La langue française

Conspiration

Définitions du mot « conspiration »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONSPIRATION, subst. fém.

A.−
1. Accord secret entre plusieurs personnes en vue de renverser le pouvoir établi ou ses représentants. (cf. conspirer I B 1). Conspiration royaliste; conspiration contre l'État, le gouvernement, la République; conspiration pour renverser le Roi, le gouvernement, le régime. Synon. complot, conjuration :
1. Ordener (...) ne vit d'abord qu'une longue procession de torches, dont les feux (...) se réfléchissaient sur (...) toutes les armes grossières que la révolte peut emprunter au travail, mêlées à d'autres armes régulières, qui annonçaient que cette révolte était une conspiration... Hugo, Han d'Islande,1823, p. 389.
P. méton. Groupe qui conspire (cf. conspirateur). Le chef de la conspiration :
2. ... c'était une conspiration d'illuminés, se reconnaissant à des gestes franc-maçonniques, à des formules bizarres. Zola, Doc. littér.,1881, p. 138.
Rem. Le mot est très vivant dans cet emploi; mais il comporte une connotation hist. et s'emploie peu à propos de la réalité pol. contemporaine.
2. P. ext. Entente secrète entre plusieurs personnes ou choses personnifiées.
a) Entente secrète entre plusieurs personnes ou choses personnifiées, contre quelqu'un ou quelque chose. Tramer une conspiration contre qqn. Synon. cabale, intrigue, machination :
3. J'ai fait causer ce Lécuyer. J'ai saisi dans ses mensonges, dans ses paroles et dans ses réticences les fils qui manquaient pour faire reparaître la trame entière de la conspiration domestique ourdie contre toi. Balzac, Le Contrat de mariage,1835, p. 342.
[Avec un compl. à l'inf. introd. par pour] Une conspiration pour rosser un de nos maîtres de quartier (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 204).
b) Entente secrète entre plusieurs personnes ou choses personnifiées, en vue de renverser un ordre (qu'il soit représenté par une personne ou un savoir, une valeur). Conspiration contre un chef hiérarchique, contre les dogmes, la discipline.
[En parlant des réalités soc.] Action concertée dirigée contre quelqu'un, quelque chose (cf. conspirer I B). La conspiration nouvelle et spontanée du travail contre la propriété (Proudhon, La Révolution soc. démontrée par le coup d'État du 2 décembre,1852, p. 218).
B.−
1. Rare. Série d'actions secrètes entreprises au profit de quelqu'un ou quelque chose (cf. conspirer I B 2 a). La noble conspiration du jeune homme pour la vie de Schumacker a réussi (Hugo, Han d'Islande,1823, p. 491).
Région. (Canada), DR. Complicité. Être accusé de conspiration de fraude avec qqn (Bél. 1957).
2. Réunion, action commune, hostile ou non, de forces conjuguées en vue d'un même effet. La conspiration de plusieurs facteurs, de mille forces cachées. L'intérêt français rejoint l'intérêt européen par la conspiration millénaire de l'histoire et de la géographie (L'Œuvre,12 avr. 1941).
3. Loc. (le plus souvent fig.). Conspiration du silence. Entente secrète ou tacite entre plusieurs personnes pour étouffer un fait, les opinions ou les droits de quelqu'un :
4. À côté des gens qui ne parlaient pas parce qu'ils le jugeaient inutile s'étalait et s'étale toujours une immense conspiration du silence, acceptée par ceux qui tremblent (...) et suscitée par ceux qui ont intérêt à le faire. Camus, Actuelles I,1944-48, p. 143.
Rem. On rencontre ds la docum. qq. loc. analogues : cette grande conspiration d'ennui (Balzac, Lettres à l'Étrangère, t. 1, 1850, p. 223); (la) conspiration du bruit (Cocteau, Poésie crit. 1, 1959, p. 204, 230).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃spiʀasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1165-70 « complot politique » (B. de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 40857); 2. 1673 « intrigue menée contre quelqu'un » (Molière, Le Malade imaginaire, I, 8); 1863 conspiration du silence (Littré); 3. 1561 « accord » (Calv., Instit. 1021 ds Littré). Empr. au lat. class. conspiratio « accord » et en mauvaise part « complot ». Fréq. abs. littér. : 534. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 375, b) 666; xxes. : a) 459, b) 463.

Wiktionnaire

Nom commun

conspiration \kɔ̃s.pi.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Entente secrète entre plusieurs personnes.
    • Après les premiers refus, il avait souri, hautain et méprisant ; mais à présent qu’il soupçonnait l’entente secrète et flairait la conspiration, il ne décolérait plus. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    1. (En particulier) Contre l’État et les pouvoirs publics.
      • Dissous ton chapitre et retire-toi avec tes compagnons dans une autre préceptorerie, si tu peux en trouver une qui n’ait pas été le théâtre d’une conspiration perfide contre le roi d’Angleterre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
      • Mais une nouvelle conspiration éclata bientôt. Elle avait pour but de renverser le gouvernement, et de replacer les Escoceses à la tête des affaires. — (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    2. (En particulier) Contre toute organisation.
      • Ce prochain départ avait décidé Latournelle à proposer à son ami Dumay son fils pour complice de l’importante conspiration que cet ordre peut faire entrevoir. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • J’ai compris trop tard. Les gorilles, les six gorilles que je tenais en réserve pour la peste, s’étaient libérés. Une conspiration. Ils s’emparèrent de nous. — (Pierre Boulle, La Planète des singes, Julliard, 1994, page 201)

Nom commun

conspiration (Rare)

  1. Conspiration.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONSPIRATION. n. f.
Entente secrète entre plusieurs personnes contre l'État et les pouvoirs publics. Ourdir, tramer, faire, machiner, former une conspiration. Il est le chef, l'auteur, l'âme de la conspiration. Découvrir une conspiration. Il se dit aussi de Quelques ententes secrètes qui n'ont pas un caractère politique. Il y a une conspiration contre vous. On a fait une conspiration pour lui enlever cette place. La conspiration du silence, Entente entre diverses personnes pour ne pas parler.

Littré (1872-1877)

CONSPIRATION (kon-spi-ra-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Dessein formé secrètement entre plusieurs contre les pouvoirs publics.

    Dans l'histoire d'Angleterre, conspiration des poudres, conspiration tramée par les catholiques pour faire périr par une explosion Jacques 1er et le parlement.

  • 2Cabale. Il y a une conspiration contre vous.

    La conspiration du silence, entente de plusieurs pour étouffer un fait, les opinions, les plaintes, les droits d'un homme.

  • 3Concours vers un même effet. L'âme ayant déposé le fardeau du corps, sent une merveilleuse conspiration de tous ses mouvements à la même fin, Bossuet, dans le Dict. de DOCHEZ.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pour les outrages, les conspirations et les aliances qu'il firent encontre nostre chier fil Robert, Tailliar, Recueil, p. 347.

XIVe s. Il ont contre le roy fait conspiracion De li et ses enfans metire à destruction, Complainte sur la bataille de Poitiers, Bibl. des Chartes, 3e série, t. II, p. 262. Plusieurs conspiracions, monopoles, traysons, ib. 5e série, t. I, p. 81. Les peres orent grant paeur que conspiracions et conjuremens et assemblées privées ne se feissent, Bercheure, f° 39, recto.

XVIe s. C'est une conspiration entre eux, de ne souffrir point un homme de bien en leur compagnie, Calvin, Instit. 1021.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONSPIRATION, CONJURATION, s. f. (Gramm.) union de plusieurs personnes dans le dessein de nuire à quelqu’un ou à quelque chose.

On dit la conjuration de plusieurs particuliers, & une conspiration de tous les ordres de l’état ; la conjuration de Catilina, la conspiration des élémens ; la conjuration de Venise, la conspiration des poudres ; la conjuration pour faire périr un prince, la conspiration pour en faire regner un autre ; une conjuration contre l’état, une conspiration contre un courtisan ; tout conspire à mon bonheur, tout semble conjurer ma perte. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « conspiration »

Provenç. cospiratio ; espagn. conspiracion ; ital. conspirazione ; du latin conspirationem, de conspirare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1165-70) Du latin conspiratio (« accord », « complot »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin conspiratio (« accord », « complot »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conspiration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conspiration kɔ̃spirasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « conspiration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conspiration »

  • Bénie soit la saison qui entraîne le monde dans la conspiration de l’amour. De Hamilton Wright Mabie
  • La pudeur est la conspiration du silence de l'impudeur. De George Bernard Shaw
  • Noël est une conspiration pour bien faire sentir aux célibataires qu’ils sont seuls. De Armistead Maupin / Chroniques de San Francisco
  • L'Histoire est une conspiration permanente contre la vérité. De Joseph de Maistre / Les soirées de Saint-Petersbourg
  • La Castafiore, conspiratrice !!!... Si, au moins, c’était la conspiration du silence !... De Hergé / Le capitaine Haddock dans Tintin et les Picaros
  • Tout pouvoir est une conspiration permanente. Honoré de Balzac, Sœur Catherine de Médicis
  • Noël est une conspiration pour bien faire sentir aux célibataires qu'ils sont seuls. De Armistead Maupin / Les chroniques de San Francisco
  • Aucun coin de la terre n'a donné lieu, plus que Venise, à cette conspiration de l'enthousiasme. De Guy de Maupassant / La Vie errante
  • On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas tout d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. De Georges Bernanos / La France contre les robots
  • Toutes les professions sont des conspirations contre les profanes. De George Bernard Shaw
  • Meghan Markle, victime d’une “conspiration”? Ça se confirme… Gala.fr, Meghan Markle, victime d’une “conspiration”? Ça se confirme… - Gala
  • Monsieur Blais est très actif sur les médias sociaux. Il multiplie les séances vidéo avec la caste de conspirationnistes québécois, dont Alexis Cossette-Trudel. Le Journal de Montréal, La grande conspiration | Le Journal de Montréal
  • Malgré ces positions, Stéphane Blais se défend d’être conspirationniste. «Arrêtons de mettre des étiquettes. Je prends l’information de source professionnelle et je pose des questions», a-t-il commenté. Le Journal de Québec, Mesures de confinement: une poursuite contre Québec pilotée par des conspirationnistes | JDQ
  • La Fondation Obama n'a pas publié sur Twitter une photo de George Floyd le 17 mai, peu importe ce qu'affirment les conspirationnistes. Radio-Canada.ca, Non, Obama n'a pas tweeté à propos de George Floyd une semaine avant sa mort | Radio-Canada.ca

Images d'illustration du mot « conspiration »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conspiration »

Langue Traduction
Anglais conspiracy
Espagnol conspiración
Italien cospirazione
Allemand verschwörung
Chinois 阴谋
Arabe مؤامرة
Portugais conspiração
Russe заговор
Japonais 陰謀
Basque konspirazio
Corse conspirazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « conspiration »

Source : synonymes de conspiration sur lebonsynonyme.fr

Conspiration

Retour au sommaire ➦

Partager