La langue française

Adultération

Sommaire

  • Définitions du mot adultération
  • Étymologie de « adultération »
  • Phonétique de « adultération »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adultération »
  • Citations contenant le mot « adultération »
  • Traductions du mot « adultération »
  • Synonymes de « adultération »
  • Antonymes de « adultération »

Définitions du mot adultération

Trésor de la Langue Française informatisé

ADULTÉRATION, subst. fém.

I.− Action d'adultérer (sens I A); résultat de cette action :
1. Aujourd'hui, cette frelaterie des produits, cette adultération criminelle a gagné le commerce intérieur et le commerce des choses les plus nécessaires à la vie. H. Balzac, Œuvres diverses,t. 3, 1850, p. 549.
2. On dirait qu'il n'y a pas d'accommodation possible à l'agitation incessante, à la dispersion intellectuelle, à l'alcoolisme, aux excès sexuels précoces, au bruit, à la contamination de l'air, à l'adultération des aliments. A. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 279.
Rem. Le mot, comme le verbe adultérer, indique une altération coupable et appartient principalement à la lang. du dr.
II.− Au fig. Action d'adultérer (sens I B); résultat de cette action :
3. ... ces adultérations sont plus sensibles encore si vous écoutez, après l'office des complies, le Salve Regina. Celui-là, on l'abrège de plus de moitié, on l'énerve, on le décolore, on l'ampute de ses neumes, on en fait un moignon de musique ignoble; si vous aviez entendu ce chant magnifique dans les Trappes, vous pleureriez de dégoût, en l'écoutant braillé à Paris, dans les églises. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 179.
4. ... le peuple dont les niveaux d'aspiration et d'attente sont trompés par des circonstances historiques ou par le fonctionnement perverti des institutions et l'adultération des habitudes sociales, a des ressorts de développement détendus et affaiblis. F. Perroux, L'Économie du XXesiècle,1964, p. 417.
Rem. Signalé comme arch. par Pt Rob.; il faut ajouter que, si le mot est rare, il note spécifiquement l'idée d'une altération coupable au regard d'un système donné de valeurs et de normes.
Prononc. : [adylteʀasjɔ ̃]. Harrap's 1963 transcrit : adyltεrasjɔ ̃.
Étymol. ET HIST. − 1. 1374 « action de détourner de la foi jurée » (J. Goulain, Rational du devin office ds Gdf. Compl. : Si est sacrilege quant, depuis qu'elle est ainsi consacree a Dieu, qui la veult par adulteracion ou separacion violer), attest. isolée; 2. 1579 « falsification » (A. Le Pois, Discours sur les medalles antiques, ch. ii, ibid. : Quelquefois s'est esmeue une sedition entre les soldats romains pour l'adulteration des monnoyes dont on les payoit); 3. 1751 spéc. dr. (Encyclop. t. 1 : adultération... action de dépraver et gâter quelque chose qui est pur en y mêlant d'autres choses qui ne le sont pas... (pharmacie) action de falsifier un médicament, en y ajoûtant quelque chose qui en diminue la vertu, ou en le mêlant avec quelqu'autre qui, en ayant la même couleur, n'est pas aussi chère). Empr. au lat. adulteratio (Pline, Hist. naturelle, 1, 12 ds TLL s.v., 881, 64 : in omnibus odoribus aut condimentis dicuntur adulterationes).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 6.
BBG. − Bailly (R.) 1969. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Comm. t. 1 1837. − Lar. comm. 1930. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

adultération \a.dyl.te.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’adultérer.
    • L’adultération des monnaies est un crime.
    • L’adultération des médicaments.
    • Aujourd’hui, cette frelaterie des produits, cette adultération criminelle a gagné le commerce intérieur et le commerce des choses les plus nécessaires à la vie. — (Honoré de Balzac, Portraits et critique littéraire : La Chine et les Chinois, IV, 1842, in Œuvres complètes, tome XXII, Calmann Lévy, Paris, 1879, p. 354)
    • Actuellement, il n’existe aucun moyen absolu de déterminer quantitativement l’adultération. — (Association laitière française, Revue laitière française : nos 217 à 227, 1965)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADULTÉRATION. n. f.
Action d'adultérer. L'adultération des monnaies est un crime. L'adultération des médicaments.

Littré (1872-1877)

ADULTÉRATION (a-dul-té-ra-sion) s. f.
  • 1 Terme de jurisprudence. Action de gâter, de fausser. L'adultération des monnaies.

    Mot peu usité en ce sens.

  • 2En pharmacie, action d'adultérer les médicaments ou le résultat de cette action.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ADULTÉRATION, s. f. terme de Droit, est l’action de dépraver & gâter quelque chose qui est pur, en y mêlant d’autres choses qui ne le font pas. Ce mot vient du latin adulterare qui signifie la même chose. Ce n’est pas un mot reçû dans le langage ordinaire : on dit plûtôt altération.

Il y a des lois qui défendent l’adultération du caffé, du thé, du tabac, soit en bout, soit en poudre ; du vin, de la cire, de la poudre à poudrer les cheveux.

C’est un crime capital dans tous les pays d’adultèrer la monnoie courante. Les Anciens le punissoient avec une grande sévérité : les Egyptiens faisoient couper les deux mains aux coupables ; le Droit civil les condamnoit à être exposés aux bêtes ; l’Empereur Tacite ordonna qu’ils seroient punis de mort ; & Constantin, qu’ils seroient réputés criminels de lese-Majesté. Parmi nous, l’adultération des monnoies est un cas pendable. Voyez Monnoie, Espece. (H)

Adultération, (Pharmacie) est l’action de falsifier un médicament, en y ajoûtant quelque chose qui en diminue la vertu, ou en le mêlant avec quelqu’autre qui, ayant la même couleur, n’est pas aussi chere. Les poudres sont sujettes à adultération par la difficulté que l’on a à s’en appercevoir à l’inspection.

Il est d’une conséquence infinie pour les malades de ne point acheter les médicamens des coureurs de pays, qui les vendent adultérés. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « adultération »

(1374) Du latin adulteratio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Adulteratio, de adulterare, adultérer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « adultération »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adultération adylterasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « adultération »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adultération »

  • L’adultération d’un produit est une modification volontaire de celui-ci, soit par ajout d’une substance, soit par retrait. Il peut aussi s’agir du remplacement d’une substance par une autre. Dans le cas de miels frauduleux, les fraudeurs ajoutent du sirop de glucose ou de l’eau. Pire, pour tirer un maximum les prix vers le bas, des producteurs chinois notamment ajoutent des composés difficilement repérables lors de contrôles sanitaires, comme l’oxyde de fer(1). ConsoGlobe, Consommation de miel : attention aux pièges

Traductions du mot « adultération »

Langue Traduction
Anglais adulteration
Espagnol adulteración
Italien adulterazione
Allemand verfälschung
Portugais adulteração
Source : Google Translate API

Synonymes de « adultération »

Source : synonymes de adultération sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « adultération »

Partager