La langue française

Avocat

Sommaire

  • Définitions du mot avocat
  • Étymologie de « avocat »
  • Phonétique de « avocat »
  • Évolution historique de l’usage du mot « avocat »
  • Citations contenant le mot « avocat »
  • Images d'illustration du mot « avocat »
  • Traductions du mot « avocat »
  • Synonymes de « avocat »
  • Antonymes de « avocat »

Définitions du mot avocat

Trésor de la Langue Française informatisé

AVOCAT1, ATE, subst.

I.− Personne défendant les intérêts de quelqu'un ou de quelque chose.
A.− DR. Personne qui, étant inscrite au barreau, fait profession de ,,défendre devant les tribunaux, soit oralement, soit par écrit, l'honneur, la vie, la liberté et les intérêts des justiciables et à les éclairer de ses conseils`` (Barr. 1967) :
1. Le baron de Rastignac veut-il être avocat? Oh! joli. Il faut pâtir pendant dix ans, dépenser mille francs par mois, avoir une bibliothèque, un cabinet, aller dans le monde, baiser la robe d'un avoué pour avoir des causes, balayer le palais avec sa langue. Si ce métier vous menait à bien, je ne dirais pas non; mais trouvez-moi dans Paris cinq avocats qui, à cinquante ans, gagnent plus de cinquante mille francs par an? Bah! plutôt que de m'amoindrir ainsi l'âme, j'aimerais mieux me faire corsaire. Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 122.
2. Titre. − ,,Seuls ont droit au titre d'avocat les licenciés en droit qui sont régulièrement inscrits au tableau ou au siège du barreau d'une cour d'appel ou d'un tribunal de grande instance. Ils doivent faire suivre leur titre d'avocat de la mention de ce barreau (décr. 10 avr. 1954, préc., art. 5)``. − Avocat stagiaire. ,,Le licencié en droit admis au stage ne peut prendre le titre d'avocat qu'en le faisant suivre du mot « stagiaire » (décr. 10 avr. 1954, art. 26)``. Nouv. répertoire de dr., Paris, Dalloz, t. 1, 1962, § 9.
Rem. 1. Quand il s'agit d'une femme inscrite au barreau, on emploie gén. dans les textes officiels la forme masc.; la forme fém. avocate appartient à la lang. parlée. 2. D'apr. Besch. 1845 avocate se disait rarement pour désigner la femme d'un avocat (cf. infra III rem.).
Avocat conseil. ,,Avocat (...) attaché à une entreprise et chargé de la défense de ses intérêts`` (Mét. 1955); (Aymé, La Jument verte, 1933, p. 125).
Avocat consultant. Celui qui donne des consultations et des avis écrits sur les affaires litigieuses (cf. Balzac, La Cousine Bette, 1846, p. 327).
Rem. Attesté ds les princ. dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
Avocat [désigné] d'office. Avocat que le bâtonnier désigne pour assurer gratuitement la défense de quelqu'un, sur simple demande de l'intéressé en matière criminelle et correctionnelle, et après décision du bureau d'assistance judiciaire en matière civile et commerciale :
3. Gilbert refusa de choisir un avocat. Celui qui lui fut désigné d'office était un gros garçon, exubérant, avide de se mettre en valeur et passablement sot, ... Arland, L'Ordre,1929, p. 438.
Avocat plaidant. Exerçant entièrement la profession d'avocat, notamment la plaidoirie (cf. Balzac, Les Illusions perdues, 1843, p. 583).
Avocat sans causes. Qui n'a pas de clients, n'a pas d'affaires à plaider :
4. Le jeune avocat sans causes, le jeune médecin sans clients, sont les deux plus grandes expressions du désespoir décent, particulier à la ville de Paris, ce désespoir muet et froid, vêtu d'un habit et d'un pantalon noirs à coutures blanchies qui rappellent le zinc de la mansarde, d'un gilet de satin luisant, d'un chapeau ménagé saintement, de vieux gants et de chemises en calicot. C'est un poème de tristesse, sombre comme les secrets de la Conciergerie. Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 166.
Rem. On dit ou on a dit aussi p. iron. ou plais. avocat de balle (Besch. 1845), avocat de causes perdues (Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.), avocat sans lois (Besch. 1845), avocat des mouches (Ibid.), avocat de Pilate (Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.), avocat de Ponce Pilate (Littré, Guérin 1892), avocat de Térence (Besch. 1845), avocat à tort (Besch. 1845), avocat sous l'orme (DG).
SYNT. Avocat au barreau de..., du barreau de...; avocat à la Cour; avocat de la défense. Ordre des avocats; Avocat célèbre, éloquent, nommé, véreux; bon, grand, habile, jeune, petit, vieil avocat; cabinet, consultation, métier, plaidoirie, profession, robe, serviette, titre d'avocat; l'avocat consulte, plaide, parle; choisir, consulter un avocat.
Spécialement
1. HIST. GÉN. Avocat au Parlement. Avocat qui avait le droit de plaider au Parlement (cf. Arts et litt. dans la société contemp., 1936, p. 8402). Avocat en Parlement. Avocat qui avait le titre mais n'exerçait pas sa profession (cf. Marat, Les Pamphlets, Dénonciation contre Necker, 1790, p. 177).
2. HIST. ECCL. Avocat consistorial. Officier de la Cour de Rome chargé de plaider sur les oppositions formées aux provisions des bénéfices (cf. Stendhal, Vie de Henry Brulard, t. 1, 1836, p. 85).
B.− P. anal.
1. Celui, celle qui défend quelqu'un (en public ou non), qui intercède pour quelqu'un, qui soutient les intérêts, la réputation de quelqu'un auprès de quelqu'un. L'avocate des pécheurs. La Sainte Vierge :
5. Ce n'est pas les articles du Code pénal Que nous invoquerons dans ce dernier combat. Nos regards connaîtront un autre Tribunal. Nos regards chercheront un bien autre Avocat. Et ce n'est pas de toge et de robe et de toques Que nous nous couvrirons dans cet abaissement. Et ce ne sera pas ces porteurs de breloques Que nous invoquerons pour ce redressement. Et ce n'est pas du Code et de ses accessoires Que nous nous couvrirons dans ce recueillement. Et non plus du Codex et de ses balançoires Que nous aurons couvert notre dépouillement. Et nos yeux chercheront pour l'âme scélérate Une autre couverture, un autre couvrement. Et nos yeux chercheront pour ce recouvrement Le maternel manteau d'une illustre Avocate. Et nos yeux chercheront pour l'âme candidate Une autre couverture, un autre couvrement. Et nos yeux chercheront pour ce recouvrement L'éblouissant manteau d'une jeune Avocate. Et nos yeux chercheront pour l'âme renégate Une autre couverture, un autre couvrement. Et nos yeux chercheront pour ce recouvrement Le manteau de vertu d'une grande Avocate. Et nos yeux chercheront pour l'âme lauréate Une autre couverture, un autre couvrement. Et nos yeux chercheront pour ce recouvrement Le manteau de candeur d'une belle Avocate. Advocata nostra, ce que nous chercherons, C'est le recouvrement d'un illustre manteau. Et spes nostra, salve, ce que nous trouverons, C'est la porte et l'accès d'un illustre château. Péguy, Ève,1913, p. 878.
Rem. En ce sens prend normalement un e au fém.; dans l'ex. suiv. la forme masc. indique qu'il s'agit du sens I A empl. p. métaph. :
6. Tout le monde ici t'embrasse tendrement ainsi que la grand'maman de Léopold qui voudra bien sans doute être ma panégyriste et mon avocat auprès de toi, puisque tu ne veux pas être mon interprète près d'elle. Ton fils dévoué et respectueux, Victor. Hugo, Correspondance,1823, p. 377.
Avocat du diable.
a) RELIGION
Lorsqu'il s'agit, dans la congrégation des rites, de traiter de la canonisation de quelque bienheureux... un avocat, nommé : l'avocat du diable, plaide contre le saint, pour prouver qu'il n'y a rien d'extraordinaire dans tout ce qu'il a fait (Stendhal, Rome, Naples et Florence, t. 2, 1817, p. 377).
Celui qui dans une conférence religieuse en dialogue propose les objections contre la religion.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXes. ainsi que ds DG, Ac. 1932.
b) P. ext., lang. commune. Celui qui (en vue de rechercher la vérité ou par jeu ou par tempérament) défend la cause contraire de celle qui vient d'être soutenue devant lui :
7. Il agissait ainsi dans les moindres détails de l'administration domestique où il ne voyait jamais que le pire côté des choses, se faisant à tout propos l'avocat du diable, suivant une expression de son vieux cocher. Balzac, Le Lys dans la Vallée,1836, p. 196.
c) Faire l'avocat. ,,Synonyme de baronner. Servir de compère à un complice dans le but de dépouiller une personne difficile à convaincre`` (Le Breton 1960).
2. Celui, celle qui défend quelque chose, en partic. qui se fait le défenseur d'une cause (idée, opinion, parti, système) :
8. De retour en Europe, peu satisfait de cette magnifique position d'empereur chrétien, le premier entre les puissans et les forts, et non pas le maître d'une foule d'esclaves, l'avocat de l'église, et non pas son oppresseur, il [Frédéric II] dépose dans la société les germes des funestes doctrines qui n'ont que trop fructifié depuis. Montalembert, Hist. de ste Élisabeth de Hongrie,1836, p. XXIII.
C.− Au fig. [En parlant d'une chose] Moyen de défense, de justification :
9. « Au vrai, concluait-il [l'Empereur], ... Decrès, après tout, était peut-être encore le meilleur. Il avait du commandement; son administration était rigoureuse et pure. Il avait de l'esprit, et beaucoup, mais seulement pour sa conversation. Il ne créait rien, exécutait mesquinement, marchait et ne voulait pas courir. Il eût pu passer la moitié de son temps dans les ports et sur les flottes d'exercice; je lui en eusse tenu compte; mais, en courtisan, il craignait de s'éloigner de son portefeuille. Il me connaissait mal; il eût été bien mieux défendu là que dans ma cour : son éloignement eût été son meilleur avocat. » Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 600.
II.− ,,Auxiliaire de la justice ayant le caractère d'officier ministériel, jouissant du monopole de représenter les parties et de plaider devant le Conseil d'État, la Cour de Cassation, le Tribunal des Conflits, le Conseil des prises, et pouvant également représenter les parties devant les autres juridictions administratives`` (Cap. 1936). Avocat au Conseil d'État et à la Cour de Cassation; avocat aux Conseils et à la Cour de Cassation :
10. « Pardon, monsieur, lui dit l'avocat en le voyant aller vers la porte. J'ai à vous faire remarquer que dans ces sortes d'affaires, dans un pourvoi au conseil d'état, nous ne sommes pas seulement l'avocat, mais encore l'avoué de notre client... Il y a certains frais, des renseignements, des levées d'actes... Je suis obligé de vous demander, si vous désirez que je me charge de votre affaire, de me couvrir de cela... Oh! mon Dieu, c'est cinq à six cents francs... Cinq cents francs, si vous voulez... » E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin,1864, p. 254.
Rem. 1. ,,Leur nombre est limité et ils sont constitués en Compagnie judiciaire. Appelés parfois « avocats au Conseil » parce qu'ils ont succédé aux avocats au Conseil du Roi`` (Cap. 1936). 2. Attesté depuis Ac. Compl. 1842 ds les princ. dict. gén. du xixeet du xxesiècle.
HIST. Avocat aux Conseils. Autrefois, en France, nom donné aux avocats chargés de suivre, d'instruire, discuter, plaider, les affaires portées ou susceptibles d'être portées aux différents Conseils du Roi.
Rem. Attesté ds Besch. 1845.
III.− Avocat général. ,,Membre du Ministère Public près la Cour de Cassation, la Cour des comptes ou les Cours d'appel, ayant pour fonction de suppléer le Procureur général en cas d'empêchement de celui-ci`` (Cap. 1936). Réquisitoire de l'Avocat général :
11. ... l'interrogatoire de l'homme était terminé et les dépositions des témoins; mais il y avait encore les plaidoiries de l'avocat et le réquisitoire du ministère public; cela ne devait guère finir avant minuit. L'homme serait probablement condamné; l'avocat général était très bon, − et ne manquait pas ses accusés; ... Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 317.
Rem. Avocate désignait le plus souvent la femme de l'avocat général (attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e; cf. supra I A rem. 2) :
12. Berthier, prévenu par la présidente, avait fait venir son nouveau client, le banquier Schwab, l'ex-flûte. Ébloui d'une pareille alliance pour son ami (on sait combien les Allemands respectent les distinctions sociales! en Allemagne, une femme est Mmela générale, Mmela conseillère, Mmel'avocate), ... Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 81.
HIST. Avocat du Roi, avocat impérial, avocat de la République. Magistrat remplissant sous la Royauté, l'Empire, ou la République, les mêmes fonctions dans les Tribunaux inférieurs :
13. Quant aux expressions qui déplaisent à vous, monsieur le président, à monsieur l'avocat du roi, débauche, prostitution, et autres que je ne feindrais non plus de répéter, c'est une grande question entre les philosophes, de savoir si l'on peut pécher par les paroles, quand le sens du discours en soi n'a rien de mauvais, comme lorsqu'on blâme certains vices en les appelant par leur nom. Courier, Pamphlets pol.,Procès de Paul-Louis Courier, 1821, p. 127.
Rem. Attesté ds Ac. 1798-1835, Besch. 1845, Lar. 19eet Littré.
Arg. Avocat-bêcheur. Le ministère public; en ce sens on dit aussi avocat sondeur (cf. Larchey, Dict. hist. d'arg., 1883, p. 948).
Rem. 1. Le synon. arg. rare avocasson, subst. masc. (1899, Ch. Virmaître, Dict. d'arg., Suppl., p. 26; suff. -asse* et -on*), qui désigne péjorativement un avocat sans causes et sans talent (cf. Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p. 237). 2. On rencontre également dans la docum. le néol. avocater, verbe intrans. (1902, Renard, Journal, p. 731; dés. -er). Parler comme un avocat.
PRONONC. ET ORTH. : [avɔka], fém. [avɔkat]. Pour Littré le plur. avocats ,,rime avec fracas, appas`` (dont la finale se prononce avec [ɑ] post.). Enq. : /avoka/. Besch. 1845 mentionne la graph. anc. advocat.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1170 subst. masc. fig. « homme dont la profession est de plaider, défenseur » (B. de Ste Maure, Ducs Normandie, II, 4658 ds Gdf. Compl. : [d'un roi] Avocaz de sainte Eglise); 1remoitié xiiies. « id. » propre (Digest., B.N. 20118, fo91b, ibid. : Il fu avocaz); 2. a) 1262 subst. fém. fig. avocace « celle qui plaide en faveur de qqn » (J. le Marchant, Mir. N.-D. Chartres, ms. Chart., fo51a, ibid. : Or prion de cuer et de bouche La dame qu'elle par sa grace Vers son filz soit nostre avocace); b) 1326 advocate (Vie St Grégoire, octosyllabes ms Evreux fr. 8, éd. A. de Montaiglon, p. 514, 178 ds T.-L.); c) 1622 avocate « femme d'avocat » (Les Caquets de l'accouchée, IV ds Dict. hist. Ac. fr. : Je ne vous dis rien là-dessus, dit l'advocate); 1932 « femme exerçant la profession d'avocat » (Ac. : Il s'emploie aussi au féminin, Avocate. On compte maintenant d'assez nombreuses avocates au Palais. On dit encore Femme avocat [en it. dans le texte]). 1 est empr. au lat. advocatus « homme dont la profession est de plaider » (Plaute, Amphitr., 1037 ds TLL s.v., 891, 21), employé également au fig. (Plaute, Miles, 1419 ibid., 892, 32), part. passé substantivé de advocare « appeler (comme conseiller dans un procès) ». V. aussi avoué. 2 fém. de 1; 2 a, formé sur le cas sujet masc. avocaz, dont la syllabe finale est assimilée, sans doute pour les besoins de la rime, au suff. -az, fém. -ace, du lat. -aceus; 2 b empr. au lat. d'Église advocata pour désigner la Vierge (Irénée, 5, 19, 1 ds Blaise); 2 c fém. fr. de avocat.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 345. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 732, b) 4 620; xxes. : a) 3 067, b) 2 467. Avocater. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Archéol. chrét. 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Barr. 1967. − Bible 1912. − Blanche 1857. − Boucher 1835. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Cap. 1936. − Duch. 1967, § 8, 12, 28. − Éd. 1913. − Esn. 1966. − Foi t. 1 1968. − France 1907. − Gottsch. Redens. 1930, p. 242, 334, 361, 461. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 298. − Lacr. 1963. − Lar. comm. 1930. − Lavedan 1964. − Le Breton 1960. − Le Breton Suppl. 1960. − Lemeunier 1969. − Lep. 1948. − Le Roux 1752. − Marcel 1938. − Mét. 1955. − Pissot 1803. − Réau-Rond. 1951. − Réau-Rond. Suppl. 1962. − Rog. 1965, p. 106, 117. − Spr. 1967. − St-Edme t. 2 1825.

AVOCAT2, subst. masc.

BOT. Baie comestible en forme de poire, à pulpe fondante, très riche en matières grasses, fruit de l'avocatier*. Synon. poire(-)avocat, poire d'avocat :
Au milieu de la grande galerie boisée de cèdre et d'acap, éclairée par mille bougies odorantes, des nègres richement habillés offraient tour à tour les ananas et les pastèques sortant des glacières, les longues bananes si douces au goût, l'avocat ou beurre végétal qui renferme une crème parfumée et le poison le plus subtil, la goiavre, le gingembre, la pomme rose et une foule de fruits cristallisés dans un sucre brillant et candi qui étincelaient comme des diamants, ... Sue, Atar Gull,1831, p. 26.
PRONONC. : [avɔka].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1684 bot. avocate « fruit de l'avocatier » (Rel. de la Jamaïque, p. 10 ds Thevenot, Rec. de divers voyages, Paris, 1684 ds König, p. 20 : Les fruits y sont Avocates, le Cashou, pommes et poires de diverses sortes); 1716 avocat « id. » (Frezier, Rel. du Voy. de la Mer du Sud etc., Paris, 1716, p. 155, ibid.). Empr. à l'esp. abogado, avocado « id. » (cf. Retana, Dicc. de Filipinismos, New York-Paris, 1921 ds DHE t. 1), transformation (étymol. pop.) par croisement avec abogado « avocat », de aguacate « fruit de l'avocatier » (d'où également le fr. aguacate attesté aux xvie-xviies.), empr. au nahuatl (lang. des aztèques) auacatl « id. ». V. König, p. 20, Dauzat68, Bl.-W.5, FEW t. 20, p. 57, Fried., s.v. aguacate.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Lar. mén. 1926. − Lasnet 1970. − Mont. 1967. − Mots rares 1965.

Wiktionnaire

Nom commun 1

avocat \a.vɔ.ka\ masculin (pour une femme on dit : avocate)

  1. (Justice) Professionnel du droit, inscrit à un barreau, chargé de défendre, d’assister une partie dans un procès et de plaider devant un tribunal.
    • Un avocat raconta à ses voisins une cause jugée dans la journée. Il s’exprimait avec retenue, presque en confidence, à raison du sujet. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • S'il a peu d'affinités avec l’impénétrable Robespierre que tous ces jeunes queutards traitent d’eunuque, il est fasciné en revanche par l’éloquence de l’avocat Danton qui n'a pas son pareil pour retourner un auditoire hostile. — (Alain Bouzy, La loi de la guillotine: La véritable histoire de la bande d'Orgères, Le Cherche-Midi, 2016, part.4, chap.1)
    • La presse parisienne, qui la veille en faisait des gorges chaudes, déduisit de ce "snobage" qu'au fond ce qu'avait à dire ce jeune avocat inconnu en France ne devait pas valoir le déplacement, […]. — (Philippe Gallo & Irène Cerretti, La ville sans nom, Éditions Le Manuscrit, 2004, p. 256)
  2. (Par extension) Personne qui intercède pour un autre, qui la soutient, qui en défend les intérêts auprès de quelqu’un.
    • Vous avez en lui un bon avocat.
    • Je serai votre avocat auprès de lui.

Nom commun 2

avocat \a.vɔ.ka\ masculin

  1. (Botanique) (Cuisine) Fruit de l’avocatier : baie ressemblant à une poire à la peau verte, la chair fondante, et une grosse graine centrale communément appelée « noyau », dont le goût rappelle celui de l’artichaut. Anciennement nommée poire d'avocat.
    • Avocats à la vinaigrette.
    • L’avocat a une valeur nutritive très élevée, par suite de sa haute teneur en matière grasse, qui peut atteindre 30 %. Cependant, il est très facile à digérer. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 pages, page 945, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
    • Du Mexique au Chili, en passant par la Colombie et le Pérou, l’alimentation latino-américaine s’est construite autour des ingrédients de subsistance que sont le maïs, les haricots et les courges (les fameuses « trois sœurs » de l’agriculture paysanne ancestrale), les tomates, les avocats, les pommes de terre (en altitude) et le manioc (un peu partout). — (L’arepa ou l’apéro à la mode latino, M le mag, 14 juillet 2017)
  2. Couleur vert sombre soutenu tirant sur le jaune. #568203
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

AVOCAT (a-vo-ka ; le t se lie dans le parler soutenu : un avocat habile, dites : a-vo-ka-t-habile ; au pluriel, l's se lie : des avocats habiles, dites : a-voka-z-habiles ; avocats rime avec fracas, appas) s. m.
  • 1Celui dont la profession est de plaider en justice. Un avocat savant et estimé est certainement au-dessus de ceux qui ont acheté pour un peu d'argent le droit d'être injustes ; un tel avocat serait un excellent conseiller ; mais où est le conseiller qui serait un bon avocat ? Voltaire, Lett. Lavaisse, 4 juillet, 1762. La fonction de l'avocat est pénible, laborieuse, et suppose dans celui qui l'exerce un riche fonds et de grandes ressources, La Bruyère, 15.

    Avocat plaidant, celui qui s'occupe particulièrement de plaidoiries.

    Avocat consultant, celui qui donne des conseils dans son cabinet, et des avis écrits sur les affaires litigieuses.

    Avocat du roi, avocat de la république, avocat impérial, qualification que, dans l'usage des tribunaux, on donne, à l'audience seulement, aux substituts du procureur du roi ou du procureur impérial.

    Avocat général, avant 1789, membre du ministère public près des cours supérieures qui portait la parole ; on disait le procureur général a la plume, l'avocat général a la plaidoirie. Depuis 1810, titre des substituts du procureur général près la cour de cassation, ou de certains substituts des procureurs généraux près les cours impériales, et donné dans l'usage à tous les substituts du procureur général lorsqu'ils siégent, lorsqu'on leur parle ou lorsqu'on parle d'eux. Les avocats généraux sont hiérarchiquement supérieurs aux simples substituts ; mais les fonctions sont les mêmes.

  • 2 Fig. Intercesseur. Il ne faut pas se faire l'avocat de l'injustice. Il a fini par être l'avocat bavard de la superstition, Voltaire, Lettr. Damilaville, 8 nov. 1762. Ils n'étaient que des avocats subtils et véhéments de la plus mauvaise de toutes les causes, Voltaire, Lettr. Mme du Deffant, mars 1765.
  • 3L'avocat du diable, celui qui propose les objections dans une conférence religieuse, et, en général, celui qui défend une chose peu digne d'être défendue.

    Avocat de Ponce Pilate, avocat sans causes, à cause des paroles de Ponce-Pilate : non invenio causam.

    Jeu de l'avocat, jeu de société en dialogue.

HISTORIQUE

XIIe s. [Un roi] Dulz, charitables e gentils, Juz [juste], avocaz de sainte Eglise, Benoit de Sainte-Maure, II, 1658. La cruiz arcevesqual fist porter à sa destre, Et la reisgne del frein tint en la main senestre ; Fait out sun avocat de Jesu-Crist sun mestre, Th. le mart. 38.

XIIIe s. Et bien saciés de voir que li doi meillour avocat de la court [de Rome] par qui vous esploiterés plus tost de vostre besoigne aciever, c'est ors et argens, Chr. de Rains, 244. Mes s'il sunt advocat por eus En la cause as fins amoreus, la Rose, 19575. Et cil qui parolent pour autrui sont apelé avocat, Beaumanoir, V, 1. Lors se font avocas, qu'il n'ont d'autre recors, Et s'en vont en enfer tout droit plus que le cors, J. de Meung, Test. 629. Mout d'escrivains, je n'en dout pas, Sont peintres, et tous avocas Peignent en leur parole, Dit des peintres.

XIVe s. Es vous un homme à moi venir, Qui bien sembloit estre advocas, Qui parler sceüst en tous cas, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 24.

XVe s. Le duc de Berry fut pour le vicomte de Chastel si bon et si certain avocat, que la besogne se conclut du tout à son entente, Froissart, III, IV, 24.

XVIe s. Tout advocat beau diseur ressemble à bassin de jongleur, Génin, Récréat. t. II, p. 250.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AVOCAT. Ajoutez :
4Dans le langage féodal, protecteur. Les rois d'Espagne se qualifiaient encore, il n'y a que quelques années, avocats d'une partie des villes que j'ai conquises en Flandre, Mém. de Louis XIV, édit. Dreyss, t. II, p. 450.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVOCAT. Voyez Advocat

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « avocat »

(Nom commun 1) (1160) Du latin advocatus (« défenseur, avoué »).
(Nom commun 2, adjectif) (1771) De l’anglais avocado (Sir Hans Sloan, 1699), lui-même en provenance de l’espagnol aguacate (1640), issu du nahuatl āhuacatl (de même sens et secondairement testicule)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. aivocar ; provenç. avocat, advocat ; espagn. abogado ; portug. advogado ; ital. advocato ; de advocatus, de ad, à, et vocatus, appelé : celui qui est appelé au secours ; de vocare, de vox (voy. VOIX). Avocat est un mot fait dans le XIIe siècle sur advocatus, qui avait donné, dans le français primitif, avoué.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « avocat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avocat avɔka

Évolution historique de l’usage du mot « avocat »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « avocat »

  • Quand l’avocat prête, il achète. De Proverbe français
  • Un gouvernement d'avocats. Napoléon Ier,
  • Les révolutions commencent par les avocats, mais elles ne finissent pas par eux. Pierre Paul Royer-Collard,
  • Faites que le crime paye... devenez avocat. De Will Rogers
  • Le silence est le meilleur avocat des morts. De Jules Supervielle / Shéhérazade
  • Un avocat est professionnellement au service de la canaille. De Elisabeth Barbier / Ludivine
  • Le client attend l'avocat, l'avocat attend le juge, et le juge attend de l'avancement. De Gabriel Delattre
  • Un avocat incompétent peut retarder un procès pendant des mois ou des années. Un avocat compétent encore plus longtemps. De Evelle Younguer
  • Il y a deux sortes de justice : vous avez l’avocat qui connaît bien la loi, et l’avocat qui connaît bien le juge ! De Coluche / Le Chômeur
  • Il n'est bon avocat qui ne mente en plaidant. De Proverbe français
  • Que tu sois battu ou content, ton avocat est toujours gagnant. De Proverbe français
  • Les mains d’un avocat sont toujours dans la poche de quelqu’un. De Proverbe indien
  • La gloire d'un bon avocat consiste à gagner de mauvais procès. De Honoré de Balzac / Ursule Mirouet
  • Un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru. De Pierre Dac
  • Ce serait beau, l’honnêteté d'un avocat qui demanderait la condamnation de son client. De Jules Renard
  • Un avocat est dans un procès ce qu'est un cuisinier dans un repas. De Aristippe
  • A la fourche, on reconnaît le paysan, au bec l'avocat. De Proverbe allemand
  • « Qu’une juridiction française condamne sa justice, c’est très rare. Mais là, on vide de sa substance la règle juridique. » Après dix années de procédure, l’avocat tarbais Xavier Terquem-Adoue a accueilli avec soulagement la décision de la cour d’appel de Paris. Un arrêt en date du 9 juin, qui résonne comme une victoire symbolique, puisque celle-ci condamne l’agent judiciaire de l’Etat au titre de déni de justice. « Avec la faute lourde, c’est l’un des deux seuls moyens d’appeler l’Etat en responsabilité lorsque surviennent des dysfonctionnements du service public de justice » assure l’avocat. ladepeche.fr, Hautes-Pyrénées : un avocat tarbais a fait condamner l’Etat pour déni de justice - ladepeche.fr
  • À la Une du Parisien d'aujourd'hui : magistrats contre avocats, la justice se déchire Pour le lire en PDF ➡ https://t.co/rHBH0za11D pic.twitter.com/YrpGuKF5G4 France 3 Hauts-de-France, Affaire des écoutes : l’avocat nordiste Eric Dupond-Moretti porte plainte pour atteinte à la vie privée
  • L'École de formation du barreau (EFB) forme environ la moitié des avocats de France. Entretien avec son directeur, le professeur de droit Pierre Berlioz. Le Point, Pierre Berlioz : « Le métier d'avocat se transforme en profondeur » - Le Point
  • Le Conseil national des barreaux est l'institution représentative de la profession d'avocats en France et sur le plan international. Conseil national des barreaux, 16E PASSY - 137m² en RDC - Idéal cabinet d’avocat | Conseil national des barreaux
  • « Mettons-nous autour d’une table ! » Défenseur de Xavier Marmier et de sa cabane dans un arbre, à Cléron, Me Randall Schwerdorffer exhorte le maire de cette commune du Doubs à reconsidérer sa position et « à se battre avec lui pour aider d’autres personnes à dupliquer ce modèle d’habitat fabuleux. » Pour l’avocat, venu découvrir physiquement ce rêve de gosse devenu réalité dont il ne connaissait que l’histoire et les photos, « ce n’est qu’une question de volonté politique ! » , Faits-divers - Justice | Cabane de Cléron : l'avocat de Xavier Marmier, Me Schwerdorffer, exhorte le maire à revoir sa position
  • Alain Spilliaert, avocat au barreau de Paris, réagit à la tribune de juristes et d'avocats sur l'inflation pénale, publiée le 21 juin par le JDD. lejdd.fr, TRIBUNE. L'avocat Alain Spilliaert : "La juste place de la victime dans le processus judiciaire"
  • Christophe Rocancourt, 52 ans, déjeunait ce mercredi avec maître Jérôme Boursican, son avocat historique, à la terrasse d'un célèbre restaurant parisien de la place de l'Odéon, au moment où le domicile de ce dernier, situé dans un quartier voisin, a été cambriolé. Selon nos informations, le monte-en-l'air a fait le tour de toutes les pièces de l'appartement de 120 m2, mais ne s'est pas intéressé aux documents, ni à l'ordinateur, pas plus qu'aux chemises cartonnées tirées des dossiers professionnels de l'avocat. Son attention s'est arrêtée sur le coffre-fort. Le Point, L'avocat de Christophe Rocancourt cambriolé - Le Point
  • L’avocat Alex Ursulet, accusé de viol par une ancienne stagiaire, ce qu’il conteste, avait été placé en garde à vue mardi à Paris mais il est ressorti libre du bureau du juge d’instruction sous le statut de témoin assisté. SudOuest.fr, Pas de mise en examen pour un avocat parisien réputé, placé en garde-à-vue pour viol
  • D’ordinaire plutôt porté sur l’attaque, le Parquet national financier (PNF) est aujourd’hui sur la défensive. Il est en effet dans la ligne de mire de plusieurs avocats de renom, furieux d’avoir vu leurs factures téléphoniques être épluchées dans le cadre d’une enquête à laquelle ils disent n’être mêlés en aucune façon. « Dans cette affaire, il y a manifestement une atteinte au secret professionnel qui n’est pas acceptable », estime Me Olivier Cousi, bâtonnier de Paris. La Croix, Le Parquet financier dans le collimateur d’avocats parisiens

Images d'illustration du mot « avocat »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « avocat »

Langue Traduction
Anglais lawyer
Espagnol abogado
Italien avvocato
Allemand anwalt
Chinois 律师
Arabe محامي
Portugais advogado
Russe адвокат
Japonais 弁護士
Basque abokatu
Corse avucatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « avocat »

Source : synonymes de avocat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avocat »

Partager