La langue française

Accueil > Expressions francophones > Tomber de Charybde en Scylla : définition et origine de l’expression

Tomber de Charybde en Scylla : définition et origine de l’expression

Vous trouverez difficilement une expression plus élégante que celle-ci. « Tomber de Charybde en Scylla » nous vient tout droit de l’Antiquité, héritée du plus grand des poètes, Homère, bien évidemment.

Mais si certains passages de la mythologie sont restés bien ancrés dans nos mémoires (par exemple l’épisode du cheval de Troie, pour ne citer que lui), d’autres restent plus brumeux. Personne ne vous en voudra si vous avez du mal à vous remémorer qui sont exactement ces fameux Charybde et Scylla, et la raison pour laquelle ils sont devenus l’objet d’une expression française, notre article est là pour ça. Bonne lecture !

Définition de l’expression « Tomber de Charybde en Scylla »

La locution adverbiale « de Charybde en Scylla » signifie que l’on va de mal en pis, qu'on passe d’une situation qui nous mettait déjà en mauvaise posture à une autre, bien pire encore. On dira de quelqu’un qu’il « est tombé de Charybde en Scylla » dans deux cas précis : ou bien une personne a vu sa situation se dégrader de pire en pire ; ou bien une personne, en voulant éviter un malheur, en rencontre un plus grand encore.

En effet, Charybde et Scylla sont deux dangers affrontés par Ulysse dans l’Odyssée : l’un étant un gouffre profond, un tourbillon aspirant les navires et leur équipage, le second étant un récif escarpé contre lequel se fracassent les bateaux. Mais nous y reviendrons…

À noter que cette expression a influencé de nombreux poètes comme Schiller ou Victor Hugo, ce dernier ayant même intitulé un des chapitres des Misérables « La Charybde du Faubourg Saint-Antoine et la Scylla du Faubourg du Temple ».

Origine de l’expression « Tomber de Charybde en Scylla »

L’expression complète « tomber de Charybde en Scylla » nous vient du latin « Incidis in Scyllam cupiens vitare Charybdim », que l’on traduit littéralement par : « tombant sur Scylla en voulant éviter Charybde ».

Cette toute première occurrence se trouve dans l’œuvre d’un poète médiéval du XIIe siècle, Gautier de Châtillon, auteur d’un poème épique, L’Alexandréide, qui chante en hexamètre les exploits d’Alexandre le Grand. Plus tard, l’expression sera popularisée par Jean de La Fontaine, dans sa fable La Vieille et les deux servantes (que nous vous invitons chaleureusement à aller lire en entier) :

C’est ainsi que, le plus souvent,
Quand on pense sortir d’une mauvaise affaire,
On s’enfonce encor plus avant :
Témoin ce couple et son salaire.
La vieille, au lieu du coq, les fit tomber par là
De Charybde en Scylla.

Jean de La Fontaine, La Vieille et les deux servantes

Revenons à l’Alexandréide : la référence aux poèmes épiques n’est pas anodine, puisque c’est dans l’Odyssée que Gautier de Châtillon a puisé son expression. En effet, c’est à nouveau à la mythologie grecque que nous devons cette expression, et plus précisément à celui que l’on appelle le « Prince des Poètes », Homère.

En effet, l’expression « tomber de Charybde en Scylla » trouve son origine dans les pages désormais bien connues de l’Odyssée (épopée qui raconte le retour d’Ulysse dans sa patrie Ithaque après la guerre de Troie). Le poème est peuplé de monstres et de dieux, de phénomènes merveilleux et de personnifications de la nature. On pense souvent que Charybde et Scylla sont deux monstres mythiques. En réalité, ils sont surtout la personnification de deux dangers maritimes qu’Ulysse trouvera sur son chemin : un gouffre et un récif. Mais dans le texte grec, Charybde et Scylla sont à la fois désignées comme des « écueils » – l’une est un gouffre dans la mer, l’autre un rocher aux parois lisses – mais aussi comme des « monstres ».   

Au Chant XII de l’Odyssée, la sorcière Circé, afin de prévenir Ulysse avant son départ de son île, les décrit ainsi :

L’un dans les champs du ciel, pointe une cime aigüe, que couronne en tout temps une sombre nuée, et rien ne l’en délivre ; ni l’été, ni l’automne, il ne plonge en l’azur ; aucun homme mortel, quand bien même il aurait vingt jambes et vingt bras, ne saurait ni monter ni se tenir là-haut ; la roche en est trop lisse ; on la croirait polie. A mi-hauteur, se creuse une sombre caverne, qui s'ouvre, du côté du noroît, vers l'Erèbe. […] En cette cave, où Skylla, la terrible aboyeuse, a son gîte. […] L'autre Écueil, tu verras, Ulysse, est bien plus bas. Il porte un grand figuier en pleine frondaison ; c'est là-dessous qu'on voit la divine Charybde engloutir l'onde noire : elle vomit trois fois chaque jour, et trois fois, ô terreur ! elle engouffre. Ne va pas être là pendant qu'elle engloutit, car l'Ébranleur du sol lui-même ne saurait te tirer du péril...

Chant XII, v. 73-85 et v. 101-107
Ary Renan (1858-1900). "Charybde et Scylla". Paris, musée de la Vie romantique.

Nous pouvons ajouter que l’idée de « tomber » de l’un vers l’autre n’est pas fortuite et inventée de toute pièce par Gautier de Chatillon qui devait bien connaître ses classiques. En effet, une fois que la sorcière Circé a prévenu Ulysse et ses compagnons, ce dernier, rusé comme il est, expose à Circé un stratagème, qui serait de s’attaquer à l’un de ces obstacles afin d’éviter l’autre. Circé se moque alors d’Ulysse et lui explique qu’il ne peut éviter les deux écueils et que s’il tente de le faire, ils sera inévitablement rejeté sur l’autre par la force des flots.

Il nous souligne cependant une incohérence. Si l’on prend l’image au sens métaphorique, il aurait été plus logique de dire « tomber de Scylla en Charybde », puisque Scylla pointe vers les hauteurs et que Charybde est la personnification d’un gouffre qui engloutit tout dans les profondeurs… Mais nous n'irons pas jusqu’à faire un procès aux expressions françaises.

Pour aller plus loin : Bien que les épopées d’Homère soient ponctuées d’épisodes merveilleux, les lieux de l’Odyssée ne sont pas inventés de toute pièce. En effet Homère était un grand voyageur et de nombreux hellénistes se sont penchés sur la question de la topographie du voyage d’Ulysse. Victor Bérard, traducteur de l’Odyssée, fait partie de ceux qui sont partis sur les pas d’Ulysse. Dans son ouvrage Les Navigations d’Ulysse, il suit la tradition et situe Charybde et Scylla en Méditerranée. Plus précisément, le récif et le gouffre ouvriraient le détroit de Messine qui se trouve entre la pointe de l’Italie et la Sicile.

Pierre-Marie Quitard ajoute dans son Dictionnaire des proverbes les explications suivantes :

Les tremblements de terre et les volcans, fléaux terribles auxquels la Sicile fut sujette de tout temps, firent crouler dans la Méditerranée l’isthme qui attachait le sol sicilien au reste de l’Italie. De là vient le détroit de Scylla et de Charybde, deux écueils opposés et redoutables. Charybde est du côté de la Sicile et près de Messine, Scylla du côté de l’Italie au bord de la Calabre. Charybde est un gouffre vaste et profond dans lequel la mer s’enfonce en tournoyant, avec une rapidité qui ne permet pas aux vaisseaux de résister ni de revirer de bord ; Scylla est un rocher menaçant, au pied duquel sont plusieurs autres rochers et des cavernes souterraines où les flots se précipitent. On les entend mugir de loin ; en approchant, le bruit redouble. Si le pilote effrayé, en voyant d’un côté des rochers contre lesquels il va se briser et de l’autre un gouffre où il va se perdre, ne garde pas un juste milieu, il ne se sauve d’un rocher que pour se jeter dans un abîme, ou d’un abîme que pour se briser contre un rocher. De là le proverbe, Tomber de Charybde en Scylla.

Pierre-Marie Quitard, Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes et des locutions proverbiales de la langue française

Pour aller encore plus loin : le site storymaps.arcgis.com s’est donné pour but de reproduire le parcours d’Ulysse au moyen d’une carte interactive en se basant sur les données de Victor Bérard. Il permet de se faire une idée précise des lieux visités par le héros de l’Odyssée et de les mettre en rapport avec les créatures mythologiques croisées lors de son périple.

Exemples d’usage de l’expression « Tomber de Charybde en Scylla »

Aussitôt que nous pourrons reprendre la mer, je vous ramènerai à la Tortue. Considérez que je ne vous ai point achetés, mais que j'ai voulu simplement payer la rançon réclamée par le capitaine de la Foudre. Je suis très heureux de pouvoir obliger votre père. Les deux jeunes gens, qui croyaient être tombés de Charybde en Scylla, n'en croyaient pas leurs oreilles.

Rafael Sabatini, Captain Blood, Gallimard, 1922

Barbara tenta bien d'échapper à sa vocation, de contrarier sa nature si encline à la nostalgie, s'essaya au théâtre de boulevard avec Remo Forlani dans Madame, se grima pour le cinéma romantique de Jacques Brel dans Franz, iconographique de Jean-Claude Brialy dans L'Oiseau rare, mais elle tomba de Charybde en Scylla.

Jérôme Garcin, Barbara, Claire de nuit, Gallimard, 1999

Passer d’Égypte en Turquie, c’est, pour Cobden, tomber de Charybde en Scylla. L’économiste ne se montre pas plus indulgent pour le désordre gouvernemental et pour la dilapidation administrative qu’il ne l’a été pour l’oppression méthodique du monopole.

Charles Lavollée, Richard Cobden, Revue des Deux Mondes, tome 58, 1883

Mais dès lors que l’on rejette le réalisme des universaux, on tombe de Charybde en Scylla. On ne peut plus résoudre le problème fondamental de la Scolastique, celui de l’accord de la raison et de la foi; ou, si on tente de le résoudre […], on sombre dans l’hérésie et l’on encourt les condamnations de l’Église.

Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966

Champlain, à la fin de son premier voyage au Canada, en 1603, raconte que « proche de la baie des Chaleurs, tirant au sud, » est une île où fait résidence un monstre épouvantable que les sauvages appellent Gougou. » Le Canada avait son géant, comme le cap des Tempêtes avait le sien. Homère est le véritable père de ces inventions ; ce sont toujours les chameau cyclopes, Charybde et Scylla, ogres ou gougous.

Chateaubriand, Mémoires, tome IL

Ce n’est point chose facile,
Lorsque Charybde et Scylla
Veulent mordre la Sicile,
Que de mettre le holà ;

Victor Hugo, Les Chansons des rues et des bois, Le Nid

N'hésitez pas à ajouter vos réflexions sur cette expression francophone en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager