La langue française

Cornage

Définitions du mot « cornage »

Trésor de la Langue Française informatisé

CORNAGE, subst. masc.

A.− Vx. Action de souffler dans une corne ou de sonner du cor.
Rem. Attesté ds Guérin 1892, DG.
En partic. ,,Action d'annoncer, en sonnant du cor ou de la corne, l'approche de l'ennemi`` (Guérin 1892), obligation de le faire (cf. Besch. 1845). Sonner le cornage (Besch.1845).
B.− Action de corner; p. méton., bruit de ce qui corne.
1. Spécialement
a) MÉD. VÉTÉR. Bruit émanant du larynx et de la trachée, que les chevaux et les bovins font entendre en respirant, dans certaines affections. Bruit de cornage; cornage aigu, chronique, rédhibitoire, temporaire. (Quasi-)synon. sifflement.[Un bœuf] acharné à ne pas succomber, dont les meuglements, le cornage désespéré avaient quelque chose (...) d'épouvantable (Arnoux, Paris,1939, p. 308).
Affection correspondant à ce symptôme. Cheval atteint de cornage (Ac.).
b) MÉD. Respiration sifflante et bruyante témoignant d'une gêne au niveau de la trachée, du larynx ou des bronches (cf. Lar. méd. 1970). Synon. respiration erratique (Méd. Biol. t. 1 1970).
2. Région. (Hainaut fr.). ,,Charivari qui se fait au mariage d'un veuf ou d'une veuve`` (Guérin 1892).
3. Populaire
a) ,,Ronflement`` (Nouv. Lar. ill.).
b) P. ext. Mauvaise odeur émanant de la bouche ouverte (cf. France 1907).
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀna:ʒ]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1394 « action de sonner du cor » (Hardouin, Trésor de vénerie, 247 ds T.-L.); 2. 1834 art vétér. (Land.). Dér. de corner* « sonner du cor » et « faire entendre un râle (du cheval) ».

Wiktionnaire

Nom commun

cornage \kɔʁ.naʒ\ masculin

  1. (Hippologie) Bruit que font entendre en respirant les chevaux poussifs, lorsqu’ils courent ou trottent avec vitesse.
    • Comme dans tous les autres cas, celui qui a intérêt à faire croire au cornage, s’ingénie à tenter tout ce qui peut être capable de le produire […] — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  2. (Droit) (1168, Châtaudun) Droit de cornage, droit féodal qu’on prenait bœufs, bêtes à cornes, pour leur pâturage dans un bois, ou pour les bêtes de labour, principalement dans le Berry.
    • Le droit de cornage était ensuite acquitté tous les deux ans, le mardi de la foire de Guibray, soit autour du 15 août. — (Mathieu Arnoux, ‎Anne-Marie Flambard Héricher, La Normandie dans l’économie européenne, 2009)
    • Cornesagium est autre chose : et c’est peut être ce qu’en quelque contrée de Champagne l’on appelle droit de cornage, qui se paye aux seigneurs par les roturiers, à proportion des bestes à cornes trahiantes, d’où il est appellé dans les titres latins anciens, Boagium, Bovagium, hornegildum […] on le nomme en Lorraine et dans le Barrois droit d’Assises. Droit de Blalade au vicomté de Lautrec. Au Duché de Thouas Fromentage ; au Cartulaire de Champagne, est un accord de 1216 […] où il est appellé Garbagium. — (François Ragueau, Glossaire du Droit français, Cornage, page 148)
  3. (Hainaut) Tapage, charivari que l'on fait lors du remariage d'un veuf ou d'un veuve.  [1]
  4. (Populaire) Mauvaise odeur venant de la bouche d'une personne.  [1]

Nom commun

cornage \Prononciation ?\ masculin

  1. (Droit) Terme de droit féodal. Droit qui se levait sur les bêtes à cornes.
    • au ban de Bayecourt, le chancelier prend une rente de grains appellée le cornage, qui se lève sur les boeufs de charrue, chaque boeuf devant un corbeillon de blé et un d'avoine — (Les chanoinesses de Remiremont, 1566-1790)

Nom commun

cornage \Prononciation ?\ masculin

  1. Action de sonner le cor de chasse, annonce publique.
    • Sonner le cornage.
    1. (Ecosse) Office d'un chevalier de garde, de sonner du cor pour avertir de la venue de l'ennemi.
  2. (Droit) (1168, Châtaudun) Droit de cornage, Droit féodal qu'on prenait bœufs, bêtes à cornes, pour leur pâturage dans un bois, ou bien, pour les bêtes de labour et le labourage, principalement dans le Berry.
    • Du droit de cornage exigé des hommes du sentier. — (Cartulaire de Marmoutier pour le Vendomois,n°83 a, 1220)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CORNAGE. n. m.
T. d'Art vétérinaire. Bruit que font entendre en respirant les chevaux poussifs, lorsqu'ils courent ou trottent avec vitesse.

Littré (1872-1877)

CORNAGE (kor-na-j') s. m.
  • Terme de vétérinaire. Bruit que les chevaux poussifs font entendre en respirant et que l'on a comparé à celui que produit une corne dans laquelle on souffle.

    Dit aussi sifflage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CORNAGE, s. m. (Jurisprud.) ou droit de cornage, est une redevance annuelle qui est dûe à quelques seigneurs, principalement dans le Berri, pour chaque bœuf qui laboure dans leur seigneurie, par ceux qui sement du blé d’hyver : le seigneur châtelain de Berri, ressort de Bourges, perçoit ce droit en blé ; il prétend aussi un droit pour les petits blés ou blés de Mars, qui se sement au printems. Dans la coûtume de troy locale de Berri, ce droit de cornage est de quatre parisis par couple de bœufs. Voyez aussi la coûtume de Châteaudun, tit. ij. art. 2. Galland dit qu’au cartulaire de S. Denis de Nogent-le-Rotrou, il y a une lettre de Hugues vicomte de Châteaudun, de l’an 1168, qui fait mention d’un droit de cornesage, cornesagium, qui appartient au vicomte, sur ce que chaque habitant du bourg du Saint-Sepulcre vend hors de ce bourg ; mais il ne paroît pas que ce droit se paye pour chaque bœuf, ni par conséquent que ce soit, comme il le dit, la même chose qu’en quelques contrées de Champagne on appelle droit de cornage, lequel se paye par les roturiers à proportion des bêtes à corne trahiantes ; c’est pourquoi il est appellé dans les anciens titres boagium, bovagium. Au cartulaire de Champagne est un accord de l’an 1216, entre les religieux de S. Denis & leurs hommes de B… où ce droit est appellé en latin garbagium, & en françois cornage à B… & à C… Dans la même province de Champagne, le seigneur de Rets a un droit de cornage qui est tel, que les habitans lui doivent par an pour chaque animal de trois ans, excepté les taureaux, au jour de S. Jean, trois deniers, & pour chaque bœuf trayant, seu trahens, douze deniers. On donne encore ailleurs différens noms à ce même droit ; en Lorraine & dans le Barrois, on l’appelle droit d’assise ; & dans le vicomté de Lautrec, droit de bladade ; au duché de Thoars, droit de fromentage.

Tenir du Roi par cornage, c’est-à-dire à la charge de corner ou donner du cor pour avertir. Il en est parlé au liv. II. des tenures, chap. viij. à savoir ès marches de Scotlant en la frontiere d’Angleterre, pour avertir à cor & à cri public que les Ecossois ou autres ennemis viennent ou veulent entrer en Angleterre, qui est un service de sergenterie ; mais c’est un service de chevalier, quand aucun tient d’autre seigneur que du Roi par tel service de cornage. Voyez le glossaire de M. de Lauriere, au mot cornage. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cornage »

Corner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français cornage (« faire un bruit de cor »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De corner (« sonner le cor ») ou corne, avec le suffixe -age.
De corn, le « grain » , le bled, la mesure de grain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De corner (« sonner le cor ») ou corne, avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cornage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cornage kɔrnaʒ

Évolution historique de l’usage du mot « cornage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cornage »

  • La vedette du Salon pèse près d'une tonne : "C'est presque un mannequin pour nous. Elle a le dos droit, une belle tête, un joli cornage blanc orienté vers les yeux, les cuisses rebondies, la peau fine... Pour les concours, c'est comme si on préparait une Miss ! On essaye de faire la plus belle présentation possible. Elle sera brossée chaque jour", précise l'éleveur. Idéale semble donc prête à conquérir la capitale. D'ailleurs, elle est déjà sur toutes les affiches du salon.  RTL.fr, Les infos de 6h30 - Salon de l'agriculture 2020 : la vache égérie Idéale est en route vers Paris

Traductions du mot « cornage »

Langue Traduction
Anglais cornage
Espagnol cornage
Italien cornage
Allemand cornage
Chinois 角膜
Arabe كورنيش
Portugais cornagem
Russe cornage
Japonais
Basque cornage
Corse cornage
Source : Google Translate API

Synonymes de « cornage »

Source : synonymes de cornage sur lebonsynonyme.fr

Cornage

Retour au sommaire ➦

Partager