Bâfrer : définition de bâfrer


Bâfrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BÂFRER, verbe trans.

Fam. et pop. Manger gloutonnement et avec excès.
A.− [Le compl. désigne des mets, un repas, etc.] :
1. ... on nous arrêta dans un champ, en bordure de la grand'route où attendaient les camions. Là on mangea : du riz chaud qui vous emplissait le ventre et qu'on ne se lassait pas de bâfrer, goulûment, avec de pleins quarts de café brûlant, moins par faim réelle que pour la joie bestiale de manger, pour rattraper ces jours de misère, pour se gaver, se sentir plein. Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 215.
2. [Un citoyen :] − Il [le Roi] fait que roupiller et boulotter. Paraît qu'il baffre cinq à six poulets par jour. L. Daudet, Les Lys sanglants,1938, p. 217.
P. anal. Consommer, dépenser :
3. ... les deux malheureuses que j'ai vues hier, vont mourir, sont peut-être mortes, et ma nullité présomptueuse assure l'impunité à leurs assassins! Grâce à moi, ils vont pouvoir crâner, bâfrer tranquillement l'argent de la caisse, tandis que la caissière agonise, avec un trou plus large que le poing dans le crâne. Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 110.
B.− Empl. absol. C'est un homme qui aime bâfrer, qui ne fait que bâfrer (Ac. 1798-1878) :
4. D'une humeur massacrante à l'ordinaire, il [un professeur] se montrait charmant le samedi, dans la perspective enivrante de s'en aller bâfrer et boire, le lendemain, chez quelques grosses légumes du commerce bordelais, qui lui avaient confié leurs rejetons. Jammes, Mémoires,1922, p. 22.
C.− Vieilli, emploi pronom. Se bâfrer de friandises (Besch. 1845), se bâfrer de pâtisserie (Nouv. Lar. ill.).
PRONONC. : [bɑfʀe], (je) bâfre [bɑ:fʀ ̥]. Barbeau-Rodhe 1930 note une durée mi-longue pour la 1resyll. de l'inf. (Pour une durée longue, cf. les dict. hist. sauf DG).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1507 baufrer « manger goulûment » (E. d'Amerval, Livre de la Diablerie, éd. Charles-Fréd. Ward, Iowa, [1923], 62a : Tous bons francoys gloutons gourmans ... Qui baufrent tant bien que merveilles) graphie attestée jusqu'en 1718, Ac.; 1740 bâfrer (Ac.), qualifié de ,,bas`` et ,,fam.``, ibid. Formé de l'onomatopée baf, baff, exprimant qqc. d'épais, de boursouflé, de gonflé (FEW s.v., t. 1, p. 203a) d'où manger gloutonnement, ce qui fait enfler les joues; à rapprocher des formations expressives pop. bouffer, brifer, etc.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 48.

Bâfrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

bâfrer \bɑ.fʁe\ intransitif, transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se bâfrer)

  1. (France) (Péjoratif) Manger avidement et avec excès.
    • Parole d’honneur ! Ces fainéants ne savent que bâfrer, et moi, je crève la faim. Ainsi tous les ans, quelques-uns de ces goinfres prennent la fuite… — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • On préfère bâfrer des cerises confites. — (Gerold Späth, Barbarville, 1993)
    • Regarde la boulimie d’un Séguin bâfrant sans mesure avant d’aller faire son sport, jusqu’à en mourir. — (Marie de Gandt, Sous la plume. Petite exploration du pouvoir politique, Paris, Éditions Robert Laffont, 2013, p. 167)
  2. (Pronominal) (Populaire) Manger quelque chose avidement et avec excès.
    • Se bâfrer de sucreries.
    • La charcutaille, c’est plus fort que moi, il faut que je m’en bâfre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bâfrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÂFRER. v. intr.
Manger avidement et avec excès. C'est un homme qui ne fait que bâfrer. Il est bas.

Bâfrer : définition du Littré (1872-1877)

BÂFRER (bâ-fré) v. n.
  • Manger gloutonnement et avec excès. Populaire.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XVIe s. Il feut conclud que ils les bauffreroient sans rien y perdre, Rabelais, Gar. I, 4. On [au] dyable l'ung qui se feignoyt ; c'estoyt triumphe de les voir bauffrer, Rabelais, Pant. II, 26.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bâfrer »

Étymologie de bâfrer - Littré

Berry, baufrer ; piémont. bafrè. Diez le rattache à bave, citant le picard bafe, gourmand, et baflier, baveur ; dérivation qui reste douteuse. On trouve dans l'ancien français baufrée, avec le sens de pièce et avec celui de soufflet ; ce qui porte à croire que bafre ou baufre signifie les joues et, par extension, joue pendante, pièce ; d'où viendrait bâfrer avec le sens qu'il a : de la sorte il se rattacherait au radical baf ou bav, lèvres (voy. BAFOUER). Il y a aussi dans le dictionnaire de Thomas, publié par Maï, t. VIII, p. 71 : bafer, grossus, turgidus, ventriculosus ; d'où l'on tirerait sans peine le verbe baferare, s'emplir la panse. Mais rien n'est certain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bâfrer - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Peut-être du moyen français bauffrer. Dérivé de l’onomatopée baf évoquant ce qui est épais, enflé, goulu.
Peut-être des langues germaniques baf (« lèvre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bâfrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bâfrer bafre play_arrow

Conjugaison du verbe « bâfrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe bâfrer

Évolution historique de l’usage du mot « bâfrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bâfrer »

  • On pourra à bon droit juger cette solution bien paresseuse: plutôt qu’un effort pour se partager équitablement le gâteau, on préfère agrandir le moule, que chacun puisse se bâfrer à son aise. La «charge de plus en plus grande» des ministres est également invoquée. Qui pourtant serait capable, sans mauvaise foi, de citer un seul cas récent de burn-out au Conseil fédéral? Tout ça pour un surcoût d’environ 40 millions par année. D’autant plus injustifiable que, comme le rappelle froidement le conseiller national Philippe Nantermod, «on fait un gouvernement en fonction des besoins d’une collectivité publique et non en fonction des intérêts partisans du moment». Largeur.com, De la formule magique aux calculs d'épiciers | Largeur.com
  • Amis des bêtes, vous qui pleurez à chaque fois qu’au Serengeti un gnou se fait bâfrer par un croco (mais pourquoi traversent-ils toujours au même endroit?!?), sortez vos mouchoirs! Je vais vous raconter la belle, mais terrible, histoire de la maman lion et du bébé léopard. Une famille contre nature qui a passionné un mois et demi durant des scientifiques du parc national Gir dans l’Etat indien du Gujarat (car, oui, il y a des lions en Asie; la preuve, on les appelle lions asiatiques). Dheeraj Mittal, Stotra Chakrabarti, Shailesh B. Khambda et Joseph K. Bump ont récemment publié leurs observations dans le journal Ecosphère et mon cœur a fondu. , Maman lion, bébé léopard - La Liberté
  • Bientôt Noël et ses agapes - dinde farcie, foie gras, chocolat, alcool… Face à cette perspective aussi délicieuse que dangereuse pour notre équilibre pondéral, d’aucuns pourraient être tentés de prendre les devants. Un petit régime préventif amorcé un mois avant la zone à risque, et hop, nous voilà tranquille pour bâfrer à volonté sitôt la mi-décembre amorcée. Vous y avez pensé ? Nous aussi. L'Obs, « Halte à la tyrannie nutritionnelle ! »
  • Peu de doute, ne rien manger pendant plusieurs jours s’avère efficace si on veut perdre des kilos rapidement. Mais sur le long terme, rien ne sert de se priver du 26 au 28 décembre si c’est pour se bâfrer le 31… « C’est une pratique que je déconseille, prévient Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste. On peut jeûner 12h une nuit pour faire une prise de sang à jeun, mais pas pour réguler son poids ou éponger des excès. J’ai vu une patiente qui pratiquait le jeûne intermittent et avait développé des troubles du comportement alimentaire : elle se jetait sur le repas au sortir de cette période. » Car de la privation peut naître l’obsession. Laurence Plumey, également nutritionniste et fondatrice d’ EPM nutrition nuance : « Si on veut jeûner un jour pour "se détoxifier", ce n’est pas conseillé, mais pas méchant. Si on veut jeûner pendant une semaine pour perdre du poids parce qu’on a pris 3 kg pendant les fêtes, c’est contre-productif. Car c’est la porte ouverte au yoyo pondéral : on maigrit vite mais on regrossit très vite et davantage ! ». , Jeûner entre Noël et le Nouvel an, une bonne idée ?
  • Un des personnages les plus emblématiques de cette économie - Bill Gates - dont la fortune est actuellement évaluée à 90,6 milliards de dollars, a décidé de déshériter ses trois enfants, en leur léguant à chacun l'équivalent de 8,6 millions de dollars, c'est-à-dire moins de 0,1 % de son avoir. Le reste rejoindra les caisses de sa fondation caritative. Il entraîne avec lui un garçon comme Warren Buffett qui donnera à la Fondation Gates 85 % de sa fortune, et qui, de don en don, n'en laissera que moins de 1 % à sa progéniture. De même Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, qui à sa mort ne laissera pas davantage à sa fille. On pourrait grossir cette liste d'un nombre croissant de capitalistes américains décidés à déshériter leurs enfants peu ou prou - Pierre Omidyar, fondateur d'eBay, notamment. En France, les milliardaires, de droite comme de gauche, respectent l'héritage comme la prunelle de leurs yeux, et leurs enfants pourront se bâfrer. Marianne, Zuckerberg, Gates, Buffett… leurs enfants pourront se bâfrer | Marianne
  • ...Comme tous ceux trop occupés à bâfrer dans la mangeoire macroniste avec des oeillères: ils n'ont pas besoin d'être éborgnés. L'Obs, Violences policières: Ruffin dénonce des mesures "cosmétiques"
  • A priori, dans le vin rouge, il y aurait un polyphénol, appelé le resveratrol qui transformerait le mauvais gras en bon gras, plus facile à éliminer. L'étude précise que c'est mieux si on prend les 2 verres de vin juste avant de se coucher, ça empêche les petites faims nocturnes au cas ou vous voudriez vous bâfrer de M&M'S à  3 heures du mat...bref ,si vous voulez avoir un corps de dieu ou de déesse cet été,  vous savez ce qui vous reste a faire!  encore que le véritable titre du bonbon.fr/bordeaux est Boire deux verres de vin par jour fait maigrir, selon une étude à la con France Bleu, Vu sur le web, boire du vin pour maigrir, sauter du pont Chaban et Pierre Perret qui reprend du service

Images d'illustration du mot « bâfrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bâfrer »

Langue Traduction
Corse manghjà
Basque jan
Japonais 平らげる
Russe съесть
Portugais coma
Arabe أكل
Chinois 吃饱
Allemand aufessen
Italien mangia
Espagnol comer hasta
Anglais eat up
Source : Google Translate API

Synonymes de « bâfrer »

Source : synonymes de bâfrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bâfrer »


Mots similaires