La langue française

Chandelle

Définitions du mot « chandelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHANDELLE, subst. fém.

A.− Vx. Petit cylindre de matière combustible, le plus souvent de suif, muni d'une mèche centrale et employé autrefois pour l'éclairage. Brûler une chandelle. Elle avait acheté de la chandelle (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Rosalie Prudent, 1886, p. 643):
1. ... sur la table, deux chandelles de suif qui brûlent dans deux chandeliers de cuivre argenté, et qui jettent un peu de lueur et de grandes ombres agitées par l'air sur les murs blanchis de l'appartement. Lamartine, Les Confidences,1849, p. 51.
SYNT. Chandelle de cire, de résine, de suif; chandelles fumeuses; chandelles à la baguette; chandelles moulées; à la lueur, à la lumière de la chandelle. À la chandelle. Le soir, la nuit venue. Allumer, éteindre, moucher, souffler une chandelle.
P. méton. Substance dont est faite la chandelle. Madame Lepic le graisse de chandelle (Renard, Poil de Carotte,1894, p. 319).
Papier chandelle ou papier à chandelle. Papier de mauvaise qualité (qui serait juste bon à envelopper des chandelles) :
2. Les revues difficiles paraissent sur papier de luxe; ce qui se lit sur papier chandelle est toujours sage et très clair. Paulhan, Les Fleurs de Tarbes,1941, p. 19.
P. métaph., souvent fam. Ce qui éclaire intellectuellement ou spirituellement. Illustres chandelles humaines, qui vous consumez par la tête (Balzac, Œuvres diverses,t. 3, 1850, p. 185):
3. [l'âne :]. − Et pendant que l'énorme lumière, Formidable, emplissait le firmament vermeil, Leur chandelle [des docteurs] tâchait d'éclairer le soleil! Hugo, L'Âne,1880, p. 275.
B.− Loc. fig.
1. Brûler la chandelle par les deux bouts*. Gaspiller ses biens, sa vie, sa santé par des dépenses excessives ou un comportement désordonné :
4. Arnoux avait toujours été sans conduite et sans ordre. − « Une vraie tête de linotte! Il brûlait la chandelle par les deux bouts! Le cotillon l'a perdu! » Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 261.
2. Devoir une belle, une fière chandelle à qqn. Lui être très obligé, lui être redevable d'un grand bienfait. Je lui devais une fière chandelle. Sans lui (...), je n'aurais rien pu faire (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 46).
3. Économies de bouts de chandelle. Économies sordides et dérisoires (cf. bout II A).
4. Le jeu n'en vaut pas la chandelle. C'est une affaire qui rapporte plus de peine que de profit :
5. Bientôt, la pensée de posséder une femme suscita en lui des objections dominantes : s'habiller! se laver! se mettre en frais! faire le gracieux! que de tracas! la petite chose, certes, lui eût été agréable. Mais il fallait la payer de trop de dérangement. Le jeu n'en valait pas la chandelle. Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 834.
5. Moucher la chandelle [P. réf. au « moucheur de chandelles » des théâtres d'autrefois] Occuper un emploi subalterne. Il était, lui, [Molière] chef de sa troupe; moi, je mouche les chandelles (Courier, Lettres de France et d'Italie,1807, p. 757).
6. Le papillon se brûle à la chandelle, se brûler à la chandelle. Se laisser abuser par des apparences trompeuses (cf. Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830, p. 393).
7. Tenir la chandelle. Servir de tiers complaisant dans une aventure amoureuse. Elle aurait tenu la chandelle, histoire de rendre le mariage inévitable (Zola, La Joie de vivre,1884, p. 956).
8. Voir trente-six (ou trente-six mille) chandelles. Avoir un éblouissement par suite d'un choc violent, d'une vive douleur :
6. ... un furieux coup de plat d'épée sur la tête lui fracassa le moule du bonnet, et lui montra trente-six chandelles... T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 216.
C.− Emplois anal.
1. [P. anal. de forme]
a) Dans la lang. cour. Fleur ou plante évoquant une chandelle et dont la tige se dresse avec raideur. Les marronniers (...) avaient poussé trop tôt leurs chandelles blanches ou roses (A. Arnoux, Paris-sur-Seine,1939, p. 161).On souffle la « chandelle du pissenlit » (P.-L. Menon, R. Lecotte, Au village de France,t. 2, 1954, p. 50).
b) Arg. Membre viril (cf. France 1907). Moucher la chandelle. Pratiquer le « coïtus interruptus » :
7. Samadet (...) sur le moment (...) m'étonna par un excès de vertu (...) mais quand (...) M. m'a dit qu'il ne faisait pas souvent cela à MmePallard sous le prétexte que c'était un grand crime de moucher la chandelle, il m'a semblé qu'il était hypocrite. Stendhal, Journal,t. 2, 1805-08, p. 226.
Bouteille de vin. Faire fondre une chandelle. Boire une bouteille de vin (cf. France 1907).
c) PYROTECHNIE. Chandelle romaine. Fusée d'artifice en forme de grosse chandelle, constituée d'un long tube d'où jaillissent des étincelles de différentes couleurs. Des chandelles romaines (...) retombaient en pluie d'étoiles (Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 5).
2. Ce qui coule ou pend à la manière du suif fondu.
a) Mucosité épaisse coulant d'un nez ayant besoin d'être mouché. Des enfants (...) morveux, avec des chandelles sous le nez (E. et J. de Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 255).
b) Concrétion de glace. Les chandelles de glace de la pompe (Colette, Claudine à Paris,1901, p. 73).
3. [P. réf. à l'idée de verticalité]
a) AVIAT. Ascension rapide d'un avion qui s'élève à la verticale. Monter, partir en chandelle. Il (...) devait avoir souvenance de ses vols précédents, tonneaux, virages sur l'aile, (...) remontée en chandelle (Cendrars, Le Lotissement du ciel,1949, p. 166).
b) SP. Au football, au tennis, coup qui consiste à envoyer la balle suivant une trajectoire presque verticale et assez haut pour qu'elle passe hors de la portée de l'adversaire. Faire une chandelle. Synon. lob.Un petit garçon peureux qui craint de recevoir le ballon envoyé en « chandelle » (Montherlant, Le Songe,1922, p. 150).
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑ ̃dεl]. Ds Ac. 1694-1932. Fér. Crit. t. 1 1787 : chandelle ou chandèle. Étymol. et Hist. 1. 1119 chandeile (Ph. de Thaon, Comput, 2671 ds T.-L.); 1165-70 chandoile (Chr. de Troyes, Erec, 1614, ibid.); av. 1220 chandele (G. de Coincy, Mir. Vierge, 571, ibid.); 2. fig. xves. se brusler à la chandelle « se laisser attirer par le charme de quelque chose ou quelqu'un » (Coquillart, Enquête de la simple et de la rusée ds Littré); 1571 brusler la chandelle par les deux bouts « épuiser son revenu » (Carloix, X, 1, ibid.); av. 1592 le jeu ne vaut pas la chandelle « la chose ne vaut pas la peine » (Montaigne, III, 47, ibid.); 1648 devoir une chandelle à qqn (Scarron, Virgile Travesti, II, 4 ds L.-T. Richardson, Lex. de Scarron, Aix-en-Provence, p. 46). Du lat. candela « chandelle » attesté dep. Varron ds TLL s.v., 232, 60 avec substitution au cours du xiiies. du suff. -elle*, plus employé que -oile. Fréq. abs. littér. : 1 107. Fréq. rel. littér. : xixes : a) 906, b) 2 691; xxes. : a) 2 502, b) 987.
DÉR.
Chandellon, subst. masc.Petite chandelle. Je vous allume un chandellon (Giono, Le Chant du monde,1934, p. 134). 1reattest. 1934 id.; francisation du prov. candeloun (Mistral).
BBG. − Daudin (P.). Trente-six chandelles. Vie Lang. 1959, pp. 470-476. − Gohin 1903, p. 349. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Goug. Mots t. 1, 1962, pp. 43-45. − Rog. 1965, p. 83. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 92. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1957, p. 2.

Wiktionnaire

Nom commun

chandelle \ʃɑ̃.dɛl\ féminin

  1. Cylindre combustible munie d’une mèche utilisé dans l’éclairage.
    • Tout cet intérieur lugubre était éclairé par la lueur tremblotante d'une chandelle posée sur le tonneau même d’où coulait le vin. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes,)
    • Au pied du cercueil, on avait apporté une petite table sur laquelle une chandelle, en guise de cierge, achevait de se consumer tristement. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Elle mouchait la chandelle qui clairait sur le bord de l'évier, quand la porte s’ouvrit. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il potassait à la chandelle, au gué, au gué
      Des traités de maintien sexuel, au gué, au gué.
      — (Georges Brassens, Corne d'Auroch, dans La Mauvaise Réputation, 1952)
  2. Jeu d’enfants consistant en une ronde à l'extérieur de laquelle un enfant tourne et pose un témoin derrière quelqu'un.
    • Jouer à la chandelle.
  3. (Football) (Rugby) Coup de pied botté de sorte à passer à la verticale et donc hors de portée de la défense adverse. En termes de jeu de balle et de tennis, toute balle envoyée très haut et peu loin, avec peu de force.
    • Faire une chandelle.
  4. (Aviation) Figure de voltige aérienne consistant en une élévation de l’appareil à 70° ou 80° de l’horizontale.
  5. (Journalisme) Colonne non coupée, du haut en bas d’une page d’un journal ou d’un magazine.
  6. (Gymnastique) (Au sol) Le corps droit et vertical repose sur le sol au niveau de la nuque, la tête en avant, les bras posé en arrière sur le sol.
  7. (Gymnastique) (Sur trampoline) Saut d’élan permettant de prendre de la hauteur.
  8. (Gymnastique) (Sur barre parallèle) Le corps droit et vertical repose sur les deux barres au niveau des épaules, les bras en arrière le long de chacune des barres.
  9. (Gymnastique) (Sur poutre) Souvent utilisé en sortie, le gymnaste sort de la poutre en sautant tout en gardant le corps droit et le bras dans la continuité du corps.
  10. (Mécanique) Élément de sécurité permettant de soutenir sur le sol une charge lourde à la suite de son élévation avec un cric.
  11. (Botanique) Synonyme de panache d’officier.
  12. (Argot) Prostituée qui tapine en un lieu fixe.
    • Comme une sentinelle du plaisir, la « chandelle » attend, jusqu'au bout de la nuit, l’éventuel client dans une encoignure de porte, où travaillaient l'après-midi des occasionnelles ou prétendues telles en tailleur de ville. — (Patrice Bollon, Pigalle, le roman noir de Paris, éd. Hoëbeke, 2004, page 158)
    • La belle Mathilde tapine Boulevard Madeleine où elle est « chandelle », c'est-à-dire qu'elle stationne toujours devant le même immeuble ; immeuble qui lui sert à recevoir ses clients. Cela fait deux ans qu'elle vend son corps aux hommes. Depuis la fin de la guerre. — (Jean-Claude Estampe, Le Peintre écarlate : roman noir, Éditions Publibook, 2007, page 150)
  13. Des chandelles (13) dans la forêt des Landes suite à une tempête.
    (Foresterie) Partie laissée debout d'un volis.
    • Sur certaines essences autres que le Chêne, les chandelles constituent un habitat vital pour des espèces rares : comme Dicerca berolinensis ou Isorhipis marmottani.— (Revue forestière française, Volume 60, L'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 2008)
  14. (Nucléaire) Tube intégré au sommier d’un réacteur rapide refroidi au sodium, dans lequel s’insère le pied d’un assemblage combustible et qui permet la circulation du sodium dans cet assemblage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHANDELLE. n. f.
Petit bâton de suif, de cire, de résine ou de quelque autre matière combustible garni d'une mèche et servant de flambeau. Il se dit plus communément de la Chandelle de suif. Prov. et fig., Se brûler, venir se brûler à la chandelle. Voyez BRÛLER. Il se prend souvent dans le sens de Cierge. Il doit une belle chandelle à Dieu, à la Vierge, se dit de Quelqu'un qui est échappé d'un grand péril. Par extension, Il me doit une belle chandelle pour l'avoir tiré de ce mauvais pas. Prov. et fig., C'est une économie de bouts de chandelles. Voyez BOUT. Prov. et fig., Le jeu ne vaut pas la chandelle, La chose dont il s'agit ne mérite pas les soins qu'on prend, les peines qu'on se donne, la dépense qu'on fait. C'est une chandelle qui s'éteint, se dit d'un Homme qui meurt insensiblement et de vieillesse. Fig. et fam., Voir des chandelles, trente-six chandelles, se dit lorsqu'on a un grand éblouissement d'yeux causé par un coup, un heurt, une chute. Fig. et fam., Brûler la chandelle par les deux bouts. Voyez BOUT. Fig. et fam., Tenir la chandelle, Se prêter à de honteuses complaisances pour favoriser un commerce de galanterie. Il est libre. En termes de Pyrotechnie, Chandelle romaine, Pièce d'artifice en forme de grosse chandelle qui lance perpendiculairement et à certains intervalles des étoiles d'un éclat très vif. En termes de jeu de Balle et de Tennis, il désigne Toute balle envoyée très haut et peu loin, avec peu de force.

Littré (1872-1877)

CHANDELLE (chan-dè-l') s. f.
  • 1Petit flambeau de suif, de cire ou de quelque autre matière grasse et combustible.

    En particulier, flambeau de suif, par opposition aux flambeaux de cire ou d'autre matière. Ne brûler que de la chandelle. Une livre, un paquet de chandelles. Chandelle des quatre, des six à la livre ; ou chandelle de quatre, de six. Chandelle bénite. Éteindre, souffler la chandelle. Cette chandelle n'éclaire pas, coule. Un bout de chandelle. Je bats le fusil, j'allume la chandelle, Rousseau, Ém. II. Sous Frédéric II [Barberousse] la bougie était inconnue et la chandelle un luxe, Voltaire, Mœurs, 81.

    Moucher la chandelle, retrancher avec les mouchettes la partie de la mèche qui est brûlée et qui empêche la lumière ; et figurément, remplir des fonctions tout à fait subalternes. Molière était, lui, chef de sa troupe ; moi, je mouche les chandelles, Courier, Lett. I, 221.

    Moucher la chandelle, comme le diable mouche sa mère, c'est-à-dire l'éteindre en coupant la mèche trop bas.

    Moucher une chandelle à 25 pas, tirer très bien le pistolet.

    À la chandelle, à la lumière par opposition à la locution au grand jour. J'avais résolu de ne les faire voir qu'à la chandelle [au théâtre], Molière, Préf. des Préc. Mlle de l'Étoile fit encore mieux la malade à la chandelle, qu'elle ne l'avait fait dans l'obscurité, Scarron, Rom. com. II, 12. Ce qui paraît d'une couleur au soleil, paraît d'une autre à la chandelle, Fénelon, Pyrrhon.

    À chandelle éteinte, le temps que dure une chandelle pour se consumer.

    En droit ecclésiastique, excommunication à chandelles éteintes, lorsqu'on donnait au pécheur la durée d'une chandelle pour se repentir.

    Terme d'ancienne pratique. Donner à chandelle éteinte, adjuger dans une adjudication où l'on pouvait surenchérir tant que brûlait une chandelle.

    Familièrement. Ses yeux brillent comme des chandelles, il a les yeux très brillants.

    Voir des chandelles, voir mille chandelles, apercevoir, à l'occasion d'un grand coup, d'un choc violent, ou même d'un éblouissement, des lueurs phosphorescentes.

    Populairement. Ses cheveux frisent comme des paquets de chandelle, c'est-à-dire ne frisent pas du tout.

    Se brûler, venir se brûler à la chandelle, courir étourdiment à sa perte, se jeter dans le péril en cherchant follement le plaisir. Je vous connais, objets doux et puissants ; Plus ne m'irai brûler à la chandelle, La Fontaine, Diable.

    Économie de bouts de chandelle, économie sordide ou mal entendue, qui ne porte que sur les petites choses. Fleury excellait aux ménages de collége et de séminaire, et, qu'on me pardonne ce mot bas, au ménage des bouts de chandelle, Saint-Simon, 506, 158.

    Le jeu ne vaut pas la chandelle, cela ne vaut pas la peine, les frais qu'on ferait. Et le jeu, comme on dit, n'en vaut pas les chandelles, Corneille, le Ment. I, 1.

    Brûler la chandelle par les deux bouts, se livrer à des dépenses, à des excès ruineux, extravagants, dont les conséquences sont doublement funestes. Ils brûlaient la chandelle par les deux bouts, Lesage, Gil Blas, VII, 15.

    La chandelle brûle, le temps presse.

    C'est une chandelle qui s'éteint, se dit d'un vieil lard, d'un malade qui finit doucement.

    Tenir la chandelle, assister et se prêter à une turpitude ou à une chose dans laquelle on est dupé. Se dit particulièrement de complaisances honteuses pour un commerce de galanterie.

  • 2Chandelle donnée en offrande à l'église ou consacrée.

    Il doit une belle chandelle à Dieu, il est échappé comme par miracle d'un grand péril.

    Il vous doit une belle chandelle, vous l'avez tiré d'un mauvais pas.

    Fig. Donner une chandelle à Dieu et une au diable, se ménager entre deux partis opposés, caresser amis et ennemis.

    Il est réduit à la chandelle bénite, se dit d'une personne à l'agonie.

    Chandelle des Rois, grosse chandelle enjolivée que les chandeliers donnaient le jour des Rois à leurs pratiques.

    Habit bariolé comme la chandelle des Rois, bigarré de plusieurs couleurs.

  • 3Bois de chandelle, nom collectif de plusieurs végétaux résineux employés comme torches.
  • 4Chandelle de glace, eau glacée qui pend des toits des maisons, des gouttières, des arbres.
  • 5Chandelle romaine, pièce d'artifice en forme de grosse chandelle, qui lance en brûlant des étoiles d'un vif éclat.
  • 6Pièce de bois ou de fer placée verticalement pour servir d'étai dans une construction.

    Terme d'imprimerie. Longue pièce de bois pour empêcher la presse de varier.

    Terme de marine. Accore de construction, quand il n'excède pas un mètre.

PROVERBES

La chandelle qui va devant éclaire mieux que celle qui va derrière, c'est-à-dire on se conduit mal, quand, au lieu de faire du bien pendant la vie, on remet à faire ses libéralités dans son testament.

Apportez-lui un bout de chandelle pour trouver ce qu'il veut dire, se dit d'une personne qui a beaucoup de peine à s'expliquer.

C'est un bon enfant, il ne mange pas la chandelle, c'est un bon enfant si l'on veut, mais je n'en saurais dire aucun bien.

À chaque saint sa chandelle, il faut ménager et gagner tous ceux dont on a besoin.

HISTORIQUE

XIIe s. Où feu n'eüst ou chandele alumée, Roncisv. 156. Einsi fu sainte iglise honnie et violée ; Ne matines, ne vespres, messe n'i fu chantée, Ne Deus n'i fu servi, ne chandeille allumée, Th. le mart. 153. De Jesu-Crist il seient, fait-il, trestuit maldit. Dunc a geté à val, quant il out cel mot dit, Desur le pavement la candeille en defit, ib. 132. …et les chandoiles mises Es chandeliers, toutes esprises, la Charrette, 937.

XIIIe s. [Elle] a pris une chandele, qu'on [car on] n'i pooit veïr, Berte, LXXXVII. De son lit saut toz estordiz, Si a une chandoile prise, Au feu en vient, si l'a esprise, Ren. 3411. … à chandele cust [coud] la pucele, En un bliaut ma damoiselle, Lai del desiré. Sire Renart, ne vas anuit, Il lors avesprera assez ; Mes ces chandeles alumez, Ren. 21294. … La lune, Envers qui les autres estoiles Resemblent petites chandoiles, la Rose, 1002. Moult est fox qui tel chose esperne [épargne], C'est la chandele en la lanterne, la Rose, 7448.

XIVe s. Ce fut la nuit à la chandelle, La bataille y fu moult belle, Le livre du bon Jeh. 411. Pour dix livres de chandelle de buef à veillier de nuict, De Laborde, Émaux, p. 202. Pour chandelle de cire et de suif, De Laborde, Émaux, p. 202.

XVe s. Ainsi furent-ils trois jours et trois nuits sans pain, sans vin, sans chandelle, Froissart, I, I, 39. Qui eust esté à Bruge eust vu comment on estoit soigneux de mettre biscuits en sacs, de mettre blés, chandelles de sieu [suif], chandelles de cire, Froissart, II, III, 35. Ycelluy avoit en sa chapelle une chandoille ardent qui estoit divisée en vingt-quatre parties, Christine de Pisan, Charles V, I, 16. Mais quant ce vint au fait de la despense, Il restraingnit eufs, chandelle et moutarde, Deschamps, Adm. de l'hôte du Pr. Et puis quant on a l'esguillon Et qu'on se sent de l'estincelle, On fait comme le papillon Qui se brusle à la chandelle, Coquillart, Enq. de la simple et de la rusée.

XVIe s. On mettra [dedans le canal] une chandelle de cire, ou une verge de plomb, Paré, XV, 43. Et que de sa vie il ne fera la guerre en son royaume, ny contre ses subjects ; car c'estoit se battre soy-mesme et brusler la chandelle par les deux bouts, Carloix, X, 1. Les autres poëtes ne sont que les naquets de ce brave Virgile, non pas Horace mesmes, si ce n'est en quelques unes de ses odes… Le reste ne vaut pas la chandelle, Ronsard, 584. Ainsi qu'on voit faillir sans cire une chandelle, Ronsard, 797. Qui ne peut mettre au chef d'un sainct une chandelle, Au moins la mette aux pieds, et qui aux pieds sacrez Ne la peut mettre, au moins qu'il la mette aux degrez, Ronsard, 867. La cire se blanchit, pour, ainsi subtiliée, en faire de la bougie, des chandelles pour l'estude, les banquets et autres gentillesses, De Serres, 452. Autrement le jeu ne vaudroit pas la chandelle, De Serres, 461. Le jeu ne vaut pas la chandelle : il y a moins de mal souvent à perdre sa vigne qu'à la plaider, Montaigne, III, 47. Nous preferons l'art à la nature, nous fermons en plein midy les fenestres, et allumons les chandelles, Charron, Sagesse, II, 3. La chandelle esclaire chascun et allume, et soy-mesme se detruit, font et consume, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 323.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHANDELLE. Ajoutez :
7 Terme d'ébénisterie. Pied cannelé. Une corbeille que soutiennent des chandelles ou pieds cannelés, E. Bergerat, Journ. offic. 29 déc. 1874, p. 8640, 2e col.

REMARQUE

Les Mémoires de Miraulmont citent cette fameuse ordonnance royale qui obligeait le chancelier de France à rendre au trésorier les tronchons de la cire qui avait servi à son éclairage. L'ordonnance, comme toutes les autres, passa sans remédier au mal, mais elle eut l'honneur de créer un proverbe. C'est de là que date le mot si célèbre : les économies de bouts de chandelle, Ed. Texier, le Siècle du 31 janvier 1864.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHANDELLE, s. f. (Art méchaniq.) petit cylindre de suif, dont une meche de fil de coton occupe le centre d’un bout à l’autre, qu’on allume, & qui sert à éclairer.

On fabrique deux sortes de chandelles ; les unes qu’on appelle chandelles plongées, les autres chandelles moulées. Nous en allons expliquer le travail séparément, après avoir fait précéder les opérations qui leur sont communes.

Quelle que soit la sorte de chandelle qu’on veuille fabriquer, on commence par préparer la quantité de meches dont on a besoin, relativement à la quantité de suif qu’on veut employer. Le Chandelier achete le coton en écheveaux ; il le dévide & le met en pelotons sur des tournettes. Voyez l’artic. Tournette. Il porte son coton en pelotons dans un panier, appellé panier aux pelotes, vers le couteau à meches ou le banc à couper les meches, car le même instrument a ces deux noms. Il est composé d’un dessus ab, monté sur deux piés cd ; ce dessus est divisé en deux parties dont l’une e porte une broche perpendiculaire de fer f, & se meut à coulisse dans l’entaille gh de l’autre partie, sur le bout de laquelle on a placé verticalement le couteau large, tranchant & arrondi par l’extrémité k. Le Chandelier s’assied devant ce banc ; il en prend la coulisse par le bouton qu’on appelle nœud l ; il éloigne la broche f du couteau k, de tel intervalle qu’il le desire ; cet intervalle doit être déterminé par la longueur des chandelles qu’il se propose de fabriquer. Il fixe la coulisse à cette distance du couteau, par le moyen d’une vis placés sous le banc. Cela fait, il prend ensemble les bouts de deux, trois, ou quatre pelotons, selon le nombre de brins dont il veut que ses meches soient formées ; & ce nombre dépend du poids & de la grosseur qu’il veut donner à sa meche & à sa chandelle. La meche ne doit être ni trop menue ni trop grosse : trop menue, la flamme ne consumant pas assez de suif, la meche pour ainsi dire étouffée ne donne pas assez de lumiere ; trop grosse, la flamme consumant le suif qui l’entoure avec trop de vîtesse, bientôt la meche n’est plus nourrie, & l’on est mal éclairé. Il est donc important à la qualité de la chandelle de bien proportionner la grosseur de la meche à la grosseur de la chandelle. On tire tous les brins des pelotons en même tems ; les pelotons se dévident ; on passe une des portions de la longueur dévidée d’un côté de la broche, & l’autre portion de l’autre côté, ensorte que la broche en soit embrassée ; on porte ces deux portions réunies au buteau ; on coupe celle qui est continue aux pelotes, précisément au ras de l’autre, sans lâcher les brins ; on prend les deux portions qui embrassent la broche par leurs extrémités ; on les place entre les paumes des deux mains, & en glissant ces paumes en sens contraire, on roule les deux portions de la meche l’une sur l’autre, & il se forme à son extrémité une boule qu’on appelle le collet, dans laquelle la broche est comprise. Voilà une meche faite ; on en fait de la même maniere tant que la broche en peut contenir, & elle en contient plus ou moins, selon qu’elles sont plus ou moins grosses : il est évident qu’elles sont toutes de la même grosseur & de la même longueur, puisqu’elles sont toutes du même nombre de brins, & coupées toutes sur la même distance de la broche au couteau. Quand la broche est pleine de meches, on prend une de ces baguettes minces qu’on appelle broches à chandelles, & on les passe de dessus la broche du banc sur la broche à chandelle. Il y a des couteaux à couper les meches sans piés ; on les pose sur les genoux, & on s’en sert comme nous venons de dire : il est clair que par la commodité qu’on a de fixer la piece à coulisse du banc à telle distance du couteau qu’on le souhaite, le même banc peut servir à faire des meches de telle grosseur & longueur qu’on voudra.

Lorsqu’on a des baguettes chargées de meches convenablement, je dis convenablement, car on en met plus ou moins sur une baguette, selon le nombre de chandelles qu’on veut à la livre : il y a sur une baguette seize meches des huit à la livre, dix-huit meches des douze à la livre, & ainsi du reste ; alors on met fondre le suif. Le Chandelier reçoit le suif du boucher en gros pains qu’on nomme jatte. (Voyez à l’article Suif comment le suif se met en jatte.) Il suffit de remarquer ici qu’il y en a de deux sortes, l’un de brebis & de mouton, & l’autre de bœuf & de vache ; qu’il n’est pas permis au chandelier d’en employer d’autres, & que la proportion prescrite par les réglemens & exigée pour la bonne qualité de la chandelle, entre ces deux suifs, est de moitié par moitié. Comme la masse d’une jatte est trop considérable pour fondre facilement, & que le suif en restant trop sur le feu pourroit se noircir & se brûler, la premiere opération du Chandelier est de dépecer son suif, ce qu’il exécute sur la table qu’on voit fig. 1. du Chandelier ; elle est montée à l’ordinaire sur des piés 1, 2, 3, 4. Ces piés soûtiennent le dessus 5 ; ce dessus est bordé de tout côté par des planches assemblées entr’elles & avec le dessus, & hautes de sept à huit pouces, 6, 7, 8, 9 ; ces planches servent à contenir les morceaux de suif quand on dépece. La planche ou le rebord de devant est coupé dans le milieu pour la commodité de celui qui travaille. Au fond de la table, sur le dessus, en-dedans, contre le rebord du fond, est cloué un petit linteau de bois 11, 12, sur le milieu duquel il y a un crochet 13 qui s’insere dans un anneau pratiqué à l’extrémité de la branche d’un grand couteau, qu’on appelle couteau à dépecer ou dépeçoir ; l’ouvrier prend ce couteau par son manche & hache le suif en morceaux. Quand il est haché, il le jette dans une grande chaudiere de cuivre posée sur un trepier ; il met le feu sous cette chaudiere ; le suif fond ; il l’écume ; & quand il est fondu, pour le clarifier, il y lâche une petite quantité d’eau qu’on appelle le filet. Il survuide le suif de cette chaudiere à-travers un tamis dans une cuve ; cette cuve a une canelle à trois ou quatre doigts du fond ; le suif peut s’y tenir chaud de lui-même pendant vingt-quatre heures en été, & pendant seize en hyver. Il faut l’entretenir fluide par le moyen du feu, quand on ne peut l’employer tout dans cet intervalle. On l’y laisse reposer trois heures avant que de s’en servir, mais au bout de ce tems on en tire par la canelle dans l’abysme pour les chandelles plongées, dans la burette pour les chandelles moulées.

Travail des chandelles plongées. L’abysme, qu’on appelle aussi moule, est un prisme triangulaire creux, fixé, comme on voit fig. 3. par un de ses côtés, sur une table ghei, de maniere qu’une des faces de ce prisme est parallele à cette table ; cette face parallele, qui a son couvercle mobile, sert d’ouverture à l’abysme dont le côté ab, est d’environ dix pouces, & le côté as d’environ quinze : il y a à chaque bout une anse. La table sur laquelle l’abysme est fixé a des rebords qui forment tout autour, excepté au côté gh, une rigole qui reçoit le suif fluide qui découle des chandelles tandis qu’on les fabrique, & le renvoye dans un vaisseau placé sous gh. L’ouvrier peut s’asseoir devant ce vaisseau.

Lorsque l’abysme est presque rempli de suif, l’ouvrier prend entre ses doigts deux baguettes chargées de meches ; il tient l’une entre l’index & le doigt du milieu des deux mains, & l’autre entre l’annulaire & le petit doigt. Il en couche les meches sur le suif deux ou trois fois ; les relevant à chaque fois, & les tenant un instant verticales sur l’abysme pour leur donner le tems de prendre suif & d’égoutter. Cette premiere façon s’appelle plingure ; & la maniere de la donner, plinger. Il porte les meches plingées sur son établi, qu’on voit fig. 4. Ce n’est autre chose qu’une grande & forte table sans dessus, de dix à douze piés de long, de cinq à six de haut, & de deux à deux & demi de large ; les quatre piliers des coins 1, 2, 3, 4, en sont entaillés à la partie supérieure ; les entailles 1, 2, 3, 4, sont toutes quatre dans la même direction, & selon la longueur de la table : elles sont destinées à recevoir les bouts des deux barres qu’on y voit placées, & qu’elles contiennent. C’est sur ces barres que l’ouvrier pose ses brochées de chandelles pour s’essuyer. Il y a sous cette table une espece d’auge de la grandeur de la table même, mais dont la profondeur est à peine de trois ou quatre pouces ; il reçoit les gouttes de suif qui tombent du bout des chandelles qui viennent d’être plingées. Le Chandelier plinge tout de suite toutes ses brochées ; observant à mesure qu’il travaille de rafraîchir son abysme avec du suif tiré de la cuve, de l’entretenir à-peu-près plein, de remuer le fond de son abysme avec un bâton qu’on appelle un mouvoir, & d’enlever de ses bords supérieurs, mais sur-tout de celui de devant où il frotte sans cesse l’extrémité de ses chandelles à mesure qu’il travaille, le suif qui s’y fige en assez grande quantité : ce qu’il exécute avec sa truelle.

Lorsque ses brochées sont suffisamment essorées, il les remet ; remettre, c’est donner la seconde façon qui s’appelle remise ; à la remise, les chandelles ne se plongent que deux fois : toutes les autres trempées ou couches suivantes se donnent à trois ; mais il n’y a que les dernieres qui ayent des noms. Lorsqu’on les a multipliées au point que les chandelles ont presque la grosseur qu’on leur desire, & qu’il n’en reste plus que trois à donner, on dit de l’antépénultieme qu’elle les met prêtes, de la pénultieme qu’elle les racheve, & de la derniere qu’elle les collete. Colleter, c’est enfoncer la chandelle dans l’abysme jusqu’à ce que le suif soit monté entre les deux portions de la boucle appellée collet, que la meche forme à l’extrémité de la chandelle, & tienne ces deux portions séparées en s’y figeant.

Lorsque les chandelles sont colletées & froides, on les coupe. Cette opération se fait sur une plaque de cuivre qu’on tient élevée sur un feu modéré, & contre laquelle on applique, quand elle est chaude, le cul d’un grand nombre de chandelles à la fois. Cette partie se fond, s’applatit, & les chandelles sont coupées. Il ne reste plus après cela qu’à les mettre en livres, si on les veut vendre en détail ; ou en caisse, si on veut les envoyer ou les garder.

Il y a des chandelles plongées de quatre, de six, de huit, de dix, de douze, de seize, de vingt, & même de vingt-quatre à la livre.

Travail des chandelles moulées. Les moules dans lesquels se font ces chandelles sont ou d’étain, ou de plomb, ou de cuivre, ou de fer-blanc. Ceux d’étain sont les meilleurs & les moins communs, Ceux de plomb, les plus ordinaires & les plus mauvais. On n’y distingue que trois parties ; ab, le collet, fig. 5. bc, la tige ; cd, le culot. On donne le nom de collet à l’extrémité percée du moule : ce n’est point une partie qui en soit séparée ; elle est arrondie en-dehors, & concave en-dedans, & ne forme qu’un tout avec la tige, qu’on peut considérer comme un cylindre creux, dont le diametre est d’autant plus grand que les chandelles qu’on veut jetter en moule sont plus grosses. On en moule depuis les quatre jusqu’aux douze à la livre. Le culot est un véritable entonnoir qui s’ajuste à la partie supérieure de la tige, & dirige le suif dans sa cavité. Il a encore un autre usage ; c’est de tendre & tenir la meche droite par le moyen de son crochet, sur le milieu de la tige. On donne le nom de crochet à la petite piece ef soudée au-dedans du culot, & s’avançant jusqu’au milieu de son ouverture.

La premiere opération du Chandelier, c’est de garnir tous les moules de meches : pour cet effet, il prend une longue aiguille qu’on appelle aiguille à meches ; son extrémité est en crochet ; il fait passer ce crochet par l’ouverture du collet, ensorte que l’aiguille traverse toute la tige, & sort de dedans en-dehors par le trou du collet. Il y attache la meche par le moyen d’un fil qu’on appelle fil à meches ; il tire l’aiguille, & la meche suit. Quand elle est arrivée au culot, il ôte le fil à meche du crochet de l’aiguille, & le passe sur le crochet du culot ; il tire un peu la meche par en-bas, afin de la rendre bien dans la longueur de la tige, & place le moule dans la table à moules, qu’on voit fig. 6. Il y faut distinguer trois parties ; 1 2, les semelles qui la soûtiennent ; 2 3, deux grandes planches assemblées à tenons avec les semelles, inclinées l’une vers l’autre en gouttiere, & formant une grande auge ; 4 5, le dessus assemblé pareillement avec les semelles, & percé d’un grand nombre de rangées de trous paralleles : ce dessus est épais de deux à trois pouces, large & long à volonté ; c’est dans ces trous qu’on place les moules le plus verticalement qu’on peut : ils y sont retenus par le cordon qu’on a pratiqué à la tige du moule.

