La langue française

Chevillé

Définitions du mot « chevillé »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHEVILLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de cheviller*.
II.− Emploi adj.
A.− Qui est fixé, bouché avec des chevilles. Armoires de chêne chevillé (Pesquidoux, Le Livre de raison,1925, p. 146).
P. anal., MAN. Cheval chevillé. Cheval qui a les épaules trop serrées (et dont les mouvements, par conséquent, sont limités en ampleur).
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que ds Lar. 20e, Lar. encyclop. et Quillet 1965.
B.− Au fig.
1. Qui est indissolublement uni. [Ils] ont (...) l'idée enfoncée, solide, indéracinable, chevillée, qu'un artiste est un homme rempli de vices coûteux (E. et J. de Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 253):
1. L'homme donc s'aime d'autant plus qu'il le mérite moins, et son opinion de lui-même grandit avec son insignifiance. Les plus bêtes et les plus égoïstes sont donc les plus chevillés à leur individualité, précisément parce qu'elle a le moins d'intérêt pour le monde. Amiel, Journal intime,1866, p. 72.
2. Proverbial. [En parlant d'une pers.] Avoir l'âme (la vie) chevillée au (dans le) corps. Résister aux causes ordinaires de mort (maladies graves, blessures, dangers encourus). Elle répondait (...) qu'elle avait l'âme chevillée au corps, qu'elle ne mourrait jamais que si on la tuait comme le phénix (Jouhandeau, M. Godeau intime,1926, p. 197).
C.− Emplois techn. Qui (com)porte des chevilles*.
1. [En parlant de la tête du cerf] Qui est garni de chevilles* (d'andouillers). Tête de cerf bien chevillée (Ac.1798-1878) :
2. Il [le Rouge] a donné des andouillers, repoussé les cinq biches (...). Il [le jeune mâle] veut faire front. Mais la ramure du Rouge est trop large, trop chevillée (...) il faut céder... Genevoix, La Dernière harde,1938, p. 225.
HÉRALD. [En parlant d'un massacre ou d'une ramure de cerf] Qui est garni de chevilles en émail différent; qui a des chevilles d'un nombre inférieur à dix.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. dont Ac. 1798-1878 ainsi que ds Lar. 20e, Lar. encyclop. et Quillet 1965.
2. POÉT. Qui comporte des chevilles*. Strophes chevillées (Banville, Les Cariatides,1842, p. 140).Ces vers sont mauvais (faux, chevillés et creux) (Breton, Les Manifestes du Surréalisme,1930, p. 154).
Prononc. : [ʃ(ə)vije]. Fréq. abs. littér. : 28.

Wiktionnaire

Adjectif

chevillé \ʃə.vi.je\, \ʃvi.je\

  1. Rattaché par une cheville.
  2. (Versification) Plein de chevilles.
  3. Dont les jambes sont serrées, en parlant d’un cheval.
  4. (Héraldique) Qui a de nombreux andouillers, en parlant d’une tête de cerf dans un blason.

Forme de verbe

chevillé \ʃə.vi.je\, \ʃvi.je\

  1. Participe passé masculin singulier de cheviller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHEVILLER. v. tr.
Joindre, assembler avec des chevilles. Cheviller une table, une armoire, une porte, etc. Fig. et fam., Cheviller des vers, Y mettre des mots de remplissage. Absolument, Cheviller, Faire des vers remplis de chevilles. Un poète qui cheville. Fig., Avoir l'âme chevillée dans le corps, chevillée au corps, se dit d'une Personne qui résiste à de grandes maladies, à des blessures dangereuses.

Littré (1872-1877)

CHEVILLÉ (che-vi-llé, llée, ll mouillées) part. passé.
  • 1Navire solidement chevillé.

    Fig. Avoir l'âme chevillée dans le corps, résister aux blessures, aux maladies les plus graves.

  • 2 Terme de botanique. Qui a la forme d'un clou.
  • 3 Terme de manége. Cheval chevillé, cheval dont les épaules sont trop serrées.
  • 4 Terme de vénerie. Une tête de cerf qui a beaucoup de belles pointes, se nomme une tête bien chevillée.

    Terme de blason. Garni d'andouillers. Il porte d'azur à deux bois de cerf, chaque branche chevillée de six pièces d'argent.

  • 5 Fig. Rempli de chevilles, c'est-à-dire de mots inutiles, mis uniquement pour faire le vers ou arrondir la phrase. Que dites-vous de ces vers chevillés, De ces discours obscurs, entortillés ? Rousseau J.-B. dans le Dict. de DOCHEZ.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHEVILLÉ.
5Ajoutez : Les derniers sonnets que j'ai vus de notre très cher [le président Mainard], ne me semblent pas extrêmement bons ; ils sont chevillés en plusieurs endroits, Guez de Balzac, Lett. inédites, CXVIII (éd. Tamizey-Larroque)
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHEVILLÉ, adj. (Maréch.) se dit des épaules & des sur-os. Voyez Épaule & Sur-os.

Chevillé, (Vén.) se dit du cerf qui porte plusieurs dards ou rameaux à la sommité de son bois, en forme de couronne.

Chevillé, terme de Blason ; il se dit de ramures d’une corne de cerf : & on dit chevillé de tant de cors.

Vogt en Suabe, d’or audemi-bois de cerf, chevillé de cinq dagues ou cors de sable tournés en cercle.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chevillé »

De cheville.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chevillé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chevillé ʃœvile

Traductions du mot « chevillé »

Langue Traduction
Anglais ankle
Espagnol tobillo
Italien caviglia
Allemand knöchel
Chinois
Arabe الكاحل
Portugais tornozelo
Russe лодыжка
Japonais 足首
Basque orkatila
Corse caviglia
Source : Google Translate API

Chevillé

Retour au sommaire ➦

Partager