La langue française

Accueil > Expressions francophones > De bon aloi : définition et origine de l’expression

De bon aloi : définition et origine de l’expression

Apparue au XIIIe siècle, l’expression « de bon aloi » est encore utilisée aujourd’hui pour attester d’une bonne qualité, par opposition à l’expression « de mauvais aloi ».

Le mot « aloi » désigne un alliage, relatif aux métaux précieux servant à fabriquer la monnaie.  Mais quel est donc le lien entre la qualité et l'aloi ? Comment cette ancienne expression a évolué au fil des siècles ?

Nous vous donnons ici toutes les explications sur les origines et la signification de l’expression « de bon aloi ». Bonne lecture !

Définition de l'expression « de bon aloi »


S'abonner

Le sens initial de l’expression « de bon aloi » est « de bonne qualité ».

Lorsque nous évoquons un évènement ou quelque chose « de bon aloi », nous exprimons une satisfaction. C’est que nous avons apprécié le moment ou l’objet en question. 

L’expression est utilisée pour désigner l’estime que l’on a pour quelque chose ou quelqu’un qui est conforme au bon goût et à des valeurs respectables. 

Une personne de bon aloi caractérise une personne de bonne réputation en qui on peut avoir confiance.

Apparue pour la première fois au XIIIe siècle, l’expression « de bon aloi » est encore employée aujourd’hui mais son sens a évolué. En effet, elle s'emploie aussi pour traduire un bienfait, un bénéfice ou le bon sens, par exemple dans la formule « il est de bon aloi ». Elle est souvent confondue avec l’expression « de bonne augure », signifiant que la situation est favorable, laissant présager de bonnes ondes.

Recevez nos nouveaux articles par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

L’expression « de mauvais aloi », signifie à l’inverse « de mauvaise qualité », et est moins utilisée.

Origine de l'expression « de bon aloi »

Aloi est un nom masculin issu du verbe aloier (ou aloyer), forme ancienne de allier. Il désignait donc un alliage, appliqué aux métaux précieux utilisés pour la fabrication de la monnaie.

La qualité des pièces de monnaie dépendait de cet alliage. En altérant les proportions de métaux précieux, les rois pouvaient mettre en circulation de fausses pièces de monnaie. La teneur en or ou en argent n’étant pas respectée, l’alliage obtenu avait un impact sur la qualité des pièces.

Pour faire face à ces abus, les seigneurs du Moyen Âge pouvaient « battre monnaie » pour vérifier la qualité des pièces. Cela consistait à faire tomber la pièce sur une surface dure et d’écouter le son qui en retentissait. Si le son n’était pas clair, il y avait de fortes chances que la pièce soit « de mauvais aloi » et donc de qualité moindre.

Peu après, la balance appelée « trébuchet » apparut pour mesurer avec précision les petites quantités et contrôler le poids des pièces de monnaies.

Au même titre que la personne de bon aloi désigne aujourd’hui une personne de confiance, elle pouvait être synonyme autrefois de personnes à la condition sociale élevée (ou basse pour « de mauvaise aloi »)

Exemples d'usage de l'expression « de bon aloi »

Par les cornes et la queue de Lucifer! Nous jouons de malheur! J'avais espéré monnaie de bon aloi et ce ne sont que jetons de cuivre et de plomb doré.

Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse

DORANTE — Et me dis seulement si tu connais ces dames
CLITON — Non : cette marchandise est de trop bon aloi,
Ce n'est point là gibier à des gens comme moi

Corneille, Le menteur

Tout le monde avait l’air de s’amuser et se récriait devant eux sur la gaieté du bal. C’était, selon le mot de Campardon, une gaieté de bon aloi.

Émile Zola, Pot-Bouille

Il a dit quelque part, dans une chanson adressée au général Sébastiani : Je suis un sou de bon aloi. De bon aloi, nous le voulons bien, mais de quelle époque ? De l’époque où le sou portait d’un côté : République française, et de l’autre, Napoléon Empereur.

Eugène Pelletan, Une étoile filante

M. Cartier, pour soutenir la possibilité d’une attribution à Marguerite de Hainaut, conclut du bas aloi de quelques-uns des cavaliers, qu’ils ont été frappés au moment de la disparition du type. Cette conclusion ne nous semble pas trop juste : on pourrait lui objecter que, puisqu’il y a des cavaliers de bon aloi au nom de Marguerite, il faut aussi qu’ils aient été  frappés à la naissance du type. Ou bien voudrait-on attribuer à Marguerite de Constantinople les espèces de bon aloi et à Marguerite de Hainaut celles de mauvais aloi ?

Mémoires couronnés par l'Académie royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles

Fort bien. Voilà du comique de bon aloi. Mais il me semble que vos frères les démagogues vont être désagréablement affectés de la plaisanterie.

Eugène de Mirecourt, Les Vrais misérables

Je le connais cependant fort peu. Mais son enthousiasme paraît de bon aloi. Louis Desnoyers réclame le droit d’Hyppolyte Lucas au feuilleton du Siècle. 

Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice

Recevoir comme argent comptant et espèces sonnantes tous ces juro de la plèbe officielle ; ne pas même songer qu’on a défait tous les scrupules et qu’il ne saurait y avoir là une seule parole de bon aloi ! 

Victor Hugo, Napoléon le Petit

Le marchand voit s’il est de bon aloi,
Et par-dedans le tâte pièce à pièce,
Examinant si tout est comme il faut,
Si quelque endroit n’a point quelque défaut.

Contes de La Fontaine

N’hésitez pas à parcourir les autres articles consacrés aux expressions francophones

S'abonner

Recevez tous les articles de la semaine par courriel

Inscrivez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire pour recevoir tous nos nouveaux articles, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

Retour au sommaire ➦

Partager