La langue française

Accueil > Orthographe > 10 fautes d'orthographe courantes dans les emails professionnels

10 fautes d'orthographe courantes dans les emails professionnels

10 fautes orthographe courantes dans emails professionnels En 2016, 215 milliards d'emails étaient envoyés chaque jour dans le monde. Pour la France seule, cela représente 1,4 milliard d'emails envoyés par jour ! Si la statistique n'existe pas, vous vous doutez bien que les fautes d'orthographe dans ces emails se comptent aussi en milliards... J'ai donc décidé de faire une liste des 10 fautes d'orthographe les plus courantes - selon moi - dans les emails professionnels. Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à les ajouter en commentant cet article.

10 fautes d'orthographe que l'on trouve souvent dans les emails

1# je vous envoie / envoi / envois

Le verbe "envoyer" étant un verbe du premier groupe, on écrira toujours à la première personne du singulier « j’envoie » avec un "e". "Envoi" sans "e" est un nom ("un envoi") et peut être au pluriel : "des envois". Lire l'article complet >  

2# je vous joins / je vous joint

On écrira toujours "je vous joins" avec un "s". "Joint" avec un "t" est la conjugaison de la troisième personne du singulier ("il joint"). Lire l'article complet >  

3# date butoir / date butoire

Même si "butoir" est apposé à un nom féminin, il ne faut pas céder à la tentation et écrire toujours « butoir » sans « e ». Lire l'article complet >  

4# recommendation / recommandation

Si en anglais on écrit « recommendation » avec un « e », en français on écrit toujours « recommandation » avec un « a » ! Lire l'article complet >  

5# y a t-il / y a-t-il / y-a-t-il

On ajoute un « t » euphonique dans les formules interrogatives pour faciliter la prononciation et éviter que deux voyelles se suivent. On écrira donc  "y a-t-il". Lire l'article complet >  

6# comme convenu / comme convenue

Même apposé à un nom féminin, « comme convenu » est toujours invariable et ne prend jamais de « e ». Lire l'article complet >  

7# transfère / transfères / transfers / transfert / transfer

Les transferts de pièce jointes n'aiment pas les fautes d'orthographe... "Transfers" et "transfer" n’existent pas. La conjugaison du verbe transférer à la première personne du singulier s'écrit "transfère" ("je vous transfère"). On écrira enfin « transfert » avec un « t » lorsqu’on voudra faire usage du nom. Lire l'article complet >  

8# en terme de / en termes de

On n’écrit jamais « en termes de » sans un « s ». Il y a en effet toujours plusieurs « termes » dans l’usage de cette expression. Lire l'article complet >  

9# entretien / entretient

Il ne faut pas confondre le nom et le verbe. Le nom "entretien" sans "t" décrit un échange ou un "entretien d'embauche". Le verbe conjugué à la troisième personne du singulier "entretient" est utilisé lorsqu'il s'agit de faire l'action d'entretenir quelque chose. Lire l'article complet >  

10# parmi / parmis

Attention à ne pas être induit en erreur par le mot « hormis » qui finit lui par un « s ». On n’écrit jamais « parm» avec un « s ». C’est une préposition et il est invariable. Lire l'article complet >

Vous connaissez des collègues qui font ces fautes ? Partagez-leur cet article ;)

Sujets :  orthographe

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

La langue française

C’est bien qu’il faudrait 😉

Nicolas.

Répondre
KAPUNGA MWARABU François

Suis intéressé vraiment

Répondre
La langue française

Vous pouvez vous inscrire à notre lettre d’information 😉

Nicolas.

Répondre
LIDI

Bonjour,
Quand il y a plusieurs documents dans un mail, doit-on dire « les documents en pièces jointes » ou bien de façon générique  » les documents en pièce jointe »

Répondre
La langue française

Je dirais que le pluriel est ici de mise puisqu’il y a plusieurs pièces jointes 😉

Nicolas.

Répondre
ditratoKa

Utilisez courriel comme au Québec

Répondre
Jean FERDANT

« Personnellement j’utilise « email » »

Sur un site qui promeut la langue française, lire cette position en faveur d’un anglicisme est assez étrange.

Un « mail » est une allée bordée d’arbres (en français) et le bon vieux courrier postal (en anglais).

L' »email » peut être selon le cas :
– la partie externe de la couronne des dents ;
– un verre composé notamment de silice, de feldspath, de kaolin et d’oxydes métalliques ;
– le terme technique héraldique pour désigner la couleur que reçoit le champ d’un écu ou d’une partition, ou le fond d’une pièce ou d’un meuble.

En français, le terme « courriel » a été adopté et publié par la commission générale de terminologie et de néologie au Journal officiel du 20 juin 2003 (Cf. extrait infra). Il s’impose donc à toutes les administrations et services publics français. Son usage est par ailleurs recommandé pour le grand public et les entreprises, étant désormais le terme officiel.

Journal Officiel de la République Française

n° 141 du 20 juin 2003 page 10403 – texte n° 144 – NOR: CTNX0306622X
Avis et communications – Commission générale de terminologie et de néologie

Vocabulaire du courrier électronique (liste des termes, expressions et définitions adoptés)

TERMES ET DÉFINITIONS

adresse de courrier électronique
Forme abrégée : adresse électronique.
Domaine : Télécommunications-Informatique.
Définition : Libellé permettant l’identification d’un utilisateur de messagerie électronique et l’acheminement des messages qui lui sont destinés.
Note : L’adresse électronique est, dans le cas de l’internet, constituée des identifiants de l’utilisateur et du gestionnaire de la messagerie, séparés par le caractère arrobe @. L’identifiant du gestionnaire de la messagerie comprend des désignations éventuelles de sous-domaines, celle d’un domaine, enfin un suffixe correspondant le plus souvent au pays ou au type d’organisme (exemples : .fr, .com).
Équivalent étranger : e-mail address.
Attention : Ce terme annule et remplace celui publié au Journal officiel du 2 décembre 1997.

courriel, n.m.
Domaine : Télécommunications-Informatique.
Synonyme : courrier électronique, message électronique.
Définition : Document informatisé qu’un utilisateur saisit, envoie ou consulte en différé par l’intermédiaire d’un réseau.
Note :
1. Un courriel contient le plus souvent un texte auquel peuvent être joints d’autres textes, des images ou des sons.
2. Par extension, le terme « courriel » et son synonyme « courrier électronique » sont employés au sens de « messagerie électronique ».
Équivalent étranger : e-mail, electronic mail.

messagerie électronique
Domaine : Télécommunications-Informatique.
Définition : Service permettant aux utilisateurs habilités de saisir, envoyer ou consulter en différé des courriels.
Note : On trouve aussi dans ce sens les termes « courriel » et « courrier électronique ».
Équivalent étranger : e-mail, electronic mail, electronic messaging.
Attention : Ce terme annule et remplace celui publié au Journal officiel du 2 décembre 1997.

Mél.
Domaine : Télécommunications-Informatique.
Définition : Symbole de « messagerie électronique » qui peut figurer devant l’adresse électronique sur un document (papier à lettres ou carte de visite, par exemple), tout comme Tél. devant le numéro de téléphone.
Note : « Mél. » ne doit pas être employé comme substantif.

Répondre
Osamazany

C’est bien

Répondre
charlotte beaudoin

ce que je vois souvent dans les plus brefs délais. On doit plutôt dire le plus brefs délai.

Répondre
Boudelal

Quelques remarques:
On lit souvent sur des journaux ou messages d’Internautes, et même sur des livres ceci :
ces fautes (réputées plusieurs fois par les mêmes auteurs) :
– soit disant (au lieu de: soi-disant); à priori (au lieu de: « a priori), etc.

Et il y a des ambiguïtés de taille, comme celles-ci (publiées par
« Le service en ligne de formation à l’orthographe », dont voici la liste :

Des noms qui signifient une chose et son contraire
Crépuscule
À l’origine, le crépuscule désignait… le début du jour ! C’est au XVIe siècle qu’il apparaît au sens actuel de « pénombre suivant le coucher du soleil ». Mais il s’emploie toujours, dans l’usage littéraire, pour nommer le moment qui précède le lever du soleil (le crépuscule du matin) !

Critique
Étymologiquement, la critique est neutre : c’est « l’aptitude à juger », le plus souvent une œuvre. En pratique, ce nom peut aussi bien désigner un éloge qu’un réquisitoire. Résultat : on se sent obligé, pour éviter les malentendus, de préciser s’il s’agit d’une critique « positive » ou « négative ».

Écran
Littéralement, l’écran est proche du « paravent » : il permet de protéger ou de dissimuler, au sens propre comme au sens figuré. Ainsi, l’écran de fumée est un subterfuge permettant de masquer une intention. Mais l’écran sert aussi à montrer, tel l’écran de télévision ou d’ordinateur.

Hôte
L’hôte est à la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu. Au Moyen Âge, le nom désigne d’abord la personne qui accueille : l’aubergiste, le cabaretier… Mais, très vite, il prend le sens de « personne à qui l’on donne l’hospitalité ». Mais alors, dans la locution « table d’hôte », qui est l’hôte ?

Des verbes qui signifient une chose et son contraire
Apprendre
Dès l’ancien français, ce verbe s’emploie au double sens « d’acquérir des connaissances » (apprendre quelque chose) et de « donner des connaissances » (apprendre à quelqu’un). Par conséquent, celui qui apprend peut aussi bien être enseignant qu’élève !

Chasser
Qu’entend-on par « chasser » ? « Faire venir à soi » ou « faire disparaître » ? C’est bien le premier sens qui prédomine lorsqu’on part à la chasse, pour attraper du gibier ; et le second quand, d’un revers de main, on chasse une mouche qui devient trop envahissante.

Remercier
Reconnaissance et sanction dans un seul et même verbe ? Oui, c’est possible ! Quoi de plus agréable que d’être remercié pour un cadeau qu’on a fait, une bonne action qu’on a menée ? Mais lorsqu’on se fait remercier, c’est-à-dire congédier, c’est tout de suite moins drôle !

Supporter
Bien avant l’influence de l’anglais, ce verbe s’est employé au sens figuré « de soutenir quelqu’un ». À croire que la charge était trop lourde : « supporter » est devenu synonyme de « tolérer », pour ne pas dire « subir » ! Non, les belles-mères n’y sont absolument pour rien…

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager