La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « vieillir »

Vieillir

Définitions de « vieillir »

Trésor de la Langue Française informatisé

VIEILLIR, verbe

A. − Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Relativement à l'avance normale du temps]
α) Prendre de l'âge, aller progressivement vers la vieillesse. Synon. avancer en âge*, prendre de la bouteille*.Vieillir de jour en jour.
[Sans compl.] Je vieillis, voilà les dents qui s'en vont, et les cheveux qui bientôt seront en allés. Enfin! pourvu que la cervelle reste, c'est le principal (Flaub., Corresp., 1853, p. 145).J'ignorais encore (...) cette diminution progressive qui s'appelle vieillir, et l'apaisement de tout instinct, et les abandons multiples par lesquels l'homme déchu de sa jeunesse devient le complice de sa propre mort (Green, Autre sommeil, 1931, p. 154).
Vieillir de + subst. indiquant l'obj. du vieillissement.Quand on vieillit de corps, et que l'âme reste jeune, on trouve difficilement quelqu'un avec qui l'on puisse s'entendre (Delécluze, Journal, 1827, p. 466).
En partic. Vieillir en subissant plus ou moins les assauts du temps et les altérations physiques et morales propres à la vieillesse. Vieillir bien, mal. Le duc de Guermantes, dont j'avais admiré, en le regardant assis sur une chaise, combien il avait peu vieilli bien qu'il eût tellement plus d'années que moi (Proust, Temps retr., 1922, p. 1047).
β) Avancer en âge, sans être vieux pour autant. C'était loin déjà ce temps-là qu'on était arpètes ensemble... Merde! Ce que ça vieillit vite un môme! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 475).
γ) DÉMOGR. [Le suj. désigne une population] ,,Comporter, proportionnellement, un nombre croissant de personnes âgées`` (Lar. Lang. fr.). Le dilemme croître ou vieillir, encore d'actualité pour certaines populations, ne comportera bientôt pour tous que le second terme de l'alternative (PressatDémogr.1979).
b) [Relativement à certaines circonstances ralentissant ou précipitant les effets de la vieillesse]
α) [L'accent est mis sur la dégradation physique] Synon. se décatir, décliner, se décrépir.Vieillir rapidement, soudainement, à vue d'œil, d'heure en heure. Il y est resté, il y a vécu, il y a vieilli avant l'âge, il s'y est éteint (Senancour, Obermann, t. 1, 1840, p. 201).
Souvent p. exagér. Vieillir de dix ans, vingt ans... Il semblait qu'elle eût vieilli tout d'un coup de dix ans dans son agonie (Zola, Page amour, 1878, p. 1062).Je l'avais encore vue la semaine dernière. En trois jours elle a vieilli de dix ans (Péguy, Myst. charité, 1910, p. 93).
β) [L'accent est mis sur l'expérience acquise avec l'âge] Apprendre, c'est vieillir, disait-elle, et l'enfant Se nourrira trop tôt du fruit que Dieu défend (Desb.-Valm., Élégies, 1859, p. 5).
P. plaisant. Alors, qu'est-ce que t'as fait?J'ai vieilli (Queneau, Zazie, 1959, p. 253).
c) [Le suj. désigne une partie du corps] Subir les effets du vieillissement
α) physique ou physiologique. Visage qui vieillit. L'activité de croissance des tissus diminue aussi avec l'âge. (...). Certains tissus (...) vieillissent plus vite que les autres (Carrel, L'Homme, 1935, p. 197).Ah! la belle vieille dame, la jeune vieille dame; et comme le corps sait dignement vieillir quand une âme le soutient (Colette, Pays connu, 1949, p. 109).
β) psychique. J'ai de pauvres idées comme une troupe d'oies dispersées. Et c'est le cerveau qui vieillit (Renard, Journal, 1910, p. 1231).
d) P. ext.
α) S'attarder, rester longtemps au même endroit. Synon. fam. moisir.La tourmente approchait toujours.Il ne faut pas vieillir ici, dit le guide (Toepfer, Nouv. genev., 1839, p. 350).
β) [Gén. sous la forme vieillir dans] Passer de longues années au même poste, occuper longtemps le même emploi. Cette gueuse de presse, malgré les dégoûts du métier, est une sacrée puissance, une arme invincible aux mains d'un gaillard convaincu... Mais, si je suis forcé de m'en servir, je n'y vieillirai pas, ah! non! (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 175).Le journalisme est une école de bon sens (...) ceux qui ont vieilli dans ce métier apprennent à juger les événements et les hommes (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 216).
Vieillir sous le harnois. Vieillir dans le métier des armes et, p. ext., dans toute autre fonction. Synon. blanchir sous le harnais*.Je compris enfin que c'était un vrai guide et n'eus pas honte de lui offrir vingt sous qu'il accepta avec l'indifférence d'un qui a vieilli sous le harnois (Renard, Journal, 1898, p. 501).
2. [Le suj. désigne un inanimé concr.]
a) [Avec une valeur dépréc.]
α) Se dégrader, s'abîmer, s'user, se détériorer progressivement avec le temps. Ce coin avait cruellement vieilli. Il vit le mur rongé de mousse, le tapis d'herbe brûlé par la gelée, les tas de planches pourries par les eaux (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 310).La machine, quand l'homme n'est plus là pour la rafistoler, la régler, la badigeonner, vieillit à une allure vertigineuse. Ces voitures, ce soir, paraîtront âgées de mille années. Il me semble assister à l'agonie de la machine (Saint-Exup., Pilote guerre, 1942, p. 321).
β) Se démoder, être dépassé. « Madame, » tout vieillit vite en France; chaque jour ouvre de nouvelles chances à la politique et commence une autre série d'événements (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 58).Ces parquets de noyer brillant, ces tables massives qui pouvaient traverser les siècles sans se démoder ni vieillir (Saint-Exup., Courr. Sud, 1928, p. 35).
b) [Sans valeur dépréc.]
α) [Le suj. désigne une chose] Prendre la patine du temps, en résistant aux atteintes du vieillissement. Grâce à elle, l'appartement modeste vieillissait sans trop déchoir (Colette, Gigi, 1944, p. 39).
β) [Le suj. désigne un végét.] Mûrir puis s'acheminer vers l'étape finale de dessèchement et de mort. Quand l'ortie est jeune, la feuille est un légume excellent; quand elle vieillit, elle a des filaments et des fibres comme le chanvre et le lin (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 206).
[Dans un cont. métaph.] La reconnaissance des gens (...) est un fruit qu'il faut cueillir à temps.Si on le laisse vieillir sur l'arbre, il ne tarde pas à moisir (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 847).
c) Spécialement
α) [Le suj. désigne un alliage; corresp. à vieillissement C 1 a] Subir les effets du vieillissement. (Ds Peyroux Techn. Métiers 1985).
β) ŒNOL. [Le suj. désigne un vin ou un spiritueux] Acquérir certaines qualités sous l'effet du temps ou des conditions spéciales de vieillissement et de conservation auxquelles le vin est soumis. Les grands vins vieillissent, mis en masses, sur pointe, dans les berceaux (Hamp, Champagne, 1909, p. 158).
Faire vieillir (un vin, un alcool). Le soumettre à une des méthodes de vieillissement. On vient de découvrir une manière de coller les vins qui les fait vieillir de quatre ans en moins de quinze jours (Jouy, Hermite, t. 2, 1812, p. 156).
d) LITT., LING., BEAUX-ARTS
α) Sortir progressivement de l'usage, tomber en désuétude. Sens, style qui vieillit. Ossian n'est plus guère à la mode (...). Je conçois que la forme de ses poèmes ait vieilli et que leur phraséologie semble désormais caduque (Gobineau, Pléiades, 1874, p. 207).
β) Passer de mode, ne plus correspondre aux goûts et aux aspirations d'une époque plus moderne. Genre, ouvrage, peinture, texte qui vieillit/a vieilli. La musique de Cimarosa a vieilli. Les oreilles sont tellement façonnées au rythme saccadé des productions de Rossini que la largeur de son prédécesseur paraît être de la monotonie (Delécluze, Journal, 1825, p. 132).Relu des nouvelles de Balzac, non sans une grande admiration, mais ce qui a vieilli chez lui a mal vieilli (Green, Journal, 1948, p. 213).
3. [Le suj. désigne un inanimé abstr.]
a) Ne plus être adapté aux exigences et aux conditions de la vie moderne. Idée, science, société qui vieillit. Ce qui vieillit dans l'Église, ce sont les structures, édifiées par l'homme et périssables (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1960, p. 286).
b) S'émousser, perdre de sa vigueur avec le temps. Notre amour vieillissait, un jour il mourrait sans avoir vécu (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 397).
B. − Empl. trans.
1. [Le compl. désigne une pers.]
a) Rendre (quelqu'un) (plus) vieux, accélérer le processus du vieillissement. Le chagrin, la douleur, l'épreuve, la fatigue, la maladie vieillit. Que veux-tu! Ça vous vieillit un homme que d'être dans la misère et d'avoir toujours soif! (Huysmans, Marthe, 1876, p. 130).
Vieillir de + nombre d'années.À la vérité, le contrecoup de cette grande résolution avait été de la vieillir de dix ans (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 437).
[Le compl. désigne une partie du corps] L'usage des stimulans vieillit nos organes (Senancour, Obermann, t. 2, 1840, p. 92).
b) Faire paraître (quelqu'un) plus âgé qu'il ne l'est réellement.
α) [Le suj. désigne une circonstance précise, un détail physique ou vestimentaire] Il a des lunettes qui l'enlaidissent et (...) vieillissent beaucoup (Gyp, Souv. pte fille, 1927, p. 45).Ses cheveux étaient bien rangés mais elle n'avait pas dessiné ses sourcils et cette espèce de calvitie la vieillissait bizarrement (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 470).
β) [Le suj. désigne une pers.] Attribuer à une personne un âge supérieur à son âge réel. Le chroniqueur, qui me vieillit d'un an, me félicite d'avoir fondé des hôpitaux et des asiles dans l'Amérique du Sud (Larbaud, Barnabooth, 1913, p. 104).
PEINT. Rubens, dont la manière est très formelle, vieillit ses femmes et ses enfants (Delacroix, Journal, 1857, p. 16).
2. [Le compl. désigne un inanimé]
a) Rendre plus vieux, dégrader ou patiner avec le temps. Des pierres blanches à grande taille, vieillies par le temps (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p. 223).
b) Spécialement
α) ÉBÉN., MAÇONN., MENUIS. Vieillir un bois, un meuble, un mur. Lui donner l'aspect du vieux en utilisant une technique spéciale. Les murs sont d'un crépi roussâtre qu'on a vieilli en y passant un jus (Morand, New-York, 1930, p. 180).
β) ŒNOL. Vieillir un vin. Le laisser reposer et se bonifier avec le temps; le soumettre aux techniques de vieillissement des vins. Des scories semblables à celles que les restaurateurs inventent pour vieillir des bouteilles adultes (Balzac, Cous. Pons, 1847, p. 176).
3. Empl. pronom. réfl. [Le suj. désigne une pers.]
a) S'habiller, s'arranger de manière à donner aux autres l'impression d'avoir un âge supérieur à son âge réel. Quel âge avait-elle? Quarante ans? Oui, quarante ans. − Elle n'était pas vieille, cette fille, elle se vieillissait. Je fus soudain frappé par cette remarque. Elle se coiffait, s'habillait, se parait ridiculement, et, malgré tout, elle n'était point ridicule (Maupass., Contes et nouv., t. 2, MllePerle, 1886, p. 630).Elle s'appelait Charlotte et défaisait pour se vieillir l'ourlet de ses robes qu'elle jugeait trop courtes (Green, Journal, 1934, p. 284).
b) Tricher sur son âge réel en s'attribuant un âge plus avancé. Savez-vous qu'ils sont rares, de nos jours, ceux qui atteignent la quarantaine sans vérole et sans décorations! Lilian sourit en haussant les épaules:Pour faire un mot, il consent à se vieillir! (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1050).
REM. 1.
Vieillir, subst. masc.,rare, littér. Fait de vieillir, de prendre de l'âge. Il y a une joie dans le vieillir, s'écrie-t-il, (...) qui m'est révélée aujourd'hui (Bernanos, Soleil Satan, 1926, p. 300).
2.
Bien-vieillir, subst. masc.La clé du « bien-vieillir », c'est l'hygiène de vie physique et mentale (Le Point, 24 nov. 1980, p. 91, col. 1).
3.
Savoir-vieillir, subst. masc.La retraite, comme le sexe, ça s'apprend en dix leçons. Les guides de la retraite heureuse et autres manuels du savoir-vieillir en témoignent (Le Nouvel Observateur, 2 mai 1977, p. 69, col. 2).
Prononc. et Orth.: [vjeji:ʀ], [vjε-], (il) vieillit [vjeji], [-vjε-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1225 « prendre de l'âge (d'une personne) » (Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, 3581); b) 1559 « perdre de sa force (d'une passion) » (Amyot, Sylla, 15 ds Littré); c) 1647 « n'être plus guère en usage (d'un mot) » (Vaug., p. 129); d) 1812 en partic. d'un vin (Jouy, loc. cit.); 2. a) 1225-30 trans. (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 385: li tens, qui tot a emballie de gent vellir, l'avoit vellie si durement); b) 1872 (Littré: Vous me vieillissez, je n'ai pas encore soixante ans); 3. a) ca 1542 « trouver le temps long, s'ennuyer (cf. se faire vieux) » (Marot, Colloque d'Erasme, éd. C. A. Mayer, t. 6, p. 268); b) 1560 « demeurer longuement, passer du temps à quelque chose » (J. Grévin, L'Olimpe ds Théâtre, éd. L. Pinvert, p. 266: vieillir sur un livre). Dér. de vieil, v. vieux , dés. -ir; cf. 1160-74 viescir « s'user (en parlant de tissu) » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 134) dér. de viez (lat. vetus), v. vieux. Fréq. abs. littér.: 1 035. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 270, b) 1 341; xxes.: a) 1 448, b) 1 727.

Wiktionnaire

Verbe - français

vieillir \vje.jiʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir vieux.
    • Elle se regarda machinalement dans la glace. Elle se dit qu'elle vieillissait, lentement et sûrement. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Vieillir est sot, ne nous laissons pas abuser par les belles maximes des songe-creux bibliques. — (Paul Fort, Le livre des visions : Vivre en Dieu, éd. 1941, p.13)
    • Choisir un roi jeune, beau et bien portant n'empêchait pas qu'il vieillît, enlaidît, tombât malade, ni qu'il perdît ses vertus, ses qualités morales – bref, qu'il changeât et cessât d'être adéquat. — (Jean-Paul Roux, >Le Roi: Mythes et symboles, Fayard, 1995)
    • De même les infortunés chrononautes de Temps mort (G. Langelaan) vieillissent en quelques minutes de plusieurs dizaines d'années : tel est le risque d’accident temporel qui attend les pionniers de l'espace-temps. — (Temps libre, vol. 7 & 8, Éditions Denoël, 1983, p. 27)
  2. Paraître vieux.
    • Si je ne vieillis pas, gamin, c'est que je bois la sève des bouleaux au printemps. Ça dépure, ça fait pisser par pintes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il a bien vieilli depuis deux ans.
    • Il est frais et gaillard, il ne vieillit pas.
  3. Perdre de sa force, de sa vigueur avec le temps, en parlant de certaines choses.
    • L’esprit vieillit comme le corps.
    • Son talent commence à vieillir.
  4. (Œnologie) Murir, perdre de la verdeur et acquérir certaines qualités, en parlant du vin.
    • Ce vin a besoin de vieillir.
  5. Commencer à n’être plus d’usage, à passer, à perdre de sa vogue, de son importance, de son utilité.
    • C'est pas le fun vieillir, mais c'est la seule façon de vivre longtemps. — (Michel Beaudry, La boucane, Le Journal de Montréal, 13 février 2021)
    • Ce mot, ce terme a beaucoup vieilli.
    • Cette locution, cette expression vieillit.
    • Le style de cet ouvrage a vieilli.
    • Cette mode vieillit.
    • Ce traité de physique a bien vieilli.
  6. (Figuré) Demeurer très longtemps dans une fonction.
    • Il a vieilli dans le service, dans les affaires, dans un emploi, dans un poste.

vieillir transitif

  1. Rendre vieux, faire paraître plus âgé que l’on n’est.
    • Les chagrins l’ont bien vieilli.
    • Six mois de captivité l’ont vieilli de dix ans.
    • Cette coiffure vous vieillit.
    • Se mettre une perruque et des lunettes pour se vieillir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIEILLIR. v. intr.
Devenir vieux. Cet homme commence à vieillir. Cette femme est désespérée de vieillir. Vieillir sous le harnois, Vieillir dans le métier des armes ou, par extension, dans un métier quelconque. Vieillir dans un emploi, dans un poste, Y demeurer très longtemps. Il a vieilli dans le service, dans les affaires.

VIEILLIR signifie aussi Paraître vieux. Il a bien vieilli depuis deux ans. Il est frais et gaillard, il ne vieillit pas. Il se dit aussi de Certaines choses qui avec le temps perdent de leur force, de leur vigueur. L'esprit vieillit comme le corps. Son talent commence à vieillir. Laisser vieillir du vin, Le garder afin qu'avec le temps il perde de sa verdeur et acquière certaines qualités. Ce vin a besoin de vieillir.

VIEILLIR se dit encore de Ce qui commence à n'être plus d'usage, à passer, à perdre de sa vogue, de son importance, de son utilité. Ce mot, ce terme a beaucoup vieilli. Cette locution, cette expression vieillit. Le style de cet ouvrage a vieilli. Cette mode vieillit. Ce traité de physique a bien vieilli.

VIEILLIR est aussi verbe transitif et signifie Rendre vieux, faire paraître plus âgé que l'on n'est. Les chagrins l'ont bien vieilli. Six mois de captivité l'ont vieilli de dix ans. Cette coiffure vous vieillit. Se mettre une perruque et des lunettes pour se vieillir. Le participe passé

VIEILLI s'emploie adjectivement. Je le trouve bien vieilli. Un mot vieilli.

Littré (1872-1877)

VIEILLIR (vié-llir, ll mouillées, et non vié-yir) v. n.
  • 1Devenir vieux. De quel front, immolant tout l'État à ma fille, Roi sans gloire, j'irais vieillir dans ma famille, Racine, Iph. I, 1. Un homme qui serait en peine de connaître s'il change, s'il commence à vieillir, peut consulter les yeux d'une jeune femme qu'il aborde et le ton dont elle lui parle ; il apprendra ce qu'il craint de savoir, La Bruyère, III. L'on espère de vieillir, et l'on craint la vieillesse, c'est-à-dire l'on aime la vie et l'on fuit la mort, La Bruyère, XI. C'est elle [Mme de Thianges] qui la première a dit qu'on ne vieillit pas à table, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 99, dans POUGENS. On a encore, en vieillissant, un grand plaisir qui n'est pas à négliger, c'est de compter les impertinents et les impertinentes qu'on a vus mourir, les ministres qu'on a vu renvoyer, et la foule de ridicules qui ont passé devant les yeux, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 6 janv. 1764. Soliman vieillissait, et n'était plus si terrible, Voltaire, Ann. Emp. Ferdinand Ier, 1562. Ce qui paraît prouver qu'en général on vieillit beaucoup moins à Londres qu'à Paris, puisque, sur 13189 personnes, il y en a 2799 qui ne meurent qu'après 60 ans révolus à Paris, tandis que, sur ce même nombre, il n'y en a que 1820 qui meurent après 60 ans à Londres, Buffon, Prob. de la vie, Œuv. t. x, p. 554. On vieillit promptement dans les pays chauds, et encore plus vite dans le chagrin, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virgin.
  • 2 Par extension, vieillir dans, demeurer longtemps dans un poste, dans une situation, dans une opinion, dans une croyance. Cet homme avait vieilli dans les emplois, et s'y était acquis beaucoup de réputation, à laquelle sa longue disgrâce donna même beaucoup d'éclat, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 159. Le monde ayant vieilli dans ces erreurs charnelles [de croire à un Messie temporel], Jésus-Christ est venu dans le temps prédit, mais non pas dans l'éclat attendu ; et ainsi ils n'ont pas pensé que ce fût lui, Pascal, Pens. XV, 3 bis, éd. HAVET. Rome, qui avait vieilli dans le culte des idoles, avait une peine extrême à s'en défaire, Bossuet, Hist. III, 1. Vous dont j'ai pu laisser vieillir l'ambition Dans les honneurs obscurs de quelque légion, Racine, Brit. I, 2. Quoique je sois jeune, j'ai déjà vieilli dans l'habitude de ne dire jamais mon secret, Fénelon, Tél. III. Il ne vieillira point dans la classe des officiers subalternes ; c'est de quoi je puis vous assurer, Lesage, Diabl. boit. 5.
  • 3 Fig. Demeurer longtemps, tarder. Prenez donc la poste pour être bientôt ici, et ne vieillissez point en chemin, Guez de Balzac, liv. IV, lett. 12.
  • 4Il se dit de certaines choses qui avec le temps perdent de leur force. Son talent commence à vieillir. Les choses du monde, quelque nouvelles qu'elles soient, vieillissent en durant, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 3. Le cœur ne vieillit pas, je le sais bien ; mais il est dur aux immortels de se trouver logés dans des ruines, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 74. Le roi… lui a répondu : non, monsieur de Talleyrand, non, vous n'êtes point vieux ; l'ambition ne vieillit point, Courier, Livret.
  • 5Prendre certaines qualités par l'effet du temps. Ce vin a besoin de vieillir. Mettre du fromage à vieillir. Laisser vieillir du vin.
  • 6 Fig. Devenir plus faible avec le temps. Qui ne sait que la maison de Bavière est une de ces maisons augustes… dont la gloire ne vieillit point avec le temps ? Fléchier, Dauphin.

    Perdre de sa vogue, passer. Cette opinion, cette mode vieillit. Ce traité de physique a bien vieilli.

    Ce mot de Montesquieu n'a pas vieilli, il conserve toute sa vérité.

    Cette affaire vieillit, on commence à n'y plus prendre intérêt.

    Certaines affaires, surtout les affaires criminelles, amendent en vieillissant, le temps y apporte des adoucissements, on s'en tire plus aisément.

  • 7Devenir suranné, en parlant du style, du langage. Il doit surtout réclamer les mots qu'on a laissés mal à propos vieillir, et dont la proscription a énervé et appauvri la langue au lieu de la polir, D'Alembert, Œuv. t. III, p. 201. Rien, ou presque rien de la langue de Pascal n'a vieilli ; cela prouve sans doute un goût pur et sévère, mais trop sévère et trop exquis, Marmontel, Œuv. t. x, p. 424. On demande pourquoi il est des auteurs dont le style a moins vieilli que celui de leurs contemporains, Marmontel, ib. t. VII, p. 94.
  • 8Paraître vieux. Il ne vieillit point. Mais surtout quel avantage de ne point vieillir ! voilà le comble du bonheur, Sévigné, Lett. à Coulanges, 8 janv. 1690.
  • 9 V. a. Rendre vieux, faire paraître vieux. Les chagrins l'ont bien vieilli. Cette coiffure la vieillit. C'était de ces traits que le temps a moins vieillis qu'il ne les a rendus respectables, Marivaux, Marianne, 6e part. Fi ! cela vieillit une jeune veuve, Rousseau, Hél. VI, 2.

    Fig. C'était [la guerre de Russie] une dernière occasion qu'on se repentirait d'avoir laissée échapper ; on serait importuné des récits glorieux qu'en feraient les autres ; la victoire du jour vieillirait tant celle de la veille ! Ségur, Hist. de Nap. III, 3.

  • 10Donner à un vin, à une liqueur les qualités de la vieillesse. Essence de Cognac pour vieillir les liqueurs spiritueuses.
  • 11Dire plus vieux. Vous me vieillissez ; je n'ai pas encore soixante ans,
  • 12Se vieillir, v. réfl. Se faire paraître, se dire plus vieux qu'on n'est. Il porte perruque pour se vieillir.

    PROVERBE

    Il faut vieillir ou mourir jeune.

REMARQUE

Vieillir, v. n. se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'action progressive de vieillir : il a bien vieilli depuis un an ; avec l'auxiliaire être, quand on veut exprimer l'état qui résulte de cette action : il est bien vieilli.

HISTORIQUE

XIVe s. Et sont pluseurs choses natureles, lesqueles nous faisons et souffrons sachans, et desqueles nulle n'est voluntaire ne involuntaire, si come sont villir et morir, Oresme, Éth. 157.

XVe s. Il commençoit à vieillir, Commines, VI, 7. Une armée proffite en labeur, et vieillit en repos, Les triomphes de la noble dame, f° 278, dans LACURNE.

XVIe s. Antigonus, interrogué qui lui sembloit le plus grand capitaine, respondit : Pyrrhus, pourveu qu'il vieillisse, Amyot, Pyrrh. 16. Ce sont des passions, lesquelles ne vieillissent jamais, Amyot, Sylla, 15. L'amoureux qui attend se vieillit en un jour, Ronsard, 265. …ma peine cruelle, Que le temps deust vieillir, sans fin se renouvelle, Desportes, Œuvres chrestiennes, Plainte. Ma raison s'est affoiblie et empirée en vieillissant, Montaigne, III, 271. La vengeance au teint noir, palissant, Qui croist et qui devient plus forte en vieillissant, D'Aubigné, Tragiques, éd. LALANNE, p. 136.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIEILLIR. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Ne veillirai jamais en mon aé, Huon de Bordeaux, V. 3560.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vieillir »

Vieil ; Berry, vieillezir ; wallon, vîli ; provenç. velhezir. En présence de l'historique qu'on vient de voir, on s'étonne que Vaugelas, Nouv. rem. p. 214, ait dit que vieillir était un mot nouveau, et qu'on ne le trouvait point dans nos anciens auteurs et dictionnaires français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de vieil, vieille, avec la désinence verbale -ir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vieillir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vieillir vjejir

Fréquence d'apparition du mot « vieillir » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « vieillir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « vieillir »

  • Ne vieillis que dans la plus faible mesure. Il s'agit de mourir jeune.
    Alexandre Arnoux — Études et Caprices, Albin Michel
  • En vieillissant, on apprend à troquer ses terreurs contre ses ricanements.
    Émile Michel Cioran — Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • Il y a quelque chose de plus triste que de vieillir : c'est de rester enfant.
    Cesare Pavese — Le Métier de vivre Il Mestiere di vivere, 25 décembre 1937
  • Ceux-là vieillissent plus vite, qui ne veulent pas vieillir.
    Jean Filiatrault — Terres stériles
  • Il faut vieillir ou mourir jeune.
    Proverbe français
  • Vieillir seul et pour soi est moins tragique que de vieillir pour un autre.
    Françoise Tessier-Dumoulin — Le salon vert
  • Le vieillissement est d'autant plus actif que l'être est plus jeune. Ce qui vieillit le moins vite, c'est le vieillard.
    Jean Rostand — Pensées d'un biologiste, Stock
  • Hélas ! la grande tristesse actuelle est que les choses n'ont pas le temps de vieillir.
    François Carcopino-Tusoli, dit Francis Carco — Rendez-vous avec moi-même, Albin Michel
  • Le talent de la plupart des hommes se termine par un défaut qui se prononce et marque de plus en plus en vieillissant.
    Charles Augustin Sainte-Beuve — Causeries du lundi
  • Il ne s’agit plus seulement de dépendance mais de suspicion de fragilité. Des retraités en pleine forme pourraient prendre un soudain coup de vieux et passer une partie de l’été derrière leurs fenêtres à assister en spectateur, pour leur bien, à la reprise des relations sociales. En bonne santé ou pas, il ne fait pas bon vieillir en temps de coronavirus.
    Edition Metz et agglomération | Vieillir en temps de coronavirus
Voir toutes les citations du mot « vieillir » →

Images d'illustration du mot « vieillir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vieillir »

Langue Traduction
Anglais ageing
Espagnol envejecer
Italien invecchiare
Allemand alt werden
Chinois 变老
Arabe لكبر السن
Portugais envelhecer
Russe стареть
Japonais 年をとる
Basque zaharra izateko
Corse per vechja
Source : Google Translate API

Synonymes de « vieillir »

Source : synonymes de vieillir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vieillir »

Combien de points fait le mot vieillir au Scrabble ?

Nombre de points du mot vieillir au scrabble : 11 points

Vieillir

Retour au sommaire ➦

Partager