La langue française

Accueil > Linguistique > Personnification - Figure de style [définition et exemples]

Personnification - Figure de style [définition et exemples]

Qu'est-ce qu'une personnification ?

La personnification est une figure de style qui consiste à attribuer un statut d’être humain à une réalité non humaine : une chose inanimée, une entité abstraite ou un animal.  Dans cette figure de style se trouve un comparé inanimé et un comparant animé.

Dans Les figures du discours, Pierre Fontanier définit la personnification comme une figure d’expression par fiction, une de ces figures rendant « une pensée plus sensible ou plus riante (…), sous des traits qu’elle n’a pas naturellement ».

Pour le grammairien, il s’agit de « faire d’un être inanimé, insensible, ou d’un être abstrait et purement idéal, une espèce d’être réel et physique, doué de sentiment et de vie, enfin de qu’on appelle une personne ; et cela, par simple façon de parler, ou par une fiction toute verbale, s’il faut le dire. »

La Vache qui rit
La Vache qui rit est une personnification

S'abonner

Que ce soit dans la poésie, les romans, au théâtre ou même dans les slogans publicitaires tel que le célèbre Vache qui rit, la personnification, selon Pierre Bacry (Les figures de style) « vise à donner à l’idée, à la description, au récit, une tournure plus vive, qui frappe par une certaine originalité qu’enrichit le lexique de l’action ». À la fois étonnante et inattendue, elle alimente les écrits et les discours.

La personnification se situe le plus couramment au niveau d’un verbe décrivant une action typiquement humaine, comme dans ces vers de Victor Hugo.

Dans le premier exemple, le verbe pleurer se conjugue avec la douleur profonde, lui conférant ainsi une qualité humaine :

Ainsi pleurait cette douleur profonde

Victor Hugo, Les contemplations

Nous pouvons citer un second exemple, extrait de Quatre-vingt-treize, où le canon, objet inanimé, s’anime tel un être vivant :

Cette masse court sur ses roues, a des mouvements de bille de billard, penche avec le roulis, plonge avec le tangage, va, vient, s’arrête, paraît méditer, reprend sa course, traverse comme une flèche le navire d’un bout à l’autre, pirouette, se dérobe, s’évade, se cabre, heurte, ébrèche, tue, extermine.

Victor Hugo, Quatre-vingt-treize

Le procédé de l’apostrophe (ô) est également employé pour s’adresser de manière directe aux personnes ou aux choses personnifiées :

Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours

Alphonse de Lamartine, Le Lac

Grâce à la personnification, l’auteur va rendre sa description plus vivante, de manière méliorative ou péjorative selon le message qu’il cherche à transmettre. En règle générale, le procédé stylistique est assez explicite.  

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Citons par exemple Les Fables de Jean de La Fontaine, dans lesquelles on trouve plus de 125 animaux qui prennent vie : ils parlent et raisonnent de manière tout à fait naturelle. À travers ces animaux personnifiés, caractérisés par une majuscule dans les vers, l’auteur dénonce les défauts humains comme la fierté dans La Grenouille qui veut se faire plus grosse que le Bœuf, l’avarice dans La Cigale et la Fourmi, et bien d’autres encore.

Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s'étend, et s'enfle, et se travaille
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
Nenni. M'y voici donc ? Point du tout. M'y voilà ?
Vous n'en approchez point. La chétive Pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Jean de La Fontaine, Fables, La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf

Personnification ou allégorie ? 

Dans son ouvrage Pragmatique des figures du discours, Marc Bonhomme précise « qu’au cours de l’histoire, le sort de la personnification semble lié à celui de l’allégorie dont elle est l’outil privilégié. »

Même si pour ces deux figures de styles, il s’agit de la représentation d’une chose qui repose souvent sur une métaphore ou une comparaison, il ne faut pas confondre la personnification et l’allégorie.

Une allégorie représente de façon concrète et animée une idée abstraite en lui donnant vie comme La Grande Faucheuse qui symbolise la mort dans un poème de Victor Hugo. 

Comme l’explique Pierre Bacry dans Les figures de style, « ce n’est pas la nature du comparant qui distingue la personnification de l’allégorie mais celle du comparé. Il faut en effet, pour qu’il y ait allégorie, que le comparé (ce que l’allégorie représente) soit une notion abstraite. »

Origine et étymologie de la personnification

Apparu au XVIIIe siècle, le terme personnification représente l’action de personnifier, verbe dérivé de personne, provenant du mot d’origine latine « persona », qui désigne le masque de théâtre ou de scène. 

Cette figure de style existe depuis la littérature antique, à travers les personnifications divines. En effet, les Grecs associaient souvent des concepts ou des idées à de de nombreuses puissances divines surnaturelles. Zeus, Roi des dieux de la mythologie grecque, représentait le ciel et la foudre. Parmi ces trois épouses, on peut citer Métis, qui était la personnification de la ruse et de la sagesse.

Nous pouvons également évoquer une partie de l’histoire de Léda, femme du roi de Sparte Tyndare, que Zeus voulait séduire. Pour ce faire, il se métamorphosa en cygne avec la complicité de la déesse Aphrodite, elle-même transformée en aigle. 

Exemples de personnifications

Dans l'état où je suis, la mort aurait beau jeu. Elle n'aurait qu'à entrer et me prendre. Elle est dans ma chambre. Elle est dans ma vie.

Réjean Ducharme, L'Avalée des avalés

Les arbres font le gros dos sous la pluie.

Jules Renard, Journal (1887-1910)

Le crépuscule ami s'endort dans la vallée.

Alferd de Vigny, La Maison du berger

Le Pot de fer proposa
Au Pot de terre un voyage.

Jean de la Fontaine, Fables

Un filet de sang passa sous la porte, traversa la salle commune, sortit dans la rue, prit le plus court chemin parmi les différents trottoirs, descendit les escaliers et remonta des parapets, longea la rue aux Turcs, prit un tournant à droite (…)

Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude

Le soleil aussi attendait Chloé, mais lui pouvait s’amuser à faire des ombres.

Boris Vian, L’Écume des jours

Dans la brume tiède d’une haleine de jeune fille, j’ai pris place.

Henri Michaux, L’Espace du dedans

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux.

Charles Baudelaire, L’invitation au voyage

L’Habitude venait me prendre dans ses bras et me portait jusque dans mon lit comme un petit enfant.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann

Devant la trombe, le tonnerre se tait. Il semble qu’il ait peur.

Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer

Vous voulez en savoir plus sur les figures de style ?
Consultez notre guide complet des figures de style.

S'abonner S'abonner
Sujets :  figure de style

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Rahmoune

Merci,,pour ces éclaircissements et richesses de la langue francaise

Répondre
Augustin

est ce que « le ciel se déchire » est une personnification?

Répondre
La langue française
Répondre
DELATTRE Gilles

Attention dans les premières éditions des Fables les majuscules sont d’un emploi abusifs donc pas toujours synonymes de personnifications. Les éditions ultérieures en ont enlevé qq’unes .

Répondre
Serge Pelletier

Ma question :

Comment s’appelle cette figure de style si je titre un texte :

VIVE LE MARECHAL PETAIN !
Mais où je développe au contraire de ce titrage ironique, toute une argumentation qui démontre que cet homme a très mal agi tout au long de sa vie (répression avec condamnations à mort ou au bagne des soldats français entrant en mutinerie en 1917 contre les immenses massacres se multipliant, puis en collaborant activement avec les nazis de 1940 à 1945), son comportement s’opposant à toute commémoration de cet affreux maréchal qui a déshonoré la France …

Répondre
Chantal

Belle rédaction qui rappelle des choses importantes de la langue française. Notre mémoire oublieuse s’en réjouit. Merci beaucoup ?.

Répondre
Perle

Comme à chaque fois des articles clairs, concis et passionnant. Merci de nous aider à mieux maîtriser toutes les subtilités de notre langue.
Toutes mes félicitations à toute l’équipe et très bonne année 2018

Répondre
Nicolas Le Roux

Bonjour Emmanuel,
Merci de votre suggestion, je vais voir si je peux écrire un article sur le sujet prochainement.

N’hésitez pas à lire les autres articles du blog.

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Nicolas Le Roux

Bonjour,
Merci à vous pour votre agréable commentaire. N’hésitez pas à partager l’article !

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
bagui

Cours simplifié et facile à comprendre, ma foi, cours caressé par ces beaux exemples qui ressuscitent en moi des souvenirs d’antan. Merci à toute l’équipe et très bonne année 2018.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager