La langue française

Assaisonner

Définitions du mot « assaisonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSAISONNER, verbe trans.

A.− ART CULIN. Ajouter à un mets des éléments (ingrédients ou épices) propres à en relever le goût. Synon. accommoder :
1. Il assaisonnait volontiers lui-même sa soupe au poisson, sachant la dose de poivre et de sel et les herbes qu'il fallait, et se régalait autant de la faire que de la manger. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 89.
SYNT. Assaisonner un mets, un plat, une viande, une sauce, une salade.
Assaisonner de :
2. ... salez, poivrez et assaisonnez d'une prise de poivre rouge (poivre long mûr réduit en poudre). Les Gdes heures de la cuis. fr., L. Tendret,1896, p. 200.
[Le suj. est une chose] Le sel, le poivre assaisonne les aliments.
Proverbial. La faim, l'appétit assaisonne tout. ,,Quand on a faim, tout mets paraît bon`` (Ac. 1835-1932).
B.− Au fig.
1. Accompagner ses propos, ses actes ou ses attitudes, etc., d'un certain piquant :
3. Il y a mille manières d'apprêter et d'assaisonner la parole; Cicéron les aimait toutes. Joubert, Pensées,t. 2,1824, p. 160.
4. Ce qui donne bien aux Lettres Persanes leur date et le cachet de la Régence, c'est la pointe d'irrévérence et de libertinage qui vient là pour relever le fond et l'assaisonner selon le goût du jour. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 7,1851-62, p. 39.
Emploi passif, rare. Assaisonné (par). Rendu attirant :
5. Il en usait galamment avec toutes les femmes, même avec celles dont une longue habitude avait émoussé pour lui l'attrait, comme ce devait être le cas de Madame de Rochemaure, à moins qu'assaisonnée par la trahison, l'absence, l'infidélité et l'embonpoint, il ne la trouvât appétissante. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 142.
[Le suj. est une chose] Rendre plus agréable, plus piquant :
6. Presque aucun jour ne passait sans qu'éclatât entre eux quelqu'une de ces escarmouches que l'abbé nommait des « castilles ». Il prétendait que la vieille fille en avait besoin pour sa santé; il la faisait monter à l'arbre comme on emmène un chien faire un tour. Il n'y apportait peut-être pas de méchanceté, mais certainement de la malice et s'y montrait assez provoquant. Cela les occupait tous deux et assaisonnait leur journée. Gide, Isabelle,1911, p. 650.
7. À l'idée qu'elle était peut-être israélite, le peu qui subsistait chez Antoine de son éducation s'émut : juste assez pour assaisonner l'aventure d'un piment d'indépendance et d'exotisme. R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison,1923, p. 892.
2. Pop. Invectiver, injurier, frapper :
8. Je vais le sortir aussi, moi, tiens... je vais l'assaisonner ce sale voyou! ... Céline, Mort à crédit,1936, p. 554.
9. Je l'assaisonne [un homme] à grands coups de bottine, mais après j'ai regret, je me dis, c'est la nature chétive qu'est-ce qu'il en peut, pauvre canard. Aymé, Le Passe-muraille,1943, p. 262.
PRONONC. : [asεzɔne], j'assaisonne [ʒasεzɔn]. Land. 1834 est le seul dict. à transcrire la 2esyllabe avec [e] fermé (cf. après-saison). Enq. : /asezon/ (il) assaisonne.
ÉTYMOL. ET HIST. A.− 1. 1209 fig. « disposer, régler » (Reclus de Molliens, Miserere, éd. van Hamel, 194, 2 ds T.-L. : Jhesus, ... Ki toutes coses asaisones A droit et rens justes merites), attest. isolée; 2. 1371 « conduire les cultures et façons de la terre selon les saisons » (Reg. du chap. de S. J. de Jerus., Arch. MM 29, fo36 vods Gdf. : Sera tenuz ledit preneur de labourer et cultiver lesdites terres bien et souffisament de toutes façons, et en saison, et ycelles justement asaisonnees) − 1393 (Arch. MM 31, fo190 ro, ibid.). B.− xiiies. asaisnie « apprêté (d'un mets) » (Rigomer in Rom., XIX, 288 ds T.-L. : Lors vos ferai une poree, Si avra ens une coree De chievrel mout bien asaisnie); 1539 assaisonner « rendre savoureux à l'aide de condiments culinaires » (Est.); 1572 fig. (Amyot, trad. de Plutarque, Œuvres morales, comment on pourra discerner le flatteur d'avec l'amy ds Dict. hist. Ac. fr. : Quelquefois ils [les amis] usent d'un jeu, d'un boire et manger ensemble, d'une risee, d'une facetie l'un avec l'autre, comme de saulse pour assaisonner des affaires de pois et de grande conséquence). C.− 1601 « accommoder ensemble (des éléments différents) » (Charron, De la Sagesse, liv. II, C-6, ibid. : Les nécessités naturelles que Dieu a assaisonnées de plaisir, leur sont corvées). Dér. de saison*; préf. a-1*, dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 194.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 155. − Esn. Poilu 1919. − Feugère (F.). Apr. sept cents ans. Le grand s. de Saint Louis et son vocab. Déf. Lang. fr. 1970, no53, p. 11. − Grimaud (F.). Petit gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1968, p. 110. − Lasnet 1970. − Le Breton 1960. − Noter-Léc. 1912. − Plais.-Caill. 1958. − Sandry-Carr. 1963.

Wiktionnaire

Verbe

assaisonner \a.sɛ.zɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Accommoder un mets avec les ingrédients qu’il faut pour le rendre plus agréable au goût.
    • Assaisonnez avec sucre en poudre, sucre de vanille, moelle de bœuf hachée, fondue et passée au tamis, macarons écrasés et rhum. — (Jules Gouffé, Tourte de crème frangipane à la moelle dans Le Livre de Pâtisserie, 2e partie, chap. 4, 1873)
    • L’énorme turbot avait le goût le plus fin, le plus savoureux, et le jus de crevettes dont il était assaisonné prouvait que le chef de M. le Comte avait dû suivre les cours de cuisine du Café Anglais et en profiter. — (François Coppée, À table, dans Contes rapides, 1888)
    • Sauce à la Sainte-Menehould. — […]; délayez votre sauce avec du lait ou de la crème; assaisonnez-la d’un bouquet de persil et ciboules, la moitié d'une feuille de laurier, quelques champignons et échalotes; mettez-la sur le feu ; […]. — (Grand dictionnaire de Cuisine par Alexandre Dumas, Paris : chez Alphonse Lemerre, 1873, p. 987)
  2. (Littéraire) (Figuré) Accompagner de manière agréable ou piquante ce qu’on dit ou ce qu’on fait.
    • La sagesse n’a rien d’austère ni d’affecté: c’est elle qui donne les vrais plaisirs ; elle seule les sait assaisonner pour les rendre purs et durables. — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Les Aventures de Télémaque, livre VII, 1699)
    • S’il est peu de peuples en Italie aussi mauvais que celui de Naples, il en est peu qui soit aussi ignorant & aussi hébété. Il semble ne faire usage de sa raison que pour assaisonner le crime. — (Jean-Baptiste Boyer d’Argens, Lettres juives, lettre LXIII, 1736)
    • Au moment de revoir la noble créature qu’il avait adorée pendant huit jours, il n’éprouva d’autre émotion qu’une vague curiosité, assaisonnée d’un grain de compassion et d’un atome de coquetterie. — (Edmond About, Les Mariages de province, 1868)
    • La paix et la concorde règnent en ces lieux d'où partent les écrits qui mettent le feu aux quatre coins du pays. La postérité ne connaîtra rien de nos entretiens. L'un fait des mots, l'autre les assaisonne, un troisième les met sur le feu : nous les savourons à la ronde. — (Hector Fabre, Chroniques, 1877, p. 24)
  3. (Populaire) (Figuré) Frapper, injurier, invectiver.
    • Profitant de mon absence, papa s’est jeté sur Mary parce que la veille elle avait mis trop de confiture sur sa truite, et il l’a tellement assaisonnée qu’elle peut à peine s’asseoir. — (Raymond Queneau, Le Journal intime de Sally Mara, 1950, dans Les Œuvres complètes de Sally Mara, Gallimard, « L’Imaginaire », 1989, p. 109)
  4. (Argot) Tuer par balles.
    • J’aimerais aussi savoir s’il s’est fait assaisonner avant d’avoir passé son coup de fil ou après, parce que l’idée me vient que c’était peut-être moi qu’il appelait, et que s’il a été descendu après avoir raccroché, il pourrait encore y avoir un message pour moi chez Moksie. — (Peter Cheyney, La Môme vert-de-gris, traduction de Marcel Duhamel, Gallimard, 1945)
    • Si tu fais de l’obstruction, j’assaisonne la môme. — (San-Antonio, Béru-Béru, III, 9, Éditions Fleuve noir, 1970)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSAISONNER (a-sè-zo-né) v. a.
  • 1Mettre dans un mets certaines substances qui le relèvent. Assaisonner un ragoût.
  • 2 Fig. Assaisonner d'un peu de joie les amertumes de la vie. Quand on fait du bien, on l'assaisonne d'agrément, Sévigné, 342. La sagesse sait assaisonner les plaisirs pour les rendre durables, Fénelon, Tél. VIII. Habile pour assaisonner une louange délicate qui fût bien reçue des hommes les plus modestes, Fénelon, ib. XVI. Ils doivent assaisonner leurs discours du sel de la sagesse, Bossuet, Cath. 3. Un art d'assaisonner les grâces qui touchait plus que les grâces mêmes, Massillon, Louis XI. [Il a vu] le péril de la débauche en assaisonner les excès, Massillon, Conv. Le roi me demanda comment ce malheur [la mort de mon père] était arrivé, avec beaucoup de bonté pour mon père et pour moi ; il savait assaisonner ses grâces, Saint-Simon, 6, 78. La satire, en leçons, en nouveautés fertile, Sait seule assaisonner le plaisant et l'utile, Boileau, Sat. IX.

HISTORIQUE

XIIIe s. Assez vault miex viande assesonnée Que le mangié poi cuit et trop hastez, Bibl. des Chart. 4e série, t. V, p. 38.

XVe s. Combien que icelluy blé ne feust mie pour lors attempresé ne assaisonné, Du Cange, assaxonare.

XVIe s. L'espic jaunit en grain, que le chaud assaisonne, Du Bellay, J. VI, 19, verso. Mais ne peult-on l'amour assaisonner, Comme les fruicts, et par art luy donner Maturité…, Du Bellay, J. VII, 32, verso. La douceur et gentillesse de son naturel, qui assaisonnoit tout ce qu'elle disoit ou faisoit, estoit un aguillon qui poignoit au vif, Amyot, Anton. 32. Et treuverés tout ce bois prest pour vostre service, à mesure du besoin, seché et assaisonné à propos, De Serres, 808. À la délicatesse du pain sert aussi tel sejour du bled en la gerbe, d'autant que là il s'assaisonne et prepare très bien, De Serres, 820.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assaisonner »

(Date à préciser) Dérivé de saisonner avec le préfixe a-. Le sens premier « disposer, régler selon la saison » s’appliquait en particulier à la conduite des cultures (1371). On trouve aussi l’étymologie « cultiver en saison propre, mûrir à temps ». En un texte du XIIIe siècle, viande assaisonnée signifie « aliment cuit à point ni trop ni trop peu » comme qui dirait « mûri à temps ». Quand ce verbe entra dans le domaine culinaire, il signifia « mettre à point pour le goût à l’aide de certains ingrédients » [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, assaisonner, cultiver en saison propre ; norm. assaisonné, qui vient à une époque convenable ; wall. asaguener ; provenc. Assazonar, asazonar, mûrir à temps ; portug. asasonar ; de ad, à, et saison, mettre à la saison, mettre à point, sens qu'on trouve en effet dans les anciens auteurs.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « assaisonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assaisonner asɛzɔne

Évolution historique de l’usage du mot « assaisonner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assaisonner »

  • L’art d’assaisonner les plaisirs n’est que celui d’en être avare. De Jean-Jacques Rousseau / Julie ou La nouvelle Héloïse
  • 7/ Pendant ce temps, dans une casserole mettre à bouillir de l’eau salée et faire cuire les tagliatelles environ 6 à 8 minutes, ensuite les égoutter et les assaisonner avec un peu d’huile d’olive. Puis dresser directement les tagliatelles dans des assiettes.   , [RECETTE KITCHENDAILY] Poulet caprese au balsamique avec tagliatelle - Sweet FM
  • • Filmer hermétiquement les filets de caille et pocher dans une eau frémissante, éteindre le feu et laisser cuire 20 minutes. Pour les cuisses, émietter la chair et assaisonner puis mouler en moule demi-sphère. , La Caille de Treize-Vents contisée à l'écrevisse, cuisses confites, ruban de daikon safrané et jus parfumé à la cardamome noire
  • 2. Couper les tomates en rondelles de 5 mm (1/4 po) d’épaisseur, les étaler sur la plaque, les assaisonner de sel et d'une pincée de sucre et les parsemer de feuilles de thym. Radio-Canada, La recette de tarte à la tomate de Lesley Chesterman | Du côté de chez Catherine
  • Les petits piments doux cultivés à Padrón au nord-ouest de l’Espagne sont un classique du début d’été à déguster à l’apéro. S’ils sont délicieux juste saupoudrés de fleur de sel, on vous explique comment les assaisonner avec une petite vinaigrette à base de harissa et de jus de citron. Konbini Food - Rien que la food avec Konbini, Tuto : pimientos de Padrón grillés, fleur de sel et harissa
  • Pendant ce temps, parer le filet de porc et bien l’assaisonnerSalut Bonjour, Filet de porc grillé à la flamme, champignons sauvages à la crème et gratin d'asperges grillées | Salut Bonjour
  • Pour assaisonner certains plats, comme une bonne salade de pommes de terre ou de haricots verts il n’y a rien de mieux que la mayonnaise. Pour la rendre plus facile à utiliser et à mélanger aux ingrédients, vous pouvez en faire une vinaigrette toute simple. Mélangez 3 cuillères à soupe de mayonnaise avec une cuillère à soupe de vinaigre. Allongez le mélange avec un peu d’eau et assaisonnez de sel et de poivre. C’est prêt. Myafricainfos, Les recettes de vinaigrette pour relever le goût de vos plats | Myafricainfos

Images d'illustration du mot « assaisonner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assaisonner »

Langue Traduction
Anglais season
Espagnol temporada
Italien stagione
Allemand jahreszeit
Chinois 季节
Arabe الموسم
Portugais estação
Russe сезон
Japonais シーズン
Basque denboraldi
Corse stagione
Source : Google Translate API

Synonymes de « assaisonner »

Source : synonymes de assaisonner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assaisonner »

Assaisonner

Retour au sommaire ➦

Partager