La langue française

Centon

Définitions du mot « centon »

Trésor de la Langue Française informatisé

CENTON, subst. masc.

A.− Vx. Étoffe ou vêtement fait de plusieurs morceaux de couleurs différentes (cf. Chesn. 1857).
B.− P. anal.
1. LITT. Pièce de vers ou de prose composée de passages empruntés à un ou à plusieurs auteurs. Un centon d'Homère, un centon de Virgile. ,,Ouvrage tout composé de vers tirés d'Homère, de Virgile`` (Ac. 1798-1878) :
1. Le défaut criant de Smarra était donc de paraître ce qu'il était réellement, une étude, un centon, un pastiche des classiques, le plus mauvais volumen de l'école d'Alexandrie échappé à l'incendie de la bibliothèque des Ptolémées. Nodier, Smarra,1821, p. 16.
P. méton. Fragment tiré d'un auteur et inséré dans un centon ou dans une conversation. On est épicier dès qu'on sort des centons de Sand (J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 230):
2. Quels clichés plus vénérables que les centons de Virgile et d'Horace (...) leur sens douteux ou vain permet de les insérer partout où il y a un trou. Sait-on ce que veut dire le sunt lacrymae rerum? À peine. « Expression tirée de l'Enéide, affirme un guide-âne populaire, et qui sert à faire entendre que la vue d'une grande infortune excite la pitié : les choses elles-mêmes arrachent des larmes. » Gourmont, Esthétique de la lang. fr.,1899, p. 295.
P. anal., péj. :
3. Les tableaux de Scheffer, qui font pâmer les belles dames du faubourg Saint-Germain, ne sont qu'un centon de certains tableaux de l'école de Venise, moins le coloris, bien entendu. Stendhal, Correspondance,1800-42, p. 234.
2. MUSIQUE
a) ,,Composition musicale formée de plusieurs morceaux de différents compositeurs`` (Rougnon 1935) :
4. ... les litanies de Marie étaient chantées sur un air bizarre, sur une sorte de centon musical, fabriqué avec on ne savait quoi, ... Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 153.
b) ,,Recueil de morceaux de plain-chant provenant de diverses sources, [réuni] par le pape Grégoire le Grand, au viesiècle`` (Rougnon 1935).
En compar. :
5. L'antiphonaire-centon, dans lequel il [le pape Grégoire] disposa tous les chants en usage dans les Églises en les appropriant à l'ordre des offices divins, a été écrit à l'aide des quinze premières lettres de l'alphabet. F. Clément, Hist. gén. de la mus. relig.,1860, p. 30.
Rem. On rencontre ds les dict. (de Ac. Compl. 1842 à Lar. 20e) le dér. centoniser, verbe trans. Composer des centons, arranger en centons; le plus célèbre centon est le Chant nuptial d'Ausone, où le poète, défié par l'empereur Valentinien, parvint à rendre obscène la chaste muse de Virgile (d'apr. Guérin 1892). Le recueil d'antiennes et de répons que le Pape saint Grégoire le Grand (...) rédigea ou « centonisa » (...) a servi de base à la restauration récente du chant liturgique (M. Brenet, Dict. pratique et hist. de la mus., 1926, p. 18).
Prononc. et Orth. : [sɑ ̃tɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. santon. Étymol. et Hist. 1570 (Gentian Hervet, Cité de Dieu, II, 136 d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 299 : C'est recueillir les parcelles d'un grand poeme ... ce qu'ont fait ceux qui ont composé les centons [cf. S. Augustin, Civ., 17, 15 ds TLL s.v., 821, 35]). Empr. au lat. class. cento, -onis « morceau d'étoffe ou vêtement rapiécé » d'où le sens fig. attesté dep. le ives. « pièce composée de vers ou de fragments de vers d'origines diverses » (Ausone, 350, 31 ds TLL s.v.). Fréq. abs. littér. : 10. Bbg. Belardi (W.). Nomi del centone nelle lingue indoeuropee. Ricerche linguistiche. 1958, t. 4, pp. 29-57.

Wiktionnaire

Nom commun

centon \sɑ̃.tɔ̃\ masculin

  1. Pièce de poésie composée de vers ou fragments de vers pris de quelque auteur célèbre.
    • Puis il en est de ses ouvrages comme de ses fondations. Ils demeurent inédits, pour la plupart. Hello, qui les connut, ne sut en extraire que le plus médiocre des centons ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Pancratès m’envoya son poème enfin terminé ; ce n’était qu’un médiocre centon d’hexamètres homériques … — (Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien, Plon, 1958 ; coll. Folio, 1974, p. 226.)
  2. (Par extension) Ouvrage littéraire ou musical rempli de morceaux empruntés.
    • Ce n’est qu’un centon.
    • Quelquefois les litanies de Marie étaient chantées sur un air bizarre, sur une sorte de centon musical, fabriqué avec on ne savait quoi. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
  3. (Vieilli) (Désuet) Étoffe, vêtement bigarré.
  4. (Vieilli) (Désuet) Habit des paysans, couverture des soldats.
  5. (Histoire) Cuirs, couverture sur les machines de guerre.

Nom commun

centon \t͡sen.ton\

  1. Centième d’heure. Référence nécessaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CENTON. n. m.
Pièce de poésie composée de vers ou fragments de vers pris de quelque auteur célèbre. Un centon d'Homère, un centon de Virgile. Il se dit, par extension, d'un Ouvrage littéraire ou musical rempli de morceaux empruntés. Ce n'est qu'un centon.

Littré (1872-1877)

CENTON (san-ton) s. m.
  • 1Vers ou fragments de vers pris de quelque auteur. On leur apprend à coudre en vers des centons de Virgile, Rousseau, Ém. II.

    Pièce de poésie composée de centons. Le centon d'Ausone.

    Terme de musique. Centon ou pastiche, œuvre composée de morceaux de divers auteurs.

  • 2 Par extension, c'est un centon, c'est un ouvrage fait de morceaux empruntés.

HISTORIQUE

XVIe s. Cecy ne touche pas les centons qui se publient pour centons, et j'en ay veu de très ingenieux en mon temps, entre aultres un sous le nom de capilupus, oultre les anciens, Montaigne, I, 157.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CENTON, s. m. en Poësie, piece de vers composée on entier de vers ou de passages pris de côtés & d’autres, soit dans le même auteur, soit dans différens écrivains, & disposés seulement dans une nouvelle forme ou un nouvel ordre qui compose un ouvrage, & donne à ces lambeaux un sens tout différent de celui qu’ils ont dans l’original.

Ce mot est Latin, cento, & signifie à la lettre un manteau fait de pieces rapportées : il vient du Grec {{lang[grc|κέντρον}}, qui veut dire la même chose. Les soldats Romains dans les siéges se servoient de centons, ou de vieilles étoffes rapetassées, pour se garantir des traits de l’ennemi ; & l’on couvroit aussi au même dessein les machines de guerre, les galeries, & autres choses nécessaires aux approches, de peaux de bêtes fraîchement écorchées, que les auteurs appellent centons. Voyez Centonaires.

Ausone a donné des regles de la composition des centons ; & lui-même en a fait un très-obscene tiré des vers de Virgile : il faut prendre, dit-il, des morceaux détachés du même poëte, ou de plusieurs : en peut prendre les vers entiers, ou les partager en deux, & lier une moitié empruntée d’un poëte à la moitié qu’un autre aura fournie : mais il n’est pas permis d’insérer deux vers de suite, ni d’en prendre moins que la moitié d’un.

Proba Falconia a écrit la vie de Jesus-Christ en centons tirés de Virgile, aussi bien qu’Alexandre Rosso, & Etienne de Pleurre chanoine régulier de Saint-Victor de Paris. Voici un exemple de ces centons dans l’adoration des Mages. V. Chamb. & le Dict. de Trév.

Adoratio Magorum. Matth. 2.
VI. Æneïd. v. 255. Ecce autem primi sub lumina solis, & ortus,
II. Æneïd. v. 694. Stella facem ducens, multà cum luce cucurrit.
V. Æneïd. v. 526. Signavitque viam * coeli in regione serenâ : VIII. Æneïd. v. 528.
VIII. Æneïd. v. 330. Tum reges * (credo quiæ sit divinitus illis I. Georg. v. 415.
I. Georg. v. 416. Ingenium & rerum fato prudentia major)
VII. Æneïd. v. 98. Externi veniunt * quæ cuique est copia, coeti, V. Æneïd. v. 100.
II. Æneïd. v. 333. Munera portantes * molles sua thura Sabœi I. Georg. v. 57.
III. Æneïd. v. 464. Dona dehinc auro gravia * myrrhaque madentes, XII. Æneïd. v. 100.
IX. Æneïd. v. 659. Agnovere Deum regem * regumque parentem. VI. Æneïd. v. 548.
I. Georg. v. 418. Mutavere vias * ; perfectisque ordine votis, X. Æneïd. v. 548.
VI. Æneïd. v. 16. Insuetum per iter * spatia in sua quisque recessit. XII. Æneïd. v. 126.


Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « centon »

Cento, couverture faite de plusieurs morceaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin cento (« rapiéçage, morceaux de tissus rapiécés »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « centon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
centon sɑ̃tɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « centon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « centon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « centon »

Langue Traduction
Anglais centon
Espagnol centón
Italien centone
Allemand centon
Portugais centon
Source : Google Translate API

Synonymes de « centon »

Source : synonymes de centon sur lebonsynonyme.fr

Centon

Retour au sommaire ➦

Partager