La langue française

Chatouillement

Définitions du mot « chatouillement »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHATOUILLEMENT, subst. masc.

A.− Action de chatouiller; sensation agréable ou pénible qui en résulte :
1. ... la même personne qu'on n'a pu réveiller par des bruits soudains très-forts, se lève tout à coup en sursaut au plus léger chatouillement de la plante des pieds. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 377.
2. Pour le coup, le marquis n'y tint plus. Il se renversa sur son fauteuil, se leva, fit deux fois le tour de la chambre, et vint se rasseoir, en proie aux convulsions de ce rire maladif qu'excite le chatouillement. Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 216.
Péj. Sensation désagréable de démangeaison provoquée par des attouchements ou frottements. Synon. agacement, excitation, grattement, picotement :
3. Il en venait à regretter les punaises. Il enrageait, et dans l'énervement de ce pourchas inutile acheva de compromettre son sommeil. Et toute la journée du lendemain ses boutons de la nuit le démangèrent, tandis que des chatouillements neufs l'avertissaient qu'il était toujours fréquenté. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 777.
P. ext. Attouchement visant à provoquer une excitation, une réaction. Trotte! Trotte! Sous le chatouillement du fouet à la croupe, la petite jument rousse, déjà en jeu, se cabra (G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 273).
B.− Au fig.
1. Action de chatouiller les sens. Ce genre de théâtre, ce n'est absolument qu'un chatouillement de tous les appétits bas du public (E. et J. de Goncourt, Journal,1861, p. 897).
2. Sensation agréable qui flatte une personne ou l'un de ses penchants. Ce n'est pas, Monsieur Bricoli, que j'attache le moindre prix à ces petits chatouillements de la vanité (Sardou, Rabagas,1872, IV, 1, p. 160):
4. Je terminais par un examen rapide des plus récentes productions d'Arthur Honegger, qui connaissait alors les premiers chatouillements du succès, ... J.-R. Bloch, Destin du Siècle,1931, p. 16.
Prononc. et Orth. : [ʃatujmɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932; écrit Chatoüillement ds Ac. 1718. Étymol. et Hist. 1. Ca 1390, ms. xves. [xiiies. d'apr. DG] pic. catoullement « action de chatouiller, résultat de cette action » (Evrart de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo91bds Gdf. Compl.); 1580 chatouillement « sensation ou impression agréable » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre 2, chap. 12, p. 547); 2. 1801 « picotement » (Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie, t. 1, p. 252). Dér. de chatouiller*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 83.

Wiktionnaire

Nom commun

chatouillement \ʃa.tuj.mɑ̃\ masculin

  1. Action de chatouiller ou résultat de cette action.
    • Être sensible au moindre chatouillement. Le chatouillement excite ordinairement à rire.
  2. (Par extension) Certaines impressions agréables que reçoivent les sens.
    • Cette harmonie cause à l’oreille un doux chatouillement.
  3. (Par extension) Picotement qui se produit dans une partie du corps.
    • Chatouillement de la gorge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHATOUILLEMENT. n. m.
Action de chatouiller ou Résultat de cette action. Être sensible au moindre chatouillement. Le chatouillement excite ordinairement à rire. Il se dit, par extension, de Certaines impressions agréables que reçoivent les sens. Cette harmonie cause à l'oreille un doux chatouillement. Par extension, il se dit d'un Picotement qui se produit dans une partie du corps. Chatouillement de la gorge.

Littré (1872-1877)

CHATOUILLEMENT (cha-tou-lle-man, ll mouillées, et non cha-tou-ye-man) s. m.
  • 1Action de chatouiller ; sensation que cette action cause. Le chatouillement cause un rire convulsif. Plusieurs personnes redoutent le chatouillement.
  • 2 Fig. Impression douce et agréable. Il n'y a que de la joie et du chatouillement pour l'esprit, Guez de Balzac, 4e Disc. s. la Cour.

HISTORIQUE

XVIe s. Mesprisant toute honnesteté, tu veux colloquer tout ton bien es chatouillemens de la chair, Lanoue, 510. Ce mesme chatouillement et aiguisement qui se rencontre en certains plaisirs et semble nous enlever au-dessus de la santé simple et indolente, Montaigne, II, 215.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHATOUILLEMENT, s. m. (Physiolog.) espece de sensation hermaphrodite qui tient du plaisir quand elle commence, & de la douleur quand elle est extrème. Le chatouillement occasionne le rire ; il devient insupportable, si vous le poussez loin ; il peut même être mortel, si l’on en croit plusieurs histoires.

Il faut donc que cette sensation consiste dans un ébranlement de l’organe du toucher qui soit leger, comme l’ébranlement qui fait toutes les sensations voluptueuses, mais qui soit cependant encore plus vif, & même assez vif pour jetter l’ame & les nerfs dans des agitations, dans des mouvemens plus violens, que ceux qui accompagnent d’ordinaire le plaisir ; & par-là cet ébranlement approche des secousses qui excitent la douleur.

L’ébranlement vif qui produit le chatouillement, vient 1° de l’impression que fait l’objet, comme lorsqu’on passe légerement une plume sur les levres : 2° de la disposition de l’organe extrèmement sensible, c’est-à-dire des papilles nerveuses de la peau, très-nombreuses, très-susceptibles d’ébranlement, & fournies de beaucoup d’esprits ; c’est pourquoi il n’y a de chatouilleux que les tempéramens très-sensibles, très-animés, & que les endroits du corps qui sont les plus fournis de nerfs.

L’organe peut être encore rendu sensible, comme il faut qu’il soit pour le chatouillement, par une disposition légerement inflammatoire : c’est à cette cause qu’il faut rapporter les démangeaisons sur lesquelles une légere friction fait un si grand plaisir ; mais ce plaisir, comme le chatouillement, est bien voisin de la douleur.

Outre ces dispositions de l’objet & de l’organe, il entre encore dans le chatouillement beaucoup d’imagination, aussi-bien que dans toutes les autres sensations.

Si l’on nous touche aux endroits les moins sensibles avec un air marqué de nous chatouiller, nous ne pouvons le supporter ; si au contraire on approche la main de notre peau sans aucune façon, nous n’en sentirons pas une grande impression : aux endroits même les plus chatouilleux, nous nous y toucherons nous-mêmes avec la plus grande tranquillité. La surprise ou la défiance est donc une circonstance nécessaire aux dispositions des organes & de l’objet pour le chatouillement.

Ce sentiment de l’ame porte une plus grande quantité d’esprits dans ces organes, & dans tous les muscles qui y ont rapport ; elle les y met en action, & par-là elle rend & l’organe plus tendu, plus sensisible, & les muscles prêts à se contracter à la moindre impression. C’est une espece de terreur dans l’organe du toucher. Voyez les articles Sensations, Plaisir, Douleur, Nerf, Sympathie, Tact. Cet article est de M. le chevalier de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chatouillement »

Chatouiller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de chatouiller avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chatouillement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chatouillement ʃatujmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « chatouillement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chatouillement »

  • C'est votre père qui est votre obligé, et non point le contraire : vous payez de bien des années de larmes un sien moment de plaisant chatouillement. De Umberto Eco / L’île du jour d’avant
  • Que certaines zones ressentent davantage les chatouilles est dû au fait que notre peau n'est pas uniformément dotée des mêmes récepteurs sur toute sa surface. Le chatouillement n'est en effet rien d'autre qu'un réflexe nerveux : un contact avec la peau envoie au cerveau un signal électrique qui n'a pas le temps d'être interprété et déclenche alors un mécanisme de défense, le rire. Science-et-vie.com, Qu'est-ce qui rend certaines parties du corps plus chatouilleu... - Science & Vie
  • Cela commence avec le père qui donne à son enfant un petit chatouillement autour des côtes, ce qui l'incite à s'effondrer dans un fou rire. News 24, Des photos capturent le moment tendre orang-outan Wousan chatouille la petite Natalia - News 24
  • Les rats de laboratoire de l’université Humboldt de Berlin s’éclatent manifestement comme des fous. C’est du moins ce que montre une vidéo que deux neurobiologistes ont postée début novembre sur Youtube : on y voit des rats couiner et sauter en l’air de joie après s’être fait chatouiller. C’est amusant mais bien plus que ça : on touche à un mystère vieux de deux mille ans.   Aristote ruminait déjà sur l’utilité et l’absurdité des chatouillements, et d’autres grands penseurs se sont cassé la tête sur la question après lui. Car aussi trivial que soit ce processus, il soulève des questions qui ne sont pas triviales du tout. Depuis 1897, les spécialistes distinguent deux procédés affublés de deux noms imposants : la knismesis (du grec knizein, gratter, irriter) et la gargalesis (du grec gargalizein, chatouiller). Courrier international, ​Neurosciences. Le mystère des chatouilles
  • Croisez les jambes. Demandez à quelqu’un de vous chatouiller un pied, ne regardez pas. Pouvez-vous identifier le pied qu’il chatouille ? Rassurez-vous : il s’agit d’une véritable expérience scientifique visant à comprendre comment l’être humain ressent le chatouillement. Le Soir Plus, Pourquoi le chatouillement intrigue les scientifiques - Le Soir Plus
  • Une petite branche du nerf vague stimulable sans intervention chirurgicale, située dans la peau de parties spécifiques de l'oreille externe permet pourtant cette stimulation de manière non invasive. L’équipe de Leeds a déjà montré que l'application d'un petit stimulus électrique au nerf vague de l'oreille, perçu comme une sensation de chatouillement, améliore l'équilibre du système nerveux autonome. santé log, VIEILLISSEMENT : La thérapie « chatouille » pour le ralentir | santé log
  • Le chatouillement, cette forme ludique d'intimité, mérite qu'on s'y attarde davantage. Les petits en redemandent et cela fait rire les grands. Site-LeVif-FR, Les vertus du chatouillement - Santé - LeVif

Traductions du mot « chatouillement »

Langue Traduction
Anglais tickling
Espagnol cosquillas
Italien solletico
Allemand kitzeln
Portugais cócegas
Source : Google Translate API

Synonymes de « chatouillement »

Source : synonymes de chatouillement sur lebonsynonyme.fr

Chatouillement

Retour au sommaire ➦

Partager