a les mâchoires allongées & ressemblantes en quelque façon à celles de l’oie. On donne à ce poisson différens noms, dont la plûpart signifient en diverses langues ou jargons, porc de mer ou poisson-porc, parce que le dauphin a de la graisse & du lard comme le cochon, & qu’il ressemble, dit-on, à cet animal par la conformation des parties intérieures, c’est-à-dire qu’il ressemble à cet égard, comme les autres cétacées, aux quadrupedes en général.

La peau de ce poisson est dure & lisse, le corps allongé, le dos voûté, le museau long, la bouche grande, les dents petites & pointues, la langue charnue, mobile, & découpée par les bords ; les yeux grands & recouverts par la peau, de façon qu’on n’en voit que la prunelle ; ils sont placés prês de la commissure des levres : l’ouverture de l’oreille est derriere l’œil, mais si petite qu’on la voit à peine : il y a au-dessus du museau un orifice fait en forme de croissant, qui communique à un double conduit par lequel le dauphin respire l’air & rejette l’eau. Ce poisson a deux fortes nageoires qui tiennent à la poitrine, & en a une autre posée verticalement, en partie osseuse & en partie cartilagineuse, sans arrêtes ni aiguillons. La queue est composée de deux nageoires qui sortent des côtés, & qui forment un demicercle. On voit sous le bas-ventre l’ombilic, les parties de la génération, & l’anus. Le dos est noir & le ventre blanc, la peau épaisse & ferme ; cependant elle cede sous la main, parce qu’il y a de la graisse dessous, comme dans les cochons. La chair du dauphin est noirâtre, & ne differe pas beaucoup de celle du cochon & du bœuf : en Languedoc on n’en mange que par nécessité, car elle a une mauvaise odeur. Ce poisson a des os, comme les quadrupedes, & leur ressemble par les parties intérieures du corps, comme les autres poissons cétacées : il n’a point de vesicule du fiel. Le mâle & la femelle ont les parties de la génération semblables à celles des animaux quadrupedes ; ils s’accouplent en s’approchant l’un de l’autre par le ventre, & en s’embrassant avec leurs nageoires. La femelle n’a ordinairement qu’un fœtus à la fois, ou deux au plus ; son terme est à six mois : elle allaite ses petits, & les porte lorsqu’ils ne peuvent pas nager, & les accompagne pendant long-tems. Ces animaux prennent tout leur accroissement en dix années : on croit qu’ils vivent vingt-cinq ou trente ans. On dit qu’ils dorment en tenant le museau au-dessus de l’eau pour respirer, & en remuant doucement les nageoires pour se soutenir : on prétend aussi qu’ils ronflent. Ils peuvent vivre plus long-tems hors de l’eau que dedans ; ils y meurent suffoqués, si on les y retient : Gesner en a vû un qui a vécu trois jours hors de l’eau. Lorsqu’ils sont pris, ils se plaignent & ils répandent des larmes ; ces animaux rendent quelques sons, & ont une sorte de voix. Bellon dit qu’ils vont dans la mer aussi vîte qu’un oiseau dans l’air ; cependant leurs nageoires sont petites, & il y a lieu de croire que la rapidité & la continuité du mouvement de ces animaux, vient de l’agilité & de la force de leur corps. Lorsqu’on les voit s’agiter à la surface de l’eau, & pour ainsi dire se joüer sur la mer, on en tire l’augure d’une tempête. Ils vont par troupes ou seulement deux a deux, le mâle avec la femelle ; mais jamais seuls, au rapport de Bellon. Cet auteur a appris des Grecs de la Propontide, que les dauphins font des migrations ; ils vont de la mer Méditerranée vers le septentrion, dans les mers de l’Hellespont & de la Propontide ; ils restent quelque tems au Pont-Euxin, & ensuite ils reviennent d’où ils sont partis : ils se battent par troupes contre les bonitons. Le dauphin differe du marsoüin par la bouche, voyez Marsouin. On sait assez que la vraie figure du dauphin a peu de rapport à celles qui entrent dans le Blason, & à celles que font les sculpteurs & les peintres sous le nom de cet animal. Il ne sera pas question de l’amour qu’il a, dit-on, pour les enfans, & de son goût prétendu pour la musique, ni de l’attention qu’on a crû remarquer en ce poisson, lorsqu’on l’appelle du nom de Simon ; ce qui a été rapporté à ce sujet par différens auteurs, tant anciens que modernes, paroît si fabuleux, qu’un Naturaliste ne pourroit guere être tenté d’en faire l’objet de ses observations. Rond. de pisc. Willughby, hist. pisc. Voyez Poisson. (I)

Dauphin, (Astronom.) est le nom que les Astronomes ont donné à une constellation de l’hémisphere boréal. Les étoiles de cette constellation sont au nombre de dix, selon Ptolomée & selon Tycho, & au nombre de dix-huit selon Flamsteed. Voy. Constellation. (O)

Dauphin, s. m. (Hist. anc.) arme offensive ou machine de guerre chez les anciens ; ils s’en servoient pour percer & couler à fond les galeres. C’étoit une masse de plomb ou de fer qui produisoit cet effet par l’impétuosité avec laquelle elle étoit lancée. Peut-être étoit-ce la même chose que ce qu’on nomma depuis corbeau. Voyez Corbeau. Il est fait mention de ces dauphins dans la bataille navale que les Athéniens commandés par Nicias perdirent contre les Syracusains. (G)

* Dauphin, (Hist. anc.) ornement des cirques anciens. On les y voyoit sur de petites colonnes à l’endroit appellé la spina circi. Voyez Cirque. On prétend qu’on élevoit un dauphin à chaque course, & qu’on pouvoit compter le nombre des courses par celui des dauphins. D’autres ajoûtent qu’ils étoient placés sur des globes, comme on voit quelquefois les coqs au haut des clochers.

Dauphin ou Daufin, (Hist. mod.) est le nom que l’on a donné depuis le milieu du douzieme siecle au prince qui possédoit la province viennoise. L’origine de ce nom est assez incertaine : les uns le font venir d’un dauphin que Boson fit peindre dans son écu, pour marquer la douceur de son regne ; mais cette étymologie est fausse, puisque Boson vivoit au milieu du neuvieme siecle, & que les dauphins ne prirent ce titre que plus de trois cents ans après, c’est-à-dire au milieu du douzieme siecle : d’autres du château Dauphin, bourg dans le Briançonnois, que ces princes avoient fait bâtir. Mais son origine la plus vraissemblable est que Guy V. dit le vieux prit le titre de dauphin pour faire honneur à Albon comte de Vienne surnommé dauphin, dont il avoit épousé la fille aînée. D’abord les seigneurs de cette province porterent le titre de comtes d’Albon & de Grenoble, ou de Gresivaudan. Quatre princes du nom de Guy ou de Guignes eurent le même titre. Mais Bertholde IV. duc de Zeringhen céda le comté de Vienne à Guigue V. & ce fut lui qui le premier fut surnommé dauphin au milieu du douzieme siecle. Il fut le dernier mâle de sa maison, & Béatrix sa fille & son héritiere porta le Dauphiné dans la maison des anciens ducs de Bourgogne. Elle mourut en 1228, & son fils Guigne VI. ou André fut le chef de la seconde race des dauphins. Cette seconde race ne subsista pas long-tems, & finit par la mort de Jean I. l’an 1282. Sa sœur Anne porta cette principauté dans la maison de la Tour Dupin, en épousant Humbert I. Trois autres dauphins lui succéderent, dont le dernier fut Humbert II. qui donna sa principauté en 1349 à Charles de France petit-fils de Philippe de Valois, & l’en revêtit la même année en lui remettant l’ancienne épée du Dauphiné, la banniere de S. George, avec le sceptre & un anneau. L’amour qu’il avoit pour ses sujets continuellement tourmentés par les comtes de Savoie, l’engagea à les donner à un prince puissant, capable de les protéger & les défendre contre une puissance étrangere. Depuis cet heureux moment il y a eu vingt-trois dauphins du sang des rois de France, & ce titre ne s’accorde qu’au fils aîné du Roi, & ne passe à un cadet qu’en cas de mort de l’aîné. (a)

Dauphin. On dit, dans le Blason, dauphins vifs & dauphins pâmés : le dauphin vif a la gueule close, & un œil, des dents, & les barbes, crêtes & oreilles, d’émail différent. Le dauphin pâmé a la gueule béante, comme évanoüi ou expirant, & il est d’un seul émail. On dit que les dauphins sont couchés, lorsqu’ils ont la queue & la tête tournées vers la pointe de l’écu. Trév. & le P. Ménetr. (V)

Dauphin, (Artificier.) On appelle ainsi vulgairement cet artifice d’eau que les gens de l’art appellent genouillere, parce qu’on le voit entrer & sortir de l’eau à-peu-près comme les dauphins. Dictionn. de Trév.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dauphin »

(Nom 1) (XIIe siècle)[1] De l’ancien français daufin, dalphin, dalfin, du latin vulgaire *dalphinus, du latin delphīnus (« dauphin »)[2], du grec ancien δελφίς, delphís (« dauphin ») par son génitif singulier δελφῖνος, delphînos.
(Nom 2) (XIIIe siècle)[1] Du prénom Dauphin désuet qui nous reste sous la forme féminine Delphine devenu cognomen des seigneurs du Dauphiné. Le comté du Viennois (ou Dauphiné) étant devenu l’apanage du fils ainé du roi de France, il devient le titre homonyme de « héritier de la couronne ». Jusqu’au règne de Louis XIV, on parlait de « dauphin de Viennois », après lui, de « dauphin de France ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. dalfin ; catal. delfi ; espagn. delfin ; portug. delfim ; ital. delfino ; du latin delphinus, du grec δελφὶς, dauphin, le même que βελφὶν et pouvant de la sorte être rapproché du latin bellua, grosse bête. Quant au dauphin, fils aîné du roi de France, ce nom, porté par les seigneurs du Viennois et transmis à la famille royale lors de la cession du Dauphiné à la couronne de France, était un nom propre, Delphinus, le même que le nom du poisson ; Dauphiné, nom de province, dérive du nom de ces seigneurs, qui avaient pris pour leurs armes trois dauphins.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dauphin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dauphin dofɛ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dauphin »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dauphin »

  • Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. De Jacques-Yves Cousteau
  • S’il a été remarqué que quelques dauphins pouvaient reconnaitre jusqu’à cinquante mots de notre langue, aucun humain n’a jamais pu comprendre un seul mot de la leur. De Carl Sagan
  • Si je devais me réincarner, j’aimerais que ce soit en dauphin. De Florence Arthaud / Elle, 12 août 1991
  • Il y a infiniment plus de différence entre deux humains qu’entre un renard et un dauphin. De Francis Dannemark / Qu’il pleuve
  • Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole. De Michel Audiard / Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages
  • Il conforte également la place de dauphin de City qui a désormais 11 points d'avance sur Leicester (3e). L'Obs, Angleterre: le champion Liverpool corrigé par son dauphin City
  • C’est en Chine, que le premier dauphin robot rencontrera le public ! En effet depuis peu, la Chine interdit le commerce de la faune, pourtant il faut continuer à satisfaire les visiteurs de l’aquarium. NeozOne, Des spécialistes des effets spéciaux travaillent sur "dauphin robot" pour remplacer les cétacés dans les parcs aquatiques - NeozOne
  • Des "dauphins-robots" pourraient, à terme, se substituer aux animaux marins injustement détenus en captivité. ©C'est Assez ! , Des dauphins-robots pour mettre fin à la captivité des animaux marins ? - Fondation 30 Millions d'Amis
  • Divertir les humains tout en protégeant les animaux des parcs aquatiques ? C'est possible, selon deux entreprises récemment récompensées par l'association Peta, qui proposent de remplacer les dauphins par des robots plus vrais que nature. CNEWS, Vidéo : un robot-dauphin pour remplacer l'animal dans les parcs aquatiques | CNEWS
  • A Douarnenez, on parle toujours du dauphin majestueux qui arriva dans le port à l’automne 2003. Il venait de Brest, où les dockers l’avaient baptisé Jean Floc’h. D’emblée, on trouva irrésistible sa façon de nager avec les bateaux, au plus près des hélices, et charmants ses défilés sur l’eau avec le sourire espiègle de son espèce. On sut qu’il était un dauphin ambassadeur ; ceux-là préfèrent la compagnie des hommes. Jean Floc’h, à l’évidence, recherchait l’amitié de ses frères humains. L'Obs, La légende de Jean Floc’h, le plus facétieux des dauphins bretons
  • Chez les dauphins, un second cas d'utilisation d'outils a été observé. Et ce n'est pas très surprenant. Mais les chercheurs ne s'attendaient pas à ce que ce comportement culturel soit transmis entre individus d'un même groupe, et pas seulement de parents à enfants. Futura, Les dauphins apprennent à piéger les poissons dans des coquillages
  • Sa présence représente toujours quelque chose d'un peu magique : le dauphin fascine les amoureux de l'océan, les enfants mais aussi les photographes. On peut en apercevoir un peu partout dans la Manche mais essentiellement entre la baie de Seine et la baie de Saint-Brieuc, où vit une communauté d'environ 500 grands dauphins, qui se déplacent en bande. www.paris-normandie.fr, Dauphins, phoques, poissons : ces animaux que l'on peut observer près des côtes normandes
  • Arrachés à leur famille et détenus dans de petits bassins ressemblant à des prisons, les dauphins sont victimes de programmes qui permettent aux humains de nager avec eux. Mais que se passerait-il si vous pouviez nager avec eux sans que cela ne leur nuise ? Un dauphin robotisé, le premier du genre, pourrait réaliser tous nos rêves – et surtout ceux des dauphins. PETA France, Un dauphin robot pour remplacer les cétacés captifs ? Prenez-en note, Marineland | Actualités | PETA France

Images d'illustration du mot « dauphin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dauphin »

Langue Traduction
Anglais dolphin
Espagnol delfín
Italien delfino
Allemand delfin
Chinois 海豚
Arabe دولفين
Portugais golfinho
Russe дельфин
Japonais イルカ
Basque izurdea
Corse delfinu
Source : Google Translate API

Synonymes de « dauphin »

Source : synonymes de dauphin sur lebonsynonyme.fr

Dauphin

Retour au sommaire ➦

Partager