Ambiguïté : définition de ambiguïté


Ambiguïté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AMBIGUÏTÉ, subst. fém.

Caractère de ce qui est ambigu.
A.− Caractère de ce qui est susceptible de recevoir plusieurs interprétations (cf. ambigu I A) :
1. Carlos se mit à expliquer nettement, sans ambiguïté, souvent avec d'horribles mots propres, la situation critique de Lucien ... H. de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 190.
2. D'où les complications inextricables de l'aventure janséniste, l'apparente duplicité des chefs, l'ambiguïté constante des consignes qu'ils passent à leurs troupes, et des déclarations officielles qu'ils lancent d'une même voix, mais auxquelles ils ne donnent pas le même sens. H. Bremond, Hist. littéraire du sentiment religieux en France,t. 4, 1920, p. 451.
3. Les clichés pourront retrouver droit de cité dans les lettres, du jour où ils seront enfin privés de leur ambiguïté, de leur confusion. Or, il devrait y suffire, puisque la confusion vient d'un doute sur leur nature, de simplement convenir, une fois pour toutes, qu'on les tiendra pour clichés. J. Paulhan, Les Fleurs de Tarbes,1941, p. 148.
Le plus souvent au plur. [En parlant de la parole ou du style] Obscurité de l'expression :
4. ... et chez le médecin, qui ne voulait que préparer à l'événement final, la crainte de trop brutalement préciser et la fuite dans des circonlocutions, des ambiguïtés, des réticences. E. et J. de Goncourt, Journal,1886, p. 529.
5. Dans les mots « l'indécis se joint au précis », et les glissements, les pluralités de sens, les ambiguïtés : la nuit du tombeau est celle des « amours laissées dans un tombeau » comme disait le carnet du voyage en Orient, celle où la bien-aimée est ensevelie, mais celle aussi où elle a plongé l'amant inconsolé; ... M.-J. Durry, Gérard de Nerval et le mythe,1956, p. 180.
En LOG. :
6. Avant d'examiner les morphèmes spécialisés dans la notation de relations synthétiques, il faut montrer que le morphème indiquant la relation analytique du « genre » a, dans le LDD « Coran » une raison d'être essentiellement syntaxique. En effet, il a été créé afin de réduire les ambiguïtés qui naissent lors d'une simple transcription en mots clés d'une séquence écrite en langue naturelle. M. Coyaud, Introduction à l'étude des langages documentaires,1966, p. 29.
B.− Caractère de ce qui entre dans deux catégories.
PHILOS. Philosophie de l'ambiguïté :
7. Le système de Merleau-Ponty est une philosophie de l'ambiguïté : dans la mesure où l'homme authentique y est à la fois celui qui pense et celui qui agit, celui qui se retire du monde et celui qui s'engage. Julia1964.
C.− Caractère de ce qui manque de netteté et inquiète (cf. ambigu I B) :
8. Mais vous m'échappez souvent; vous avez pour moi des côtés fuyants, des ambiguïtés où je me perds. G. Flaubert, Correspondance,1859, p. 364.
9. ... il demeurait ainsi, un pied dans l'église, un pied dans la science, impuissant à servir et à trahir l'une ou l'autre, voyant nettement son ambiguïté, l'exagérant presque à force de s'en rendre compte, homme double et sincère tout ensemble, moderne s'il en fut par cette qualité si cruellement, si complaisamment consciente. P. Bourget, Nouveaux Essais de psychologie contemporaine,1885, p. 284.
10. Sa démarche, évidemment droite et sans nulle ombre d'ambiguïté, avait surtout pour objet de me donner l'espoir d'un résultat prochain et heureux. L. Bloy, Journal,1895, p. 172.
11. Les frivoles et les autres sont donc bien d'accord, mais pour des raisons tellement différentes qu'autant vaudrait peut-être la loyale discorde sans confusion possible et sans ambiguïté; de sorte que le public, s'il a raison d'avoir tort, a finalement tort d'avoir raison puisqu'il a raison par hasard, par mauvais goût et par amour du laid. V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 147.
Prononc. ET ORTH. : [ɑ ̃bigɥite]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 1resyllabe du mot. Fér. Crit. t. 1 1787 précise : ambigu-ité, et non ghité (cf. aussi Littré : -guï-,,on met un tréma sur l'i pour indiquer que gui ne se prononce pas ghi, mais que l'u y est entendu``). Tous les dict. du xixes. transcrivent la 3esyllabe du mot avec diérèse.
Étymol. ET HIST. − 1270 « caractère de ce qui est ambigu » (Introd. d'astron., Bibl. nat., 1353, fo54 rods Gdf. Compl. : Ambiguité et doutance). Empr. au lat. ambiguitas, attesté au même sens (en parlant de mots) dep. Cicéron, Part., 19 ds TLL s.v., 1840, 30 : obscurum fit ... aut longitudine aut ... ambiguitate ... verborum.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 273. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 84, b) 214; xxes. : a) 162, b) 876.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Cohen 1946, pp. 14-15. − Cros-Gardin 1964. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Foulq.-St-Jean 1962. − Girard 1756. − Goblot 1920. − Gramm. t. 1 1789. − Guizot 1864. − Julia 1964. − Laf. 1878. − Lafon 1963. − Lal. 1968. − Lav. Diffic. 1846. − Noter-Léc. 1912. − Prév. 1755. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Ambiguïté : définition du Wiktionnaire

Nom commun

ambiguïté \ɑ̃.bi.ɡɥi.te\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. État de ce qui est ambigu, de ce qui peut être compris dans deux sens différents ou plus.
    • En l'état actuel des grammaires locales de levée d’ambiguïté, de très nombreuses configurations syntaxiques sont opaques et elles devraient le rester très longtemps, d'ici à ce que l'on puisse à coup sûr les soumettre à des automatismes. — (Jean-Marie Viprey, « DIATAG : convivialité d'étiquetage des ambigus réels,; application pour les formes composées » , dans INTEX pour la linguistique et le traitement automatique des langues, sous la direction de Claude Muller, ‎Jean Royauté & ‎Max Silberztein,Presses Univ. Franche-Comté, 2004, page 271)
    • La conséquence de ce complexe d’ambivalences est une série d’ambiguïtés aux niveaux différents du statut du texte littéraire, du traitement didactique de ce texte, et des fonctions de l'enseignant. — (Christian Puren, « Ambiguïtés et ambivalences dans le traitement didactique du texte littéraire dans l'enseignement de l'espagnol en France » , dans Ambiguïtés, ambivalences, textes réunis par Anne-Marie Vanderlynden, Cahiers du CRIAR n° 14, Publication Univ. Rouen-Le Havre, 1995, page 188)
    • Faire hésiter le spectateur entre sa réalité et celle que le spectacle lui propose, cʼest ce que J. Morel a appelé à propos du théâtre de Rotrou, la dramaturgie de lʼambiguïté. — (Georges Forestier, Le théâtre dans le théâtre sur la scène française du XVIIe siècle, 1981)
    • Le philosophe doit éviter les ambiguïtés ou les plurivocités, et décider du langage qu'il entend au juste parler. Dans le cas contraire, les portes sont grandes ouvertes aux malentendus. — (Robert Zimmer, Petites distractions philosophiques: Comment apprendre à penser sans jamais s'ennuyer, Librairie Vuibert, 2017, chap. 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ambiguïté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMBIGUÏTÉ. n. f.
État de ce qui est ambigu. Parlez net et sans ambiguïté. Il y a de l'ambiguïté dans tout ce qu'il dit.

Ambiguïté : définition du Littré (1872-1877)

AMBIGUÏTÉ (am-bi-guï-té. On met un tréma sur l'i pour indiquer que gui ne s'y prononce pas ghi, mais que l'u y est entendu. Le mot est de quatre syllabes. Au XVIe s. la prononciation était la même, PALSGR. p. 10) s. f.
  • Défaut d'un discours, d'un terme équivoque et à plusieurs sens. Ces passages n'ont aucune ambiguïté, Bossuet, Exp. Avert. Jésus ayant dit ces choses sans aucune ambiguïté, Bossuet, Quinq. 1. Comme si la profession de foi laissait une ambiguïté dans la créance des fidèles, Pascal, Prov. 16. Dans tout ce qu'il m'a dit, ce n'est qu'ambiguïté, Piron, Courses de Tempé.

SYNONYME

AMBIGUÏTÉ, DOUBLE SENS, ÉQUIVOQUE. L'ambiguïté a plusieurs sens, plusieurs interprétations ; d'où obscurité, incertitude. Le double sens présente deux interprétations, qui peuvent être toutes deux manifestes et apparentes ; en cela il est plus général que l'équivoque, où l'un des sens est manifeste, tandis que l'autre, caché, fait une allusion.

HISTORIQUE

XVIe s. Les poursuites de l'esprit humain sont sans terme ; son aliment est doubte, ambiguïté, Charron, Sagesse, I, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ambiguïté »

Étymologie de ambiguïté - Littré

Ambiguitas (voy. AMBIGU).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ambiguïté - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin ambiguitas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ambiguïté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ambiguïté ambigite play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « ambiguïté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ambiguïté »

  • Par ailleurs, ces dernières n'ont aucune ambiguïté au regard d'une préférence d'une des listes car elles ont pour seul objectif de faire vivre un débat républicain. Celui-ci est nécessaire pour éviter l'entre-soi mortifère et la réduction du débat à une opposition binaire et simpliste. Il est pour nous d'autant plus nécessaire de poursuivre l'ouverture de la boite démocratique que la crise du COVID oblige à repenser les politiques publiques locales et non plus seulement les panser a posteriori. , D'une l'Isle à l'autre : avant le 2e tour du 28 juin 2020 - Le journal du Gers
  • "Toutes les expertises l'ont dit. Cette dernière expertise le dit de façon encore plus claire et sans ambiguïté puisqu'elle exclut le décès par asphyxie positionnelle qui découlerait de gestes des gendarmes", poursuit Me Bosselut. "Les experts retiennent un effort intense dans des conditions climatiques extrêmement élevées, associés à des facteurs pathologiques qui préexisteraient et peut-être une infection cardiaque." Europe 1, Mort d'Adama Traoré : une nouvelle expertise médicale "critiquable" ou "sans ambiguïté" ?
  • Dans leur exercice de démocratie, jugé nécessaire après le départ de l'aile gauche et de l'aile droite, le groupe REM de l'Assemblée Nationale réussit l'exploit de développer encore l'ambiguïté par rapport à ce point , L'ambiguité de La République en Marche vis à vis du RSA jeunes s'accentue | ESS, Emploi, Formation, Insertion et bien d'autres choses. | Michel Abhervé | Les blogs d'Alternatives Économiques
  • En politique, le monde est blanc ou noir. Il n'y a aucune place pour l'ambiguïté, la contradiction, le paradoxe. De Milan Kundera / Entretien avec Antoine de Gaudemar - Février 1984
  • La vérité du drame est dans ce pur espace qui règne entre la stance heureuse et l'abîme qu'elle côtoie : cet inapaisement total, ou cette ambiguïté suprême. De Saint-John Perse / Sur Dante
  • L'écriture : cet éternel dilemme entre la vie et la mort, cette ambiguïté qui rejoint les gens dans leur instabilité la plus secrète. De Plume Latraverse / Contes Gouttes ou le pays d'un reflet
  • La conscience n'est jamais assurée de surmonter l'ambiguïté et l'incertitude. De Edgar Morin / Le paradigme perdu
  • Qu'un homme puisse aimer sa femme et surveiller la note de gaz est d'une ambiguïté difficile à supporter. De Michel Audiard
  • L'ambiguïté est une richesse. De Jorge Luis Borges / Fictions
  • On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment. De Cardinal de Retz / Mémoires
  • Lire, c'est déchiffrer l'ambiguïté. De Jean-Michel Wyl / L'exil

Traductions du mot « ambiguïté »

Langue Traduction
Portugais ambiguidade
Allemand unklarheit
Italien ambiguità
Espagnol ambigüedad
Anglais ambiguity
Source : Google Translate API

Synonymes de « ambiguïté »

Source : synonymes de ambiguïté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ambiguïté »


Mots similaires