Arguer : définition de arguer


Arguer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ARGUER1, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Emploi trans. dir.
1. Latinisme, inus. [Suivi d'un subst. compl. d'obj.] Prouver, mettre en avant :
1. Cet acte royal entraînerait-il une responsabilité, ou a-t-on craint que je ne m'en fisse un titre d'honneur? Et en effet, en pourrait-il être autrement, si, n'arguant aucun grief, il ne semble punir qu'un des plus rares dévouements, celui d'un serviteur s'immolant avec son maître qu'avait abandonné la fortune. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 560.
2. Son repos et sa prospérité [de l'Angleterre] font sa honte et arguent sa nullité. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 372.
DR. Arguer une pièce de faux. L'accuser d'être fausse :
3. Si on fût venu lui lire un récit matériellement exact de son dernier entretien avec le prince de Burbach, récit attesté par quatre témoins et paraphé de deux notaires, elle l'aurait immédiatement argué de faux. Gobineau, Les Pléiades,1874, p. 184.
2. Argumenter, donner comme argument, conclure.
a) [Suivi d'une prop. introd. par que] :
4. Pendant toute l'année 1943, Churchill s'efforça de faire revenir le gouvernement américain sur sa décision, en arguant que la collaboration devait exister dans la recherche atomique comme dans tous les autres domaines de l'effort commun,... Goldschmidt, L'Aventure atomique,1962, p. 52.
b) [En incise ou présentant le discours dir.] :
5. − Zèphe est trop rusé pour perdre d'un coup le bénéfice de la lettre, arguait le vétérinaire. Aymé, La Jument verte,1933, p. 290.
En emploi abs., rare. Argumenter :
6. Il arguë, comme si je n'avais été l'auteur que de ce seul Journal; ce qui lui permet de parler d'un « perpétuel échec », et de mon vain et constant effort pour dissimuler celui-ci. Gide, Journal,1947, p. 307.
B.− Emploi trans. indir. [Dans une intention déterminée, qui, si elle est précisée, s'exprime par un compl. introd. par la prép. pour] Arguer de... Prendre prétexte de, tirer argument de, mettre en avant :
7. Il y retrouvait les mêmes détails sur l'attentat, avec cette différence que les uns indiquaient l'hypothèse d'un crime politique, tandis que d'autres arguaient de la solitude du lieu pour conclure à quelque agression d'un rôdeur, ... P. Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 127.
8. L'idée seule le transporta; pourtant il hésita d'abord, arguant de sa vieillesse, de sa fatigue, de sa mauvaise santé, de son ignorance du pays. Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 151.
II.− Emploi intrans., rare. Plaider, constituer un argument en faveur de :
9. Pourtant, en la copiant ici, non seulement je ne la trouve plus si remarquable, mais de plus il me paraît que l'évidente vérité qu'elle constate arguait en faveur du rattachement au dogme − dans l'esprit de Franck tout au moins. Gide, Journal,1931, p. 1094.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [aʀgɥe], j'arguë [ʒaʀgy]. Fouché, Prononc. 1959, p. 343 note que ,,le groupe gu suivi de voyelle se prononce (...) [gɥ] devant e, i, dans arguer, « accuser, conclure », argueux. (...) [g] dans arguer « passer par les trous de l'argue, l'or et l'argent »`` (cf. aussi Nyrop Phonét. 1951, p. 167, § 219, Grammont Prononc. 1958, p. 86 et 198 et Kamm. 1964, p. 156). Tous les dict. mod. de prononc. transcrivent [gɥ] sauf Pt Rob. qui transcrit [aʀge]. 2. Homogr. : arguer (orfévr., dér. de argue; cf. supra 1). 3. Forme graph. − Ac. 1932 écrit le verbe sans tréma. Rob. fait la rem. suiv. ,,Selon Littré, Larousse et quelques grammairiens, il convient de mettre un tréma sur l'e muet et sur l'i qui suivent le radical : j'arguë, nous arguïons. À l'infinitif, on trouve argüer dans Larousse Universel (à côté de Argueur dans Larousse xxesiècle et autres dictionnaires). L'Académie (8eéd.) se contente de noter que l'u se prononce dans Argueur et l'usage des écrivains modernes est d'écrire arguer sans tréma quelle que soit la forme du verbe`` (cf. aussi Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr.). Pour Quillet 1965 : ,,Le e précédé de u prend le tréma`` et pour Dub. : ,,l'e muet et l'i qui suivent le radical peuvent prendre un tréma``. On lit ds Grév. 1964, § 629 bis : ,,Cette opinion [nécessité d'écrire le mot avec tréma] est fondée; cependant les auteurs se dispensent le plus souvent de mettre ce tréma (ou parfois le mettent sur l'u)`` (cf. aussi Ortho-vert 1966). 4. Hist. : Ac. 1798-1878 indique la prononc. de l'u mais ne met pas de tréma sur le verbe. Dans tous les autres dict. indication de la prononc. de u et pour la rappeler, utilisation du tréma. Ex. Fér. 1768 : ,,Il est [le mot] de trois syllabes, l'u et l'e sont détachés; et c'est pourquoi on met deux points sur l'ë``. Pour Besch. 1845 le tréma est aussi nécessaire sur ce verbe que sur aiguë afin d'éviter la confusion entre le terme d'accusation et le terme d'orfèvr. Pour le tréma, cf. enfin Lab. 1881, p. 61 et Mart. Comment prononce 1913, p. 241, pour qui l'orth. avec le tréma ,,épargnerait beaucoup d'erreurs [et] devrait être la seule correcte``.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1100 « se presser » (Roland, éd. Bédier, 992 : Itels. C. millie Sarrazins od els meinent Ki de bataille s'arguent e hasteent), seulement a. fr.; 2. 1140 « harceler, presser de paroles » (Hist. Joseph, éd. E. Sass, 672 ds T.-L. : A la dame respont, Qui l'argue et semont : Dame, lessiez m'ester), seulement a. fr.; 3. 1170 « accuser, blâmer » (Rois, éd. Curtius, Dresde 1911, p. 214 : Pur çó fái ta úreisun á Deu, se li pleüst a prendre cunréi des paróles Rapsacis que le rei des Assiriens ád envéied pur lui mesdire é árguer si cume il le ad oïd), considéré comme vieux ou peu usité dep. Fur. 1690; dep. Trév. 1771 spécialisé au domaine jur. dans l'expr. arguer un acte de faux; 4. xiiies. « argumenter » (Gouvernement des rois, éd. S. P. Molenaer, 199, 39 ds T.-L. : La .II. science franche et liberaus si est logique qui enseigne la maniere d'argüer et de respondre). Empr., de même que l'ital. arguire et l'esp. argüir, au lat. arguere « montrer, dévoiler, prouver » (dep. Plaute, Menaechmi, 651 ds TLL s.v., 551, 23) aussi « dévoiler (avec idée de reproche), accuser, blâmer » (dep. Plaute, Amphitruo, 882 ds TLL s.v., 552, 32) d'où 3; « argumenter, discuter » en lat. médiév. (Albert Le Grand, Anal. pr., 1, 5, 6, p. 624a, 10 ds Mittellat. W. s.v., 944, 20) d'où 4; également en lat. médiév. « pousser, presser » fig. (839-49, Altfridus, Vita Liutgeri, 2, 8 ds Mittellat. W. s.v., 944, 10) d'où 1 et 2. Le changement de conjugaison et le maintien du u seraient dus à l'influence de argutari, -are « bavarder, ». Ce dernier verbe ne peut être à l'orig. d'arguer (hyp. de REW5no643, EWFS2, FEW t. 1 s.v. argutare, Foerster ds Z. rom. Philol. t. 2, pp. 87-88) en raison de son sens par trop différent. L'explication donnée à ce sujet par REW5et BL.-W.5(l'a.fr. arguer « presser » serait issu du lat. argutari « piétiner en parlant du foulon ») est à rejeter, car ce sens d'argutari n'est attesté que dans une comédie latine du ives. où il s'agit prob. d'une métaphore hardie et isolée (v. Väänänen, B. Soc. Néophilol. Helsinki, 1946, pp. 97-104).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 80.
BBG. − Canada 1930. − Foulq.-St-Jean 1962. − Dul 1968. − Le Roux 1752. − Pierreh. Suppl. 1926. − Rat (M.) Les Deux verbes arguer. Déf. Lang. fr. 1968, no42, pp. 10-12.

Arguer2, verbe trans.Passer par les filières de l'argue les lingots d'or, d'argent ou de cuivre pour les dégrossir. ,,Il est défendu aux orfèvres d'arguer chez eux leurs métaux.`` (Bouillet 1859, s.v. argue).Outre l'emploi trans., Besch. 1845 lui reconnaît un emploi pronom. passif ,,être passé à l'argue``.

Arguer : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

arguer \aʁ.ɡɥe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. Tirer une conséquence d’un fait, d’un principe.
  2. (Droit) Établir avec évidence.
    • Arguer un acte de faux.
  3. (Droit) Accuser.
    • Arguer une pièce de faux.
    • Des hommes moins détachés qu’eux de tout amour-propre auraient triomphé le jour où le maître de ces brillants paradoxes, Lamennais, qui les avait presque argués d’hérésie et de froideur pour le saint-siège, devint lui-même hérétique et se mit à traiter l’Église de Rome de tombeau des âmes et de mère d’erreurs. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 126.)
  4. Affirmer, dans le contexte d’un argument.
    • Jef Last dut arguer que ce petit divertissement servait à lui reposer les méninges. — (André Gide, Retour de l’U.R.S.S., 1936)
Notes[modifier le wikicode]

Le u se prononce, car il fait partie intégrante du radical, comme dans le cas des verbes huer, tuer. Il fait partie de la série argument, argutie où le u se prononce. Cependant, comme ce n’est pas un mot très courant, on entend assez fréquemment \aʁ.ɡe\.

En 1975, l’Académie française propose de placer le tréma sur les voyelles a, i, u, « dont il commande la prononciation » : aigüe, ambigüe, ambigüité, cigüe, exigüe, argüer, gageüre, mangeüre, vergeüre.

En 1987, estimant que ses propositions n’avaient pas été suivies, l’Académie est revenue sur sa décision. Les rectifications orthographiques de 1990 ont réintroduit le tréma sur le u pour préciser sans ambigüité que ce u est prononcé seul : argüer.

Verbe 2

arguer \aʁ.ɡɥe\ intransitif

  1. Prétexter, tirer argument d’une chose.
    • L’expérience nous a toujours montré jusqu’ici que nos révolutionnaires arguent de la raison d’État, dès qu’ils sont parvenus au pouvoir, […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. III, Les préjugés contre la violence, 1908, p. 145)
    • L’homme argue de son droit avec une suffisance presque impertinente, une humilité feinte qui voile une ironie bien claire : […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Verbe 3

arguer \aʁ.ɡe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Arts) (Histoire) Filer l’or ou l’argent avec l’argue.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Arguer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARGUER. (On prononce l'U.) v. tr.
Tirer une conséquence d'un fait, d'un principe. Vous ne pouvez rien arguer de ce fait. En termes de Droit, Arguer un acte de faux, En établir la fausseté avec évidence.

Arguer : définition du Littré (1872-1877)

ARGUER (ar-gu-é. L'Académie ne conjugue pas ce verbe ; mais il faut écrire avec tréma : j'arguë, tu arguës, il arguë ; et même il serait bien d'écrire argüer, argüant, argüé, pour indiquer la prononciation ; autrement on le confondrait avec le verbe arguer 2) v. a.
  • 1Contredire, accuser. Arguer une pièce de faux.
  • 2Tirer une conséquence. Qu'arguez-vous de cela ?

    Absolument. Je suis ce juge intègre Qui toujours parle, arguë et contredit, Voltaire, Goût.

HISTORIQUE

XIe s. Qui de bataille s'arguent et hasteient, Ch. de Rol. LXXVI.

XIIe s. Rolanz senti que la mort mout l'argue, Ronc. p. 104. La nuit, quant s'amour m'argue, Couci, Dame de Faiel. Li altre l'arguent et reprenent et dient k'il soffrir ne puient la perece de sa tevor [tiédeur]…, Saint Bernard, 567.

XIIIe s. Et tout fussent mort se ne fust la chevalerie… qui soustint le fais des Sarrasins, qui moult les arguoient, Chr. de Rains, 93. Coart le lievres moult s'argue De cort en cort, de rue en rue, Ren. 11071. Mes cil mauvesement arguent, la Rose, 6302.

XIVe s. Et ne te dois nul temps meler d'arguer ne de contredire chose que tu lui oies dire, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 22. Et par ceste difference povons nous arguer à cest propos, Oresme, Eth. 27. Qui diroit ou argueroit ainsy : la terre est entre le soleil et la lune, Oresme, ib. 5. Maistres Thumas, dist il, vous parlés folement ; J'arguerai à vous ; car je sai bien comment : Uns mos de l'escripture vous desmontre et aprent, Baud. de Seb. XII, 321.

XVe s. Logique qui enseigne arguer, et entre le vray et fauls discerner, Christine de Pisan, Charles V, III, ch. 11. D'autre costé on le argueroit de sa promesse, Commines, II, 1. Il ne me appartenoit pas de arguer ny parler contre son plaisir, Commines, V, 13.

XVIe s. Le regime des choses humaines argue si clairement de la providence de Dieu qu'on ne la sauroit nier, Calvin, Inst. 22. Ses mouvemens et ses contenances arguent et monstrent grande foiblesse et bassesse, Amyot, Comment refréner la colère, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Arguer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARGUER, v. act. c’est, en terme de Tireur d’or, passer l’or & l’argent à l’argue pour le dégrossir. Voyez Argue & Tireur d’or.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « arguer »

Étymologie de arguer - Littré

Provenç. arguir ; ital. arguire. Le provençal et l'italien viennent bien d'arguere, par un changement de la troisième conjugaison en la quatrième. Mais le français n'en vient pas ; s'il en était venu, quel qu'eût été l'infinitif, le présent eût été j'argue, prononcé j'arghe, et non j'argue, prononcé j'arguë, comme le montrent les vers. Il vient d'argutare, argutari, fréquentatif d'arguere, répéter sans cesse, caqueter, sautiller. Primitivement, arguer signifie quereller, tancer, attaquer, par un changement de sens semblable à celui qui de calumniari a fait chalenger, appeler en justice, provoquer au combat. Puis arguer, refait sans doute sur le latin arguere au XIVe siècle, prend le sens actuel d'arguer, sans étouffer pourtant le sens primitif qu'on trouve encore dans le dictionnaire de Furetière, mais qui maintenant est tout à fait tombé en désuétude.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de arguer - Wiktionnaire

(XIe siècle) Du latin arguere (« prouver »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « arguer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
arguer argµe play_arrow

Conjugaison du verbe « arguer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe arguer

Évolution historique de l’usage du mot « arguer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « arguer »

  • Tim Cook, le patron d’Apple, a été un des premiers à arguer que la passivité, en guise de neutralité, n’était pas aujourd’hui une option responsable. «Comme l’a dit Martin Luther King, “chaque société a ses protecteurs du statu quo et ses confréries de l’indifférence Le Figaro.fr, Les patrons américains s’investissent dans la lutte contre le racisme
  • Le second ? Même sans public, l'UEFA peut arguer auprès de ses diffuseurs qu'avec une formule inchangée, son « produit » C 1 contient le même nombre de matches et conserve donc, peu ou prou, la même valeur marchande. Si elle supprime les doubles confrontations, ce qui rayerait en tout six rencontres du calendrier (quatre quarts retour, plus deux demi-finales retour), elle ne disposerait plus de cet argument. Elle ferait donc face à l'exigence légitime de tous ses très rémunérateurs diffuseurs à travers l'Europe (dont RMC Sport en France, son contrat courant jusqu'en 2021) d'être en partie remboursés... L'Équipe, Ligue des champions : les questions que pose l'éventuel « Final 8 » - Foot - C1 - L'Équipe
  • Marianne raconte avec émotion à sa fille les détails de la nuit de son viol. Sous le choc, Chloé l’encourage à en parler à la police mais Marianne ne l’entend pas ainsi et lui fait jurer de garder le secret. Le lendemain matin, Chloé est pensive lorsque Renaud débarque chez les Delcourt afin de comprendre pourquoi sa compagne est si fuyante depuis son retour de Marseille. Pour Chloé, il ne faut pas faire attention aux sautes d’humeur de sa mère mais Renaud n’a pas envie de jouer le punchingball. Plus tard, Chloé informe Marianne que son conjoint est convaincu qu’elle lui cache quelque chose et ajoute qu’il serait bien qu’elle en parle au moins aux forces de l’ordre. Rien n’y fait, le docteur Delcourt campe sur ses positions et précise qu’elle ne veut pas passer pour une menteuse comme Amanda. Chloé a beau arguer de la probabilité qu’elles aient été agressées par la même personne, cela ne change rien pour Marianne qui promet de se remettre de cette épreuve avec le temps. Contrariée, Chloé rentre chez elle et révèle toute la vérité à Alex. Ce dernier, abasourdi par la nouvelle, insiste pour que sa femme en parle à la police afin d’éviter que le prédateur s’en prenne à une nouvelle proie. Toutefois, Chloé est persuadée que sa mère finira par changer d’avis et demande à son mari un peu de temps pour réfléchir. En parallèle, Marianne prend des nouvelles d’Amanda. Quand l’infirmière admet que cela la rend dingue de savoir cet homme en liberté, Marianne lui dit que cela ne sert à rien de se tourmenter et qu’elle oubliera cette histoire. Enervée, Amanda rétorque qu’elle n’a aucune idée de ce qu’elle traverse puis quitte le bureau en trombe. De son côté, Maxime n’est pas certain que faire l’amour avec Amanda soit une bonne idée même s’il y voit une façon pour son amie de reprendre le contrôle sur son corps. Dans la mesure où il n’a aucun sentiment amoureux pour elle, Bart l’encourage à ne pas le faire et souligne qu’il doit prendre la bonne décision pour elle. Quelques heures après, Amanda supplie Maxime de lui faire l’amour mais le jeune homme décline, certifiant qu’elle trouvera un homme avec qui elle franchira cette étape. Après réflexion, Amanda le remercie d’avoir repoussé ses avances et indique que son geste lui prouve à quel point elle est respectée, chose dont elle a particulièrement besoin en ce moment. Chez les Delcourt, Judith voudrait passer la soirée à l’extérieur avec Souleymane. Seulement, Alex et Chloé estiment qu’elle n’a rien à faire dehors un soir de semaine. Malgré tout, Judith décide de n’en faire qu’à sa tête et fait le mur en pleine nuit. Alors qu’elle marche dans les rues de Sète pour retrouver son copain, quelqu’un l’espionne. AlloCiné, Demain nous appartient : ce qui vous attend dans l'épisode 693 du mardi 23 juin 2020 [SPOILERS] - News Séries à la TV - AlloCiné
  • On peut arguer que le timing est trop précoce, que la crise n’est pas finie, qu’on craint une deuxième vague, que l’urgence est à la relance économique. Tout cela est vrai. Mais l’exemple français montre que ces arguments ne sont pas rédhibitoires. L'Echo, Où est donc passée la commission d'enquête "corona" ? | L'Echo
  • Sur le papier, pas question donc d’arguer que l’on préfère finir l’année comme ça ou que les petits sont déjà partis en vacances chez les grands-parents… LA VDN, Coronavirus : suis-je vraiment obligé de remettre mon enfant à l’école le 22 juin?
  • Pour elle, la fin de campagne s’annonce "délétère", "notamment celle de Christophe Vidal, dont l’agressivité et les insinuations ne sont pas dignes des fonctions auxquelles il aspire ; comment oser remettre en cause certaines mesures prises collégialement visant à protéger la population quand on veut servir celle-ci ? Comment peut-il arguer d’amalgames politiques alors qu’il a lui-même activement participé à la campagne de notre ancien maire LREM pour la députation, dès le premier tour ? L’agression ne fait que révéler les manques de son auteur et ne peut être justifiée ni par la déception du score obtenu, ni par l’échec de la tentative d’entente entre les listes menées par Rayssac et Vidal." ladepeche.fr, Pugnace Laurence Lamy - ladepeche.fr
  • Le directeur peut arguer qu’il défend les intérêts de son groupe, qui doit anticiper sur l’évolution d’un secteur très compétitif. Peut-être. Mais on peut aussi le soupçonner d’avoir d’abord l’œil sur son cours de Bourse et sur les intérêts immédiats de ses actionnaires, qui exigent des dividendes élevés en toutes circonstances. Champion français aux succès indiscutables, Sanofi tient manifestement pour très secondaire le maintien des emplois français, alors même que ses profits sont en hausse et se montent à quelque 4 milliards d’euros. Aussi bien, il se moque comme de son premier cachet de Doliprane des réactions de l’Etat français. On se demande pourquoi la mondialisation, les multinationales, la logique strictement financière qui domine le capitalisme planétaire, sont si impopulaires. Paul Hudson nous donne la réponse. Libération.fr, La gifle de Sanofi - Libération
  • Aussi, pour Lee White, est-il hors de question de revenir sur les nominations qui relèvent du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat. Non sans arguer de ce que les fonctionnaires qui ont dernièrement été promus à ces hautes responsabilités au sein de son administration sont pétris d’expérience et très compétents. D’autant que certains ont même contribué à la formation et au renforcement des capacités de nombreux cadres du ministère. L'UNION | L'actualité du Gabon, Grève : jugée illégale par Lee White | Gabon économie
  • Les sacrifices que tu fais en rechignant, ta femme estimera qu'ils sont annulés par ta mauvaise grâce ; ceux que tu acceptes en souriant, elle arguera qu'ils ne te coûtent point. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste

Traductions du mot « arguer »

Langue Traduction
Corse argumentà
Basque argudiatu
Japonais 主張する
Russe спорить
Portugais argumentar
Arabe تجادل
Chinois 争论
Allemand streiten
Italien discutere
Espagnol discutir
Anglais argue
Source : Google Translate API

Synonymes de « arguer »

Source : synonymes de arguer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires