La langue française

Accueil > Expressions francophones > Se croire sorti de la cuisse de Jupiter : définition et origine de l'expression

Se croire sorti de la cuisse de Jupiter : définition et origine de l'expression

Étrange expression que celle-ci. Il est en effet rare aujourd’hui d’entendre quelqu’un faire la remarque : « Dis-donc, il se croit tout droit sorti de la cuisse de Jupiter celui-là ! ». Généralement utilisée en guise de critique, l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » puise son origine dans les mythes gréco-romains — source inépuisable d’inspiration. Nous vous expliquons tout de l’histoire rocambolesque qui lui a donné naissance. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions francophones. Bonne lecture !

Définition de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter »

L’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » signifie qu’une personne se considère comme supérieure aux autres, comme quelqu’un d’exceptionnel. L’expression est péjorative, elle sera utilisée pour souligner la prétention de quelqu’un imbu de lui-même.

L’utilisation de l’expression est souple, on la trouve aussi sous la forme simple de « de la cuisse de Jupiter », avec des verbes équivalents au verbe « sortir », comme « être issu de », « descendre de », etc.

L’expression peut aussi être utilisée avec la négation. Ainsi, « ne pas être sorti de la cuisse de Jupiter » signifie être comme tout le monde, être ordinaire, ne pas être exceptionnel.

Jupiter et Sémélé par Jacques Blanchard

Origine de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter »

Il n’est pas de sources citant la date d’apparition exacte de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » mais les archives de la BnF nous donnent à lire l’expression dès le XVIIIe siècle.

Pour comprendre cette expression, il faut s’y connaître un peu en mythes grecs. L’expression a transposé en latin les divinités grecques (que nous noterons entre parenthèses). La formule est basée sur une histoire quelque peu abracadabrantesques tels que les Grecs savaient en inventer. Il faut savoir que les auteurs grecs (Homère, Hérodote ou encore Théophraste qui ont participé à transmettre ce mythe) ont permis de tenir un véritable bottin mondain des querelles, intrigues et incidents qui se déroulaient dans le séjour des dieux.

Il s’agit ici de la naissance de Bacchus (Dionysos), dieu du vin et de la vigne. Jupiter (Zeus), dieu des dieux, chef suprême de l’Olympe, a la réputation d’avoir un certain penchant pour les aventures extra-conjugales. Il s’éprend d’une jeune femme, Sémélé, fille du roi de Thèbes, et la met enceinte. Junon (Héra), épouse de Zeus, folle de jalousie, décide de se faire passer pour la nourrice de Sémélé et pousse cette dernière à demander à Jupiter d'apparaître dans toute sa splendeur.

Mais cette vision est insupportable pour les yeux d’une simple mortelle : Sémélé y laisse sa vie. Afin de sauver l’enfant porté par sa maîtresse, Jupiter décide de l’extraire du ventre de sa mère (enceinte de six mois), de s’entailler la cuisse, et d’y placer le fœtus afin qu’il puisse mener à terme la gestation. L’enfant naîtra donc de la cuisse de Jupiter, prouvant par là son origine glorieuse et supérieure.

Pour aller plus loin : l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter » a donné naissance à plusieurs variations, plus ou moins originales, afin d’exprimer l’idée selon laquelle on se réclame d’une origine, d’une condition sociale supérieure… On trouvera donc aussi l’expression « se croire de la cuisse du Pape » (exemple : « Il se croyait de la cuisse du Pape », Arnoux, Chiffre, 1929) ou encore « se croire noble comme la cuisse d’Abraham » (exemple : « Ça se dit noble comme la cuisse d’Abraham », Dumas père, Napoléon, 1831).

Exemples d’usage de l’expression « se croire sorti de la cuisse de Jupiter »Georges. − À t'entendre on nous croirait sortis de la cuisse de Jupiter !

À t'entendre on nous croirait sortis de la cuisse de Jupiter ! Je suis un inventeur de seconde main, un raté. Toi, une malade qui vit dans l'ombre. Léo reste une vieille fille pour nous venir en aide.

Cocteau, Les Parents terribles, 1938, III, 2, p. 279

Mademoiselle Louise donc ! Est-ce qu'on ne la dirait pas sortie de la cuisse de Jupiter ?... Si vous voyiez dans sa chambre, tous ses petits pots, des pommades, des liqueurs !

Zola, La Joie de vivre, 1884, p. 937.

Hélas ! Un scribouilleur sans talent qui se croit sorti de la cuisse de Jupiter. Méchant et jaloux de tout.

Michèle Barrière, L'Assassin de la Nationale 7, Le Livre de Poche, 2014, chap.4

Lumikki sursauta en voyant surgir un garçon au tournant du couloir : Tuukka. Dix-huit ans, acteur en herbe se croyant sorti de la cuisse de Jupiter, et fils du proviseur.

Salla Simukka, Je m'appelle Lumikki, vol.1 : Rouge comme le sang, Le Livre de Poche, 2014, chap.4

Malgré mes simili élégances de dandy pédagogique, elle avait deviné que je ne sortais pas de la cuisse de Jupiter.

Paul Guth, Le naïf sous les drapeaux, 1954

Mais en même temps, il abominait par-dessus tout les patrons ou tous ceux qui, comme mon grand-père, d'après lui, se croyaient et c'était une de ses expressions favorites « sortis de la cuisse de Jupiter ».

Franz-Olivier Giesbert, L'Américain

N'hésitez pas à ajouter vos réflexions sur cette expression en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager