La langue française

Accueil > Littérature > Victor Hugo - Le Guide Complet

Victor Hugo - Le Guide Complet

Sommaire

  • Des vers langoureux et chevaleresques
  • "Je veux être Chateaubriand ou rien"
  • Une vie familiale entre morts et naissances
  • La vie politique de Victor Hugo
  • Victor Hugo artiste
  • Mort de Victor Hugo
  • Victor Hugo et le romantisme
  • Poésie de Victor Hugo
  • Pièces de théâtre de Victor Hugo
  • Romans de Victor Hugo
Victor Hugo (1802 - 1885) est un écrivain (poète, romancier, dramaturge) considéré comme l’un des plus importants écrivains français. Il est également un homme politique et s'exilera pour défendre ses idéaux. Ses oeuvres sont aujourd'hui considérées comme des classiques de la littérature française et notamment Les Misérables, Cromwell, Hernani, Notre-Dame de Paris, Les Contemplations et bien d'autres.

Biographie de Victor Hugo

Victor Hugo est né à Besançon le 26 février 1802 (le 7 ventôse an X selon le calendrier républicain créé pendant la Révolution française et utilisé jusqu'en 1806). Son père est Joseph Léopold Sigisbert Hugo (1773-1828), un général français de la Révolution et de l’Empire. Il est en garnison à Besançon au 20e régiment d'infanterie de ligne lorsque naît Victor Hugo. [caption id="attachment_2906" align="aligncenter" width="450"]Joseph-Leopold Sigisbert Hugo Le père de Victor Hugo : Joseph-Leopold Sigisbert Hugo (1773-1828)[/caption] La mère de Victor Hugo est Sophie Françoise Trébuchet (1772-1821), issue de la bourgeoisie nantaise. Elle a deux autres fils : Abel (l'aîné), Eugène (le cadet).  Sa mère aura un amant, un ancien camarade de son mari, Victor Fanneau qui est exécuté pour conspiration en 1812. Le général Victor Fanneau est comme un deuxième père pour Victor Hugo qui lui porte beaucoup d'affection. Le père de Victor Hugo, alors installé en Espagne, demande le divorce en vain. La mère de Victor Hugo lui inspire quelques poèmes, alors qu'elle n'a jamais cessé de l'encourager à écrire.

Des vers langoureux et chevaleresques

En fonction des affectations militaires de son père, Victor Hugo passe son enfance entre Paris, Naples et l'Espagne. En septembre 1815, il entre avec son frère à la pension Cordier. Il a alors 13 ans et s'expérimente à la versification de manière autodidacte. Il lit à son frère Eugène et à sa mère ses écrits et reçoit en retour leurs encouragements.
"Les premiers vers balbutiés par Victor chez M. La- rivière étaient des vers langoureux et chevaleresques; puis il avait passé au genre guerrier et héroïque. Il va sans dire que ces vers n'étaient pas des vers, qu'ils ne rimaient pas, qu'ils n'étaient pas sur leurs pieds ; l'enfant, sans maître et sans prosodie, lisait tout haut ce qu'il avait écrit, s'apercevait que ça n'allait pas et recommençait, changeait, cherchait jusqu'à ce que son oreille ne fût plus choquée. De tâtonne ments en tâtonnements , il s'apprit lui-même la me sure, la césure, la rime et l'entrecroisement des rimes masculines et féminines."

Adèle Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, tome 1, 1863.

(version gratuite en ligne)

Ses écrits sont relus par son maître d'études de la pension Cordier, Monsieur Larivière. Alors qu'il intègre la pension Decotte, un accident blessa son genoux et immobilisa le jeune Victor Hugo : "il resta des semaines au lit d'abord et puis assis, libre de leçons ; lâché par les mathématiques, il se donna à la poésie, qui prit décidément possession de lui" (ibid). 

"Je veux être Chateaubriand ou rien"

C'est à 14 ans, le 10 juillet 1816 qu'il déclara la formule fameuse "Je veux être Chateaubriand ou rien". Cette ambition est recompensée par plusieurs prix littéraires locaux. Il obtint notamment une mention à un concours de poésie organisé par l'Académie française sur le thème "Bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie". S'il n'obtient pas le premier prix du fait de son jeune âge, cette mention lui permet de rencontrer les académiciens, et en particulier M. François de Neuf-château qui, comme lui dédit les mots que Voltaire avait eu à son égard auparavant :
Il faut bien que l'on me succède Et j'aime en vous mon héritier.
Son premier recueil de poèmes, Odes, paraît en 1821. Victor Hugo a alors 19 ans. Pour son jeune âge, c'est un succès considérable avec 1500 exemplaires écoulés en quatre mois. Cette publication lui permet d'obtenir son indépendance grâce à l'octroi par Louis XVIII - qui possède un exemplaire du recueil - d'une pension de 1000 francs par an.

Une vie familiale entre morts et naissances

La vie familiale de Victor Hugo alterne de drames et de grandes réjouissances. Alors qu'il se dédie entièrement à l'écriture, il est fortement affecté par la mort de sa mère, atteinte d'une "fluxion de poitrine", le 27 juin 1821 (il a alors 19 ans). Il dédiera plusieurs de ses poèmes à sa mère :
« Ô l’amour d’une mère ! Amour que nul n’oublie ! Pain merveilleux qu'un Dieu partage et multiplie ! Table toujours servie au paternel foyer ! Chacun en a sa part, Et tous l’ont en entier ! » - Victor Hugo, 1831, Les feuilles d’automne.

Le mariage de Victor Hugo avec Adèle Foucher

Heureusement, un malheur appelle un bonheur, Victor Hugo décide de se marier avec son amie d'enfance Adèle Foucher. Elle décrira ce moment charnière dans le livre consacré à son mari ainsi :
"Le lendemain, mademoiselle Foucher, étourdie et lasse des joies de la veille, se promenait dans le jardin du conseil de guerre. Elle vit entrer Victor, dont la présence et la pâleur lui dirent tout de suite qu'il était arrivé un malheur. Elle courut à lui : — Qu'y a-t-il donc? — Ma mère est morte. Je l'ai enterrée hier. — Et moi, je dansais ! Il vit qu'elle ne savait rien. Ils se mirent à sangloter ensemble, et ce furent leurs fiançailles."

Adèle Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, tome 2, 1863.

(version gratuite en ligne)

[caption id="attachment_2861" align="aligncenter" width="387"]Adele Hugo / Gemaelde von Louis Boulanger Adele Foucher / Tableau de Louis Boulanger[/caption] Le mariage avec Adèle Foucher a lieu le 12 octobre 1822, dans l'église Saint-Sulpice de Paris. Cette union donne naissance à cinq enfants :
  • Léopold (16 juillet 1823 - 10 octobre 1823) ;
  • Léopoldine (28 août 1824 - 4 septembre 1843) ;
  • Charles (4 novembre 1826 - 13 mars 1871) ;
  • François–Victor (28 octobre 1828 - 26 décembre 1873) ;
  • Adèle (28 juilleta 1830 - 21 avril 1915)
Cette union a toutefois sa part d'ombre : le frère de Victor Hugo, Eugène Hugo, étant secrètement amoureux d'Adèle depuis son enfance, tombe dans la folie. Il tente même de tuer sa belle-mère à l'aide d'un couteau et sera interné jusqu'à sa mort en 1837.

Un retour à la figure paternelle

Suite à la mort de sa mère, dont il était bien plus proche que de son père, Victor Hugo renoue avec celui-ci avant qu'il ne décède en 1828. Le père de Victor Hugo lui inspirera les poèmes suivants : À mon père (Août 1823) :
Nous eûmes nos forfaits, mais nous eûmes nos gloires. HOLMONDURAND. I Quoi ! toujours une lyre et jamais une épée ! Toujours d’un voile obscur ma vie enveloppée ! Point d’arène guerrière à mes pas éperdus ! – Mais jeter ma colère en strophes cadencées ! Consumer tous mes jours en stériles pensées, Toute mon âme en chants perdus ! Et cependant, livrée aux tyrans qu’elle brave, La Grèce aux rois chrétiens montre sa croix esclave ! Et l’Espagne à grands cris appelle nos exploits ! Car elle a de l’erreur connu l’ivresse amère ; Et, comme un orphelin qu’on arrache à sa mère, Son vieux trône a perdu l’appui des vieilles lois. Je rêve quelquefois que je saisis ton glaive, O mon père ! et je vais, dans l’ardeur qui m’enlève, Suivre au pays du Cid nos glorieux soldats, Ou faire dire aux fils de Sparte révoltée Qu’un français, s’il ne put rendre aux grecs un Tyrtée, Leur sut rendre un Léonidas.... > Lire la suite
Après la bataille (1850) :
Mon père, ce héros au sourire si doux, Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille, Parcourait à cheval, le soir d’une bataille, Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit. Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit. C’était un Espagnol de l’armée en déroute Qui se traînait sanglant sur le bord de la route, Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié. Et qui disait:  » A boire! à boire par pitié !  » Mon père, ému, tendit à son housard fidèle Une gourde de rhum qui pendait à sa selle, Et dit: « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé.  » Tout à coup, au moment où le housard baissé Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure, Saisit un pistolet qu’il étreignait encore, Et vise au front mon père en criant: « Caramba!  » Le coup passa si près que le chapeau tomba Et que le cheval fit un écart en arrière. « Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

Victor Hugo et Adèle Foucher : une vie mondaine faite d'infidélités

Le couple déménage à plusieurs reprises et en 1826 s'installe au 11, rue Notre-Dame-des-Champs. Ils reçoivent alors de nombreuses personnalités comme Sainte-Beuve, Lamartine, Mérimée, Musset ou Delacroix.
"M. Mérimée venait quelquefois. Un jour qu'il dînait, et que la cuisinière avait manqué compléte ment un plat de macaroni, il offrit de venir en faire un, et, à quelques jours de là, il vint, ôta son habit, mit un tablier, et fit un macaroni à l'italienne qui eut le succès de ses livres. Il allait souvent chez des anglaises, mesdemoiselles Clarke, qui avaient un salon doctrinaire, libéral et classique; il y entraîna M. Victor Hugo, qui y connut M. Benjamin Con stant, alors vieillard à cheveux blancs, négligé de mise, visage vénérable et fatigué, M. Fauriel, M. Henri Beyle, etc."

Adèle Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, tome 2, 1863.

(version gratuite en ligne)

Saint-Beuve était devenu un ami proche et confident quand Adèle et lui eurent une liaison amoureuse. Lorsque Adèle Foucher avoue son infidélité, Victor Hugo est fou de rage et rompt toutes relations avec Saint-Beuve. [caption id="attachment_2866" align="aligncenter" width="551"]Juliette Drouet Juliette Drouet[/caption] Finalement, les infidélités sont réciproques : en 1833, Victor Hugo rencontre l'actrice Juliette Drouet, qui devient sa maîtresse. Bien que Juliette Drouet ait une place particulièrement importante dans sa vie - elle le sauvera notamment de l'emprisonnement lors du coup d'Etat de Napoléon III - Victor Hugo a de nombreuses maîtresses et notamment Léonie d'Aunet de 1844 à 1851 ou l’actrice Alice Ozy en 1847. Il déclarera toutefois à propos de Juliette Drouet : "elle m’a sauvé la vie en décembre 1851. Elle a subi pour moi l’exil. jamais son âme n’a quitté la mienne. que ceux qui m’ont aimé l’aiment. que ceux qui m’ont aimé la respectent". Il écrit également plusieurs poèmes en l'honneur des femmes comme "Les femmes sont sur la terre..." :
Les femmes sont sur la terre Pour tout idéaliser ; L’univers est un mystère Que commente leur baiser. C’est l’amour qui, pour ceinture, A l’onde et le firmament, Et dont toute la nature, N’est, au fond, que l’ornement. Tout ce qui brille, offre à l’âme Son parfum ou sa couleur ; Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur. A quoi bon vos étincelles, Bleus saphirs, sans les yeux doux ? Les diamants, sans les belles, Ne sont plus que des cailloux ; Et, dans les charmilles vertes, Les roses dorment debout, Et sont des bouches ouvertes Pour ne rien dire du tout. Tout objet qui charme ou rêve Tient des femmes sa clarté ; La perle blanche, sans Eve, Sans toi, ma fière beauté, Ressemblant, tout enlaidie, A mon amour qui te fuit, N’est plus que la maladie D’une bête dans la nuit.

La mort de Leopoldine

Victor Hugo est dans les Pyrénées avec sa maîtresse Juliette Drouet lorsqu'il apprend la mort subite de sa fille Leopoldine, le 4 septembre 1843. Suite au naufrage de leur barque, Leopoldine et son mari sont morts noyés dans la Seine. L'écrivain est terriblement affecté par la mort de sa fille. À partir de cette date, la création littéraire de Victor Hugo va s'arrêter pour plusieurs années. Cet événement tragique lui inspirera plusieurs poèmes des Contemplations et notamment "Demain, dès l'aube…" (4 octobre 1847) :
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. J'irai par la forêt, j'irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées, Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit, Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées, Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe, Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

La vie politique de Victor Hugo

La création littéraire de Victor Hugo a toujours été liée à la politique. Il écrit d'ailleurs ses premiers vers le lendemain de la bataille de Waterloo : "Le grand Napoléon, combat comme un lion". C'est donc bien naturellement qu'il s'engage par la suite en politique. Choqué par la mort de sa fille et déçu par l'échec de sa pièce de théâtre Les Burgraves, Victor Hugo décide de s'engager en politique pour permettre la réalisation de ses idées selon Pascal Melka (Victor Hugo: un combat pour les opprimés : étude de son évolution politique). Il devient proche de Louis-Philippe Ier duquel il obtient quelques confidences.  Son premier discours en 1846 cherche à défendre le sort de la Pologne écartelée entre plusieurs pays. Un an plus tard, il défend le droit au retour des bannis, dont celui de Jérôme Napoléon Bonaparte. Il est nommé à son premier mandat officiel en tant que maire du 8e arrondissement de Paris le 25 février 1848. Il devient ensuite député conservateur à l'Assemblée nationale de la deuxième république le 4 juin 1848. Par la suite, il soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République en décembre 1848. Il retire son soutient lorsque ce dernier soutient le retour du Pape à Rome. Le coup d'Etat du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte est un tournant dans la vie politique et personnelle de Victor Hugo. Alors qu'il échafaude une résistance, celle-ci échoue et il se rend à la police qui refuse de l'arrêter. Le 11 décembre, il quitte la France de manière clandestine en prenant le nom de Jacques Firmin Lanvin, pour rejoindre la Belgique. Son bannissement est confirmé par un décret du 9 janvier 1852 qui banni l'ensemble des anciens représentants à l'Assemblée nationale. Il part s'installer sur l'île de Jersey et écrit le pamphlet devenu célèbre "Napoléon le petit". Le livre offre une critique acerbe de Louis-Napoléon Bonaparte, comme par exemple dans cet extrait :
"Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien. Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire."
Finalement, l'exil est un nouveau départ pour Victor Hugo. Il écrira d'ailleurs dans ses carnets en 1854 : "Je trouve de plus en plus l’exil bon ; […] Je mourrai peut-être dans l’exil, mais je mourrai accru. Tout est bien". Il profite de cette période pour se remettre à la production littéraire. Il publiera de nombreuses oeuvres et notamment : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), La Légende des siècles (1859) et Les Misérables (1862). Alors que Napoléon III signe en 1859 une amnistie générale, l'écrivain écrit le 18 août : « Au bout de huit ans, le criminel jugea à propos d’absoudre les innocents ; l’assassin offrit leur grâce aux assassinés, et le bourreau sentit le besoin de pardonner aux victimes. Il décréta la rentrée des proscrits en France ». Il ajoute : « Quand la liberté rentrera, je rentrerai ». Il rentrera finalement en France en septembre 1870. Après 19 ans d'exil, la foule l'acclame à Paris et il déclare : « Citoyens, j’avais dit : le jour où la République rentrera, je rentrerai. Me voici ! ». Il vient en France pour défendre son pays, et participe activement à la défense de Paris assiégée. Il enjoint la foule à en faire de même le 5 septembre 1870 :
« Les paroles me manquent pour dire à quel point m’émeut l’inexprimable accueil que me fait le généreux peuple de Paris. […] Deux grandes choses m’appellent. La première, la république. La seconde, le danger. Je viens ici faire mon devoir. Quel est mon devoir ? C’est le vôtre, c’est celui de tous. Défendre Paris, garder Paris. Sauver Paris, c’est plus que sauver la France, c’est sauver le monde. Paris est le centre même de l’humanité. Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre humain. »

- Actes et Paroles. Depuis l’exil (1876), Victor Hugo

Victor Hugo est à nouveau élu à l'Assemblée nationale en 1871. En 1876, il est élu sénateur.

