La langue française

Accueil > Linguistique > Personnification - Figure de style [définition et exemples]

Personnification - Figure de style [définition et exemples]

Sommaire

  • Histoire de la personnification
  • Définition d'une personnification
  • Exemples de personnifications
personnification

Histoire de la personnification

La personnification vient du latin persona qui veut dire « masque ». Comme son étymologie l’indique, cette figure de style prête des traits humains à une chose inanimée ou à un animal, elle lui colle un masque humain en quelque sorte. Cette figure était déjà utilisée par les auteurs antiques. En effet, à l’époque, les dieux antiques apparaissaient souvent aux mortels sous les traits d’animaux. On peut citer l’exemple de Zeus qui, pour séduire les femmes sans se faire voir de son épouse, prenait diverses formes comme le cygne Dans cette continuité, d’autres auteurs ont, par la suite, donné à des animaux des traits humains grâce à ce procédé. On peut citer les Fables de la Fontaine qui contiennent une galerie de plus de 125 animaux qui parlent et raisonnent comme des hommes. Ici les animaux servent à dénoncer des défauts humains comme la fierté (la grenouille qui veut se gonfler comme un bœuf), l’avarice (la fourmi qui refuse l’aumône à la cigale…). L’autre genre qui utilise beaucoup la personnification est la poésie pour la puissance évocatrice qu’elle suscite.

Définition d'une personnification

La personnification consiste donc à donner des traits propres aux êtres humains comme la parole, la pensée à des animaux ou à des objets inanimés. L’exemple le plus célèbre, en dehors de  la littérature, est peut-être celui de la Vache qui rit, marque dont le nom même représente une personnification puisque le rire est propre à l’être humain. Pour construire cette figure de style, on utilise souvent la métaphore ou la comparaison qui servent à rendre explicite l’assimilation de la chose comparée aux traits humains. Ainsi le vers de Baudelaire  « La rue assourdissante autour de moi hurlait. » est une personnification parce que la rue « hurle » comme le ferait un être humain, mais aussi une métaphore puisque qu’elle propose une analogie : la rue est bruyante comme un hurlement. Dans certains textes, elle est employée avec une majuscule pour signifier qu’il y a là une figure qui sort de l’ordinaire : « Une Grenouille vit un Bœuf / Qui lui sembla de belle taille. » Dans les Fables de la Fontaine, les animaux personnifiés sont désignés par une majuscule pour signifier leur singularité.

Différence entre une personnification et allégorie

Si pour de nombreuses personnes, ces figures sont synonymes, il n’en est rien. Dans les deux cas il s’agit de la représentation d’une chose qui repose souvent sur une autre figure comme une métaphore ou  une comparaison. Elles fonctionnent même parfois ensemble, comme dans le cas des Fables de la Fontaine. Ce qui diffère c’est qu’une allégorie représente quelque chose d’abstrait comme un principe, une qualité ou un défaut, quand la personnification représente quelque chose de concret : un objet ou un animal. Pour reprendre l’exemple des fables, l’allégorie est le défaut mis en lumière par la personnification, donc l’animal qui est utilisé pour incarner ce défaut. Ainsi dans la célèbre fable du « Corbeau et du Renard », les animaux sont tous deux des personnifications parce qu’ils dialoguent comme des humains, et ils sont, dans le même temps, tous deux des allégories de défauts : le renard celui de la rouerie, et le corbeau celui de la vanité.

Exemples de personnifications

“Les arbres font le gros dos sous la pluie.” – Jules Renard, Journal. “ Le crépuscule ami s'endort dans la vallée.” – Vigny, « La Maison du berger ». “Le Pot de fer proposa / Au Pot de terre un voyage.” – Jean de la Fontaine, Fables. “L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres.” – Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse. “Le soleil aussi attendait Chloé, mais lui pouvait s’amuser à faire des ombres.” – Boris Vian, L’Écume des jours. “Dans la brume tiède d’une haleine de jeune fille, j’ai pris place.” – Michaux, L’Espace du dedans. “Les horloges / Volontaires et vigilantes.” – Émile Verhaeren, « Les Horloges ». “Vois sur ces canaux / Dormir ces vaisseaux.” – Baudelaire, « L’invitation au voyage ». “J’en doute : ces flots, ces vents, cette solitude qui furent mes premiers maîtres, convenaient peut-être mieux à mes dispositions natives.” – Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. “L’Habitude venait me prendre dans ses bras et me portait jusque dans mon lit comme un petit enfant.” – Proust, Du côté de chez Swann. “Vivez, froide Nature, et revivez sans cesse Sur nos pieds, sur nos fronts, puisque c’est votre loi ; Vivez, et dédaignez, si vous êtes déesse, L’homme, humble passager, qui dut vous être un roi ; Plus que tout votre règne et que ses splendeurs vaines, J’aime la majesté des souffrances humaines ; Vous ne recevrez pas un cri d’amour de moi.” – Vigny, La maison du berger

Vous voulez en savoir plus ? Consultez sans attendre notre guide des figures de style en français.  


Sujets :  figure de style

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

bagui

Cours simplifié et facile à comprendre, ma foi, cours caressé par ces beaux exemples qui ressuscitent en moi des souvenirs d’antan. Merci à toute l’équipe et très bonne année 2018.

Répondre
Nicolas Le Roux

Bonjour,
Merci à vous pour votre agréable commentaire. N’hésitez pas à partager l’article !

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Nicolas Le Roux

Bonjour Emmanuel,
Merci de votre suggestion, je vais voir si je peux écrire un article sur le sujet prochainement.

N’hésitez pas à lire les autres articles du blog.

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Perle

Comme à chaque fois des articles clairs, concis et passionnant. Merci de nous aider à mieux maîtriser toutes les subtilités de notre langue.
Toutes mes félicitations à toute l’équipe et très bonne année 2018

Répondre
Chantal

Belle rédaction qui rappelle des choses importantes de la langue française. Notre mémoire oublieuse s’en réjouit. Merci beaucoup ?.

Répondre
Serge Pelletier

Ma question :

Comment s’appelle cette figure de style si je titre un texte :

VIVE LE MARECHAL PETAIN !
Mais où je développe au contraire de ce titrage ironique, toute une argumentation qui démontre que cet homme a très mal agi tout au long de sa vie (répression avec condamnations à mort ou au bagne des soldats français entrant en mutinerie en 1917 contre les immenses massacres se multipliant, puis en collaborant activement avec les nazis de 1940 à 1945), son comportement s’opposant à toute commémoration de cet affreux maréchal qui a déshonoré la France …

Répondre
DELATTRE Gilles

Attention dans les premières éditions des Fables les majuscules sont d’un emploi abusifs donc pas toujours synonymes de personnifications. Les éditions ultérieures en ont enlevé qq’unes .

Répondre
Augustin

est ce que « le ciel se déchire » est une personnification?

Répondre
La langue française

Plutôt une métaphore je dirais : https://www.lalanguefrancaise.com/litterature/metaphore-figure-de-style/

Nicolas.

Répondre
Rahmoune

Merci,,pour ces éclaircissements et richesses de la langue francaise

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager