Carme : définition de carme

chevron_left
chevron_right

Carme : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CARME1, subst. masc.

Religieux appartenant à l'ordre du Carmel (cf. carmélite). Un couvent de carmes; carmes déchaussés, réformés :
1. Il se trouve, (...) que ce contemporain de Richelieu et de Descartes, cet ancien inspecteur des Finances ou haut fonctionnaire du Trésor, devenu Carme, ait été un artiste consommé dans le bel art de faire des vers à l'état pur. Valéry, Variété 5,1944, p. 178.
Spéc. Eau (de mélisse) des carmes. Alcoolat* de mélisse composé, dont l'invention est attribuée aux carmes.
P. ell., au plur. [Pour désigner des établissements parisiens tels que le couvent des Carmes, l'école ou la maison des Carmes, le théâtre des Carmes] :
2. Oui, mon ami, la même raison qui m'a obligé à quitter Saint-Sulpice, à refuser les Carmes, m'a obligé encore à quitter le collège Stanislas... Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse,1883, p. 396.
Emploi adj. Père(s) carme(s), religieux carmes (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth. : [kaʀm̥]. Ds Ac. 1798-1878. Étymol. et Hist. Av. 1307 (G. Guiart, Royaux Lignages, II, 90 ds T.-L. : Aveugles, Filles-Dieu, Beguines, Sainte Croiz, le Carme, Chartreuse Et autre gent religïeuse ... Pourvit a Paris de maisons); 1680 carmes déchaussez, carmes mitigez (Rich.). Dér. régr. du topon. Carmel, v. carmel [la date donnée par Lar. Lang. fr. et Dauzat 1968 (1220, G. de Coincy) semble due à une confusion avec carme3*]. Fréq. abs. littér. : 106.

CARME2, subst. masc.

Arg. Miche de pain blanc.
[P. anal. de forme] Argent, monnaie (cf. Esn. 1966) :
[Populot, au 1erde l'an :] je leur souhaite ensuite [aux prolétaires] de ne jamais manquer de turbin, et d'avoir toujours assez de carme pour se payer un cintième chez le troquet. La Petite lune,1878-79, no29, p. 2.
Prononc. : [kaʀm̥]. Étymol. et Hist. 1. 1628 arg. « miche de pain » (Le Jargon de l'argot réformé ds Sain. Sources arg. t. 1, p. 243 : fallut ressiouner [rationner] d'un carme); 2. 1835 « argent, monnaie » (Confession de Delcroix ds Esn.); cf. 1841 (A. Lucas, Des Dangers de la prostitution, p. 34 : De l'argent se nomme Du carme). 1 emploi métaph. de carme1p. réf. à la robe des carmes, blanche comme la farine ou le pain; 2 à rapprocher de blanc « petite monnaie »; ce sens s'explique peut-être à partir de 1; cf. galette, michon. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 86, 94.

CARME3, subst. masc.

JEUX (trictrac). Coup où l'un et l'autre des deux dés donne quatre. Un carme le ferait gagner (Ac.1878),amener un carme (DG).Ce qu'il y a de certain, c'est que je gagnai la perruque par un carme qui me donna douze points (P. de Kock, Le Cocu,1831, p. 279).
Prononc. et Orth. : [kaʀm̥]. Au plur. ds Ac. 1740-1835, Besch. 1845 et Quillet 1965; au sing. ds Ac. 1878 et ds le reste des dict. Lar. 19e: ,,Ce mot ne s'employait autrefois qu'au pluriel, et c'était plus rationnel, puisque le joueur qui fait ce coup fait deux quaternes ou carmes`` (pour cette rem. cf. aussi Nouv. Lar. ill. et Littré). Étymol. et Hist. 1155 quernes jeux (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 10573 : Dous e dous getent e puis quernes [var. ms. Paris, Bibliothèque de l'Arsenal 2981 : carnes]); 1223 quarnes (G. de Coincy, Mir. Vierge, 465, 192 ds T.-L.); 1642 carmes aux dez (Oud[in] ds DG). Du lat. quaterna, neutre de quaterni « quatre chaque fois » (Cicéron, Font. 9 ds Gaffiot); déformation par rapprochement purement formel avec carme1. Fréq. abs. littér. : 5. Bbg. Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, pp. 317-318.

CARME4, subst. masc.

LITT. Composition en vers, poésie. Carmes sybillins (A. France, L'Île des pingouins,1908, p. 23):
On le [mon latin] pourrait traduire, répondit Blazius, par deux carmes ou versiculets en cette teneur : Fuyez, on vous suivra; Suivez, on vous fuira. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 192.
En partic. Réponse d'un oracle, prophétie, prédiction. Les sibylles avec leurs carmes sacrés (A. France, L'Île des pingouins,1908p. 158).
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842 et Lar. 19e, qui le qualifient de vx mot.
Prononc. et Orth. : [kaʀm̥]. On rencontre chez certains écrivains la forme lat. carmen au sens de « poème » (cf. Flaubert, Correspondance, 1852, p. 73) ou de « chant religieux » (cf. Barrès, Mes cahiers, t. 8, 1911-12, p. 266). Étymol. et Hist. 1532 « vers » (Bourdigné, Pierre Faifeu, Envoy ds Hug. : Tost seroys mis accatz De me vanter devant les theoricques Et gens parfaitz, en carmes heroïques); d'où 1572 « chant » en partic. « chant magique, charme » (Belleau, La Bergerie, 1erJourn. [I, 184] ibid.), qualifié de ,,hors d'usage`` ds Trév. 1704; forme lat. carmen à côté de carme ds Trév. 1732. Francisation du lat. carmen (v. charme).

Carme : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

carme \kaʁm\ masculin (pour une femme on dit : carmélite)

  1. Religieux de l'ordre du mont Carmel.
    • Le carme est sorti, et partout où il est allé
      Il a trouvé bon accueil et bon gîte.
      Il peut errer où il veut, il peut s’arrêter quand il est las,
      Car la maison de chacun est ouverte au carme déchaussé.
      — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Argot) Mie de pain.
  3. (Argot) Argent.
    • …je leur souhaite ensuite de ne jamais manquer de turbin, et d’avoir toujours assez de carme pour se payer un cintième chez le troquet. — (La Petite lune, 1878-79, no 29, p. 2.)
  4. (Ornithologie) Variété de pigeon.

Nom commun 2

carme \kaʁm\ masculin

  1. (Littérature) Poésie.
    • Des carmes heroïques.
  2. (Antiquité) Prophétie.
    • Les sibylles avec leurs carmes sacrés. — (A. France, L’Île des pingouins, 1908)

Nom commun 3

carme \kaʁm\ masculin

  1. (Jeux) Au trictrac, double quatre. Note : En théorie, c’est un pluriel qui ne connait pas de singulier, en pratique, on constate l’usage du singulier.
    • Faire carme.
    • Amener un carme.

Forme de verbe

carme \kaʁm\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de carmer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de carmer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de carmer.
    • Rien que pour les avocats il a fallu que je carme près de six cents billets, cinq cents tickets encore pour les frais de justice, afin qu’ils ne vous gardent pas en veilleuse pour contrainte par corps. — (André Héléna, Peinture au couteau, 1958)
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de carmer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de carmer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Carme : définition du Littré (1872-1877)

CARME (kar-m') s. m.
  • 1Religieux d'un des quatre ordres mendiants, dont le nom complet est religieux de Notre-Dame du Mont-Carmel. L'ordre des carmes commença vers le XIIe siècle en Syrie.
  • 2Carmes déchaux, carmes de la réforme de Sainte-Thérèse, au XVIe siècle, qui vont en sandales et sans bas.
  • 3Eau de mélisse des carmes, ou Eau des carmes, alcoolat de mélisse composé, dont on attribue l'invention aux carmes.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « carme »

Étymologie de carme - Littré

Le mont Carmel, en Galilée, où ces religieux ont commencé. On disait autrefois carmeliste : XVe siècle : Feirent faire une proposition devant le roy par un carmeliste nommé frere Eustache, Monstrelet, t. I, ch. 103, p. 166, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de carme - Wiktionnaire

(Nom 1) Dérivé régressif de Carmel, carmélite. Le sens argotique « mie de pain », dérive de la robe blanche de cet ordre, le sens « argent », dérive du précédent → voir blé au sens de « argent ».
(Nom 2) Du latin carmen (« poème, chant, incantation ») qui donne régulièrement charme en français.
(Numéral) Du latin quaterni.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « carme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carme karm play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « carme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carme »

  • Rassurez-vous : Dieu est présent à chaque instant de votre quotidien. Il ne distingue pas les petites choses à faire de celles qui semblent être grandes aux yeux des hommes. Il est présent partout. Comme le rappelle de façon si concrète sainte Élisabeth de la Trinité : « On trouve le bon Dieu à la lessive comme à l’oraison. Il n’y a que Lui partout. » Et saint Jean de la Croix, un autre grand saint carme, mystique et docteur de l’Église, l’explique : « Une œuvre, si petite qu’elle soit, loin du regard des hommes, plaît davantage à Dieu que mille autres accomplies dans le désir d’être vu des hommes… Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Connaissez-vous le chemin des petites choses pour aller vers Dieu ?

Traductions du mot « carme »

Langue Traduction
Portugais carmelita
Italien carmelitano
Espagnol carmelita
Anglais carmelite
Source : Google Translate API

Synonymes de « carme »

Source : synonymes de carme sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires