La langue française

Bluffer

Sommaire

  • Définitions du mot bluffer
  • Étymologie de « bluffer »
  • Phonétique de « bluffer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bluffer »
  • Citations contenant le mot « bluffer »
  • Images d'illustration du mot « bluffer »
  • Traductions du mot « bluffer »
  • Synonymes de « bluffer »

Définitions du mot bluffer

Trésor de la Langue Française informatisé

BLUFFER, verbe intrans. et trans.

Familier
I.− Emploi intrans.
A.− Emploi abs.
1. JEUX (au poker). Majorer son jeu pour inciter l'adversaire à surenchérir (et éventuellement perdre) :
1. ... c'était un joueur de poker habitué à bluffer, ou bien un homme très simple, ... A. David, La Cybernétique et l'humain,1965, p. 48.
2. P. ext. Adopter dans ses propos ou dans ses actes une attitude résolue et brave en feignant l'assurance. Synon. fanfaronner, parader, se vanter :
2. ... l'Allemagne, prend des mines menaçantes, − sans autre but, peut-être, que de paralyser l'action russe et l'intervention conciliatrice des puissances. Comme au poker : ceux qui blufferont le mieux, le plus longtemps, gagneront (...) seulement, comme au poker, personne ne connaît les cartes du voisin. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 359.
3. Négocier n'est pas mon affaire, bluffer non plus, je n'entends rien à ce jeu-là (...) Je m'énerve, je m'irrite, et surtout je m'ennuie et montre à l'adversaire le fond de mon sac pour en avoir plus vite fini et reprendre le débat avec moi-même. Mauriac, Le Nouveau Bloc-notes,1961, p. 350.
B.− Bluffer + prép.
1. Emploi fig. Bluffer avec + subst. abstr.Le pouvoir de jouer et bluffer avec les apparences (Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 27).
2. Bluffer sur + subst. abstr.Rien de niais comme un homme qui bluffe sur ses chances de vivre (J. et J. Tharaud, Dingley, l'illustre écrivain,1906, p. 137).
II.− Emploi trans.
A.− [Suj. et compl. désignent des pers.] Tromper, leurrer quelqu'un par des apparences ou de fausses promesses; faire croire à l'exactitude, voire à la supériorité de ce que l'on dit ou fait. Synon. abuser :
4. L'humour est un masque pour cacher le malheur et surtout pour cacher ce cynisme profond que la vie fait naître en tous les hommes. Nous essayons de bluffer Dieu. C'est ce qu'on appelle la politesse. Maurois, Mes songes que voici,1933, p. 153.
5. D'abord, il faut parler, c'est urgent; ensuite, les événements vous donnent raison ou tort. « C'est justement ce qu'on appelle bluffer, se dit-il avec déplaisir. Moi aussi, je bluffe mes lecteurs. » Il s'était promis de dire aux gens des choses qui les éclaireraient, qui les aideraient à penser, des choses vraies, et maintenant il bluffait. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 131.
B.− Emploi pronom., rare. Se bluffer.Se tromper, s'abuser :
6. Vivons sur ce qui est, non sur ce qu'il serait beau qui fût. Nous savons ce que nous pouvons demander à nos capacités dans le jeu, et ne cherchons pas à nous bluffer là-dessus. De même contentons-nous de nos sentiments réels, sans y mettre de trompe-l'œil. Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 374.
Rem. Emploi attesté dans Lar. encyclop.
Prononc. ET ORTH. : [blœfe]. Pour la prononc. de la 1resyll., cf. bluff. Les dict. gén. écrivent bluffer, bluffeur. On trouve la graph. bloffer dans Ch. Virmaître, Dict. d'arg. fin-de-siècle, Suppl., 1899, p. 47; G. d'Esparbès, La Légion étrangère, 1901, p. 130 et Id., La Légende de l'outil, 1902, p. 138; A. Bruant, Dict. fr.-arg., 1905, p. 279. Pour la forme bloffeur, cf. Ch. Virmaître, op. cit.
Étymol. ET HIST. − 1. 1884 jeux (Laun, Petit Tr. du Jeu de Poker, p. 14 dans Bonn.); 2. p. ext. « en imposer à qqn par une attitude fanfaronne qui fait illusion sur le véritable état de la situation » (Bourget, Outre-mer, I, 125, ibid.). Le mot est au sens 1 empr. à l'angl. [to] bluff, attesté comme terme de jeu de poker dep. 1864 (Sala dans NED), emploi venu de l'anglo-amér. où il est attesté (construit avec la prép. off) dep. 1845 (S. Smith dans DAE); le sens « faire illusion » est aussi attesté en anglo-amér. avec la même construction dep. 1839, 18 mai (Observer & Repub., Louisville, Ky, ibid.); d'où le sens 2 du fr. attesté pour la 1refois dans un cont. américain. L'anglo-amér. est empr. par l'intermédiaire des émigrants holl., au néerl. (FEW t. 18, p. 284).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 38.
BBG. − Behrens Engl. 1927, p. 211. − Bonn. 1920, p. 11. − Guiraud (P.). Le Ch. morpho -sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, no1, p. 108.

Wiktionnaire

Verbe

bluffer \blœ.fe\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (Anglicisme)

  1. (Cartes à jouer) Faire croire qu’on a un jeu différent de celui qu’on a en vérité.
    • Je suis nu comme un sans-chemise
      Qui n’aurait pas de suspensoir,
      Hélas ! et je manque de mise
      Pour bluffer au
      pocker, le soir. — (Laurent Tailhade, Poèmes aristophanesques, 1904 (composé avant 1891))
    • Tu bluffes, tu n’as pas ce carré d’as dans ta main.
  2. (Par extension) Tromper dans le but de profiter, dans des activités liées de près ou de loin à des principes de jeu : relations sociales, amour, commerce, création artistique, conflits.
    • Il est toujours risqué de bluffer au cours d'un entretien car la mémoire peut faire défaut et le naturel disparaître. — (Daniel Porot,Réussir ses entretiens d'embauche, 2006)
    • Il y a deux explications possibles à un ultimatum du type « c'est à prendre ou à laisser » : soit votre interlocuteur possède un excellent plan B ; soit il ne dispose pas d'arguments solides en soutien de sa position et il bluffe pour vous intimider. — (Alexis Kyprianou, Devenir un pro de la négociation - Partie 3: Déjouez les pièges tendus par vos interlocuteurs, Éditions Eyrolles, 2013, page 13)
  3. Séduire.
    • Cette fille, elle me bluffe.
  4. Étonner, épater.
    • Je suis bluffé par ce qu'il fait !

Nom commun

bluffer \Prononciation ?\

  1. Bluffeur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « bluffer »

De l’anglais to bluff.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de bluff avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bluffer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bluffer blœfe

Évolution historique de l’usage du mot « bluffer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bluffer »

  • Naviguer est une activité qui ne convient pas aux imposteurs. Dans bien des professions, on peut faire illusion et bluffer en toute impunité. En bateau, on sait ou on ne sait pas. De Eric Tabarly / Mémoires du large
  • Il évoque les "milliers d'enfants sans solution", dont le nombre n'aurait diminué cette année que de "quelques unités". "Ces personnes, enfants et adultes, sont obligées de partir à l'étranger, en Belgique, car on est infoutus de les prendre en charge", déplore le député. Autre grande défaillance du gouvernement selon lui, la baisse des crédits formation des accompagnants scolaires. "Ils ont baissé de 42% sous ce gouvernement. On a perdu 5 millions d'euros", dénonce Aurélien Pradié, ajoutant : "Sur un sujet comme le handicap, on n'a pas le droit de bluffer." Europe 1, Aurélien Pradié : "Sur un sujet comme le handicap, on n'a pas le droit de bluffer"

Images d'illustration du mot « bluffer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bluffer »

Langue Traduction
Anglais bluff
Espagnol engañar
Italien bluffare
Allemand bluffen
Portugais fazer bluff
Source : Google Translate API

Synonymes de « bluffer »

Source : synonymes de bluffer sur lebonsynonyme.fr
Partager