Victor Hugo artiste

Victor Hugo ne cesse d'étonner par la variété de ses talents. Au-delà de la littérature, l'écrivain est aussi artiste, et dessine régulièrement, notamment lors de ses voyages. À une époque où la photographie ne vient que d'être inventée (1839), le dessin est une manière commune pour décrire des lieux ou des scènes. Victor Hugo a beaucoup voyagé jusqu'en 1871 et il en rapporte des carnets de dessins et des notes. Il part ainsi chaque année pendant un mois à la découverte d'une région de la France avec Juliette Drouet. De ces voyages, Victor Hugo rapporte de nombreux dessins. [caption id="attachment_2924" align="aligncenter" width="450"] Le Haut Rhin, après un voyage avec Juliette Drouet (1855)[/caption] Victor Hugo est un autodidacte et utilise ainsi de nombreuses méthodes pour dessiner et peindre. Il mélange par exemple l'encre au café, utilise du charbon, de la suie de cheminée, des jus et autres ingrédients... En général, ses oeuvres ont un petit format et illustrent souvent ses écrits. Il envoie également des dessins à ses amis pour les occasions spéciales comme le nouvel an. Que ce soit dans ses écrits ou ses dessins, les ombres sont omniprésentes. La lumière joue un rôle important pour Hugo et ses paysages sont souvent ténébreux, leur donnant le côté mystérieux d'une lumière indécise. Au début plutôt réalistes, ses dessins prennent peu à peu une tournure de plus en plus fantastique. [caption id="attachment_2919" align="aligncenter" width="560"] Le Rocher de l'Ermitage (St. Helier, Jersey) dans un paysage imaginaire : dessin de Victor Hugo (1855)[/caption] [caption id="attachment_2920" align="aligncenter" width="338"] Dessin de Victor Hugo - Le phare (1866)[/caption] Les châteaux sont un des sujets de prédilection de l'artiste Victor Hugo, avec d'autres édifices imposants comme des phares, le Rocher de l'hermitage ou des monuments. Un autre thème de prédiléction est la mer et ses navires. Hugo en dessinera beaucoup, notamment lors de son exil à Jersey. [caption id="attachment_2921" align="aligncenter" width="401"] Le Gai Château (1847)[/caption] [caption id="attachment_2923" align="aligncenter" width="281"] Octopus (1866)[/caption] Son talent artistique a été reconnu par ses contemporains. Charles Baudelaire fait son éloge : « Je n'ai pas trouvé chez les exposants du Salon la magnifique imagination qui coule dans les dessins de Victor Hugo comme le mystère dans le ciel. Je parle de ses dessins à l'encre de Chine, car il est trop évident qu'en poésie, notre poète est le roi des paysagistes ». Il en va également de son ami Théophile Gautier qui explique que lorsque Victor Hugo « voyage, il crayonne tout ce qui le frappe, […] puis le soir, à l’auberge, il retrace son trait à la plume, […] y met des vigueurs, un effet toujours hardiment choisi ; et le croquis informe poché à la hâte sur le genou ou sur le fond du chapeau, souvent à travers les cahots de la voiture ou le roulis du bateau de passe, devient un dessin assez semblable à une eau forte, d’un caprice et d’un ragoût à surprendre les artistes eux-mêmes ». [caption id="attachment_2922" align="aligncenter" width="548"] Ma Destinée (1857)[/caption] Ces dernières années, de nombreuses expositions ont été consacrée à l'oeuvre produite par Victor Hugo. Par exemple, une exposition est organisée au Petit Palais à Paris à l'occasion du centenaire de sa mort (1965). D'autres expositions sont organisées à New York, Venise, Bruxelle et Madrid. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce dossier de la Bibliothèque Nationale de France. Vous pouvez également accéder à 36 oeuvres de Victor Hugo ici.

Mort de Victor Hugo

Alors qu'il est une figure incontournable de la vie politique française et un auteur aimé et reconnu, Victor Hugo est victime d'une congestion pulmonaire le vendredi 15 mai 1885. Il meurt quelques jours plus tard le 22 mai 1885. Trois jours avant sa mort, il écrit cette dernière pensée : « Aimer, c’est agir », et selon la légende, ses derniers mots sont : « C'est ici le combat du jour et de la nuit… Je vois de la lumière noire ».  [caption id="attachment_2875" align="aligncenter" width="800"] Le cercueil de Victor Hugo sous l'arc de triomphe[/caption] Le décret du 26 mai 1885 lui accorde des obséques nationales et il est conduit au Panthéon. Auparavant, son cerceuil est exposé durant une nuit entière sous l'arc de triomphe, afin de donner l'occasion au peuple français de dire leurs adieux à l'écrivain. Environ 2 millions de personnes ont fait le déplacement pour lui rendre hommage. [caption id="attachment_2874" align="aligncenter" width="1599"] Le cortège accompagnant Victor Hugo au Panthéon s'étire sur plusieurs kilomètres.[/caption]

L'oeuvre de Victor Hugo

Victor Hugo et le romantisme

On a vu l'admiration qu'avait Victor Hugo pour Chateaubriand. L'auteur des Mémoires d'outre-tombe est un des précurseurs du romantisme littéraire. Le romantisme est un mouvement culturel qui touche l'ensemble des arts, littérature comprise. Ce mouvement apparaît à la fin du XVIIIème siècle en Angleterre et au XIXème siècle en France. Le romantisme s'oppose au classicisme ainsi qu'au rationalisme des philosophes des Lumières. Au contraire, la littérature romantique met en exergue le moi, les sentiments, la liberté, la nature, l'amour etc. Il propose finalement de mettre en avant les passions face à la raison. C'est aussi une opposition à la littérature classique sur la forme. Les écrivains romantiques tendent à s'affranchir des normes classiques et explorent des modes d'écriture plus créatifs. Les thèmes récurrents du romantisme littéraire sont : la mélancolie, les intrigues amoureuses, la solitude, le voyage et le rêve, l'engagement en politique, la liberté dans l'art et la spiritualité. [caption id="attachment_2888" align="alignnone" width="700"]Chevauchéedelapostérité
Reproduction d'un dessin de Benjamin Roubaud, 1842. "La Grande Chevauchée de la Postérité" : monté sur le Pégase romantique, Victor Hugo, «roi des Hugolâtres, armé de sa bonne lame de Tolède et portant la bannière de Notre-Dame de Paris», emmène en croupe Théophile Gautier (sic), Cassagnac, Francis Wey et Paul Fouché. Eugène Sue fait effort pour se hisser à leur niveau et Alexandre Dumas presse le pas, tandis qu'Alphonse de Lamartine, dans les nuages, se «livre à ses méditations politiques, poétiques et religieuses». Suivent Honoré de Balzac et Alfred de Vigny.
Source : Wikipedia[/caption] Victor Hugo va marquer l'histoire du courant littéraire romantique avec la préface de Cromwell (1827), qui devient un manifeste du romantisme. L'écriture de cette préface est d'ailleurs prise en référence pour la célébration du centenaire du romantisme en 1927. La préface de Cromwell est un violent réquisitoire jeter "à la tête des Goliaths classiques" :
"À la vérité, plusieurs des principaux champions des « saines doctrines littéraires » lui ont fait l’honneur de lui jeter le gant, jusque dans sa profonde obscurité, à lui, simple et imperceptible spectateur de cette curieuse mêlée. Il n’aura pas la fatuité de le relever. Voici, dans les pages qui vont suivre, les observations qu’il pourrait leur opposer ; voici sa fronde et sa pierre ; mais d’autres, s’ils veulent, les jetteront à la tête des Goliaths classiques."
Il décrit l'opposition entre les écrivains modernes et les autres et montre que le laid est subjectif et a toute sa part dans la création littéraire :
"La muse moderne verra les choses d’un coup d’œil plus haut et plus large. Elle sentira que tout dans la création n’est pas humainement beau, que le laid y existe à côté du beau, le difforme près du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec le bien, l’ombre avec la lumière. Elle se demandera si la raison étroite et relative de l’artiste doit avoir gain de cause sur la raison infinie, absolue, du créateur ; si c’est à l’homme à rectifier Dieu ; si une nature mutilée en sera plus belle ; si l’art a le droit de dédoubler, pour ainsi dire, l’homme, la vie, la création ; si chaque chose marchera mieux quand on lui aura ôté son muscle et son ressort ; si, enfin, c’est le moyen d’être harmonieux que d’être incomplet."
Ainsi, Victor Hugo prophétise l'arrivée d'une nouvelle génération d'écrivains qui n'hésitera pas à mélanger le beau et le laid, le drame et le comique, pour créer une littérature qui "changera toute la face du monde intellectuel" :
"Elle [la littérature] se mettra à faire comme la nature, à mêler dans ses créations, sans pourtant les confondre, l’ombre à la lumière, le grotesque au sublime, en d’autres termes, le corps à l’âme, la bête à l’esprit ; car le point de départ de la religion est toujours le point de départ de la poésie."
Les classiques s'insurgent à l'idée de mélanger les genres et surtout d'introduire le laid dans la littérature. Il faut que tout soit sublimer, et Victor Hugo se moque d'eux en exprimant leur point de vue dans la préface :
"Donc, vous faites du laid un type d’imitation, du grotesque un élément de l’art ! Mais les grâces… mais le bon goût… Ne savez-vous pas que l’art doit rectifier la nature ? qu’il faut l’anoblir ? qu’il faut choisir ? Les anciens ont-ils jamais mis en œuvre le laid et le grotesque ? ont-ils jamais mêlé la comédie à la tragédie ? L’exemple des anciens, messieurs ! D’ailleurs, Aristote... D’ailleurs, Boileau... D’ailleurs, La Harpe..."
Il ajoute que le grotesque entre tout à fait dans la catégorie du beau :
Ainsi, que des pédants étourdis (l’un n’exclut pas l’autre) prétendent que le difforme, le laid, le grotesque, ne doit jamais être un objet d’imitation pour l’art, on leur répond que le grotesque, c’est la comédie, et qu’apparemment la comédie fait partie de l’art. Tartufe n’est pas beau, Pourceaugnac n’est pas noble ? Pourceaugnac et Tartufe sont d’admirables jets de l’art.
Victor Hugo, par la longueur excessive de Cromwell, cherche aussi à défier sur la forme les tenant du théâtre classique. Il sait que sa pièce ne pourra être jouée, car trop longue, mais ne peux s'empêcher de dénoncer ces contraintes de forme et dénonce au passage le manque d'originalité du théâtre classique :
"Quoi qu’il advienne, il croit devoir avertir d’avance le petit nombre de personnes qu’un pareil spectacle tenterait, qu’une pièce extraite de Cromwell n’occuperait toujours pas moins de la durée d’une représentation. Il est difficile qu’un théâtre romantique s’établisse autrement. Certes, si l’on veut autre chose que ces tragédies dans lesquelles un ou deux personnages, types abstraits d’une idée purement métaphysique, se promènent solennellement sur un fond sans profondeur, à peine occupé par quelques têtes de confidents, pâles contre-calques des héros, chargés de remplir les vides d’une action simple, uniforme et monocorde ; si l’on s’ennuie de cela, ce n’est pas trop d’une soirée entière pour dérouler un peu largement tout un homme d’élite, toute une époque de crise ; l’un avec son caractère, son génie qui s’accouple à son caractère, ses croyances qui les dominent tous deux, ses passions qui viennent déranger ses croyances, son caractère et son génie, ses goûts qui déteignent sur ses passions, ses habitudes qui disciplinent ses goûts, musclent ses passions, et ce cortège innombrable d’hommes de tout échantillon que ces divers agents font tourbillonner autour de lui ; l’autre, avec ses mœurs, ses lois, ses modes, son esprit, ses lumières, ses superstitions, ses événements, et son peuple que toutes ces causes premières pétrissent tour à tour comme une cire molle." [...] "Espérons qu’on ne tardera pas à s’habituer en France à consacrer toute une soirée à une seule pièce. Il y a en Angleterre et en Allemagne des drames qui durent six heures."
Enfin, il conclut, en faisant un parallèle génial avec la politique :
"Il y a aujourd’hui l’ancien régime littéraire comme l’ancien régime politique. Le dernier siècle pèse encore presque de tout point sur le nouveau. Il l’opprime notamment dans la critique. Vous trouvez, par exemple, des hommes vivants qui vous répètent cette définition du goût échappée à Voltaire : « Le goût n’est autre chose pour la poésie que ce qu’il est pour les ajustements des femmes. » Ainsi, le goût, c’est la coquetterie. Paroles remarquables qui peignent à merveille cette poésie fardée, mouchetée, poudrée, du dix-huitième siècle, cette littérature à paniers, à pompons et à falbalas. Elles offrent un admirable résumé d’une époque avec laquelle les plus hauts génies n’ont pu être en contact sans devenir petits, du moins par un côté, d’un temps où Montesquieu a pu et dû faire le Temple de Guide, Voltaire le Temple du Goût, Jean-Jacques le Devin du Village."

Poésie de Victor Hugo

Odes et ballades (1828)

Le recueil "Odes et ballades" est le premier recueil de poésie publié par Victor Hugo. Il rassemble l'ensemble de sa production entre 1822 et 1827. Bien qu'encore classique, il rassemble de nombreux poèmes sur le monde contemporain, la religion, l'Histoire et le rôle du poète dans la société. Il y a également de nombreuses références à son enfance.

Les Orientales (1829)

Les Orientales, publié en 1829, est un livre qui témoigne déjà d'une grande maturité littéraire. Il est composé de 41 poèmes dont l'influence philhellène et de la Grèce antique est forte. Le sujet du livre est l'Orient méditerranéen. > Acheter ces deux livres

Les Feuilles d'Automne (1831)

Les Feuilles d'Automne rassemble 40 poèmes et est publié alors que Victor Hugo a 28 ans. Ce recueil est qualifié par les spécialistes "d'oeuvre de transition" dans le processus créatif du poète. Les poèmes sont dominés par la mélancolie où se mêlent les souvenirs de sa mère et de son père, ainsi que de son enfance. La suite de six poèmes dénommés "Soleils couchants" offre une contemplation sublime de la nature. > Acheter le livre

Les Chants du crépuscule (1835), Les Voix intérieures (1837), Les Rayons et les Ombres (1840)

Ces trois recueils continuent la maturation de l'écrivain Victor Hugo. Ces recueils peuvent être déroutants tant ils mélangent les thèmes de l'amour, de la politique, et du doute de l'Homme. Les Chants du crépuscule est publié en 1835. Les Voix intérieures est publié en 1837 et Les Rayons et les Ombres en 1840. > Acheter le livre

Les Châtiments (1853)

Les Châtiments est un recueil satirique, publié à la suite de l'exil de Victor Hugo. Il utilise alors ces vers comme une arme politique, destinée à décribiliser et à renverser le régime de Napoléon III. À propos de l'écriture de cet ouvrage de poésie, il écrira d'ailleurs : « J'ai pensé qu'il m'était impossible de publier en ce moment un volume de poésie pure. Cela ferait l'effet d'un désarmement, et je suis plus armé et plus combattant que jamais ». Comme à son habitude, la forme des vers varie. La chanson, le dialogue imaginaire, le vers court et la poésie en alexandrin se côtoient. Il en va de même sur les différents tons utilisés : l'épopée, la satyre et l'ironie. > Acheter le livre

Les Contemplations (1856)

Les Contemplations, publié en 1856, est composé de 158 poèmes. Parfaitement romantique, il traite de différents sujets tels que l'amour, la mort, le deuil, la spiritualité. C'est dans ce recueil qu'il rend hommage à sa fille Leopoldine (Demain, dès l'aube…). La structure du livre montre d'ailleurs la véritable catarsis que l'auteur fait avec son écriture, divisée entre "Autrefois (1830 - 1843)" et "Aujourd'hui (1843 - 1855)" qui commence par la partie dédiée au deuil de sa fille, intitulée Pauca Meae. Certains voient dans cet ouvrage une "seconde naissance poétique" de Victor Hugo. En effet, au lyrisme du poète s'ajoute une part plus sombre qu'on ne retrouvait pas auparavant. > Acheter le livre

L'Année terrible (1872)

Ce recueil a une dimension toute politique. Il évoque les chamboulements en France de l'année 1871, et notamment la guerre civile ainsi que la guerre contre la Prusse. L'Année terrible a été adapté à la télévision en 1985 par Claude Santelli. > Acheter le livre

L'Art d'être grand-père (1877)

L'Art d'être grand-père raconte la vie du grand-père Victor Hugo, se chargeant de ses deux petit-enfants, Georges et Jeanne Hugo, à la suite de la mort de son fils Charles en 1871. L'écrivain s'enthousiasme face à la jeunesse de ses petits enfants. > Acheter ce livre

La Légende des siècles (1859 - 1883)

La Légende des siècles est une oeuvre monumentale destinée à décrire l'histoire de l'Humanité. Victor Hugo écrit ces poèmes entre 1855 et 1876 et les publie en trois séries : en 1859, en 1877 et en 1883. Baudelaire parlera de cet ouvrage comme la seule véritable épopée française, la seule épopée moderne possible. > Acheter le livre Nous détaillons ici les principaux recueils de poésie publiés par Victor Hugo. Il est à nôter qu'il a également écrit Les Chansons des rues et des bois (1865), Le Pape (1878), La Pitié suprême (1879), L'Âne (1880) et Les Quatre Vents de l'esprit (1881). Trois recueils posthumes sont publiés : La Fin de Satan (1886), Dieu (1891) et 1941 (1891).

Pièces de théâtre de Victor Hugo

Cromwell (1827)

Cromwell est la première pièce de théâtre de Victor Hugo qui trouvera un certain engouement. La pièce est une fresque historique de l'Angleterre du XVIIe siècle et met en scène le lord protecteur d'Angleterre, Cromwell. Elle est caractéristique du travail de Hugo pour le théâtre. L'écrivain se documente beaucoup afin de réaliser des pièces historiques. Cromwell est pratiquement impossible à jouer du fait de sa longueur. Le but de Victor Hugo était de créer une pièce radicalement opposée au classicisme, pour en faire une des oeuvres majeures du théâtre romantique. Sa longue préface offre d'ailleurs parfaitement la vision de l'auteur sur l'évolution de la littérature en général et du théâtre en particulier. > Acheter le livre

Hernani (1830)

Hernani est une des plus célèbres pièces de théâtre de Victor Hugo. Elle donne lieu à la fameuse "bataille d'Hernani", opposant les classiques aux romantiques. L’action principale se situe en Espagne en 1519 et offre une intrigue amoureuse, à la fois dramatique et comique, comme sait parfaitement le faire le romantique Victor Hugo. Suite à cette pièce, Chateaubriand, dont Victor Hugo est un fervant admirateur, écrit : « J’ai vu, Monsieur, la première représentation d’Hernani. Vous connaissez mon admiration pour vous, ma vanité s’attache à votre lyre, vous savez pourquoi. Je m’en vais, Monsieur, et vous venez. Je me recommande au souvenir de votre muse. Une pieuse gloire doit prier pour les morts. » > Acheter le livre

Amy Robsart (1828)

Voici une pièce dramatique en 5 actes inspirée d'un roman de Walter Scott, Kenilworth. Victor Hugo a seulement 19 ans lorsqu'il écrit cette pièce.

Marion de Lorme (1831)

Voici un autre drame en 5 actes, qui a été dans un premier temps censuré, puis joué au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Il a pour sujet la courtisane Marion Delorme, qui vécut sous le règne de Louis XIII.

Le roi s'amuse (1832)

Ce drame romantique est lui aussi composé de 5 actres. Il est représenté pour la première fois à Paris, le 22 novembre 1832 à la Comédie-Française. À travers la bouche du bouffon Triboulet, Victor Hugo dénonce habilement la société de son époque. La pièce fût interdite dès le lendemain de sa première représentation, du fait de la critique de la noblesse et de la monarchie. > Acheter le livre

Lucrèce Borgia (1833)

Lucrèce Borgia est le pendant de sa précédente pièce de théâtre Le roi s'amuse. Cependant, Hugo adapte le style de cette pièce pour le théâtre de la Porte-Saint-Martin en écrivant un mélodrame. Le grotesque y est ainsi diminué au profit du drame lui-même. La pièce de théâtre raconte l'histoire de Lucrèce Borgia (1480 - 1519) en 15 scènes sur 3 actes. La poèce initie ainsi "la légende noire" des Borgia, faisant de leur vie un mélange de sang, inceste et népotisme. > Acheter le livre

Marie Tudor (1833)

Marie Tudor est à nouveau présentée au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Ce drame romantique développe une intrigue au sein du contexte historique des Tudor. En 1553, Marie Tudor, reine catholique d'Angleterre initie une relation amoureuse avec Fabiano Fabiani, un séduisant aventurier. La noblesse de la cour va bien sûr s'opposer à cette liaison. > Acheter le livre

Ruy Blas (1838)

Ruy Blas est un autre drame romantique de Victor Hugo. C'est cette fois-ci l'Espagne de la fin du XVIIe siècle qui donne le décor à cette pièce. Les 5 actes voient se dérouler une lutte incessante des personnages pour lutter contre leur destin funeste. > Acheter le livre

Les Burgraves (1843)

Les Burgraves est un drame historique qui sera représenté à la Comédie-Française. Cette pièce est vue comme un tournant dans la production littéraire de Victor Hugo, affecté par la mort de sa fille la même année. Les burgraves sont des seigneurs du Rhin et Hugo va inventer une intrigue autour d'eux. Les Brugraves fût un échec et marque l'arrêt pour un temps de la production littéraire de Victor Hugo. > Acheter le livre D'autres pièces mineures n'ont pas été évoquées dans cette liste et notamment : Angelo, tyran de Padoue (1835) et Torquemada (1882). Il est à noter qu'un recueil de pièces dramatiques de Victor Hugo a été publié à titre posthume en 1886 : Théâtre en liberté.

Romans de Victor Hugo

Bug-Jargal (1818)

Bug-Jargal est le premier roman de Victor Hugo. Il sera tout d'abord publié dans la revue littéraire Le Conservateur littéraire en 1820 avant d'être édité en 1826. Ce conte est écrit en quinze jours à la suite d'un pari avec un des amis de l'écrivain. Il n'a alors que 16 ans. L'histoire raconte comment Bug-Jargal, un esclave chez un riche colon de Saint-Domingue, osa porter un regard sur la fille de son maître. > Acheter le livre

Han d'Islande (1823)

Han d'Islande est aussi parue dans Le Conservateur littéraire. Le roman propose encore une fois une intrigue amoureuse, entre le fils du Roi de Norvège, Ordener Guldenlew, et la fille d'un Comte désonoré par le Roi. Ce livre est l'occasion pour l'auteur de livrer quelques réflexions sur la peine de mort. > Acheter le livre

Le Dernier Jour d'un Condamné (1829)

Le Dernier Jour d'un Condamné prend la suite des réflexions sur la peine de mort de Han d'Islande. Ce roman est un plaidoyer politique pour l’abolition de la peine de mort. Le roman prend la forme du journal intime d'un condamné lors de ses dernières 24 heures de vie. > Acheter le livre

Notre-Dame de Paris (1831)

Notre-Dame de Paris est un des romans les plus célèbres de Victor Hugo. L'intrigue de ce roman historique se déroule à Paris en 1482. Le personnage le plus connu est le sonneur de cloches de Notre-Dame, Quasimodo, qui est élu Pape des Fous en raison de sa laideur. Ce long roman a été adapté au cinéma. > Acheter le livre

Claude Gueux (1834)

Suite à l'écriture du Dernier Jour d'un Condamné, Victor Hugo lit dans la Gazette des tribunaux du 19 mars 1832, le compte rendu du procès d'un certain Claude Gueux condamné à mort pour meurtre. Il décide alors d'écrire un autre roman, prenant Claude Gueux comme personnage principal, pour y dénoncer les conditions de détention, la disproportion des délits et des peines et à nouveau la peine de mort. > Acheter le livre

Les Misérables (1862)

Les Misérables est un autre roman extrêmement connu de Victor Hugo. Le récit suit la vie de Jean Valjean, entre la bataille de Waterloo (1815) et les émeutes de juin 1832. Le roman décrit parfaitement la vie de miséreux dans Paris et la France provinciale du XIXème siècle. C'est un roman irréductiblement romantique, et un chef d'oeuvre de la littérature française. > Acheter le livre

Les Travailleurs de la mer (1866)

Les Travailleurs de la mer a été écrit durant l'exil de Victor Hugo. Le roman est d'ailleurs dédié à l'île de Guernesey et à ses habitants. Dans ce récit, l'auteur place l'action au coeur de la mer et là où les gens vivent avec elle. Son dessin La Pieuvre en est une illustration. > Acheter le livre

L'Homme qui Rit (1869)

L'Homme qui Rit est un roman philosophique qui se déroule dans l’Angleterre de la fin du XVIIème et du début du XVIIIème siècle. Ce roman est resté célèbre pour la description du rire permanent du personnage principal. > Acheter le livre

Quatrevingt-treize (1874)

Quatrevingt-treize est le dernier roman de Victor Hugo. Il traite de la période troublée de la Terreur (en 1793) durant la Révolution française. À travers cet ouvrage, l'auteur livre ses idées sur la Révolution française et ses conséquences. > Acheter le livre

Livres sur Victor Hugo

Victor Hugo, raconté par un témoin de sa vie, Adèle Fouchet, 1863

Ce livre raconte la vie de Victor Hugo à travers les yeux de l'épouse de l'écrivain. Vous pouvez trouver gratuitement le tôme 1 en ligne ainsi que le tôme 2.

Victor Hugo de Alain Decaux, Éditions Perrin, 2001

Alain Decaux, de l'Académie française, propose de rédouvrir Victor Hugo à l'aide d'un récit détaillé et passionnant de 960 pages. Un livre à lire absolument pour les amoureux de Victor Hugo. > Acheter le livre

Victor Hugo de Max Gallo, XO éditions, 2001

Année après année, ce livre de Max Gallo déroule la vie intime du poète Victor Hugo, si étroitement mêlée à la vie de la France, avec de larges extraits d'une œuvre qui deviendra géante, et que nous découvrons pas à pas, au rythme impressionnant d'un génie en marche. > Acheter le livre

Podcasts sur Victor Hugo

Dictées en lignes avec des extraits de Victor Hugo

Le site MaDictee.com propose de nombreuses dictées en ligne se basant sur des textes de la littérature française.
  1. Dictée "Les Misérables - Victor Hugo"
  2. Dictée "Victor Hugo - Gavroche"
  3. Dictée "Victor Hugo - Après la bataille"
Sujets :  romantisme

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Onyebuchi J. UGWU

Félicitation pour notre écriture! Merci pour m’avez fait connaître quelques choses de sa naissance. S.V.P, ecrivez sur Jean-Paul Sartre et sa dialectique; l’existentialisme athée.

Répondre
Nicolas Le Roux

Merci pour votre commentaire.

Nicolas.

Répondre
Chevestrier Robert

Je suis un admirateur de Victor Hugo tout simplement !

Robert Chevestrier

Répondre
Maria Giglio

Je vous propose le meme travail pour Marcel Proust.
Mes congrats!

Répondre
akashyy

yess mais nous nous travaillons dessus actulement je suis en cour m on vous aime quand meme victor aussi on taime

Répondre
et arc pierre

bien bien

Répondre
Adjamagbo kokou mensah

Je suis disciple de v.Hugo

Répondre
La langue française

Et vous avez bien raison !

Nicolas.

Répondre
DERRADJI

nous les algériens des années 50 nous avons forgés nos méninges avec les écrits du géant de la littérature française . mais ce qui me laisse perplexe c’est pourquoi Victor a dit que toutes les femmes sont des putes sans ma mère par respect . en lisant vos pamphlets j’ai su que sa mère avait un amant et s’était l’ami de son mari . et en plus je savais pas que Victor était un autodidacte . merci

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager