La langue française

Accueil > Expressions francophones > Aller à vau-l'eau : définition et origine de l’expression

Aller à vau-l'eau : définition et origine de l’expression

Sommaire

  • Définition de l’expression « aller à vau-l’eau ».
  • Evolution historique de l’usage de l’expression « aller à vau-l’eau »
  • Origine de l’expression « aller à vau-l’eau »
  • Exemples d’usage de l’expression « aller à vau-l’eau ».

Voilà encore une expression qui fait sienne le mouvement pour traduire une réalité abstraite. Au-delà de l’allitération qui la compose et la rend agréable à l’oreille, on ne sait exactement pourquoi l’expression « aller à vau-l’eau » se compose d’un mot que l’on n’utilise plus dans la langue française du XXIe siècle. Découvrez dans cet article le pourquoi du comment. N’hésitez pas à parcourir les autres articles de cette section dédiée aux expressions françaises ! Bonne lecture !

Définition de l’expression « aller à vau-l’eau ».

L’expression « aller à vau- l’eau » est une locution verbale, qui, avant d’être utilisée au sens figuré, était utilisée au sens propre. Elle signifiait : suivre le courant et le fil de l’eau (exemple : « Personne ne ramant, nous nous laissions aller à vau-l’eau », Larousse, XIXe). Bien évidemment, comme cela a été le cas pour plusieurs expressions, la locution est passée dans le langage courant au sens figuré. L’expression reprend alors l’idée de fuite et de laisser-aller et se dit d’une chose qui part à la dérive – l’analogie avec l’univers aquatique n’est pas anodine -, que l’on laisse à l’abandon et qui périclite (exemple : « Je me suis fort réjoui de voir le voyage à Rome à vau-l’eau », Mérimée, Lettres à Viollet-le-Duc, 1870). Vous remarquerez par ailleurs que l’expression se limite parfois au syntagme nominal.

Evolution historique de l’usage de l’expression « aller à vau-l’eau »

L’étude des occurrences dans les ouvrages publiés montre l’évolution de l’usage de « aller à vau-l'eau » au fil du temps (source : Google Ngram) :

Occurrences de « aller à vau-l'eau » dans les sources imprimées

Origine de l’expression « aller à vau-l’eau »

Afin de bien saisir les origines de l’expression « aller à vau-l’eau », il est nécessaire de voyager dans le temps et dans l’historique de la langue française pour déterrer les ancêtres de notre langage contemporain. Le terme « à vau », qui fait partie de l’expression, existe depuis le XIIe siècle dans l’ancien français. Le terme a la même origine que l’adverbe « aval » (vers le bas), qui lui-même s’est construit à partir des termes « val » et « vau » : c’est-à-dire la vallée, le vallon. En effet, aller « à val » signifiait descendre la vallée ou aller le long de. Ainsi, la locution adverbiale « à vau » a suivi la même évolution (en réalité, la locution adverbiale « avau » est la forme vocalisée de « aval », « côté par lequel descend un cours d’eau », selon le CNRTL). 

En 1552, on trouve la première occurrence de l’expression, toujours utilisée au sens propre, dans un texte de Rabelais : « Notre trinquet est avau l’eau » (Le Quart Livre, XVIII). Si l’orthographe n’est pas la même, l’expression, quant à elle, est bien utilisée pour signifier que le trinquet (le mât de misaine) suit le cours de l’eau.

Enfin, l’expression apparaît au sens figuré, pour ce qui semble être la première fois, dans un écrit de Montaigne, en 1580 : « La science du monde s’en va nécessairement à vau-l’eau » (Essais, II). Que de chemin pour en arriver là… 

De ces évolutions de la langue nous restent tout de même des termes et expressions encore fréquemment utilisés : ainsi on dit « amont » pour désigner ce qui se trouve plus haut (à l’origine : « en remontant le cours d’eau ») et « aval » pour ce qui est plus bas. On retrouve aussi ces termes dans l’expression « par monts et par vaux », qui signifie être en déplacement, de tous côtés et à travers tout le pays, en toutes sortes d'endroits.

Pour aller plus loin : La locution adverbiale « à vau » a connu d’autres utilisations avant de disparaître du paysage de la langue française. Nous pouvons l'observer dans l’expression « à vau-de-route », utilisée tant au sens propre de « en descendant la route » qu’au sens figuré. Ainsi, on disait « à vau-de-route » pour dire « précipitamment et en désordre » (ex : « Les ennemis, voyant qu’on allait à eux avec cette vigueur, s’en sont enfuis à vau-de-route, abandonnant leurs tentes et leur bagage qui a été pillé », Racine, Lettre à Boileau, 1692). Dans le domaine de la chasse, on trouve les expressions « à vau-vent » ou « à vau-le-vent » pour signifier ce qui va dans le sens du vent ou ce qui est emporté par le vent. On peut encore citer « à vau-le-feu » et « à vau-l’ombre » qui signifie, au sens figuré, « à tout rompre » ou « à se rompre » (ex : « Votre bras est un tison allumé. Vous voyez les formes qui sont dans la mer rouler sous les vagues à vau-le-feu. » Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1869 ou encore « L’ourque se retrouva à vau l’ombre dans l’obscurité incommensurable », Hugo, L’Homme qui rit, 1869)

Exemples d’usage de l’expression « aller à vau-l’eau ».

 Elle se leva et vint s'asseoir près de moi ; les rames traînaient et avaient l'air vides ; la barque s'en allait à vau-l'eau et tournait lentement sur elle-même : la vieille valse des esquifs à la dérive.

Romain, Gary, Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable, Gallimard, 1975

Ni le lendemain, ni le surlendemain, la tristesse de M. Folantin ne se dissipa ; il se laissait aller à vau-l’eau, incapable de réagir contre ce spleen qui l’écrasait.

Joris-Karl Huysmans, A vau-l’eau, 1905

Frais séjour où se vint apaiser la tempête De ma raison allant à vau-l'eau dans mon sang.

Verlaine, Œuvres complètes, Amour, 1888

A mesure que s'élève le niveau de vie matérielle la véritable vie court à vau-l'eau. Les gens vivent de plus en plus longtemps, mais leurs vies sont plus vides, leurs passions plus fades, leurs vices plus forts.

Octavio Paz, Itinéraire.

N'hésitez pas à compléter cet article si nécessaire et à ajouter vos réflexions sur cette expression française en commentaire.

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Commentaires

Serbouti

Au delà de la langue une merveilleuse culture

Répondre
Rachelle Isaac

Waouw, c’est un plaisir de lire l’historicité de cette expression .

Répondre
A.S

C’est la première fois que je consulte votre site, et je dois reconnaître que c’est passionnant, très instructif et plus qu’agréable. A très bientôt.

Répondre
Essaid1954

Instructif c’est le moins que je puisse dire. J’ y découvre mes lacunes ,que je corrige grâce à vos explications.
Merci

Répondre
La langue française

Merci à vous, n’hésitez pas à lire les autres articles de notre section « expressions francophones ».

À bientôt,
Nicolas.

Répondre
Belhaouari khadidja

Jai du rate un quiz test numero 33 je souhaiterai le refaire merci

Répondre
Ayoub

Je découvre votre site avec un grand plaisir ! Vos articles sont on ne peut plus édifiants ! Chapeau bas pour vos efforts !

Répondre
La langue française

Merci à vous !

Nicolas.

Répondre
Anne

C’est un réel plaisir de vous lire et de découvrir notre langue si belle. Bonne continuation et encore Merci.

Répondre
La langue française

Merci à vous !

Nicolas.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire
Partager