Lorsque la table est garnie d’autant de moules qu’elle en peut contenir, on tire du suif de la cuve dans la burette. La burette est un vaisseau tel que celui qu’on voit fig. 7. il est de fer-blanc ; il a une anse par laquelle on le porte ; un goulot qui prend d’en-bas, & s’éleve obliquement jusqu’à la hauteur de ce vaisseau, par lequel on verse ; & une espece de couvercle qui le ferme à moitié, qui empêche que le suif ne se refroidisse si promptement par l’action de l’air, & ne se renverse par-dessus les bords de ce vaisseau, quand on remplit les moules.

On les remplit donc avec ce vaisseau ; on laisse refroidir les moules : quand ils sont bien froids, on tire le culot, & en même tems la chandelle qui y tient, par le moyen du fil à meche. On panche le culot ; & quand le suif est bon, & qu’il n’a été versé ni trop chaud ni trop froid, ce que l’on reconnoît à la facilité avec laquelle les chandelles se tirent, la chandelle se rompt si net au ras du culot, qu’on ne la coupe point comme la chandelle plongée.

Ces chandelles se font fort vîte, & sont beaucoup plus belles en apparence que les plongées. On acheve de les embellir en les blanchissant : pour cet effet on les expose pendant huit à dix jours, enfilées sur des baguettes & suspendues sur des tretaux, dans des jardins à la rosée & au soleil levant. Il faut avoir le soin, lorsque la chaleur du jour commence à devenir grande, lorsque le tems est mauvais & menace de pluie, quand il fait un vent poudreux, de les tenir couvertes avec des toiles. Puisque c’est la rosée qui donne la blancheur à la chandelle, il s’ensuit que le printems est la saison la plus propre pour en mouler.

On distingue encore les chandelles par quelques noms particuliers. On appelle chandelle de Cordonniers, l’assemblage de deux grosses chandelles des quatre à la livre, qu’on fait prendre selon toute leur longueur en les approchant l’une de l’autre, lorsqu’elles viennent d’être plongées & mises prêtes, & que le suif qui les enduit n’est pas encore figé, & en les replongeant, pour qu’elles tiennent mieux, une fois ou deux, après qu’elles sont prises. On appelle chandelle à Carrier, de petites chandelles des vingt ou vingt-quatre à la livre, dont les Carriers se servent dans leurs soûterrains : chandelle des rois, des chandelles cannelées en relief que les Chandeliers travaillent dans des moules cannelés en creux & dont ils font présent en étrennes à leurs pratiques ; elles sont dites des rois du tems où elles se donnent. Des chandelles de noix, c’est une espece de chandelles qui se font au Mirebalais avec le marc de la noix pressurée. Des chandelles de rousine, c’est une autre espece qui est d’usage en Anjou, & qu’on fabrique avec de mauvais suif & de la poix-résine.

Les chandelles étoient d’usage chez les anciens : la meche en étoit de fil, de papier, ou de jonc ; elle étoit revêtue de poix, de suif, ou de cire. Il n’y avoit que les personnes d’un rang distingué qui brûlassent de ces dernieres. On portoit aux funérailles des gens du peuple de petites chandelles de poix ou de suif.

Des couronnes & des iris des chandelles. Quelques personnes apperçoivent autour de la lumiere des chandelles des iris & des couronnes : on attribue ces phénomenes à des irrégularités constantes du crystallin & de la cornée, dans ceux qui les voyent toûjours ; & dans ceux qui ne les voyent qu’en certain tems, à quelque changement instantané des mêmes parties (comme lorsqu’on s’est comprimé long-tems avec la main la partie supérieure de l’œil).

Lorsque les superficies des humeurs sont irrégulieres, il arrive qu’à certaine distance les deux foyers font qu’il se peint sur la rétine un cercle lumineux & foible autour du point où il se ramasse plus de rayons ; & c’est ce cercle qui produit l’apparence des couronnes autour des objets lumineux pendant la nuit. Si l’irrégularité des superficies des humeurs n’est pas fort considérable, on appercevra seulement un cercle clair sans couleurs ; mais si elle est fort grande, il y aura une réfraction considérable qui donnera des couleurs.

On confirmera cette explication, en faisant passer un objet noir au-devant de la prunelle & proche de l’œil. Lorsque la moitié de la prunelle en sera couverte, la moitié du cercle lumineux disparoîtra d’un côté ou de l’autre, suivant la disposition & la nature de l’œil ; & cet effet arrivera toûjours, si l’on met l’objet noir fort proche de l’œil, quand le corps lumineux est fort grand. Si le corps lumineux est petit, l’objet noir pourra s’interposer à quelque distance ; mais le cercle paroîtra moins lumineux, quand la lumiere sera petite.

Descartes attribuoit les mêmes apparences à des plis ou rides circulaires sur les surfaces des humeurs ; mais il ne paroît pas qu’on ait jamais rien observé de pareil dans aucun œil. Cependant Descartes expliquant très-bien les iris & couronnes en conséquence des rides circulaires, il ne seroit pas mal fondé à prétendre que ces rides ne sont pas assez considérables pour être observées.

Chandelle éteinte. (Jurispr.) Les adjudications à l’extinction de la chandelle, qui se pratiquent en certains cas, sont un usage fort ancien. Il en est parlé dans des priviléges accordés à la ville de Caylus-de-Bonnette en Languedoc par Louis duc d’Anjou, lieutenant général pour le roi en ladite province, au mois de Mars 1368, & confirmés par Charles V. par des lettres du mois d’Avril 1370. Ces lettres donnent aux consuls de cette ville les droits d’encan & de ban, qui n’étoient pas affermés ad extinctum candela, plus de cent sous tournois par an.

Quelques coûtumes ont adopté cet usage pour les adjudications qui se font en justice. La plus ancienne est celle de Ponthieu, article 169. laquelle fut rédigée en 1495. Il en est aussi parlé dans l’article 15. de l’ancien style de la sénéchaussée de Boulenois, qui est à-peu-près du même tems, & dans plusieurs autres coûtumes du seizieme siecle, qui sont les coûtumes de Mons, chap. xij. Lille, art. 160. 164. Cambrai, tit. xxv. art. 16. & 43. Bretagne, 579. 728. la coûtume locale de Seclin sous Lille & celle de Lannoy. Il en est aussi fait mention dans plusieurs ordonnances, savoir dans celle de Louis XII. de l’an 1508. art. 20. dans l’édit de 1516, pour les encheres des ventes de forêts du roi ; dans celle d’Henri II. du mois de Décembre 1553, & autres ; & dans les ordonnances du duc de Bouillon, art. 531.

Cette ancienne forme de faire les adjudications en justice à l’extinction de la chandelle, est encore observée dans l’adjudication des fermes du roi & des choses publiques ; mais elle a été défendue pour les ventes & baux des biens des particuliers. Les adjudications doivent en être faites publiquement à l’audience, les plaids tenant, de vive voix. Il y en a un arrêt de reglement rendu aux grands jours de Poitiers le 28 Septembre 1579.

Le motif de ce changement est que l’adjudication à l’extinction de la chandelle est sujette à deux fraudes.

L’une, est que les enchérisseurs affectent de faire languir les encheres jusqu’à ce que la chandelle soit beaucoup diminuée ; au moyen dequoi les héritages ne sont jamais vendus ou affermés leur juste valeur.

L’autre fraude est que quand la chandelle est à l’extrémité, & que la flamme en est chancelante, il se trouve quelquefois des gens qui l’éteignent par une toux affectée.

C’est pour éviter ces inconvéniens, que dans le Cambrésis l’adjudication des héritages ne se fait plus à l’extinction de la chandelle, mais à trois coups de bâton, suivant la remarque de M. Desjaunaux. Voyez Hering, de fide juss. cap. vj. n°. 18. & 19. pag. 97. Le gloss. de Lauriere, au mot Chandelle allumée & Chandelle éteinte ; Boucheul sur Poitou, article 444. n°. 16.

A Rome & dans quelques autres endroits, les excommunications se prononcent en éteignant une chandelle ou un cierge. Voy. Excommunication.

Chandelles des rois. (Jurisprud.) Une sentence de police du 29 Décembre 1745, en ordonnant l’exécution de l’article 9 des statuts des Chandeliers de Paris, a défendu aux maîtres Chandeliers d’en faire ou faire fabriquer à peine de vingt livres d’amende, & aux garçons & autres de les porter, à peine de prison. Ce reglement fut réaffiché au mois de Janvier 1748. (A)

Chandelle, (Pharmacie.) voyez Oiselet de Chypre.

Chandelle, c’est ainsi qu’on appelle en Charpenterie, un poteau qu’on place debout à-plomb, sous une poutre ou sous une autre piece, pour la soûtenir horisontale.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chandelle »

Franc-comtois et bourguig. chandoile ; picard, candeille, candoille, candelle ; provenç. espagn. et ital. candela ; portug. candea ; du latin candela, de candere, être ardent (comp. CANDEUR), et le même que canere, être blanc (voy. CHANCIR et CHENU).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chandelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chandelle ʃɑ̃dɛl

Évolution historique de l’usage du mot « chandelle »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chandelle »

  • Pour voir la lumière de Dieu, éteignez votre petite chandelle. De Thomas Fuller
  • Femme et dentelle sont plus belles à la chandelle. De Proverbe occitan
  • L'art à tort tant décrié de brûler la chandelle par les deux bouts […]. André Breton, Les États généraux, Fontaine
  • A chaque saint sa chandelle. De Proverbe français
  • A la chandelle, la chèvre semble demoiselle. De Gabriel Meurier
  • Toutes les femmes sont une quand la chandelle est éteinte. De Proverbe français
  • Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. De Confucius
  • Quand on brûle la chandelle par les deux bouts, on la fait tenir par le voisin. De François Cavanna
  • Il n'est si petit saint qui ne veuille sa chandelle. De Proverbe français
  • L'individualisme est comme le vent qui anime un brasier, mais qui éteint une chandelle. De Étienne Parent
  • Il faut être prudent de ne pas vendre son soleil pour s'acheter une chandelle. De P. Ladino
  • Mieux vaut allumer une seule et minuscule chandelle que de maudire l'obscurité. De Proverbe chinois
  • Si la chandelle est belle et claire, nous avons l'hiver derrière. De Dicton français
  • Un méchant peut donner un bon avis ; une chandelle pue, mais éclaire. De Victor Hugo / Littérature et philosophie mêlées
  • Le jeu des conjectures vaut-il la chandelle de la déconvenue ? De Jean Dion / Le Devoir - 20 Janvier 2001
  • Quelques phrases ont la forme d’une chandelle. Elles en ont aussi le pouvoir éclairant. De Alphonse Allais / Le Chat noir - 11 Janvier 1890
  • La question se pose : est-ce que le risque en valait la chandelle ? Le Journal de Québec, Le risque et la chandelle | Le Journal de Québec
  • "Quelqu'un doit y passer le premier - le risque en vaut vraiment la chandelle", selon l'analyste Jeff Bock spécialisé dans le divertissement chez Exhibitor Relations. "Mais je pense qu'ils n'ont pas toutes les chances de leurs côtés", ajoute-t-il. , Avec la réouverture des cinémas, Hollywood joue son avenir | Zone bourse
  • «Les enseignants et les professionnels du réseau ont été mis à contribution dès le début afin de permettre aux élèves de poursuivre leurs apprentissages à la maison. On doit également une fière chandelle aux parents qui ont accepté d’assurer le suivi auprès de leurs enfants tout en faisant du télétravail à domicile. C’est cet effort collectif qui a permis de sauver l’année scolaire», indique M. Racine. Journal Le Guide de Cowansville, Val-des-Cerfs: une année scolaire pleine d’ajustements et de remises en question - Journal Le Guide de Cowansville
  • Mais quand on voit tous les bénéfices éducatifs, culturels et humains que peut apporter un tel dispositif, on se dit que le jeu en vaut bien la chandelle ! Journal de Millau, Marcel-Aymard : Un nouveau souffle pour la section bilingue | Journal de Millau

Traductions du mot « chandelle »

Langue Traduction
Anglais candle
Espagnol vela
Italien candela
Allemand kerze
Portugais vela
Source : Google Translate API

Synonymes de « chandelle »

Source : synonymes de chandelle sur lebonsynonyme.fr

Chandelle

Retour au sommaire ➦

Partager