La langue française

Cornet

Sommaire

  • Définitions du mot cornet
  • Étymologie de « cornet »
  • Phonétique de « cornet »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cornet »
  • Citations contenant le mot « cornet »
  • Images d'illustration du mot « cornet »
  • Traductions du mot « cornet »
  • Synonymes de « cornet »

Définitions du mot cornet

Trésor de la Langue Française informatisé

CORNET, subst. masc.

I.− Instrument grâce auquel on produit des sons.
A.− Vx. Corne, petite trompe, utilisée par les bergers, les soldats, etc. Le cornet du chasseur, le cri des chiens courants (Jammes, De tout temps,1935, p. 16).
SYNT. Cornet de chevrier; cornet de poste ou de postillon (vx); cornet avertisseur (synon. corne, klaxon, trompe); donner l'alarme avec un cornet.
B.− MUS. ANC.
1. Instrument à vent de taille et de forme variables, en corne et percé de sept trous :
1. Madrigaux ou Chansons de Cour, ces aristocratiques compositions à plusieurs voix ne tardent pas à être transcrites pour quelques violes, cornets ou trombones, ... V. d'Indy, Cours de composition musicale,t. 2, 1, 1897-1900, p. 103.
MUS. MIL. ANC. Cornet, cornet de voltigeurs. Instrument à vent dont la partie centrale est enroulée une fois sur elle-même, utilisé au xixes. dans certains corps d'armée à la place du clairon. Un aigre cornet hongrois excitait les fantassins à la charge (Giono, Bonheur fou,1957, p. 163).P. méton. Soldat qui joue de cet instrument.
2. Cornet, cornet à bouquin
a) Grande flûte courbée utilisée autrefois dans l'orchestre pour soutenir les chœurs.
b) Instrument de terre cuite produisant des sons rauques, utilisé dans les fêtes du carnaval, les charivaris. Un dimanche gras, (...) pendant que les cornets à bouquins sonnaient dans les rues (Zola, Romanc. nat.,1881, p. 141).
C.− MUS. MOD. Cornet ou cornet à pistons. Instrument à vent (introduit en France en 1826) du même type que le cor ou la trompette, dont la partie centrale est enroulée plusieurs fois sur elle-même et qui est muni de pistons permettant la production de toutes les notes chromatiques. Jouer du cornet dans un orchestre de jazz Nouvelle-Orléans. [L'orchestre] soufflait vaillamment dans les cornets à piston une ritournelle toujours la même (Gautier, Tra los montes,1843, p. 29).Le cornet à pistons, dont l'origine est l'ancien cornet de poste, n'était en réalité qu'un cor aigu que l'on a peu à peu transformé et substitué à la trompette (Guiraud, Busser, Traité instrumentation,1933, p. 80).
P. méton. Instrumentiste qui joue du cornet à piston. Synon. cornettiste.
D.− Jeu de mutation composée de l'orgue. Grand cornet; cornet d'écho, de récit.
E.− Meuble du blason représentant une corne, une trompe, un cornet. Cornet attaché, pendu, virolé.
II.− P. ext.
A.− Vx. Instrument servant à amplifier les sons, soit du côté de l'émetteur soit du côté du récepteur. Cornet porte-voix.
1. Cornet acoustique ou cornet. Instrument évasé à l'une de ses extrémités et resserré à l'autre, plus ou moins courbé ou enroulé sur lui-même, qui permettait aux personnes atteintes d'une surdité partielle d'entendre mieux. Prenant le cornet que lui présenta le maréchal et lui parlant dans l'oreille (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 314).Elle était sourde comme un pot au point de ne rien entendre avec un cornet long d'une demi-aune et qui ne quittait jamais son oreille (Mmede Chateaubr., Mém. et lettres,1847, p. 26).
2. Instrument qui permettait de s'entendre d'une pièce à l'autre. On siffla d'en haut et le caissier, appliquant son oreille au cornet, entendit la voix d'Hermeline (A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 191).
B.− Partie évasée, destinée à amplifier les sons des phonographes, téléphones, radios (cf. actuellement haut-parleur, récepteur). Le cornet d'un phonographe, son pavillon, dans les premiers modèles. Une citation (...) inarticulée qui semble sortir du cornet d'un phonographe (A. Daudet, Évangéliste,1883, p. 162).
C.− Fam. Le cornet de l'oreille. Le « creux », le « tuyau », de l'oreille. Moi, lui souffla Zazie dans le cornet de l'oreille, je me tire au prochain feu rouge (Queneau, Zazie,1959, p. 129).
D.− Loc. En cornet. En forme de cornet pour amplifier, diriger les sons. Un gros garçon (...) souffla dans ses deux mains ajustées en cornet : « Ewans, on te demande au parloir » (A. France, Servien,1882, p. 34).Main gauche arrondie en cornet autour de l'oreille (A. Daudet, 30 ans Paris,1888, p. 96):
2. Il fallait se les imaginer tous deux, heureux d'être ensemble, le petit la bouche bée, naturellement, écarquillant les yeux et mettant les oreilles en cornet, pour ne rien perdre de la manne divine. Sartre, L'Âge de raison,1945, p. 153.
III.− [P. anal. de forme (cf. corne I C 1)]
A.− Objet de forme conique, servant à contenir quelque chose.
1. JEUX. Sorte de godet (en corne ou en cuir, à l'origine) de forme cylindrique ou tronconique, dans lequel un joueur remue des dés avant de les lancer. Le roulement des dés dans le cornet. Les bourgeois jetèrent dans la rue leurs tables à jeu, leurs billards et leurs billes, leurs dés et leurs cornets (A. France, J. d'Arc,1908, t. 1, p. 482).Le Cornet à dés (1923), œuvre de Max Jacob.
2.
a) MOBILIER. Vase d'ornement, généralement translucide. Des cornets de vieux Venise. La veilleuse, dans un cornet bleuâtre, brûlait sur la cheminée (Zola, Page amour,1878, p. 801).Sur les plaques de porcelaine peinte du guéridon, un cornet de cristal (...) portait des branches de lilas blanc (A. France, Lys rouge,1894, p. 61).
Rem. Plus cour. au xixes. que de nos jours.
b) Vx. Verre, pot, destiné à contenir une boisson et spécialement du vin. J'ai la vision très nette d'un régiment de bouteilles casquées sur la nappe et devant moi d'un cornet plein (Courteline, Ronds-de-cuir,Un Homme qui boit, 1891, p. 222).
Cornet de champagne. Flûte de champagne.
c) P. anal., pop. Estomac, ventre; gosier. Se mettre qqc. dans le cornet. Manger. S'en fourrer plein le cornet. Se rincer le cornet. Boire. N'avoir rien dans le cornet. Être à jeûn (cf. Delvau, Dict. lang. verte, 1866). Il a la dalle en pente (...) il s'envoie les verres dans le cornet à la même vitesse que moi (Giono, Gds chem.,1951, p. 48).
3. Vx. Partie supérieure d'une écritoire, dans laquelle ,,les élèves mettaient leurs plumes`` (Coulabin, Dict. loc. pop. Rennes, 1891); ,,partie de l'écritoire dans laquelle on met l'encre`` (Besch. 1845).
4.
a) Feuille de papier, de matière souple pliée en forme d'une corne, de tronc de cône et destinée à servir de contenant. Cornet de dragées, de frites. Mettre du tabac dans un cornet. Cornet de papier blanc à dragées (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 72).Des pots de fleurs dans leurs cornets de papier blanc (A. Daudet, Fromont jeune,1874, p. 247).
P. anal. Maires à la trogne fleurie, étranglés par de gigantesques cornets de toile blanche tels qu'on en voit sur d'anciennes lithographies coloriées (Bernanos, Gde peur,1931, p. 57).
Loc. fam., vx. Cornet d'épices. Capucin (d'apr. les dict. d'arg. du xixes.).
P. ext. Petite boîte de carton dans laquelle on vend des frites, des châtaignes, etc.
Rem. Lorsqu'il s'agit de crèmes glacées, on parle de cornet à propos de contenant comestible (gaufrette) et de pot à propos de contenant de carton ou de matière plastique.
b) P. méton. Contenu d'un cornet. Un cornet de bonbons; un cornet de poivre. Le papier du cornet de tabac de l'un d'eux [des vitriers] (E. de Goncourt, Élisa,1877, p. 190).
Loc. fam., vieilli (milieu d'artistes). Faire un cornet. Organiser une souscription en faveur d'un camarade malade ou pauvre (d'apr. Delvau, Dict. lang. verte, 1867, p. 183). Cornet du modèle. Gratification que les élèves d'un atelier donnent au modèle en fin de semaine (d'apr. Hugues, Expr. d'atelier) :
3. Ces modèles héroïques (...) vieux débris (...) auxquels l'atelier ne manquait jamais de faire la charité d'habitude avec les vieux modèles, ce qu'on appelle un « cornet », une feuille de papier tournée (...) qui circule, et où chacun met le fond de sa poche. E. et J. de Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 31.
c) Spéc. Cornet ou cornet (à) surprises. Grande poche de papier fort, vendue fermée, remplie de petits jouets et de friandises et que les enfants achètent dans les épiceries et boulangeries. Cornets pour les filles et cornets pour les garçons.
Rem. Zola atteste l'orig. de cet emploi : Les cornets sont de minces cornets de papier où les épiciers mettent les débris de leur étalage et les dragées cassées, les marrons glacés tombés en morceaux, les fonds suspects des bocaux de bonbons (Le Ventre de Paris, 1873, p. 89).
P. métaph. :
4. Depuis le Cubisme, je regarde un cornet à surprises verser sur l'Europe : hypnoses, envoûtements exquis, dentelles en marche, insolences, épouvantails, aérogynes... Cocteau, Poésie critique 1,1959, p. 115.
5. Préparation comestible en forme de cornet.
a) Cornet à la crème feuilleté. Gâteau à la crème, formé d'un cornet de pâte feuilletée contenant de la crème pâtissière.
b) Cornet de jambon. Entrée constituée par une tranche de jambon roulée autour de légumes en macédoine.
B.− Emplois spéc.
1. [Objets ou éléments naturels]
a) ANAT. Lamelle osseuse, enroulée sur elle-même, qui se trouve dans la cavité des fosses nasales. Cornets ethmoïdaux. Cornet supérieur, moyen. Le cornet inférieur est un os indépendant, mince, légèrement enroulé sur lui-même, qui est appliqué sur la paroi externe de la fosse nasale (Gérard, Manuel anat. hum.,1912, p. 67).Cornet sphéroïdal. ,,Chacun des osselets qui forment la partie inférieure des sinus sphéroïdaux (synon. cornet de Bertin)`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
Cornet dentaire. ,,Cavité dentaire externe des incisives des Équidés`` (Lar. 20e).
b) BOTANIQUE
Prolongement évasé des enveloppes florales de certaines plantes. Des datura trapus élargissaient leurs cornets violâtres (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1351).
Partie de fleur enroulée sur elle-même. L'arum qui grince en déroulant son cornet (Colette, Gigi,1944, p. 193).Feuille qui affecte cette forme. Scarole en cornet, aux feuilles presque frisées.
c) BOUCH. Trachée (d'un animal); forte veine. Couper le cornet d'une langue de mouton.
Rem. Arg. du xixes. Faire le coup du cornet. Égorger quelqu'un.
d) CONCHYLIOLOGIE. Lame courbe, formant des cloisons incomplètes à l'intérieur de certaines coquilles.
Cornet ou cornet de mer, cornet à bouquin. Gros coquillage en forme de spirale.
2. [Objets ou éléments fabriqués, artificiels]
a) MAR. Cornet ou cornet de mât. ,,Pièce de bois creusée longitudinalement, sur laquelle s'applique la partie antérieure du mât de certains bateaux de rivière, depuis l'étambrai jusqu'à la carlingue`` (Gruss 1952).
b) ORFÈVR. Cornet d'essai. Feuille de métal tirée du bouton d'essai que les essayeurs de matière d'or amincissent à l'extrême et enroulent sur elle-même pour en déterminer ensuite le titrage.
P. anal., PAPET. Type de papier mince. Grand, petit cornet (selon le format).
c) CUIS. ,,Cornet, puis poche en toile servant à décorer les appâts`` (Ac. Gastr. 1962). Cornet à décorer (Mont.1967).Synon. plus usuel poche.
d) RELIG. Éteignoir d'église dont l'extrémité métallique a la forme d'un cornet (cf. Lar. 19e).
e) MÉD. Instrument pour appliquer des ventouses.
Rem. Littré, DG, Lar. 19eattestent dans ce sens un verbe corneter, en méd. vétér. Poser des ventouses à un cheval.
f) TÉLÉCOMM. Antenne terminale d'un guide d'onde en forme de cône, etc. Cornet conique, parabolique, pyramidal (d'apr. Lar. encyclop. Suppl.1968).
Rem. Les dict. normatifs du xixes. (J.-F. Rolland, Dict. mauvais lang., 1813; Jullien, Lang. vicieux corr., 1853, etc.) ainsi que Lar. 19eattestent un sens régional de cornet « tuyau ». Cornet de poêle.
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀnε]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. Désigne différents objets, éléments en corne ou en forme de corne, notamment : début xiiies. encrier (St Jean Bouche d'or, 223 ds T.-L.); ca 1223 espèce de récipient (G. de Coincy, Miracles, éd. F. Koenig, 1 Mir 10, 2056); 1remoitié xiiies. instrument de musique (Aucassin et Nicolette, éd. M. Roques, XXI, 14); 1483 pâtisserie (doc. ds Gdf. Compl.); 1660 cornet pour un sourd, à bouquin, à jouer aux dez, d'escritoire, de papier (Oudin, 2epartie du trésor des deux langues esp. et fr.); 1835 anat. (Ac.). Dér. de l'a. fr. cor(n), corne*; suff. -et*. Fréq. abs. littér. : 374. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 518, b) 666; xxes. : a) 508, b) 484. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 189. − Quem. Fichier. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 102. − Sain. Lang. par. 1920, p. 377.

Wiktionnaire

Nom commun

cornet \kɔʁ.nɛ\ masculin

  1. (Musique) Petit cor ou trompette. Également, ancien nom du clairon militaire.
    • Cornet de cuivre, d’argent, etc. - Cornet de vacher.
    1. (En particulier) Cornet à pistons
  2. Jeu d’orgue à bouche : grand cornet ; cornet de récit ; cornet d'écho.
  3. (Par ellipse) Cornet acoustique.
    • Le cornet à l’oreille, Aïssa, debout près du guéridon où le téléphone communiquant avec la ferme était posé, tapa du pied :
      — Mais qu'est-ce qu'elle fabrique !...
      — (Victor Margueritte, Un cœur farouche, Paris : Ernest Flammarion, 1921 page 147)
    • — Que faites-vous ? demande Telcide à Arlette, qui a saisi le cornet acoustique et qui l’approche de ses lèvres. Vous allez nous faire dérailler... — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, pages 220-221)
  4. (Par métonymie) Cornettiste.
    • Le cornet a fait une fausse note.
  5. (Par analogie) Morceau de papier roulé en forme de cornet, de manière à pouvoir contenir quelque chose.
    • Un cornet de papier. - Un cornet de dragées.
  6. (Par extension) (Lorraine) (Suisse) (Franche-Comté) Sac en plastique ou en papier.
  7. (Par analogie) Petit vase de corne, d’ivoire, de cuir, ou de plastique, dans lequel on agite les dés, à certains jeux, avant de les jeter sur le tapis.
    • Mettre les dés dans le cornet. - Jeter les dés avec le cornet.
  8. (Par analogie) Petit vase dont on se sert pour mettre des fleurs.
    • Un cornet de faïence, de porcelaine.
  9. (Spécialement) Récipient pour les oboles accordées aux modèles des Beaux-Arts .
    • […] une bonne part d’entre eux se moquent du sort des modèles ; les cornets aux Beaux-Arts n’ont jamais été généreux. — (Nouvel Obs, 19-12-2008)
  10. (Par analogie) Partie de l'écritoire où l'on met l'encre.
  11. (Par métonymie) Petit cône de pâtisserie.
    • Loin des fausses glaces à l'italienne, entortillées dans des cornets, que distribuent des machines, la véritable glace à l'italienne, plus ou moins crémeuse, se décline aux fruits de saison, sans colorant ni conservateur. — (Annie Perrier-Robert, Dictionnaire de la gourmandise, Robert Laffont, 2012)
  12. (Anatomie) Lames osseuses très minces, roulées en forme de cornet, et qui sont situées dans les fosses nasales.
    • Déviation en S de la cloison qui du côté gauche arrive au contact du cornet inférieur et obstrue presque complètement la fosse nasale de ce côté. — (Revue internationale de médecine et de chirurgie: revue analytique de bibliographie, 1909, vol.20, page 62)
  13. (Marine) Broche qui sert à épisser un cordage.
  14. (Populaire) Estomac : « N'avoir rien à se mettre dans le cornet ». Également, employé pour Tuyau : « nettoyer un cornet de poêle »
    • Qu’est-ce que vous voulez que ça fasse s’ils s’en jettent un petit dans le cornet de temps à autre. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 21)
  15. (Populaire) Nom de l’arum.
  16. (Populaire) Nom du calmar.
  17. (Héraldique) Meuble représentant l’instrument de musique du même nom dans les armoiries. Quand l’embouchure est d'un autre émail, il est dit enguiché ou embouché. Lorsqu’il est muni d'un sangle éventuellement d'un autre émail, il est dit lié. Sa représentation est souvent similaire à celle du cor, ce qui peut être source de confusion entre les deux instruments. À rapprocher de cor, cor de chasse, grêlier, huchet, olifant et trompe.
    • De gueules à une étoile d’or, accompagnée de trois cornets d’argent, qui est de la commune de Cornac du Lot → voir illustration « armoiries avec 3 cornets »
  18. (Par analogie) Forme donnée à la main placée contre l’oreille, les doigts légèrement repliés, afin de mieux entendre ou de mieux saisir.
    • – Je crois que c’est un râle, lui cria-t-il, la main droite en cornet.
      Elle fit signe qu’elle n’entendait pas : le vent allait vers Jacques. Et il n’avait pas osé crier aussi fort qu’il l’eût fallu, de crainte d’effaroucher l’invisible proie que Pyrame était en train de traquer.
      — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, réédition Cercle du Bibliophile, pages 37-38)
    • Mon père sursauta et cracha un noyau de pêche dans sa main pliée en cornet. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 53)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CORNET. n. m.
Petit cor ou petite trompe. Cornet de cuivre, d'argent, etc. Cornet de vacher. Cornet à pistons, Sorte de cor auquel sont adaptés des pistons que presse l'exécutant. Cornet à bouquin, Sorte de trompe recourbée, qui est faite ordinairement d'une corne. Jouer du cornet à bouquin. Par extension, il se dit d'Un des jeux de l'orgue. Cornet acoustique, ou simplement Cornet, Petit instrument en forme d'entonnoir ou de cor, dont un sourd met le petit bout dans son oreille pour entendre plus facilement. Il se dit par analogie d'un Morceau de papier roulé en forme de cornet, de manière à pouvoir contenir quelque chose. Un cornet de papier. Un cornet de dragées. Il se dit également, en termes d'Anatomie, de Certaines lames osseuses très minces, roulées en forme de cornet, et qui sont situées dans les fosses nasales Il se dit, par extension, d'une Espèce de petit vase de corne, d'ivoire ou de cuir, dans lequel on agite les dés, à certains jeux, avant de les jeter sur le tapis. Mettre les dés dans le cornet. Jeter les dés avec le cornet. Il se dit aussi, par analogie, d'un Petit vase en forme de cornet dont on se sert pour mettre des fleurs. Un cornet de faïence, de porcelaine.

Littré (1872-1877)

CORNET (kor-nè, le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : les cornets acoustiques, dites : les kor-nè-z acoustiques ; cornets rime avec traits, jamais, succès) s. m.
  • 1Petite trompe rustique. Cornet de vacher. Il y a dans la Suisse un air célèbre, appelé le ranz des vaches, que les bergers sonnent sur leurs cornets et dont ils font retentir tous les coteaux du pays, Rousseau, Lettre au Mar. de Luxembourg.
  • 2Sorte de petit cor. Cornet de postillon. Archers, mes compagnons de fêtes, Faites Votre épieu lisse et vos cornets Nets, Hugo, Ball. 11.

    Cornet à piston, petit cor où sont adaptés des pistons, qui, en raccourcissant la colonne d'air, permettent de donner justes toutes les notes. Le cornet à piston est surtout employé dans les orchestres de danse. Je pourrais même apporter mon cornet à piston ; mais c'est un instrument qui rappelle le bal masqué, et il n'est peut-être pas assez sentimental pour la circonstance, Ch. de Bernard, Un homme sérieux, § 4.

    Cornet à bouquin, instrument grossier, composé d'une simple corne de bœuf, qui sert aux pâtres pour rassembler leurs troupeaux. Espèce de grande flûte dont on se sert dans les chœurs, pour soutenir les voix ; l'étendue n'en est que de l'octave.

    Jeu d'orgue dont chaque touche fait parler quatre tuyaux.

    Celui qui joue du cornet.

  • 3Cornet acoustique, et, absolument, cornet, petit instrument propre à concentrer et à renforcer les sons, évasé par un bout, resserré à l'autre, et dont se servent les personnes atteintes de dureté d'ouïe.
  • 4Carré de papier roulé en cône. Et j'ai tout Pelletier Roulé dans mon office en cornets de papier, Boileau, Sat. III. S'il pouvait éviter le fouet ou obtenir un cornet de dragées en promettant de se jeter demain par la fenêtre, il le promettrait à l'instant, Rousseau, Ém. II. L'un arrangeait sous des cornets un certain nombre de coquilles ou de petites boules, et, sans découvrir son jeu, il les faisait paraître et disparaître à son gré, Barthélemy, Anach. ch. 25. L'autre [insecte] roule en cornet une feuille docile Et dans ce simple abri choisit son domicile, Delille, Trois règnes, VII.

    Cornet, cornet de fer-blanc, emmanché d'un long bâton, servant à éteindre les cierges après le service dans une église.

  • 5Ancienne sorte de pâtisserie, faite entre deux fers, composée de beurre, de sucre et d'autres choses et se roulant en manière de cornet.
  • 6Sorte de godet en corne ou en cuir qui sert à agiter et jeter les dés. N'ayant que l'espérance et trois dés au cornet, Régnier, Sat. XI. [Il] Voit sa vie ou sa mort sortir de son cornet, Boileau, Sat. IV.
  • 7La partie de l'écritoire dans laquelle on met l'encre. Donner un cornet pour du vin N'est pas grande reconnaissance, Voltaire, Lett. Prusse, 117. Je le crois bien, monsieur ; car voilà le cornet, Et dans le poudrier vous trempiez votre plume, Regnard, Distrait, IV, 9.
  • 8Étui à couleurs du peintre en miniature.
  • 9 Terme d'anatomie. Nom de petites lames osseuses contournées sur elles-mêmes en forme de cornets, et situées à l'intérieur des fosses nasales.

    Lame recourbée qui partage incomplétement la cavité de certaines coquilles.

    Terme d'histoire naturelle. Genre de mollusques appelé aussi calmar.

    Cornets de mer, gros coquillages, qui sont tournés en forme de vis, et dont on fait un instrument de musique fort aigu, en les perçant par le bout.

    Terme de botanique. Appendice creux et évasé qu'on trouve dans certaines fleurs.

  • 10 Terme de marine. Entourage que l'on fait au pied des mâts dans les embarcations.

    Cornet d'épisse, sorte de broche pour épisser un cordage.

  • 11 Terme d'orfévre. Plaque de métal destinée à l'essai.
  • 12Cornet de faïence, cornet de porcelaine, vase en forme de cornet dont on se sert pour orner le coin des cheminées ; on y met d'ordinaire des fleurs.

HISTORIQUE

XIVe s. Là oïssiez cornez et trompes graïllier, Guesclin. 5861. Un cornet, garny d'argent, et est ledit cornet de cristal, pesant six marcs, De Laborde, Émaux, p. 228. Un petit cornet d'argent blanc, à mettre encre, De Laborde, ib. Un grant cornet de corne, garny d'argent doré, De Laborde, ib.

XVe s. Ung petit cornet d'ivoire, garny d'or fin, que Ms. a fait prendre et achetter pour reclamer son esprivier, De Laborde, ib. Un cornet de vacher, Louis XI, Nouv. LXXXVI. Cornet de l'uel [coin de l'œil]. Du Cange, acies. Maison qui fait le cornet de la rue, Du Cange, cornetum.

XVIe s. Rompant son cornet relié à cercles d'or fin delié Et de sa lyre l'harmonie, Amyot, Comment refren. la cholere, 9. Ainsi comme les cornets et ventoses attirent du cuir ce qu'il y a de pire, aussi les aureilles de curieux attirent tous les plus mauvais propos qui soient, Amyot, De la curiosité, 10. Resolution qui se fait par ventouse et cornets, par seringues et par sangsues, Paré, Introd. 17. Souffler aux trompes ou trompettes, cors, cornets, etc. Paré, VI, 14. Les unes [ventouses] sont grandes, autres petites (appelées petits cornets), les autres moyennes, Paré, XV, 68. Ayant disné à des nopces où il n'y avoit gueres de violons, mais où estoit la grand bande des cornets [jeu de mots sur cornes de cocuage], Bouchet, Serées, liv. I, p. 148, dans LACURNE. Les haubois, cornets à bouquin, et saqueboutes du roy en 1614, Estats de 1614, par RAPINE, p. 511. dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CORNET, s. m. en Anatomie, nom de quelques parties qui ressemblent à-peu-près à la figure d’un morceau de papier qu’on roule en maniere de cofre, & qu’on appelle cornet.

Les cornets de l’os éthmoïde sont ces trois lames situées l’une sur l’autre, qu’on remarque à la partie latérale interne & postérieure de chaque portion de cet os. Voyez Ethmoïde.

Lés cornets inférieurs du nez, appellés aussi conques ou coquilles & lames spongieuses inférieures du nez, sont au nombre de deux, situés dans les fosses nasales. (L)

Cornet. Voyez Calmar & Coquille.

Cornets pour l’ouïe, (Acoustique.) instrumens à l’usage de ceux qui ont l’oreille dure. Le son se conserve dans ces instrumens, parce qu’en traversant leurs parois il ne peut se répandre circulairement, & le son ainsi ramassé frappe l’organe avec plus de force. On peut encore augmenter l’effet du son, en donnant à ces tuyaux une forme en partie parabolique, parce que le son est refléchi & comme ramassé en un seul point appellé foyer, où l’oreille est placée. Voyez Cabinets secrets, Echo, & Porte-voix. Ces cornets sont à-peu-près à l’égard de l’oreille, ce que les lunettes d’approche sont par rapport à la vûe. On peut les perfectionner comme on fait les lunettes. Mais nous croyons avec M. de Buffon, qu’il faut, pour que les cornets ayent tout l’effet possible, que l’oreille soit dans un endroit desert, ou du moins tranquille ; autrement, comme le son ne se propage pas en ligne droite ainsi que la lumiere, le bruit des objets voisins frappant l’oreille suivant toutes sortes de directions, altéreroit & affoibliroit le bruit augmenté par le cornet. (O)

Cornet d’épisse, (Marine.) Voyez Epissoir. (Z)

Cornet de mast, (Marine.) c’est une espece d’emboîtement de planches vers l’arriere du mât de divers petits bâtimens, qui est néanmoins ouvert du côté de l’arriere où s’emboîte le pié du mât qui se baisse du côté qui n’est point fermé, c’est-à-dire vers l’arriere, & qui se releve autant de fois qu’il en est besoin. (Z)

* Cornet, (Luth. & Musiq.) instrument à vent dont les anciens se servoient à la guerre. Les cornets faisoient marcher les enseignes sans les soldats, & les trompettes, les soldats sans les enseignes : les cornets & les clairons sonnoient la charge & la retraite ; & les trompettes & les cornets animoient les troupes pendant le combat. Nous ne nous servons plus guere du cornet dans les concerts ; nous en allons cependant expliquer la facture. Il y en a de plusieurs sortes ; celui qu’on voit Pl. VII. de Lutherie, fig. 11. s’appelle dessus de cornet : il a sept trous. Ceux qui se piquoient de bien joüer de cet instrument, lui donnoient la même étendue avec six, & ne se servoient pas du septieme. A est son bocal, il se sépare de l’instrument, & on l’en voit séparé en Aa. La taille de cornet est entierement semblable au-dessus de cornet, à l’exception d’un trou qu’on lui a ajoûté en-bas, & qui s’ouvre & se ferme à clé. Elle se brise en deux endroits pour la commodité. Elle a ses sept trous. L’étendue du dessus de cornet est d’une seizieme ; il n’y a que trois pouces de l’extrémité de l’instrument jusqu’au milieu du sixieme trou, & que dix pouces du bocal jusqu’au milieu du premier trou. Les trous sont éloignés de treize lignes, excepté le troisieme & le quatrieme, dont la distance est de dix-sept lignes. Le diametre de chaque trou est de quatre lignes ; celui du fond du bocal n’est que d’une ligne. Cet instrument va toûjours en s’élargissant depuis le bocal jusqu’à sa patte, dont le diametre est d’un pouce. La divergence des côtés est plus sensible du bocal au premier trou, que du premier sur le reste de la longueur. Il y en a qui pratiquent au derriere de l’instrument, à treize lignes plus haut que le premier trou d’en-haut, un autre trou. Il y a des dessus de cornet & des tailles de cornet droites & d’autres courbes. On les fait de cormier, de prunier, & autres bois. Il faut que le bois soit sec. On le couvre de cuir. Cet instrument est rude, & il faut le savoir adoucir. Le dessus de cornet va du c sol ut à l’s ut fa de la troisieme octave. Le serpent est une vraie basse de cornet ; voyez Serpent.

Le dessus de cornet donne le c sol ut tous les trous bouchés ; on fait le re, le mi, &c. en débouchant les trous les uns après les autres en montant. Sa tablature est la même que celle du flageollet, voyez. Quant à la basse de cornet, les trous en sont éloignés d’un pouce & , excepré le troisieme & le quatrieme qui sont éloignés de six pouces ; le sixieme & le troisieme de 6 pouces  : il y a du septieme à la patte 10 pouces plus & du bocal au premier trou un pré 7 pouces ; la patte en est ouverte de 2 pouces. Le diametre du bocal est de 5 lignes à son orifice supérieur, & d’une ligne à l’inférieur ; l’instrument est divisé en trois tronçons ; le dernier a un pouce un quart de diametre en-haut ; celui du milieu 8 lignes en-haut ; ainsi le canal entier va toûjours en s’évasant du bocal jusqu’à la patte. Voyez toutes ces especes de cornet, Planche VII. de Lutherie, fig. 6. 7. 10. 11. 12. 13. & 15.

Cornet, (Orfévrer.) opération de l’essai de l’or ; la derniere forme que l’on donne à la plaque préparée pour faire l’essai. Quand on l’a rendue aussi mince qu’il convient, on la tourne sur un arbre de fer en forme de cornet ; c’est sous cette forme qu’on la met dans l’acide nitreux. C’est un terme tellement consacré à cette opération, que quand on en parle on dit : le cornet est beau, bien sain, ou il est détérioré.

Cornet, (grand) Lutherie, jeu d’orgue, un de ceux qu’on appelle composés, c’est-à-dire qui ont sur chaque touche plusieurs tuyaux qui parlent à la fois. Ce jeu est composé du dessus de bourdon de 8 piés A, d’un dessus de flûte B, d’un dessus de nazard C, d’un dessus de quarte nazard D, & d’un dessus de tierce E, fig. 3. Pl. d’Orgue. Les sons de ces tuyaux forment l’accord parfait, dans lequel l’octave est redoublée. Voyez la table du rapport & de l’étendue des jeux de l’Orgue, & Cornet d’écho, & Cornet de récit, dont celui-ci ne differe que parce qu’il est de plus grosse taille.

Cornet d’écho, (Lutherie.) est un jeu d’orgue de la classe de ceux qu’on appelle composés, c’est-à-dire de ceux qui ont plusieurs tuyaux sur chaque touche qui parlent tous à la fois. Les tuyaux sur une même touche font un dessus de bourdon, un dessus de flûte, un dessus de nazard, un dessus de quarte de nazard, & un dessus de tierce, qui parlent tous ensemble ; ce qui fait sur chaque touche l’accord parfait, dans lequel l’octave est redoublée, ut sol, ut mi. En montant il n’est composé que des dessus de ces jeux, parce qu’il n’a d’étendue que les dessus & les tailles du clavier ou les deux octaves supérieures. Voyez Clavier. Dans quelques orgues ce cornet descend jusqu’à l’f ut fa de la clé de fa. Voyez l’artic. Orgue, & la table du rapport de l’étendue des jeux de l’orgue, qui contient un cornet de deux octaves seulement, lequel commence à la clé de c sol ut, & la fig. 43. Pl. d’Orgue.

La place du cornet d’écho est dans le bas du fust de l’orgue, pour que ses sons soient étouffés en partie, & qu’ainsi il imite mieux l’écho. Pour la même raison on fait les tuyaux de plus menue taille que ceux du cornet de récit.

Ce jeu est ordinairement sur un sommier séparé, qui reçoit le vent du grand sommier par des porte-vents de plomb, qui prennent dans les gravures du sommier de l’orgue, & le vont porter aux gravures du sommier du cornet ; ou bien il a une loge particuliere, dont les soupapes sont ouvertes par un abregé dont les touches du troisieme clavier tirent les targettes. Voyez Orgue, Abregé, &c.

Cornet de récit, (Lutherie.) est un jeu de la classe de ceux qu’on appelle composés, c’est-à-dire qui ont sur chaque touche plusieurs tuyaux qui parlent à la fois ; voyez Cornet d’écho, dont il ne differe, que parce que ses tuyaux sont un jeu de plus grosse taille, quoiqu’ils soient à l’unisson, & qu’au lieu d’être renfermé dans le bas de l’orgue, il est au contraire placé au haut, derriere les tuyaux de la montre, en lieu où il puisse facilement se faire entendre. Ce jeu qui a deux octaves ou deux octaves & quinte d’étendue, est sur un sommier & un clavier séparé, dont les soupapes sont ouvertes par un abrégé séparé. Voyez Abregé & Orgue, où la facture de ce jeu est expliquée, & la table du rapport de l’étendue des jeux de l’orgue.

* Cornet, on donne ce nom à un morceau de papier, lorsqu’après l’avoir roulé sur lui-même, on en a formé une espece de vaisseau pointu par un bout & fort évasé par l’autre, où l’on peut renfermer des substances solides & même fluides, lorsqu’elles ont une certaine consistance, & qu’on ferme par le bout pointu en le tortillant, & par le côté évasé en en rabattant les bords de tous côtés sur la surface de la substance contenue dans le cornet.

Cornet, (Chasse.) piége pour des oiseaux voraces, comme corneilles, pies, & autres. Faites des cornets de fort papier gris ou bleu ; frottez-en le dedans avec de la glu, & mettez au fond quelque morceau de charogne ou autre apas qui les attire : en fourrant la tête dans le cornet, la glu s’attachera à leurs plumes, & ainsi ne pouvant pas voir, ils retomberont & on les prendra à la main.

* Cornet, c’est la partie d’un écritoire, qui contient l’encre. Comme cette partie étoit de corne dans les écritoires communes, on l’a appellée cornet, & ce nom a passé à tous les vaisseaux, ou de cuivre, ou d’argent, ou d’or, ou de verre, qui ont la même destination dans toutes sortes d’écritoires. Les cornets des écritoires de cornes se font avec la corne du bœuf. Se monter, être applatie, s’ouvrir & s’étendre, sont les premieres façons qu’on lui donne quand on la travaille. Voyez Galins, Ouvrir, Fendre, Etendre, Applanir, Cornetier-Tabletier

Cornet, (Pâtisserie.) espece de gaufre faite de farine & de sucre ou de miel délayés : on cuit le cornet entre deux fers gravés, qui y marquent en relief les traits qu’on y voit ; au sortir du fer on le tortille & on lui donne la forme d’un cornet d’épice.

Cornet, (Jeux de hasard.) espece de petit gobelet rond & délié, ordinairement de corne, & dont on fait usage pour agiter les dés quand on joüe.

Le cornet dont les anciens se servoient pour joüer aux dés & aux osselets, & qui peut être fut inventé pour empêcher les coups de main, étoit rond en forme d’une petite tour, plus large par le bas que par le haut, dont le cou étoit étroit. Ordinairement il n’avoit point de fond, mais plusieurs degrés au-dedans, qui faisoient faire aux dés & aux osselets plusieurs cascades avant que de tomber sur la table, comme il paroît par ce passage d’Ausone :

Alternis vicibus, quos præcipitante rotatu
Fundunt excussi per cava buxa gradus.

On l’appelloit chez les latins, turris, turricula, orca, phimûs, fritillus, &c. Ce sont les Tabletiers-Cornetiers qui font les cornets. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cornet »

Diminutif de corne, dans le sens de cor et dans le sens propre ; provenç. cornet ; espagn. cornete ; ital. cornetto. Cornet a dans l'ancien français signifié aussi angle, coin (anglais, korner).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) De corne et du suffixe diminutif -et.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cornet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cornet kɔrnɛ

Évolution historique de l’usage du mot « cornet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cornet »

  • Le meilleur coup de dés, c'est de les laisser dans le cornet. De Henry Smith / Sermons
  • Faire appel. En termes de justice, demander que l’on remette les dés dans le cornet pour un nouveau lancer. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable

Images d'illustration du mot « cornet »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cornet »

Langue Traduction
Anglais horn
Espagnol cuerno
Italien corno
Allemand horn
Chinois 喇叭
Arabe بوق
Portugais chifre
Russe рог
Japonais ホーン
Basque adarra
Corse cornu
Source : Google Translate API

Synonymes de « cornet »

Source : synonymes de cornet sur lebonsynonyme.fr
Partager